Canne : définition de canne


Canne : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CANNE, subst. fém.

A.− Plante à tige droite, cylindrique et noueuse, à feuilles engainantes :
1. La plus jeune fille du roi Christophe, (...) repose libre sous les portiques du Campo-Santo, loin du champ des cannes et des mangliers à l'ombre desquels elle était née esclave. Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 4, 1848, p. 278.
P. méton. Bois de canne. [M. Fraisier] se leva de dessus un fauteuil de canne où il siégeait sur un rond en maroquin vert (Balzac, Le Cousin Pons,1847, p. 177).
En partic.
Canne à sucre, canne de sucre (vx). Graminée à tige pleine cultivée dans les pays tropicaux pour le sucre qu'on extrait de sa sève. Un champ, une plantation de canne à sucre; la culture de la canne à sucre; du sucre de canne. Alcool de canne. Alcool obtenu par distillation de jus de canne à sucre ou de mélasse.
Canne de Provence. Plante vivace à forte teneur en alpha-cellulose, qui pousse en Provence et en Italie.
Canne-bamboche. Bambou (cf. Toulet, Le Mariage de Don Quichotte, 1902, p. 35).
B.− P. méton. Bâton plus ou moins long, servant à divers usages et fait de bois de canne ou de toute autre matière pouvant remplir des fonctions similaires.
1. Bâton parfois ouvragé qui, tenu à la main, sert d'appui à une personne qui marche :
2. Je perçois, avec ma canne, des sensations que je n'obtiendrais pas avec ma main. Ma canne est une tige de résonance. C'est une antenne facultative, une antenne amovible, ... G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Les Maîtres, 1937, p. 91.
SYNT. Canne d'épine, de jonc; canne d'ébène; canne à bec, à béquille; la crosse, la pomme, le pommeau d'une canne; s'appuyer sur sa/une canne; brandir, lever, poser, prendre sa/une canne.
Spéc. Canne-parapluie, parapluie à canne, ombrelle à canne :
3. Bouvard préférait une canne-parapluie ou parapluie-polybranche, dont le pommeau se retire, pour agrafer la soie, contenue à part dans un petit sac. Flaubert, Bouvard et Pécuchet,t. 1, 1880, p. 88.
a) [La canne comme arme de défense ou de combat] Frapper à coups de canne.
Spéc. Canne armée, canne à dard, canne à épée, canne-épée, canne-sabre. Canne creuse dissimulant un dard, une épée ou un sabre (cf. Constant, Le Cahier rouge, 1830, p. 62).Canne-fusil. Canne conçue de façon à pouvoir se transformer en fusil (cf. Mauriac, Le Baiser au lépreux, 1922, p. 149).Canne plombée. Canne à tête garnie de plomb pouvant servir de massue. Ce torrent d'hommes, armés de cannes plombées et de casse-tête, était irrésistible (Verne, Le Tour du monde en 80 jours,1873, p. 146).
P. ext. Sport de combat proche de l'escrime pratiqué avec une baguette résistante et flexible :
4. ... Crabb de Ramsgate vous a appris à boxer; Lacour de Paris vous a enseigné la canne, le chausson et l'argot, puisque cela vous était nécessaire pour vos excursions aventureuses. Sue, Les Mystères de Paris,1842-43, p. 57.
b) [La canne comme signe distinctif, comme emblème, comme accessoire de parade]
Canne blanche, canne d'aveugle. C'est le Londres de toute ma jeunesse, (...) avec ses aveugles à canne blanche (Morand, Londres,1933, p. 112).
Canne de compagnon, de compagnonnage :
5. Mon père était mort dès avant la guerre. De lui, il ne restait plus dans notre cellule que sa canne de compagnonnage accrochée à la corniche de la grande armoire,... Guéhenno, Journal d'un homme de 40 ans,1934, p. 237.
Canne de tambour-major :
6. ... j'aperçois, derrière la canne tourbillonnante du tambour-major, les baguettes fougueuses des tapins, les clairons apoplectiques qui gonflent des joues de tritons; ... Vercel, Capitaine Conan,1934, p. 35.
2. Usages spéciaux
a) Canne à pêche. Bâton ou perche de matière flexible, souvent en plusieurs pièces qui s'emboîtent et dont l'extrémité est munie d'une ligne de pêche. La mère, très forte, manœuvrait avec grâce une charmante canne à pêche (Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, Les Dimanches d'un bourgeois de Paris, 1880, p. 304).
b) Canne de golf. Bâton recourbé utilisé pour pousser la balle (cf. G. Roy, Bonheur d'occasion, 1945, p. 69).Synon. crosse de golf, club.
c) MÉTROL. Ancienne mesure de longueur en usage dans différents pays, particulièrement dans le midi de la France et en Italie, variant de 1,70 m à 3 m selon les régions :
7. − « Ce travail donne une peine du diable, disait-il [mon père] un soir au souper; j'ai défoncé à peine trois cannes de terre, ... » P. Arène, Jean des Figues,1870, p. 40.
d) TECHNOLOGIE
