La langue française

Argot

Sommaire

  • Définitions du mot argot
  • Étymologie de « argot »
  • Phonétique de « argot »
  • Évolution historique de l’usage du mot « argot »
  • Citations contenant le mot « argot »
  • Traductions du mot « argot »
  • Synonymes de « argot »

Définitions du mot argot

Trésor de la Langue Française informatisé

ARGOT1, subst. masc.

A.− Autrefois. L'ensemble des gueux, bohémiens, mendiants professionnels, voleurs. Synon. Le Milieu, la pègre :
1. Puis c'était le royaume d'argot : c'est-à-dire tous les voleurs de France, échelonnés par ordre de dignité; ... Hugo, Notre-Dame de Paris,1832, p. 81.
2. Pour être reçu dans l'argot, il faut que tu prouves que tu es bon à quelque chose et pour cela que tu fouilles le mannequin. Hugo, Notre-Dame de Paris,1832, p. 107.
Rem. 1. Sens attesté ds DG, Lar. encyclop. et Quillet 1965 (partie ling.). 2. Se trouve essentiellement chez V. Hugo (cf. le royaume d'argot, syntagme fréq.).
B.− Langage de convention dont se servaient les gueux, les bohémiens, etc., c'est-à-dire langage particulier aux malfaiteurs (vagabonds, voleurs, assassins); aujourd'hui essentiellement, parler qu'emploient naturellement la pègre*, le Milieu*, les repris de justice, etc. Synon. langue verte :
3. ... je dois noter quelques mots d'argot français que nos voleurs ont empruntés aux bohémiens. Mérimée, Carmen,1847, p. 81.
4. ... l'argot est tout ensemble un phénomène littéraire et un résultat social. Qu'est-ce que l'argot proprement dit? L'argot est la langue de la misère. Ici on peut nous arrêter; on peut généraliser le fait, ce qui est quelquefois une manière de l'atténuer; on peut nous dire que tous les métiers, toutes les professions, on pourrait presque ajouter tous les accidents de la hiérarchie sociale et toutes les formes de l'intelligence, ont leur argot. Hugo, Les Misérables,t. 2, 1862, p. 189.
P. ext. Langue créée à partir de la langue commune par application d'un procédé mécanique :
5. ... La Crécy parlait le javanais, cet argot de Bréda où la syllabe va, jetée après chaque syllabe, hache, pour les profanes, le son et le sens des mots, idiome hiéroglyphique du monde-fille, qui lui permet de se parler à l'oreille − tout haut. E. et J. de Goncourt, Charles Demailly,1860, p. 183.
C.− P. ext. Langage ou vocabulaire particulier qui se crée à l'intérieur de groupes sociaux ou socio-professionnels déterminés, et par lequel l'individu affiche son appartenance au groupe et se distingue de la masse des sujets parlants. Argot parisien; argot d'école, de la bourse, du journalisme, etc. Synon. jargon :
6. ... toute communauté, pour s'affirmer, aime à restreindre son accès à ses seuls membres; fermée à ceux qui ne possèdent pas ses conventions, elle ne se livre qu'à ses initiés. Ainsi se créent les argots de groupe, les élisions du parler des lycéens ou des grandes écoles. Huyghe, Dialogue avec le visible,1955, p. 118.
P. anal. Tout signe de convention servant à correspondre secrètement (synon. chiffre), toute action ou manière de se comporter, convenue, particulière aux personnes d'une même catégorie et leur permettant de se comprendre :
7. Il n'y a pas un paysan dans nos campagnes qui ne dise que Bonaparte vit et qu'il reviendra. Tous ne le croient pas, mais le disent. C'est entre eux une espèce d'argot, de mot convenu pour narguer le gouvernement. Courier, Pamphlets pol.,Livret de Paul-Louis, Vigneron, 1823, p. 173.
8. − Que veux-tu? Que dois-je faire? dit Madame de San-Esteban dans l'argot convenu entre la tante et le neveu. Cet argot consistait à donner des terminaisons en ar ou en or, en al ou en i, de façon à défigurer les mots, soit français soit d'argot, en les agrandissant. C'était le chiffre diplomatique appliqué au langage. Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes,1847, p. 571.
SYNT. Parler (l', en) argot, dire en argot; mots, termes, expressions d'argot.
P. ext. Langue de spécialiste :
9. ... l'académicien classique parle argot. L'algèbre, la médecine, la botanique, ont leur argot. Hugo, Les Misérables,t. 2, 1862, p. 190.
DÉR.
