La langue française

Bigorne

Sommaire

  • Définitions du mot bigorne
  • Étymologie de « bigorne »
  • Phonétique de « bigorne »
  • Évolution historique de l’usage du mot « bigorne »
  • Citations contenant le mot « bigorne »
  • Traductions du mot « bigorne »
  • Synonymes de « bigorne »

Définitions du mot bigorne

Trésor de la Langue Française informatisé

BIGORNE1, subst. fém.

A.− Objet à deux pointes, à deux bouts.
1. TECHNOL. Enclume très allongée à deux cornes ou saillies latérales. L'outil principal en dehors du marteau et de la forge, c'est l'enclume à deux pointes appelée bigorne (F. Fillon, Le Serrurier,1942, p. 13).
P. méton. Le travail sur la bigorne :
1. Allons, tisonnier, lève la main de derrière, hardi la bigorne, (...) scène de soudage par forgerons. D. Poulot, Le Sublime ou le Travailleur comme il est en 1870 et ce qu'il peut être,1872, p. 171.
P. ell., emploi subst. apposé. Poinçon bigorne. Poinçon obtenu par la bigorne :
2. ... l'objet d'orfèvrerie à marquer est placé sur une enclume, ou bigorne, (...) le coup de poinçon, frappé au marteau, fournit ainsi deux empreintes bien différentes, d'une part le poinçon légal, normalement insculpé sur une partie visible dudit objet, et d'autre part le poinçon bigorne, ... S. Grandjean, L'Orfèvr. du XIXes. en Europe,1962, p. 33.
2. MAR. Ciseau utilisé pour couper les clous qui gênent le travail du calfatage. PEAUSS. ,,Masse de bois avec laquelle les corroyeurs foulent les peaux mouillées`` (Bouillet 1859).
B.− P. méton., arg.
1. [P. réf. à la coiffure à deux cornes (cf. bicorne*)] Police, infanterie.
2. [P. allus. aux coups répétés frappés sur l'enclume] Bataille. Aller à la bigorne. Monter en ligne, aller à l'attaque.
P. ext. Bagarre (cf. Queneau, Pierrot mon ami, 1942, p. 118).Sauver qqn de la bigorne.
PRONONC. ET ORTH. : [bigɔ ʀn]. Ac. Compl. 1842 et Besch. 1845 admettent une var. bigorgne.
ÉTYMOL. ET HIST. − I.− 1386 bigorgne « bâton ferré par un bout » (A.N. JJ 129, pièce 186 [Du Cange, s.v. Biscorna] dans Gdf. Compl.); 1389 « sorte d'enclume dont chaque extrémité est en pointe » (Arch. admin. de Reims, III, 742, ibid.); 1808 (Boiste : Bigorne... banc de corroyeur); 1831 mar. (Will. : Bigorne. Espèce de coin de fer dont se servent les calfats pour couper les clous qui se trouvent dans les joints). II.− 1. 1901 (Bruant, p. 363 : Police. Bigorne); 2. 1901 (Id., p. 265 : Infanterie [...] Bigorne [...]). III.− 1917 [1916?] « bataille » (cité par G. Esnault 1936 dans IGLF Techn. : Au 109eInf. aller à la bigorne se dit dès 1917 [sinon 1916?]; c'est, pour parler d'une attaque, aller se faire amocher, ou bigorner); d'où 1942 « bagarre », supra B 2. I empr. au lat. bicornis « qui a deux cornes », début Iers. (Ovide, Met., 15, 304 dans TLL s.v., 1972, 19) prob. par l'intermédiaire de l'a. prov. bigorna, 1403, au sens d'« enclume » dans Pansier, p. 24; cf. prov. mod. bigorno (Mistral). II dér. régr. de bigorneau* étymol. I 1 et 2 ou emploi iron. du dialectal bigorgne « animal à deux cornes ». III emploi méton. de I (au sens d'« enclume ») avec la valeur de « lieu où l'on frappe » ou bien déverbal de bigorner* étymol. 2.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 7.

BIGORNE2, subst. masc.