ÉLECTR. Couple thermo-électrique enfermé dans un tube de quartz ou de fer servant surtout à mesurer la température dans un four (d'apr. Duval 1959). Canne pyrométrique.
VERRERIE. Tube creux en métal servant à prendre le verre en fusion dans le creuset et à le souffler (cf. Bernanos, Journal d'un curé de campagne, 1936, p. 1067).
3. Argot
a) Vx. Canne(-)major. Barre de fer qui, attachée aux pieds, aux mains et aux épaules d'un détenu, le force à se tenir debout et immobile (cf. L'Intérieur des prisons, 1846, p. 111).
b) Jambe. Avec quarante bornes dans les cannes (...) on voulait ronfler, récupérer (A. Simonin, Touchez pas au grisbi,1953, p. 76).
Mettre les cannes. S'en aller, se sauver :
8. Maintenant que le colon nous avait plaqués et que les sergents mettaient les cannes, j'étais bien convaincu que mon affaire finirait en quenouille et que l'on allait me fiche la paix; ... Cendrars, La Main coupée,1946, p. 274.
Casser sa canne, vx. S'évader; rompre son ban. Au fig. Dormir. Vous savez le verbe dormir? (...) je dors (...) vous tapez de l'œil, ils cassent leur canne (E. Villars, Les Précieuses du jour,1866, p. 31).
Rem. On rencontre ds la docum. a) Canne, subst. fém. Grand robinet placé sur les conduites de distribution d'eau, manœuvré par l'intermédiaire d'une vis ou d'un volant. Attesté ds Nouv. Lar. ill.-Lar. Lang. fr. b) Canne ou channe, subst. fém. Cruche (cf. étymol. et hist.). Autrefois, le lait (...) était recueilli dans les cannes placées dans des cages de bois (A.-F. Pouriau, La Laiterie, 1895, p. 342). Leurs channes brillantes et rondes (J. de La Varende, Nez-de-Cuir, gentilhomme d'amour, 1936, p. 34). La forme channe est parfois au genre masc. : Elle lâcha le grand channe de cuivre où elle disposait ses pavots énormes (Id., Le Troisième jour, 1947, p. 240). c) Canetille, subst. fém. Petit tuyau. La petite motopompe communale ronronnait sagement (...) Toute l'eau de la mare y passait, aspirée par sa canetille (H. Bazin, L'Huile sur le feu, 1954, p. 22).
Prononc. et Orth. : [kan]. Ds Ac. 1694-1932. Homon. cane. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1160 chane « cruche » (Énéas, éd. Salverda de Grave, 2131); attesté encore dans les dialectes de l'Ouest, du N.-O., en Bourgogne et en francoprovençal (cf. FEW t. 2, 204); b) 1286 « mesure de liquide » chainne (Arch. Doubs ds Gdf.); 2. 1180-90 canne « hampe de lance » (Alexandre de Paris, R. d'Alexandre, éd. E.-C. Armstrong, II, 986); 3. ca 1250 cane « roseau [en partic., canne à sucre] » (Gossuin de Metz, Image du Monde, 127 ds T.-L.); 1305 [pour faire des flûtes] (Joinville, St Louis, 388 c, ibid.); spéc. a) av. 1266 « mesure de longueur » (Assises de Jérusalem, I, 171 ds Littré) − 1725 Du Puitsp.; b) 1380 « trachée-artère » (Evrart de Conty, Probl. d'Arist., B.N. 210 fo174ads Gdf.); c) av. 1525 « tuyau de flûte » (Cretin, à Fr. Charbonnier, p. 236 ds Hug.); 1704 « sarbacane de verrier » (Trév.); 1899 « robinet » (Nouv. Lar. ill.); d) 1596 « bâton léger sur lequel on s'appuie pour marcher » (Hulsius, Dict. françois-alemand..., Francfort, 1616). Du lat. canna « roseau » (empr. au gr. κ α ́ ν ν α « id. ») qui a connu de nombreux emplois techn. tels que « tuyau (d'un instrument de musique) », Ovide, Met., 11, 171 ds TLL s.v., 262, 4; « mesure de longueur », iies. Nipsus, Grom., p. 286, 21, ibid., 262, 23; « sorte de récipient » (canna désignant prob. à l'orig. le bec verseur, de là la dénomination du récipient en entier), vies. Venance Fortunat, Vita Radeg., 19, 44, ibid., 262, 51, bien attestés en lat. médiév. (Du Cange; Nierm.); une partie des sens réunis sous 3 sont des emprunts au prov. qui connaît le sens 3 (début xiiies., P. Espanhol ds Rayn.) et le sens 3 a (xiiies., P. Cardinal, ibid.). Le lat. canna subsiste de même dans les domaines ibér. et ital. (REW3, no1597); il est passé très tôt dans le domaine germ. au sens de « pot » (Kluge20, s.v. Kanne). Fréq. abs. littér. : 1 450. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 435, b) 2 437; xxes. : a) 3 272, b) 1 667.
DÉR.
Cannaie, subst. fém.Lieu généralement humide où poussent des cannes, des roseaux. [kanε]. 2esyll. longue ds Fér. 1768 et Littré. Nod. 1844 transcrit : ca-nëe (ë = [ε]; e = [ə]). Ds Ac. 1798-1932. 1reattest. 1600 (E. Binet, Merv. de nature, p. 527 ds Gdf. Compl.); de canne « roseau », suff. -aie*.
BBG. − Arv. 1963, pp. 139-140. − Gottsch. Redens. 1930, p. 415. − Hering (W.). Über den Zapfhahn und seine Namen in Frankreich. In : [Mél. Jaberg (K.)], Z. rom. Philol. 1937, t. 57, no2-4, p. 387. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 84. − Sigurs 1963/64, p. 268, 457.