Argotiser, verbe trans. a) Parler argot. b) Donner l'aspect de l'argot (à un mot) (cf. Rossignol, Dict. d'arg., arg.-fr. et fr.-arg., 1901);emploi pronom. S'argotiser. Devenir un mot d'argot (cf. Moreau-Christophe, Art. « Argot » du Dict. de la conversation, 1833, p. 60).(1845, Besch.; suff. -iser*).
Argotisme, subst. masc.a) Mot, expression qui appartiennent à l'argot. b) Manière de parler qui tient de l'argot (cf. Ch. Nodier ds Lar. 19eet Guérin 1892).(1838, cf. Ac. Compl. 1842; suff. -isme*).
PRONONC. − 1. Forme phon. : [aʀgo]. Pour la prononc. par [o] de la finale -ot ds le mot, cf. Fouché Prononc. 1959, p. 405. Passy 1914 donne également la possibilité d'une prononc. avec [ɔ] ouvert : -gɔ, (cf. abricot). 2. Homon. et homogr. : argot2, argo (mythol. gr.). Argotiser. Seule transcription ds Littré : ar-go-ti-sé; argotisme : [aʀgɔtism̥].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1628 « communauté des Gueux » (Jargon de l'argot réformé, chap. 1, titre ds Sain. Sources t. 1, p. 353 : Ordre ou hiérarchie de l'argot; Op. cit. ds Sain. Sources Arg. t. 1, p. 190 : Ha! vive l'Argot et tous les Gueux!); 2. a) 1701 (Fur. : Argot est aussi le nom que les Gueux donnent à la langue ou au jargon dont ils se servent, et qui n'est intelligible qu'à ceux de leur cabale); [la date de Fur. 1690 donnée par Sain. Sources t. 1, p. 353 pour ce sens est erronée]; b) xviiies. p. ext. « locutions particulières à une profession » (Voltaire ds Dict. hist. Ac. fr. : Les Jansénistes appellent leur union l'ordre. C'est leur argot, chaque communauté, chaque société a le sien). Orig. obscure. Parmi les hyp. proposées, les plus autorisées sont les suivantes : 1. Le rapprochement avec ergot (v. argot2) (Sain. Sources t. 1, p. 353 : l'argot serait la confrérie de la griffe, l'art du croc) se heurte à des difficultés d'ordre sémantique (l'ergot du du coq n'a pas l'aspect d'un crochet) et historique (l'argotier est un mendiant professionnel et non un voleur). 2. Dans le même ordre d'idées : le rapprochement avec harigoter « déchirer », dial. haricoter « chicaner, filouter », haricotier « marchand besogneux » (v. arcanderie) (EWFS2, Dauzat, Études de ling. fr., 1946, p. 306), acceptable du point de vue sémantique, fait difficulté du point de vue chronol., haricoter, haricotier n'étant pas attestés avant le xixes. 3. Au rattachement à argoter, ergoter* (Bl.-W.5, FEW t. 16, p. 157, note 7) s'oppose la chronol., l'accep. sociol. Il faut remarquer que le rattachement à l'a. prov. argaut « mauvais vêtement » (Lévy Prov.) proposé par Dauzat, Romania t. 43, p. 403, est repoussé par lui-même ds Études de ling. fr., loc. cit., le sens de « guenille » lui semblant postérieur au xviies. Enfin le rapprochement de argoter* et de arguer* « tirer l'or et l'argent à la filière, dite argue » (Esn., s.v. argoter : les mendiants sont des tire-sous) ne semble pas solidement fondé et fait en outre difficulté du point de vue chronol., argue* et arguer* (v. arguemine) étant postérieurs à argot et argoter. Les diverses hyp. antérieurement proposées et ne reposant sur aucune base solide ont été recensées par P. Guiraud, L'Étymologie, 1964, pp. 47-55.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 346. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 383, b) 1 238; xxes. : a) 289, b) 306.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Bastin 1970. − Bouillet 1859. − Bruant 1901. − Dagn. 1965. − Darm. 1877, p. 39. − Dauzat Ling. fr. 1946, p. 306. − DLF 17e. − Esn. 1966. − Esnault (G.). Enfance et jeunesse d'argot. Vie Lang. 1959, no92, pp. 580-582. − France 1907. − Gall. 1955, p. 229, 467. − Goug. Lang. pop. 1929, p. 17. − Guiraud (P.). L'Argot. Paris, 1958. − Guiraud (P.). L'Étymol. Paris, 1964, pp. 47-55. − Guiraud (P.). Pier, argot. Cah. Lexicol. 1968, t. 12, no1, p. 88. − Larch. Suppl. 1880. − Lar. Lang. fr. − La Rue 1954. − Le Breton Suppl. 1960. − Le Roux 1752. − Mar. Lex. 1933. − Mar. Lex. 1961 [1951]. − Mat. Louis-Philippe 1951, p. 105, 143, 178. − Mont. 1967. − Nigra (C.). Metatesi. Z. rom. Philol. 1904, t. 28, p. 6. − Rigaud (A.). La Vraie cour des Miracles. 3. Vie Lang. 1969, no203, pp. 95-97. − Sain. Lang. par. 1920, p. 43, 246. − Springh. 1962. − Timm. 1892. − Vachek 1960. − Yam.-Kell. 1970.

