Bâton : définition de bâton


Bâton : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BÂTON, subst. masc.

A.− Morceau de bois rond et allongé servant d'appui, d'arme ou d'outil :
1. Il y a un autre exercice qui caractérise partout l'esprit des nations; c'est la danse. Celle des Américains est pantomime, car ils imitent, comme des enfants, tout ce qu'ils voient faire; celle des Nègres est querelleuse, et on y voit pour l'ordinaire deux champions armés de bâtons ou de zagaies, qui feignent de se battre. Bernardin de Saint-Pierre, Harmonies de la nature,1814, p. 297.
2. Cinq ou six groupes assis autour du feu rôtissaient des agneaux embrochés dans des bâtons. About, Le Roi des montagnes,1857, p. 117.
3. Par quelles séries de suggestions, d'efforts et de perfectionnements le bâton pointu qui sert à enfoncer la semence dans le sol s'est-il transformé en la branche noueuse armée d'un soc qui fut la charrue, nous l'ignorerons toujours, ... Vidal de La Blache, Principes de géogr. hum.,1921, p. 286.
SYNT. Bâton d'aveugle, de berger, de pèlerin, de skieur; bâton blanc, ferré, noueux, pastoral; s'appuyer sur un bâton, faire marcher ou mener au bâton, jouer du bâton; (une volée de) coups de bâton, raide comme un bâton.
En partic. Symbole de l'autorité, du commandement. Bâton de maréchal. P. métaph. :
4. Moi, voyez-vous, si je suis ici, dans cette maison, c'est que j'ai baissé en grade. Notre bâton de maréchal, à nous autres, c'est le travail du blé, mais on ne l'a que quand on est jeune. Je suis trop vieux. Maintenant, je fais les haricots, les lentilles. Giono, Un de Baumugnes,1929, p. 218.
Loc. Bâton de vieillesse. Soutien moral.
P. métaph. :
5. Aïe! ma jambe! Aide-moi un peu, je te prie. Là! merci! Tu es mon bâton de vieillesse, le soutien de mes pas chancelants, ... Miomandre, Écrit sur de l'eau,1908, p. 229.
Au fig., pop. Bâton épineux, merdeux. Personne désagréable :
6. Évidemment, ta mère n'était pas ce bâton épineux qu'elle est devenue plus tard. Elle avait une belle paire de nichons et une bien jolie frimousse. Aymé, Travelingue,1941, p. 151.
Arg., au plur. Les jambes. Mettre les bâtons. Se sauver.
B.− [P. anal. de forme]
1. Usuel. Objet rigide de forme allongée. Bâton de craie, d'encens; bâton de sucre d'orge, de vanille, de chocolat; bâton de rouge à lèvres :
7. ... il était né pour manier la massue, et non pour brûler des bâtons de cire à cacheter. About, Le Roi des montagnes,1857, p. 14.
Au plur. Bâtons d'écriture :
8. C'est vers l'âge de cinq ans que j'appris à écrire. Ma mère me faisait faire de grandes pages de bâtons et de jambages. Mais, comme elle écrivait elle-même comme un chat, j'aurais barbouillé bien du papier avant de savoir signer mon nom, si je n'eusse pris le parti de chercher moi-même un moyen d'exprimer ma pensée par des signes quelconques. G. Sand, Histoire de ma vie,t. 2, 1855, p. 257.
Loc. À bâtons rompus. D'une manière irrégulière :
9. Je m'en occupe mollement et à bâtons rompus comme je fais de tout en me laissant distraire par les moindres choses. Maine de Biran, Journal,1818, p. 146.
Expr. Mettre des bâtons dans les roues :
10. ... Bloch croyait maintenant que non seulement je ne pouvais rester une seconde loin de gens élégants, mais que, jaloux des avances qu'ils avaient pu lui faire (comme M. de Charlus), je tâchais de mettre des bâtons dans les roues et de l'empêcher de se lier avec eux; ... Proust, Sodome et Gomorrhe,1922, p. 1104.
Fam. Mener une vie de bâton de chaise. Mener une vie déréglée; mener une vie ennuyeuse :
