La langue française

Barde

Sommaire

  • Définitions du mot barde
  • Étymologie de « barde »
  • Phonétique de « barde »
  • Évolution historique de l’usage du mot « barde »
  • Citations contenant le mot « barde »
  • Traductions du mot « barde »
  • Synonymes de « barde »
  • Antonymes de « barde »

Définitions du mot barde

Trésor de la Langue Française informatisé

BARDE1, subst. masc.

[Chez les Celtes] Poète-chanteur qui célébrait les exploits des héros en s'accompagnant de la cruth (sorte de lyre) :
1. L'aède est bien déjà un littérateur. Pour la même raison, et plus encore, le récitant des chansons de geste et, quoi qu'on en ait dit, le barde breton, le scalde scandinave. Benda, La France byzantine,1945, p. 152.
P. ext. Poète d'inspiration héroïque ou lyrique :
2. Qui m'aurait dit alors que, quinze ans plus tard, (...) l'âme lyrique et religieuse d'une génération de bardes chrétiens inventerait une nouvelle langue pour révéler des enthousiasmes inconnus... Lamartine, Des Destinées de la poésie,1834, p. 386.
3. ... Canalis crayonné dans une pose assez byronienne, offrait à l'admiration publique ses cheveux en coup de vent, son cou nu, le front démesuré que tout barde doit avoir. Balzac, Modeste Mignon,1844, p. 53.
PRONONC. : [baʀd].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1512 hist. anc. (Gaule) « poète » (J. Le Maire, Œuvres, 1, 170 dans Quem. : [Bardus] introduisit une secte de Poëtes et rhetoricques lesquels furent nommez Bardes); 1836 p. ext. (Land. : Barde [...] poète héroïque). Empr. au lat. bardus « poète, chanteur » (Lucain, 1, 449 dans TLL s.v., 1751, 69); prob. d'orig. gaul., cf. irl. bard, kymr. bardd de même sens (Dottin, Manuel de l'antiquité celtique, Paris, pp. 62-63; IEW, p. 478; Der kleine Pauly, 1964, t. 1, p. 27).
DÉR.
Bardisme, subst. masc.Mythes et traditions des bardes; caractère de leur poésie et de leur musique. ,,Elle unit dans sa vie toutes les grandes pensées. Ce recul de la fierté héroïque devant l'humilité chrétienne, ce bardisme qui peu à peu ne se connaît plus et puis cette fusion, dans Jeanne, de l'héroïsme et de l'humilité`` (Barrès, Mes cahiers,t. 6,1907-08, p. 254). 1reattest. 1845 (De Pontecoulant dans Besch.); dér. de barde1, suff. -isme*. Fréq. abs. littér. : 2.

BARDE2, subst. fém.

I.− [En parlant de chevaux]
A.− Anc. Armure qui protégeait le cheval de combat :
1. Sur la cheminée (...) se dressait (...) une armure de cheval, avec le chanfrein à vue, la muserolle, la barde de crinière et la barde de poitrail, ... A. France, L'Anneau d'améthyste,1899, p. 97.
B.− MAN. Selle de toile rembourrée :
2. Fulerand Rouilhac et son père tinrent l'étrier aux dames du Malpas, qui s'installèrent sur les bardes hautes et lourdement rembourrées, de vraies bardes cévenoles. F. Fabre, Mllede Malavieille,1865, p. 79.
II.− P. anal. Fine tranche de lard dont on enveloppe les pièces de viande, le gibier, la volaille qu'on veut rôtir (cf. supra A) :
3. − Ah bien! s'écria La Sarriette avec son rire tendre, j'allais oublier d'acheter du lard... Madame Quenu, coupez-moi douze bardes, mais bien minces, n'est-ce pas? pour des alouettes... Zola, Le Ventre de Paris,1873, p. 670.
Prononc. : [baʀd]. Étymol. et Hist. 1. 1220 judéo-fr. « couverture d'âne faite de laine grossière » (Simson de Sens, Gloses, Kêlim XXIII, 3 dans R. des ét. Juives, t. 101, p. 104); ca 1260 « bât, selle » (Assises de Jérusalem, II, 73, Beugnot dans Gdf. : C'il avient que les cordes de la barde dou chamiau brisent); 2. 1440-75 milit. « armure faite de lames de fer (pour le guerrier) » (G. Chastellain, Chron., III, 147, 30 d'apr. Heilemann, Der Wortschatz von G. Chastellain, p. 246, 1937 : le seigneur de Ch... couvert d'une barde); « id. (pour le cheval) » (Ibid., II, 369, 2, Ibid.); 3. 1680 art culin. (Rich.). Empr. à l'ar. barda'a « espèce de selle » (barda*); au sens 1, le mot attesté dans les Assises de Jérusalem a été directement empr. à l'ar. lors de la première croisade; d'apr. Barb. Misc. 13, no4, il aurait été ultérieurement empr. par l'intermédiaire du prov. (1144 lat. médiév., Toulouse, Chart. Ildefonsi Comitis Tolosae apud Catellum in Hist. Occitan., p. 324 dans Du Cange, s.v. barda 1), a.prov. bardon « espèce de bât », 1360 dans Pansier, prov. bardo 1529, ibid., et cf. le dér. bardel « bât » (av. 1234, Le Dauphin d'Auvergne, Puois sai dans Rayn., p. 187 : E vos don sella e bardel); l'ital. barda n'est pas attesté en ce sens av. le xives. (M. Villani dans Batt.); 2 est soit issu de 1 p. anal, soit empr. à l'ar. par l'intermédiaire de l'ital., attesté en ce sens (en parlant d'un cheval) dep. le xves. (Pulci, ibid.); 3 est soit issu de 1 et 2 p. anal. de forme (caractère mince et étroit de ces divers éléments), soit empr. au prov. mod. bardo, de même sens dans Mistral (Barb. loc. cit.). Fréq. abs. littér. : 249. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 931, b) 246; xxes. : a) 113, b) 63.
BBG. − Lammens 1890, pp. 43-44.

