La langue française

Parodie

Définitions du mot « parodie »

Trésor de la Langue Française informatisé

PARODIE, subst. fém.

A. − Vieilli. Texte composé pour être chanté sur une musique connue. (Dict. xixeet xxes.).
B. −
1. Texte, ouvrage qui, à des fins satiriques ou comiques, imite en la tournant en ridicule, une partie ou la totalité d'une oeuvre sérieuse connue. Voici les premiers vers de la Ballade des célébrités du temps jadis, parodie de la Ballade de Villon (Lemaitre, Contemp., 1885, p.15).Que l'exécutant (...) accélère sur les notes de la 4emesure [de cette pastorale] (...) et cet air si charmant (...) devient une parodie (Mathis-Lussy, Rythme mus., 1911, p.75).C'était d'abord des parodies littéraires comme: Elle a vécu, Myrto, la jeune tarentule. Son beau corps a roulé, sous la vague, virgule... (Vercel, Cap. Conan, 1934, p.61).
SPECTACLES. [Au cabaret en particulier] Contrefaçon burlesque d'une pièce de théâtre connue. La parodie, proprement dite, ne peut guère avoir lieu sur le théâtre des Allemands; leurs tragédies, offrant presque toujours le mélange des personnages héroïques et des personnages subalternes, prêtent beaucoup moins à ce genre (Staël, Allemagne, t. 3, 1810, p.194).Derrière les acteurs (...) se projetaient de grandes ombres bizarres qui semblaient jouer la pièce en parodie, et contrefaire tous leurs mouvements avec des allures disloquées et fantasques (Gautier, Fracasse, 1863, p.179):
1. C'est que la parodie nous délivre d'admirer les autres, au lieu que la comédie nous délivre de nous admirer nous-mêmes; et ajoutez que la parodie ne distingue point et livre au ridicule tout un homme, alors que la comédie sauve celui qui rit par le rire; ainsi la comédie ne va point contre le respect, mais la parodie y va toujours... Alain, Beaux-arts, 1920, p.168.
2. P. anal. Imitation grossière qui ne restitue que certaines apparences. Synon. caricature.Monstrueux marmot à cheveux gris dont chaque pas hésitant était comme une parodie sacrilège de l'enfance (Bernanos, Imposture, 1927, p.432).Une morne bonne humeur une parodie de gaîté sonnait dans cette misère (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p.308):
2. Djali, comment fait maître Guichard Grand-Remy, capitaine des pistoliers de la ville, à la procession de la chandeleur? Djali se dressa sur ses pattes de derrière et se mit à bêler, en marchant avec une si gentille gravité que le cercle entier des spectateurs éclata de rire à cette parodie de la dévotion intéressée du capitaine des pistoliers. Hugo, N.-D. Paris, 1832, p.77.
Parodie de justice, de jugement. Justice, jugement sommaire. Une parodie de jugement, escamoté (...) une plaidoirie ahurissante, qui n'était qu'une espèce de confirmation du réquisitoire (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p.253).
Prononc. et Orth.: [paʀ ɔdi]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1. a) 1615 «imitation burlesque d'une oeuvre sérieuse» (Nesmond, Remonstrance faicte..., l'An 1615 ds Remonstrances, ouvertures de palais et arretz, éd. 1617, p.476); b) 1827 «contrefaçon, imitation grotesque» (Hugo, Préf. Cromwell, p.11); 2. 1751 [éd.] «couplet, strophe composés pour être chantés sur un air connu» (Voltaire, Siècle de Louis XIV, Berlin, t. 2, ch. 26, p.100). Empr. au gr. π α ρ ω δ ι ́ α «imitation bouffonne d'un morceau poétique» (dér. de π α ρ ω δ ο ́ ς «auteur de parodies», de π α ρ α ́ «à côté de» et de ω ̓ δ η ́ «chant», v. ode), plutôt qu'empr. au lat. parodia (hapax de glossateur, semble-t-il, v.Gaff.). Fréq. abs. littér.: 198. Bbg.Hempel (W.). Parodie... Germ.-rom. Mon. 1965, t. 15, pp.150-158.

Wiktionnaire

Nom commun

parodie \pa.ʁɔ.di\ féminin

  1. (Littérature) (Désuet) (Sens présent dans les dictionnaires du XIXe siècle.) Texte composé pour être chanté sur une musique connue.
    • Dans une musique bien faite, le chant est fait sur les paroles ; et, dans la parodie, les paroles sont faites sur le chant. — (Rousseau, Dictionnaire de musique, s.v. « parodie »)
  2. Satire qui imite en la tournant en ridicule, une partie ou la totalité d’une œuvre sérieuse connue.
    • Voici les premiers vers de la Ballade des célébrités du temps jadis, parodie de la Ballade de Villon. — (Lemaitre, Contemp., 1885, page 15)
    • Que l'exécutant […] accélère sur les notes de la 4e mesure [de cette pastorale] […] et cet air si charmant […] devient une parodie. — (Mathis-Lussy, Rythme mus., 1911, page 75)
    • C'était d'abord des parodies littéraires comme :
      Elle a vécu, Myrto, la jeune tarentule.
      Son beau corps a roulé, sous la vague, virgule… — (Vercel, Cap. Conan, 1934, page 61)
  3. (Théâtre) Contrefaçon burlesque d'une pièce de théâtre connue.
    • La parodie, proprement dite, ne peut guère avoir lieu sur le théâtre des Allemands ; leurs tragédies, offrant presque toujours le mélange des personnages héroïques et des personnages subalternes, prêtent beaucoup moins à ce genre. — (Staël, Allemagne, t. 3, 1810, page 194)
    • Derrière les acteurs […] se projetaient de grandes ombres bizarres qui semblaient jouer la pièce en parodie, et contrefaire tous leurs mouvements avec des allures disloquées et fantasques. — (Gautier, Fracasse, 1863, page 179)
    • C'est que la parodie nous délivre d'admirer les autres, au lieu que la comédie nous délivre de nous admirer nous-mêmes ; et ajoutez que la parodie ne distingue point et livre au ridicule tout un homme, alors que la comédie sauve celui qui rit par le rire ; ainsi la comédie ne va point contre le respect, mais la parodie y va toujours. — (Alain, Beaux-arts, 1920, page 168)
  4. Imitation grossière qui ne restitue que certaines apparences, travestissement burlesque, caricature.
    • Elles viendront appuyer sur sa base cette parodie de son édifice. — (Victor Hugo, préface de Cromwell, 1 827 [première attestation dans ce sens])
    • Monstrueux marmot à cheveux gris dont chaque pas hésitant était comme une parodie sacrilège de l'enfance. — (Bernanos, Imposture, 1927, page 432)
    • Une morne bonne humeur une parodie de gaîté sonnait dans cette misère. — (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, page 308)
    • Djali, comment fait maître Guichard Grand-Remy, capitaine des pistoliers de la ville, à la procession de la chandeleur? Djali se dressa sur ses pattes de derrière et se mit à bêler, en marchant avec une si gentille gravité que le cercle entier des spectateurs éclata de rire à cette parodie de la dévotion intéressée du capitaine des pistoliers. — (Hugo, N.-D. de Paris, 1832, page 77)
    • Parodie de justice, de jugement, justice, jugement sommaire.
    • Une parodie de jugement, escamoté […] une plaidoirie ahurissante, qui n'était qu'une espèce de confirmation du réquisitoire. — (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, page 253)
    • Quoi que puissent espérer les sycophantes, quoi que puissent appréhender les timorés, le peuple de notre pays ne se laisse pas prendre aux parodies de justice. — (Joseph Caillaux, « Discours de Montpellier » in Ma doctrine, 1926)
    • C'est toujours ce discours-là qui pousse les tyrans du tiers-monde à faire la simagrée de la démocratie, à jouer à la parodie des droits de l'homme. — (Daryush Shayegan, La lumière vient de l'Occident: Le réenchantement du monde et la pensée nomade, Éditions de l'Aube, 2015, dans l'introduction.)

Forme de verbe

parodie \pa.ʁɔ.di\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de parodier.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de parodier.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de parodier.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de parodier.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de parodier
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PARODIE. n. f.
Sorte d'ouvrage en vers ou en prose qui travestit en burlesque un ouvrage sérieux. Le Virgile travesti de Scarron est le type de la parodie. Par extension, Une parodie de justice, Une contrefaçon de la justice et de ses formes.

Littré (1872-1877)

PARODIE (pa-ro-die) s. f.
  • 1Ouvrage, en prose ou en vers, où l'on tourne en raillerie d'autres ouvrages, en se servant de leurs expressions et de leurs idées dans un sens ridicule ou malin. La parodie est la fille de la rhapsodie [c'est-à-dire elle commença chez les Grecs à propos des rhapsodies d'Homère], Scaliger, dans RICHELET. On trouve dans les dernières éditions des œuvres de Boileau une parodie ingénieuse de quelques scènes du Cid ; on peut voir aussi, dans les poésies de Mme Deshoulières, une parodie d'une scène de la même tragédie, Dumarsais, Trop. III, 10. La parodie nous tourne en ridicule ; un Fréron nous déchire ; voilà tout le fruit d'un travail qui abrége la vie, Voltaire, Lett. d'Argental, 26 fév. 1756. Il [Marivaux] regardait avec raison les parodies comme propres à décourager les talents naissants, à contrister les talents reconnus, et à jeter sur le genre noble une espèce d'avilissement, toujours dangereux chez une nation frivole, qui pardonne, oublie et sacrifie tout, pourvu qu'on l'amuse, D'Alembert, Éloges, Marivaux.

    Fig. Là [dans la révolution anglaise] le drame de la liberté, ici [dans la Fronde] sa parodie, Chateaubriand, Les quatre Stuarts, Henriette-Marie.

  • 2 Particulièrement. Pièce de théâtre d'un genre burlesque, où l'on travestit une pièce d'un genre noble. Dominique et Legrand ont fait dans leur Agnès de Chaillot une spirituelle parodie de l'Inès de Castro de Lamotte-Houdard.
  • 3 Fig. Peinture fausse, exagérée, travestissement moqueur. Tout est [à Paris] colifichet, pompon et parodie : Le monde, comme il est, me plaît à la folie, Gresset, Méchant, II, 7.
  • 4Couplet, strophe lyrique composée tout exprès pour être chantée sur un air, sur une mélodie faite à l'avance. Louis XIV faisait sur-le-champ de petites parodies sur les airs qui étaient en vogue, Voltaire, Louis XIV, 28. Dans une musique bien faite, le chant est fait sur les paroles ; et, dans la parodie, les paroles sont faites sur le chant, Rousseau, Dict. de mus. Parodie.

    S'est dit, au XVIIIe siècle, de tous les vaudevilles faits sur les airs d'opéra de Lulli et de Rameau.

  • 5On a enfin donné le nom de parodie à des pièces qui, n'ayant plus aucune ressemblance avec l'original, l'analysent ou le résument en ridicule. Désaugiers a composé une amusante parodie de l'opéra de la Vestale de Spontini.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PARODIE, s. f. (Belles Lettres.) maxime triviale ou proverbe populaire. Voyez Adage, Proverbe. Ce mot vient du grec παρὰ & ὁδὸς, via, voie, c’est-à-dire qui est triviale, commun & populaire.

Parodie, παρῳδία, parodus, se dit aussi plus proprement d’une plaisanterie poétique, qui consiste à appliquer certains vers d’un sujet à un autre pour tourner ce dernier en ridicule, ou à travestir le sérieux en burlesque, en affectant de conserver autant qu’il est possible les mêmes rimes, les mêmes mot, & les mêmes cadences. Voyez Burlesque. C’est ainsi que M. Chambers a conçu la parodie, mais ses idées à cet égard ne sont point exactes.

La parodie a d’abord été inventée par les Grecs de qui nous tenons ce terme, dérivé de παρὰ & ᾠδὴ, chant ou poésie. On regarde la batrachomiomachie d’Homere comme une parodie de quelques endroits de l’Iliade, & même une des plus anciennes pieces en ce genre.

M. l’abbé Sallier de l’académie des belles-lettres, a donné un discours sur l’origine & le caractere de la parodie, ou il dit en substance que les rhéteurs grecs & latins ont distingué différentes sortes de parodies. On peut, dit Cicéron, dans le second livre de l’orateur, insérer avec grace dans le discours un vers entier d’un poete ou une partie de vers, soit sans y rien changer, soit en y faisant quelque leger changement.

Le changement d’un seul mot suffit pour parodier un vers ; ainsi le vers qu’Homere met dans la bouche de Thétis pour prier Vulcain de faire des armes pour Achille, devint une parodie dans la bouche d’un grand philosophe, qui peu content de ses essais de poésie, crut devoir en faire un sacrifice au dieu du feu. La déesse dit dans Homere :

Ἥφαιστε πρόμολ’ ὧδε· Θέτις νύ τι σεῖο χατίζει
A moi, Vulcain, Thétis implore ton secours.

Le philosophe s’adressant aussi à Vulcain lui dit :

Ἥφαιστε πρόμολ’ ὧδε· Πλάτων νύ τι σεῖο χατίζει
A moi, Vulcain, Platon implore ton secours.

Ainsi, Corneille fait dire dans le cid à un de ses personnages.

Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes
Ils peuvent se tromper comme les autres hommes.

Un très-petit changement a fait de ces deux vers une maxime reçûe dans tout l’empire des lettres.

Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes
Et se trompent en vers comme les autres hommes.

Chapelain Décoiffé.

Le changement d’une seule lettre dans un mot devenoit une parodie ; ainsi Caton parlant de Marcus Fulvius Nobilior, dont il vouloit censurer le caractere inconstant, changea son surnom de Nobilior en Mobilior.

Une troisieme espece de parodie étoit l’application toute simple, mais maligne, de quelques vers connus ou d’une partie de ces vers sans y rien changer. On en trouve des exemples dans Démosthènes & dans Aristophanes : on trouve dans Héphestion, dans Denis d’Halicarnasse une quatrieme espece de parodie qui consistoit à faire des vers, dans le goût & dans le style de certains auteurs peu approuvés ; tels sont dans notre langue ceux où M. Despreaux a imité la dureté des vers de la Pucelle.

Maudit soit l’auteur dur, dont l’âpre & rude verve
Son cerveau tenaillant rima malgré Minerve,
Et de son lourd marteau martelant le bon sens,
A fait de méchans vers douze fois douze cens.

Enfin, la derniere & la principale espece de parodie est un ouvrage en vers, composé sur une piece entiere, ou sur une partie considérable d’une piece de poésie connue, qu’on détourne à un autre sujet & à un autre sens par le changement de quelques expressions ; c’est de cette espece de parodie que les anciens parlent le plus ordinairement ; nous avons en ce genre des pieces qui ne le cedent point à celles des anciens.

Henri Etienne qui florissoit vers la neuvieme olympiade, a été le premier inventeur de la parodie, & il nous donne Athenée pour son garant ; mais M. l’abbé Sallier ne croit pas qu’on puisse lui attribuer l’invention de toutes les sortes de parodies. Hegémon de Thasos, île de la mer Egée, qui parut vers la quatre-vingt-huitieme olympiade, lui paroît incontestablement l’auteur de la parodie dramatique qui étoit à-peu-près dans le goût de celles qu’on donne aujourd’hui sur nos théatres. Nous en avons un grand nombre & quelques-unes excellentes, entr’autres Agnès de Chaillot, parodie de la Tragédie de M. de la Mothe intitulée, Inès de Castro, & le mauvais ménage, parodie de la Marianne de M. de Voltaire. On peut sur nos parodies consulter les réfléxions de M. Riccoboni sur la comédie. Les Latins à l’imitation des Grecs se sont aussi exercés à faire des parodies.

On peut réduire toutes les especes de parodies à deux especes générales, l’une qu’on peut appeller parodie simple & narrative ; l’autre parodie dramatique. Toutes deux doivent avoir pour but l’agréable & l’utile. Les regles de la parodie regardent le choix du sujet & la maniere de le traiter. Le sujet qu’on entreprend de parodier doit être un ouvrage connu, célebre, estimé ; nul auteur n’a été autant parodié qu’Homere. Quant à la maniere de parodier, il faut que l’imitation soit fidelle, la plaisanterie bonne, vive & courte, & l’on y doit éviter l’esprit d’aigreur, la bassesse d’expression, & l’obscénité. Il est aisé de voir par cet extrait, que la parodie & le burlesque sont deux genres très-différens, & que le Virgile travesti de Scaron n’est rien moins qu’une parodie de l’Eneide. La bonne parodie est une plaisanterie fine, capable d’amuser & d’instruire les esprits les plus sensés & les plus polis ; le burlesque est une boufonnerie misérable qui ne peut plaire qu’à la populace. Mém. de l’acad. des Belles-Lettres, tom. VII. pag. 398. & suiv.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « parodie »

Παρῳδία, de παρὰ, à côté, et ᾠδὴ, chant (voy. ODE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1615) Emprunté au latin parodia ou au grec ancien παρῳδία, parôidía, composé de παρά, pará (« à coté de ») et de ᾠδή, ôidế (« chant »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « parodie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
parodie parɔdi

Citations contenant le mot « parodie »

  • Parodies et caricatures sont les plus pénétrantes des critiques. Aldous Huxley, Point Counter Point, 28
  • La parodie est une forme de critique. De Patrick Rambaud / Evene.fr - Septembre 2006
  • L'amour. Cette sanglante parodie de la vie, de la mort. De Monique Bosco / New Medea
  • Est-ce que vieillir consiste à développer une parodie de soi ? De Yasmina Reza / Une désolation
  • La parodie n'est-elle pas le destin éternel de l'homme ? De Milan Kundera / La vie est ailleurs
  • La justice n'a rien à voir avec la loi, qui n'en est que la déformation, la charge et la parodie. De Georges Courteline / L’article 330
  • Alexandra Lamy en pleine parodie : cette vidéo qui fait sourire Gala.fr, Alexandra Lamy en pleine parodie : cette vidéo qui fait sourire - Gala
  • Une parodie juste excellente. Après il faut être clair, ce n'est pas seulement Lidl mais toutes les enseignes qui vendent de la viande issue de l'élevage conventionnel qui sont concernées. Après c'est très bien que le consommateur sache comment à été produit la viande qui est dans son assiette... s'il en mange. L'Obs, L214 parodie Lidl pour dénoncer les pratiques d’élevage et d’abattage des poulets
  • L’émission hebdomadaire « Saturday Night Live » (SNL), diffusée par la chaîne américaine NBC depuis 1975, est fondée sur des sketchs comiques et des parodies qui ont trait à l’actualité politique, sociétale et télévisuelle, joués en direct et en décor de studio par une bande d’acteurs humoristes. Le Monde.fr, « Documentary Now », des parodies raffinées et hilarantes à la sauce « Saturday Night Live »
  • Le but des algorithmes de Weird A.I. Jankovic est le même en version moderne : faire réécrire des paroles de chanson par une intelligence artificielle pour les parodier. Le 15 mai, Mark Riedl publie sur Twitter une vidéo d’une version instrumentale de Beat It, de Michael Jackson, accompagnée de paroles écrites, façon karaoké. Le 14 juillet, il reçoit un message de Twitter lui indiquant que sa vidéo a été supprimée suite à une plainte des ayants droit ; en l’occurrence l’IFPI (International Federation of the Phonographic Industry). 01net, Une parodie de Michael Jackson réécrite par une I.A. a été supprimée par les ayants droit
  • L'union sacrée face à la pandémie du coronavirus est terminée au CHU de Toulouse. Depuis plusieurs semaines, les polémiques se multiplient entre la direction du centre hospitalier et la CGT. Le syndicat vient de parodier la vidéo de l'influenceur JP Fanguin afin de dénoncer l'injustice salariale.  France 3 Occitanie, La CGT du CHU de Toulouse parodie la vidéo "la question elle est vite répondue" pour appeler à manifester
  • Renegade Investor nous a indiqué avoir écrit les paroles lui-même, mais que l’idée de cette parodie mûrit depuis longtemps. “L'idée est née il y a quatre ans, au retour d'un mariage près de Londres. J'avais déjà fait une chanson sur le Bitcoin et je pensais à en faire d’autres que je pourrais utiliser. Ma petite amie à l'époque, Tara, a mentionné Gangsters Paradise et c'est le titre de la chanson "Banksters Paradise" qui m’est venu en tête tout de suite, même si je n’étais pas certain que les paroles seraient appropriées à réécrire. Quatre ans plus tard, il, y a eu la COVID-19 qui a vraiment mis en évidence à quel point le Banksters Paradise est le paradis dans lequel nous vivons après une nouvelle série de renflouements secrets et de trillions de dollars imprimés et distribués. Je pensais que les gens ne supporteraient plus ce genre de renflouements après ce qui s’est passé en 2008, mais je me trompais”. , Découvrez cette impeccable parodie pro-Bitcoin de Gangsta's Paradise

Images d'illustration du mot « parodie »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « parodie »

Langue Traduction
Anglais parody
Espagnol parodia
Italien parodia
Allemand parodie
Chinois 模仿
Arabe محاكاة ساخرة
Portugais paródia
Russe пародия
Japonais パロディー
Basque parodia
Corse parodia
Source : Google Translate API

Synonymes de « parodie »

Source : synonymes de parodie sur lebonsynonyme.fr

Parodie

Retour au sommaire ➦

Partager