La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « benoît »

Benoît

Variantes Singulier Pluriel
Masculin benoît benoîts
Féminin benoîte benoîtes

Définitions de « benoît »

Trésor de la Langue Française informatisé

BENOÎT, OÎTE, adj. et subst.

I.− Adjectif
A.−
1. Vx. Béni, saint, bienheureux. La benoîte Vierge Marie :
1. Ce fut alors un grand soulagement pour l'âme d'Esterhazy, et du haut du ciel, saint Dominique fit connaître à ceux de sa rue qu'il était content de son benoît fils Henri Brisson! Clemenceau, L'Iniquité,1899, p. 493.
Rem. Un emploi subst. dans Loti, Ramuntcho, 1897, p. 116 et 243; cf. aussi Rob.
2. Spéc. ALCHIM. La benoîte pierre ou, p. ell., la benoîte. La pierre philosophale (cf. Besch. 1845, Lar. 19e-20e).
3. Iron. Dévot. Un benoît personnage (Ac. Compl. 1842, Besch. 1845); un air benoît (Littré, Guérin 1892).
Péj. [En parlant du lang.] Niais :
2. ... toutes ces phrases benoîtes, tous ces charitables paradoxes ne sont que des prétextes à lâchetés, des couleurs pour colorer de honteuses complaisances pour ces hommes, dont Renan et tutti quanti ont peur. E. et J. de Goncourt, Journal,1881, p. 114.
Arg. (des canuts). ,,Imbécile, benêt`` (France 1907).
B.− P. ext. et iron.
1. [En parlant d'une pers. ou de son comportement] Comblé, satisfait :
3. Le regard toujours un peu vague de l'illustre maître tomba de haut sur son benoît quémandeur, et l'effleura sans se poser. Bernanos, Sous le soleil de Satan,1926, p. 284.
2. [En parlant d'un inanimé concr.] Calme, tranquille. Ensommeillement benoît (cf. affalement ex. 1) :
4. Un dîner succulent, dans le commencement de la benoîte digestion duquel, à l'instar des trois mots du festin de Balthasar, éclate la gueulée de la Marseillaise d'un café des Champs-Élysées, ... E. et J. de Goncourt, Journal,1885, p. 460.
5. Non, mon doux Ambroise, de ce voyage, rien de ce que tu crois. Pas de béguines somnolentes penchées sur l'eau benoîte des canaux; ... Gide, Correspondance[avec Valéry], 1891, p. 114.
II.− Subst., arg. Souteneur :
6. ... La vrai'vérité c'est qu'les Benoits toujours lichent Et s'graissent les balots [= les testicules]. J. Richepin, La Chanson des gueux,1876(France 1907).
PRONONC. : [bənwa], fém. [bənwat]. Dub. transcrit [bənwɑ], fém. [bənwɑt].
ÉTYMOL. ET HIST. A.− 1. Ca 1130 beneeite (Couronnement de Louis, éd. E. Langlois, 27 : Quant la chapele fu beneeite); 1172-75 benëoit « sur qui a été répandue la bénédiction divine, bienheureux » (Chr. de Troyes, Chevalier Lion, 2380 dans T.-L. : benëoiz Soit mes sire Gauvains); ca 1190 « qui a été consacré par des cérémonies rituelles » ewe benëeite (M. de France, Purgatoire, 469, ibid.); 1150-1200 pain benëoit (Aliscans dans Bartsch, Chiertomathie, 19, 227), devenu iron. 1546 (Rabelais, Tiers Livre, éd. Marty-Laveaux, chap. 32, t. 2, p. 159 : et vous ayme tout mon benoist saoul), qualifié de ,,vieux`` dep. Rich. 1680; 2. 1838 (Ac. Compl. 1842 : Benoît [...] Dévot). B.− 1876 subst. arg. « souteneur », supra ex. 6. Issu du lat. benedĭctu part. passé de benedicere; v. bénitier et bénit, béni, s.v. bénir*; v. aussi benêt.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 25.
DÉR.
Benoîtement, adv.,péj. Avec un air benoît, doucereux et calme. Un aspic qui se chauffait à l'aise, benoîtement lové au soleil (Genevoix, Raboliot,1925, p. 91). [bənwatmɑ ̃]. 1reattest. xives. beneoitement ,,D'une manière bénie, heureuse`` (Légende dorée, Maz. 1333, fo93a dans Gdf.), attest. isolée; 1823 benoîtement ,,D'une manière béate`` (Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène, t. 2, 1823, p. 49); dér. du fém. de benoît, suff. -ment2*. Fréq. abs. littér. : 15.
BBG. − Tagliavini (C.). Les Saints du mois. Vie Lang. 1953, pp. 183-184.

Wiktionnaire

Adjectif - français

benoît \bə.nwa\ (orthographe traditionnelle)

  1. (Du XIIe au XIXe siècle) Béni, bienheureux.
    • […] et le chef en or massif de monseigneur saint Cromadaire, premier apôtre de Vervignole et benoît patron de Trinqueballe. — (Anatole France, Les Sept Femmes de la Barbe-Bleue et autres contes merveilleux, 1909)
    • Voyez-vous, monsieur le Curé, vous êtes trop benoît : plus on demande, plus on reçoit. Vous devriez commander une provision de cierges de tout calibre qu’on allumerait devant le tabernacle ou la statue du Saint. Les deniers de l’Église en tireraient bénéfice et ce ne serait pas un mal. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (Vieilli) (Péjoratif) Onctueux, de façon hypocrite et en se donnant un air vertueux ou supérieur.
    • Ce transport mystique m’incommode, moi qui n’aspire qu’au gain matériel, qu’à la publicité vulgaire des journaux, qu’au confort benoît de la renommée. — (Henri Troyat, Le mort saisit le vif, 1942, réédition Le Livre de Poche, page 78)
    • Elle est là, dans mon bureau, toute benoîte, entre Bertille et moi. Officiellement, elle est venue nous présenter les factures, qui sont salées. — (Hervé Bazin, Cri de la chouette, Grasset, 1972, réédition Le Livre de Poche, pages 207-208)
    • Il y en avait plus d’une cinquantaine, et autant de commissaires vigilants pour les encadrer et veiller au grain — on n’avait jamais vu, jusqu’alors, d’agent-espion d’un camp adverse se déguiser en cameraman pour une tentative d’agression-suicide sur la personne d’un champion, mais l’éventualité n’était pas exclue… mieux valait compter avec les dangers « impossibles » que de pêcher par négligence et payer trop de confiance benoîte par la mort d’un champion. — (Pierre Pelot, La Guerre olympique, 1980, page 42)
    • Sous ses airs benoîts, il cache un caractère d’acier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

BENOÎT (be-noi, noi-t') adj.
  • 1Béni. … C'est dans le pourpris Du brillant palais de la lune, Non dans le benoît paradis, Voltaire, Lett. vers, 104. Vieux et usité seulement dans le style marotique.
  • 2 Par ironie, qui affecte une dévotion doucereuse. Un air benoît. Un benoît personnage.

HISTORIQUE

XVe s. Par la grace de Dieu et de la benoite vierge Marie, Froissart, Prol. Jesus Christ, duquel la benoiste vie a toute esté en ce monde pour nostre enseignement, Bouciq. III, ch. 12.

XVIe s. Benoist monsieur, dist Panurge, vous vous eschauffez en vostre harnois, à ce que je veoidz, Rabelais, Pant. IV, 7. Jà reluisoit la benoiste journée Que la nature au monde te debvoit, La Boétie, Poes. franç. XXIX. Benoiste mort, ainsi te faut nommer ; Nul ne devroit souffrir la mort blasmer, Marot, I, 274.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « benoît »

(Date à préciser) Évolution du latin benedictus (béni).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Forme ancienne de bénit (voy. BÉNIR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « benoît »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
benoît benɔi

Évolution historique de l’usage du mot « benoît »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « benoît »

  • Clin d'oeil benoît vaut mieux que regard soupçonneux. De Benoît Lacroix / Quelque part en Bellechasse , 

Images d'illustration du mot « benoît »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « benoît »

Langue Traduction
Anglais benedict
Espagnol benito
Italien benedetto
Allemand benedikt
Portugais bento
Source : Google Translate API

Synonymes de « benoît »

Source : synonymes de benoît sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « benoît »

Combien de points fait le mot benoît au Scrabble ?

Nombre de points du mot benoît au scrabble : 7 points

Benoît

Retour au sommaire ➦

Partager