La langue française

Diaprer

Sommaire

  • Définitions du mot diaprer
  • Étymologie de « diaprer »
  • Phonétique de « diaprer »
  • Évolution historique de l’usage du mot « diaprer »
  • Citations contenant le mot « diaprer »
  • Traductions du mot « diaprer »
  • Synonymes de « diaprer »

Définitions du mot diaprer

Trésor de la Langue Française informatisé

DIAPRER, verbe trans.

A.− Faire chatoyer, scintiller; donner une certaine réverbération à (une surface), soit par un jeu de couleurs vives et variées, soit par un jeu de lumières nuancées. Cette douce réverbération qui diaprait le plafond (Hugo, Dern. jour condamné,1829, p. 44).Des jacinthes, des mandragores, des cyclamens qui diapraient le vert de la prairie (Nerval, Voy. Orient,t. 3, 1851, p. 190).Des lueurs entraient par les fenêtres qui diapraient tout de taches vives (La Varende, Bric-à-brac,1953, p. 246):
1. Le Moulin de la Galette [par Renoir] est peint [...] avec de longues touches caressantes comme les taches de soleil qui diaprent les vestons bleus, les robes de jaconas et les verdures de ce bal tournoyant. Mauclair, Les Maîtres de l'impressionnisme,1904, p. 116.
Emploi pronom. à sens passif. Devenir diapré. Je vis entrer Madeleine en compagnie de plusieurs jeunes femmes (...) avec des ombrelles tendues qui se diapraient d'ombre et de soleil (Fromentin, Dominique,1863, p. 147):
2. Parfois, à la surface des eaux croupies, s'étale une irisation merveilleuse, et les papillons les plus beaux n'ont rien de pareil sur leurs ailes; la pellicule qui s'y diapre est formée de matières décomposées. Sur les étangs, la nuit éveille des phosphorescences, et les feux des marais qui s'élèvent semblent celles-là mêmes sublimées. Gide, Paludes,1895, p. 108.
B.− Au fig. Parer d'ornements divers. Diaprer ses phrases de mots grecs et latins. Synon. consteller.Mon imagination prêtait au mirage et diaprait généreusement mes incertitudes (Gide, Retour Tchad,1928, p. 908):
3. ... ce n'est pas seulement aux villes et aux fleuves qu'ils donnent une individualité, comme le font les peintures allégoriques, ce n'est pas seulement l'univers physique qu'ils diaprent de différences, qu'ils peuplent de merveilleux, c'est aussi l'univers social : alors chaque château, chaque hôtel ou palais fameux a sa dame ou sa fée, comme les forêts leurs génies et leurs divinités les eaux. Proust, Le Côté de Guermantes 1,1920, p. 11.
Emploi pronom. à sens passif. Ah! que toute chose s'irise; que toute beauté se revête et se diapre de mon amour (Gide, Nourr. terr.,1897, p. 165).
Prononc. et Orth. : [djapʀe]. Ds Ac. dep. 1835 et, s.v. diapré, ée, part. passé, ds Ac. 1762 et 1798. Le [a] conserve de son orig. un reste de timbre vélaire et/ou de durée, en dépit, en partic., de Buben 1935, p. 44 : ,,On prononce a antérieur et bref dans les mots qui (...) s'écrivent sans accent circonflexe malgré la disparition d'un s ou d'un autre son voisin : (...) diaprer (a. fr. diasprer)``. Étymol. et Hist. Ca 1274 dyasprer (Adenet Le Roi, Berte, éd. A. Henry, 3223). Dér. avec dés. -er de l'a. fr. diaspre subst. masc. « drap de soie à ramages ou arabesques » (ca 1160, Eneas, éd. J. Salverda de Grave, 4511) lui-même empr. au lat. médiév. diasprum de même sens (xies. ds Du Cange; au sens de « sorte de pierre » xives. ds Nierm.), altération du lat. class. jaspis « jaspe » (le i- initial était souvent écrit di- dans les textes lat. du moyen âge) cf. les correspondants rom. : ital. diaspro, esp. diaspero (REW3, no4251a). Fréq. abs. littér. : 15.

Wiktionnaire

Verbe

diaprer \dja.pʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Varier de plusieurs couleurs.
    • La salle était presque vide, quelques rares spectateurs diapraient çà et là les banquettes désertes. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, 1840, édition Charpentier, 1859)
    • Le bruit sourd de la chute, les flots de sang qui jaillirent du corps et diaprèrent au loin le pavé, frappèrent d’épouvante jusqu’au duc lui-même. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre VIII)
    • Le soleil se leva pur et brillant, et les premiers rayons d'un rouge pourpre diaprèrent de leurs rubis les pointes écumeuses des vagues. — (Alexandre Dumas, Le Comte de Monte-Cristo, I, chapitre V)
    • Je demeurais immobile, l’esprit à demi endormi, la bouche souriante, l’œil fixé sur cette douce réverbération dorée qui diaprait le plafond. — (Victor Hugo, Le Dernier Jour d’un condamné, 1829)
    • (Pronominal) De loin, je vis entrer Madeleine en compagnie de plusieurs jeunes femmes de son monde, en toilette d’été, habillées de couleurs claires, avec des ombrelles tendues qui se diapraient d’ombre et de soleil. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, pages 112-113)
    • […] ces filantes fulgurances de crépuscule qui diapraient la profonde obscurité de la nuit. — (Robert Louis Stevenson, Les Gais Lurons, 1881, Traduction Jean-Pierre Naugrette, 2004)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DIAPRER. v. tr.
Varier de plusieurs couleurs. Les couleurs dont la nacre est diaprée. Les fleurs dont le gazon est diapré. Adjectivement, Étoffe diaprée. Prunes diaprées, Espèce de prunes violettes.

Littré (1872-1877)

DIAPRER (di-a-pré) v. a.
  • Varier de vives couleurs. L'écorce variée des pastèques diaprait agréablement la campagne, Chateaubriand, Itin. II, 31.

    Par extension. Comme un gredin que la main de Thémis A diapré de nobles fleurs de lis, Voltaire, Pauvre diable.

    Se diaprer, v. réfl. Prendre diverses couleurs.

HISTORIQUE

XIIIe s. D'azur, mes que [si ce n'est que] de blanc un peu les [armes] dyaspra Li maistres qui les fit…, Berte, CXXXI.

XIVe s. Un autre chasuble, dalmatique et tunique de dyapre blanc à mollettes d'or, Du Cange, dyappré.

XVIe s. Et voyant l'espée et fourreau tant diaspré, Rabelais, Gar. I, 47. Ils pensent que la vertu n'aparoit sinon lors qu'elle est bien diaprée, et avec grosse suite, Lanoue, 206. Celui qui cuide estre assis dessus [le trône] comme une image diaprée sur un autel, à fin qu'on l'admire et magnifie, Lanoue, 540. Elle n'espargne aulcune despence pour decorer et diaprer sa maison et ses couches, Carloix, II, 12. Trois bons grands batteaulx bien couverts et diaprez des armoiries de M. de Vieilleville, Carloix, VIII, 8. De ce mois de may la face diaprée, Am. Jamyn, Poésies, f° 21, dans LACURNE. … Les jardins et les prez, Quand ils sont revestus d'ornemens diaprez, ID. ib.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « diaprer »

De l’ancien français diaspre (« drap de soie à ramages ou arabesques »), apparenté à jaspe ; diaprer signifie proprement jasper.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Anc. franç. diaspre, sorte de drap à fleur (Un covertor de deus diaspres Ot estendu desor la couche, la Charrette, V. 1200, XIIe siècle) ; provenç. diaspe, diaspre, même sens ; ital. diaspro, jaspe ; espagn. diaspero, même sens ; du latin jaspis, jaspe, par le changement, comme le remarque Diez, du j en di, ce qui arrive dans quelques patois italiens, diacere, de jacere, et ce qui sans doute indique que le mot provient de l'italien dans les autres langues romanes. L'italien, disant effectivement diaspro, pour le jaspe, ne laisse point de doute sur l'étymologie de diaprer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « diaprer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
diaprer djapre

Évolution historique de l’usage du mot « diaprer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « diaprer »

  • Certains itinéraires artistiques fraient leur chemin hors sentiers battus, creusent leur sillon hors sylve abattue, fertilisent leurs créations hors modèles rabattus. Il est des sentes buissonnières, des vadrouilles pionnières, des tortilles ouvertes par quelque muse braconnière, qui mènent aux vallées inexplorées, foisonnantes de plantes insoupçonnables et de créatures inimaginables. Heureux l’artiste comme Marc Varvarande qui les arpente et projette sur des paysages connus les lumières cueillies au-delà des nuages.  Le peintre transpose les fééries visuelles sur les murs nus des écoles déshéritées, avec la patience du jardinier qui ne voit passer le temps qu’à travers les saisons, la délicatesse de l’artisan qui donne à chaque motif sa belle raison, la générosité du samaritain qui sème la beauté dans chaque maison. Qui peut percevoir mieux que les enfants, encore préservés des jugements acquis, le jaillissement poétique des formes et des couleurs, sinon l’artiste, réfractaire à la routine stérilisante, puisant dans sa mémoire mutine les intuitions premières et les sensations diamantines. L’image enjambe la barrière langagière pour formuler l’indicible, esquisser l’inaccessible, diaprer l’immarcescible. Les intuitions, éblouies par le spectre solaire, se font clairvoyances. Quid.ma, La palette occitane de Marc Varvarande
  • Camus ou l'innée capacité de fécondation par l'intelligence. C'est un risque fondamental de s'arroger le droit de décider de diaprer la semence de cette élégance en transmission. Mais bon, il peut vous prendre de ces fantaisies pendant l'été... J'attends d'entendre. Le Point, Rentrée littéraire 2013 - Salim Bachi : portrait de Camus en jeune homme - Le Point

Traductions du mot « diaprer »

Langue Traduction
Anglais diaprer
Espagnol diaprer
Italien diaprer
Allemand diaprer
Chinois 尿布
Arabe حفاضات
Portugais diaprer
Russe diaprer
Japonais おむつ
Basque diaprer
Corse diaprer
Source : Google Translate API

Synonymes de « diaprer »

Source : synonymes de diaprer sur lebonsynonyme.fr
Partager