Anneau : définition de anneau


Anneau : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ANNEAU, subst. masc.

A.− Objet en forme de courbe fermée plus ou moins régulière, généralement en matière dure, servant à attacher, retenir ou enserrer :
1. Au vieil anneau d'amarrage de la Durande était attachée une barque portant un peu à l'arrière un bloc massif d'où sortait la cheminée droite devant la fenêtre des Bravées. Hugo, Les Travailleurs de la mer,1866, p. 407.
2. Les deux femmes coururent vers le bureau. De l'autre côté, à moitié enveloppé par le rideau de la fenêtre qu'il avait arraché de ses anneaux en cherchant à se retenir, Paleyzieux était étendu et gémissait. Daniel-Rops, Mort, où est ta victoire?1934, p. 464.
1. Évidement de forme annulaire pratiqué à l'extrémité de certains objets pour en permettre la manipulation. Anneau d'une clé (Alain-Fournier, Le Grand Meaulnes, 1913, p. 41); anneaux d'une paire de ciseaux (Barbusse, Le Feu,1916, p. 291)
2. Bijou de forme annulaire :
3. Tes coffres de pâte émaillée et de bois de sycomore contiennent des colliers, des pectoraux, des gorgerins, des anneaux pour les jambes, des bagues aux chatons finement travaillés; ... T. Gautier, Le Roman de la momie,1858, p. 202.
4. ... il y avait Josef Van Oostland, un pêcheur de l'île de Walcheren, qui servait à l'occasion de marin à Van Bergen. C'était un grand homme grisonnant, les cheveux abondants, longs et raides sous une petite casquette, des anneaux d'or aux oreilles, une paisible expression d'assurance et d'audace sur les traits. Van der Meersch, L'Empreinte du dieu,1936, p. 130.
En partic. :
a) Bijou qui se porte au doigt en signe d'alliance durable, avec une personne, une communauté notamment religieuse. Synon. bague, alliance :
5. D'ailleurs, elle [Emma] devenait bien sentimentale (...) et elle demandait à présent une bague, un véritable anneau de mariage, en signe d'alliance éternelle. Flaubert, Madame Bovary,t. 2, 1857, p. 6.
6. ... je songe à l'anneau pastoral de Mgr Hoyeck qui a glissé sur le flot et que nos marins aussitôt ont remplacé au doigt de Sa Béatitude. Barrès, Mes cahiers,t. 11, 1914-18, p. 22.
b) Anneau sigillaire. Anneau de métal portant des signes dont l'empreinte équivaut à un sceau :
7. Les soldats fouillèrent les cercueils, arrachèrent les suaires, volèrent à des squelettes, majestés endormies, leurs sceptres d'or, leurs couronnes de pierreries, leurs anneaux qui avaient scellé la paix et la guerre, leurs bannières d'investiture, ... V. Hugo, Le Rhin,1842, p. 305.
Anneau du pêcheur. Anneau papal (A. France, Pierre Nozière,1899, p. 303).
3. P. ext. Ce qui a la forme d'un anneau ou d'une boucle fermée. Barbe frisée en anneaux (Flaubert, Trois contes, Hérodias, 1877, p. 166); (cf. anneler*) :
8. Ce sont des bandages, des seringues à injections, un tas d'objets louches et énigmatiques, parmi lesquels figurent des anneaux de Vénus, ces rondelles de caoutchouc dentelées, au moyen desquelles le peintre Bouchon me disait qu'on procurait à la femme des jouissances cataleptiques. E. et J. de Goncourt, Journal,1893, p. 412.
9. Je suis dans la musique. Dans les glaces roulent des globes de feu; des anneaux de fumée les encerclent et tournent, voilant et dévoilant le dur sourire de la lumière. Sartre, La Nausée,1938, p. 39.
10. Tout me parut pâteux et écaillé à la fois, comme certains gros serpents que j'ai vus dérouler leurs anneaux au zoo de Berlin. Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception,1945, p. 392.
B.− Emplois techn.
1. ANAT. Ouverture circulaire ou ovale que présentent certains muscles et qui donne passage à des vaisseaux ou à des nerfs :
11. ... la peau reste humide et souple parce que de petites glandes sécrètent à sa surface de l'eau et de la graisse. Au niveau du nez, de la bouche, de l'anus, de l'urètre, et du vagin, elle se continue avec les muqueuses, membranes qui couvrent la surface interne du corps. Mais ces orifices, à l'exception du nez, sont fermés par des anneaux musculaires. A. Carrel, L'Homme, cet inconnu,1935, p. 76.
2. ARBORIC. Greffe en anneau :
12. Greffe en anneau. Pour cette greffe, on enlève au rameau de l'espèce à multiplier un anneau d'écorce muni d'un ou de plusieurs yeux; un anneau semblable est de même enlevé sur le sujet et remplacé par le premier; on rapproche les parties, afin qu'elles se joignent le mieux possible; puis on ligature comme pour la greffe en écusson. É.-A. Carrière, Pépinières,1878, p. 87.
3. ASTRONOMIE :
13. Mais ce qu'il y a de plus merveilleux est un anneau qui environne Saturne : il fut découvert par Galilée au commencement du dernier siècle. Bernardin de Saint-Pierre, Harmonies de la nature,1814, p. 358.
4. BOTANIQUE :
14. Les siècles qui ont concouru à la formation harmonieuse de Paris se laissent encore discerner, comme les anneaux concentriques marquant l'accroissement annuel se dessinent sur le tronc coupé d'un grand arbre. P. Vidal de La Blache, Principes de géogr. hum.,1921, p. 294.
15. ... la paroi du sac est constituée d'une seule assise cellulaire et est en quelque sorte ceinturée d'une circonférence de cellules relativement petites, l'anneau ... L. Plantefol, Cours de bot. et de biol. végétale,t. 2, 1931, p. 215.
5. CHIMIE :
16. À cet élément aminoacide fondamental s'adjoignent, dans les acides aminés, divers éléments de complication chimique par exemple : (...) des groupes hydroxyles OH (sérine, tyrosine), les anneaux du benzène, du pyrrol etc. A. Policard, Précis d'histol. physiol.,1922, p. 74.
6. HÉRALD. ,,En t. de Blason, cercle dont on meuble l'écu.`` (Gattel 1841).
7. MATHÉMATIQUES
a) GÉOM. ,,Surface comprise entre deux cercles concentriques.`` (Uv.-Chapman 1956). Anneau sphérique (cf. J. Hadamard, Géom. dans l'espace, 1921, p. 182).
b) MATH. MOD. ,,Ensemble A muni d'une structure algébrique définie par deux lois de composition internes.`` (Chamb. 1970); ( cf. Hist. gén. des sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 21).
8. MÉTÉOR. [P. réf. à la représentation graph. du phénomène] :
17. Vers le 60edegré de latitude, un anneau de basses pressions fait le tour de la terre et il s'étend assez loin vers le Sud, dans la mer de Ross et la mer de Weddell. Y a-t-il, au lieu d'un anneau de basses pressions, des centres de basses pressions nettement localisés? J. Rouch.Les Régions polaires,1927, p. 63.