11. Tu mènes une vie de bâton de chaise. Tu te perds. On n'a pas idée de rester dix ans à Rio sans jamais prendre un jour de vacances. Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 44.
2. Spécialement
ARCHIT. ,,Grosse moulure en saillie à la base d'un pilastre.`` (Au plur.). Bâtons rompus. ,,Ornements en forme de boudins brisés ou de baguettes brisées décorant les arcs, archivoltes, cintres, bandeaux, pilastres, etc.`` (Noël 1968).
HÉRALD. ,,Espèce de bande qui n'a que le tiers de la largeur ordinaire, ou la moitié d'une cotice`` (Grandm. 1852) :
12. La branche cadette de la maison de Navarreins écartèle de Lansac qui est d'azur au bâton écoté d'argent, flanqué de six fers de lance aussi d'argent mis en pals... Balzac, La Paix du ménage,1830, p. 334.
MAR. Bâton de foc. ,,Sorte de petit mât destiné à porter un pavillon`` (Gruss 1952).
PRONONC. : [bɑtɔ ̃]. Demi-longueur pour [ɑ] chez Passy 1914 et Barbeau-Rodhe 1930.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. a) Ca 1100 bastun « long morceau de bois servant à frapper, à se déplacer » (Roland, éd. Bédier, 1825 : Ben le batirent a fuz e a bastuns); 1172-75 baston (Chr. de Troyes, Chevalier Lion, éd. W. Foerster, 4520); 1440 spéc. baton blanc « canne blanche faite d'une branche sans écorce, symbole des pèlerins, mendiants, aveugles » (Mist. du siege d'Orl., 19124 dans Gdf. Compl.); 1680 bâton de chaise (Rich. : Bâton de chaise. Morceau de bois épais de deux, ou trois pouces, et long de six, ou sept piez qu'on met dans les portans de la chaise pour la soulever et la porter par la vile); 1928 (Lar. 20e: Mener une vie de bâton de chaise, Mener une vie désordonnée, de plaisirs, de débauches probablement par allusion aux porteurs de chaises qu'on voyait traîner, avec leurs bâtons, dans toutes sortes de lieux); b) 1erquart xiiies. « soutien » (G. de Cambrai, Barlaam et Josaphat, éd. C. Appel, 5528 dans T.-L. : Mes dous fils ieres et ma joie ... Et li bastons de ma vielleche); 2. p. ext. « tout ce qui rappelle la forme d'un bâton » fin xiiies. hérald. « bande verticale dans un blason » (J. Bretel, Tournois Chauvency, éd. H. Delmotte, 2221, Ibid. : c'est cis as armes d'or, A celle bende troncenee, D'argent et d'azur est litee A deus bastons vermaus encoste); 1611 baston rompu, à bastons rompus « à la façon de bâtons entremêlés » (Cotgr.); d'où l'emploi fig. 1690 (Fur.) [l'expr. batterie à bâtons rompus (mus. milit.) qui serait à l'orig. du tour selon Littré ne semble pas attestée av. Lar. 19e]; 1710 archit. (Rich.); 1771 mus. (Trév. : On appelle bâton de mesure, un bâton fort court, ou un simple rouleau de papier, dont le Maître de musique se sert pour battre la mesure); 3. ca 1100 « emblème d'autorité » (Roland, éd. Bédier, 247 : Livrez m'en ore le guant e le bastun); 1680 spéc. Bâton de Maréchal de France (Rich.). Du lat. vulg. *basto, dér. du b. lat. bastun « bâton » (ives., Aelius Lampridius, Comm., 13, 3 dans TLL s.v., 1783, 54), lui-même prob. subst. verbal du b. lat. *bastare « porter » (baste* et bât*), prob. à rattacher au gr. β α σ τ α ́ ζ ε ι ν « porter » (Chantraine).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 2 200. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 760, b) 5 056; xxes. : a) 3 159, b) 2 390.
BBG. − Barb. Misc. 1 1925-28, p. 32. − Duch. 1967, § 43. − Gottsch. Redens. 1930, passim.Goug. Lang. pop. 1929, p. 3. − Pope 1961 [1952], § 1170. − Reid (T.B.W.). The Dirty end of the stick. R. Ling. rom. 1967, t. 31, pp. 55-63. − Sain. Lang. par. 1920, p. 138, 212, 227, 229. − Tournemille (J.). Au jardin des loc. fr. Vie Lang. 1955, p. 339.

