La langue française

Augure

Sommaire

  • Définitions du mot augure
  • Étymologie de « augure »
  • Phonétique de « augure »
  • Évolution historique de l’usage du mot « augure »
  • Citations contenant le mot « augure »
  • Traductions du mot « augure »
  • Synonymes de « augure »

Définitions du mot augure

Trésor de la Langue Française informatisé

AUGURE, subst. masc.

ANTIQ. ROMAINE
A.− Observation et interprétation des signes constituant les auspices :
1. La politique seule à Rome avait conservé quelques vieux usages, certaines superstitions d'auspices et d'augures, dont le sénat se servait pour contenir le peuple, pour suspendre ou dissoudre ses assemblées tumultueuses. Lamennais, Essai sur l'indifférence en matière de relig., t. 2, 1817-23, p. 370.
Le signe lui-même. Synon. auspice.
Mod., p. ext. Idée que l'on se fait de l'avenir d'après certains signes. Synon. présage :
2. turelure. − Je n'ai rien à lui dire! Je ne veux pas le voir. lumir. − J'en tire bon augure pour le succès de ma requête. Claudel, Le Pain dur,1918, I, 3, p. 422.
Surtout dans la loc. (être) de bon augure, de mauvais augure :
3. En quinze jours, le programme d'ensemble de la coopération américaine avait été mis sur pied, les plus graves résolutions avaient été prises : l'avant-garde de l'armée des États-Unis allait partir pour l'Europe. C'était d'un bon augure pour l'avenir. Joffre, Mémoires,t. 2, 1931, p. 462.
Oiseau de bon, de mauvais augure. Personne dont l'arrivée laisse présager quelque chose d'heureux ou de fâcheux. Accepter l'augure d'une chose. Espérer que la chose prédite se réalisera :
4. ... la France demeurait liée à jamais au parlementarisme et à la démocratie; la nation et les principes qu'elle servait s'effondreraient ensemble, ils en acceptaient l'augure : dans le champ clos de l'Espagne, le jugement de Dieu avait été rendu et des milliers de cadavres abyssins attestaient sous les étoiles indifférentes le triomphe de la force. Mauriac, Le Cahier noir,1943, p. 375.
B.− P. méton. Celui qui avait charge d'observer et d'interpréter les signes constituant les auspices et de conserver les règles de cet art. Synon. partiel de aruspice :
5. Ainsi Numa n'est à mes yeux qu'un méprisable jongleur, quand il feint d'avoir des entretiens secrets avec la nymphe Égérie, et quand, pour façonner les Romains à la servitude, il établit des pontifes, des augures et tous ces divers sacerdoces qui ont tenu le peuple de Rome dans la dépendance des grands, qui pendant long-tems pouvaient seuls être admis à ces fonctions. Dupuis, Abr. de l'Orig. de tous les cultes,1796, p. 454.
6. Ces rois-prêtres étaient intronisés avec un cérémonial religieux. Le nouveau roi, conduit sur la cime du mont Capitolin, s'asseyait sur un siége de pierre, le visage tourné vers le midi. À sa gauche était assis un augure, la tête couverte de bandelettes sacrées et tenant à la main le bâton augural. Il figurait dans le ciel certaines lignes, prononçait une prière, et posant la main sur la tête du roi, il suppliait les dieux de marquer par un signe visible que ce chef leur était agréable. Fustel de Coulanges, La Cité antique,1864, p. 222.
Rem. Du temps même des Romains, la charge d'augure était tournée en dérision, d'où le mot attribué à Caton (repris par Cicéron) ,,Deux augures ne peuvent se regarder sans rire`` :
7. À Rome, on consultait les entrailles des victimes, trois cents ans encore après que Cicéron avait dit que deux augures ne pouvaient déjà plus se regarder sans rire. Say, Traité d'écon. pol.,1832, p. 44.
Mod., p. anal., iron. Personne qui se prétend en mesure de prédire l'avenir et d'avancer des prévisions dans un domaine particulier :
8. ... on m'a raconté que celui-ci [Jaurès] a cherché à convertir Buisson au socialisme en faisant appel à son bon cœur et que ces deux augures eurent une discussion fort cocasse sur la manière de corriger les fautes de la société. Sorel, Réflexions sur la violence,1908, p. 242.
9. Tante Félicité parut un jour pour mesurer d'un œil furtif la ceinture de la jeune femme. On inféra de cette mine abattue que Noémi était grosse. Mais un secret colloque avec Cadette, − vieil augure qui présidait aux lessives − la rassura. Dès lors elle crut politique de se tenir à l'écart, ne voulant, disait-elle, feindre d'approuver par sa présence une union monstrueuse, manigancée par les prêtres. Mauriac, Le Baiser au lépreux,1922, p. 172.
PRONONC. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [ogy:ʀ] ou [ɔ-]. Passy 1914, Dub. et Pt Lar. 1968 indiquent la prononc. avec [o] fermé. Passy note une durée mi-longue sur [o]. Barbeau-Rodhe 1930, Pt Rob. et Warn. 1968 donnent les deux possibilités de prononc. (Barbeau-Rodhe note comme Passy une durée mi-longue dans le cas de [o]). Harrap's 1963 admet uniquement la prononc. avec [ɔ] ouvert. Pour [o] et [ɔ], cf. augmenter et aussi V. Buben 1935, p. 54, § 44. 2. Hist. : [o] fermé pour la 1resyll. ds Land. 1834, Fél. 1851, Littré et DG; Fér. Crit. t. 1 1787 écrit augûre et signale que ,,Brébeuf, Rollin et l'ab. Guénée écrivent augur sans e [ce qui] est une mauvaise orthographe``.
ÉTYMOL. ET HIST. I.− Ca 1150 Antiq. « présage, divination » (Thèbes, éd. L. Constans, I, 1890, v. 2038 : Amphiaras manda li reis, Un arcevesque mout corteis : Cil esteit maistre de lor lei, Del ciel saveit tot le secrei; [...] De toz oiseaus sot le latin, Soz ciel n'aveit meillor devin [...] Mais li reis forment le conjure Que veir li die de l'augure); 1160 fig. (Wace, Rou, éd. Andresen III, 10124 ds T.-L. : Henris iert reis hastivement, Se mis augures ne me ment). II.− 1355 « prêtre dont la charge était d'observer le vol des oiseaux » (Bersuire, Tite-Live, ms. St Gen., fo1 rods Gdf. Compl. : Augur estoit celui prestre ou prophete qui la chose enqueroit). I empr. au lat. augurium « présage » (dep. Plaute, Asin., 263 ds TLL s.v., 1373, 64); fig. « prévision » (Cicéron, Tusc., 1, 33, ibid., 1375, 45). II empr. au lat. augur « prêtre chargé de faire des prédictions, en partic. d'apr. le vol des oiseaux » (Caton, Agr., 5, 4, ibid., 1366, 67). Le texte de 1213, Fets des Romains, 735, 8, cité par Flutre ds Romania, t. 65, p. 483 et avancé comme première attest. par certains dict., porte non augure mais augurreres, cas suj. de augureor « augureur ».
STAT. − Fréq. abs. littér. : 449. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 911, b) 1 008; xxes. : a) 409, b) 340.
BBG. − Bible 1912. − Bouillet 1859. − Divin. 1964. − Foi t. 1 1968. − Gottsch. Redens. 1930, p. 454. − Goug. Lang. pop. 1929, p. 90. − Lacr. 1963. − Lavedan 1964. − Le Roux 1752. − Perraud 1963.