9. MYTH. Anneau de Gygès. Anneau ayant la propriété de rendre invisible :
18. Mon anneau de Gygès qui me rend invisible, c'est ma timidité. J. Renard, Journal,1899, p. 527.
10. PHYS. NUCL. Anneaux de collision :
19. Pour réaliser dans le système du centre de masse des énergies beaucoup plus grandes que celles obtenues jusqu'ici, plusieurs laboratoires ont mis en chantier des anneaux de collision entre électrons. Il existe également un projet d'anneaux de collision de protons (Cern). Hist. gén. des sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 369.
11. SP. Les anneaux. Agrès de gymnastique composés de deux anneaux fixés à deux cordes elles-mêmes fixées au portique :
20. Barbette n'utilise ses réelles qualités acrobatiques, tour à tour sur le fil de fer, aux anneaux et au trapèze, que pour entraîner notre imagination, ... Arts et litt. dans la société contemp.,t. 1, 1935, p. 4409.
12. TECHNOLOGIE
a) Les anneaux d'une chaîne :
21. Le nécessaire est toujours un nécessaire après coup. Plus les anneaux de la chaîne sont étroitement soudés entre eux, plus le premier anneau auquel on peut remonter contient la nécessité de tous les autres, et moins la science, qui lie si bien les anneaux entre eux, se montre capable de comprendre l'existence et la nécessité de la chaîne tout entière. R. Ruyer, Esquisse d'une philos. de la struct.,1930, p. 312.
P. anal., ZOOL. ,,Pièces qui forment, par leur réunion, la partie extérieure du corps des animaux, que pour cette raison on a nommés annelés.`` (Privat-Foc. 1870).
b) Pièce de forme circulaire servant surtout à soulever, retenir, enserrer, etc. (cf. également Baudr. Pêches 1827, Gruss 1952, Jal 1848, Siz. 1968, etc.) :
22. Les anneaux de chauffage [dans les chaudières à trempes] ont l'avantage de mieux utiliser la chaleur ... E. Boullanger, Malterie, brasserie,1934, p. 254.
C.− Au fig.
1. [P. réf. à un anneau entourant un membre du corps hum.] Ce qui entoure, enferme ou isole :
23. Et les anneaux de la ceinture de fer s'étaient rejoints, avaient bouclé Paris, et Paris maintenant, séparé du monde, n'était plus que la prison géante de deux millions de vivants, d'où ne venait qu'un silence de mort. Zola, La Débâcle,1892, p. 498.
24. Soudain, les bruits Pasquier s'étaient trouvés presque isolés des bruits du monde. Un bel anneau de silence était tombé soudain entre l'univers et nous. G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Vue de la Terre promise, 1934, p. 77.
2. [P. réf. aux anneaux enlacés ou joints d'une chaîne (cf. supra ex. 21)] Ce qui joint, ou permet de passer d'une chose à une autre :
25. N'est-il pas [le commis voyageur] l'anneau qui joint le village à la capitale, quoique essentiellement il ne soit ni Parisien, ni provincial? car il est voyageur. Balzac, L'Illustre Gaudissart,1833, p. 4.
26. L'emploi simultané de la rime enjambée et de la rime complexe permet l'emploi dans le vers français de tous les mots de la langue sans exception, même de ceux qui sont avérés sonorement impairs et que jamais personne n'a jusqu'ici mariés à d'autres mots avec l'anneau de la rime. Aragon, Le Crève-cœur,1941, p. 79.
PRONONC. : [ano]. Littré fait la rem. suiv. : ,,D'après Palsgrave (...) au xviesiècle, on prononçait les 2 n; d'après Ménage, au xviies., on reprochait aux Parisiens leur prononciation agnau, qui est encore celle de quelques provinces.`` Enq. : /ano/.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Mil. xies. anel « bague que l'on met au doigt » (Vie de Saint Alexis, 73, éd. G. Paris CFMA, Paris 1933 : Donc li comandet les renges de sa spede Ed un anel dont il l'out esposede); 1380 anneaulx (Inv. de Charles V ds Gay); 2. 1155 « fers servant à entraver les prisonniers » (Wace, Brut, éd. Arnold, 423 ds Keller, Vocab. Wace, 195b : En anels est, ne puet aler); p. ext. a) 1611 « ouverture en forme d'anneau pratiquée à l'extrémité de certains objets (d'une clef) » (Cotgr.); b) 1690 « boucle de cheveux » (Fur.); c) 1690 anneau de Saturne (Fur.); d) 1751 anat. (Encyclop.); 3. fig. 1762 (J. J. Rouss., Em., I ds Rob. : Ici se forge le premier anneau de cette longue chaîne dont l'ordre social est formé). Empr. au lat. anellus « petit anneau, bague » (Plaute, Epid., 639 ds TLL s.v., 39, 80), dimin. de anulus « anneau » (Id., Curc., 595, ibid., 194, 3); la forme annulus n'est pas attestée av. le lat. médiév. (Hrabanus Maurus, Univ., 21, 24, p. 584Ads Mittellat. W. s.v. anulus, 726, 56); cette graph. semble avoir subi l'influence de annus « année », par suite d'un faux rapport étymol. (cf. Ern.-Meillet, p. 37 s.v. anus). Le lat. anulus désigne presque exclusivement l'anneau du doigt, mais peut désigner aussi l'anneau entravant un prisonnier (Martial, 3, 29, 2 ds TLL s.v., 198, 58) ou une boucle de cheveux (Sénèque, Dial., 10, 12, 3, ibid., 198, 82).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 1 681. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 707, b) 2 619; xxes. : a) 1 993, b) 1 382.
BBG. − Alleau 1964. − Archéol. chrét. 1924. − Bach.-Dez. 1882. − Barb.-Cad. 1963. − Baudr. Pêches 1827. − Baulig 1956. − Bible 1912. − Biol. t. 1 1970. − Bouillet 1859. − Bruant 1901. − Canada 1930. − Chabat 1881. − Chamb. 1970. − Charles 1960. − Chass. 1970. − Chesn. 1857. − Colas-Cab. 1968. − Cost. 1899. − Delc. t. 1 1926. − Delorme 1962. − Divin. 1964. − Électron. 1963-64. − Encyclop. méthod. Mécan. t. 4 1785. − Foi t. 1 1968. − Forest. 1946. − Fromh.-King 1968. − Garnier-Del. 1961. [1958]. − Gautrat 1970. − Gay t. 1 1967 [1887]. − Goug. Mots t. 1 1962, p. 248. − Grandm. 1852. − Gruss 1952. − Guyot 1953. − Hartoy 1944. − Jal 1848. − Jossier 1881. − Kold. 1902. − Laborde 1872. − Laf. Suppl. 1878. − Lar. méd. 1970. − Lavedan 1964. − Leloir 1961. − Le Roux 1752. − Littré-Robin 1865. − Marcel 1938. − Masson 1970. − Méd. Biol. t. 1 1970. − Muller 1966. − Noël 1968. − Noter-Léc. 1912. − Nucl. 1964. − Nysten 1824. − Pétrol. 1964. − Piéron 1963. − Plais. 1969. − Poignon 1967. − Pollet 1970. − Pope 1961 [1952], § 719. − Privat-Foc. 1870. − Sc. 1962. − Séguy 1967. − Siz. 1968. − Soé-Dup. 1906. − St-Edme t. 1 1824. − Uv.-Chapman 1956. − Will. 1831. − Zastrow gen, 1963, p. 293.