Wiktionnaire

Nom commun 1

barde \baʁd\ féminin

  1. Longue selle faite uniquement de grosses toiles piquées et bourrées. On dit aussi bardelle.
  2. (Histoire) Ancienne armure faite de lames de fer, qu’on plaçait sur le poitrail d’un cheval.
    • On lit dans l'article 11 de ces statuts : « Les armuriers feront tous harnais pour hommes, comme corcelets, cuirasses, haussecols, gorgerins, etc., et toutes bardes pour chevaux comme frontails, chanfreins, flanquois et collières. » — (Bulletin de la Société des sciences naturelles et des arts de Saint-Étienne, 1850)
    • J’y vois de gros gardes, cuirassés de bardes, portant hallebardes de sucre candi. — (Pierre Jean de Béranger, Cocagne.)
  3. (Cuisine) Fine tranche de lard dont on entoure les chapons, les bécasses, les perdrix, les rosbifs etc. que l’on va faire rôtir.
    • j’allais oublier d’acheter du lard… Madame Quenu, coupez-moi douze bardes, mais bien minces, n’est-ce pas ? — (Émile Zola, Le Ventre de Paris, Georges Charpentier, Paris, 1873)
    • Piquez votre foie de veau de gros lard assaisonné ; foncez une braisière de bardes de lard ; mettez-y le foie avec des carottes, un bouquet garni, des oignons, […]. — (Alexandre Dumas, Grand Dictionnaire de cuisine, Paris, Alphonse Lemerre, 1873, p. 565)
    • Faîtes rôtir des poulardes bien tendres avec une barde de lard sur l’estomac ; … — (Anonyme, L’Agronome ou Dictionnaire portatif du cultivateur., Rouen, 1787)

Nom commun 2

barde \baʁd\ masculin (pour une femme on dit : bardesse)

  1. (Antiquité) (Religion) Membre de la classe sacerdotale, celte ou gauloise, spécialisé dans la poésie orale et chantée.
    • D'où nous viennent donc, messieurs, les matériaux de notre littérature, […]. Serait-il vrai que le chant des trouvères fût un dernier écho de la harpe des bardes ? — (Jean-Jacques Ampère, La Littérature française dans ses rapports avec les littératures étrangères au Moyen Âge, Revue des Deux Mondes, 1833, tome 1)
    • Vêtus de feuilles, les derniers bardes folklorisaient à l'envi, mais le goût des mythes, la mise en place des aventures, des épopées, l'instinct d'aller voir dans les âmes désertaient la lande […]. — (Charles Le Quintrec, La Bretagne de Charles Le Quintrec, Éditions C. Bonneton, 1984, p. 118)
  2. (Par extension) (Littéraire) Chanteur, poète.
    • Or, Canalis, crayonné dans une pose assez byronienne, offrait à l’admiration publique ses cheveux en coup de vent, son cou nu, le front démesuré que tout barde doit avoir. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Ces hauts faits chevaleresques fournirent des sujets de chants aux bardes et aux ménestrels, …. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • De chaumières en tavernes, il écoute les bardes et les vieux rhapsodes qui lui récitent des chants populaires remontant à la nuit des temps. — (André Clavel, « L’Iliade boréale », dans L’Express no 3081, 21 juillet 2010)

Forme de verbe

barde \baʁd\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe barder.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe barder.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe barder.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe barder.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe barder.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BARDE. n. f.
Sorte d'ancienne armure, faite de lames de fer, dont on couvrait les chevaux de guerre ou de tournoi. Il se dit encore d'une Espèce de selle faite de grosse toile piquée de bourre. On dit aussi BARDELLE. Il désigne, en termes de Cuisine, une Tranche de lard fort mince dont on enveloppe les chapons, les gelinottes, les cailles et autres oiseaux, au lieu de les larder.

