La langue française

Ampoulé

Définitions du mot « ampoulé »

Trésor de la Langue Française informatisé

AMPOULÉ, ÉE, adj. et subst. masc.

A.− Emploi adj.
1. Rare. Tuméfié; affecté d'ampoules (cf. ampoule C) :
1. Et le samedi, jour de réception, c'était un branle-bas de connaissances. Tous y venaient... Le notaire Paillasson... Mr Lepoil, l'ancien sous-préfet... Deux fois l'an même, le nouveau, le vrai, venait aussi faire sa visite, « les mains encore ampoulées par ses crochetages de couvent », disaient ces dames. É. Estaunié, Bonne-Dame,1891, p. 17.
2. ... on voyait sa peau ampoulée par les coups; sa bouche, volontiers ouverte, il [Rain] la tenait toujours fermée maintenant, la langue roulée à l'intérieur, de peur qu'un uppercut ne vînt la trancher. P. Morand, Champions du monde,1930, p. 54.
P. anal., BOT. Qui a la forme d'une ampoule. (Attesté ds Lar. 19e, Guérin 1892, Nouv. Lar. ill., Quillet 1965).
2. Au fig., péj. Plein d'emphase et d'exagération (cf. ampoule D).
a) [Gén. en parlant d'une œuvre, d'un style, d'un mode d'expression] Discours ampoulé :
3. L'hymne des Marseillois n'est pas vide de tout mérite. Le lyrique a eu le grand talent d'y mettre de l'enthousiasme sans paroître ampoulé. D'ailleurs cette ode républicaine vivra parce qu'elle fait époque dans notre Révolution. F.-R. de Chateaubriand, Essai sur les Révolutions, t. 1, 1797, p. 149.
4. « Le vers se sent toujours des bassesses du cœur. » Ceci est profondément juste; seulement, dans quelques cas, celui qui a le cœur bas, pour le mieux déguiser, fait son vers enflé. Je me défie du cœur de ceux dont les vers sont si enflés et ampoulés (Victor Hugo). Ch.-A. Sainte-Beuve, Mes poisons,1869, p. 51.
5. Fréquemment autodidacte, le paranoïaque persécute les bureaux d'études avec des inventions irréalisables, ou les éditeurs avec d'énormes livres impubliables, fatras pittoresque d'élucubrations au style ampoulé et confus, zébrées de lueurs de génie et d'éclairs de folie... E. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 552.
b) P. ext. [Plus rarement en parlant d'une pers.] :
6. C'est cela! Voilà bien des raisons de poëtes; Phrases d'une coudée! Ampoulé que vous êtes! V. Hugo, Cromwell,1827, p. 381.
7. ... qu'ont de commun avec notre légèreté, notre vivacité (...) ces héros solennels, ampoulés et bavards? P. Léautaud, Le Théâtre de Maurice Boissard,t. 2, 1943, p. 136.
B.− Emploi subst. Discours ampoulé :
8. ... c'est dans le siècle du Grand Roi (qui fut le Grand Siècle) qu'on imagina le trivial et l'ampoulé. A. de Musset, Le Temps,1831, p. 138.
Stylistique − Ampoulé, emphatique, boursouflé. ,,Trois qualités défectueuses d'un style qui cherche à s'élever plus haut que ne comporte le sujet auquel il s'applique : le style emphatique, en donnant une importance exagérée à des choses médiocres; le style boursouflé, en traitant avec une magnificence outrée des choses simples; le style ampoulé, en se tenant à une élévation ridicule pour traiter des choses communes.`` (Guizot 1864).
Prononc. ET ORTH. : [ɑ ̃pule]. Passy 1914 note une durée mi-longue pour la 1resyllabe du mot. Fér. 1768 précise que la 1resyllabe et la pénultième sont longues. Fér. Crit. t. 1 1787 fait la rem. suiv. : ,,Le Gendre écrit empoulé, mais mal. Cette orthographe est contraire et à l'usage et à l'étymologie, et à la prononciation, qu'il ne faut pas contredire sans nécessité; il faudrait plutôt écrire par am les mots en em, que d'écrire en em ceux qui commencent par am.`` Pour l'orth. ampoullé ds Fér. 1768 et Fér. Crit. t. 1 1787, cf. ampoule.
Étymol. ET HIST. − 1. Ca 1550 empoullé « qui a des ampoules » (Rons., Od., 1. v, p. 372 ds Gdf. Compl. : Ceux qui de gands emplombez Meurtissoient la chair empoullee); 2. 1680 spéc. rhét. (Rich. : Ampoulé. Enflé. Discours ampoulé). Au sens 1 dér. de ampoule* étymol. 2 b; au sens 2 part. passé adjectivé de l'anc. verbe ampouler « enfler, gonfler » fig. attesté au xvies. (ca 1570 Rob. Garnier, Dedicace au roy, 187 ds Gdf. Compl. : Une tragedie Semblable a celles cy, qu'humble je vous dedie, Ou j'empoule des vers pleins de sang et d'horreur) lui-même empr. au lat. ampullari « s'exprimer en un style emphatique » (Horace, Epist., 1, 3, 14 ds TLL s.v., 2019, 22).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 40.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Boiss.8. − Dem. 1802. − Dup. 1961. − Gramm. t. 1 1789. − Guizot 1864. − Laf. 1878. − Lav. Diffic. 1846. − Noter-Léc. 1912. − Sardou 1877. − Sommer 1882.