Anneau : définition du Wiktionnaire

Nom commun

anneau \a.no\ masculin

  1. Cercle fait d’une matière dure et qui sert à attacher quelque chose.
    • […] ; l’anneau auquel mes chaînes étaient attachées était plus rouillé que le coquin d’abbé ne l’avait supposé ; le fer même ne pouvait résister à l’humidité de ce cachot infernal. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Les étriers, larges et pesants, sont attachés à des anneaux de fer au moyen d’étrivières très courtes en soie ou en lanières de cuir tressées. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 85)
    • Passer une corde, un ruban dans un anneau.
    • Le gros anneau d’une ancre.
  2. (En particulier) Bague de cette forme.
    • Bertha […] alla vers un meuble, […], elle y prit deux anneaux qu’elle présenta à Hermann ; puis, […], une couronne de fleurs d’oranger et un voile de fiancée. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Une statue d’abbé est appuyée contre le mur : un gros anneau au médius de la main droite. — (Gustave Flaubert et Maxime Du Camp, Par les champs et les grèves (Voyage en Bretagne), 1886, Le Livre de poche, page 172, 2012)
  3. Quelque chose qui rappelle cette forme.
    • Bien qu’il n’ait pas de boucles aux oreilles ni d’anneau au nez, je ne serais pas surpris que ce fût un Américain, – je dirai plus, un Yankee. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. II, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Toutes avaient des bijoux en or et de lourds anneaux passés dans les oreilles. — (Isabelle Eberhardt, Yasmina,1902)
    • […], je suis monté à cent trente-quatre kilos, et quand on m'a averti que je cumulais tous les facteurs de risque, tabac, cholestérol, obésité et tout le tintouin, j'ai fait ce que je ne conseille à personne de faire, sous aucun prétexte : je me suis fait poser un anneau gastrique. — (Xavier Bosch, Quelqu'un comme toi, traduit de l'espagnol par Marie Vila Casas, éd. Robert Laffont, 2016, chap. 6)
    • (Technologie)De là, le fil va s'engager dans le curseur affectant la forme d'un étrier fendu et pouvant courir librement autour d'un anneau qui lui sert de piste, …. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • (Zoologie)Les anneaux d’un serpent. - Les scolopendres ont des pattes à tous les anneaux de leur corps.
    • (Botanique)Les feuilles du grateron forment autour de la tige des anneaux ou verticilles.
  4. (Géométrie) Figure plane délimitée par deux cercles concentriques ; couronne.
  5. Voie de cette forme, à l’usage des véhicules (rond-point) ou à usage sportif.
  6. (Anatomie) Ouverture circulaire qui sert principalement au passage d’un organe corporel.
    • L’anneau ombilical - L’anneau diaphragmatique
  7. (Architecture) Ornement figurant une chaîne, qui sert à décorer des frises, des balustrades ou des moulures.
  8. (Astronomie) Formation mince, constituée de particules et de blocs de matière, située dans le plan équatorial des planètes géantes et en orbite autour d’elles.
    • La sonde Cassini-Huygens s’est approchée au plus près de Saturne, a survolé et traversé ses anneaux.
  9. (Mathématiques) Structure algébrique constituée d’un triplet (A, +, ∙) tel que A est un ensemble ; + est une loi de composition interne telle que (A, +) soit un groupe commutatif (ce qui implique que A contient au moins un élément : l'élément neutre pour la loi +, noté 0) ; est une loi de composition interne associative et distributive par rapport à +.
  10. (Gymnastique) (Au pluriel) Agrès de gymnastique composé de deux cercles de métal fixés au bout de deux cordes suspendues à un portique.
    • Ils sont les hommes forts de la gymnastique. Les spécialistes des anneaux, épreuve réservée aux hommes…. — (Arnaud Bevilacqua, La Croix, page 19, 7 octobre 2014)
  11. (Sport) Anneau de course
  12. (Héraldique) Meuble représentant un anneau dans les armoiries. Il est peu souvent utilisé parce qu’il peut être confondu avec un annelet. À rapprocher de annelet et cyclamor.
    • D’azur aux deux clés d’or passées en sautoir, liées par un anneau du même en abîme, qui est de la commune de Chalabre dans l’Aude → voir illustration « armoiries avec un anneau »
  13. (Jonglerie) Objet de jonglerie.
    • il était question d’un anneau de fer avec lequel il t’avait vu jongler. — (Judith Gautier,Mémoires d’un Éléphant blanc, Armand Colin et Cie, 1894, pages 161-171)
  14. (Botanique) Cerne ; périphrase pour anneau de croissance.
    • Comme la croissance est continue — à l’équateur, il n’existe point de saisons —, ces arbres n’ont pas de cernes annuels, de sorte qu’il est impossible de déterminer leur âge en comptant leurs anneaux, privilège des arbres à la croissance rythmée par les saisons, propres aux régions tempérées. — (Jean-Marie Pelt, Le Tour du monde d’un écologiste, 1990, page 239)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Anneau : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ANNEAU. n. m.
Cercle fait d'une matière dure et qui sert à attacher quelque chose. Un anneau de fer, de cuivre, d'argent, de corne. Les anneaux d'un rideau. Les anneaux d'une chaîne. L'anneau d'une montre. Passer une corde, un ruban dans un anneau. Le gros anneau d'une ancre. Il se dit particulièrement de Certaines bagues. Anneau d'or. Anneau épiscopal. Anneau nuptial. Il lui mit un anneau au doigt. L'anneau du pêcheur, Le sceau qui est apposé à certaines expéditions de la Cour de Rome. Les brefs donnés sous l'anneau du pêcheur.

ANNEAUX. n. m. pl. Agrès de gymnastique composés de deux cercles de métal fixés au bout de deux cordes suspendues au portique. En termes d'Astronomie, Anneau de Saturne, Corps lumineux en forme de cercle, qui environne à une certaine distance la planète Saturne. Par analogie,

ANNEAU se dit de Ce qui en rappelle la forme. Être frisé par anneaux. Les anneaux d'un serpent. Les scolopendres ont des pattes à tous les anneaux de leur corps. Les feuilles du grateron forment autour de la tige des anneaux ou verticilles. Il se dit aussi, en termes d'Anatomie, des Ouvertures circulaires qui servent principalement au passage de quelque partie. L'anneau ombilical. L'anneau diaphragmatique, etc. En termes d'Architecture, il se dit d'un Ornement figurant une chaîne, qui sert à décorer des frises, des balustrades ou des moulures.