Langue argotique, jargon. (Attesté dans Rob.).
P. ext. :
Si nous pouvions avoir un compagnon jaspinant le bigorne hollandais, ce serait excellent. Hugo, Correspondance,1867, p. 58.
Emploi adj. Argotique. Sonnet bigorne (J. Richepin, La Chanson des gueux,1876, p. 56, 58).
PRONONC. : [bigɔ ʀn].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1628 « argot » rouscailler bigorne (Le Jargon de l'argot réformé dans Sain. Sources arg. t. 1, p. 221). De même orig. que bigorne1* étymol. I; à rapprocher du lyonn. bigornu « contrefait, boiteux, tortu » (Du Puitsp.) et du m. fr. bicornu, biscornu (xvies., v. ce mot) « qui a une forme irrégulière », le jargon étant une déformation de la lang. courante; dès le xvies., le dér. bigornier « qui appartient au royaume d'argot, qui entend l'argot » (Hug.).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. − Darm. Vie 1932, p. 56. − Dauzat Ling. fr. 1946, p. 287. − Mat. Louis-Philippe 1951, p. 178. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 33.

Wiktionnaire

Nom commun

bigorne \bi.ɡɔʁn\ féminin

  1. (Métallurgie) (Désuet) Enclume de forgeron dont les deux extrémités sont pointues comme deux cornes et qui permettait de cintrer ou de percer les grosses pièces à forger.
    • Pour les forgerons, il existe la bigorne ronde à pointes coniques et la bigorne carrée dont les extrémités sont en forme de demi pyramides permettant de réaliser des trous carrés.
  2. (Bijouterie) Enclume en usage chez les orfèvres qui varie de forme suivant sa destination.
  3. (Par extension) Cette corne elle-même. [1]
  4. (Vieilli) Banc de corroyeur [1].
  5. (Marine) (Vieilli) Ciseau qui servait aux calfats à couper les clous qui, traversant les bordages, pouvaient gêner le calfatage.
  6. Masse en bois utilisée pour le foulage des peaux mouillées.

Forme de verbe

bigorne \bi.ɡɔʁn\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe bigorner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe bigorner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe bigorner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe bigorner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe bigorner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BIGORNE. n. f.
Espèce d'enclume à deux cornes ou saillies latérales, en usage surtout chez les orfèvres, et qui varie de forme suivant sa destination. Bigorne droite, ronde, demi-ronde, etc. Il se dit aussi d'un Ciseau qui sert aux calfats à couper les clous qui, traversant les bordages, s'opposeraient au calfatage.

Littré (1872-1877)

BIGORNE (bi-gor-n') s. f.
  • Sorte d'enclume dont chaque extrémité est en pointe, et qui sert à tourner en rond ou arrondir les grosses pièces.

    Terme de marine. Coin de fer pour couper les clous qu'on trouve dans les joints quand on calfate.

    Terme de métier. Masse en bois qui sert au corroyeur à fouler les peaux mouillées.

HISTORIQUE

XIVe s. Le dit François fery l'exposant d'un baston ferré gros au bout, que on appelle bigorgne, Du Cange, biscorna.

XVIe s. Le chasteau semble tonner, Tandis qu'on tourne et retourne Le harnois sur la bigourne, Pour le buste façonner, Amadis Jamyn, Poésies, p. 58.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BIGORNE, s. f. (dans les Arts méchaniques en métaux, comme fer, cuivre, argent, or, acier, &c.) c’est tantôt la partie d’une enclume, tantôt une enclume dont le corps est long & menu ; à sa partie supérieure sont deux branches qui font une espece de T avec le corps ; une de ces branches ou bras est en cone, & l’autre en pyramide. Son pié dont la partie supérieure est en embase, se termine en pointe & se fiche dans un billot sur lequel la bigorne est posée. Le milieu d’entre les branches forme une table quarrée, qui fait la fonction d’enclume. Il y a des bigornes de différentes grosseurs. Les grosses servent à tourner & contourner à chaud les grosses pieces de fer, qui ne peuvent recevoir la forme circulaire sur la bigorne de l’enclume ; parce que le corps de l’enclume qui lui sert de base est trop gros. Les petites bigornes qui se posent sur les établis servent à tourner & contourner à froid les pieces petites. Voyez nos Pl. d’Orfévre, de Coutelier, de Serrurier, de Taillandier, & vous y trouverez & des enclumes à bigornes, & des bigornes séparées en cent endroits.

Bigorne de Charron : cette bigorne n’a rien de particulier ; elle est placée sur un billot de bois, & sert aux charrons pour former les têtes des vis, quand ces têtes sont percées, & d’autres ouvrages de la même nature.

Bigorne à chantepure, outil de Ferblantier ; c’est une bigorne qui n’a qu’une gouge longue d’environ quatorze ou quinze pouces, grosse à la base d’un bon pouce, & finissant en pointe ; cette bigorne sert aux Ferblantiers pour arrondir & former en cone la queue d’une chantepure : Voyez la fig. 7. Pl. du Ferblantier.

Bigorne grosse, autre outil de Ferblantier. Cette bigorne n’a qu’une gouge : mais cette gouge est ainsi que la précédente, grosse de six pouces, longue de deux piés, & sert aux Ferblantiers pour forger en cone les marmites & les grosses caffetieres. Voyez Pl. du Ferblantier, fig. 9.

Bigorne, autre outil de Ferblantier ; c’est un morceau de fer monté par le milieu sur un pivot aussi de fer, de façon que la bigorne forme deux bras, dont l’un est rond, & l’autre est à vive quarte, c’est à-dire plat. Les Ferblantiers s’en servent à différens usages de leur métier : au milieu de cette bigorne est aussi percé un trou qui sert pour river ; & il y a vers la partie quarrée plusieurs entailles un peu creuses faites dans le large de la bigorne, du côté plat ou à vive quarre, qui servent pour plier les bords d’une piece de fer-blanc. Voyez les fig. 5. 6. & 7. Pl. du Ferblantier, qui représentent trois sortes de bigornes.

La bigorne des Fourbisseurs est aussi une enclume à deux longs bras, finissant en pointe, & servant à tourner en rond les grosses pieces.

Bigorne, Pl. XII. de l’Horlogerie, espece d’enclume, dont les Horlogers, les Orfevres & d’autres artistes se servent. La partie C de cet outil se met dans l’étau, & les cornes AB servent à forger des viroles ou des pieces courbées.

Bigorne à nœuds (en terme d’Orfevrerie) sont des Bigornes sur lesquelles on restraint les nœuds d’une piece, voyez Nœuds ; ses deux bras se terminent par un bouton recourbé en haut, sur lequel s’appuie la partie de la piece où l’on veut former le nœud.

Bigorne à pot à l’eau & autres vaisseaux de la même espece, c’est parmi les Orfevres en grosserie, une bigorne dont une des extrémités est un peu arrondie sur le dessus seulement, & forme un petit coude pour s’insinuer plus aisément dans le vaisseau pendant qu’on en retraint le ventre. L’autre extrémité est recourbée environ d’un pouce ; c’est sur celle-ci qu’on place les bouges qui sont trop petites pour être planées au marteau.

Bigorne à tourner (en terme d’Orfevre en grosserie) c’est une bigorne, dont l’extrémité de la même grosseur que le milieu, est arrondie à sa surface sur laquelle on courbe les dents des fourchettes, & autres ouvrages dont la concavité doit être uniforme. Il y a une infinité d’autres bigornes, & dont les noms varient selon les usages qu’on en fait : mais ce sont presque toutes des cones de fer ou d’acier, dont la base & la hauteur sont entr’eux dans une proportion déterminée par la nature de l’ouvrage qu’on doit travailler sur elles.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « bigorne »

Du latin bicornis (« bicorne, enclume à deux cornes »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bi pour bis, deux, et corne.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « bigorne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bigorne bigɔrn

Évolution historique de l’usage du mot « bigorne »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bigorne »

  • Puis, naturellement, il se mit à aider à la forge. Quand le forgeron mourut, il avait 14 ans. La nourrice vendit la forge et partit s’installer chez sa sœur. Alors Nicolas prit la route et marcha jusqu’à Aiguillon où il trouva une place chez un taillandier, en faisant valoir son expérience de la forge. En bordure de Garonne, entre les voyageurs, les bateliers et les paysans, le travail ne manquait pas. Les paysans n’avaient pas les moyens de changer souvent leurs outils, on faisait du neuf avec du vieux. Nicolas affutait les charrues ou les haches, ressoudait une bêche abîmée, meulait une pelle ou une pioche. Il fabriquait parfois un nouvel outil ou une pièce spécifique, sur commande. L’enclume, posée sur sa grosse bille de bois, fut longtemps sa seule amie. Sur la table, au centre, il martelait le métal rougi. Sur la bigorne ronde il le tordait, pour fabriquer des fers par exemple, sur la bigorne carrée, il préparait les pièces qui nécessitaient des angles. C’était toute sa vie. ladepeche.fr, La saga des Gascons : Nicolas, le fer et Jean - ladepeche.fr

Traductions du mot « bigorne »

Langue Traduction
Anglais bigorne
Source : Google Translate API

Synonymes de « bigorne »

Source : synonymes de bigorne sur lebonsynonyme.fr
Partager