Bâton : définition du Wiktionnaire

Nom commun

bâton \bɑ.tɔ̃\ masculin

  1. Morceau de bois assez long, qu’on peut tenir à la main et qui sert généralement d’appui ou de défense. Comme par exemple le bâton d’une canne ou d’un parapluie.
    • L’autre découverte, qui explique sans doute en partie mon aisance à monter, ce fut la marche avec bâtons. — (Antoine de Baecque, La traversée des Alpes : essai d’histoire marchée, 2014, Gallimard)
    • Chacun d’eux risquait de recevoir des coups de bâton sur la tête au moindre écart. — (Boubakar Sy, Le mineur détourné, 2014, NEA, EDICEF)
  2. Objet en forme de bâton, de forme cylindrique, qu’on peut prendre en main.
    • Un bâton de guimauve. Des bâtons de ski.
    • Forer des carottes dans le roc, en analyser les teneurs, placer des bâtons de cheddite au fond de la galerie, les faire sauter, faire sauter toute la montagne ... — (Michel Goeldlin, Panne de cerveau, Éditions Alban, 2004, page 220)
  3. Trait droit, pouvant être coché ou servir d’apprentissage à l’écriture.
    • Le jour de son arrivée, on lui avait donné un modèle de bâtons en lui disant : « Fais des bâtons ! » Et depuis un an, Bamban, faisait des bâtons. Et quels bâtons, grand Dieu !… tortus, sales, boiteux, clopinants, des bâtons de Bamban !… — (Alphonse Daudet, Le petit Chose, 1868, rééd. Le Livre de Poche, page 59)
  4. (Bijouterie) (Horlogerie) Instruments de forme cylindrique servant à fabriquer des pièces d’orfèvrerie, de bijouterie, d’horlogerie, de passementerie, de tapisserie, etc.
  5. (Héraldique) Rectangle posé en bande, c’est-à-dire diagonalement.
    • Blason de l’ancien pays de Dombes (Bresse) : D’azur aux trois fleurs de lys d’or et au bâton péri en bande de gueules.
  6. (Vulgaire) Pénis.
  7. (Argot) Somme de un million d’ancien francs français (soit dix mille nouveaux francs français).
    • Soit tu nous dis où est Derek, soit tu nous donnes les vingt bâtons qu’il nous doit. — (Beth Cornelison, ‎Mariage sous tension, 2012, Harlequin)
  8. (Jeux) (Cartes à jouer) Une des quatre enseignes, ou couleurs, du jeu de cartes traditionnel espagnol, et de certaines enseignes italiennes.
    • De la même manière, les émotions seront transmises par le Cavalier de Coupe à l’as de Bâton. — (Christiane Marsais, Jean-Pierre Roirand, La Symbolique du Tarot, page 91, 2008, JPR Éditeur)
  9. (Figuré) (Par analogie) Punition.
    • Saisi par un surveillant pénitentiaire d’une question prioritaire de constitutionnalité, le Conseil constitutionnel a censuré vendredi 10 mai l’article de loi qui a permis de sanctionner les surveillants grévistes de janvier 2018. Cette stratégie du bâton avait été utilisée de façon systématique par le directeur de l’administration pénitentiaire, Stéphane Bredin, avec l’aval de la garde des sceaux, Nicole Belloubet, pour empêcher toute velléité de poursuite du mouvement social. — (Jean-Baptiste Jacquin, Prisons : le Conseil constitutionnel censure l’article de loi qui a permis de sanctionner 2 000 surveillants en 2018, Le Monde. Mis en ligne le 10 mai 2019)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bâton : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BÂTON. n. m.
Long morceau de bois qu'on peut tenir à la main et qui sert généralement d'appui ou de défense. Gros bâton. Bâton noueux. S'appuyer sur un bâton. Marcher avec un bâton. Donner des coups de bâton. Il l'a menacé du bâton. Il le fit mourir sous le bâton. Jouer du bâton, Manier un bâton avec dextérité ou encore Donner des coups de bâton. Fig. et fam., Une volée de coups de bâton, Voyez VOLÉE. Fig., Bâton de vieillesse, Celui, celle qui sert d'appui à un vieillard et qui l'assiste dans ses besoins. Cet enfant sera un jour votre bâton de vieillesse. Bâton de commandement, Bâton qui est le signe de l'autorité et que portaient certains officiers investis d'un commandement. Le bâton de maréchal, ou simplement Le bâton, Bâton de commandement qui est l'insigne de la dignité de maréchal de France. Il se dit, par extension, de cette dignité même. Le roi l'a fait maréchal de France, lui a donné le bâton. Le gain de cette bataille lui a valu le bâton de maréchal. Fig. et fam., Ce sera son bâton de maréchal, C'est le plus haut emploi, le plus haut grade auquel il puisse parvenir. Prov., Tout soldat porte son bâton de maréchal dans sa giberne, Le simple soldat, dans l'armée française, peut atteindre à la plus haute dignité militaire. Bâton pastoral, La crosse d'un évêque. Le bâton de la croix, Le bâton au haut duquel on met une croix pour la porter dans les processions. Le bâton d'une bannière, Le bâton au haut duquel une bannière est attachée et qui sert à la porter déployée. Bâton de confrérie, Bâton surmonté de la statuette du saint, patron de la confrérie. Bâton de mesure, Petit bâton avec lequel un chef d'orchestre indique le mouvement et marque la mesure. On dit aussi BAGUETTE. Bâton à deux bouts, Espèce d'arme offensive qui consiste en un bâton ferré par les deux bouts. Jouer du bâton à deux bouts. Le bâton à deux bouts est une arme familière aux Bas-Bretons. Le bâton d'un sergent de ville, d'un gardien de la paix, d'un agent de police, Bâton blanc dont se servent les agents pour régler les mouvements de la circulation dans les rues passagères. Fig. et fam., Faire faire quelque chose à quelqu'un le bâton haut, mener quelqu'un le bâton haut, Le faire obéir par violence, par force. Fig. et fam., Mettre, jeter des bâtons dans la roue ou dans les roues, Susciter des obstacles, entraver, retarder une affaire. Fig. et fam., Battre l'eau avec un bâton, Voyez BATTRE.

