La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « préface »

Préface

Variantes Singulier Pluriel
Féminin préface préfaces

Définitions de « préface »

Trésor de la Langue Française informatisé

PRÉFACE, subst. fém.

A. −
1. Texte placé en tête d'un ouvrage pour le présenter et le recommander au lecteur, en préciser éventuellement les intentions ou développer des idées plus générales. Synon. introduction.Préface générale; belle, bonne, magnifique, merveilleuse, nouvelle, première préface; grande, longue préface (synon. vieillis discours préliminaire, prolégomènes); courte, petite préface (synon. avertissement, avant-propos, préambule); écrire, faire une préface; servir de préface. Je n'aime ni les avant-propos, ni les préfaces et, autant que possible, je m'abstiens de faire devancer mes livres par d'inutiles phrases (Huysmans, En route, t.1, 1895, p.ix).Dans la préface de Cromwell, après plusieurs pages sur les conquêtes poétiques du christianisme (...), Victor Hugo concluait: «Le point de départ de la religion est toujours le point de départ de la poésie (...)» (Bremond, Poés. pure, 1926, p.127).
1. Je suis convaincu que les oeuvres qui durent ne durent que par des malentendus, par toute la littérature dont la postérité les entoure, littérature où les intentions véritables des auteurs finissent par être noyées du tout et perdues de vue. Cela peut se faire déjà de leur vivant. Quelque temps ils luttent: préfaces, interviews, notes et éclaircissements... Puis, comme ils aiment créer, et que tout le temps donné à ces commentaires est perdu pour une création nouvelle, un moment vient où, de guerre lasse, ils laissent dire. Montherl., Notes théâtre, 1954, p.1072.
P. anal., MUS. Introduction musicale. La préface instrumentale du Vaisseau fantôme est une page symphonique admirable (Bruneau, Mus. hier et demain, 1906, p.131).
2. P. ext. Petit discours d'introduction, entrée en matière que l'on fait ou écrit à quelqu'un pour l'informer de ses intentions ou pour le disposer favorablement à l'égard d'une personne ou d'un événement. Synon. préambule.Point de préface, sans préface. Il fallut bien d'autres protestations encore pour décider Ludovic à parler, et quand enfin il en eut pris la résolution, il commença par une préface qui dura bien cinq minutes (Stendhal, Chartreuse, 1839, p.190):
2. −(...) Tu connais particulièrement, n'est-ce pas, le curé de Saint (...). −Je crois qu'il est supérieur des carmélites de la rue d'Enfer? −Oui, je pense. −Tu serais bien aimable de lui écrire deux mots de préface pour me recommander à sa bienveillance. Feuillet, Honn. d'artiste, 1890, p.116.
3. Au fig. [Appliqué à des domaines divers, concr. ou abst.] Préface à (pour, de).Prélude à quelque chose, ce qui précède, annonce logiquement un événement. Devant la sérénité de cette figure, où l'agonie n'offrait plus de traces, nul n'aurait pu croire aux longues souffrances qui avaient servi de préface à la mort (Murger, Scènes vie boh., 1851, p.216).Je descendais et faisais honneur au déjeuner toujours succulent, dont la préface était de tout petits melons (Jammes, Mém., 1922, p.152).V. baiser2ex. 10.
B. − LITURG. CATH. Partie initiale du canon de la messe (chantée ou récitée) qui sert de préambule à la consécration et qui varie avec les temps liturgiques ou les fêtes. Préface commune. Préface des jours ordinaires. Préface propre. Préface de certaines fêtes telles que Noël, l'Épiphanie, etc., ou lue à certaines occasions (funérailles, p.ex.). Avant la préface, quand le curé se tourna vers les fidèles, il ouvrit les bras terriblement, comme pour les gifler (Zola, Terre, 1887, p.507):