Wiktionnaire

Adjectif

ampoulé \ɑ̃.pu.le\

  1. (Figuré) Qui est enflé, en parlant des paroles ou des écrits qui ont de l’exagération.
    • Sa prose hébraïque était simple, claire, précise, sans cette phraséologie creuse et ampoulée qui était de mode en ce temps. — (Henri Graetz, Histoire des Juifs, 1897)
    • Malgré sa corpulence excessive, l’autorité de M. Hector sur ses subordonnés n’est guère contestable. Il la doit surtout à sa placidité étudiée, au ton solennel et ampoulé qu’il affecte en s’exprimant. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Dans un style assez souvent pompeux et ampoulé, le brasseur commençait par évoquer les maigres souvenirs qu’il avait gardés de sa ville natale, Travenmunde, une petite bourgade près de Lübeck, où son père exerçait la profession de marchand de chevaux. — (Georges Perec, Un cabinet d’amateur, 1979, Le Livre de Poche, page 52)
    • Il s'est lancé dans une réponse aussi ampoulée qu'interminable, un vestige sans doute de sa formation d'avocat. (Antoine Bello, Roman américain, 2014)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AMPOULÉ, ÉE. adj.
Qui est enflé. Il ne se dit qu'au figuré et seulement en parlant des Paroles ou des écrits qui ont de l'exagération. Discours ampoulé. Style ampoulé. Vers ampoulé. Éloge ampoulé.

Littré (1872-1877)

AMPOULÉ (an-pou-lé, lée) adj.
  • Enflé, en parlant du style. Discours ampoulé. Phrases ampoulées. Pour savoir former quatre vers ampoulés, Régnier, Sat. IV. Ni d'un vers ampoulé l'orgueilleux solécisme, Boileau, Art p. I. Que devant Troie en flamme Hécube désolée Ne vienne pas pousser une plainte ampoulée, Boileau, ib. III. Jouet de leurs caresses traîtresses, de leurs compliments ampoulés, Rousseau, Prom. 8.

SYNONYME

AMPOULÉ, EMPHATIQUE, BOURSOUFLÉ. Trois qualités défectueuses d'un style qui dépasse la mesure. Emphatique marque l'exagération, et indique que l'on fait paraître ou briller les choses plus qu'il ne faut. D'après Marmontel, on appelle un style, un vers, un discours ampoulé, celui où l'on emploie de grands mots à exprimer de petites choses. Bousouflé exprime une rédondance de grands mots vides de sens et d'idées. On remarque que, seul de ces trois mots, emphatique n'a pas toujours une signification défavorable ; par exemple, dans cette phrase de Bossuet : En marquant ce passage décisif, on aurait fait entendre d'abord que le terme être appelé, loin d'être diminutif, était emphatique et confirmatif.

HISTORIQUE

XVIe s. Je trouvay l'autre costé tout empoullé, Paré, IX, 1er Disc. Et rapporte au logis les deux mains empoulées, Ronsard, 894. Maintenant que l'hyver de vagues empoulées Orgueillit les terrens…, Ronsard, 278. Et ceux qui de gands emplombez Meurtrissoient la chair empoullée, Ronsard, 521. Les autres sont trop empoulez et presque creux d'enfleures comme hydropiques, lesquels pensent n'avoir rien fait d'excellent, s'il n'est extravagant, creux et bouffy, Ronsard, 584. Beaucoup plus empoullé que plein de majesté, Ronsard, 660.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

AMPOULÉ, ÉE. Ajoutez :

2Au sens propre, tuméfié ; c'est un sens archaïque, comme on peut voir à l'historique, et, par conséquent, français, mais à peu près inusité. Il est vrai que la courtisane n'a pas de quoi être fière en montrant son torse mesquin et ses jambes ampoulées, Bürger, Salons de 1861 à 1868, t. I, p. 125.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ampoulé »

Ampullatus, d'ampulla, ampoule (voy. AMPOULE) ; provenç. ampulhos ; ital. ampolloso. Dans le XVIe siècle, ampoulé s'employait aussi pour signifier affecté d'ampoules.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Du latin ampullatus ; voir ampoule.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ampoulé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ampoulé ampule

Évolution historique de l’usage du mot « ampoulé »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Traductions du mot « ampoulé »

Langue Traduction
Anglais bombastic
Espagnol ampuloso
Italien ampolloso
Allemand schwülstig
Source : Google Translate API

Synonymes de « ampoulé »

Source : synonymes de ampoulé sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « ampoulé »

Ampoulé

Retour au sommaire ➦

Partager