BÂTON se disait autrefois des Baguettes servant à battre la caisse. Battre à bâtons rompus signifiait Exécuter des batteries de tambour intermittentes. On dit aujourd'hui, figurément et familièrement, Faire une chose, parler d'une chose à bâtons rompus, Faire une chose, en parler avec des interruptions et sans ordre. Fig. et fam., Tour de bâton, Profit secret et illégitime. Cet homme d'affaires ne passe pas un marché sans se ménager le tour de bâton. Cet employé double son traitement avec le tour de bâton. Bâton de perroquet, Bâton établi sur un plateau de bois et garni de distance en distance d'échelons sur lesquels cet oiseau monte et descend à sa fantaisie. Il se dit, figurément et familièrement, d'une Petite maison de plusieurs étages dont chacun n'a qu'une chambre. Cette maison est un bâton de perroquet. Bâton de chaise, Bâton qui sert à relier les montants d'une chaise. Bâton de chaise à porteur, Bâton qui servait à transporter les chaises à porteur. Fam., Mener une vie de bâton de chaise, Mener une vie agitée et déréglée. Il se dit aussi de Diverses choses qui ont ou auxquelles on donne la forme d'un petit bâton. Bâton de cire. Bâton de réglisse, de cannelle, de sucre d'orge. Pommade en bâton. Il se dit aussi des Traits droits que font ceux qui apprennent à écrire. Cet enfant ne fait encore que des bâtons. En termes d'Arts, il sert aussi à désigner des Instruments de forme cylindrique servant à fabriquer des pièces d'orfèvrerie, de bijouterie, d'horlogerie, de passementerie, de tapisserie, etc.

Bâton : définition du Littré (1872-1877)

BÂTON (bâ-ton) s. m.
  • 1Morceau de bois assez long qu'on peut tenir à la main. Bâton servant d'appui. Un gros bâton. Un bâton noueux. Ils étaient armés de piques et de bâtons durcis au feu, Vaugelas, Q. C. III, 2. Si on veut donner un coup de bâton, Pascal, Prov. 7. Dont la conduite mériterait vingt coups de bâton, Hamilton, Gramm. 9.

    Jouer du bâton, manier un bâton avec dextérité, et aussi donner des coups de bâton.

    Familièrement. Une volée de coups de bâton, un grand nombre de coups de bâton.

    Fig. et familièrement. À coups de bâton, par force. Sa mère [de l'abbé de Mailly] l'avait fait prêtre à coups de bâton, et l'avait laissé mourir de faim longues années à Saint-Victor, Saint-Simon, 52, 122.

    Fig. Le bâton haut, d'autorité. Le chevalier de Lorraine mena Monsieur le bâton haut toute sa vie, fut comblé d'argent et de bénéfices, Saint-Simon, 93, 231.

    Mettre des bâtons dans les roues, entraver, susciter des obstacles.

    Sauter le bâton, faire quelque chose malgré soi, à contre-cœur ; locution tirée des chiens et des singes auxquels les bateleurs font sauter un bâton. Toutes les dames voulaient être nommées [du voyage], c'est ce qui leur fit sauter le bâton de s'entasser dans les carrosses des princesses, Saint-Simon, 60, 3. Quand on a compté sur un mariage de cette autorité, il ne se trouve plus de porte de derrière, et il leur fallut [aux Mailly] sauter le bâton d'assez mauvaise grâce, Saint-Simon, 3, 55. À quelques réponses brusques [de Pierre le Grand] aux derniers messages, ils [les ambassadeurs Anglais] sentirent bien qu'il fallait sauter ce dangereux bâton, et ils montèrent [aux échelles de corde], Saint-Simon, 54, 144.

