La langue française

Carotte

Définitions du mot « carotte »

Trésor de la Langue Française informatisé

CAROTTE, subst. fém.

A.− Plante potagère de la famille des Ombellifères, dont la racine le plus souvent rouge, pivotante, au goût légèrement sucré est comestible, et dont certaines espèces sont cultivées comme plantes fourragères. Semence, champ de carottes; carotte jaune, rouge.
P. brachylogie. Semer des carottes. Semer des semences de carottes.
En partic. Racine comestible de cette plante. Plat de carottes; carottes rapées; éplucher des carottes.
SYNT. Botte, fanes, épluchures, zeste, jus de carottes; gratter, couper des carottes; carottes vichy, carottes à la crème.
B.− P. méton. Couleur de la carotte.
1. [En emploi apposé] Fam. Qui est d'un roux plus ou moins ardent.
a) [Le plus souvent en parlant des cheveux] Cheveux, accroche-cœur, tignasse carotte.
Poil carotte. (Avoir le poil carotte, être de poil carotte.) (Avoir) les cheveux roux, (être) rouquin. Un lycéen (...) de poil carotte (Jammes, Mémoires,1921, p. 149).
[En partic., p. réf. au personnage de Jules Renard, dénommé Poil de carotte dans le roman de ce nom, 1894, repris en 1900 au théâtre] Être poil de carotte. Même sens : Avoir les cheveux roux.
P. méton. [Pour désigner une pers.] Modigliani (...) a fait mon portrait en Poil de Carotte (Cendrars, Bourlinguer,1948, pp. 186-187).
b) [En parlant de la couleur] Couleur carotte. J'étais déjà chez moi (...) dans cette véritable cellule, carrelée de rouge carotte, chaulée de blanc pur (H. Bazin, Lève-toi et marche,1952, p. 29).
2. Emploi abs. Personne rousse :
1. ... un buisson de cheveux crépelés, d'un rose de cuivre, éclairèrent le haut de la rue. − Hou! la rousse! souffla le cadet. Hou! la carotte! Colette, Sido,1929, p. 158.
C.− [P. anal. de forme]
1. Carotte de tabac. Rouleau serré de feuilles de tabac à mâcher. (Morceau de) tabac en carotte; carottes à chique.
Loc. fam. [P. réf. aux carottes de tabac aux feuilles très étroitement serrées (cf. L. Larchey, Les Excentricités de la lang. fr. en 1860, 1859, p. 515); en parlant d'une pers.] Ficelé comme une carotte (de tabac). Un soldat russe, empaqueté de serviettes chaudes, ficelé comme une carotte de tabac (Musset,« Le Temps », 1831, p. 47).
Partic., p. dérision. Habillé très serré :
2. ... les pas lourds de la coquette veuve qui descendait interrompirent les prophéties de Vautrin. − Voilà mamman Vauquerre belle comme un astrrre, ficelée comme une carotte. N'étouffons-nous pas un petit brin? (...); les avant-cœurs sont bien pressés, maman. Balzac, Le Père Goriot,1835, p. 208.
Enseigne rouge, dont la forme symbolise une carotte et signalant les bureaux de tabac.
2. GÉOL., MINES, OCÉANOGR. Échantillon de terrain (roche, argile, etc.), en forme de cylindre allongé, prélevé dans un trou de sondage au moyen d'un carottier*. Synon. témoin.Carottes de sondage; carotte d'argile; prélever des carottes.
Rem. 1. Les carottes, naguère mal protégées, s'érodaient à la remontée et prenaient une forme légèrement conique : d'où la similitude avec la racine et le nom (d'apr. Pétrol. 1964). 2. Lar. encyclop. atteste l'emploi du verbe carotter pour signifier « exécuter un carottage ».
D.− Emplois métaph. ou fig.
1. Expr. proverbiales, péj.
