La langue française

Troubadour

Sommaire

  • Définitions du mot troubadour
  • Étymologie de « troubadour »
  • Phonétique de « troubadour »
  • Citations contenant le mot « troubadour »
  • Images d'illustration du mot « troubadour »
  • Traductions du mot « troubadour »
  • Synonymes de « troubadour »

Définitions du mot troubadour

Trésor de la Langue Française informatisé

TROUBADOUR, subst. masc.

A. − HIST. LITTÉR. Poète qui, aux xiieet xiiies., dans le Midi de la France, composait en langue d'oc des poèmes, satires, ballades, etc., avec leur accompagnement musical, et qui allait de château en château, propageant les valeurs de la société courtoise. L'émir nous envoya (...) ses chanteurs, qui improvisèrent des vers arabes en notre honneur (...). Ils sont exactement ce qu'étaient les troubadours dans les châteaux du moyen âge (Lamart., Voy. Orient, t. 1, 1835, p. 251).Guillaume de Poitiers, le premier des troubadours connus, célébrait, au XIIesiècle, les « lois » de l'amour; un autre, qu'on appelle le dernier troubadour, Guiraut Riquier, énumérait les « degrés » du vrai amour (Jeux et sports, 1967, p. 813).V. esthète ex. 1.
P. métaph. La nature a ses temps de solennité, pour lesquels elle convoque des musiciens de toutes les régions du globe. On voit accourir de savans artistes avec des sonates merveilleuses, de vagabonds troubadours qui ne savent chanter que des petites ballades à refrain, des pèlerins qui répètent mille et mille fois les couplets de leurs longs cantiques. Le loriot siffle (Chateaubr., Génie, t. 1, 1803, p. 170).Le Rhin est un burgrave, et c'est un troubadour Que le Lignon (Verlaine, Poèmes saturn., 1866, p. 84).
B. − P. anal., parfois iron.
1. Poète, chanteur appartenant à une autre époque que le Moyen Âge. Synon. trouvère (v. ce mot B).Celui qui chantera les jours évanouis, (...) cueillera l'injure. La foule passera, disant: Va, troubadour, Chante-nous des chansons et des sonnets d'amour (Quinet, Napoléon, 1836, p. 321).Nous menacer, par les parleurs de la langue d'oc, de ce troubadour en retard, le nommé Mistral, comme remplaçant d'Hugo (Goncourt, Journal, 1894, p. 626).
En appos. avec valeur d'adj. Qui rappelle les troubadours du Moyen Âge par son aspect ou son esprit poétique suranné. Romans (...) à style douceâtre, fabriqués par des séminaristes troubadours ou des bas bleus repenties (Flaub., MmeBovary, t. 2, 1857, p. 56).Quelle pose troubadour, cet écrivain sur son rocher, la plume aux doigts et les yeux sur les nuages! (Zola, Doc. littér., Chateaubr., 1881, p. 11).
2. Vieilli. Amoureux platonique, soupirant. Il y eut un jeune troubadour qui tournait à l'entour de MlleLaure (...). Aujourd'hui, (...) point de troubadours; car je ne compterai pas pour prétendants les hommes (...) qui ont traversé le village (Balzac, Corresp., 1821, p. 94).Au temps où me faisant sa cour, Alceste à mes genoux rugissait son amour, Ce troubadour transi (...) Sut (...) l'heur de ne me pas déplaire (Courteline, Conv. Alceste, 1905, V, p. 45).
En appos. avec valeur d'adj. Synon. fleur bleue*, romanesque, sentimental.De votre temps, on était chevaleresque et troubadour (...) on roucoulait sous les balcons (...) sans parapluie (Labiche, Prem. pas, 1862, 5, p. 253).Le chevalier Ali me semble un peu troubadour. Croyez-vous qu'un musulman puisse être aussi romanesque! (Flaub., Corresp., 1869, p. 34).