Wiktionnaire

Nom commun

augure \o.ɡyʁ\ masculin

  1. Présage par lequel on juge de l’avenir. Chez les Romains, il se disait des signes que les augures tiraient de l’observation du vol des oiseaux. Aujourd’hui il se dit de tout ce qui peut faire deviner l’avenir.
    • Cet événement est de bon augure pour notre projet. J’en conçois un favorable, un heureux augure.
    • Vous présumez que mon entreprise réussira, j’en accepte l’augure.
    • Et la raison encore, dis-moi, je te prie, Sganarelle, qui peut t’inspirer une peur d’un si mauvais augure ? — (Molière, Dom Juan, 1665)
    • Les pas lourds des ouvriers qui passaient par escouades, le bruit des voitures de laitiers et de maraîchers frappèrent son oreille comme des sons de bon augure. Elle tressaillit à ce premier réveil de la ville. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 364)
    • Il y aura toujours des oiseaux de mauvais augure qui feront leur miel de ce type d'événement. — (Benoît Hamon, 04.07.2014, à Albi)
  2. (Antiquité) Prêtre dont la charge était d’observer le vol des oiseaux et la manière dont mangeaient les poulets sacrés, afin d’en tirer des présages pour la conduite des affaires publiques.
    • L’augure, consulté, mit en garde les consuls contre les risques de cette guerre.
    • Quintus Aucler se sentit plein d'indignation; il maudissait ce tribun ignorant qui ne l'avait pas consulté ; il lui aurait dit : « Quel égarement te porte à t'adresser au ciel sous ces habits et sans avoir préalablement accompli aucun des rites sacrés ? Il serait simple encore de cacher ton costume risible sous la robe des flamines ; mais as-tu seulement consulté les augures ? les victimes sont-elles préparées ? les poulets sacrés ont-ils mangé l'orge ? a-t-on, du moins, orienté avec le lituus la place où tu devais accomplir le sacrifice ? C'est ainsi qu'on s'adresse aux dieux, qui ne dédaignent pas alors de répondre avec leur tonnerre. — (Nerval, Quintus Aucler , 1851)
  3. (Figuré) (Familier) Personne qui se prétend habile à prévoir l’avenir avec certitude.
    • Prendre un ton d’augure pour prédire les dernières nouvelles de demain.
    • Quel mauvais augure vous êtes ! On est au bout du tunnel !

Forme de verbe

augure \o.ɡyʁ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif du verbe augurer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif du verbe augurer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif du verbe augurer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif du verbe augurer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe augurer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AUGURE. n. m.
Présage, signe par lequel on juge de l'avenir. Chez les Romains, il se disait principalement du Présage qu'on tirait de l'observation du vol et du chant des oiseaux. Aujourd'hui il se dit de Tout ce qui semble présager, faire pressentir quelque chose que ce soit. Bon augure, mauvais augure. Augure sinistre. Augure funeste. Cet événement est un bon augure, est d'un bon augure, est de bon augure. Le médecin a tiré bon augure de cette crise. J'en conçois un favorable, un heureux augure. Vous présumez que mon entreprise réussira, j'en accepte l'augure. Fig. et fam., C'est un oiseau de bon augure, C'est un homme dont l'arrivée fait prévoir quelque bonne nouvelle. On dit dans un sens contraire C'est un oiseau de mauvais augure.

Littré (1872-1877)

AUGURE (ô-gu-r') s. m.
  • Terme d'antiquité. Celui dont la charge était, chez les Romains, de tirer des présages du vol et du chant des oiseaux. César est désigné souverain des augures, Voltaire, Catil. I, 1.

HISTORIQUE

XIVe s. Augur, auguremens sont moz apartenans à divinations faites en chans ou en mouvemens des oiseaus, Bercheure, f° 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « augure »

Du latin augurium (sens 1) et latin augur (sens 2).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Latin, augur ; ombrien, uhtur ; mots dont l'étymologie ultérieure est très douteuse. Quelques-uns le tirent d'augere, accroître, de sorte que l'augure serait celui qui augmente, qui consacre, qui rend auguste. D'autres supposent un neutre augus, égal au grec εὖχος, prière, de sorte que l'augure serait le priant, celui qui prononce des serments.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « augure »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
augure ogyr

Évolution historique de l’usage du mot « augure »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « augure »

  • Du commencement on peut augurer la fin. De Quintilien
  • Tous ceux qui se moquent des augures, n'ont pas toujours plus d'esprit que ceux qui y croient. De Vauvenargues / Réflexions et maximes
  • Errez, à vos côtés viendront se fixer les ailes de l'augure. André Breton, Le Surréalisme et la Peinture, Gallimard
  • J'en accepte l'augure et j'ose l'espérer. Pierre Corneille, Cinna, V, 3, Auguste
  • Le fait d’être né augure mal de l’immortalité. De George Santayana
  • Achraf Hakimi vers l'Inter, voilà une affaire qui sent bon la bonne pioche. Les médias italiens sont d'ailleurs catégoriques : le latéral marocain va rejoindre Antonio Conte et sa bande à l'issue de la saison. Une arrivée qui, peut-être, en augure de nouvelles, à l'image de Sandro Tonali, annoncé du côté de l'Inter. Le club de Milan peut-il alors bâtir une équipe plus forte que celle de la Juve ? Votre avis nous intéresse. France Football, Débat : L'Inter Milan peut-il bâtir une équipe plus forte que celle de la Juventus ? - France Football
  • Du champ au silo, la saison est lancée. Les premiers résultats semblent être dans la moyenne, de bon augure pour la suite. Journal L'Est Eclair, C’est parti pour la moisson
  • Le calendrier des Villans, promus en début de saison, n'augure rien de bon car ils doivent encore notamment rencontrer Liverpool, Manchester United et Arsenal lors de leurs six derniers matches. Les Echos, Angleterre: Wolverhampton gagne à Aston Villa et continue de rêver à la C1 | Les Echos
  • Selon nos confrères de Nice-Matin, l’OGC Nice est parvenu à trouver un accord avec l’Olympique Lyonnais pour le transfert d’Amine Gouiri. L’affaire pourrait se conclure pour un montant estimé à six millions d’euros. L’attaquant de 20 ans pourrait même dès la semaine prochaine passer sa visite médicale et rejoindre le groupe qui a repris le chemin de l’entraînement le 15 juin. Après Bambu, Daniliuc, Schneiderlin et Kamara, Gouiri serait donc la cinquième recrue des Rouge et Noir qui attaquent fort ce mercato. Pour rappel, le nouveau propriétaire du Gym, Ineos, n’avait pas pu réaliser toutes les opérations souhaitées la saison dernière en raison de l’accord tardif de rachat du club. L’OGC Nice peut désormais afficher pleinement ses ambitions avec des jeunes recrues, de bonne augure pour l’avenir du Gym qui ambitionne le Top 5 de la Ligue 1. Actufoot, OL : Amine Gouiri à l'OGC Nice, c'est presque fait !

Traductions du mot « augure »

Langue Traduction
Anglais omen
Espagnol presagio
Italien presagio
Allemand omen
Chinois 预兆
Arabe فأل
Portugais presságio
Russe примета
Japonais 前兆
Basque omen
Corse prende
Source : Google Translate API

Synonymes de « augure »

Source : synonymes de augure sur lebonsynonyme.fr
Partager