3. La Préface de la messe des morts nous avertit, dans les expressions mêmes de Saint Paul, que la vie pour nous sera changée et non pas enlevée. Donc si la vie demeure, quoique transformée, il est à croire que les fonctions qui l'entretiennent demeurent aussi, quoique transformées, au service du corps spirituel. Claudel, Poète regarde Croix, 1938, p.194.
Prononc. et Orth.: [pʀefas]. Ac. 1694, 1718: pre-; dep. 1740: pré-. Étymol. et Hist.1. Fin du xiies. prefaice «texte placé en tête d'un livre et qui sert à le présenter au lecteur» (Sermons St Grégoire sur Ezechiel, 1, 14 ds T.-L.); 2. ca 1250 preface liturg. cath. (Règle cistercienne, 438 ds T.-L.). Empr. au lat. class. praefatio «action de parler d'abord de, préambule, avant-propos», puis, comme terme relig., au lat. chrét. (v. Blaise, Lat. chrét.); dér. de praefari «dire avant, dire préalablement» de prae, v. pré- et fari- «parler, dire»). Fréq. abs. littér.: 1339. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1719, b) 2643; xxes.: a) 2176, b) 1051.
DÉR. 1.
Préfacer, verbe trans.a) Écrire un texte d'introduction à une oeuvre personnelle ou plus généralement à celle d'un auteur dont on veut recommander l'ouvrage. C'était le temps où le regretté Louis Delluc adressait des lettres en vers aux buveuses de lait du Pré-Catelan, tandis que Jules Lemaître, de l'Académie française, nationaliste des Champs-Élysées, préfaçait de petits bouquins charmants consacrés au Chat noir et illustrés par Gus Bofa (Fargue, Piéton Paris, 1939, p.167).Que nous apporte la nouvelle collection? Pour suivre l'ordre des temps, du Pétrarque d'abord. Une élégante traduction, préfacée par P. de Nolhac, du célèbre traité: Sur ma propre ignorance, et celle de beaucoup d'autres (L. Febvre, Gilson et la philos. du XIVes., [1946] ds Combats, 1953, p.278).b) Au fig. Annoncer, préfigurer. À moi, seulement, ce qui se trouve entre les deux, ce qui s'appelle pompeusement le destin. Mais ce destin lui-même, des Folcoche le préfacent, l'engagent, l'escroquent (H. Bazin, Vipère, 1948, p.275).[pʀefase], (il) préface [-fas]. 1reattest. 1608 prefasser «écrire une préface» (J. Fourier, Lettre du 25 mars ds OEuvres de Saint François de Sales, Annecy, t.13, 1904, p.413); de nouv. 1906 préfacer un livre (Pt Lar.); de préface, dés. -er. On note également l'anglicisme préfacer «préluder à un discours» (1784, Courier de l'Europe, gazette anglo-française, 9 avr., XV, p.231 ds Proschwitz Beaumarchais, p.285), cf. l'angl. to preface «id.» (1628 ds NED). Fréq. abs. littér.: 11.
2.
Préfacier, subst. masc.a) Auteur de préface(s). Les affinités électives que le préfacier de Goethe critique amèrement (Vigny, Journal poète, 1833, p.981).Le glorieux auteur des Fourchambault, qui n'est point préfacier de sa nature et s'était refusé à mettre à son théâtre le plus petit avant-propos, a voulu présenter lui-même son ami Labiche au lecteur (A. Daudet, Crit. dram., 1897p.258).b) P. anal. Présentateur. C'est probablement à ce genre d'analyse que faisait allusion le préfacier de cette exposition de tissus en nous annonçant que nous trouverions dans la contemplation de ces pièces (...) motifs d'agrément pour le toucher, le regard et même l'esprit (Lhote, Peint. d'abord, 1942, p.69). [pʀefasje]. 1resattest. Av. 1783 «auteur de préface» (Collé, Préface générale ds Corresp. inéd. de Collé [...] accompagnée de fragm. inéd. de ses oeuvres posth., publ. par H. Bonhomme, Paris, H. Plon, 1864, p.357), 1833 le préfacier de Goethe (Vigny, loc. cit.); de préface, suff. -ier*.