3. Arg. milit., vx. [P. plaisant. sur le fait que le fantassin ,,joue de la « clarinette » [fusil] en guise de rebec`` (Esn. 1966) et aussi prob. sur le fait qu'il se déplace à pied] Fantassin. Synon. troubade.Le premier est un vieux troupier (...) le second récemment éclos à la vie militaire, s'expose à ce qu'un troubadour lui réplique: « Mon lieutenant, c'est pas avec un sou par jour qu'on peut acheter des parfums » (E. de La Bédollière, Français peints par eux-mêmes, L'Armée, t. 5, 1842, p. 29).
C. − HISTOIRE
1. En appos. avec valeur d'adj. Genre, style, etc. troubadour. Genre, style, mode en vogue pendant le premier tiers du xixes., alors que le Moyen Âge était remis au goût du jour.
a) LITT. [En cherchant à rappeler les œuvres littér. médiév.] On peut lui imputer [à la Romantique] tout le courant qui de 1814 à 1830 traverse la Restauration sous le nom de style troubadour. Dès 1813 paraît la Gaule poétique (...), romancement du moyen âge (Thibaudet, Hist. litt. fr., 1936, p. 64).Le « genre troubadour », mis à la mode par le comte de Tressan, vulgarisé par la romance et la gravure, annonçait l'engouement des romantiques pour un Moyen Âge de convention (Lefebvre, Révol. fr., 1963, p. 595).
b) BEAUX-ARTS. [En imitant l'art moyenâgeux, notamment gothique] Par des illustrations (...) destinées à des ouvrages littéraires, Horace Vernet (...) fait concurrence à Achille Devéria: (...) illustrations de Mathilde et Malek-Adel, genre troubadour (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 5, 1863, p. 51).Au sacre de Charles X en 1824, Reims s'était paré de tentures « ogivales ». Désormais (...), le style troubadour gagne du terrain (...). Le meuble (...) est envahi par un décor flamboyant plaqué sur des structures usuelles (Viaux, Meuble, 1962, p. 155).V. moyenâgisme rem. 3 s.v. moyenâgeux ex.
Empl. subst. Une souriante note de naturalisme est apportée par des tiges de lis (...) sur un fond imperceptiblement guilloché (...). Combien nous sommes loin, ici, des saillies du troubadour ou du rococo (Grandjean, Orfèvr. XIXes., 1962, p. 70).
P. méton. [En parlant d'un sujet ou d'une œuvre artist.] Qui appartient au style troubadour. Véritable composition type [Cochem], gentil jouet de la Basse-Moselle, un peu troubadour, marqué à la fois du style Restauration et de civilisation rhénane (Barrès, Scènes et doctr., t. 2, 1902, p. 142).On voit même apparaîtreet non pas seulement sur les dessus de penduleles sujets troubadours, qui se multiplient dans la peinture. P.-L. Deseine (...) expose (...) un groupe d'Héloïse et Abélard (Hautecœur, Art sous Révol. et Empire, 1954, p. 63).
2. Subst. [P. réf. iron. au troubadour-abricot, troubadour-pendule ,,genre (...) à la mode vers 1820 (...). Les troubadours étaient représentés au théâtre armés de lyres et vêtus de tuniques à crevés couleur abricot. L'horlogerie même s'était emparée pour ses pendules du sujet à la mode`` (Larch. 1880)] Personne qui, par son aspect ou son art, rappelle les représentations conventionnelles du troubadour médiéval. Y pensez-vous [Flaubert] quelquefois au « vieux troubadour de pendule d'auberge, qui toujours chante et chantera le parfait amour »? (Sand, Corresp., t. 5, 1865, p. 100).Jeanne (...) chantait quelque romance (...) datant des anciens troubadours-abricot (Coppée, Poés., t. 3, 1887, p. 69).
Empl. adj. Nous rencontrons (...) Walter Scott, à qui mon jeune dédaigneux trouve un air rococo, troubadour et « dessus de pendule ». (...)Mais, dis-je (...), tout le passé vit dans ses admirables romans (...)!C'est de la friperie (A. France, Bonnard, 1881, p. 499).