ARGOT2, subst. masc.

ARBORIC. Chicot, partie de bois mort au-dessus de l'œil d'une branche dans un arbre imparfaitement élagué. Retrancher les argots qui paraissent sur un arbre (Ac.1835-1932).Synon. ergot.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Ca 1170 zool. « apophyse cornée placée aux arrières du boulet chez les mammifères monodactyles » (B. de Ste Maure, Ducs Normandie, éd. F. Michel, 9540 ds T.-L. : En fu si junchee la place Qu'en sanc i sunt desqu'as argoz) − 1718 (Ac.); 2. 1690 jard. (Fur. : Argot... est le bois qui est au dessus de l'œil, et qui n'étant point recouvert par sa pousse, meurt et est inutile). Ancienne forme de ergot*.
BBG. − Forest. 1946. − Mots rares 1965. − Plais. 1969.

Wiktionnaire

Nom commun 1

argot \aʁ.ɡo\ masculin

  1. Langage de convention utilisé à l’origine par les voleurs, les malfaiteurs.
    • C'est un garçon fort agréable que Bernard. Soigné, rasé de près, le teint clair, il s'exprime dans une langue choisie et ne fait usage de l'argot qu'en d'exceptionnelles circonstances. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Et, tout à l'heure, quand il s'était adressé à la prostituée enceinte, il avait usé d'un terme dont la grossièreté
      Tirant son origine d'une langue moins noble et moins enveloppée que l’argot
      Me choquait encore secrètement.
      — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Après une vie exemplaire de vigilance et d’autorité, il paraît que le pauvre homme est tombé en enfance, qu’il se promène par les chemins de Claquebue en disant des vilains mots d’argot et en prêchant la fraternité. — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 231.)
    • Il convient de savoir qu'un « coq », dans l’argot d’avant guerre, signifiait un louis, car mon récit repose sur cette explication, […]. — (Francis Carco, Histoire sans titre, dans Pages choisies, Albin Michel, 1935, p.37)
    • Les jeunes Français parlent un mélange de français, de verlan, d’arabe, de tzigane, d’anglais, de vieil argot et d'expressions inventées. « J'ai le seum » tiré de l'arabe, veut dire « Je suis en colère ». — (Isabel Rivero Vila, L’interculturel à travers le multimédia dans l’enseignement du français langue étrangère, Ediciones Universidad de Salamanca, 2014, page 370)
    • Si l’on met à part les simples témoignages d’argotiers proprement dits ou de personnes les fréquentant professionnellement (policiers, magistrats), ce qui frappe c’est le caractère relativement tardif des études consacrées aux argots. — (Jacques Dargaud, Les argots, réunion du 22 janvier 2011, La Lettre de la DLF Champagne-Ardenne, Reims, lettre n° 84 de février 2011)
  2. (Par extension) Jargon ou sociolecte ; vocabulaire (et parfois autres traits de langage) utilisé au sein d'une profession ou bien d'un milieu ou classe sociale particulière.
    • L’argot des peintres, des écoliers.
    • L’argot des coulisses.
    • L’argot de la Bourse.
    • L’argot des cités.
  3. Langage populaire, non académique.
    • En argot français, si le hareng saur est appelé gendarme, c'est peut-être parce qu'on pense qu'un gendarme est raide comme un hareng saur. — (Pierre Avenas & Henriette Walter, La fabuleuse histoire du nom des poissons, Robert Laffont, 2011)
    • La cuisine était la préfecture de police dans l’argot des voleurs qui redoutaient sans doute de s'y retrouver pour être cuisinés. — (Philippe Normand, Langue de keufs sauce piquante, Cherche midi, 2014)

Nom commun 2

argot \aʁ.ɡo\ masculin

  1. (Jardinage) (Désuet) Bois qui est au-dessus de l'œil sur le rameau.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ARGOT. n. m.
Langage de convention dont se servent entre eux les malfaiteurs. L'argot des rôdeurs de barrière se renouvelle sans cesse. Le poète Villon nous a transmis des termes d'argot du XVe siècle. Il se dit, par extension, des Mots et tours particuliers qu'adoptent entre eux ceux qui exercent la même profession ou vivent dans un même milieu social. L'argot des peintres, des écoliers. L'argot des coulisses. L'argot de la Bourse.

Littré (1872-1877)

ARGOT (ar-go) s. m.
  • 1Langage particulier aux vagabonds, aux mendiants, aux voleurs, et intelligible pour eux seuls.
  • 2 Par extension, phraséologie particulière, plus ou moins technique, plus ou moins riche, plus ou moins pittoresque, dont se servent entre eux les gens exerçant le même art et la même profession. L'argot des coulisses.
  • 3 Par analogie. Il n'y a pas un paysan qui ne dise que Bonaparte vit et qu'il reviendra ; c'est entre eux une espèce d'argot, de mot convenu pour narguer le gouvernement, Courier, II, 268.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ARGOT, s. f. (Jardinage) se dit de l’extrémité d’une branche morte, qui étant désagréable à la vûe, demande à être coupée près de la tige. On en voit beaucoup dans les pépinieres sur les arbres greffés en écusson. (K)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « argot »

(Nom 1) (1628) Apparait avec le sens de « communauté des Gueux » ; (1701) « langue ou jargon dont ils se servent, et qui n'est intelligible qu'à ceux de leur cabale ». D’origine obscure. Plusieurs hypothèses concurrentes : de arguer, ou de ergoter, etc.
(Nom 2) Ancienne forme de ergot.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Origine fort obscure. La langue des voleurs a été appelée gergo en italien, et jargon en France. Argot, qui ne figure dans le Dictionnaire de l'Académie qu'à partir de 1740, paraît être né vers le commencement du XVIIe siècle. S'il avoit bien seu nostre argot, Vers du XVIIe siècle, cité par FR. MICHEL, Introduction, p. VI. Le jargon ou langage de l'argot reformé imprimé en 1634. Mais à propos d'argot, dit alors Limousin, Ne m'apprendrez-vous pas, vous qui parlez latin, D'où cette belle langue a pris son origine ? Grandval, Poëme de Cartouche, ch. X, p. 74. … je veux, en un mot, Employer comme il faut le plus sublime argot, ID. ib. Furetière le dérive d'argos, parce que la plus grande partie de ce langage est composée de mots tirés du grec. Le Duchat l'a tiré de Ragot, capitaine des Gueux, dans les Propos rustiques de Noël du Fail. D'autres ont dit que c'était une corruption de l'italien gergo. Dans ces difficultés, on pourrait proposer l'ancien français argu, querelle, arguer, quereller, argoter, argoteuz ; wallon, ârgoté, rusé, malin : mots qui se rattachent sans doute au latin argutari, disputer, lequel vient d'arguere (voy. ARGUER). Arguche, qui s'est dit aussi pour argot, ressemble beaucoup à arguce, ancienne forme d'argutie (voy. ce mot).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « argot »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
argot argo

Évolution historique de l’usage du mot « argot »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « argot »

  • Irez-vous au bout de ce test sur ces mots d’argot d’autrefois? Le Figaro vous propose de le découvrir. Le Figaro.fr, Si vous connaissez ces mots d’argot d’autrefois, vous êtes un amoureux du français
  • La connaissance d'argot est sans aucun doute bien importanr. Mais quant à moi, j'ai assez de difficultés dans le domaine du français standard. Pour ce dernier je tiens la langue des romans historiques de Dumas père. N'en plaise aux puristes du français qui tiennent la langue de Molière pour le français standard. Le Figaro.fr, Connaissez-vous ces mots d’argot qui, avec le temps, ont disparu?
  • Amanda Seyfried s'est fait tatouer “vagin” en argot anglais sur le pied. Pas facile d'être toujours au top de l'élégance quand on est une actrice. GQ France, Les 10 pires tatouages des célébrités | GQ France
  • On s’en souvient en noir et blanc. À travers les photos de Doisneau, le cinéma de Georges Lautner et une levée de coude entre Blier et Ventura. Oui, on se rappelle l’argot des bistrots dans l’art et les salles noires. C’était une époque où les estaminets fumaient encore et les bars pouvaient s’appeler «assommoir». Littéralement «la boutique où l’on vend des liqueurs vitriolées», ainsi qu’on peut le lire dans L’argot du bistrot (La Table ronde), de Robert Giraud. Le Figaro.fr, Dix mots d’argot que seuls les habitués des bars comprendront
  • En argot, lire se dit ligoter. En langage figuré un gros livre est un pavé. Relâchez ces liens-là, le pavé devient un nuage.
  • Le saxophone parle la langue des bas-fonds, l’argot blasé et mélancolique du demi-jour – sale et sexy et suant et dur. C’est la langue des orphelins, des bâtards et des putains. De Eleanor Catton / La répétition
  • L'argot c'est le verbe devenu forçat. Victor Hugo, Les Misérables
  • Tout argot est métaphore, et toute métaphore est poésie. Gilbert Keith Chesterton, The Defendant, A Defence of Slang
  • L'argot, c'est le latin des affranchis. De Henri Jeanson / La Flèche
  • L'argot, c'est la langue des ténébreux. De Victor Hugo / Les Misérables
  • Un livre tout entier d’argot est plus ennuyeux qu’un rapport de la Cour des comptes. De Louis-Ferdinand Céline
  • L’argot est un langage qui tombe la veste et crache dans ses mains, mais fait le boulot. De Roger Ferdinand
  • La cuisine fait intimement partie de la langue française. En argot, les références culinaires sont légion. Saviez-vous que la «boîte à chocolat» désigne dans ce jargon «le cercueil couvert d’une toile brune»? qu’un «artichaut» qualifiait le «portefeuille»? ou bien encore que le «plat d’épinards» pouvait caractériser une «bouse de vache rencontrée en plein champ»? Le Figaro.fr, Aurez-vous un sans-faute à ce test savoureux sur les mots d’argot?
  • QUIZ - Que signifiait le mot «coquelicot» en argot? Que désignait un «cotillon»? Le Figaro vous propose de le découvrir en un court test. Le Figaro.fr, Connaissez-vous l’ancien sens de ces mots courants de la langue française?
  • Commençons par un argot classique : askip. Ces quelques lettres sont le diminutif et la compression de l’expression « À ce qu’il paraît ». En France, la première mention sur Twitter que nous ayons retrouvée remonte à septembre 2010. Très utilisé en langage SMS et sur les réseaux sociaux, l’abréviation connaît un succès important au moment de la sortie de l’album du rappeur Black M en 2016 (comme vous pouvez le voir sur le graphique ci-dessous). Il s’agit également du nom d’une application mobile sur laquelle vous pouvez poser des questions à un·e ami·e ou un·e inconnu·e tout en restant anonyme. NEON, Askip, afk, toz, bae, hass, gadjo... 6 mots d'argot décryptés pour survivre en ligne - NEON
  • QUIZ - «Micketterie», «chocolat de déménageur»... L’argot verdoie dans la langue française. Maîtrisez-vous son langage? Le Figaro.fr, Seul un amoureux de l’argot aura un 10/10 à ce test
  • C'est bien connu, les policiers sont aussi surnommés "les poulets", en argot. Mais d'où vient cette expression ? Pour comprendre son origine,  il y a trois possibilités, à vous de trouver celle qui est juste :  RTL.fr, Pourquoi appelle-t-on les policiers "les poulets, en argot ?

Traductions du mot « argot »

Langue Traduction
Anglais slang
Espagnol jerga
Italien gergo
Allemand slang
Chinois 俚语
Arabe عامية
Portugais calão
Russe сленг
Japonais スラング
Basque slang
Corse jang
Source : Google Translate API

Synonymes de « argot »

Source : synonymes de argot sur lebonsynonyme.fr
Partager