La langue française

Présage

Sommaire

  • Définitions du mot présage
  • Étymologie de « présage »
  • Phonétique de « présage »
  • Citations contenant le mot « présage »
  • Traductions du mot « présage »
  • Synonymes de « présage »

Définitions du mot « présage »

Trésor de la Langue Française informatisé

PRÉSAGE, subst. masc.

A. −
1. Signe dont l'interprétation permet de prévoir l'avenir, de prédire un événement. Présage alarmant, funeste; présage favorable; sinistre présage; bon, heureux présage; science des présages; croire aux présages; interpréter un présage. Peu à peu toute la troupe prit tellement l'habitude des présages, que si, au moment de s'embarquer, on apercevait sur la côte un prêtre, ou si l'on voyait un corbeau s'envoler à main gauche, on se hâtait de remettre le cadenas à la chaîne du bateau (Stendhal, Chartreuse, 1839, p.18).On a raconté que le cheval de Napoléon s'abattit et qu'on entendit murmurer: «C'est un mauvais présage; un Romain reculerait» (Chateaubr., Mém., t.2, 1848, p.421).La pluie d'été, si étrange... La nocturne pluie d'été, pleine de présages, au dire des Anciens (Montherl., Démon bien, 1937, p.1303).
[Suivi d'un compl. introd. par de indiquant la nature de l'événement prédit] On pensait chez les anciens Latins que les foudres et les éclairs du côté gauche étaient signes et présages de bonheur; et ceux du côté droit, de malheur (Sainte-Beuve, Tabl. poés. fr., 1828, p.311).J'ai vu [dans un rêve] un bel oiseau du Paradis voleter dans ma chambre, puis se poser à terre et marcher doucement vers la porte qui donne sur le couloir (...). Quelqu'un dit alors au-dessus de moi: «C'est un fâcheux présage, un présage de mort» (Green, Journal, 1938, p.159).
2. P. méton. Prévision que l'on tire de ce signe. Elle devenait superstitieuse et s'occupait des présages continuels qu'on peut tirer de chaque événement, quand on est toujours poursuivi par la même crainte (Staël, Corinne, t.3, 1807, p.180).Cinquante-quatre ans plus tard, en 1400, le fatal présage s'accomplit; Wenceslas, fils de Charles, fut déposé (Hugo, Rhin, 1842, p.275).Le mauvais présage d'un lièvre qui traverse la route peut être confirmé par le hasard, ou par la crainte même (Alain, Propos, 1933, p.1140).
B. − P. ext.
1. Signe annonciateur d'un événement, d'un fait qui a une forte probabilité de se produire. Synon. annonce, indice.Présage de pluie, de réussite; présage d'orage; présage d'une catastrophe, d'une crise, d'une tempête. Une forte toux nerveuse, des bâillements et un frisson, présage de la fièvre (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t.2, 1823, p.223).Moronval (...) se rongeant les ongles furieusement, ce qui était toujours le présage de quelque emprunt (A. Daudet, Jack, t.2, 1876, p.332).Jour vert, pointe de bise, temps de nord-ouest, présages de ce qu'on peut appeler ici, en cette saison, beau temps (Giono, Roi sans divertiss., 1947, p.115).
2. Conjecture que l'on tire d'un événement, d'un fait. Synon. augure (v. ce mot A p.ext.).Le présage qu'on tira de la première action de ce prince, fut que les peuples seraient heureux sous son règne (Ac.1798-1878).Il y eut quelques admirables moments, et l'un si beau que je devrais être assez fort pour en tirer les meilleurs présages (Du Bos, Journal, 1924, p.9).Au soir de cette réception (...) qui n'avait en rien engagé les choses, Lise (...) essayait de tirer des présages, revoyait certaines expressions de la jeune fille, certains mouvements aimables (Lacretelle, Hts ponts, t.4, 1935, p.49).
Loc. (Être) de bon présage, de funeste présage. Les acteurs qui ne jouent pas dans l'ouvrage, quelquefois même ceux qui y jouent des rôles qu'ils ont jugés mauvais, font circuler dans le public des bruits de funeste présage (Jouy, Hermite, t.3, 1813, p.234).
Prononc. et Orth.: [pʀeza:ʒ]. Ac. 1694, 1718: pre-; dep. 1740: pré-. Étymol. et Hist.1. Ca 1390 «signe où l'on voit l'annonce d'un événement futur» la science des presaiges (Evr. de Conty, Probl. d'Arist., B.N. 210, fo150b ds Gdf. Compl.); 1529 [éd.] presages (O.de S. Gel., Eneide, fo92b, ibid.); 2. 1512 «conjecture, annonce bonne ou mauvaise que l'on tire du signe annonciateur d'un événement futur» (J. Lemaire de Belges, OEuvres, éd. J. Stecher, t.II, p.235). Empr. au lat. d'époque impériale praesagium «connaissance anticipée, prévision; présage; prédiction, oracle», de praesagire «deviner, prévoir, augurer». Fréq. abs. littér.: 484. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1006, b) 452; xxes.: a) 494, b) 659.

Wiktionnaire

Nom commun

présage \pʁe.zaʒ\ masculin

  1. Augure, signe par lequel on juge de l’avenir.
    • Le Prince […] ne peut naturellement vous recevoir en ce moment, mais il juge que votre venue est providentielle. Une dernière grâce du ciel, un heureux présage. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 137 de l’éd. de 1921)
    • Tous ces présages paraissaient fatals à la pauvre femme; […]. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
    • […]; c'est sur cette même place où son union avec Marie-Antoinette d'Autriche fut célébrée par une fête qu’enlaidirent des présages sinistres. — (Christophe Félix L. Ventre de la Touloubre, Éloge historique et funèbre de Louis XVI, roi de France et de Navarre, à Paris, chez Lebègue, chez Crapart, chez Petit & chez Plancher, avril 1814, page 293)
    • Bumper savait tout de la guerre et des pouvoirs paranormaux. Il attribuait sa survie aux divers pressentiments qui l'avaient assailli là-bas, dans la jungle. Il croyait dur comme fer au sixième sens, aux signes, aux présages. Comme beaucoup de vétérans, il était extrêmement superstitieux. — (Serge Brussolo, Sécurité absolue, Le Livre de Poche, 2012)
  2. Conjecture de l’augure, bon ou mauvais, qu’on tire de ce signe.
    • Les augures tirèrent de cet incident un heureux présage.
  3. (Par extension) Conjecture tirée d’un fait quelconque.
    • L’heureux présage qu’on tira des premiers temps de ce règne fut cruellement démenti par la suite. - Ces fâcheux présages se sont accomplis.

Forme de verbe

présage \pʁe.zaʒ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de présager.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de présager.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de présager.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de présager.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de présager.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PRÉSAGE (pré-za-j' ; d'après Chifflet, Gramm. p. 183, on prononçait présâge) s. m.
  • 1Signe par lequel on juge de l'avenir. Un songe vous fait peur ? - Ses présages sont vains, Corneille, Poly. I, 2. Le faucon est léger, l'aigle est plein de courage, Le corbeau sert pour le présage, La Fontaine, Fabl. II, 17. Quand il faut détourner quelque funeste présage, Fénelon, Tél. XXII. J'accepte ces présages que je crois heureux, Fénelon, ib. XVIII. Ce phénomène [une éclipse] jeta l'épouvante et la consternation dans l'esprit des Athéniens, qui étaient accoutumés, par superstition et par l'ignorance des causes naturelles, à regarder ces sortes d'événements comme des présages funestes, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. III, p. 501, dans POUGENS. Des présages de trépas couvrirent son visage, son arrêt parut écrit, Massillon, Or. fun. Villars Avais-je raison de croire aux présages ? Staël, Corinne, XV, 2. Alors, comme les peuples superstitieux, nous eûmes nos présages, nous entendîmes parler de prédictions ; quelques-uns prétendirent qu'une comète avait éclairé de ses feux sinistres notre passage de la Bérézina, Ségur, Hist. de Nap, XII, 2.
  • 2Conjecture qu'on tire du présage. Lorsqu'on voit paraître quelque signe de changement de temps et le moindre présage de brouillerie, Guez de Balzac, le Prince, 17. Mon ami prenait ce discours à bon présage, Pascal, Prov. II. Et tout le peuple même, avec dérision, Observant la rougeur qui couvrait mon visage, De ma chute certaine en tirait le présage, Racine, Esth. III, 1.

HISTORIQUE

XVIe s. …Par son sçavoir il devançoit son age, De sa grandeur future infaillible presage, Desportes, Tombeau de Desportes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PRÉSAGE, s. m. (Divination.) Dans l’antiquité payenne le peuple ne pouvant guere élever son esprit jusqu’à la connoissance du premier Etre, bornoit presque toute sa religion au culte des Dieux immortels, qu’il regardoit comme les auteurs des oracles, des sorts, des auspices, des prodiges, des songes & des présages.

Dans l’idée générale du mot présage, il faut comprendre non-seulement l’attention particuliere que le vulgaire donnoit aux paroles fortuites, soit qu’elles parussent venir des dieux, soit qu’elles vinssent des hommes, & qu’il regardoit comme des signes des événemens futurs ; mais il y faut comprendre encore les observations qu’il faisoit sur quelques actions humaines, sur des rencontres inopinées, sur certains noms & sur certains accidens dont il tiroit des préjugés pour l’avenir.

Il est vraissemblable que la science des présages est aussi ancienne que l’idolâtrie, & que les premiers auteurs du culte des idoles sont aussi les auteurs de l’observation des présages. La superstition en a fait une science : les Egyptiens l’ont portée en Grece. Les Etrusques, ancien peuple de l’Italie, disoient qu’un certain Tagès leur enseigna le premier à expliquer les présages. Les Romains apprirent des Etrusques ce qu’ils savoient d’une science si vaine & si ridicule.

Ces présages étoient de plusieurs especes, qu’on peut réduire à sept principales ; savoir,

1°. Les paroles fortuites que les Grecs appelloient φήμην ou κληδόνα, & les Latins onien pour orimen, selon Festus. Ces paroles fortuites étoient appellées voix divines lorsqu’on en ignoroit l’auteur ; telle fut la voix qui avertit les Romains de l’approche des Gaulois, & à qui l’on bâtit un temple sous le nom d’Aius locutius. Ces mêmes paroles étoient nommées voix humaines lorsqu’on en connoissoit l’auteur, & qu’elles n’étoient pas censées venir immédiatement des dieux. Avant que de commencer une entreprise, les gens superstitieux sortoient de leur maison pour recueillir les paroles de la premiere personne qu’ils rencontroient, ou bien ils envoyoient un esclave écouter ce qui se disoit dans la rue ; & sur des mots proférés à l’aventure, & qu’ils appliquoient à leurs desseins, ils prenoient leurs résolutions.

2°. Les tressaillemens de quelques parties du corps, principalement du cœur, des yeux & des sourcils ; les palpitations du cœur passoient pour un mauvais signe, & présageoient particulierement, selon Mélampus, la trahison d’un ami. Le tressaillement de l’œil droit & des sourcils, étoit au contraire un signe heureux. L’engourdissement du petit doigt, ou le tressaillement du pouce de la main gauche, ne signifioit rien de favorable.

3°. Les tintemens d’oreille & les bruits qu’on croyoit entendre. Ils disoient quand l’oreille leur tintoit, comme on dit encore aujourd’hui, que quelqu’un parloit d’eux en leur absence.

4°. Les éternuemens. Ce présage étoit équivoque, & pouvoit être bon ou mauvais, suivant les occasions ; c’est pour cela qu’on saluoit la personne qui éternuoit, & l’on faisoit des souhaits pour sa conservation. Les éternuemens du matin n’étoient pas réputés bons ; mais l’amour les rendoit toujours favorables aux amans, à ce que prétend Catulle.

5°. Les chûtes imprévues. Camille après la prise de Veies, voyant la quantité de butin qu’on avoit fait, prie les dieux de vouloir bien détourner par quelque legere disgrace, l’envie que sa fortune ou celle des Romains pourroit attirer. Il tombe en faisant cette priere, & cette chûte fut regardée par le peuple dans la suite comme le présage de son exil, & de la prise de Rome par les Gaulois. Les statues des dieux domestiques de Néron se trouverent renversées un premier jour de Janvier, & l’on en tira le présage de la mort prochaine de ce prince.

6°. La rencontre de certaines personnes & de certains animaux ; un éthiopien, un eunuque, un nain, un homme contrefait que les gens superstitieux trouvoient le matin au sortir de leur maison, les effrayoit & les faisoient rentrer. Il y avoit pour eux des animaux dont la rencontre étoit de bon présage, par exemple, le lion, les fourmis, les abeilles. Il y en avoit dont la rencontre ne présageoit que du malheur, comme les serpens, les loups, les renards, les chiens, les chats, &c.

7°. Les noms. On employoit quelquefois dans les affaires particulieres les noms dont la signification marquoit quelque chose d’agréable. On étoit bien-aise que les enfans qui aidoient dans les sacrifices, que les ministres qui faisoient la cérémonie de la dédicace d’un temple, que les soldats qu’on enrôloit les premiers, eussent des noms heureux.

Pour ce qui est des occasions où l’on avoit recours aux présages, on les observoit sur-tout au commencement de l’année : c’est de-là qu’étoit venue la coutume à Rome de ne rien dire que d’agréable le premier jour de Janvier, de se faire les uns aux autres de bons souhaits qu’on accompagnoit de petits présens, surtout de miel & d’autres douceurs.

Cette attention pour les présages avoit lieu politiquement dans les actes publics qui commençoient par ce préambule : Quod felix, faustum, fortunatumque sit. On y prêtoit aussi l’oreille dans les actions particulieres, comme dans les mariages à la naissance des enfans, dans les voyages, &c.

