La langue française

Argument

Sommaire

  • Définitions du mot argument
  • Étymologie de « argument »
  • Phonétique de « argument »
  • Évolution historique de l’usage du mot « argument »
  • Citations contenant le mot « argument »
  • Images d'illustration du mot « argument »
  • Traductions du mot « argument »
  • Synonymes de « argument »
  • Antonymes de « argument »

Définitions du mot « argument »

Trésor de la Langue Française informatisé

ARGUMENT1, subst. masc.

A.− LOG., vieilli, le plus souvent au sing. Forme plus ou moins typisée que prend un raisonnement lorsqu'il est construit suivant des règles définies :
1. Il [Socrate] est dans le faux lorsqu'il repousse le seul genre d'arguments et de preuves ou plutôt d'inductions, que la raison puisse employer pour faire la critique de nos sensations, et pour infirmer la validité des jugements qu'elles nous suggèrent. Cournot, Essai sur les fondements de nos connaissances,1851, p. 557.
Argument cornu. Dilemme. Argument en forme, en règle. Syllogisme. Argument vicieux. Sophisme. Argument à priori*, a posteriori*.
SYNT. Argument de Descartes, de Leibniz, des rhéteurs, des sophistes.
P. anal., DR. Argument à pari. ,,Raisonnement par lequel on applique un texte à une hypothèse non prévue par ce texte, parce qu'il y a autant de raisons de le faire que dans l'hypothèse énoncée par le texte.`` (Cap. 1936).
Spéc., MATH. Argument d'un nombre complexe. Angle polaire θ du rayon vecteur représentant le nombre complexe Z avec l'axe des nombres réels; Z = ρ (cos θ + sin θ).
Rem. En informat., dernière zone d'un mot machine.
B.− LOG. et lang. cour., au sing. et au plur. Affirmation particulière présentée à l'appui d'une démonstration :
2. C'était une verve, des arguments, une éloquence, une science de dire merveilleuse et qui me confondait et par laquelle j'étais ravi comme par la plus étonnante scène de théâtre. E. et J. de Goncourt, Journal,1859, p. 628.
3. Bornons-nous ici à des considérations très générales. Personne n'admet sérieusement que le monde s'évanouit quand on cesse de le regarder. L'argument ne paraît pas très philosophique, mais il n'en est pas moins bon. Ruyer, Esquisse d'une philos. de la struct.,1930, p. 18.
SYNT. Argument convaincant, décisif, douteux, facile, grossier; arguments contradictoires, irréfutables, raisonnables; bel, bon, faux, pauvre, puissant, unique −; − pour, contre qqc., en faveur de qqn, de qqc.; − sans réplique; avancer, admettre, réfuter, repousser un −; aligner des arguments; être à bout, être à court d'arguments.
P. ext. Indice, preuve tirée des faits, de l'expérience :
4. − Hé, capitaine Morhange, − cria M. Le Mesge à mon compagnon qui dégustait posément son grondin, − que dites-vous de cet acanthoptérygien? Il a été pêché aujourd'hui dans le lac de l'oasis. Commencez-vous à admettre l'hypothèse de la mer saharienne? − Ce poisson est un argument, − dit mon compagnon. Benoit, L'Atlantide,1919, p. 193.
P. anal. Moyen (autre que le raisonnement, la preuve logique) auquel on a recours pour convaincre, pour influencer la conduite de quelqu'un :
5. Il ne reste plus maintenant que la lâcheté gouvernementale à vaincre, et comme elle ne trouve plus d'autres arguments que les coups de bâton des argousins de l'empire sur des prisonniers sans défense, je compte qu'il en sera bientôt fait justice. Clemenceau, Vers la réparation,1899, p. 270.
[Argument d'ordre affectif] :
6. Il est assez singulier que les objections se présentassent en foule, et que je n'aie pas eu le courage d'en faire une seule. La prière d'une femme a toujours été pour moi l'argument irrésistible. Je me résignai; nous partîmes. Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 2, 1812, p. 68.

ARGUMENT2, subst. masc.

RHÉT., LITT. Analyse sommaire du sujet d'un livre, d'un discours, d'une histoire, etc. L'argument de Phèdre, d'un opéra :
Hésiode ne nous a conservé que le résumé ou l'argument des poëmes perdus de cette époque. Quinet, Napoléon,1836, p. 152.
P. anal., CIN. ,,Idée première, embryon d'un scénario.`` Synon. synopsis (Giraud 1956).
Vieilli. ,,Partie d'une thèse soutenue publiquement dans une université`` (Ac. 1932).
PRONONC. : [aʀgymɑ ̃].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Apr. 1170 « raisonnement destiné à prouver ou à réfuter une proposition » (B. de Ste Maure, Ducs Normandie, II, 25666 ds Gdf. Compl. : Mult est li deables gringnos, E mult par est achaisonos, Argumenz set faire od soffime); 2. av. 1544 « sujet d'une œuvre littéraire, d'un discours » (Marot, Epistres, 50 ds Hug. : Quant est de moy, je ne veulx chanter hymne Que de mon Roy : ses gestes reluysans Me fourniront d'argumens suffisans). Empr. au lat. argumentum au sens 1 (dep. Plaute, Amphitruo, 123 ds TLL s.v., 543, 4) et au sens 2 [d'un discours] (Cicéron, Har., 8, ibid., 599, 50), dér. d'arguere « démontrer » (arguer*).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 1 748. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 858, b) 1 682; xxes. : a) 2 749, b) 3 292.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Bél. 1957. − Bouillet 1859. − Bruant 1901. − Canada 1930. − Cap. 1936. − Chamb. 1970. − Comte-Pern. 1963. − Dem. 1802. − Dul. 1968. − Éd. 1913. − Électron 1963-64. − Foi t. 1 1968. − Foulq.-St-Jean 1962. − Franck 1875. − Fromh.-King 1968. − Gall. 1955, pp. 12-24. − Giraud 1956. − Goblot 1920. − Lacr. 1963. − Lal. 1968. − Marcel 1938. − Miq. 1967. − Noter-Léc. 1912. − Paré (G.). Le Roman de la Rose et la scolastique courtoise. Paris-Ottawa, 1941, pp. 39-41. − Rat (M.). Les Deux verbes arguer. Déf. Lang. fr. 1968, no42, p. 11. − Rolland-Coul. 1969. − Sc. 1962. − Timm. 1892.

Wiktionnaire

Nom commun

argument \aʁ.ɡy.mɑ̃\ masculin

  1. (Logique) Raisonnement construit selon certaines règles, par lequel on tire méthodiquement une conséquence d’une ou de deux propositions.
    • Les mystères, étant supra-rationnels, ne sauraient être démontrés ; mais, comme ils ne sont pas pour cela anti-rationnels, les arguments qui tendent à établir qu’ils sont absurdes n’ont aucune valeur probante et peuvent être apodictiquement réfutés. — (Louis Rougier, Histoire d’une faillite philosophique: la Scolastique, 1925, éd.1966)
    • Personne ne pouvait prononcer une phrase, dire un mot, apprécier un argument, juger un fait sans qu’aussitôt les autres ne demandassent : « la conclusion ? » — (Louis Pergaud, Un point d’histoire, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  2. Indice, preuve qui sert à affirmer ou à nier un fait.
    • Pour le moment, il y a un argument qui pèse lourd en faveur du monomoteur : les avions monomoteurs sont beaucoup plus rapides que tous les trimoteurs. — (Dieudonné Costes & Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
    • Et si vous lui disiez qu’une fois le doigt dans l’engrenage, la main, le bras y passent et que le corps tout entier est happé, broyé, croyez-vous qu’il vous rembarrerait ? Venant d’un homme comme vous l’argument porterait. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
  3. (Figuré) Moyen pour convaincre.
    • C’était un chaud lapin, disait-on au village, où il passait pour user envers les femmes d’arguments irrésistibles. — (Louis Pergaud, Joséphine est enceinte, 1921)
    • Il faut donc trouver un argument-massue, un argument capable de semer le doute dans l’âme des ouvriers, d’ébranler leur confiance, d’amener des défections de plus en plus nombreuses, puis des désertions massives. — (Paul Alexis Ladame, Le destin du Reich, éd. Perret-Gentil, 1945, page 113)
    • D’après la liste précédente, les arguments évoqués par les conspirationnistes demeurent circonstanciels et indirects. Ils ont d’ailleurs tous fait l’objet de réfutations détaillées […]. — (Louis Dubé, L’argument déterminant et les théories du complot, dans Le Québec sceptique, n° 67, p.5, automne 2008)
  4. (Vieilli) Partie d’une thèse soutenue publiquement dans une université.
  5. Sujet en abrégé d’un ouvrage.
    • Si la concision de ce récit le rend sec, on pardonnera cette sécheresse en faveur du désir d’achever promptement cette scène, et à la nécessité de raconter l’argument qui domine tous les drames. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • « Mais c’est qu’il aime Corneille ! » Je ne l’aimais pas : les alexandrins me rebutaient. Par chance l’éditeur n’avait publié in extenso que les tragédies les plus célèbres ; des autres il donnait le titre et l’argument analytique : c’est ce qui m’intéressait : « Rodelinde, femme de Perharite, roi des Lombards et vaincu par Grimoald, est pressée par Unulphe de donner sa main au prince étranger.. » — (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, pages 62-63.)
  6. (Mathématiques) Inverse d'une fonction hyperbolique  [1] [2]
  7. (Programmation informatique) Paramètre fourni lors de l’appel à une fonction ou à un sous-programme.

Nom commun

argument \Prononciation ?\

  1. Argument.
  2. Dispute, querelle.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ARGUMENT. n. m.
T. de Logique. Raisonnement construit selon certaines règles, par lequel on tire méthodiquement une conséquence d'une ou de deux propositions. Argument en forme. Développer un argument. Rétorquer un argument. Argument à deux tranchants. Argument à priori. Argument ad hominem, Argument qui tire sa force de certaines conditions ou circonstances propres à la personne même à qui on l'adresse. Il signifie, dans la langue ordinaire, Indice, preuve qui sert à affirmer ou à nier un fait. Entasser arguments sur arguments. Vos arguments ont peu de force. Il se disait autrefois de la Partie d'une thèse soutenue publiquement dans une Université. Il signifie encore Sujet en abrégé d'un ouvrage. L'argument d'une pièce de théâtre, d'un poème épique, d'un discours, d'un traité.

Littré (1872-1877)

ARGUMENT (ar-gu-man) s. m.
  • 1Raisonnement par lequel on tire une conséquence d'une ou de deux propositions. Argument solide, plein de force. Il plaçait ses arguments dans l'endroit où ils devaient produire le plus d'effet. Se laisser tromper par des arguments captieux. Réfuter les arguments de son adversaire. Les arguments qu'il tire de cette suite, Bossuet, Euch. 3.

    Argument en forme, argument conforme aux règles de la logique. L'autre préparait un argument en forme, Hamilton, Gramm. 4.

    Argument ad hominem, argument qui oppose à l'opinion actuelle d'un homme ses paroles ou ses actions antérieures. Ce que vous nous donnez pour un argument ad hominem, Bossuet, Théol.

    Argument cornu (voy. DILEMME).

  • 2Conjecture, indice, preuve. C'est là un argument en notre faveur tout aussi bien qu'en faveur de nos adversaires. Les vents Étésiens dont on veut tirer un argument.
  • 3Sommaire d'un ouvrage.
  • 4 En termes d'astronomie, argument de la latitude ; le lieu de l'aphélie et celui du nœud d'une planète étant connus, et l'anomalie vraie de la planète étant donnée, on a sa distance au nœud, qu'on nomme autrement l'argument de la latitude.

HISTORIQUE

XIIIe s. Or entent donc à l'argument : Ge di pain d'orge est de froment, Ge di pain de froment est d'orge, Ren. 21209. Bien l'entendras [la vérité], se bien repetes Les argumens as grans poetes, la Rose, 7206. Et tous les autres estrumens Qui sunt piliers et argumens à soustenir nature humaine, ib. 6994. Tu iez pors de nostre esperance, Matiere de nostre faconde, Argumens de nostre creance, Rutebeuf, II, 10.

XIVe s. Après je respons as arguemens contraires, Oresme, Eth. 163. Qu'est-che ? che dist li prestres. Argue vistement.. Qu'à mi voelt desputer et faire arguement ; Si vienge encontre mi monstreir son parlement, Baud. de Seb. XII, 315. Il propose la table dessus dite par-devant Appius, qui estoit auteur de cestui argument, Bercheure, f° 65, recto.

XVIe s. Dieu nous donne argument [sujet] continuel de le prier et louer, Calvin, Inst. 707.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ARGUMENT, s. m. en Rhétorique. Ciceron le définit une raison probable qu’on propose pour se faire croire. Ratio probabilis & idonea ad faciendam fidem. Voyez Probabilité, Sentiment. Les Logiciens le définissent plus scientifiquement : un milieu, qui, par sa connexion avec les deux extrèmes, établit la liaison que ces deux extrèmes ont entr’eux. V. Milieu & Extreme. On distingue les argumens par rapport à la source d’où ils sont tirés, en argumens tirés de la raison, & argumens tirés de l’autorité. Et par rapport à leur forme, les Rhéteurs aussi-bien que les Logiciens, les divisent en syllogismes, entimèmes, inductions ou sorites, & dilemmes. V. ces mots à leur place.

Un argument en forme est un syllogisme formé selon les regles de la Logique, à laquelle cette espece d’argumentation est principalement affectée. Tous les Rhéteurs, après Aristote, disent que l’enthymème est l’argument de la Rhétorique, parce que c’est la forme de raisonnement la plus familiere aux Orateurs. La Rhétorique n’étant, selon leur définition, que l’art de trouver en chaque sujet des argumens propres à persuader, ils distinguent deux especes principales d’argumens par rapport aux sources qui peuvent les fournir : les uns intrinseques ou artificiels, les autres extrinseques ou naturels. Les argumens intrinseques ou artificiels appellés par les Grecs ἔντεχνα, & par les Latins insita, sont ceux qui dépendent de l’industrie de l’orateur, & qu’il tire ou de sa propre personne, ou de celle de ses auditeurs, ou du fond même du sujet qu’il traite. L’orateur persuade à l’occasion de sa personne & de ses mœurs, lorsque son discours donne à ses auditeurs une grande idée de sa vertu & de sa probité, parce qu’on ajoûte volontiers foi aux paroles d’un homme prudent, éclairé & vertueux, sur-tout en matiere douteuse & problématique ; c’est pourquoi Caton regardoit la probité comme la premiere base de l’éloquence : orator vir bonus dicendi peritus. Les argumens qui se tirent de la part de l’auditeur, ont pour but de le porter à quelque passion qui incline son jugement pour ou contre. C’est par-là que l’orateur exerce un empire absolu sur ceux qui l’écoutent, & qu’il peut déterminer le jugement qu’il en sollicite. Cette partie demande une connoissance approfondie des mœurs & des passions. Voyez Mœurs & Passion.

Enfin les argumens qui naissent du sujet, consistent à le faire envisager par son propre fond, sa nature, ses circonstances, ses suites, sa conformité, ou son opposition avec d’autres, & delà ces ressources qu’on nomme lieux communs.

Les argumens naturels ou extrinseques, ἄτεχνα, que Ciceron appelle assumpta, c’est-à-dire, moyens extérieurs, sont ceux qui ne dépendent point de l’orateur, & qu’il trouve, pour ainsi dire, tous faits, comme les arrêts & jugemens, les lois, les preuves par écrit, les registres publics, la déposition des témoins, les procès-verbaux, &c. qui lui fournissent des autorités d’où il tire des conséquences.

Un auteur moderne distingue encore les lieux communs ou chefs d’argumens, par rapport aux trois genres de Rhétorique : 1°. en ceux qui servent à persuader ou à dissuader, & qui sont ordinairement fondés sur des motifs de profit, d’honneur & d’équité : 2°. ceux qui ont pour but la loüange ou le blâme (Voyez Panegyrique) ; & 3°. ceux qu’on employe pour accuser ou pour défendre. Voyez Réfutation, Accusation, Confirmation, &c.

Argument, terme usité pour signifier l’abrégé, le sommaire d’un livre, d’une histoire, d’une piece de théatre. Voyez Sommaire. On a presque perdu l’usage des prologues, qui contenoient pour l’ordinaire l’argument d’une tragédie ou d’une comédie. Les prologues d’un grand nombre de nos opéras sont même totalement étrangers à la piece. (G)

Argument dialectique, en Logique, c’est le nom qu’on donne à des raisonnemens qui sont uniquement probables ; c’est-à-dire, qui ne convainquent pas l’esprit, ou qui ne le déterminent pas absolument à l’affirmative ou à la négative d’une question. Voyez Dialectique & Probabilité. (X)

Argument, argumentum, s. m. terme d’Astronomie ; l’argument de la latitude d’une planete quelconque est l’angle qui mesure la distance de son lieu vrai à son nœud, c’est-à-dire, la distance du point qu’elle occupe dans son orbite, au point où cette orbite coupe l’orbite terrestre. Les degrés de cet angle se comptent suivant l’ordre des signes ; & le nœud dont on prend la distance au lieu vrai, est le nœud ascendant L’argument de la latitude s’appelle encore argument de l’inclinaison. Voyez Inclinaison.

Argument menstruel de la latitude de la lune, est la distance du vrai lieu de la lune, au vrai lieu du soleil. Voyez Lieu. C’est par l’argument menstruel de la latitude, qu’on trouve la grandeur d’une éclipse, c’est-à-dire, combien il y aura de doigts d’éclipsés de la lune ou du soleil. Voyez Eclipse.

Argument de la longitude menstruelle de la lune, ou argument menstruel de la longitude, dans l’Astronomie ancienne, est un arc de son excentrique LP, (Planche Astr. fig. 32.) intercepté entre son vrai lieu L, déterminé par une premiere équation, & une ligne droite PQ, tirée par le centre de l’excentrique B parallélement à la ligne menstruelle des apsides. L’argument annuel de la longitude est représenté par l’angle DAH. L’un & l’autre ne sont plus d’usage.