Canne : définition du Wiktionnaire

Nom commun

canne \kan\ féminin

  1. (Botanique) Espèce de roseau, telle que le roseau, la canne d’Inde, la canne à sucre, le bambou, etc.
    • Les cannes flèchent au mois d’août, c’est-à-dire, vers le dixième mois de leur plantation ; au moment de la floraison la canne est creuse; aussi se garde-t-on bien de la récolter à cette époque ; […]. — (L.-J Blachette & Frédéric-Salvator Zoéga, Nouveau manuel complet du fabricant et du raffineur de sucre… , collection Manuels Roret, Paris : Librairie Encyclopédique de Roret, 1833, page 22)
    • Canne de Provence ou roseau à quenouilles : Graminée Arundo donax, L.
    • Canne à sucre : Graminée Saccharum officinarum, L., espèce de roseau dont on extrait le sucre.
    • Canne d’Inde : Balisier.
  2. (Vieilli) Tige ou racine qui ne se trouve plus aujourd’hui dans le commerce, et qui provenait du Calamus aromaticus.
  3. Bâton léger sur lequel on s’appuie de la main en marchant, souvent fait de roseau, de jonc ou de bois.
    • Mon oncle avait une longue canne, terminée par une brochette de fer, au moyen de laquelle il enfilait les limaces et les escargots, mangeurs de salades. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Mon oncle)
    • […] mais Jimmy le faisait méchamment trébucher, en le happant du crochet de sa grosse canne blanche, et les deux hommes tombaient à terre, ensemble […] — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Puis, d’après nous [orangs-outangs], le genre humain marcha droit la canne à la main. — (Pierre Jean de Béranger, Les Orangs-outans, 1854)
    • Porter une canne à la main. — Marcher avec une canne. — Canne à épée.
    • Une canne à pomme d’or, à pomme d’argent, à pomme d’ivoire.
    • Canne plombée.
    • Donner des coups de canne.
    • Lever la canne sur quelqu’un. → voir lever la canne
  4. (Par analogie) Instrument long et cylindrique dont les usages diffèrent.
    • L’écureuil s’abaisse et ne bouge plus. Prenez la canne en main et moulinez rapidement pour prendre contact avec le poisson et ferrez. — (Bernard Breton, Toutes les pêches en étang, Éditions Jean-Paul Gisserot, 1997, p. 83)
    • Canne à vent : Sorte de sarbacane du verrier.
  5. (Métrologie) Mesure de longueur employée en divers pays, particulièrement en Italie, et dont la valeur n’est pas constante ; celle de Naples vaut deux mètres vingt-neuf centimètres.
    • CANNE, en italien canna, en espagnol cana, en anglais cane. Mesure d’aunage et d’arpentage, employée surtout en Italie et dans le midi de la France. Cette mesure remplace souvent la toise ou la perche, servant à établir la superficie des terrains. En Italie on lui donne aussi, dans ce cas, le nom de pertica, ou perche, en France celui de toise. Voyez ces mots. Pour la canne des anciens Arabes, voyez Cassaba.
      Affrique (Sainte-) en France. La canne de 8 pans.
      Aix en Provence. La canne = 8 pans ou palmes = 64 menus.
      […]
      Alpes (Hautes-), département français. La canne ou toise ordinaire = 6 pieds = 8 pans.
      […]
      Apt en France. La canne = 8 pans = 72 pouces = 864 lignes.
      […]
      Barcelonne. La cana = 2 varas ou medias canas = 8 palmos = 32 quartos, et vaut, d’après une mesure authentique, vérifiée à la préfecture de Marseille, en 1829
      […]
      Dauphiné, ancienne province française. La canne ou toise delphinale se divise en 6 pieds ou 8 pans, et vaut
      […]
      Toulouse. La canne = 8 empans = 64 pouces = 512 lignes = 4096 points
      — (Horace Doursther, Dictionnaire universel des poids et mesures, anciens et modernes, M. Hayez, Bruxelles, 1840)
  6. (Québec) (Populaire) (Anglicisme) Boîte de conserve (de l’anglais can).
  7. (Normandie) (Désuet) Bidon (pour le lait).
  8. Bâton de bois utilisé autrefois comme arme, aujourd'hui comme accessoire dans le domaine sportif (canne de combat).
    • Nous exécutions aussi des exercices de canne qui rappelaient fort ceux des bataillons scolaires. — (Édouard Bled, « Mes écoles », Robert Laffont, 1977, page 52.)