Prononc. et Orth.: [tʀubadu:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. 1575 subst. masc. « poète lyrique courtois de langue d'oc aux xiieet xiiies. » (J. de Nostre Dame, Vies des anc. poet. provenç., p. 14 ds Gdf. Compl.); 2. 1843 adj. ou appos., iron. « qui est à l'image des troubadours, qui cultive les mêmes valeurs » (Gautier, Tra los montes, p. 65); 1851 style troubadour « style artistique né dans le premier tiers du xixes. alors que le Moyen Âge était remis en honneur » (Feuillet, Scènes et prov., p. 3). Empr. à l'a. prov.trobador « poète, compositeur », trobadors xiies., Peire d'Alvernhe ds Bartsch Chrestomathie, 85, 25, Bertran de Born, 125, 3, cas régime de trobaires xiiies.,Raimon d'Avinho, 229, 24, ibid. (v. également Levy Prov.) formes corresp. à l'a. fr. trovere/trovëor, v. trouvère. Fréq. abs. littér.: 204. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 418, b) 595; xxes.: a) 183, b) 80.
DÉR. 1.
Troubadouresque, adj.a) Relatif aux troubadours du Moyen Âge. Genre troubadouresque (GuérinSuppl.1895).b) P. anal. [Corresp. à supra A] Qui évoque les troubadours, leur style poétique. L'Anglais n'a pas le vocabulaire d'amour. Et quand il le rencontre (...), sa sévère éducation, et l'habitude de son mâle verbe, lui en font trouver (...) les grâces, quelque chose d'émasculé, d'enfantin, de troubadouresque (E. de Goncourt, Faustin, 1882, p. 242).Je dîne chez Daudet avec Mistral. (...) quelque chose de bon, de souriant, de calme, fait par une vie de plein air méridional, du bon vin et l'enfantement doux de chants et de poésies troubadouresques: c'est là le portrait du poète provençal (Goncourt, Journal, 1884, p. 330).c) [Corresp. à supra C 1 b] Qui appartient au style troubadour. Vieilles gravures représentant Napoléon Ieren costume troubadouresque (Goncourt, Journal, 1874, p. 1019). [tʀubaduʀ εsk]. 1resattest. a) 1846 « qui est propre aux troubadours » (E. van Bemmel, De la langue et de la poésie provençales, p. 4, p. 73 et 213 ds Quem. DDL t. 7), b) 1875 « qui rappelle les troubadours » (Flaub., Corresp., p. 235); c) 1874 costume troubadouresque « dans le style troubadour du xixes. » (Goncourt, Journal, p. 1019), d) 1882 péj. « qui est mièvre, fade » (E. de Goncourt, loc. cit.); de troubadour, suff. -esque*.
2.
Troubadourisme, subst. masc.a) Art poétique et lyrique des troubadours (supra A). Un poète provençal [Aubanel] qui n'est plus, comme Mistral, le continuateur du pur troubadourisme (Goncourt, Journal,1885, p. 486).b) P. anal., péj. α) Art poétique évoquant celui des anciens troubadours par une sentimentalité excessive. Le Lac de Lamartine (...), une romance! Mysticisme et troubadourisme; la prose poétique de Chateaubriand mise en strophes! Où placez-vous l'accent de vérité dans ce morceau? (Le Temps, 20 févr. 1877, p. 3, col. 2). β) Caractère de ce qui rappelle les anciens troubadours par son naturel fantaisiste, son comportement vagabond. On commence par visiter Paul Niquet, (...) on finit par se faire arrêter à Crespy pour cause de vagabondage et de troubadourisme exagéré (Nerval, Bohême gal., 1855, p. 178).c) Péj. Caractère du style troubadour (supra C 1 b), de ce qui évoque les représentations conventionnelles du troubadour au xixes. Les balancements de couples amoureux, (...) il caricaturait tout cela (...) dans des poses de dessus de pendule et de troubadourisme (...), moquant (...) toute la tendre sentimentalité de l'homme (Goncourt, Man. Salomon, 1867, p. 232). [tʀubaduʀism̭]. 1resattest. a) 1846 « style troubadour du xixes. » (T. Gautier, Hist. art dram., IV, p. 227 ds Quem. DDL t. 2), b) 1885 « manière, style lyrique des troubadours » (Goncourt, Journal, p. 486); de troubadour, suff. -isme*.