Anneau : définition du Littré (1872-1877)

ANNEAU (a-nô ; d'après Palsgrave, p. 23, au XVIe siècle, on prononçait les deux n ; d'après Ménage, au XVIIe, on reprochait aux Parisiens leur prononciation agnau, qui est encore celle de quelques provinces) s. m.
  • 1Cercle régulier ou non, fait de métal ou de matière dure et servant à attacher. Des anneaux d'or, de fer. Un petit anneau d'ivoire.
  • 2 Fig. Ici se forge le premier anneau de cette longue chaîne dont l'ordre social est formé, Rousseau, Ém. I. Remontant depuis le dernier anneau de la chaîne des êtres jusqu'à l'homme, Chateaubriand, Génie, I, I, 9. La royauté… De la chaîne d'airain qui lie au ciel les trônes A retrouvé l'anneau perdu, Hugo, Odes, III, 4.
  • 3Bague. Les chevaliers romains portaient tous un anneau semblable.

    Anneau nuptial, bague de mariage.

    Anneau pastoral, épiscopal, gros anneau que portent les cardinaux et les évêques.

    L'anneau du pêcheur, le sceau qui est apposé à certaines expéditions de la cour de Rome. Les brefs donnés sous l'anneau du pêcheur.

  • 4Boucle de cheveux frisés. Ses beaux cheveux [d'Ulysse], tombant par gros anneaux, ombrageaient ses épaules, Fénelon, t. XXI, 354.
  • 5 Fig. Le serpent se traîne en longs anneaux.
  • 6 Terme d'histoire naturelle. Saillie, marque, rangée circulaire. Les cornes du bélier croissent tous les ans d'un anneau, Buffon, Mouton.
  • 7En anatomie, les anneaux sont des ouvertures naturelles, circulaires ou rondes, que présentent des parois musculaires ou aponévrotiques, et qui, le plus souvent, servent au passage de quelque vaisseau ou conduit.
  • 8En botanique, anneau du champignon, débris du bord infléchi du chapeau déchiré en raison de la croissance rapide de la partie charnue du chapeau, et resté autour du pédicule.
  • 9 Terme de jardinage. Greffe en anneau, en flûte ou en sifflet. Elle se fait par l'application, sur un sujet en pleine séve, d'une portion d'écorce annulaire plus ou moins grande, de longueur différente, garnie d'un œil ou gemme.
  • 10Anneau d'une clef, la partie qu'on tient à la main pour tourner la clef dans la serrure. L'anneau est à l'une des extrémités de la tige qui le réunit au panneton.
  • 11En astronomie, cercle qui entoure la planète Saturne. L'anneau de Saturne est formé de deux anneaux concentriques d'une très mince épaisseur, Laplace, Expos. IV, 9.

    Anneau astronomique, instrument pour mesurer la hauteur du soleil et de la lune.

    Anneau solaire ou horaire, espèce de petit cadran portatif.

  • 12Cercle de fer que l'on emploie à retenir les vaisseaux dans les ports et les bateaux sur les quais au moyen de longs cordages.
  • 13Cercle de fer employé autrefois pour mesurer le bois ; trois anneaux composaient une voie

HISTORIQUE

XIe s. De l'altre dei qui ported l'anel, L. de Guill. 13.

XIIe s. Donnez… cest annel, Ronc. p. 31. [Elle] Ot un anel où durement se fie, ib. p. 162. Vait s'en la gaite, que plus n'i atendi, Dès qu'à la chambre dant Wedon le hardi, L'anel loiga [remua] : li chambrelains l'oï, Raoul de C. 78.

XIIIe s. Cel anel de vo doit o moi [j'] emporterai, Berte, VII. Car onques mieudre dame n'ot en son doi anel, ib. LXXXV. Et s'il i a deffiement, Sor sains vous jur que vraiement Bel Acuel iert mis es aniaus, Ars en feu…, la Rose, 7897. Et li deit l'on oster l'aniau dou bras, et peut aler et venir quitte et delivre, Ass. de Jér. I, 189. Et li met l'anel au doit qui senefie roi, ib. I, 30. Un geu que l'en dit des aniaus, à quoi l'en gaaingne et pert, Savoit-ele tout en apert, Rutebeuf, II, 162.

XIVe s. Je sui mieulx pris que par le doy, Et fort enserré d'un anneau, S'a fait un visage si beau Qui m'a tout conquesté à soy, Orléans, Rond.

XVe s. Plusieurs cherchoient fort sa bonne grace, les uns pour l'amour seulement, les autres pour l'anneau [mariage] ; car, outre sa beauté, elle estoit fort riche, Marguerite de Navarre, Nouv. LIII.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ANNEAU. Ajoutez :
14 Terme de physique. Anneau oculaire d'une lunette, l'image que l'objectif forme au delà de l'oculaire ; c'est dans cet anneau que l'observateur doit placer son œil pour recevoir le plus de lumière possible.

Anneaux colorés, cercles alternativement brillants et obscurs, ou diversement colorés, qui se produisent autour du point de contact d'une surface plane et d'un corps transparent de surface convexe.

15 Terme d'artillerie. Anneau de calage, frette qui sert à maintenir les autres sur les canons frettés.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Anneau : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

ANNEAU, s. m. (Hist. anc. & mod.) petit corps circulaire que l’on met au doigt, soit pour servir d’ornement, soit pour quelque cérémonie.

L’anneau des évêques fait un de leurs ornemens pontificaux : on le regarde comme le gage du mariage spirituel que l’évêque a contracté avec son église.

L’anneau des évêques est d’un usage fort ancien. Le quatrieme concile de Tolede, tenu en 633, ordonne qu’un évêque qui aura été condamné par un concile, & qu’ensuite un second concile aura déclaré innocent, sera rétabli dans sa dignité, en lui rendant l’anneau, le bâton épiscopal ou la crosse, &c.

L’usage de l’anneau a passé des évêques aux Cardinaux, qui doivent payer une certaine somme pro jure annuli cardinalitii. Voyez Cardinal.

Origine des anneaux. Pline, liv. XXXVII. ch. j. observe que l’on ignore entierement qui est celui qui a le premier inventé ou porté l’anneau, & qu’on doit regarder comme une fable l’histoire de Promethée & celle de Midas. Les premiers peuples parmi lesquels nous trouvons l’usage de l’anneau établi, sont les Hébreux, Gen. xxxviij. dans cet endroit il est dit que Judas, fils de Jacob, donna à Thamar son anneau pour gage de sa promesse : mais il y a apparence que l’anneau étoit en usage dans le même tems chez les Egyptiens, puisque nous lisons, Gen. xlj. que le roi Pharaon mit un anneau au doigt de Joseph, comme une marque de l’autorité qu’il lui donnoit. Dans le premier liv. des Rois, ch. xxj. Jezabel scelle de l’anneau du Roi l’ordre qu’elle envoye de tuer Naboth.

Les anciens Chaldéens, Babyloniens, Perses, & Grecs, se servoient aussi de l’anneau, comme il paroît par différens passages de l’Ecriture & de Quinte-Curce. Ce dernier auteur dit qu’Alexandre scella de son propre sceau les lettres qu’il écrivit en Europe, & qu’il scella de l’anneau de Darius celles qu’il écrivit en Asie.