Forme de verbe

canne \kan\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de canner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de canner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de canner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de canner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de canner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Canne : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CANNE. n. f.
Nom générique donné à plusieurs espèces de roseaux, tels que le roseau commun, la canne d'Inde, la canne odorante, le bambou, etc. Canne à sucre, L'espèce de roseau dont on extrait le sucre. Il se dit, par extension, d'un Roseau, d'un jonc, d'un bâton, dont on se sert pour s'appuyer en marchant. Porter une canne à la main. Marcher avec une canne. Canne à épée. Une canne à pomme d'or, à pomme d'argent, à pomme d'ivoire. Canne plombée. Donner des coups de canne. Lever la canne sur quelqu'un. Il se dit par analogie de Plusieurs instruments longs et cylindriques dont les usages diffèrent. Canne à pêche. Canne à vent, Sorte de sarbacane du verrier.

Canne : définition du Littré (1872-1877)

CANNE (ka-n') s. f.
  • 1Nom de diverses espèces de roseaux.

    Canne de Provence ou roseau à quenouilles (graminées) (arundo donax, L.).

    Canne à sucre (saccharum officinarum, L.) (graminées).

    Canne d'Inde, balisier.

    Nom donné jadis à une tige ou racine qui ne se trouve plus aujourd'hui dans le commerce, et qui provenait du calamus aromaticus, L.

  • 2Bâton léger de roseau, de jonc ou de bois sur lequel on s'appuie de la main en marchant. Donner des coups de canne. Puis d'après nous [singes] le genre humain Marcha droit la canne à la main, Béranger, Orangs-out.

    Lever la canne sur quelqu'un, le menacer de coups de canne, et aussi le frapper.

    Fig. Vivre la canne à la main, vivre sans rien faire.

  • 3Dans les arts, divers instruments longs et cylindriques. Canne à vent, fusil à vent.
  • 4Mesure de longueur employée en divers pays, particulièrement en Italie, et dont la valeur n'est pas constante ; celle de Naples vaut deux mètres vingt-neuf centimètres.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et deit estre le champ de quarante canes de careure et clos de fossés et de paleys, Ass. de Jér. I, 171. Il fit prenre canes de quoy l'en fit ces fleutes…, Joinville, 277.

XIVe s. La kanne est tant portée que depuis est brisée, Baud. de Seb. IV, 426.

XVIe s. La trachée-artere appellée vulgairement la canne du poulmon, Paré, VI, 6. Il faudra envelopper une canne de plomb [une canule], Paré, VI, 23. Quelques unes sont de bois et les autres de cannes ou roseaux, Paré, IX, 18. L'eau distillée de racines de cannes, Paré, XXII, 3. Son manger estoit de cannes de sucre, Paré, Licorne, 4. La saumée de terre est de seize cens canes quarrées, mesure de Montpellier, chacune cane de huit pams… Rapportant la toise à la cane, se trouve la toise contenir huit pams, neuf vingt-sixiesmes, De Serres, 11. Les cannes de sucre ressemblent aux autres communes, qu'on appelle aussi roseaux, De Serres, ib.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CANNE. Ajoutez :
5Canne armée, canne dans laquelle est cachée une arme. … Le bambou carré, dont chacun de nous a pu voir l'emploi dans les cannes à pêche, cannes armées, manches de parapluies, etc. Ed. Renard, Journ. offic. 6 fév. 1876, p. 1077, 1re col.
6 Nom, en Algérie, d'une férule, plante ombellifère, dont les bergers se servent pour frapper leurs troupeaux à grand bruit, comme avec une batte d'Arlequin, sans leur faire le moindre mal, Journ. offic. 7 oct. 1873, p. 6224, 2e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Canne : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* CANNE, s. f. morceau de jonc ou de bois précieux, d’environ trois piés de long, droit, ferme, couvert d’un vernis ; armé par un bout d’une douille de fer, & d’une pomme de l’autre, & percé à quelques pouces au-dessous de la pomme, d’un trou dans lequel on met un cordon de soie, où l’on passe la main. L’usage de la canne est d’appuyer en marchant. Le nom de canne a passé à beaucoup d’autres objets.

Canne, voyez Roseau.

Canne d’Inde, voyez Balisier.

Canne, (Architecture.) espece de roseaux dont on se sert en Italie & au Levant, au lieu de dosses, pour garnir les travées entre les cintres, dans la construction des voutes.

On se sert aussi de ces roseaux à la place de chaume, c’est-à-dire, de paille de seigle ou de froment, pour couvrir à la campagne les étables, granges, écuries, de peu d’importance, ou bien les maisons des paysans. (P)

Canne ou Jonc à écrire, (Hist. anc.) calamus scriptorius, ou arundo scriptoria. Les anciens se servoient de stilets pour écrire sur les tablettes enduites de cire, ou de jonc, ou de canne, pour écrire sur le parchemin, ou le papier d’Egypte ; car notre papier ordinaire est d’une invention nouvelle. Le Psalmiste dit que sa langue est comme la canne ou le jonc à écrire d’un écrivain habile : lingua mea calamus scribæ ; du moins c’est ainsi que traduit la vulgate : mais le texte Hébreu signifie plûtôt un stylet qu’une canne à écrire. L’auteur du troisieme livre des Machabées, dit que les écrivains employés à faire le rôle des Juifs qui étoient en Egypte, vinrent montrer leurs roseaux qui étoient tout usés, disant qu’ils ne pouvoient suffire à faire le denombrement que l’on demandoit. Baruch écrivoit ses prophéties avec de l’encre, & par conséquent avec les roseaux dont nous venons de parler ; car il ne paroît pas que l’usage des plumes fût connu en ce tems-là. Saint Jean, dans sa troisieme épître, dit qu’il n’a pas voulu écrire avec l’encre & le roseau : nolui per atramentum & calamum scribere tibi. Cet usage est commun chez les auteurs prophanes. Inque manus chartæ nodosaque venit arundo. Les Arabes, les Perses, les Turcs, les Grecs, & les Arméniens, se servent encore aujourd’hui de ces cannes ou roseaux, comme le témoignent les voyageurs. Jerem. xxxvj. 18 ; 3. Joann. vers. 13. Pers. satyr. 3. Calmet, diction. de la bibl.

Canne à vent, (Physique.) est une espece de canne creuse intérieurement, & par le moyen de laquelle on peut, sans le secours de la poudre, chasser une balle avec grande violence. La construction en est à peu-près la même que celle de l’arquebuse à vent, avec cette différence, que l’arquebuse à vent a une crosse & une détente pour chasser la balle, au lieu que la canne à vent n’en a point, & a extérieurement la forme d’une canne ordinaire. Voyez Arquebuse à vent. (O)

Canne, en Hébreu kanna, (Hist. anc.) sorte de mesure dont parlent Ezechiel, chap. xl. vers. 3. & S. Jean dans l’Apocalypse, chap. x. vers. 1. Ezechiel dit qu’elle avoit six coudées & un palme, ou plûtôt six coudées & six palmes, c’est-à-dire six coudées Hébraïques, dont chacune étoit plus grande d’un palme que la coudée Babylonienne. Le prophete est obligé de déterminer ainsi la coudée dont il parle, parce qu’au-delà de l’Euphrate où il étoit alors, les mesures étoient moins grandes qu’en Palestine. La coudée Hébraïque avoit vingt-quatre doigts ou six palmes, ou environ vingt pouces & demi, en prenant le pouce à douze lignes ; ce qui donne à la canne ou calamus cent vingt-trois pouces ou dix piés trois pouces de notre mesure. Voy. Roseau d’Ezechiel. Dict. de la Bibl. (G)

Canne, mesure Romaine, composée de dix palmes, qui font six piés onze pouces de roi.

Canne, mesure de longueur, dont on se sert beaucoup en Italie, en Espagne, & dans les provinces méridionales de la France, & qui est plus ou moins longue en différens endroits.

À Naples la canne vaut sept piés trois pouces & demi Anglois, ce qui fait une aune & quinze dix-septiemes d’aune de Paris ; ainsi 17 cannes de Naples font 32 aunes de Paris. La canne de Toulouse & de tout le haut Languedoc est semblable à la varre d’Arragon, & contient 7 piés 8 pouces Anglois. À Montpellier, en Provence, en Dauphiné, & en bas Languedoc elle contient 6 piés 5 pouces & demi Anglois. Voyez Mesure, Pied.

La canne de Toulouse contient cinq piés cinq pouces six lignes de notre mesure, qui font une aune & demie de Paris ; ainsi deux cannes de Toulouse font trois aunes de Paris.

Celle de Montpellier & du bas-Languedoc a six piés neuf lignes de longueur, & fait une aune deux tiers de Paris ; ainsi trois de ces cannes font cinq aunes de Paris.

L’usage de la canne a été défendu en Languedoc & en Dauphiné par arrêt du conseil du 24 Juin & 27 Octobre 1687, suivant lesquels on ne peut se servir dans ces provinces, pour l’achat & vente des étoffes, que de l’aune de Paris au lieu de canne.

Canne se dit aussi de la chose qui a été mesurée avec la canne : une canne de drap, une canne de toile, comme nous disons une aune de drap. (G)

Canne, s. f. (Manufactures en soie.) grandes baguettes de roseau ou de noyer, qu’on passe dans les envergures des chaînes, soit pour remettre soit pour tordre les pieces. Voyez Remettre & Tordre

* Canne, (Verrerie en bouteilles.) instrument de fer, d’environ quatre piés huit pouces de long, en forme de canne, percé dans toute sa longueur d’un trou d’environ deux lignes de diametre, dont on se sert pour souffler les bouteilles & autres ouvrages. Voyez Verrerie.

Canne, (Géog.) petite riviere d’Italie, au royaume de Naples, dans la province de Bari.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « canne »

Étymologie de canne - Littré

Prov. cana ; catal. canya, cana ; espagn. caña ; du latin canna, roseau.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de canne - Wiktionnaire

(XIIIe siècle) Du latin canna (« roseau »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « canne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
canne kan play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « canne »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « canne »

  • Ce délicieux rhum est le fruit de techniques traditionnelles et d’une canne à sucre locale. Il bénéficie d’une des eaux les plus pures du monde et d’un terroir volcanique duquel en résulte une canne à sucre de très grande qualité. Toutes les étapes de transformation sont encore artisanalement effectuées, les cannes sont coupées à la main puis broyées dans d’anciens moulins à sucre. Kiss My Chef, Plantation Isle of Fiji, comme un goût de paradis - Kiss My Chef
  • Cette année Blaser continue d’étoffer sa gamme d’accessoires, avec par exemple un cousin de tir mais également une canne de pirsch. Au premier regard impossible de ne pas penser à la 4 Stablestick, dont elle reprendre le principe mais avec forcément quelques différences made in germany ! Chasse Passion, Blaser lance sa canne de pirsch - Chasse Passion
  • L’usinier demandait en effet aux agriculteurs de remplir entièrement les remorques de livraison des cannes à leur arrivée aux balances. Un remplissage que les planteurs estimaient trop risqué compte-tenu de la sinuosité des routes réunionnaises. Imaz Press Réunion : l'actualité de la Réunion en photos, Faute d'accord sur le protocole de livraison : Campagne sucrière : il va falloir attendre encore un peu | Imaz Press Réunion : l'actualité de la Réunion en photos
  • En temps normal, Bruno Lecomte fabrique des pièces en aluminium pour l'industrie à Clermont-Créans. Avec le confinement, il n'avait plus de commande et il s'est mis à fabriquer une canne à champignons, un projet qu'il avait depuis plus d'un an. France Bleu, Un Sarthois fabrique une canne à champignons pendant le confinement
  • Ce défi n'est pas bien dur si vous avez l'habitude de la technique de surf derrière un requin. Le plus difficile sera de trouver une canne à pêche à Sweaty Sands. Mais pas de panique, nous sommes là pour vous aider ! Breakflip, Fortnite : Utiliser une canne à pêche pour surfer derrière un requin à butin à Sweaty Sands, défi Aquaman - Breakflip - Actualité, Guides et Astuces - eSport et Jeu Vidéo
  • Le distributeur s’engage à financer à hauteur de 300 000 euros l’émergence d’une filière de canne à sucre bio sur l’île, avec la chambre d’agriculture. Tereos n’est pas partie prenante du projet. , Carrefour soutient la canne à sucre bio de la Réunion - Le Betteravier français
  • Si les premières cannes furent d'abord vraisemblablement de vulgaires bâtons ramassés et utilisés comme tels de façon multi-utilitaire, puis progressivement ouvragés et façonnés, il est difficile de dater l’apparition de la canne qui, en outre, n'adoptera cette appellation générique commune que très tardivement. Toutefois, on reconnaît volontiers à l’Égyptien Toutânkhamon la qualité de premier collectionneur de cannes (on en a retrouvé plus d'une centaine de tous types dans son tombeau), mais la canne est également évoquée dans l'Antiquité grecque (par exemple Œdipe face au Sphinx) et dans la Bible (notamment l'épopée de Moïse ou l'histoire de Jacob), également présente chez les Assyriens et à Rome où tous les nobles ont une canne. Même le légionnaire romain joint à son uniforme une canne-bâton (canne centurion). À l'exception de ce dernier exemple, la canne fait alors souvent office de signe distinctif, hiérarchique ou nobiliaire même s'il est probable que la canne poursuit une destinée plus rustique et plus utilitaire (Le mot utilitaire peut désigner :) dans les couches plus rurales de la société. Techno-Science.net, 🔎 Canne (marche) - Définition et Explications
  • Une légende, c’est un vieil homme avec une canne et que tout le monde connaît pour ce qu’il faisait. De Miles Davis / International Herald Tribune - 17 Juillet 1991
  • Un socialiste est un homme qui ne fait aucune différence entre une canne et une ombrelle parce que toutes les deux tiennent dans un porte-parapluies. De David Lloyd George
  • Avoir des relations sexuelles à quatre-vingt-treize ans, c’est un peu comme essayer de remplacer une canne de billard par une corde. De George Burns
  • L'intuition est à la connaissance, ce que la canne blanche est à l'aveugle. De Jérôme Touzalin
  • Une canne à pêche est un bâton avec un crochet à un bout et un imbécile à l'autre. De Samuel Johnson
  • Seule la canne est plus solide que les expériences pour s'appuyer. De Gao Xingjian / La montagne de l'âme
  • Une ville sans cloche est comme un aveugle sans sa canne. De Jean Fischart
  • Il y a bien des espèces de plantes, mais la canne est à sucre. De Proverbe malgache
  • Le pinceau est la canne blanche du peintre qui cherche à avancer. De Galienni
  • L’amour est aveugle et sa canne est rose. De Serge Gainsbourg
  • Tu plantes ta canne, le lendemain un rosier a poussé. De Alphonse Karr

Images d'illustration du mot « canne »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « canne »

Langue Traduction
Portugais cana
Allemand stock
Italien bastone
Espagnol cana
Anglais cane
Source : Google Translate API

Synonymes de « canne »

Source : synonymes de canne sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires