Bigarrer : définition de bigarrer


Bigarrer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BIGARRER, verbe trans.

A.− [Le compl. désigne un inanimé concr., ou l'apparence physique d'une pers.] Bigarrer qqn, qqc. (de qqc.). Marquer de couleurs, de tons différents qui tranchent ou se heurtent par leur disparate. Synon. barioler* :
1. ... le toit varié des forêts que bigarrent le vert naissant du printemps, la pourpre et l'or de l'automne, le bronze mat et le violet terne des feuilles crispées de l'hiver. Nodier, Smarra,1821, p. 44.
B.− P. ext., au fig. Entremêler; rendre disparate :
2. ... il me paraît de mauvais goût que le titre d'un livre de cette espèce soit bigarré de latin, de français et d'italien. Guéhenno, Jean-Jacques,Grandeur et misère d'un esprit, 1952, p. 55.
Rem. On rencontre un emploi pronom. chez Sainte-Beuve. Portraits littéraires, t. 2, 1844-64, p. 471.
PRONONC. : [bigaʀe].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Ca 1450 adj. bigarré « de plusieurs couleurs » (Miroir dames, éd. A. Piaget, 147); 2. 1530 verbe bigarrer « diversifier par des couleurs qui tranchent les unes sur les autres » (Palsgr., p. 482). Orig. obsc. Prob. comp., à l'aide du préf. bi(s) « deux fois », du m. fr. garre « de deux couleurs », attesté dep. 1360 (Inv. du duc d'Anjou, no533 dans Gdf. : levrier garre) et lui-même d'orig. inc. (FEW t. 4, s.v. *garr-; Bl.-W.5; Dauzat 1968). Un empr., par l'intermédiaire de l'esp. abigarrar, à l'arawak de Haïti bija « teinture rouge » (G. Friederici dans Z. fr. Spr. Lit., t. 56, pp. 33-34) est peu vraisemblable. La dérivation à partir de l'esp. bígar(r)o « coquillage de la côte cantabrique » (EWFS2) ou du langued. bigar « frelon » (L. Sainéan dans R. Et. rab., t. 10, pp. 264-271 et Z. rom. Philol., t. 30, pp. 558-559, H. Schuchardt dans Z. rom. Philol., t. 11, pp. 500-501) fait difficulté du point de vue sém. et chronologique.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 5.
BBG. − Brüch. (J.). Zu Meyer-Lübkes etymologischem Wörterbuch. Z. rom. Philol. 1920, t. 40, pp. 644-645. − Friederici (G.). Die Herkunft einiger überseeischen Lehnwörter im Französischen. Z. fr. Spr. Lit. 1932, t. 56, p. 34. − Reichenberger (K.). Die Bezeichnung der Schürze in Italien und Frankreich. Vox rom. 1957, t. 16, p. 53. − Rupp. 1915, p. 104. − Sainéan (L.). Notes d'étymol. rom. Z. rom. Philol. 1906, t. 30, pp. 558-559. − Sainéan (L.). Rabelaesiana. R. des ét. rabelaisiennes. 1912, t. 10, pp. 264-271. − Schuchardt (H.). Romano-baskisches. Z. rom. Philol. 1887, t. 11, pp. 500-501.

Bigarrer : définition du Wiktionnaire

Verbe

bigarrer \bi.ɡa.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Nuancer de couleurs qui tranchent ou qui sont mal assorties.
    • Les étranges figures dont tout Mangarévien bigarrait sa peau, jointes à sa longue barbe et sa chevelure flottante, lui donnaient un air martial et terrible, que ne démentait pas son caractère; car il passait, avant sa conversion, pour le plus féroce insulaire de l'Océanie. — (Caret, Archipel de Mangaréva (Iles Gambier), dans Revue de l'Orient, 1844)
  2. (Figuré) (Familier) Charger, remplir en parlant de citations, etc., qui sont ajoutées et qui ne produisent que de la confusion.
    • Bigarrer ses ouvrages de citations, de mots grecs et latins, etc.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bigarrer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BIGARRER. v. tr.
Nuancer de couleurs qui tranchent ou qui sont mal assorties. Étoffe bigarrée. Fig. et fam., Bigarrer ses ouvrages de citations, de mots grecs et latins, etc., Les charger, les remplir de citations, etc., qui ne produisent que de la confusion.

Bigarrer : définition du Littré (1872-1877)

BIGARRER (bi-ga-ré) v. a.
  • 1Marquer de couleurs qui tranchent l'une sur l'autre. Bigarrer son ajustement.
  • 2 Fig. Ont-ils pu démêler toutes les nuances qui bigarrent la vie commune ? Voltaire, Lett. Prusse, 79. Sans bigarrer son discours de quelque plaisanterie hors de place, Vauvenargues, Batylle.

HISTORIQUE

XVIe s. Tu fais germer la terre, et de vives couleurs Tu bigarres les prés orgueillis de leurs fleurs, Ronsard, 913. Son oraison tant bien parée Semble une juppe bigarrée De plus de sortes de couleurs Que les prez ne portent de fleurs, Du Bellay, J. VII, 75, verso. Que le vert pré desserre Ses plus douces odeurs, Se bigarrant de fleurs, Yver, p. 574. Après eux marchoient les prevost des marchands et eschevins, bigarrez de diverses couleurs, Sat. Mén. p. 13. Les vers bigarrés sont pires que ceux qui sont d'une seule couleur, Paré, XXII, 4. Il y en a [des pigeons] de blancs, de noirs, de gris, d'enfumés, de meslés et de bigarrés, De Serres, 404. Par telle curiosité [entements réitérés], les fruits s'en diversifient et bigearrent avec utile et plaisante admiration, De Serres, 640. Si on veut bigearrer le taillis, en y entremeslant diverses especes d'arbres pour le decorement, De Serres, 793. Pourquoy bigarres tu ton saion en ceste façon ? Palsgrave, p. 482. Et tu ne fais point de cas de deux, trois et quatre cens collecteurs bigarrez, Froumenteau, Finances, 3e liv. p. 395. Ce qu'aucuns bigarrés [irrités] hors de saison ne veulent conceder, Paré, VIII, 23.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BIGARRER. Ajoutez :
3 V. réfl. Se bigarrer, prendre, recevoir des bigarrures. Il n'y a point de valet qui ne soit de race de rois, ni de roi qui ne soit de race de valets : tout se bigarre de cette façon avec le temps, Malherbe, Lexique, L. Lalanne.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « bigarrer »

Étymologie de bigarrer - Littré

Ménage le tire de bis et variare, bis dans le sens péjoratif (voy. BIS- préfixe), et variare. Diez, qui ne repousse pas cette étymologie, en suggère cependant une autre, qui serait : bi-garrer pour bi-carrer, de carrer, disposer, arranger en forme de carrés, d'échiquier. Mais ce qui paraît décider la question pour Ménage, c'est l'existence, en Berry, de gare, gareau, gariau, gariche, tous mots qui signifient de couleur variée. Que le v latin puisse se changer en g comme le w germanique, bien que plus rarement, c'est ce que prouve guivre de vipera, gaîne de vagina, etc. On voit par quelques exemples qu'on a confondu bigarrer avec bizarre, qu'on écrivait bigeare, et qu'on en a fait bigearer ; mais cela ne peut être considéré que comme une erreur.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de bigarrer - Wiktionnaire

(1450) Probablement composé de bi- et de l’ancien français garre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bigarrer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bigarrer bigare play_arrow

Conjugaison du verbe « bigarrer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe bigarrer

Évolution historique de l’usage du mot « bigarrer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bigarrer »

  • Au fond, il faut envisager le premier mois de l’année comme un défi appétissant. A savoir faire avec un panier de saison qui n’est pas des plus folichons car il va durer jusqu’aux primeurs du printemps. Donc oui, il faut faire avec les légumes racines que sont les panais et les carottes, les poireaux et les choux qui supportent le ciel gris, les pommes et les poires d’hiver. Mais vous pouvez compter sur le renfort des épices pour ensoleiller et bigarrer vos frichtis. Il y a bien plus d’épices que de jours dans la semaine alors laissez-vous tenter par le cumin avec les légumes secs, la coriandre avec les pommes de terre, le curry de choux-fleurs, la cannelle avec les pommes, la badiane dans les poires au sirop… Libération.fr, La soupe du lundi : le 2 janvier 2017, les carottes sont déjà cuites - Culture / Next
  • Dieu a inventé les épices pour bigarrer les humeurs grises. Puis il a créé les légumes secs pour faire murmurer les cocottes d’hiver. Il a marié les deux pour le meilleur tout en sachant que le pire est toujours possible avec ses ouailles. Libération.fr, La soupe du mardi : gingembre compris - Culture / Next
  • Une fois que j’ai dit ça, il me faut quand même grandement bigarrer mon propos, d’autant que pour ma part, le cinéma d’horreur a quand même des atouts que d’autres genres n’ont pas… madmoiZelle.com, Sexisme dans les films d'horreur : le genre avance-t-il vers la parité ?

Traductions du mot « bigarrer »

Langue Traduction
Anglais variegate
Source : Google Translate API

Synonymes de « bigarrer »

Source : synonymes de bigarrer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « bigarrer »



mots du mois

Mots similaires