Les Persans prétendent que Guiamschild, quatrieme roi de leur premiere race, est le premier qui se soit servi de l’anneau, pour en signer ses lettres & ses autres actes. Les Grecs, selon Pline, ne connoissoient point l’anneau du tems de la guerre de Troie ; la raison qu’il en donne, c’est qu’Homere n’en fait point mention : mais que quand on vouloit envoyer des lettres, on les lioit ensemble avec des cordes que l’on noüoit.

Les Sabins se servoient de l’anneau dès le tems de Romulus : il y a apparence que ces peuples furent les premiers qui reçûrent cette pratique des Grecs. Des Sabins elle passa aux Romains, chez qui cependant on en trouve quelques traces un peu de tems auparavant. Pline ne sauroit nous apprendre lequel des Rois de Rome l’a adopté le premier ; ce qui est certain, c’est que les statues de Numa & de Servius Tullius étoient les premieres où l’on en trouvoit des marques. Le même auteur ajoûte que les anciens Gaulois & Bretons se servoient aussi de l’anneau. V. Sceau.

Matiere des anneaux. Quelques-uns étoient d’un seul & unique métal ; d’autres étoient de plusieurs métaux mêlés, ou de deux métaux distingués : car le fer & l’argent des anneaux étoient souvent dorés, ou au moins l’or étoit renfermé dans le fer, comme il paroît par un passage d’Artemidore liv. II. ch. v. les Romains se contenterent long-tems d’anneaux de fer : & Pline assûre que Marius fut le premier qui en porta un d’or, dans son troisieme consulat, l’an de Rome 650. Quelquefois l’anneau étoit de fer, & le sceau d’or ; quelquefois il étoit creux, & quelquefois solide ; quelquefois la pierre en étoit gravée, quelquefois elle étoit unie : dans le premier cas, elle étoit gravée tantôt en relief, tantôt en creux. Les pierres de cette derniere espece étoient appellées gemmæ ectypæ ; & les premieres, gemmæ sculpturâ prominente.

La maniere de porter l’anneau étoit fort différente selon les différens peuples : il paroît par le ch. xxij. de Jèremie, que les Hébreux le portoient à la main droite. Chez les Romains, avant que l’on eût commencé à orner les anneaux de pierres précieuses, & lorsque la gravure se faisoit encore sur le métal même, chacun portoit l’anneau à sa fantaisie, au doigt & à la main qu’il lui plaisoit. Quand on commença à enchasser des pierres dans les anneaux, on ne les porta plus qu’à la main gauche ; & on se rendoit ridicule quand on les mettoit à la main droite.

Pline dit qu’on les porta d’abord au quatrieme doigt de la main, ensuite au second, ou index ; puis au petit doigt ; & enfin à tous les doigts, excepté celui du milieu. Les Grecs porterent toûjours l’anneau au quatrieme doigt de la main gauche, comme nous l’apprend Aulugelle, lib. X. la raison que cet auteur en donne est prise dans l’Anatomie : c’est, selon lui, que ce doigt a un petit nerf qui va droit au cœur, ce qui fait qu’il étoit regardé comme le plus considérable des cinq doigts, à cause de sa communication avec une si noble partie. Pline dit que les anciens Gaulois & les anciens Bretons portoient l’anneau au doigt du milieu.

D’abord on ne porta qu’un seul anneau ; puis un à chaque doigt : Martial, liv. XI. epig. 60. enfin un à chaque jointure de chaque doigt. V. Aristophane, in Nub. Peu à peu le luxe s’augmenta au point qu’on eut des anneaux pour chaque semaine. Juvenal, Sat. VII. parle d’anneaux semestres, annuli semestres : on eut aussi des anneaux d’hyver, & des anneaux d’été. Lampride remarque, ch. xxxij. que personne ne porta là-dessus le luxe aussi loin qu’Heliogabale, qui ne mit jamais deux fois le même anneau non plus que les mêmes souliers.

On a aussi porté les anneaux au nez, comme des pendans l’oreilles. Bartholin a fait un traité exprès, de annulis narium, des anneaux des narines. S. Augustin nous apprend que c’étoit l’usage parmi les Maures de les porter ainsi ; & Pietro della Valle fait la même remarque au sujet des Orientaux modernes.

On peut dire qu’il n’y a point de partie du corps où on n’ait porté l’anneau. Différens voyageurs nous assûrent que dans les Indes orientales, les naturels du pays portent des anneaux au nez, aux levres, aux joues, & au menton. Selon Ramnusio, les dames de Narsingua dans le levant, & selon Diodore, liv. III. les dames d’Ethiopie avoient coûtume d’orner leurs levres d’anneaux de fer.

A l’égard des oreilles, c’est encore une chose ordinaire partout que de voir des hommes & des femmes y porter des anneaux. Voyez Pendant.

Les Indiens, particulierement les Guzarates, ont porté des anneaux aux piés. Lorsque Pierre Alvarez eut sa premiere audience du roi de Calicut, il le trouva tout couvert de pierres enchassées dans des anneaux : il avoit à ses deux mains des bracelets & des anneaux à ses doigts ; il en avoit jusqu’aux piés & aux orteils. Louis Bortome nous parle d’un roi de Pegu, qui portoit à chaque orteil, ou gros doigt du pié, une pierre enchassée dans un anneau :

Usage des anneaux. Les anciens avoient trois différentes fortes d’anneaux : la premiere servoit à distinguer les conditions & les qualités. Pline assûre que d’abord il n’étoit pas permis aux Sénateurs de porter un anneau d’or, à moins qu’ils n’eussent été ambassadeurs dans quelque Cour étrangere ; qu’il ne leur étoit pas même permis de porter en public l’anneau d’or, excepté dans les cérémonies publiques. Le reste du tems ils portoient un anneau de fer. Ceux qui avoient eu les honneurs du triomphe étoient assujettis à la même loi.

Peu à peu les Sénateurs & les Chevaliers eurent la permission de porter presque toûjours l’anneau d’or : mais Acron, sur la Sat. vij. liv. II. d’Horace, remarque qu’il étoit nécessaire pour cela que l’anneau d’or leur eût été donné par le Préteur.

Dans la suite l’anneau d’or devint une marque distinctive des Chevaliers : le peuple portoit des anneaux d’argent, & les esclaves des anneaux de fer : cependant l’anneau d’or étoit quelquefois permis au peuple ; & Severe accorda à ses soldats la liberté de le porter. Auguste donna la même permission aux affranchis. Néron fit à la vérité dans la suite un réglement contraire : mais on cessa bientôt de l’observer.

Les anneaux de la seconde espece étoient ceux qu’on nommoit annuli sponsalitii, anneaux d’épousailles ou de noces. Quelques Auteurs font remonter l’origine de cet usage jusqu’aux Hébreux : ils se fondent sur un passage de l’Exode, xxxv. 22. Léon de Modene cependant soûtient que les anciens Hébreux ne se sont jamais servis d’anneau nuptial. Selden, dans son uxor Hebraica, liv. II. ch. xiv. remarque qu’à la vérité ils donnoient un anneau dans la cérémonie de mariage, mais que cet anneau ne faisoit que tenir lieu d’une piece de monnoie de même valeur, qu’ils donnoient auparavant. Les Grecs & les Romains faisoient la même chose ; & c’est d’eux que les Chrétiens ont pris cet usage, qui est fort ancien parmi eux, comme il paroît par Tertullien & par quelques anciennes liturgies, où nous trouvons la maniere de bénir l’anneau nuptial. Voyez Mariage.