    Fig. Battre l'eau avec un bâton, perdre sa peine.

    Fig. Prendre un bâton, faire mauvais accueil. Et, lorsque pour me voir ils font de doux efforts, Dois-je prendre un bâton pour les mettre dehors ? Molière, Mis. II, 1.

    Sortir d'une place le bâton blanc à la main, se disait d'une garnison qui se rendait en consentant à sortir sans armes et sans bagage.

    Fig. Sortir d'un emploi, d'une administration avec le bâton blanc, ou le bâton blanc à la main, en sortir pauvre. On dit de même : il est venu en cette ville le bâton blanc à la main, il y est venu pauvre.

    Le bâton, la peine de la bastonnade. Condamner au bâton. Faire mourir sous le bâton.

  • 2 Fig. Sa charge de prévôt est un dangereux bâton dans la main d'un méchant homme, Scarron, Rom. com. IIe p. ch. 15.
  • 3Bâton d'aveugle, bâton qui sert aux aveugles à se conduire.

    Fig. Ce bâton d'aveugle avec lequel marchait le modeste Locke, cherchant son chemin et le trouvant, Voltaire, Lettr. à M*** 1740. L'analyse, qui est le bâton que la nature a donné aux aveugles, Voltaire, Métaph. 4.

    Un aveugle sans bâton, se dit de celui qui n'est pas pourvu des objets nécessaires à sa profession.

    Bâton de vieillesse, celui qui est le soutien, l'appui d'un vieillard. Cet enfant sera un jour votre bâton de vieillesse. Bonne maman, consolez-vous, Prenez un bâton de vieillesse, Béranger, B. mam.

  • 4Bâton de chaise, morceau de bois qu'on met dans les portants d'une chaise à porteur.

    Bâton se dit aussi des bois tournés qui maintiennent les quatre pieds d'une chaise à s'asseoir. Ne mettez pas vos pieds sur les bâtons.

    Bâton de cage, bâton sur lequel se perche l'oiseau.

  • 5Bâton s'est dit jadis des armes montées sur un fût ou hampe. Les arquebuses, les mousquets, les fusils ont été dits de la sorte bâtons à feu.

    Bâton à deux bouts, espèce d'arme offensive qui consiste en un bâton ferré par les deux bouts. Il faisait le moulinet autour de soi avec une houssine qu'il avait arrachée à un laquais, et il s'en escrimait comme d'un bâton à deux bouts, Francion, liv. XI.

  • 6Batterie à bâtons rompus, batterie de tambour qui désigne l'action des mains donnant chacune deux coups de suite ; ce jeu de baguettes est un moyen d'étude, et l'accélération des battements produit un bruissement et non une batterie d'ordonnance ; de là la locution figurée : à bâtons rompus ou à bâton rompu, avec interruption, à diverses reprises. J'entendis à bâtons rompus leurs propos, Francion, liv. IV. Selon ma coutume paresseuse de travailler à bâton rompu, Rousseau, Avert. Vous voyez comme je travaille ; tout ce qu'on appelle décousu, bâton rompu, n'est rien en comparaison, Courier, Lett. I, 288.

    Bâtons rompus, espèce de tapisserie qui représente plusieurs bâtons rompus et entremêlés l'un dans l'autre. Cela s'est dit aussi de certains ornements d'architecture.

  • 7Bâton pastoral, la crosse d'un évêque.

    Bâton de chantre, sorte de bâton fort orné et recouvert d'argent que le chantre d'une église tient à la main pendant l'office divin en marchant en chape dans le chœur.

    Bâton de prieur, le bâton qu'un religieux, en qualité de prieur, porte derrière l'écu de ses armoiries.

  • 8Le bâton de la croix, d'une bannière, le bâton au haut duquel la croix, une bannière sont portées.

    Bâton de confrérie, le bâton de la bannière d'une confrérie.

  • 9Court bâton, petit bâton qui, mis avec d'autres plus longs, sert à tirer au sort. On dit a jourd'hui courte paille.

    Fig. Tirer au bâton, au court bâton avec quelqu'un, contester avec lui sans vouloir se relâcher sur rien. Il ne faut pas tirer au court bâton avec ses amis.

  • 10Bâton de croisure, outil des ouvriers de haute lisse.

