Applique : définition de applique


Applique : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

APPLIQUE, subst. fém.

A.− Appareil d'éclairage à une ou plusieurs sources lumineuses fixé sur une paroi verticale :
1. L'Orangerie, transformée en salle de théâtre, offrait le plus charmant coup d'œil. Des bouquets de bougies, fixées aux murailles par des bras ou des appliques, y répandaient une clarté douce, favorable aux parures des femmes, sans nuire à l'effet de la scène. T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 108.
2. ... Edmond a eu la gentillesse de lui installer une de ces lampes à essence, d'un type nouveau, reliées par un col de cygne à un petit réservoir, et qui, une fois accrochées au mur, simulent tout à fait une lampe à gaz, ou même une applique électrique, pour peu que l'imagination s'y prête. Romains, Les Hommes de bonne volonté,Le 6 octobre, 1932, p. 60.
SYNT. Lampes d'applique (E. Bourges, Le Crépuscule des dieux, 1884, p. 299); lampes-appliques (L.-P. Fargue, Le Piéton de Paris, 1939, p. 51).
B.− TECHNOL. et B.-A. ,,Toute matière précieuse ou d'un aspect décoratif, fixée, par superposition ou incrustation, sur de la pierre, du moellon, de la brique, du bois, etc.`` (Chabat 1881). Synon. application (cf. ce mot sens I) :
3. Ces pans, cette tenture riche, étaient faits d'un dessous de soie rose recouvert d'une mousseline très claire, plissée à grands plis de distance en distance; une applique de guipure séparait les plis, et des baguettes d'argent guillochées descendaient de la couronne, filaient le long de la tenture, aux deux bords de chaque applique. Zola, La Curée,1872, p. 479.
4. Cependant un certain nombre de motifs empruntés à l'époque Louis XVI ont subsisté. C'est le cas de la palmette. (...) Le Directoire en fait un très large usage; elle se rencontre en bandeau, en frise, en applique; fréquemment elle fait office de chapiteau. Le losange, comme la palmette, a déjà été utilisé à l'époque précédente. J. Viaux, Le Meuble en France,1962, p. 122.
P. ext., rare. Ce qui est appliqué contre quelque chose :
5. ... et en moins d'une heure cette clôture se dressa contre la marée, et la ruelle de l'écueil fut fermée comme par une porte. Cette puissante applique, lourde masse de poutres et de planches, qui, à plat eût été un radeau, et, debout, était un mur, avait, le flot aidant, été maniée par Gilliatt avec une dextérité de saltimbanque. Hugo, Les Travailleurs de la mer,1866, p. 308.
6. Les cheveux noirs de la jeune fille se tordaient sur chaque oreille en une dure applique, puis couvraient le front jusqu'aux sourcils, tournaient tout autour de la tête en l'étreignant. Montherlant, Le Songe,1922, p. 17.
PRONONC. : [aplik].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1452 aplicque « action d'appliquer » (Mystère de la passion, fo250b, impr. Inst. ds Gdf. : De ces bons oignemens mistiques D'aloes et mirre confis Humblement ferons nos aplicques sur le corps du sainct crucifix); 1363 technol. esmail d'oplique (Inventaire du duc de Normandie ds H. Havard, Dict. de l'ameublement, t. 3, s.v. oplique : Une longue coupe d'or, semée d'esmaux d'opliques et à saphirs et à grenaz); 1532 (Compt. de la gr. command. de S-Den., A.N.LL. ds Gdf. Compl. : Un esmail d'aplicque); 1680 (Rich. : Aplique [...] Terme de metteur en œuvre. Ornement de pierres prétieuses qui s'applique pour en embélir d'autres); 1690 (Fur. : En Orfevrerie on appelle, Piece d'applique, tout ce qui s'assemble, soit par charnieres, coulisses, goupilles, vis, écrouës, agraffes, cliquets, crampons, boucles, clous ou riveures); 1866 spéc. (Lar. 19e: Lanterne à un seul bec, propre à éclairer, dans les grands hôtels, le vestibule, les corridors, les escaliers, etc., et qui est fixée ordinairement contre le mur). Déverbal de appliquer*.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 57.
BBG. − Barb.-Cad. 1963. − Chabat 1881. − Dam.-Pich. Gloss 1949. − Éd. 1913. − Encyclop. méthod. Mécan. t. 2 1783. − Jossier 1881. − Lar. mén. 1926. − Siz. 1968. − Soé-Dup. 1906.