Les anneaux de la troisieme espece étoit destinés à servir de sceaux : on les appelloit cerographi, ou cirographi, sur lesquels voyez l’article Sceau.

Richard, évêque de Salisbury, dans ses Constitutions, an. 1217. défend de mettre au doigt des femmes des anneaux de jonc, ou d’autre matiere semblable, pour venir plus aisément à bout de les débaucher : & il insinue en même tems la raison de cette défense ; savoir, qu’il y avoit des filles assez simples pour croire que l’anneau ainsi donné par jeu étoit un véritable anneau nuptial.

De Breville, dans ses Antiquités de Paris, dit que c’étoit autrefois une coûtume de se servir d’anneau de jonc dans le mariage, lorsqu’on avoit eu commerce ensemble auparavant. Voyez Concubine.

Les anciens Germains portoient un anneau de fer pour marque d’esclavage, jusqu’à ce qu’ils eussent tué un ennemi de la nation. Et dans le tems que les investitures avoient lieu en Allemagne, l’Empereur ou le Prince qui confirmoit l’élection des Evêques, leur mettoit au doigt l’anneau pastoral. Dans l’Eglise Romaine il a été défendu par des conciles aux Ecclésiastiques de porter des anneaux, à moins qu’ils ne fussent constitués en dignité, comme Evêques ou Abbés. (G)

Anneau, s. m. terme d’Astronomie : l’anneau de Saturne est un cercle mince & lumineux qui entoure le corps de cette planete, sans cependant y toucher. Voyez Saturne.

La découverte de cet anneau est dûe à M. Huyghens : cet astronome, après plusieurs observations, apperçut deux points lumineux ou anses, qui paroissoient sortir du corps de Saturne en droite ligne.

Ensuite ayant revû plusieurs fois différemment le même phénomene, il en conclut que Saturne étoit entouré d’un anneau permanent : en conséquence il mit au jour son nouveau système de Saturne en 1659.

Le plan de l’anneau est incliné au plan de l’écliptique, sous un angle de 23d. 30′. il paroît quelquefois oval ; & selon Campani, son grand diametre est double du petit. Voyez Planete.

Cet anneau lumineux est par-tout également éloigné de la surface de Saturne, & se soûtient à une assez grande distance comme une voûte, chaque partie pesant vers le centre de la planete. Son diametre est un peu plus du double du diametre de Saturne ; & quoique l’épaisseur de cette bande circulaire soit fort mince, sa largeur ou profondeur est néanmoins si considérable, qu’elle égale à très-peu-près la moitié de la distance de la superficie extérieure de l’anneau à la surface de Saturne. Au reste cet anneau se soûtient toûjours de la même maniere, renfermant un grand vuide tout au tour, entre sa surface concave & la surface extérieure du globe de Saturne. Le plan de cet anneau ne paroît pas différer bien sensiblement du plan de l’orbite du quatrieme satellite de Saturne. Quant à l’usage dont peut être un anneau si extraordinaire, c’est ce que nous ne savons pas bien précisément ; & même il est probable qu’on l’ignorera encore long-tems ; car nous ne voyons rien de semblable ni d’analogue à ce phénomene, en parcourant tout ce que l’on a observé de plus merveilleux dans la nature. M. de Maupertuis, dans son livre de la figure des Astres, a expliqué d’une maniere ingénieuse la formation de l’anneau de Saturne. Il suppose que la matiere de l’anneau étoit originairement fluide, & pesoit à la fois vers deux centres, savoir vers le centre de Saturne, & vers un autre placé dans l’intérieur de l’anneau ; & il fait voir que Saturne a dû avoir un anneau, en vertu de cette double tendance. (O)

Anneau solaire ou horaire, est une espece de petit cadran portatif, qui consiste en un anneau ou cercle de cuivre, d’environ deux pouces de diametre, & d’un tiers de pouce de largeur. Voyez Cadran.

Dans un endroit du contour de l’anneau il y a un trou, par lequel on fait passer un rayon du Soleil, qui fait une petite marque lumineuse à la circonférence concave du demi-cercle opposé ; & le point sur lequel tombe cette petite marque, donne l’heure du jour que l’on cherche.

Mais cet instrument n’est bon que dans le tems de l’équinoxe ; pour qu’il puisse servir tout le long de l’année, il faut que le trou puisse changes de place, & que les lignes du zodiaque ou les jours du mois soient marqués sur la convexité de l’anneau : au moyen de quoi le cadran peut donner l’heure pour tel jour de l’année qu’on veut.

Pour s’en servir, il ne faut que mettre le trou sur le jour du mois ou sur le degré du zodiaque que le Soleil occupe, ensuite suspendre le cadran à l’ordinaire vis-à-vis du Soleil ; le rayon qui passera par le trou, marquera l’heure sur le point où il tombera.

Anneau astronomique, ou universel, est un anneau solaire, qui sert à trouver l’heure du jour en quelque endroit que ce soit de la terre ; au lieu que l’usage de celui dont nous venons de parler, est borné à une certaine latitude. Sa forme est représentée dans les Planches de Gnomonique, figure 22. Voyez aussi Cadran.

Cet instrument se fait de différente grandeur ; il y en a depuis deux pouces de diametre jusqu’à six. Il consiste en deux anneaux ou cercles minces qui sont larges & épais à proportion de la grandeur de l’instrument. L’anneau extérieur A représente le méridien du lieu où l’on est ; il contient deux divisions de 90d chacune, diamétralement opposées, & qui servent, l’une pour l’hémisphere boréal, l’autre pour l’hémisphere austral. L’anneau intérieur représente l’équateur, & tourne exactement en-dedans du premier par le moyen de deux pivots qui sont dans chaque anneau à l’heure de 12. A travers les deux cercles est une petite regle ou lame mince avec un curseur marqué C, qui peut glisser le long du milieu de la regle. Dans ce curseur est un petit trou pour laisser passer les rayons du Soleil.

On regarde l’axe de la regle comme l’axe du monde, & ses extrémités comme les deux poles. D’un côté sont les signes du zodiaque, de l’autre les jours du mois : sur le méridien est une piece qui peut glisser, & à laquelle on attache un petit pendant qui porte un anneau pour tenir l’instrument.

Usage de cet instrument. Mettez la ligne A, marquée sur le milieu du pendant, au degré de latitude du lieu, par exemple, 48d 50′ pour Paris ; mettez la ligne qui traverse le trou du curseur au degré du signe, ou au jour du mois. Ouvrez ensuite l’instrument, de sorte que les deux anneaux fassent un angle droit entre eux, & suspendez-le par le pendant H, de maniere que l’axe de la regle qui représente celui de l’instrument puisse être parallele à l’axe du monde ; ensuite tournez le côté plat de la regle vers le Soleil, jusqu’à ce que le rayon qui passera par le petit trou tombe exactement sur la ligne circulaire qui est tracée au milieu de la circonférence concave de l’anneau intérieur : le rayon solaire marquera l’heure qu’il est sur cette circonférence concave.