Trésor de la Langue Française informatisé

TROUBADOUR, subst. masc.

A. − HIST. LITTÉR. Poète qui, aux xiieet xiiies., dans le Midi de la France, composait en langue d'oc des poèmes, satires, ballades, etc., avec leur accompagnement musical, et qui allait de château en château, propageant les valeurs de la société courtoise. L'émir nous envoya (...) ses chanteurs, qui improvisèrent des vers arabes en notre honneur (...). Ils sont exactement ce qu'étaient les troubadours dans les châteaux du moyen âge (Lamart., Voy. Orient, t. 1, 1835, p. 251).Guillaume de Poitiers, le premier des troubadours connus, célébrait, au XIIesiècle, les « lois » de l'amour; un autre, qu'on appelle le dernier troubadour, Guiraut Riquier, énumérait les « degrés » du vrai amour (Jeux et sports, 1967, p. 813).V. esthète ex. 1.
P. métaph. La nature a ses temps de solennité, pour lesquels elle convoque des musiciens de toutes les régions du globe. On voit accourir de savans artistes avec des sonates merveilleuses, de vagabonds troubadours qui ne savent chanter que des petites ballades à refrain, des pèlerins qui répètent mille et mille fois les couplets de leurs longs cantiques. Le loriot siffle (Chateaubr., Génie, t. 1, 1803, p. 170).Le Rhin est un burgrave, et c'est un troubadour Que le Lignon (Verlaine, Poèmes saturn., 1866, p. 84).
B. − P. anal., parfois iron.
1. Poète, chanteur appartenant à une autre époque que le Moyen Âge. Synon. trouvère (v. ce mot B).Celui qui chantera les jours évanouis, (...) cueillera l'injure. La foule passera, disant: Va, troubadour, Chante-nous des chansons et des sonnets d'amour (Quinet, Napoléon, 1836, p. 321).Nous menacer, par les parleurs de la langue d'oc, de ce troubadour en retard, le nommé Mistral, comme remplaçant d'Hugo (Goncourt, Journal, 1894, p. 626).
En appos. avec valeur d'adj. Qui rappelle les troubadours du Moyen Âge par son aspect ou son esprit poétique suranné. Romans (...) à style douceâtre, fabriqués par des séminaristes troubadours ou des bas bleus repenties (Flaub., MmeBovary, t. 2, 1857, p. 56).Quelle pose troubadour, cet écrivain sur son rocher, la plume aux doigts et les yeux sur les nuages! (Zola, Doc. littér., Chateaubr., 1881, p. 11).
2. Vieilli. Amoureux platonique, soupirant. Il y eut un jeune troubadour qui tournait à l'entour de MlleLaure (...). Aujourd'hui, (...) point de troubadours; car je ne compterai pas pour prétendants les hommes (...) qui ont traversé le village (Balzac, Corresp., 1821, p. 94).Au temps où me faisant sa cour, Alceste à mes genoux rugissait son amour, Ce troubadour transi (...) Sut (...) l'heur de ne me pas déplaire (Courteline, Conv. Alceste, 1905, V, p. 45).
En appos. avec valeur d'adj. Synon. fleur bleue*, romanesque, sentimental.De votre temps, on était chevaleresque et troubadour (...) on roucoulait sous les balcons (...) sans parapluie (Labiche, Prem. pas, 1862, 5, p. 253).Le chevalier Ali me semble un peu troubadour. Croyez-vous qu'un musulman puisse être aussi romanesque! (Flaub., Corresp., 1869, p. 34).
3. Arg. milit., vx. [P. plaisant. sur le fait que le fantassin ,,joue de la « clarinette » [fusil] en guise de rebec`` (Esn. 1966) et aussi prob. sur le fait qu'il se déplace à pied] Fantassin. Synon. troubade.Le premier est un vieux troupier (...) le second récemment éclos à la vie militaire, s'expose à ce qu'un troubadour lui réplique: « Mon lieutenant, c'est pas avec un sou par jour qu'on peut acheter des parfums » (E. de La Bédollière, Français peints par eux-mêmes, L'Armée, t. 5, 1842, p. 29).
C. − HISTOIRE
1. En appos. avec valeur d'adj. Genre, style, etc. troubadour. Genre, style, mode en vogue pendant le premier tiers du xixes., alors que le Moyen Âge était remis au goût du jour.
a) LITT. [En cherchant à rappeler les œuvres littér. médiév.] On peut lui imputer [à la Romantique] tout le courant qui de 1814 à 1830 traverse la Restauration sous le nom de style troubadour. Dès 1813 paraît la Gaule poétique (...), romancement du moyen âge (Thibaudet, Hist. litt. fr., 1936, p. 64).Le « genre troubadour », mis à la mode par le comte de Tressan, vulgarisé par la romance et la gravure, annonçait l'engouement des romantiques pour un Moyen Âge de convention (Lefebvre, Révol. fr., 1963, p. 595).
b) BEAUX-ARTS. [En imitant l'art moyenâgeux, notamment gothique] Par des illustrations (...) destinées à des ouvrages littéraires, Horace Vernet (...) fait concurrence à Achille Devéria: (...) illustrations de Mathilde et Malek-Adel, genre troubadour (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 5, 1863, p. 51).Au sacre de Charles X en 1824, Reims s'était paré de tentures « ogivales ». Désormais (...), le style troubadour gagne du terrain (...). Le meuble (...) est envahi par un décor flamboyant plaqué sur des structures usuelles (Viaux, Meuble, 1962, p. 155).V. moyenâgisme rem. 3 s.v. moyenâgeux ex.
Empl. subst. Une souriante note de naturalisme est apportée par des tiges de lis (...) sur un fond imperceptiblement guilloché (...). Combien nous sommes loin, ici, des saillies du troubadour ou du rococo (Grandjean, Orfèvr. XIXes., 1962, p. 70).