Wiktionnaire

Nom commun - français

préface \pʁe.fas\ féminin

  1. (Littérature) Avant-propos que l’on met en tête d’un livre pour donner quelques indications nécessaires au lecteur ou pour le prévenir favorablement.
    • En 1887, dans la préface à la troisième édition du Sublime, Denis Poulot, industriel expérimenté, ancien maire du XIe arrondissement et gambettiste, disait que les syndicats tueraient les grèves. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VI, La moralité de la violence, 1908, p.)
    • Il vient de publier un volume, l’Art du Théâtre. C'est un recueil de ses chroniques théâtrales avec une préface de Courteline. — (Anatole Claveau, Les snobs, dans Sermons laïques, Paris : Paul Ollendorff, 1898, 3e éd., p.38)
    • Mme Simone de Beauvoir présente ainsi dans sa préface les auteurs de cet ouvrage : les « auteuresses », comme dit l'une d'elles, pour bien signifier son engagement. — (Michel Mourlet, Crépuscule de la modernité : vingt-cinq ans de contre-subversion culturelle, Paris : G. Trédaniel, 1989, p. 77)
  2. Préambule ou petit discours que l’on fait avant d’entrer en matière.
    • Laissons là toutes ces préfaces.
    • Sans préface, point de préface, venons au fait.
  3. (Figuré) Ce qui précède, ce qui annonce.
    • Émeutes, troubles, révoltes partielles sont l’habituelle préface des révolutions.
  4. (Religion) Partie de la messe qui précède immédiatement le canon.
    • Chanter la préface.
    • Le prêtre en était à la préface.
    • La préface de Pâques.
    • La préface de Noël.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PRÉFACE (pré-fa-s') s. f.
  • 1Discours préliminaire mis à la tête d'un livre. Préface de la seconde partie : parler de ceux qui ont traité de cette matière [qu'il y a un réparateur], Pascal, Pens. XXII, 2, éd. HAVET. Un auteur à genoux, dans une humble préface, Au lecteur qu'il ennuie a beau demander grâce, Boileau, Sat. IX. Il [le P Sirmond] fut préféré par le pape à tous les savants d'Italie pour faire la préface de la collection des conciles, Voltaire, Louis XIV, Écriv. Sirmond. Vous comparez la préface de l'Encyclopédie à tout ce que vous avez fait de grand et de mémorable dans la paix, dans la guerre, dans la politique, dans le gouvernement, dans les lettres, D'Alembert, Lett. au roi de Prusse, 15 déc. 1780. Les préfaces sont une autre source d'abus ; c'est là que se déploie l'ostentation d'un auteur qui exagère quelquefois ridiculement le prix des sujets qu'il traite, Condillac, Art d'écr. IV, 2.
  • 2Préface d'honneur, mots d'honneur et de respect qu'on prononce avant de nommer quelqu'un ou quelque chose. On ne le doit jamais nommer [de Thou] sans une préface d'honneur, Mézeray, cité par PATIN, Moniteur univ. 20 sept. 1866.
  • 3 Familièrement. Paroles dites pour en venir à quelque explication. Damis : Point de préface ; Au fait. - Le poëte : Oh ! ce n'est pas pour vous demander grâce, Collin D'Harleville, Artistes, II, 8. Permettez que sans nulle préface J'aille d'abord au fait, Collin D'Harleville, M. de Crac, SC. 10.
  • 4Partie de la messe qui précède le canon. Chanter la préface.

REMARQUE

Préface est toujours féminin… Je l'ai ouï faire masculin à tant de gens qui font profession de bien parler, que j'ai cru être obligé d'en faire une remarque pour les désabuser, Vaugelas, Rem. p. 78 (in-4°, 1704)

HISTORIQUE

XVe s. Ainsi fine [finit] lors sa preface, Et fait son fil entendre et croire Que tout lui a dit chose voire [vraie], Deschamps, Miroir de mariage, p. 69.

XVIe s. C'est la preface de bien et deuement prier, Calvin, Instit. 704. Quand nostre Seigneur ordonne la circoncision à Abraham, il use de ceste preface qu'il veut estre son Dieu et le Dieu de sa semence, Calvin, ib. 1066. Quant à Cicero… sa façon d'escrire me semble ennuyeuse… car ses prefaces, definitions, partitions, etymologies consument la plus part de son ouvrage, Montaigne, II, 105. Suyvant la methode de ce livre mise au preface, Charron, Sagesse, I, 19, advertissement.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « préface »