Il faut remarquer que l’heure de 12 ou de midi n’est point donnée par le cadran, par la raison que le cercle extérieur étant dans le plan du méridien, il empêche les rayons du Soleil de tomber sur le cercle intérieur : le cadran ne donnera point non plus l’heure quand le Soleil sera dans l’équateur, parce qu’alors ses rayons seront paralleles au plan du cercle intérieur.

Il y a encore une autre espece d’anneau astronomique construit à peu près sur les mêmes principes que ce dernier, excepté qu’au lieu de deux cercles, il en a trois : il a quelques avantages sur celui-ci, en ce qu’il donne l’heure de midi, & qu’il marque lorsque le Soleil est dans l’équateur ; il est même un peu plus juste. Au reste on ne se sert presque plus de ces instrumens, l’usage des montres ayant rendu inutiles tous ces cadrans qui ne donnent pas l’heure avec une certaine justesse.

Anneau astronomique est encore le nom d’un instrument dont on se sert en mer pour prendre la hauteur du Soleil : c’est une espece de zone ou de cercle de métal. Voyez la Pl. de navig. fig. 1. Dans cette zone il y a un trou C, qui la traverse parallelement à son plan ; ce trou est éloigné de 45 degrés du suspensoir B ; & il est le centre d’un quart de cercle DE, dont un des rayons terminans CE, est parallele au diametre vertical, & l’autre CD est horisontal & perpendiculaire à ce même diametre BH. Pour diviser l’arc FG de cet anneau en 90d, on décrit sur un plan un cercle FGC égal à la zone intérieure de l’anneau : du point C, pris à 45d du point B, comme centre, & d’un rayon pris à volonté, on décrit un quart de cercle PQR, dont le rayon terminant PC est perpendiculaire au diametre BD, & l’autre CR lui est parallele ; on divise ensuite ce quart de cercle en degrés, & on tire par le centre C, & par tous les points de division du quart de cercle, des rayons qui coupent la circonférence FDG, en autant de points qui répondront à des degrés de ce quart de cercle. Ces divisions ou degrés pris & transportés respectivement dans l’anneau astronomique depuis F jusqu’en G, le diviseront parfaitement.

Pour observer la hauteur du Soleil avec cet instrument, il le faut suspendre par la boucle B, & le tourner vers le Soleil A, de sorte que son rayon passe par le trou C ; il marquera au fond de l’anneau de F en I, les degrés de la hauteur du Soleil entre le rayon horisontal CF, & le rayon de l’astre CI ; & la partie IHG marquera sa distance au zénith, déterminée par le rayon CI de l’astre, & le rayon vertical CG.

Les observations faites avec l’anneau astronomique sont plus exactes qu’avec l’astrolabe, parce qu’à proportion de sa grandeur, les degrés de l’anneau sont plus grands. Voyez Astrolabe. (T)

Anneau, en Anatomie, nom que l’on donne à l’écartement des fibres de l’oblique externe vers sa partie inférieure, pour le passage du cordon spermatique dans les hommes, & du ligament rond dans les femmes. Voyez Cordon spermatique, &c.

L’intestin & l’épiploon s’engagent quelquefois dans cet anneau, & forment des descentes ou hernies inguinales. Voyez Hernie, &c. (L)

* Anneau, (Agriculture.) c’est un sarment ainsi appellé, de la maniere dont il est contourné ; on le passe sous un sep lorsqu’on le provigne. V. Sep.

* Anneau, (mesure de bois.) c’est un cercle de fer qui a six piés & demi de circonférence, que l’on nomme aussi moule, & dont le patron ou prototype est à l’hôtel-de-ville. C’est sur ce patron que tous ceux dont on se sert sont étalonnés & marqués aux armes de la ville. Trois moules ou anneaux remplis, plus douze bûches, doivent faire la charge d’une charrette. Le tout fait ordinairement depuis cinquante-deux jusqu’à soixante-deux buches, qui sont nommées par cette raison bois de compte. Toutes les buches qui sont au-dessous de dix-sept à dix-huit pouces de grosseur, doivent être rejettées du moule & renvoyées au bois de corde : mais il y a encore tant d’inégalité entre les plus grosses, que souvent ce nombre ne se trouve pas complet. Il y en a quelquefois de si grosses, sur-tout dans le bois qui vient de Montargis, que les quarante-sept ou quarante-huit bûches remplissent les trois anneaux, & font la voie. Voyez Voie.

Le bois qui vient par la riviere d’Andelle, & qui en porte le nom, n’ayant que deux piés & demi de longeur ; quand il s’en encontre d’assez gros pour être de moule ou de compte, on en donne quatre anneaux & seize bûches pour la voie. Voyez Andelle.

Anneau, (Mar.) c’est un cercle de fer ou d’autre matiere solide, dont on se sert pour attacher les vaisseaux. Il y a dans tous les ports & sur tous les quais des anneaux de fer pour attacher les navires & les bateaux. (Z)

Anneau, en Serrurerie, c’est un morceau de fer rond ou quarré, disposé circulairement à l’aide de la bigorne de l’enclume ; mais dont les deux extrémités sont soudées ensemble. On s’en sert pour attacher des bateaux, suspendre des rideaux, &c.

Anneau de clé ; on appelle dans une clé l’anneau, la partie de la clé que l’on tient à la main, & qui aide à la mouvoir commodément dans la serrure ; sa forme est communément en cœur ou ovale. On verra à l’article Clé la maniere de forger l’anneau.

On pratique quelquefois dans la capacité de l’anneau différens desseins ; pour cet effet on commence par le forger plein & rond : mais on n’orne ainsi que les clés des serrures de conséquence. Voyez Clé.

Anneau, chez les Bourreliers, est un morceau de fer ou de cuivre configuré comme tout ce qui porte le nom d’anneau. Il est au bout du poitrail de chaque côté, & soûtient un trait M, fig. 8. Pl. du Bourrelier, qui va se boucler sous le brancard, au trait de brancard qui tient à l’aissieu.

Anneaux, s. m. pl. ce sont dans les manufactures en soie, de très-petits cercles de fer, qu’on appelle encore yeux de perdrix, qu’on passe dans les cordes du rame. Chaque corde du rame a son œil de perdrix, & chaque œil de perdrix reçoit une corde du semple. On attache les cordes du semple aux yeux de perdrix qui sont passés dans les cordes du rame, parce qu’on se procure ainsi deux avantages : le premier, de fatiguer moins les cordes du rame & celles du semple, l’œil de perdrix pouvant glisser sur la corde du rame quand on tire le semple, ce qui n’arriveroit pas si les cordes du semple étoient noüées à celles du rame : le second, de pouvoir séparer plus facilement une corde du semple des autres cordes quand on en a besoin ; cette corde pouvant avancer ou reculer par le moyen de l’œil de perdrix qui forme une attache, mais qui ne forme pas une attache fixe. Voyez Semple, Rame, Métier de velours ciselé.