Littré (1872-1877)

BARDE (bar-d') s. f.
  • 1Ancienne armure faite de lames de fer, qu'on plaçait sur le poitrail d'un cheval.
  • 2Tranche de lard fort mince dont on entoure les chapons, les bécasses, les perdrix, etc. qu'on fait rôtir. J'y vois de gros gardes, Cuirassés de bardes, Portant hallebardes De sucre candi, Béranger, Cocagne.
  • 3Longue selle faite uniquement de grosses toiles piquées et bourrées.

HISTORIQUE

XVIe s. Leurs chevaux semblablement bardez de bardes de fer et de cuivre, Amyot, Crassus, 45.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. BARDE. - HIST. XVIe s. Ajoutez : Si vous marchandez un cheval, vous lui ostez ses bardes, vous le voyez nud et à descouvert, Montaigne, I, 324.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BARDE, s. f. (Hist. mod.) c’est, en vieux langage, l’armure des chevaux des anciens chevaliers & soldats qui étoient équipés de tout point ; elle étoit de fer ou de cuir, & couvroit le cou, le poitrail & les épaules du cheval ; c’est ce qu’on appelloit equi cataphracti. (G)

Barde ou Panneau (Manege & Sellier.) longue selle qui n’a ni fer, ni bois, ni arçons, & qui est faite de grosse toile piquée & bourrée. Grison & plusieurs autres auteurs Italiens, veulent qu’on se serve au manege d’une bardelle pour les poulains, & d’un caveçon à mettre sous leur nez ; c’est une invention qui ne sert qu’à perdre le tems ; on appelle en Italie ceux qui trottent les poulains en bardelle, cavalcadours ou scozzoni. (V)

* Barde (ile de) Géog. île d’Asie, sur la côte de Malabar, au nord & à peu de distance de Goa.

Bardé, adj. terme de Blason, il se dit d’un cheval caparaçonné.

Riperda, au pays de Groningue, de sable au cavalier d’or, le cheval bardé & caparaçonné d’argent. (V)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « barde »

Bas-lat. barda, bât ; provenç. bardel, bât ; espagn. et portug. albarda, bât et barde de lard ; ital. barda, caparaçon ; de l'arabe bardahet, couverture que l'on met sur le dos d'une bête de somme avant d'y placer le bât, du persan barzahet. Certaines provinces emploient pour selle le mot aubarde, qui correspond à l'espagnol et portugais albarda. On trouve, dans l'ancien français, barde avec le sens de arme offensive : Plantant une grosse javeline de barde qu'il portait en la main, Amyot, Marc. 8. En ce sens, barde vient de l'allemand Bart, hache. Du sens de selle, caparaçon, on a passé à celui d'armure défensive du cheval, et enfin à celui de pièces de lard avec lesquelles on couvre une volaille.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom commun 1) Du bas latin barda (« bât »), lui-même de l’arabe بردعة, barda (« bât »)[1][2][3][4][5]. Certaines provinces emploient pour « selle » le mot aubarde, qui correspond à l’espagnol et portugais albarda.
De l’allemand Bart (« hache ») pour l’étymologie de l’ancien français, barde avec le sens de « arme offensive » (→ voir hallebarde).
Du sens de « selle, caparaçon », on est passé à celui de « armure défensive du cheval », et enfin à celui de pièces de lard avec lesquelles on couvre une volaille.
(Nom commun 2) (XVIe siècle) Du latin bardus, apparenté au breton barzh.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « barde »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
barde bard

Évolution historique de l’usage du mot « barde »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « barde »

  • « Je nettoie mon luth et ma plume et j’ai de bonnes nouvelles à vous coucher sur le parchemin : Après tous ces mois d’absence, il est temps pour la production de reprendre. The Witcher et son barde, qui est parfait, seront réunis sur le plateau le 17 août », peut-on lire dans un tweet publié sur le compte officiel de la série. Une annonce qui rassurera les fans de cette adaptation qui a su s’attirer un large public depuis son lancement sur Netflix à la fin de l’année dernière. , Henry Cavill reprendra le tournage de « The Witcher » le 17 août
  • +33 2 96 29 30 03 http://www.leboisdubarde.fr/ Unidivers, Belbiachoù, les enfantillages Mellionnec mercredi 29 juillet 2020

Traductions du mot « barde »

Langue Traduction
Anglais bard
Espagnol bardo
Italien bardo
Allemand barde
Portugais bardo
Source : Google Translate API

Synonymes de « barde »

Source : synonymes de barde sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « barde »

Partager