Bas-lat. prephasia ; espagn. prefacio ; ital. prefazio ; mots corrompus du lat. praefationem, qui a donné en italien prefazione, et qui aurait donné en français prefaison ; de prae, avant, et fari, dire (voy. FABLE). L'altération de praefationem avait été ou prefacia, ou prefatium, d'où les masculins prefacio, prefazio, en espagnol et en italien, et en français un preface masculin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin praefatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « préface »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
préface prefas

Fréquence d'apparition du mot « préface » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « préface »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « préface »

  • Une préface ne doit être qu'un titre plus long.
    Jean-Paul Richter — Le Jubilé
  • Katz utilise une technique mixte mêlant poèmes et prose, peu conventionnelle comme le souligne Jean-Paul Sorg dans sa préface, surtout pour l‘époque – alors qu’aujourd’hui on peut la retrouver, par exemple, dans le « journal perpétuel » du poète Albert Strickler.
    Culture - Loisirs | [Vidéo] Nathan Katz : la joie de vivre ou la voie du salut
  • La routine, cette préface des révolutions !
    Emile de Girardin — Les Cinquante-deux
  • Tout ce que je sais du monde et de la littérature je l’ai appris dans les préfaces des livres de poche. 
    France Culture — Les préfaces
  • L’ancienne ministre de la santé, Agnès Buzyn, avait eu pourtant, en première lecture, la justesse de rappeler les mots de Hans Jonas, qui dans la préface du Principe responsabilité nous invitait à l’humilité en ces termes : « Le Prométhée définitivement déchaîné, auquel la science confère des forces jamais encore connues et l’économie son impulsion effrénée, réclame une éthique qui, par des entraves librement consenties, empêche le pouvoir de l’homme de devenir une malédiction pour lui.
    L'indécapant — Hérault - Emmanuelle Ménard : son intervention lors de la première séance : L'indécapant
  • Une préface pourrait être intitulée : paratonnerre.
    Georg Christoph Lichtenberg
  • Le Chaman et ses créatures, préface de Pierre Molinier, éditions William Blake and Co, 1995
    France Culture — Pierre Molinier (1900-1976), "à mon seul plaisir" - Ép. 5/5 - Photographes
  • Je tiens à dire en guise de préface que je ne suis en aucun cas un artiste ou un érudit en art. Je ne peux pas du tout dessiner. Je dessine à environ un niveau de cinquième année, et cela pourrait être généreux. Et quand il s’agit d’art, beaucoup de mes critiques se résumeront à «j’aime ça» ou «je n’aime pas ça». Et il est difficile d’expliquer pourquoi. C’est ce vieux stéréotype «Je ne connais pas l’art, mais je sais ce que j’aime», tu sais?
    JAPANFM — Nos artistes de bande dessinée préférés de tous les temps – JAPANFM
  • La préface de "Fragments ou petites leçons de la vie" est rédigée par Emmanuel Macron. Le chef de l'Etat rend hommage à "l'intelligence vagabonde et précise" de Jean-Claude Boulard qui fut l'un des premiers élus à le soutenir lors de la campagne de l'élection présidentielle de 2017. "Ces petites leçons de vie (...) m'éclairent comme m'éclaire l'exemple de celui qui fut un camarade de la première heure et un ami", écrit le président de la République qui avait assisté aux obsèques de Jean-Claude Boulard en la cathédrale du Mans. 
    France Bleu — Le livre posthume du maire du Mans, préfacé par Emmanuel Macron, sort ce lundi
  • Retrouvez l’intégralité de la préface de Villas Boas sur Marcelo Bielsa dans le livre : « OM – Bielsa, Enquête sur une relation passionnelle » à commander ici :
    OM - Olympique de Marseille par FootballClubdeMarseille.fr - mercato Info transfert OM — Ex-OM : Bielsa annoncé dans un énorme club !
Voir toutes les citations du mot « préface » →

Traductions du mot « préface »

Langue Traduction
Anglais preface
Espagnol prefacio
Italien prefazione
Allemand vorwort
Chinois 前言
Arabe مقدمة
Portugais prefácio
Russe предисловие
Japonais 序文
Basque hitzaurrean
Corse prefaci
Source : Google Translate API

Combien de points fait le mot préface au Scrabble ?

Nombre de points du mot préface au scrabble : 13 points

Préface

Retour au sommaire ➦