a) Les carottes sont cuites. Tout est décidé, il n'est plus possible d'y changer quelque chose. Synon. les jeux sont faits :
3. − Je recevrai demain l'avis officiel du non-lieu. − Il ne peut plus y avoir de surprise? − Non : les carottes sont cuites, comme on dit. Mauriac, Thérèse Desqueyroux,1927, p. 171.
b) [P. réf. au prix peu élevé des carottes]
Vieilli. Ne vivre que de carottes. Vivre chichement (cf. aussi carotter I B).
Rem. Attesté ds les dict. du xixes., ds Lar. 20eet Quillet 1965.
JEUX. Jouer la carotte. Jouer d'une manière mesquine, en ne hasardant que très peu. Anton. jouer gros jeu.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du xixes. ainsi que ds Lar. 20e, Rob. et Quillet 1965.
c) Néol. [P. réf. au fait qu'un âne réticent se décide à avancer si on lui présente une carotte, et p. oppos. au bâton, moyen autoritaire d'obtenir le même résultat]
Avantage promis en échange d'un effort. Marcher à la carotte. ,,N'accepter d'agir que poussé par l'appât d'un gain, fût-il illusoire`` (Éd. 1967).
En partic. ,,Méthode de commandement, de gouvernement qui cherche à obtenir l'assentiment, la confiance d'une catégorie de subordonnés, d'administrés en leur accordant divers avantages. (...) Ces avantages eux-mêmes`` (Gilb. 1971). Les partisans de la « carotte » (Gilb.1971).
2. [P. réf. à la prudente lenteur avec laquelle on tire les carottes très longues du sol]
a) [Arg. de la police; cf. tirer les vers du nez] Tirer la carotte à quelqu'un. Sonder quelqu'un, le faire parler. Quelques voleurs, qui (...) se laisseraient tirer la carotte sur leurs affaires passées, présentes et futures (F. Vidocq, Mémoires de Vidocq,t. 3, 1828-29, p. 122).
b) Pop. Tirer une carotte à qqn. Lui soutirer habilement quelque chose, en particulier une somme en apparence peu importante d'argent, en abusant de sa confiance; p. ext. chercher à le tromper, à le duper dans une affaire médiocre :
4. − Tâchez d'avoir un passeport sous ce nom-là. − Il n'est que neuf heures, le maire est au cabaret; je vais lui tirer cette carotte. Stendhal, Lamiel,1842, p. 151.
P. iron. et antiphrase :
5. − Gros cornichon! s'écria-t-elle en poussant un infernal éclat de rire, voilà la manière dont les femmes pieuses s'y prennent pour vous tirer une carotte de deux cent mille francs! Balzac, La Cousine Bette,1846, p. 296.
[Arg. des casernes; cf. tirer au flanc] Tirer une (la) carotte. Essayer habilement, par simulation, d'obtenir un avantage personnel en se dérobant à une corvée.
En partic. Simuler pour obtenir du médecin une exemption de service :
6. Un cinquième [porteur], qui se traîne à peine, nous paraît tirer la carotte. En effet il nous accompagne le lendemain, et ne parle plus de son mal lorsqu'il comprend qu'il ne sera pas payé s'il refuse sa charge. Gide, Voyage au Congo,1927, p. 783.
3. P. ext. (de D 2 b). Carotte. Petite escroquerie, duperie, supercherie :
7. ... des familles se grugeaient entre elles sous prétexte de commerce, afin de se laisser chiper de l'argent par leurs fils qui se laissaient, à leur tour, escroquer par ces femmes que dépouillaient, en dernier ressort, les amants de cœur. (...), c'était une chaîne ininterrompue de carottes, un carambolage de vols organisés... Huysmans, À rebours,1884, p. 223.
8. Je vous ai parlé des religieuses et de leurs carottes. Le soutirage méthodique des petites sommes aux élèves, sous mille prétextes et d'un bout de l'année à l'autre, me fait horreur. Bloy, Journal,1902, p. 91.
Loc. Carotte de longueur. ,,Manœuvre préparée de longue main`` (Esn. 1966).
Arg. des casernes. Subterfuge pour se libérer d'un travail, d'une corvée :
9. Les anciens... grâce à une carotte... abrégeaient singulièrement la confection du lit; au réveil, ils le découvraient... mais par un large rabattement qui ne compromettait en rien l'agencement de l'ensemble. E. Titeux, Saint-Cyr et l'école spéciale milit. en France,1898, p. 398.
P. méton., rare. Personne qui tire la carotte, qui tire au flanc. Synon. tire-au-flanc (cf. supra D 2 b) :
10. Il [Courteline] se complaît dans l'abjection, prend le parti de la carotte, du tire-au-flanc. Gide, Journal,1940, p. 47.
Rem. À propos de la loc. tirer une carotte, Larch. 1861 écrit : ,,les contrebandiers qui tiraient ou passaient continuellement des carottes de tabac à la frontière doivent avoir fait créer ce terme`` (interprétation reprise par Quillet 1965). Littré note en rem. : ,,on a dit que la locution populaire tirer une carotte vient de ceci : à Carmagnole, le gouverneur savoyard avait frappé chaque botte de carottes, mise en vente au marché, d'un impôt équivalent à un demi-liard de notre ancienne monnaie; mais il admettait qu'on le payât en nature, c'est-à-dire que les estafiers tiraient à son profit deux carottes par botte`` (Extrait de la Chronique du Derby, dans la Patrie, 11 avr. 1868). On ne donne aucun texte à l'appui de ce dire. Dans la partie étymol. : ,,au lieu de tirer une carotte, l'italien dit : planter ou ficher des carottes (...). L'origine de cette façon de parler, c'est que, dans un sol meuble et doux, image de la crédulité, la carotte acquiert un développement admirable; l'expression italienne s'arrête à l'intention du semeur de carottes; le français considère le procédé qui les récolte`` (Génin, Récréat. t. 1, p. 310). En ce qui concerne l'emploi de carotte pour signifier « petite escroquerie » selon Lar. 19e: ,,... ce mot et ses dérivés sont venus de carotte, mesquinerie au jeu, car la prudence et la filouterie sont assez voisines dans cette matière. Cependant, quelques étymologistes prétendent que cette façon de parler vient de l'habitude qu'avaient les contrebandiers de passer des carottes de tabac à la frontière``. Pour Éd. 1967 : ,,le sens argotique de duperie, d'escroquerie, pourrait dériver de l'astucieuse tactique des âniers qui présentaient un de ces légumes au bout d'une perche pour décider un animal rétif à avancer...``.
Prononc. et Orth. : [kaʀ ɔt]. Passy 1914 admet également la prononc. avec [ɑ] post. à l'initiale; à ce sujet cf. Grammont Prononc. 1958, p. 32 : ,,Dans la prononciation populaire (...) ɑ est postérieur et bref dans quelques mots plus ou moins isolés comme : baron, carotte, carrosse, carré, sarrau, parrain, marraine, charron, larron, marron (...), madré, magot, scabreux, praline, Jacob, maçon, passion, bazar, brasier, jadis, masure, Basile, basane, Bazaine, Jason, blason, gazon, haillon, graillon, poulailler``; Kamm. 1964, p. 97 signale : ,,On entend parfois [ɑ] postérieur dans carotte, carriole, carrosse.`` Mart. Comment prononce 1913 note que c'est à Paris que l'on prononce [ɑ] post. dans carotte et il ne conseille pas cette prononc. Rouss.-Lacl. 1927, p. 148 fait la même constatation pour Paris mais ajoute : ,,En province, bazar, carrosse, carrote, casserole reçoivent des ɑ moyens.`` Pour Fouché, Prononc. 1959, p. 85 : ,,l'[ɑ] a pour ainsi dire disparu dans abrasif, avocaillon, basalte, basane, basilic, basilique, basoche, bazar, carotte, carrousel``. Fér. 1768 souligne qu'on ne prononce pas [tt] géminées dans carotte et Fér. Crit. t. 1 1787 propose d'écrire carote. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. 1. 1393 garroite « plante dont la racine charnue est comestible » d'où « la racine même de cette plante » (Ménagier, éd. Sté Bibliophiles fr., t. 2, p. 244); 1538 carote (Estienne, Dict. latinogallicum, s.v. daucus); 1564 carotte (Liébault, p. 377 ds Gdf. Compl.); d'où 1694 ne vivre que de carottes « vivre mesquinement » (Ac.); 1878 avoir ses carottes cuites « être mourant, agoniser » (ds FEW t. 2, 1, s.v. carota, p. 396b, sans ex.); p. anal. 2. 1721, 1eraoût tabac en carotte « rouleau de feuilles de tabac en forme de carotte » (Déclaration rendue à la suite du rétablissement du privilège de la Ferme générale ds Brunot t. 6, p. 491); 1723 carotte de tabac (Savary des Bruslons, Dict. universel de comm., Paris); 3. 1887-90 « petit cylindre de roche ou de terrain que l'on extrait du fond d'un trou de sonde » (Gde Encyclop.); 4. 1846 couleur carotte « couleur rouge » (Balzac, La Cousine Bette, p. 434 : une girafe couleur carotte); 1858 adj. cheveux carotte (Larch., p. 432). B. Fig. et fam. a) 1784 arg. de la police tirer la carotte « extorquer à quelqu'un des aveux par des moyens adroits » (Esn., sans ex.); d'où 1831 tireur de carottes « prétexte inventé pour soutirer de l'argent » (Raspail ds Esn.); b) 1966, 10 févr. « avantage accordé pour obtenir l'assentiment, la confiance d'une catégorie de subordonnés, d'administrés » (Le Monde ds Gilb.); 1969, 2 janv. le bâton et la carotte (La Croix, ibid.). Empr. au lat. carota « id. » (Apicius, 3, 21 tit. ds André Bot.) lui-même empr. au gr. κ α ρ ω τ ο ́ ν (Diphilus Siphnius ap. Ath. 371c [texte douteux] ds Chantraine); A 3 est, comme A 2, issu de A 1 p. anal. de forme; l'hyp. d'un empr. à l'angl. (Dauzat 1973) est à écarter, l'équivalent étant dans cette lang. : core-sample ou core, terme des mines, proprement « centre d'une masse, noyau » (Harrap's standard French and English dictionary, English-French, ed. with Suppl. 1962); A 4 p. anal. de couleur. B a dér. de A, peut s'expliquer par le fait que l'on sort les carottes longues de terre en tirant doucement sur les feuilles (si on tire trop brutalement, les feuilles s'arrachent et la carotte reste dans la terre); peut-être aussi infl. de carotter « jouer mesquinement, ne hasarder que peu » (d'où l'idée de prudence et de ruse qu'implique l'expression tirer la carotte); b, cf. aussi l'expr. angl. to dangle a carrot « agiter la carotte » 1897 (Westm. Gaz. 24 Aug. 2/2 ds NED Suppl.) c'est-à-dire « faire des promesses pour attirer quelqu'un ». Pour d'autres explications, cf. supra rem. sous D in fine. Fréq. abs. littér. : 259. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 149, b) 516; xxes. : a) 636, b) 314. Bbg. Gottsch. Redens. 1930, p. 180. − Goug. Mots t. 1 1962, p. 96. − Millepierres (F.). De qq. légumes. Vie Lang. 1966, pp. 17-25. − Rog. 1965, p. 50. − Sain. Lang. par. 1920, p. 148, 384.

Wiktionnaire

Nom commun

carotte \ka.ʁɔt\ féminin

  1. (Botanique) (Agriculture) Plante potagère de la famille des apiacées (ombellifères), à racine pivotante et charnue, douce, sucrée, comestible.
    • Parmi d’anciens potagers envahis par les ronces, un seul était à peu près émondé et des plants d’épinards et de carottes y alternaient avec les vasques givrées des choux. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • La carotte vient dans les sols les plus divers, mais les terres fraîches, argilo-siliceuses ou argilocalcaires, profondément ameublies, sont celles qui lui conviennent le mieux. — (O. Bussard, Cultures légumières, 1943)
  2. (Cuisine) La racine de la plante même, utilisée comme aliment.
    • Jérôme Crainquebille, marchand des quatre-saisons, allait par la ville, poussant sa petite voiture et criant : Des choux, des navets, des carottes ! — (Anatole France, L’Affaire Crainquebille)
    • Ayez une marmite de la contenance de cinq litres, deux livres de bœuf, deux moyennes carottes, un navet, trois poireaux. — (F. Delahaye, La cuisine des petits ménages, 1882)
    • On entendait, sur le pavé, le craquement des roues des hautes charrettes chargées de choux, de navets, de poireaux, de carottes […]. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Piquez votre foie de veau de gros lard assaisonné; foncez une braisière de bardes de lard; mettez-y le foie avec des carottes, un bouquet garni, des oignons, […]. — (Alexandre Dumas, Grand dictionnaire de cuisine, Paris : Alphonse Lemerre, 1873, p.565)
  3. Tour par lequel on subtilise de l’argent à quelqu’un.
  4. (Familier) Appât, par analogie avec ce que l’on montre à l’âne pour le faire avancer.
    • Il travaille depuis un an avec comme carotte la promesse d’un contrat à longue durée.
  5. Prélèvement de forme cylindrique.
    • Avec une sonde on prend une « carotte » de tourbe, on la débite en rondelles et on peut étudier la nature des grains de pollen qui se trouvent à chaque niveau de la tourbe. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p.61)
    • C'est le géologue H. Heinrich, de Hambourg, qui, scrutant au binoculaire les carottes forées dans les sédiments de l'Atlantique nord, a montré dans les années 1990 que les couches formées d'éléments plus grossiers interstratifiés dans les dépôts plus fins devaient provenir des débris arrachés par les glaciers au substrat rocheux des inlandsis. — (Bernard Francou & ‎Christian Vincent, Les glaciers à l'épreuve du climat, IRD Éditions, 2007, éd. revue en 2010, page 39)
  6. (Par extension) Trou formé par ce prélèvement.
    • Forer des carottes dans le roc, en analyser les teneurs, placer des bâtons de cheddite au fond de la galerie, les faire sauter, faire sauter toute la montagne ... — (Michel Goeldlin, Panne de cerveau, Éditions Alban, 2004, page 220)
  7. (Par analogie) Objet ayant la forme allongée d’une carotte.
  8. (Musique) (Argot) Saxophone soprano, qui peut ne pas être coudé.
  9. Paquet de tabac à priser ou à chiquer ayant une forme bi-conique.
    • Monck, tout aussi affamé que ses gens, mais affectant la plus parfaite indifférence pour ce mouton absent, coupa un fragment de tabac, long d’un demi-pouce, à la carotte d’un sergent qui faisait partie de sa suite, et commença à mastiquer le susdit fragment. — (Alexandre Dumas, Le Vicomte de Bragelonne, Chapitre XXIII)
  10. (Par extension) (France) Enseigne rouge de forme fuselée signalant un bureau de tabac.
    Ancienne carotte signalant un débit de tabac
    • La carotte devenue en 1906 l'enseigne obligatoire des débitants de tabac, était l'assemblage de huit tronçons de rôle agglomérés ensemble sous pression dans un moule puis enveloppé dans une bande de toile. — (Le tabac en France de 1940 à nos jours, Eric Godeau, Presses de l'Université Paris-Sorbonne, Paris 2008).
    • Des bataillons de VRP lancés dans tout le pays à l'assaut des bars-tabacs, des tabacs-presse, des civettes repérables de loin grâce à leur célèbre carotte rouge. — (Marc Lomazzi, Comment la mafia du tabac nous manipule: Des cadres repentis brisent l'omerta, éd. Flammarion, 2015, chap. 10)
    • Et j’vous dis pas la thune non plus
      Qu’j’ai laissée à ces enfoirés
      Ces dealers au coin de la rue
      Avec leurs carottes pour m’faire marcher
      — (Renaud, Arrêter la clope !, Rouge Sang, Virgin Music, 2006)
  11. (Argot) Arnaque à l’achat.
  12. Jeu d'enfants.
    • Un de ses camarades, dis-je, qui jouait à la carotte – lançant son couteau d’un geste bref pour le planter dans le bois d’une table – avait atteint malencontreusement mon frère dont la main s’était, par hasard, trouvée sur la trajectoire. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 118.)
    • Ce sable frais nous engageait à jouer à « la carotte ». On ferme la main gauche et, successivement, on place la pointe de son couteau de poche tenu verticalement par l’index droit à la jointure des principales phalanges de chaque doigt. Un coup sec vers le bas, le couteau libéré décrit une portion de cercle, la lame doit se planter droit dans le sable. La réussite n’est pas toujours là. Alors on recommence. Il y avait toujours un roudoudou à gagner ! — (Édouard Bled, J’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, page 20.)
  13. (Figuré) Récompense ; motivation.
    • Du côté des élus locaux, la carotte est la promesse d’emplois. — (François de Mazières, « Les élus nationaux et locaux sont confrontés à un changement profond de vision de l’urbanisme », Le Monde. Mis en ligne le 19 novembre 2019)

Adjectif

carotte \ka.ʁɔt\ invariable

  1. Couleur rouge tirant sur le roux, orange. #F4661B
    • En tout cas, dit Pauline d’un air pincé, elle est joliment laide, celle-là, avec ses cheveux carotte. — (Émile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883)

Forme de verbe

carotte \ka.ʁɔt\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de carotter.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de carotter.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de carotter.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de carotter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de carotter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CAROTTE. n. f.
Plante potagère de la famille des Ombellifères dont la racine, pivotante et charnue, a le même nom et s'emploie comme aliment. Par analogie, Carotte de tabac, Assemblage de feuilles de tabac roulées les unes sur les autres en forme de carotte.

Littré (1872-1877)

CAROTTE (ka-ro-t') s. f.
  • 1Plante potagère de la famille des ombellifères, à racine pivotante et charnue, douce, sucrée, comestible.

    La racine même.

    Fig. et familièrement. Ne vivre que de carottes, vivre mesquinement.

  • 2Carotte de tabac, rouleau de feuilles de tabac.
  • 3 Fig. et populairement. Jouer la carotte, jouer chichement et en ne hasardant que le moins possible.

    Tour par lequel on subtilise de l'argent à quelqu'un. Quelle carotte ! J'ai compris la carotte. C'est une carotte. Tirer une carotte à quelqu'un, en obtenir quelque chose par adresse ou par ruse.

HISTORIQUE

XIVe s. Garroites sont racines rouges que l'en vent es halles par pougnées, Ménagier, II, 5. Jehan Roussel dist au suppliant : Larron, tu as retourné carotte [tu as tourné casaque], et le frappa d'un pel [pieu] d'une haye, Du Cange, caravira.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CAROTTE. Ajoutez : - REM. On a dit que la locution populaire tirer une carotte vient de ceci : à Carmagnole, le gouverneur savoyard avait frappé chaque botte de carottes, mise en vente au marché, d'un impôt équivalent à un demi-liard de notre ancienne monnaie ; mais il admettait qu'on le payât en nature, c'est-à-dire que les estafiers tiraient à son profit deux carottes par botte, Extrait de la Chronique du Derby, dans la Patrie, 11 avr. 1868. On ne donne aucun texte à l'appui de ce dire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CAROTTE, s. f. (Hist. nat.) daucus, genre de plante à fleur en rose & en ombelle, composée de plusieurs pétales inégaux faits en forme de cœur, disposés en rond, & soûtenus par le calice qui devient un fruit arrondi, composé de deux semences garnies & entourées de poils disposés en maniere de sourcil. Tournefort, Inst. rei herb. Voyez Plante. (I)

La carotte légumineuse est une plante qui pousse de grandes feuilles velues, d’une odeur & d’un goût assez agréable : sa tige qui s’éleve de trois piés, est chargée dans sa sommité de parasols qui portent de petites fleurs blanches à cinq feuilles, disposées en fleur-de-lis : sa racine charnue, jaune ou blanche, d’un goût douçâtre, est employée dans les cuisines.

Elle ne se multiplie que de graines qui se sement au mois d’Avril ou Mai sur planches : quand elles sont trop drues on les éclaircit ; & pour les avancer, il faut à la mi-Août couper tous les montans à un demi-pié de terre. (K)

La carotte appellée daucus vulgaris, Tourn. Inst. 307. est d’usage en Medecine ; sa semence infusée dans le vin blanc est diurétique, bonne pour prévenir le calcul, & en diminuer la violence des accès ; elle chasse le gravier, provoque les regles & l’urine, & fait beaucoup de bien dans les maladies de la matrice, & dans les affections hystériques.

Van-Helmont assûre qu’un jurisconsulte fut exempt pendant plusieurs années des douleurs du calcul, en bûvant d’une infusion de la graine de daucus dans de la bierre. (N)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « carotte »

Du latin carota, du grec ancien καρῶτον, karôton.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Génev. carotte, betterave (comme dans plusieurs provinces où le nom de la carotte est pris pour celui de la betterave) ; ital. carota ; du latin carota. Au lieu de tirer une carotte, l'italien dit : planter ou ficher des carottes (piantar, ficcar carote, qui signifie attraper et qui a aussi un autre sens fort grossier). L'origine de cette façon de parler, c'est que, dans un sol meuble et doux, image de la crédulité, la carotte acquiert un développement admirable ; l'expression italienne s'arrête à l'intention du semeur de carottes ; le français considère le procédé qui les récolte, Génin, Récréat. t. I, p. 319.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « carotte »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
carotte karɔt

Évolution historique de l’usage du mot « carotte »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « carotte »

  • Des études indiquent que lors de la consommation de pelures de carotte, nous obtiendrons 25% de falcarinol, une substance qui empêche l’apparition de tumeurs malignes. Il est riche en fibres, ce qui vous fera aller aux toilettes tous les jours, alors dites au revoir à la constipation. Breakingnews.fr, découvrez les bienfaits du thé aux écorces de carotte pour votre santé, vous serez étonné!
  • Quand on me parle d'une femme cultivée ; je l'imagine avec des carottes dans les oreilles et du cerfeuil entre les doigts de pied. De Sacha Guitry / Elles et toi
  • La carotte est un des légumes les plus connus et les plus utilisés dans les recettes. Crue, rappée, cuite, accommodée dans des sauces, elle régale toujours le palais. Mais qui est-elle vraiment ? Est-ce compliqué de la faire pousser dans son potager ? Réponses... auJardin.info, Questions fréquentes sur la carotte
  • Si la carotte doit être revisitée, la fête de la Moisson, célébrée début septembre, conservera sa forme actuelle. « La bénédiction des fruits de la récolte est un moment attendu et la formule choucroute séduit toujours », estiment Gaston et Laurent Juillot, duo père et fils, à la tête de l’association depuis 2019. , Culture - Loisirs | Pas de fête des Carottes au quartier de Welferding
  • Faute de pommes, contente-toi d'une carotte. De Proverbe russe
  • Pour la carotte, le lapin est la parfaite incarnation du Mal. De Robert Sheckley / Dramocles
  • Qui se soucie de regarder La fleur de la carotte sauvage Au temps des cerisiers ? De Sode Yamaguchi
  • Le bonjour amène la conversation et la conversation amène la carotte. De Driss Chraïbi / Une enquête au pays
  • Conseil d’un chasseur : pour chasser le lapin, mettez-vous derrière un arbre et imitez le cri de la carotte ! De Pierre Doris
  • - Pourquoi on dit Bœuf-carottes ? - Parce que quand ils t'attrapent ils te laissent mitonner à petit feu !
  • Le jardinier peut décider de ce qui convient aux carottes, mais nul ne peut choisir le bien des autres à leur place. De Jean-Paul Sartre / Le Diable et le bon Dieu
  • On peut ne pas aimer les carottes, les salsifis, la peau du lait cuit. Mais le vin ! Autant voudrait-on détester l'air qu'on respire, puisque l'un et l'autre sont également indispensables. De Marcel Aymé
  • J'ai récolté des choux et cueilli des carottes de la terre et j'ai aussi visité des abattoirs ; ces expériences ne peuvent pas se comparer. De John Robbins
  • En effet, la carotte, sous forme d’huile essentielle, peut réellement faire des petits miracles. Régénérante et stimulante, apprenez dans quelles circonstances utiliser cette HE. Marie Claire, Les bienfaits de l'huile essentielle de carotte - Marie Claire
  • Car oui, la carotte râpée fait office de totem dans la culture alimentaire des Français, étant à la fois plat familial par excellence, souvenir nostalgique de nos repas à la cantine de l’école, et incontournable parmi les crudités. www.lepopulaire.fr, Indémodables carottes râpées - Limoges (87000)

Traductions du mot « carotte »

Langue Traduction
Anglais carrot
Espagnol zanahoria
Italien carota
Allemand karotte
Portugais cenoura
Source : Google Translate API

Synonymes de « carotte »

Source : synonymes de carotte sur lebonsynonyme.fr

Carotte

Retour au sommaire ➦

Partager