Argument annuel de l’apogée de la lune, ou simplement argument annuel, dans la nouvelle Astronomie, est la distance du lieu du soleil au lieu de l’apogée de la lune ; c’est-à-dire, l’arc de l’écliptique compris entre ces deux lieux. (O)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « argument »

Du latin argumentum, dérivé de arguere.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin argumentum.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Argumentum, de arguere (voy. ARGUER) ; provenç. argument ; espagn. argumento ; ital. argomento. Le vieux français arguement vient, non d'argumentum, mais directement d'arguer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « argument »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
argument argymɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « argument »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « argument »

  • Les femmes célibataires ont une propension à être pauvres, ce qui est un argument très sérieux en faveur du mariage. De Jane Austen / Orgueil et Préjugés
  • https://www.capital.fr/votre-carriere/recrutement-le-teletravail-largument-desormais-indispensable-pour-convaincre-les-candidats-1372930 Capital.fr, Recrutement : le télétravail, l'argument désormais indispensable pour convaincre les candidats ? - Capital.fr
  • Si vous ne pouvez pas répondre à l'argument de quelqu'un, tout n'est pas perdu. Vous pouvez encore l'injurier. De Elbert Hubbard
  • À tout argument s'oppose un égal argument. Sextus Empiricus, Hypotyposes pyrrhoniennes, I, 202 (traduction J.P. Dumont)
  • A tout argument s'oppose un argument égal. De Sextus Empiricus / Hypotyposes pyrrhoniennes
  • La vérité est le meilleur argument. De Hazrat Ali
  • Un seul bon argument vaut mieux que plusieurs arguments meilleurs. De Tristan Bernard / Secrets d'Etat
  • Gardez votre calme ; la colère n’est pas un argument. De Daniel Webster
  • L'autre : argument irréfutable pour rester humain. De Gérald Lescarbeault / A ras de terre
  • Préférer la force de l'argument à l'argument de la force, telle devrait être la devise de toutes les sociétés. De Anonyme /
  • Contre un fait il n'existe pas d'argument. De Proverbe latin
  • Une bourse d'or me paraît toujours un argument sans réplique. De Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais / Le Barbier de Séville
  • Une balle dans la tête est l'argument des croyants. De Werner Lambersy / Journal d'un athée provisoire
  • Le seul argument contre l'immortalité est l'ennui. De Emil Michel Cioran / Des larmes et des saints
  • L'insulte est souvent l'argument final de celui qui ne trouve plus rien à dire. De Anonyme
  • L'amour comme dérobade, l'étreinte comme ultime argument, la jouissance en points de suspension. De Amin Maalouf / Le Premier siècle après Béatrice
  • Certes, comme l'ont souligné plusieurs de mes collègues des médias, le Québec est maintenant le seul endroit du continent, sinon de l'Occident, à ne pas publier des statistiques à chaque jour. Mais c'est un faux argument : ce n'est pas parce que les autres gouvernements mettent leurs chiffres à jour quotidiennement que leurs fluctuations journalières sont plus informatives. Elles ne le sont clairement pas. Le Soleil, Données sur la COVID-19 : bonne cause, mauvais argument | Science | Actualités | Le Soleil - Québec
  • Mais le gros de l’argumentation du distributeur repose sur le biométhane et ses perspectives à court terme dans les bâtiments et la mobilité, sans trop s’étendre ... GreenUnivers, GRDF tente l'argument de la relance pour pousser le biométhane - GreenUnivers
  • En danger, les candidats des majorités sortantes n’ont aujourd’hui comme seul argument que l’agitation du chiffon rouge. , Le chiffon rouge, seul dernier argument pour faire peur ? | Euskal Herria | MEDIABASK
  • Ils insistent aussi sur “l’argument sécuritaire” afin de “soulager les forces de police” des interpellations pour “simple usage” de cannabis, et “l’argument sanitaire” pour “maîtriser la distribution et la composition” du produit. Le HuffPost, La crise du Covid donne des arguments aux partisans d'une légalisation du cannabis | Le HuffPost
  • Et son argument est assez étrange… Basket Infos, L'étrange argument de Brian Scalabrine pour expliquer que le niveau de jeu sera meilleur à la reprise de la NBA

Images d'illustration du mot « argument »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « argument »

Langue Traduction
Anglais argument
Espagnol argumento
Italien discussione
Allemand streit
Chinois 论据
Arabe جدال
Portugais argumento
Russe аргумент
Japonais 引数
Basque argumentu
Corse argumentu
Source : Google Translate API

Synonymes de « argument »

Source : synonymes de argument sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « argument »

Partager