Applique : définition du Wiktionnaire

Nom commun

applique \a.plik\ féminin

  1. (Art) Tout ce qui est appliqué, fixé sur un objet pour le décorer.
    • Pièces d’applique.
    • L’or, l’argent et autres métaux laminés sont mis en applique sur les meubles, sur les moulures d’une corniche, etc.
  2. (En particulier) (Bricolage) Luminaire appliqué au mur.
    • Le palier est long et étroit, le mur est tendu d’une imitation de tapisserie à ramages vert sombre où brille le cuivre d’une applique à gaz. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • […], puis se dirige à la lueur des appliques de la salle de bains jusqu'au semainier où elle range ses bijoux. — (Didier van Cauwelaert, La vie interdite, Albin Michel, p. 171).

Forme de verbe

applique \a.plik\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de appliquer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de appliquer.
    • On était enclin déjà, je pense, à juger la qualité et la compétence d’un médecin par le prix qu’il fait payer : plus il prend cher, et plus il doit être savant. Ce critérium s’applique encore davantage aux médicastres, aux voyantes et aux charlatans. — (Revue de Saintonge et d’Aunis, 1908, volume 28, page 90)
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de appliquer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de appliquer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de appliquer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Applique : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

APPLIQUE. n. f.
T. d'Arts. Tout ce qui est appliqué, fixé sur un objet pour le décorer. Pièces d'applique. L'or, l'argent et autres métaux laminés sont mis en applique sur les meubles, sur les moulures d'une corniche, etc.

Applique : définition du Littré (1872-1877)

APPLIQUE (a-pli-k') s. f.
  • Terme d'art. Accessoire qu'on ajoute à une pièce pour l'orner ou la rendre solide.

    En orfévrerie, pièce d'applique, toute pièce qui s'assemble ou qui s'enchâsse avec une autre.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

APPLIQUE. Ajoutez :

2Autrefois, jours d'applique, appareils d'illumination. Ces belles nuits sans ombre avec leurs jours d'applique, Corneille, Lexique, éd. Marty-Laveaux.
3Plaque de métal qu'on accroche au mur et qui porte des flambeaux ; on dit aussi : bras. Ce commencement d'incendie, causé par une applique placée trop près d'un rideau de fond et dont un courant d'air agitait la flamme, a été éteint en moins d'une heure, Gaz. des Trib. 2-3 nov. 1876, p. 1069, 3e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « applique »

Étymologie de applique - Wiktionnaire

De appliquer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « applique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
applique aplik play_arrow

Citations contenant le mot « applique »

  • La distinction entre le vrai et le faux s’applique aux idées, non aux sentiments. Un sentiment peut être superficiel, il ne sera jamais menteur. De Arthur Koestler / La Corde raide
  • La loi de l'inertie s'applique à l'imagination : nous ne pouvons pas croire que demain différera d'aujourd'hui. De Arthur Koestler
  • N'applique pas à la vérité l'oeil seul, mais tout cela sans réserve qui est toi-même. De Paul Claudel / Connaissance de l'Est
  • Celui qui épargne la verge hait son fils ; mais celui qui l'aime s'applique à le corriger. De La Bible / Livre des proverbes
  • Déterminé à vivre en parfait honnête homme, je m'applique à tourner la loi, partant à éviter ses griffes. De Georges Courteline / L’article 330
  • A quoi que ce soit que l'homme s'applique, la nature l'y destinait. De Denis Diderot / Le neveu de Rameau
  • Quand on applique la sévérité où il ne faut pas, on ne sait plus l'appliquer où il faut. De Joseph Joubert / Pensées
  • L’Anglais est un praticien qui n’a pas de théories ; l’Allemand, un théoricien qui applique ses théories ; le Français, un théoricien qui ne les applique pas : c’est ce qu’on appelle chez nous avoir du bon sens. De Auguste Detoeuf
  • Le droit suppose, pour son élaboration, la connaissance des techniques sur lesquelles il s’applique. De Elisabeth Guigou / Colloque “Internet et le droit” - Septembre 2000
  • Le hasard est une loi que tout le monde applique sans le savoir. De Jean Tétreau / Volupté de l'amour et de la mort
  • Celui qui s'applique à la vengeance garde fraîches ses blessures. De Francis Bacon / Essais
  • La médiocrité obtient plus en s’appliquant que la supériorité qui ne s’applique pas. De Baltasar Gracian y Morales / Oraculo Manual
  • La peur n'applique jamais un remède à propos. De Cardinal de Retz / Mémoires
  • Quand l’homme s’applique, même les pierres flambent. De Daniel Pennac / Monsieur Malaussène

Traductions du mot « applique »

Langue Traduction
Corse appiicatu
Basque aplikatuta
Japonais 適用
Russe применяется
Portugais aplicado
Arabe مطبق
Chinois 已应用
Allemand angewendet
Italien applicato
Espagnol aplicado
Anglais applied
Source : Google Translate API

Synonymes de « applique »

Source : synonymes de applique sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « applique »



mots du mois

Mots similaires