P. méton. [En parlant d'un sujet ou d'une œuvre artist.] Qui appartient au style troubadour. Véritable composition type [Cochem], gentil jouet de la Basse-Moselle, un peu troubadour, marqué à la fois du style Restauration et de civilisation rhénane (Barrès, Scènes et doctr., t. 2, 1902, p. 142).On voit même apparaîtreet non pas seulement sur les dessus de penduleles sujets troubadours, qui se multiplient dans la peinture. P.-L. Deseine (...) expose (...) un groupe d'Héloïse et Abélard (Hautecœur, Art sous Révol. et Empire, 1954, p. 63).
2. Subst. [P. réf. iron. au troubadour-abricot, troubadour-pendule ,,genre (...) à la mode vers 1820 (...). Les troubadours étaient représentés au théâtre armés de lyres et vêtus de tuniques à crevés couleur abricot. L'horlogerie même s'était emparée pour ses pendules du sujet à la mode`` (Larch. 1880)] Personne qui, par son aspect ou son art, rappelle les représentations conventionnelles du troubadour médiéval. Y pensez-vous [Flaubert] quelquefois au « vieux troubadour de pendule d'auberge, qui toujours chante et chantera le parfait amour »? (Sand, Corresp., t. 5, 1865, p. 100).Jeanne (...) chantait quelque romance (...) datant des anciens troubadours-abricot (Coppée, Poés., t. 3, 1887, p. 69).
Empl. adj. Nous rencontrons (...) Walter Scott, à qui mon jeune dédaigneux trouve un air rococo, troubadour et « dessus de pendule ». (...)Mais, dis-je (...), tout le passé vit dans ses admirables romans (...)!C'est de la friperie (A. France, Bonnard, 1881, p. 499).
Prononc. et Orth.: [tʀubadu:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. 1575 subst. masc. « poète lyrique courtois de langue d'oc aux xiieet xiiies. » (J. de Nostre Dame, Vies des anc. poet. provenç., p. 14 ds Gdf. Compl.); 2. 1843 adj. ou appos., iron. « qui est à l'image des troubadours, qui cultive les mêmes valeurs » (Gautier, Tra los montes, p. 65); 1851 style troubadour « style artistique né dans le premier tiers du xixes. alors que le Moyen Âge était remis en honneur » (Feuillet, Scènes et prov., p. 3). Empr. à l'a. prov.trobador « poète, compositeur », trobadors xiies., Peire d'Alvernhe ds Bartsch Chrestomathie, 85, 25, Bertran de Born, 125, 3, cas régime de trobaires xiiies.,Raimon d'Avinho, 229, 24, ibid. (v. également Levy Prov.) formes corresp. à l'a. fr. trovere/trovëor, v. trouvère. Fréq. abs. littér.: 204. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 418, b) 595; xxes.: a) 183, b) 80.
DÉR. 1.
Troubadouresque, adj.a) Relatif aux troubadours du Moyen Âge. Genre troubadouresque (GuérinSuppl.1895).b) P. anal. [Corresp. à supra A] Qui évoque les troubadours, leur style poétique. L'Anglais n'a pas le vocabulaire d'amour. Et quand il le rencontre (...), sa sévère éducation, et l'habitude de son mâle verbe, lui en font trouver (...) les grâces, quelque chose d'émasculé, d'enfantin, de troubadouresque (E. de Goncourt, Faustin, 1882, p. 242).Je dîne chez Daudet avec Mistral. (...) quelque chose de bon, de souriant, de calme, fait par une vie de plein air méridional, du bon vin et l'enfantement doux de chants et de poésies troubadouresques: c'est là le portrait du poète provençal (Goncourt, Journal, 1884, p. 330).c) [Corresp. à supra C 1 b] Qui appartient au style troubadour. Vieilles gravures représentant Napoléon Ieren costume troubadouresque (Goncourt, Journal, 1874, p. 1019). [tʀubaduʀ εsk]. 1resattest. a) 1846 « qui est propre aux troubadours » (E. van Bemmel, De la langue et de la poésie provençales, p. 4, p. 73 et 213 ds Quem. DDL t. 7), b) 1875 « qui rappelle les troubadours » (Flaub., Corresp., p. 235); c) 1874 costume troubadouresque « dans le style troubadour du xixes. » (Goncourt, Journal, p. 1019), d) 1882 péj. « qui est mièvre, fade » (E. de Goncourt, loc. cit.); de troubadour, suff. -esque*.
2.
Troubadourisme, subst. masc.a) Art poétique et lyrique des troubadours (supra A). Un poète provençal [Aubanel] qui n'est plus, comme Mistral, le continuateur du pur troubadourisme (Goncourt, Journal,1885, p. 486).b) P. anal., péj. α) Art poétique évoquant celui des anciens troubadours par une sentimentalité excessive. Le Lac de Lamartine (...), une romance! Mysticisme et troubadourisme; la prose poétique de Chateaubriand mise en strophes! Où placez-vous l'accent de vérité dans ce morceau? (Le Temps, 20 févr. 1877, p. 3, col. 2). β) Caractère de ce qui rappelle les anciens troubadours par son naturel fantaisiste, son comportement vagabond. On commence par visiter Paul Niquet, (...) on finit par se faire arrêter à Crespy pour cause de vagabondage et de troubadourisme exagéré (Nerval, Bohême gal., 1855, p. 178).c) Péj. Caractère du style troubadour (supra C 1 b), de ce qui évoque les représentations conventionnelles du troubadour au xixes. Les balancements de couples amoureux, (...) il caricaturait tout cela (...) dans des poses de dessus de pendule et de troubadourisme (...), moquant (...) toute la tendre sentimentalité de l'homme (Goncourt, Man. Salomon, 1867, p. 232). [tʀubaduʀism̭]. 1resattest. a) 1846 « style troubadour du xixes. » (T. Gautier, Hist. art dram., IV, p. 227 ds Quem. DDL t. 2), b) 1885 « manière, style lyrique des troubadours » (Goncourt, Journal, p. 486); de troubadour, suff. -isme*.

Wiktionnaire

Nom commun

troubadour \tʁu.ba.duʁ\ masculin (pour une femme on dit : troubadouresse)

  1. (Moyen Âge) (Poésie) Ancien poète épique et/ou lyrique de langue d’oc.
    • Tel que Cédric le Saxon était à trente ans, il n’avait pas besoin de tout ce clinquant du troubadour français pour se recommander aux oreilles de la beauté. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Ainsi, la poésie lyrique des troubadours et des trouvères, et surtout la portion de cette poésie qui roule sur les sentimens de galanterie chevaleresque, n’a pas une source latine ; cette poésie est née avec la galanterie chevaleresque elle-même. — (Jean-Jacques Ampère, La Littérature française au moyen-âge, Revue des Deux Mondes, 1839, tome 19)
    • Qu’est-ce que la poésie des troubadours ? L’exaltation de l’amour malheureux. — (Denis de Rougemont, L’Amour et l’Occident, 1939)
    • Lire les troubadours, c’est remonter à la source de la poésie, et d’une poésie exigeante. […] Les troubadours sont les poètes à qui l’on doit les plus anciens poèmes intégralement conservés dans une langue européenne moderne — (Michel Zink, Les Troubadours - une histoire poétique, Perrin, 2013, p. 9)
    • Il est à peine croyable qu’une forme poétique aussi élaborée que celle des premiers troubadours n’ait pas eu d’antécédents. — (Paul Zumthor, « Troubadours et trouvères », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 avril 2014)
    • (Par analogie) Appartenant à la grande confrérie des conteurs et chanteurs errants, ce troubadour marocain ne possède pour toute fortune qu’un âne famélique, un vieux haïk en lambeaux, une pipe et une blague à kif et un petit instrument primitif à deux cordes, un gimbri, attribut de son état. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 32)
  2. (Figuré) Personne tentant de séduire par les paroles charmantes, la simplicité et la beauté, mais sans avoir les pieds sur terre.
    • Au lieu de faire des phrases sentimentales à la jeune fille, et de se poser en troubadour, comme avait fait son ami, il avait su s’attirer l’estime et la confiance du père, ce que l’autre avait sottement négligé. — (Pierre-Joseph-Olivier Chauveau, Charles Guérin, G.H. Cherrier, éditeur, Montréal, 1853, IV, 2)

Nom commun

troubadour \Prononciation ?\

  1. Troubadour.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TROUBADOUR (trou-ba-dour) s. m.
  • 1Nom donné aux poëtes de la langue d'oc qui fleurirent du XIe siècle au XIVe. Plusieurs de ces poëtes, appelés troubadours, étaient bons gentilshommes, quelques-uns princes couronnés ; le plus grand nombre, ambulants comme Homère, vivaient à peu près comme lui, Marmontel, Œuv. t. IX, p. 338. Dites-lui que, pour ma belle, Ainsi qu'un jeune troubadour, Plus amoureux, aussi fidèle, Je souffre et chante mon amour, Al. Duval, Maison à vendre, sc. 7.
  • 2Se dit, par plaisanterie, d'un homme qui se plaît à chanter en société.
  • 3 Adjectivement. Style troubadour, le goût qui régnait au temps du premier empire. Tamburini, coiffé de son chapeau à la Henri IV, n'est pas médiocrement bouffon ; il a un air troubadour à faire éclater de rire : on dirait une pendule vivante, Th. Gautier, Hist. de l'art dramatique, t. I, p. 186.

HISTORIQUE

XVIe s. Leurs poetes estoient appelez troubadours à cause des inventions qu'ils trouvoient, Pasquier, Rech. VII, p. 603, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « troubadour »

Provenç. trobaire, trobador ; cat. trobador ; espagn. trovador ; ital. trovatore ; du provenç. trobar, inventer, proprement trouver (voy. ce mot, et TROUVÈRE). Trobador, troubadour est le régime du lat. fictif trovatórem ; trobaire, trouvère est le nominatif, de trovátor.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1575) Doublon de trouvère propre à la langue d'oïl, de l'ancien occitan trobador (« poète, celui qui trouve des rimes »), issu de trobar (« composer des rimes, trouver ») probablement issu du latin populaire *tropare (« composer, inventer un air » d'où « composer un poème », puis « inventer, découvrir »), dérivé de tropus (« figure de rhétorique » → voir trope).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du français troubadour.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « troubadour »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
troubadour trubadur

Citations contenant le mot « troubadour »

  • Une manière poétique pour ce troubadour de l’indépendance d’alerter son public sur les menaces qui guettent son pays. « Imaginons l’île d’Orléans/un dépotoir, un cimetière/Parcs à vidanges, boîte à déchets, U.S. parkings/On veut la mettre en minijupe, and speak English… » L'Humanité, On connaît la chanson, pas les paroles (13/14). Le Tour de l’île de Félix Leclerc, l’emblème de l’indépendance | L'Humanité
  • Agen a su conserver précieusement au détour de ses rues, des trésors d’architecture qui en font sa fierté. L’hôtel de Sevin au 2 rue Grande Horloge en est un bel exemple puisqu’il est inscrit aux titres de monuments historiques. À l’origine il s’agissait d’un hôpital religieux qui accueillait les pèlerins sur la route de Saint- Jacques de Compostelle. Puis la famille de Sevin, composée de magistrats agenais, y a vécu entre 1508 et 1923. Si vous avez la chance de pouvoir vous en approcher, vous pourrez observer une fenêtre géminée du XVIIIe siècle. L’hôtel fut construit au XVIe et réaménagé entre le XVIIe et XVIIIe siècle. La Société académique se réunissait jadis en ce lieu. Le charme de la tour style troubadour datant du XIXe siècle, et les décors du Premier Empire nous amènent dans une autre époque. Aujourd’hui l’hôtel de Sevin loue une maisonnette, l’ancienne conciergerie et des appartements de standing pour le plus grand plaisir de ses locataires férus d’Histoire de France. petitbleu.fr, L’hôtel de Sevin, et sa tour troubadour - petitbleu.fr
  • Il décède en 2001, emportant avec lui l' image d'un troubadour rieur. L'écho de son rire frondeur résonne toujours. Club de Mediapart, Francis Bebey, troubadour de la litterature camerounaise | Le Club de Mediapart
  • Rencontre autour du troubadour vicois : Le moine de Montaudon Mairie de Vic sur Cère, le samedi 19 septembre à 20:30 Unidivers, Rencontre autour du troubadour vicois : Le moine de Montaudon Mairie de Vic sur Cère Vic-sur-Cère samedi 19 septembre 2020
  • Présent dès les premiers balbutiements du Trobar (la poésie des troubadours), le sirventés est de style contestataire : il décrit sans ménagement les violences de son siècle, la stupidité des puissants et la fugacité des sentiments humains. Au cliché réduisant le troubadour à un amant éploré réfugié dans sa tour d’ivoire, le sirventés oppose l’image d’un poète-musicien qui brocarde les princes, moque l’Église, pris avec ses contemporains dans les tourments et la guerre.Les trois musiciens ont choisi de respecter, en les développant ou en s’en inspirant, les mélodies originales, consignées à la fin du XIIIème siècle par les  derniers troubadours. Ils mettent à profit leurs expériences respectives, accumulées lors de rapprochements - utopiques ou avérés - entre les musiques orientales et occidentales, populaires et savantes, anciennes et contemporaines, pour explorer toutes les potentialités de la monodie occitane médiévale. Coutumiers de la digression et de l’improvisation, ils proposent aussi une réponse courtoise, immodérée et surtout inattendue à ceux qui savent, comme nos troubadours, ce que la musique et la poésie peuvent pour atténuer l’absurdité du monde (album chez Accords Croisés). RFI Musique, Festival Les Suds, reportage à Arles 16-18 juillet 2020 (Partie 1) – RFI Musique
  • Confier le coup d’envoi de cette édition alternative au performeur Sébastien Barrier avait, sur le papier, tout de la bonne idée. On connaît les talents de ce troubadour écorché vif, de ce conteur aux mille histoires, au vécu épais, à l’irrévérence et à l’imagination débordantes. Sauf que, ce soir-là, une partie du public présent dans la cour du lycée Jacques-Decour – peut-être simplement venu pour l’autre « carte blanche » accordée, en deuxième partie de soirée, au premier danseur du Ballet de l’Opéra de Paris, François Alu – avait fait, d’entrée de jeu, le choix de la sécession ou, à tout le moins, de l’indiscipline, loin, très loin, de l’écoute accordée d’ordinaire à un tel artiste. Visiblement heurté par l’attitude de ses quelques spectateurs en fond de cour, plus préoccupés par leurs commandes au bar et leurs discussions personnelles que par ce qui se disait sur scène, Sébastien Barrier a essayé de raccrocher les wagons, d’attirer leur attention et d’embarquer, avec lui, ce public dissipé. En vain. Le performeur, rageur, en a alors fait une obsession et s’est tristement enlisé, jusqu’à perdre la majorité de l’assemblée. Sceneweb, / reportage / A Paris l'été, une soirée d'ouverture en semi-liberté
  • En suivant la départementale 585, qui mène de Saint-Arcons à Saugues, juste avant le pont de la Mudat, prendre la direction de Ganillon. Il suffit de parcourir un bout de route dans la direction de ce village, pour trouver le hameau d'Orlac, village, d'où serait originaire un troubadour appelé Astorg d'Orlac, d'après Césaire Favre. www.leveil.fr, Un troubadour du Gévaudan (1/2) - Pébrac (43300)

Images d'illustration du mot « troubadour »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « troubadour »

Langue Traduction
Anglais troubadour
Espagnol trovador
Italien trovatore
Allemand troubadour
Chinois 特鲁巴杜尔
Arabe توربادور
Portugais trovador
Russe трубадур
Japonais 吟遊詩人
Basque trobadore
Corse trovatore
Source : Google Translate API

Synonymes de « troubadour »

Source : synonymes de troubadour sur lebonsynonyme.fr
Partager