Anneaux de vergues, (Marine.) ce sont de petits anneaux de fer que l’on met deux ensemble dans de petites crampes, qu’on enfonce de distance en distance dans la grande vergue & dans celle de mizaine. L’un de ces anneaux sert à tenir les garcettes qui servent à plier les voiles ; & pour arrêter ces mêmes garcettes, on en passe le bout dans l’autre anneau.

Anneaux de chaloupes ; ce sont de grosses boucles de fer sur le plus haut du port, auxquelles on amarre les chaloupes.

Anneaux de sabords ; ce sont de certaines boucles de fer médiocrement grosses, dont on se sert pour fermer, saisir ou amarrer les mantelets des sabords.

Anneaux ou boucles d’écoutilles. Il y a des anneaux de fer sur les tillacs près les écoutilles, pour les amarrer & tenir fermes pendant les gros tems : il y en a aussi pour les canons par-derriere, & ils servent à les mettre aux sabords, ou à les haler en-dedans.

Anneaux d’étal. Voyez Daillots.

Anneaux de corde ; c’est ce qui sert à faire un nœud coulant. (Z)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « anneau »

Étymologie de anneau - Littré

Picard (Béthune), ongnieau ; wallon onai, Namur, ania ; Berry, angniau, anniau ; provenç. anel ; catal. anell ; espagn. anillo ; ital. anello ; d'annellus ou anellus. On a tiré ce mot de annus, année, à cause de la révolution circulaire du soleil ; mais l'orthographe anellus et la forme amnu, année, dans l'osque, s'y opposent.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de anneau - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Du latin annellus (« chainon », « bague ») ou annulus (« bague »), diminutifs de annus (« cercle », « circonférence, année », « âge, ère »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « anneau »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
anneau ano play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « anneau »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « anneau »

  • Inspirés des romans de J. R. R. Tolkien, publiés pour la première fois en 1954, « Le Seigneur des Anneaux » se déroule dans un monde fictif appelé la « Terre du milieu », et suit les aventures du hobbit Frodon Sacquet, porteur de l’anneau que tous convoitent pour provoquer la chute du démoniaque Sauron. , Que sont-ils devenus… Les acteurs du « Seigneur des Anneaux » ? - Elle
  • Par le passé, Mars a peut-être possédé un anneau. Des scientifiques explorent cette hypothèse et présentent un nouvel indice, en analysant l'orbite de la lune Déimos. Numerama, Mars a-t-elle eu un anneau ? Un nouvel indice renforce l'hypothèse
  • L'interprétation de Ian Holm est ambivalente. Enjoué et fringuant au début, Bilbon dépérit et vieillit en accéléré une fois privé, dès le début de la saga, de l'anneau maléfique dans lequel il puisait sa jeunesse. On retrouve alors plus tard un Bilbon fripé, affaibli, et toujours sous l'emprise de l'objet. Les plus sensibles d'entre nous se souviennent forcément de ce jumpscare dans le premier film, La Communauté de l'Anneau, lorsqu'il aperçoit l'anneau et que son faciès paisible se meut une seconde en une grimace hideuse :  France Inter, L'acteur Ian Holm, "Bilbon" dans le Seigneur des Anneaux, est mort : sa vie en cinq rôles
  • L'un des problèmes de l'anneau des sciences est son budget. 4 à 5 milliards c'est impossible à financer pour la métropole. De plus si jamais ce projet avait été lancé, le temps des études, levées de fonds, expropriations, recours, des surprises, des changements de politique et autres font que ce projet ne pourrait sortir qu'en 2035-2045... au moment où les voitures seront différentes en terme de motorisation (hybrides? Hydrogène? BEV? HEV? PHEV?...). Après avoir dit cela que faut-il faire pour enlever les voitures sous Fourvière? Il y aura toujours l'arrivée sur cette voie même en étant déclassée et en changeant de nom des voitures venant de l'autoroute A89, de l'A6, des Nationales 6 et 7 et autres routes. Bien sûr des transports en commun peuvent réduire ce nombre de voitures s'ils sont fiables, rapides, confortables et abordables en terme de coût mais pour quel pourcentage? au moment où nos politiques nous incitent vivement à investir dans le secteur automobile. A une autre échelle, sur Paris, malgré un réseau urbain immense et toujours en amélioration, il est infernal de rentrer en voiture sur Paris en venant du Nord via l'autoroute A1 ou autres réseaux routiers et pourtant, notamment avec la francilienne et les RER des alternatives existent mais l'automobiliste qui doit aller du nord au sud préférera souvent être dans ces fameux bouchons plutôt que de contourner Paris ou prendre un transport en commun. Ces mêmes personnes se retrouvent parfois ensuite au nord de Lyon. Espérons que la même chose ne se produise pas entre Pierre Bénite et Limonest. Lyon Capitale, L'Anneau des sciences de Lyon déjà revenu des morts
  • Découvrez les principales différences entre les événements du film "Le Retour du roi" et les romans "Le Seigneur des anneaux" de J.R.R. Tolkien. Une sélection non exhaustive, limitée à 6 faits saillants. AlloCiné, Le Seigneur des anneaux - Le Retour du roi (TF1) : quelles différences avec le livre de Tolkien ? - Actus Ciné - AlloCiné
  • #Eole chantier en images ! Visite à notre tunnelier virginie qui vient de poser son 1000eme anneau. le plus gros d’île de France + de 11m de diamètre continue son creusement vers Paris . Il a même atteint son record cette semaine! 24 mètres sur une journée. ⁦@SNCFReseau⁩ pic.twitter.com/pOX39J7IO3 Defense-92.fr, Virginie, le tunnelier d’Eole a posé son millième anneau - Defense-92.fr
  • L'objet MG1131+0456 est le premier “anneau d'Einstein” de l'histoire de l'astronomie. La distance qui nous sépare de ce mirage gravitationnel vient d'être estimée pour la première fois : 10 milliards d'années-lumière.  Sciences et Avenir, La distance du premier anneau d'Einstein révélée - Sciences et Avenir
  • Ce n'est pas à toute oreille percée que l'on met des anneaux d'or. De Proverbe nigritien
  • L'alliance est "le sésame ouvre-toi" de la femme, mais aussi l'anneau le plus solide de la chaîne forgée pour elle par des siècles de servitude. De Yvette Naubert / Traits et portraits
  • Consolons-nous de ne pas savoir les rapports qui peuvent être entre une araignée et l'anneau de Saturne, et continuons à examiner ce qui est à notre portée. De Voltaire / Lettres philosophiques
  • La beauté d'une femme sotte est aussi ridicule qu'un anneau d'or au nez d'un cochon. De La Bible / Livre des proverbes
  • Le mariage est une cérémonie où un anneau est passé au doigt de l'épouse et un autre au nez de l'époux. De Herbert Spencer
  • La femme belle et insensée est comme un anneau d'or au museau d'une truie. De La Bible / Le Livre des proverbes
  • Fiancé. Par un anneau à la cheville, relié à une chaîne et à un boulet. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable

Traductions du mot « anneau »

Langue Traduction
Portugais anel
Allemand ring
Italien anello
Espagnol anillo
Anglais ring
Source : Google Translate API

Synonymes de « anneau »

Source : synonymes de anneau sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires