La langue française

Acuité

Sommaire

  • Définitions du mot acuité
  • Étymologie de « acuité »
  • Phonétique de « acuité »
  • Évolution historique de l’usage du mot « acuité »
  • Citations contenant le mot « acuité »
  • Traductions du mot « acuité »
  • Synonymes de « acuité »
  • Antonymes de « acuité »

Définitions du mot acuité

Trésor de la Langue Française informatisé

ACUITÉ, subst. fém.

Qualité de ce qui est aigu.
A.− [Le compl. désigne un obj.]
1. Vieilli [Le compl. de nom désigne un obj. pointu] L'acuité d'une montagne, d'un clou, d'une pointe, d'une aiguille, d'une lame :
1. Il [le peintre anglais Lear] a entre autres, des idées que je crois très peu fondées sur l'acuité des montagnes. Je me rappelle que, dans le Tyrol, vous m'avez appris à les voir moins pointues. P. Mérimée, Lettres à Viollet-Le-Duc,1870, p. 168.
2. Il était évident que, si le naufragé avait jamais été un être civilisé, l'isolement en avait fait un sauvage, et pis, peut-être, un véritable homme des bois. Des sons rauques sortaient de sa gorge, entre ses dents, qui avaient l'acuité des dents de carnivores, faites pour ne plus broyer que de la chair crue. J. Verne, L'Île mystérieuse,1874, p. 351.
P. anal. (à cause de la forme lancéolée de l'ornementation) :
3. ... dans le « parement de Narbonne », malgré l'acuité du dessin gothique, on retrouve la mollesse sinueuse des compositions siennoises. L. Hourticq, Hist. générale de l'Art,La France, 1914, p. 121.
2. P. métaph. [Le compl. de nom désigne ce qui produit comme un effet de piqûre sur les sens] L'acuité du froid, d'une odeur :
4. ... dans cette musique étrange des odeurs, la phrase mélodique qui revenait toujours, dominant, étouffant les tendresses de la vanille et les acuités des orchidées, c'était cette odeur humaine, ... É. Zola, La Curée,1872, p. 357.
En partic. dans le domaine de la mus.L'acuité d'un son, d'un timbre, d'une voix. Caractère aigu, fréquence élevée du son, etc. :
5. ... l'amplitude du larynx correspond toujours au degré de gravité ou d'acuité de la voix; ... S. de La Madelaine, Théories complètes du chant,1852, p. 39.
B.− [Le compl. désigne une fonction ou une activité de l'homme]
1. [En parlant de l'activité des sens] Finesse, sensibilité extrême dans la perception de leur objet :
6. Samedi 7 avril. Aujourd'hui, en me promenant avec de Nittis, je lui parlais de l'acuité que prenait chez moi le sens de l'odorat dans la migraine, si bien qu'alors que je fumais encore, il m'arrivait de me relever pour jeter dans l'escalier un paquet de tabac qui était dans la pièce voisine. De Nittis me dit que chez lui, le vin développe singulièrement l'acuité du sens de la vue... E. et J. de Goncourt, Journal,avr. 1883, p. 247.
7. Chacun des bruits imperceptibles de la nuit se répondait, en tout mon être, par un coup électrique. Les branches noires se heurtaient dans le vent, au jardin. À chaque instant, des bruits de lierre frappaient ma vitre. J'avais, surtout, le sens de l'ouïe d'une acuité pareille à celle des gens qui meurent de faim. Ph.-A.-M. de Villiers de L'Isle-Adam, Contes cruels, L'Intersigne, 1883, p. 296.
8. Dans son visage [de Gustave Geffroy], attentif et bon, brillent deux yeux magnifiques de compréhension et d'acuité. Ce sont ses outils. L. Daudet, Vers le roi,1920, p. 143.
9. Et soudain je me suis dressé. Comme si ma communion avec la nature m'avait donné l'acuité de sens de l'animal, j'avais deviné la présence d'un être. H. de Montherlant, Le Songe,1922, p. 206.
OPT. L'acuité de la vue, de la vision, l'acuité visuelle. Angle qui mesure la faculté de l'œil à distinguer deux points rapprochés le plus possible l'un de l'autre.
P. compar. :
10. On peut dire de ce second Degas, que sa quasi-cécité lui ouvrit enfin d'authentiques points de vue, des horizons nouveaux; les seuls que les artistes inspirés consentent à interroger. Les premières manifestations de l'impassibilité visuelle de Degas, de cet homme dont les plus ardents défenseurs ne peuvent éviter de dire qu'il y voyait avec une acuité d'objectif photographique, paraissent aujourd'hui ahurissantes de platitude, d'une puérilité tatillonne et illustrative, ressortissant parfaitement à l'esthétique de la carte postale. A. Lhote, Peinture d'abord,1942, p. 146.
2. [En parlant du regard, de la sensibilité, de l'esprit d'une pers.] Qualités de lucidité, de pénétration intellectuelle, etc. :
11. Cette acuité de la pensée, cet enthousiasme des sens et de l'esprit, ont dû, en tout temps, apparaître à l'homme comme le premier des biens; ... Ch. Baudelaire, Paradis artificiels,1860, p. 348.
12. ... il entrevoyait dans le raffinement du style, dans l'acuité de l'observation, dans la fermeté de la méthode, de singuliers rapprochements, de curieuses analogies, avec les quelques romans français modernes qu'il supportait. J.-K. Huysmans, À rebours,1884, p. 42.
13. ... mon cher ami, j'ai un sens qui prend dans le désert une merveilleuse acuité, le sens du danger. Je vous en ai donné un petit exemple hier matin, au moment de l'orage. P. Benoit, L'Atlantide,1919, p. 95.
3. [En parlant d'une sensation, d'une perception, d'un sentiment, d'un acte de réflexion...] Intensité, vivacité :
14. Louis m'inspira d'autant mieux sa passion pour l'espèce de sommeil dans lequel les contemplations profondes plongent le corps, que j'étais plus jeune et plus impressible. Nous nous habituâmes, comme deux amants, à penser ensemble, à nous communiquer nos rêveries. Déjà ses sensations intuitives avaient cette acuité qui doit appartenir aux perceptions intellectuelles des grands poètes, et les faire souvent approcher de la folie. − Sens-tu, comme moi, me demanda-t-il un jour, s'accomplir en toi, malgré toi, de fantasques souffrances? Si, par exemple, je pense vivement à l'effet que produirait la lame de mon canif en entrant dans ma chair, j'y ressens tout à coup une douleur aiguë comme si je m'étais réellement coupé : ... H. de Balzac, Louis Lambert,1832, p. 64.
15. Figurez-vous un gourmet qui ne ferait qu'humecter ses lèvres sans boire, que tremper son doigt dans les sauces, sans manger; que regarder les tables bien servies, sans s'y asseoir. Celui-là garderait une grande délicatesse de goût et une extrême acuité d'impression. J. Péladan, Le Vice suprême,1884, p. 77.
16. J'ai débauché les quelques images de Zénon à exprimer la rébellion contre la durée et l'acuité d'une méditation qui fait sentir trop cruellement l'écart entre l'être et le connaître que développe la conscience de la conscience. P. Valéry, Variété 3,1936, p. 67.
17. Il était dit que ce serait un dimanche que je me remettrais à vous écrire. Tout prend une telle acuité de tristesse, à Saint-Léonard, un dimanche de pluie. Que de dimanches pleurés derrière ma fenêtre! H. de Montherlant, Les Lépreuses,1939, p. 1380.
18. Ces conditions communes n'uniformisent pas les caractères; mais elles tendent à ajouter au caractère de fond de chacun une résonance nerveuse qui porte sur l'ensemble du comportement ou sur quelque secteur de l'activité. Parfois elle ne s'exprime que dans des phénomènes marginaux : tics, impatiences fugitives, loquacité, acuité de sensation ou vivacité de jugement. E. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 86.
C.− [Le compl. désigne une situation hum. plus ou moins critique : conflit, probl., difficulté...] Extrême gravité :
19. Depuis que le gouvernement républicain et les philanthropes se sont mis en tête d'exterminer le socialisme, en développant la législation sociale et en modérant les résistances patronales dans les grèves, on a observé que, plus d'une fois, les conflits avaient pris une acuité plus grande qu'autrefois. G. Sorel, Réflexions sur la violence,1908, p. 82.
20. Dire non à la vie en général, aux choses et − ce qui est beaucoup plus rare chez moi et marque bien l'acuité de la crise − aux êtres eux-mêmes, et ce non, n'avoir même pas la force de l'articuler avec netteté, le laisser percer si je puis dire à travers une gigantesque et universelle bouderie, − c'est à peu près là où j'en suis. Ch. Du Bos, Journal,mai 1927, p. 265.
Rem. Pour les syntagmes et assoc. paradigm. fréq. (synon., anton.), cf. les mots en italique dans les ex.
Prononc. ET ORTH. : [akɥite]. − Rem. Gattel 1841 et Ac. Compl. 1842 notent l'ï avec un tréma : acuïté. Enq. : /akɥite1/.
Étymol. ET HIST. − 1. 1256 « saveur aigre » (Reg. de santé, fo41 rods Gdf. Compl. : Fromage vieulx ayant acuité grande, habondance de presure); d'où, par affaiblissement et sans nuance péj. : xvies. « saveur piquante » (Paliss., 148 ds Littré : L'on trouve au goust de la langue la mordication et acuité dudit sel), attest. isolée; 2. a) av. 1320 « qualité de ce qui est aigu » (B. de Gordon, Pratiq., I, 24 ds Gdf. Compl. : Pointure et acuité. [emploi difficile à préciser étant donné le manque de cont.]); b) xviiies. mus. « id. en parlant du son (J. J. Rousseau d'apr. Besch. 1845 s.v. : il n'y a pas, disait J. J. Rousseau, de corrélatif au mot gravité, car celui d'acuité n'a pu passer); 1819 id. « id. » (Boiste : Acuité, hauteur d'un son, t. de musique); c) sens fig. 1832 « id. (des qualités intellectuelles) », supra ex. 14; av. 1870 « finesse, pénétration (du regard) » (A. Dumas d'apr. Journet-Petit t. 1 1966 : D'Artagnan redoubla l'acuité de ce regard auquel nul secret ne résistait); 3. 1578 « intensité d'une sensation (douleur) » (Joub., Gr. Chir., p. 669 ds Gdf. Compl. : En reprimant l'acuité ou poincte du sang); fin xvies. « id. » (Paré, XVIII, 45 ds Littré : Tel sang coule avec acuité et douleur). Du b. lat. acuitas attesté ds l'emploi 2 c dep. Ps. Greg. M., in I Reg., 5, 3, 32 ds TLL, 456, 33 s.v. : acuitatem ingenii non acutam habent, sed retusam; au sens 1 xiie-xiiies., Geberus, Summ., 1, 51, p. 594 ds Mittellat. W., 140, 62 : acuitas salis; ds l'emploi 2 b, Albert. M. (?), Animal. quaest., 19, 10/11, p. 307, 41, ibid., 140, 70 : acuitas vocum consistit in tenuitate et subtilitate. L'hyp. d'une réfection de agüeté « id. » d'apr. lat. acutus (DG, EWFS2) fait difficulté du point de vue chronol., le m. fr. agüeté (dér. de l'a. fr. agu, voir aigu) n'étant pas attesté avant le 1erquart du xives.; agüeté est devenu agüité (cour. du xives.) prob. sous l'influence de acuité; ce dernier a évincé agüeté-agüité et l'a. fr. agüesseid. » dep. xiies.).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 188.
BBG. − Bailly (R.) 1969. − Bar. 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Électron. 1963-64. − Goblot 1920. − Lafon 1963. − Laitier 1969. − Lal. 1968. − Littré-Robin 1865. − Mar, Lex. 1961 [1951]. − Piéron 1963. − Rougnon 1935. − Springh. 1962.

Wiktionnaire

Nom commun

acuité \a.kɥi.te\ féminin

  1. Qualité de ce qui est aigu.
    • Et en effet si, à cette époque, il lui arriva souvent sans se l’avouer de désirer la mort, c’était pour échapper moins à l’acuité de ses souffrances qu’à la monotonie de son effort. — (Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, Du côté de chez Swann, 1913, Éditions Gallimard, Folio n°1924, 1987, page 312)
    • Il dit oui si simplement, avec tant de conviction, qu’elle le regarda avec une acuité accrue, où il y avait presque de l’inquiétude. — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. III, Gallimard, 1937)
    • Acuité de la douleur, d’un son.
  2. (Médecine) Qualité de la perception sensorielle.
    • La chirurgie intraoculaire peut être à l’origine d’une baisse de l’acuité visuelle, d’une rougeur, de douleurs. — (Jacques Flament, Ophtalmologie : pathologie du système visuel, 2002)
    • Il sentait peser sur sa chair cette prodigieuse masse de glace avec autant d'acuité que si son écroulement l'eût directement menacé, il pressentait que son écroulement entraînerait l'écroulement du monde. — (George R. R. Martin, A Game of Thrones, 1996, traduction de Jean Sola)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ACUITÉ. n. f.
Qualité de ce qui est aigu. Acuité de la douleur. Acuité du son.

Littré (1872-1877)

ACUITÉ (a-ku-i-té) s. f.
  • Qualité de ce qui est aigu. L'acuité d'un son. L'acuité de la douleur.

HISTORIQUE

XVIe s. Tel sang coule avec acuité et douleur, Paré, XVIII, 45. L'on trouve au goust de la langue la mordication et acuité dudit sel, Palissy, 148.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « acuité »

Apparu en 1398. Mot dérivé du latin acutus (« aigu »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Acutus, aigu (voy. AIGU).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « acuité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
acuité akµite

Évolution historique de l’usage du mot « acuité »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « acuité »

  • Au fil des jours ordinaires, les yeux perdent leur acuité et l'âme sa résonance. De Lionel Allard / Au fin bout de l'espoir
  • Insomnie. Singulier état où l'acuité des sens s'accroît, où les souvenirs s'accumulent jusqu'à devenir parfois intolérables, où le temps qui s'écoule pourtant au ralenti permet à la pensée de galoper follement. De Yvette Naubert / Les Pierrefendre
  • Autres utilisations possibles : la désinfection de la mallette avec des lunettes d’essai, échelle d’acuité, plaque d’essai, unité de réfraction, biomicroscope, kératomètre… Acuité, Nouvelle solution de désinfection des lunettes 100% française | Acuité

Traductions du mot « acuité »

Langue Traduction
Anglais acuity
Espagnol agudeza
Italien acuità
Allemand schärfe
Portugais acuidade
Source : Google Translate API

Synonymes de « acuité »

Source : synonymes de acuité sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « acuité »

Partager