    Bâton de preuve, celui qu'on trempe dans le sirop pour essayer la cuite.

  • 11Bâton se dit des choses qui ont la forme d'un petit bâton. Bâton de casse ; bâton de cire d'Espagne ; bâton de sucre d'orge.
  • 12Bâton de commandement, bâton que portent certains officiers investis d'un commandement.

    Bâton de maréchal, ou simplement bâton, dignité de maréchal. Il est du nombre des désespérés de n'avoir point de bâton [de n'être pas maréchal], Sévigné, 201.

    Bâton d'exempt, sorte de bâton qui marquait que celui qui le portait était un exempt.

    Bâton de mesure, petit bâton avec lequel un chef d'orchestre indique le mouvement.

  • 13En géométrie, on appelait bâton de Jacob un instrument composé de deux règles mobiles, avec des pinnules à l'extrémité, qui servait à prendre les hauteurs ou les distances, par la méthode des angles. Les anciens astronomes sont peints avec un bâton de Jacob à la main.

    Bâton de Jacob, trois étoiles du baudrier d'Orion qui sont en ligne droite.

    Le bâton de Jacob, la baguette d'un escamoteur.

    Il sait bien le tour du bâton, il est fin et adroit, il sait faire sa main ; locution prise des joueurs de passe-passe, qui ont d'ordinaire en main un petit bâton.

    Familièrement. Tour du bâton, profit secret et illicite. Phelypeaux était général des îles à la Martinique, qui est un emploi indépendant, de plus de 40000 livres de rente, sans le tour du bâton, qu'il savait faire valoir, Saint-Simon, 351, 127. J'ai du bien, du crédit et de l'argent comptant ; Quant au tour du bâton, vous en serez content, Boursault, Ésope à la cour, IV, 5.

  • 14En architecture, bâton, moulure en saillie ou gros anneau qui s'appelle aussi tore, et qui est un ornement de la base des colonnes.
  • 15 En termes de blason, bâton, le tiers d'une colonne en brisure.
  • 16 Terme de marine. Bâton de pavillon ou d'enseigne, petit mâtereau qui sert à arborer le pavillon.

    Bâton de flamme, bâton qui tient la flamme au bas du mât.

    Bâton d'hiver, petit mâtereau qui, lorsque le temps est mauvais, remplace le mât de perroquet dans un bâtiment de commerce.

  • 17Rouleau de bois dont l'orfévre se sert pour aplanir une plaque de métal.

    Cylindre de bois garni de peau de chien, pour frotter divers ouvrages.

  • 18 Terme de botanique. Bâton de saint Jean, la persicaire d'Orient (les jardiniers appellent bâton toute plante dont les fleurs sont disposées en épi le long d'un axe redressé et rigide).

    Bâton de Jacob, asphodèle jaune.

    Bâton d'or, violier jaune ou giroflée jaune.

    Bâton royal, l'asphodèle blanc ou l'asphodèle rameux. Dit aussi hache royale.

    Bâton de St Jacques, la rose trémière.

  • 19Dans l'écriture, traits longs et droits que font les commençants. Cet enfant fait des bâtons.

    Dans la musique, sorte de barre qui traverse perpendiculairement une ou plusieurs lignes de la portée et qui, surmontée d'un chiffre, exprime la quantité de mesures qu'il faut passer en silence

  • 20Par rain et par bâton, locution de droit féodal dont on se servait dans les solennités des investitures. Rain veut dire branche, de ramus ; mot à mot, par branche et par bâton.

    Le bâton, dans les coutumes féodales, était un signe par lequel on confiait une mission : on en verra des exemples dans l'historique.

HISTORIQUE

XIe s. Livrez m'en ore le gant et le bastun, Ch. de Rol XVII.

XIIe s. Qui donc veïst le duc sur un cheval gascon Poindre parmi les rues, à sa main un baston…, Sax. VIII.

XIIIe s. Et ne puent ne ne doivent les mestres ne les vallez donner deux goffres [gaufres] pour un denier, et sept bastons [sorte de pâtisserie] pour un denier, bons et loyals et metables, Liv. des mét. 351. Poi me porrai mès soustenir, Fors à baston ou à potence, la Rose, 12949. Por ce l'avons eslit qu'il a cuer de baron, Et qu'il reset assés d'escu et de baston, Ch. d'Ant. VII, 776. Et fust ainsi qu'il eust ja l'escu et le baston por combatre, Beaumanoir, LXIII, 1.

