La langue française

Benêt

Définitions du mot « benêt »

Trésor de la Langue Française informatisé

BENÊT, subst. et adj. masc.

[(Jeune) homme] Niais par excès de simplicité ou de bonté.
A.− Emploi subst. :
1. ... ne crois pas si peu utiles les notes, cela accroche les sots, les benêts, les gens qui ne comprennent pas le texte. Stendhal, Correspondance,t. 2, 1842, p. 13.
2. Il [Jules] jouait avec sa figure, ses yeux et ses épaules, non pas le personnage d'un matois caché sous un benêt, mais celui de Jean-le-Simple tentant de s'approcher de l'intelligence. Malègue, Augustin,t. 1, 1933, p. 229.
SYNT. Grand, pauvre benêt; agir, se conduire comme un benêt; passer pour un benêt, rester comme un benêt; prendre, tenir pour un benêt. Un benêt contemplatif (Dupuis, Abr. de l'orig. de tous les cultes, 1796, p. 528); mes extases de benêt (Milosz, L'Amoureuse initiation, 1910, p. 86); un benêt extasié (Montherlant, Le Songe, 1922, p. 212).
[En constr. expr. d'appos., suivi de la prép. de et précédé ou non d'un adj.] :
3. L'amusant, c'est que le gros benêt d'aveugle blaguait les Frères sur leur cécité, tandis que les Frères, riant dans l'oreille d'amis sur les fonctions du secrétaire, disaient : « Et il nous reproche, ce M. Sarcey, d'avoir l'esprit étroit! » E. et J. de Goncourt, Journal,1885,p. 446.
4. − Nous verrons bien qui dit vrai, conclut-il, bourru. Si ton benêt de père s'est moqué de moi, je lui casse les reins! Bernanos, Sous le soleil de Satan,1926,p. 87.
[Appliqué except., p. anal., à une partie du corps hum. du genre masc.] :
5. Écoutez-moi, je vous connais, nous nous connaissons, je suis votre cœur, votre pauvre vieux benêt de cœur. Milosz, L'Amoureuse initiation,1910,p. 98.
B.− Emploi adj. :
6. À femme émancipée, mari benêt. P.-J. Proudhon, La Pornocratie,1865,p. 86.
P. ext. Air benêt :
7. À ma dernière réplique émise du ton le plus angéliquement benêt, le Patron réagit vivement. A. Arnoux, Zulma l'infidèle,1960,p. 143.
PRONONC. : [bənε]. Kamm. 1964, p. 739, confirme expressément la prononc. de e dans ce mot, qui n'est pas couverte par sa règle : ,,À l'intérieur des mots, la lettre e précédée de deux consonnes différentes se prononce.``
ÉTYMOL. ET HIST. − 1530 adj. (Mar., III, 164 dans Littré : Mais quand j'ai veu ce qui en est, Je trouve que tu es benest); 1611 subst. (Cotgr.). Prononc. pop. d'orig. norm. de benoît* (a. fr. benëeit, benëoit) attesté en a. norm. sous les formes : benest, ca 1350 Gloss. Abavus, éd. M. Roques t. 1, p. 264; beneet 1362, Inv. de l'abb. de Fécamp, ibid., la diphtongue ei, issue de + yod (benedĭctus) ayant abouti à en norm. (Pope, p. 502 § VI). À l'appui de cet étymon, le m. fr. benoist au sens de « benêt » (ca 1550 Vasquin Philieul dans Hug.); la transposition de sens est peut-être due à l'opinion vulgaire que les simples d'esprit sont favorisés de Dieu, fondée sur une interprétation courante du passage biblique « Beati pauperes spiritu » (Matthieu, V, 3).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 57.
BBG. − Alonso (D.). El saúco entre Galicia y Asturias. Revista de dialectologia y tradiciones populares. 1946, t. 2, pp. 3-32 [Cr. Steffen (M.). Vox rom. 1954/55, t. 14, p. 212]. − Migliorini (B.). Dal nome proprio al nome comune. Florence, 1968, p. 220. − Ritter (E.). Les Quatre dict. fr. Rem. lexicogr. B. de l'Inst. nat. gen. 1905, t. 36, p. 360.

Wiktionnaire

Adjectif

benêt \bə.nɛ\

  1. Qui est niais, sot.
    • Voilà un homme bien benêt.
    • Le chapitre XX, qui raconte le mariage, est écrit sur le mode du grotesque, un grotesque grinçant, qui ménage un contraste perpétuel entre l’ahurissement angoissé des deux époux et la satisfaction benête de leur entourage. — (Émile Zola, Thérèse Raquin, préface d’Henri Miterand, GF, 2008, page 28)

Nom commun

benêt \bə.nɛ\ masculin (pour une femme on dit : benête)

  1. Sot.
    • Les benêts suivirent à demi, comme ils suivent toujours ceux qui, de bonne foi ou non, dénoncent de mystérieuses machinations. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • Elle n'a jamais su aligner deux sons, cette benête, que des cris de lièvre qu'on écorche. — (Caroline Guézille, Préhi-story, Mon petit éditeur, 2010)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BENÊT. adj. m.
Qui est niais, sot. Voilà un homme bien benêt. Il est plus communément nom. C'est un grand benêt. Un franc benêt. Il avait un grand benêt de fils.

Littré (1872-1877)

BENÊT (be-nê ; le t ne se lie pas dans la conversation ; au pluriel, l's se lie : les benêts écoutaient, dites : les be-nê-z écoutaient)
  • 1Adj. m. Niais, sot. Un jeune homme benêt.
  • 2 S. m. Tu deviens plus sot que tous les benêts de Turin, Hamilton, Gramm. 4. Tous nos benêts de la cour l'admirent, Hamilton, ib. 9. Son grand benêt d'amant ne l'aime guère, Sévigné, 144. Le bailli pressait le mariage de son grand benêt de fils avec la belle St-Yves, Voltaire, Ingénu, 13.

HISTORIQUE

XVIe s. Mais quand j'ai veu ce qui en est, Je trouve que tu es benest, Marot, III, 164.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « benêt »

Du latin benedictus (« béni »), déformation de benoît (béni). Clément Marot (1530) utilise benest en référence ironique à « Heureux les pauvres en esprit ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Prononciation normande de benoît (voy. ce mot). Benêt, qui veut dire bénit, a été employé pour désigner un niais, à cause de cette opinion vulgaire que les simples d'esprit sont favorisés du ciel. Il ne se dit qu'au masculin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « benêt »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
benêt benɛ

Évolution historique de l’usage du mot « benêt »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « benêt »

  • Benêt, qui a cuit un oeuf, benêt qui espère en manger. De Proverbe algérien
  • On commence toujours par être idiot avant de devenir imbécile, et benêt avant que d'être fou. Pour la stupidité, elle vient après : soit par nécessité, soit par protection... De Jean-Michel Wyl / L'Exil

Images d'illustration du mot « benêt »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « benêt »

Langue Traduction
Anglais simpleton
Espagnol tonto
Italien sempliciotto
Allemand tölpel
Portugais simplório
Source : Google Translate API

Synonymes de « benêt »

Source : synonymes de benêt sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « benêt »

Benêt

Retour au sommaire ➦

Partager