Il ne suffisoit pas d’observer simplement les présages, il falloit de plus les accepter lorsqu’ils paroissoient favorables, afin qu’ils eussent leur effet. Il falloit en remercier les dieux qu’on en croyoit les auteurs, & leur en demander l’accomplissement. Au contraire, si le présage étoit fâcheux, on en rejettoit l’idée, & l’on prioit les dieux d’en détourner les effets.

Telles étoient les idées du vulgaire sur les présages, les politiques ayant toujours eu pour maxime qu’on pouvoit tenir les peuples dans le respect par des fictions propres à leur inspirer la crainte & l’admiration. Pline disoit que la magie étoit composée de la religion, de la médecine & de l’astrologie, trois liens qui captiveroient toujours l’esprit des hommes. Mais tous les sages du paganisme s’en tenoient à cette maxime de Cotta, qu’il falloit suivre la réalité & non la fiction, se rendre à la vérité sans se laisser éblouir par les présages. Ils déclaroient que la Philosophie étoit incompatible avec l’erreur ; & qu’ayant à parler des dieux immortels, il falloit qu’elle pût en parler dignement. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « présage »

Du latin praesagium, de praesagire (« prévoir »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. præsagium, de præ, avant, et sāgire, avoir les sens subtils ; sāgus, devin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « présage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
présage presaʒ

Citations contenant le mot « présage »

  • Autodafés, toujours mauvais présages. Hérauts du bûcher, du four, des fosses communes. De Geraldine Brooks / Le Livre d'Hanna, 2008
  • Quelque soit la file d'attente que l'on choisisse, ce sera toujours la plus lente même si sa longueur ne le laissait pas présager. De Anonyme / Murphy
  • Que les dieux détournent ce présage ! Cicéron en latin Marcus Tullius Cicero, Philippiques, III, 35
  • Le début ne laisse pas présager la fin. De Hérodote / Histoires
  • Le craintif présage des malheurs de l'avenir. De Yu Dafu / Fleurs d'Osmanthe tardives
  • La santé est un état précaire qui ne laisse présager rien de bon. De Jules Romains / Knock ou le triomphe de la médecine
  • Pour moi, il n'y a que d'heureux présages ; car, quoi qu'il arrive, il dépend de moi d'en tirer du bien. De Epictète
  • Il ne sait rien et croit tout savoir. Cela présage indubitablement une carrière politique. De George Bernard Shaw
  • Le calme qui évoque la paix dans la nature, fait toujours présager, dans l'entourage des humains, quelque sinistre catastrophe, comme si leur état normal était l'agitation, le bruit et la fureur. De Hélène Ouvrard / La Noyante
  • Le vin est le plus infaillible des présages car il annonce la joie, la franche gaieté, le bonheur enfin. De Philippe Aubert de Gaspé / Les anciens Canadiens
  • Il faut croire en la vie et la vivre pleinement sans trop s'arrêter aux accidents en cours de route. Un malheur présage un bonheur, la plupart du temps c'est vrai. De Liliane Vien-Beaudet / Péché d'amour
  • Émeric Bréhier Non, cela ne présage aucunement d’un affaissement du RN et ne signifie pas que sa force propulsive nationale a disparu. Il y a un décalage entre les scènes politiques locales et nationale, l’homogénéité des années 1970 ou 1980 n’existe plus. L'Humanité, Pour le politologue Émeric Bréhier, « l’échec aux municipales ne présage pas d’un affaissement du RN » | L'Humanité
  • Selon Camille Pouponneau, à l’issue de la cérémonie cette rencontre a permis "un temps d’échange pour parler de nos communes et des dossiers en commun sur l’urbanisme et surtout sur le transport : notamment la ligne express vélo REV Léguevin – Brax – Pibrac – Colomiers pour laquelle les études vont commencer et sur laquelle nous allons particulièrement nous investir. Un excellent présage d’une fraternelle collaboration au service de l’Ouest toulousain", se réjouit-elle. ladepeche.fr, Pibrac. La commémoration présage d’une future collaboration - ladepeche.fr
  • Sauf surprise de dernière minute, Alassane Ouattara devrait rempiler pour un troisième mandat, cette perspective plonge le pays dans l’incertitude, les Ivoiriens étant encore traumatisés par l’élection de 2010. Quel que soit le scénario envisagé, aucun ne présage d’un dénouement heureux. Analyse pour Sputnik de Leslie Varenne (l’IVERIS). , Présidentielles : la Côte d’Ivoire engagée dans une voie sans issue - Sputnik France

Traductions du mot « présage »

Langue Traduction
Anglais presage
Espagnol presagio
Italien presagio
Allemand vorzeichen
Chinois 预示
Arabe نذير
Portugais presságio
Russe предвещать
Japonais 予兆
Basque presage
Corse presagiu
Source : Google Translate API

Synonymes de « présage »

Source : synonymes de présage sur lebonsynonyme.fr
Partager