XIVe s. Un baston, appelé le baston au Lyon, et est fait en maniere de potence, et a, au bout du dist baston, une pointe d'argent, De Laborde, Émaux, p. 159. Deux bastons de cedre, garnis d'or, à deux pommeaux rons dessus, où, en l'un, a les armes de France et, en l'autre, de Mons. le Dalphin, De Laborde, ib. Un baston de ybenus aorné d'argent, pour l'office du chantre, De Laborde, ib. Un baston à seigner [bénir], qui a la teste d'une aigle de cassidoine, assise sur un pommel d'or esmaillé, et a ou bout une virole d'or à la pointe d'argent, De Laborde, ib. Vous ressemblez celui, à mon entention, Qui va merci priant, en sa main un baston, Guesclin. 21384.

XVe s. Ceux qui le baston du gouvernement avoient, Froissart, II, III, 27. Les dicts ambassadeurs, qui assez savoient le tour de leur baston, Bouciq. III, ch. 11. Le clerc, sachant le tour de son baston, s'en fit beaucoup prier, Louis XI, Nouv. XII. Un jeu que l'on nomme le jeu de baston, c'est assavoir l'un à tapper ou frapper et rompre le baston de son compaignon, Du Cange, basto.

XVIe s. Quelques capitaines d'infanterie, lesquels, estant payez pour cent hommes, n'en tiennent pas trente en leurs compagnies, et encores se moquent-ils des autres qui n'entendent pas le tour du baston, Lanoue, 106. Le vassal peut demembrer, bailler à cens et arrentement son fief, sans l'assens de son seigneur, jusqu'au tiers de son domaine, sans s'en dessaisir, ou la main mettre au baston ; qui est ce qu'on dit : se jouer de son fief, sans demission de foi, Loysel, 641. Il avoit bon nombre de chevaux de service, grande quantité de bastons et d'armes offensives de toutes sortes, et d'engins de baterie à tirer au loing, Amyot, Timol. 18. Lesdiguieres batit de quatre moiennes Guillestre, qu'il eut au bout de 900 coups, les soldats de Gascongne rendus au baston blanc, ceux du païs à discretion, D'Aubigné, Hist. III, 35. Discours premier sur le fait des harquebusades, et autres bastons à feu, Paré, IX, 1er disc. Cela fait [le vif-argent ainsi préparé], on peut dire estre un maistre Jehan, qui fait choses grandes et quasi miraculeuses, pourveu qu'on le sache bien manier à luy faire sauter le baston, Paré, XXIII, 47. Deux appuyés sur ung baston (proverbe), Génin, Récréat. II, p. 237.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BÂTON.
8Ajoutez :

Anciennement, bâton de confrérie, bâton qui servait à porter aux processions l'image de quelque saint ou la représentation de quelque mystère ; fête à bâton, celle où l'on célèbre la fête du saint qui est au bout de ces bâtons.

21Le bâton blanc, se disait pour exprimer la déchéance, la défaite, la pauvreté. Adieu, ville peu courtoise Où je crus être adoré ; Aspar est désespéré ; Le poulailler de Pontoise Me doit ramener demain Voir ma famille bourgeoise, Me doit ramener demain Un bâton blanc à la main, Racine, Épigr. contre Fontenelle. C'est qu'alors un père pourrait, Pour punir son libertinage, Sevrer de tout son héritage, Chasser son gars comme un coquin, Et, le bâton blanc à la main, L'envoyer jouer à la paume, Glaner ou ramasser du chaume, 2e Harangue des habitants de Sarcelles, dans CH. NISARD, Parisianismes, p. 19 (1740)

On peut voir à l'historique le bâton blanc mis entre les mains d'une garnison qui se rend ; l'exemple est d'Aubigné.

PROVERBE

Il ne fait pas bon aller à sa porte sans bâton, se dit à propos d'un homme irascible et prompt à l'offense.

HISTORIQUE

À la fin, ajoutez : Les confrairies, assemblées et banquets accoutumez pour bastons et autres choses semblables, Ordonn. de Moulins sur la réforme de la justice, févr. 1566, art. 74.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « bâton »

Étymologie de bâton - Littré

Norm. gaton et vaton ; provenç. et espagn. baston ; portug. bastao ; ital. bastone. Baston est un dérivé d'un simple qui se trouve dans l'espagnol bastos, bâtons, trèfle dans les cartes, et dont le radical est dans bâtir et bât (voy. ces mots).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « bâton »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bâton batɔ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « bâton »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bâton »

  • Après le report de la date butoir pour la mise à disposition des armes de l’État aux policiers municipaux, voilà une autre mesure d’adaptation concernant les bâtons de défense. Ce qui devrait rassurer les collectivités. En application du décret du 28 novembre 2016, les agents de police municipale équipés de matraques (tonfa ou bâton de défense, télescopiques ou non) devaient effectuer une formation de 12 heures de pratique (avec éventuellement le module juridique de 12h) d’ici le 1er juillet 2020 afin de conserver leur autorisation de port du bâton. Cette formation est assurée par le CNFPT par le biais des moniteurs bâtons et techniques professionnelles d’intervention (MBTI). La Gazette des Communes, Formations bâtons des policiers municipaux : report de l'échéance au 1er avril 2021
  • ■ Les policiers de la brigade anticriminalité se sont rendus, jeudi vers 22 heures, au parc Paul-Mistral à Grenoble, près de la tour Perret où la présence d’un homme agité et violent avec les badauds leur avait été signalée. Sur place, les gardiens de la paix ont effectivement aperçu un homme âgé d’une cinquantaine d’années, correspondant au signalement, et qui semblait s’en prendre à un groupe assis sur un banc. À peine leur ont-ils indiqué qu’ils étaient de la police que l’homme a brandi un grand bâton avec lequel il a tenté de les frapper. Ces derniers ont pu saisir l’arme mais l’homme s’est rebellé au moment de son arrestation, les contraignant à l’amener au sol pour le maîtriser et le menotter. Il a ensuite été conduit à l’hôtel de police où il a été placé en garde à vue. , Faits-divers - Justice | Armé d’un bâton, il tente de frapper des policiers
  • N’empêche le relâchement perceptible n’augure rien de bon. L’OMS nous rappelle à la réalité du danger. En une semaine, l’épidémie vient de contaminer sur la planète un million de personnes (sur 9 millions de cas). Il avait fallu 3 mois pour parvenir au premier million de malades. Certes, l’Amérique du sud constitue désormais l’épicentre du fléau, mais l’emballement est tel qu’il fait redouter un sévère retour de bâton en Europe. Grèce, Suisse, Allemagne, Roumanie et Portugal enregistrent une remontée de la courbe. La moindre entorse se paie cash. Comme l’illustrent les quelque 1 300 cas détectés dans un abattoir outre-Rhin. La découverte du foyer infectieux a fait bondir dans le pays le taux de reproduction du virus à 2,88. , Politique | Gare au retour de bâton
  • S’il va dehors, même le chien peut rencontrer le bâton. De Proverbe japonais
  • Pendant que le bâton va et vient, les épaules se reposent. De Proverbe français
  • Il est préférable de se faire tuer à coups de bâton que de mourir de peur. De Proverbe chinois
  • Dans les dîners en ville, on parle à bâtons rompus. Sur le dos des autres. De Yvan Audouard
  • Faire de la publicité, c’est agiter un bâton dans l’auge à cochons. De George Orwell
  • Une canne à pêche est un bâton avec un crochet à un bout et un imbécile à l'autre. De Samuel Johnson
  • Ce n'est pas à coups de bâton que l'homme devient homme. De Anonyme / Conte Abkhaz
  • Parlez doucement, et tenez un gros bâton, vous irez loin. De Theodore Roosevelt
  • La conscience est un bâton que chacun prend pour battre son voisin. De Honoré de Balzac / Pensées
  • Le bâton atteint les os, mais n’atteint pas les vices. De Proverbe rundi
  • Qui veut frapper un chien Facilement trouve un bâton. De Proverbe français
  • Le bâton est le roi du monde. De Proverbe français
  • La langue est un bon bâton. De Proverbe guadeloupéen
  • Un coup de bâton reçu dans le dos, ce n'est qu'une offense ; un coup de bâton reçu par-devant, c'est un affront. De Miguel de Cervantès
  • Chaque fois que le temps a fait croître un bâton, au bout du bâton l'homme a mis une lance. Abu al-Tayyib Ahmad ibn al-Husayn, dit al-Mutanabbi,
  • Quand l'eau courbe un bâton, ma raison le redresse. La raison décide en maîtresse. Jean de La Fontaine, Fables, Un Animal dans la Lune
  • Il y a des femmes qui sont comme le bâton enduit de confiture de roses dont parle le poète persan : on ne sait par quel bout les prendre. Alphonse Allais, On n'est pas des bœufs, Ollendorf

Images d'illustration du mot « bâton »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « bâton »

Langue Traduction
Portugais bastão
Allemand stock
Italien bastone
Espagnol palo
Anglais stick
Source : Google Translate API

Synonymes de « bâton »

Source : synonymes de bâton sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires