Border : définition de border


Border : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BORDER, verbe trans.

I.− MARINE
A.− Garnir de bordages un navire :
1. Le plateau de grande-vue, granite-house et le chantier de construction étaient momentanément préservés. Or, ces quelques jours, il fallait les employer à border le navire et à le calfater avec soin. Puis, on le lancerait à la mer et on s'y réfugierait, quitte à le gréer, quand il reposerait dans son élément. Verne, L'Île mystérieuse,1874, p. 603.
B.− Placer sur le bord d'une embarcation. Border les avirons. Les mettre sur le bord du bateau, prêts à servir (Maupassant, Pierre et Jean, 1888, p. 441).
C.− Saisir par le bord. Border les voiles. Les tendre par leur bord inférieur (cf. Jarry, Ubu Roi, 1895, p. 91 : border la misaine).
D.− Longer de son bord, ou longer le bord de quelque chose.
1. Border les côtes. Les côtoyer (Voyage de La Pérouse, 1797, t. 2, p. 387).
2. Border un vaisseau ennemi. Le suivre de côté pour l'observer.
Rem. Cité dans la plupart des dict. gén. du xixesiècle.
II.− Usuel
A.− Garnir quelque chose d'un bord, d'une bordure; aménager une chose de manière qu'elle ait un bord.
1. [À l'aide d'un galon, d'un ruban ou de fourrure] :
2. L'extrême magnificence de ce présent ne fut pas ce qui frappa le plus Olivier; ses yeux se fixèrent sur deux rangs de grosses perles qui bordoient le haut de la housse, et qu'il reconnut dans l'instant pour les avoir vues au cou de la duchesse; ... Mmede Genlis, Les Chevaliers du Cygne,t. 3, 1795, p. 77.
3. J'avais ce soir, en chemin de fer, vis-à-vis de moi, une vieille femme toute charmante d'une grâce séductrice. Une toilette entièrement noire : gants, robe, grand manteau à deux pélerines, capuchon; une toilette où il n'y avait de blanc qu'une dentelle blanche bordant son capuchon, qui courait sur les bandeaux bouffants de ses cheveux gris et encadrait son visage. E. et J. de Goncourt, Journal,1893, p. 383.
4. Lu dans une revue de 99 un compte-rendu du premier livre de vers de Thomas Hardy, et une poésie amoureuse d'une ironie et d'un pessimisme que Tess ne faisait guère prévoir. Vu sa tête, vague, et une photographie d'Henri De Régnier, du temps où l'on bordait les revers de vestons : tête inénarrable dont le masque de Vallotton ne donne pas une idée. Alain-Fournier, Correspondance[avec J. Rivière], 1906, p. 76.
5. Je vais m'asseoir dans un café et j'ouvre mon livre, mais la patronne a envie de bavarder avec moi. Elle est assise au bout d'une longue table de billard recouverte de sa housse et borde des mouchoirs. Green, Journal,1934, p. 216.
Rem. À signaler le subst. bordeur, euse, anc. forme du mot brodeur et qui désigne plus partic. l'ouvrier (ère) qui borde les chaussures (cf. Sue, Les Mystères de Paris, 1842-43, p. 209).
Emploi pronom. [En parlant d'une chose quelconque] Se border de. Se garnir de :
6. Un nuage énorme, à tel point brouillé qu'il donnait aux aviateurs l'impression de devenir aveugles, se jeta sur les avions de tourisme, dont les plans se bordaient de neige et qui commencèrent à frémir dans la course affolée des flocons qui les recouvraient. Malraux, L'Espoir,1937, p. 843.
2. [L'obj. désigne un lit, des draps, des couvertures] En replier le bord sous le matelas :
7. Ah! je suis bien! dit enfin Rose, allongée, pendant que la cousine bordait les draps et remontait le traversin. Et elle riait d'aise, toute seule au milieu du grand lit. Zola, Pot-Bouille,1882, p. 276.
P. brachylogie. Border un enfant (dans son lit), border serré (cf. Renard, Poil de Carotte, 1894, p. 21) :
8. Les deux hommes étendirent sur elle leurs manteaux; ils enveloppèrent ses pieds, ses jambes et ses genoux, comme un enfant qu'on borde dans son lit. Elle se laissait faire, et les remerciait du regard. R. Rolland, Jean-Christophe,L'Adolescent, 1905, p. 296.
3. Domaines techn.
a) HORTIC. et JARD.
Border une planche. En relever les bords de chaque côté.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. du xixeet du xxes., (cf. également É.-A. Carrière, Encyclop. hortic., 1862, p. 61).
Border une plate-bande, un massif, une allée. Y planter des végétaux destinés à former des bordures :
9. ... j'avais fait de l'île un parc, un salon, astiquant les grèves de nacres, polissant les récifs, colorant de rouge vif par des injections dans les racines des bosquets entiers, que je bordais ensuite d'orchidées nègres... Giraudoux, Suzanne et le Pacifique,1921, p. 202.
b) PÊCHE. Border un filet. Attacher une corde autour de ce dernier pour le rendre plus fort.
Rem. Attesté dans la plupart des dict. gén. du xixeet xxesiècle.
c) B.-A.
PEINT. Coucher une couleur plus claire ou plus sombre sur le fond d'un tableau, autour des figures et autres objets pour en détacher les contours.
GRAV. Entourer de cire malléable les planches de grande dimension qu'on ne peut plonger dans la cuvette, mais sur lesquelles on verse directement l'acide à mordre.
Rem. 1. Sens attesté dans la plupart des dict. gén. du xixeet du xxes., ainsi que dans J. Adeline, Lex. des termes d'art, 1884. 2. À signaler le verbe bordoyer. ,,Coucher l'émail à plat sur une plaque de métal bordée`` (cf. Ac. Compl. 1842). Il se dit aussi en parlant du mauvais effet des émaux clairs (attesté dans la plupart des dict. gén. du xixeet du xxes.). 3. À ce verbe correspond le subst. masc. bordement. Manière d'employer les émaux clairs en les couchant à plat.
B.− Occuper le bord de quelque chose, servir de bord à quelque chose. Précipices qui bordent la route (Karr, Sous les tilleuls,1832, p. 43);saules qui bordaient une rivière (Flaubert, Trois contes,La Légende de st Julien l'Hospitalier, 1877, p. 94):
10. Nous franchîmes la première chaîne des montagnes qui bordent la rive orientale du Nil; et perdant de vue les humides campagnes, nous entrâmes dans une plaine aride : rien ne représente mieux le passage de la vie à la mort. Chateaubriand, Les Martyrs,t. 2, 1810, p. 120.
11. Ils se faisaient des joies de courir la campagne équivoque et jolie qui borde la ville, les rues où les cabarets, couleur lie de vin, sont ombragés par des acacias, les chemins pierreux où les orties croissent au pied des murs, les petits bois et les champs sur lesquels s'étend un ciel fin que rayent les fumées des usines. A. France, Le Lys rouge,1894, p. 299.
12. C'est surtout sur place, et à part dans chacun des compartiments naturels qui divisent la contrée, que s'obtenaient les moyens de nourriture. Toutefois une ressource générale provenait des rivages poissonneux qui bordent les mers japonaises. Vidal de La Blache, Principes de géogr. hum.,1921, p. 145.
P. ext. [l'obj. désigne le corps hum. ou une partie du corps] Membranes qui bordent les doigts (Cuvier, Leçons d'anat. comp.,t. 2, 1805, p. 587):
13. Louise n'avait pas prononcé une parole. Elle avait seulement un peu rougi, et baissait la tête. Un filet rouge bordait l'orbe de ses yeux ternes. Je crus qu'elle allait pleurer. Mirbeau, Le Journal d'une femme de chambre,1900, p. 310.
MILIT. [En parlant de troupes] Border la haie. Occuper, en formation de ligne un des côtés ou chaque côté d'une rue, etc. Synon. mod. faire la haie :
14. Cent Écossais bordaient la haie autour de Charles VIII entrant dans Rome. Stendhal, Promenades dans Rome,t. 2, 1829, p. 298.
PRONONC. : [bɔ ʀde], (je) borde [bɔ ʀd].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Ca 1170 « (d'une chose), garnir, constituer le bord de qqc. » (Fierabras, 6054, A.P. dans R. Hist. litt. Fr., 1898, p. 297); 2. 1264 [date du ms.] mar. border les nes « munir [les nefs] de bordages » (B. de Ste Maure, Troie, 17468, var. dans T.-L.); 1296 id. (Compte de Jean Arrode et de Michel Gascoing, 26 août dans Jal1); 3. 1271 « garnir (qqc.) d'un bord » (E. Boileau, Métiers, 193 dans T.-L.); 4. « placer une chose au bord d'une autre » spéc. xiiies. border le lit [littéralement : assujettir les couvertures au bord du lit] (Chansons et dits artésiens, XI, 10, ibid.); 5. 1690 border une voile « tendre les écoutes pour raidir une voile » (Fur.). Dér. de bord*; dés. -er.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 775. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 200, b) 1 245; xxes. : a) 876, b) 1 075.

Border : définition du Wiktionnaire

Verbe

border \bɔʁ.de\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se border)

  1. Garnir sur le bord d’un ruban, d’un galon, d’un morceau d’étoffe, de toile, etc.
    • Border un manteau, le border d’hermine. — Border des rideaux.
  2. Attacher une corde autour d’un filet pour le rendre plus fort.
    • Border un filet.
  3. Engager le bout des draps et de la couverture entre le bas du lit et le matelas.
    • On n'apercevait pas Lulu : elle avait le visage couvert d'un drap et la forme de son corps disparaissait sous un amas de couvertures étroitement bordées. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 170)
  4. (Par extension) Se dit aussi pour la personne qui est dans le lit.
    • Elle se leva enfin, borda gentiment Elhamy qui, calme et alangui, restait allongé, la tête appuyée sur son coude, un sourire satisfait au coin des lèvres. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans "Trois contes de l’Amour et de la Mort", 1940)
  5. S’étend, régner le long de certaines choses et y servir comme de bord.
    • L’hiver était rude. Sur les routes que le court dégel de midi amollissait vaguement, la boue se ridait, se hérissait en lilliputiennes murailles et les sillons durcis qui bordaient les ornières ne s’affaissaient point. — (Louis Pergaud, Le retour, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Bien qu’il connût la route, il s’avançait avec précaution, dans cette avenue que bordaient d’énormes arbres dont les cimes se perdaient dans l’ombre. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Derrière la maison sied un terrain de cinquante ares qui borde un chemin sur une longueur de soixante mètres. Il est tout à fait possible de le diviser en parts égales et de proposer ainsi à la vente trois terrains à bâtir. — (Alain Lebrun, « Le Luron triste », dans le Journal d'un notaire de campagne, Marivole Éditions, 2017)
  6. (Militaire) Ranger des troupes en longue ligne sur un des côtés ou de chaque côté d’une rue, d’un chemin où doit passer un personnage important, un cortège, etc.
  7. (Marine) Tendre une voile ou la ramener contre la coque.
    • Border une voile. — Border les écoutes.
  8. (Marine) Revêtir la membrure de bordages.
    • Dans les grands bâtimens on nomme gaillard, les deux portions du troisième pont qui ne sont bordées (planchées) que de l’arrière, depuis le couronnement jusqu’au grand mât, ce qui forme le gaillard d’arrière; […]. — (Jean-Baptiste-Philibert Willaumez, Dictionnaire de marine, 3e éd., 1831, page 302)
    • … Mac Nap venait d’achever la carcasse de l’embarcation, qui était bordée et membrée. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
  9. (Marine) (Vieilli) côtoyer, naviguer le long des côtes ou d’un autre navire.
    • La flotte ne fit que border les côtes. - Border un vaisseau ennemi.
  10. (Agriculture) Planter une bordure ou la mettre en valeur.
    • Border une allée, une plate-bande, etc.
  11. (Pronominal) Se garnir de.

Verbe

border \Prononciation ?\

  1. Variante de behorder.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Border : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BORDER. v. tr.
Garnir sur le bord d'un ruban, d'un galon, d'un morceau d'étoffe, de toile, etc. Border un manteau, le border d'hermine. Border un chapeau d'un galon d'or. Border des souliers. Border des rideaux. Border un filet, Attacher une corde autour d'un filet pour le rendre plus fort. Border un lit, Engager le bout des draps et de la couverture entre le bois de lit et la paillasse ou le matelas. On dit dans le même sens Border un drap, une couverture, etc. Par extension, Border quelqu'un dans son lit, ou absolument, Border quelqu'un. En termes de Marine, Border un bâtiment, Revêtir sa membrure de bordages. Border les avirons, Les mettre sur le bord d'un bâtiment à rames, prêts à nager. Border une voile, L'arrêter, la tendre par en bas. On dit de même Border les écoutes. En termes de Jardinage, Border une planche, Relever avec le dos de la bêche la terre des bords, de manière que la planche soit plus élevée que le sentier. Border une allée, une plate-bande, etc., Planter une bordure sur ses bords. Il se dit aussi de Ce qui s'étend, de ce qui règne le long de certaines choses et qui y sert comme de bord. Le quai, la chaussée qui borde la rivière. Un ruisseau, un fossé borde ce jardin. Une belle prairie qui borde un étang. Une grande allée d'arbres borde le canal. Un parterre bordé de fleurs. Un bassin bordé de gazon. Un lieu bordé de précipices. On dit de même Les précipices qui bordaient notre route. La foule bordait le chemin par où il devait passer, etc. Border la haie, se dit en parlant de Troupes rangées en longue ligne sur un des côtés ou de chaque côté d'une rue, d'un chemin où doit passer un personnage important, un cortège, etc. En termes de Marine, il signifie aussi Côtoyer, naviguer le long des côtes. La flotte ne fit que border les côtes. Ce sens a vieilli. Border un vaisseau ennemi, Le suivre de côté, afin de l'observer.

Border : définition du Littré (1872-1877)

BORDER (bor-dé) v. a.
  • 1 Terme de marine. Revêtir de bordages la membrure d'un navire.
  • 2Étendre le long de certaines choses en forme de bords. Les gazons dont un printemps éternel bordait son île, Fénelon, Tél. I.

    Par extension, border un champ de fossés, de haies.

    Terme de peinture et de gravure. Entourer les figures d'un tableau d'une teinte qui les fasse ressortir. Garnir de cire les bords d'une planche de cuivre afin de retenir l'eau forte.

    Border une allée, un parterre, y mettre une bordure.

  • 3Occuper le bord. Nous ne pouvons border tous ces retranchements, Voltaire, Louis XIV, 19. Des légions entières Marchent sur son passage et bordent les frontières, Voltaire, Triumv. II, 2. Le gouverneur fit border d'infanterie la route que René devait suivre, Chateaubriand, Natch. II, 238.

    Border la haie, en parlant de troupes, être rangé en longue ligne sur le chemin que doit parcourir un cortége. La cavalerie bordait la haie.

    Border la haie s'est dit aussi d'une manière particulière de tirer, lorsqu'une troupe d'infanterie étant sur trois lignes, la première met un genou en terre, la seconde se penche sur l'épaule des premiers, et la troisième se tient debout, pour tirer ensemble sans crainte de se blesser mutuellement.

  • 4Border un lit, replier le bord de la couverture sous le premier matelas.

    Terme de marine. Border une voile, la tendre par en bas. Border les écoutes a le même sens.

  • 5Garnir le bord d'une étoffe, d'un vêtement avec un ruban, un galon. Border des souliers.
  • 6 Terme de marine. Côtoyer. La flotte ne fit que border les côtes. Border un vaisseau ennemi, le suivre de côté pour l'observer.

    Dans un sens analogue. Si un mobile en une minute borde l'espace ACB qui contiendra 100 milles d'aire, il doit border en deux minutes un espace BCD de 200 milles, Voltaire, Newt. III, 4.

    Border les avirons, les mettre en place sur le bord de l'embarcation.

HISTORIQUE

XIIIe s. Nus ne nulle ne puet border d'or de Luque chapiaus ne ataches ne treçons à boines pelles [perles], fors de boin or ou de fine soie, Liv. des mét. 193.

XVe s. Elle est d'ennuy si fort bordée ; Dieu scet que l'ay chiere achaptée, Sans gueres d'argent de plaisir, Orléans, Rond. Le soleil ses rayes envoyoit et despartoit dessus la terre peinte et bordée de belles fleurs, Louis XI, Nouvelles, XI.

XVIe s. Les nations qui bordent la mer Mediterranée, Montaigne, I, 231. Deux ruisseaux bordez de beaux arbres, Montaigne, II, 46. Il fit border leur pavois tout alentour d'une lame de cuivre, Amyot, Cam. 68.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BORDER.
7Ajoutez :

En termes de marine, border de tant d'avirons, se dit aussi de l'embarcation qui reçoit tant d'avirons. Toutes les barques coralines sont construites sur le même modèle ; elles bordent autant d'avirons qu'il y a d'hommes à bord, Journ. offic. 31 oct. 1876, p. 7811, 2e col.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Border : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* BORDER, v. act. en général, c’est garnir les extrémités de quelque chose que ce soit, d’une autre chose accidentelle, qui orne, conserve, ou fortifie la chose bordée.

Ainsi, en terme de Pêche, border un filet, c’est attacher de trois pouces en trois pouces avec du fil, une corde autour du filet pour le rendre plus fort.

Border, en terme de Jardinage, un parterre, une plate-bande, une planche de potager ; c’est l’entourer de buis, de staticée, de thym, de lavande, de romarin, & autres plantes. (K)

Border, en terme de Boisselier ; c’est garnir d’un bord d’osier les extrémités de chaque piece de boisselerie en-dessus du corps, ou vers le milieu de cette piece, pour la rendre plus ferme & plus solide.

Border, en terme de Vannerie ; c’est finir & terminer par un cordon de plusieurs brins d’osier une piece de mandrerie.

Border la haie, en Art militaire, est un mouvement par lequel on dispose plusieurs rangs ou plusieurs files, sur une ou plusieurs lignes droites marquées ; & l’on dit border la haie, parce qu’on se sert véritablement de cette évolution pour disposer une troupe le long d’une haie, d’un retranchement, d’une rue, ou de quelqu’autre chemin. Voy. Rang, File.

Il y a plusieurs manieres de border la haie. La plus ordinaire est qu’au commandement de border la haie, chaque rang ou chaque file fait en particulier un quart de conversion du côté qu’il est dit ; ce qui réduit tous les rangs en une file, ou toutes les files en un seul rang, que l’on appelle haie. Bottée, Exercice de l’infanterie. (Q)

Border un vaisseau, (Marine.) c’est couvrir ses membres de bordages.

On dit border le tillac, l’acastillage, le vibord.

Border en caravelle ; c’est border à l’ordinaire, de sorte que les bordages se touchent quarrément à côté l’un de l’autre.

Border à quein ; c’est border de sorte que l’extrémité d’un bordage passe sur l’autre. Voyez Quein.

Border une voile, (Marine) c’est l’étendre par en bas en halant ou tirant les cordages appellés écoutes, pour prendre le vent.

Larguer la voile ou filer les écoutes, c’est le contraire de border.

Les voiles supérieures sont bordées par le bas aux vergues inférieures.

Border une écoute, c’est la tirer, ou haler, jusqu’à ce qu’on fasse toucher le coin de la voile à un certain point.

Border les écoutes arriere, c’est-à-dire haler les deux écoutes de chaque voile, afin d’aller vent en poupe.

Border l’artimon, c’est haler l’écoute d’artimon à toucher à une poulie qui est mise sur le haut de l’arriere du vaisseau. On dit seulement border l’artimon, ou l’écoute d’artimon, & non les écoutes ; parce qu’il n’y en a qu’une à cette voile qui serve à la fois.

Border l’artimon tout plat, border la misene tout plat, c’est en border les écoutes autant qu’il se peut.

Borde les écoutes tout à plat, terme de commandement. Border & brasser au vent, c’est pour faire border les écoutes & brasser les vergues, lorsque le vent recule : Borde la grande écoute ; borde la misene, ou la hale au plus près du vent ; borde la civadiere ; borde le grand perroquet ; borde le petit perroquet de misene ou d’avant ; borde au vent ; borde sous le vent.

Tous ces commandemens se font pour faire border les écoutes chacune en particulier ; quelques-uns disent, borde l’écoute d’une telle voile.

La vergue de soule ne sert que pour border le perroquet par le bas.

Border un vaisseau ; on se sert quelquefois de cette expression pour dire, suivre un vaisseau de coté pour l’observer & le reconnoître. (Z)

Border les avirons, (en terme de Batelier) c’est mettre les avirons dans les tourets du bachot pour nager, autrement dit ramer.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « border »

Étymologie de border - Wiktionnaire

(1170) Dénominal de bord.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de border - Littré

Bord ; bourguig. bodai.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « border »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
border bɔrde play_arrow

Conjugaison du verbe « border »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe border

Évolution historique de l’usage du mot « border »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « border »

  • Érigé en 1961, le mur de Berlin a très tôt été recouvert de graffitis puis, au fil des ans, d’œuvres de plus en plus complexes, au point de devenir l'un des symboles du "border art". Aujourd'hui encore, un des derniers morceaux du mur encore debout est devenu une galerie à ciel ouvert. France Culture, Le mur de Berlin, emblème du "border art"
  • Alors que l’importante construction de murs frontaliers secoue la communauté internationale, on cherche à sauvegarder et protéger les murs du passé. Le plus connu d’entre eux, le mur de Berlin, est le symbole du “border art”, c’est à dire l’art au service des frontières, et notamment comme trace du passé. Suite à sa chute en 1989, le mur qui séparait l’Est et l’Ouest de l’Europe, certains tronçons ont été sauvegardés en mémoire de la guerre froide. Très vite, ces pans de mur ont été investi par de nombreux artistes, ce qui en fait aujourd’hui une galerie à ciel ouvert. Aujourd’hui, le morceau du mur le plus connu est l’East Site Gallery. Ce sont en tout 106 peintures murales qui viennent le recouvrir, issues de l’oeuvre de 118 artistes. Certaines peintures sont mondialement connues, et politiquement engagées comme le baiser entre Honecker et Breschnew appelé “ Bruderkuss”. Ces oeuvres attirent aujourd’hui de nombreux touristes, mais restent avant tout les traces d’un passé tumultueux qu’il ne faut pas oublier. Lumières de la Ville, Le border art au service des frontières
  • Ce vendredi 1er mai, depuis le début d'après-midi, un jeune border collie a échappé à l'attention de son maître au village des "Granges" à La Séauve-sur-Semène. , La Séauve-sur-Semène : un jeune border collie a disparu - La Commère 43

Images d'illustration du mot « border »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « border »

Langue Traduction
Portugais aconchegar
Allemand zudecken
Italien fiancheggiare
Espagnol arropar
Anglais border
Source : Google Translate API

Synonymes de « border »

Source : synonymes de border sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « border »


Mots similaires