La langue française

Aveuglement

Sommaire

  • Définitions du mot aveuglement
  • Étymologie de « aveuglement »
  • Phonétique de « aveuglement »
  • Citations contenant le mot « aveuglement »
  • Traductions du mot « aveuglement »
  • Synonymes de « aveuglement »

Définitions du mot aveuglement

Trésor de la Langue Française informatisé

AVEUGLEMENT, subst. masc.

A.− Rare. Action d'aveugler, de priver quelqu'un de la vue :
1. Alors, la voix forte du capitaine hurla : « Feu, nom de dieu! » Et cinquante coups de fusil crevèrent le silence glacé des champs; quatre ou cinq détonations attardées partirent encore, puis une autre, toute seule, la dernière; et quand l'aveuglement de la poudre enflammée fut dissipé, on vit que les douze hommes, avec neuf chevaux, étaient tombés. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Souvenir, 1882, p. 170.
DR. ANC. ,,Supplice qui consistait à priver le condamné du sens de la vue`` (St-Edme t. 2 1825).
P. anal. [En parlant d'une chose ouverte] Obturation :
2. Les ciments à prise rapide trouvent leur emploi pour les enduits, pour les travaux d'aveuglement de venue d'eau, pour certains moulages, pour les cachetages. J. Cléret de Langavant, Ciments et bétons,1953, p. 138.
P. métaph. :
3. Souvent Léonard avait goûté la force d'aveuglement volontaire mise dans son cœur par une pareille méthode. Estaunié, L'Empreinte,1896, p. 37.
B.− État d'un être privé du sens de la vue.
1. Privation définitive, irrémédiable de la vue. Synon. cécité :
4. Il [le roi féroce] ordonne que l'on coupe toutes les vignes, et menace et Nérée et Bacchus. Jupiter frappe d'aveuglement le tyran, qui déjà ne peut plus reconnaître sa route. Dupuis, Abr. de l'orig. de tous les cultes,1796, p. 196.
2. Baisse momentanée de l'acuité visuelle due à l'intensité trop vive de la lumière. Synon. éblouissement :
5. ... cette route droite emplie de ténèbres où les phares d'automobiles happent les couples enlacés et les cyclistes, où règnent le vertige et l'aveuglement. A. Arnoux, Les Gentilshommes de ceinture,1928, p. 38.
3. Au fig. Fait de priver quelqu'un de discernement de sens critique; état d'une personne privée de discernement, de sens critique (notamment sous l'empire de la passion). L'aveuglement de l'esprit est aussi digne de compassion que celui du corps (Ac.1878, 1932) :
6. Nous causions du passé et de l'avenir, des fautes que l'on avait commises, de celles que l'on commettrait; nous déplorions l'aveuglement des princes, qui croyaient revenir dans leur patrie avec une poignée de serviteurs, et raffermir par le bras de l'étranger la couronne sur la tête de leur frère. Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 1, 1848, p. 410.
7. Ce qu'il a mangé de sa fortune à lui et de sa mère et de sa sœur, on ne le sait pas, on ne peut en trouver le fond, et il y a des saisies sur tout chez le monde Hugo, et jusque sur le traitement de député de Lockroy, qui n'a que son traitement pour vivre. Sa femme, dans l'aveuglement de l'amour maternel, a tenu la chose secrète jusqu'au dernier moment; ... E. et J. de Goncourt, Journal,1890, p. 1132.
Au plur. Jugements erronés causés par la passion :
8. L'idée de nation et de souveraineté nationale est soumise à de rudes attaques par l'évolution historique elle-même; les aveuglements des jeunes nationalismes n'y changent rien; ... Perroux, L'Écon. du XXes.,1964, p. 608.
PRONONC. : [avœgləmɑ ̃].
ÉTYMOL. ET HIST. − Fin xiies. avoglement « cécité » (Dialogue Grégoire, éd. W. Foerster, 12, 7 ds T.-L. : ne porent pas lui mëisme vëoir. Et ensi deceut de lur avoglement [caecitate], vuit s'en ralerent del monstier); cf. Ac. 1762 ([...] On dit aujourd'hui Cécité au propre. Aveuglement, ne se dit guère qu'au figuré); fin xiie-début xiiies. fig. (Moralités sur Job, éd. W. Foerster, 312, 1 ds T.-L. : Par lo jor puet l'om alsi lo deleit del pechiet, et par la nuit l'avoglement de la pense entendre, par cui li hom soi soffret avoir la prosperiteit de l'oevre del pechiet); 1545 aveuglement (J. Bouchet, Ep. fam., CV ds Gdf. Compl.). Dér. de aveugle*; suff. -ment1*.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 482. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 797, b) 730; xxes. : a) 600, b) 616.
BBG. − Barb. Misc. 10 1932-35, pp. 73-74. − Foi t. 1 1968. − Marcel 1938. − Noter-Léc. 1912. − Piéron 1963. − Ritter (E.), Les Quatre dict. fr. Rem. lexicogr. B. de l'Inst. nat. genevois. 1905, t. 36, p. 355. − Sexol. 1970. − St-Edme t. 2 1825.

Wiktionnaire

Nom commun

aveuglement \a.vœ.ɡlə.mɑ̃\ masculin

  1. (Désuet) Privation du sens de la vue.
    • Dieu le frappa d’un aveuglement soudain.
    • L’aveuglement mettra le meurtrier dans l’impossibilité de s’évader et de nuire désormais à personne. — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843, VIII, 6)
  2. (Figuré) Trouble et obscurcissement de la raison.
    • Aveuglement volontaire.
    • J’avais besoin d’être heureux : là est le secret de beaucoup d’aveuglements moins explicables encore que celui-ci. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 90)
    • Et voilà qu’Eugène passait les soirées entières dans le salon jaune, écoutant religieusement ces grotesques que lui, Aristide, avait si impitoyablement raillés. Quand il sut, par les bavardages de la ville, que son frère donnait des poignées de main à Granoux et en recevait du marquis, il se demanda avec anxiété ce qu’il devait croire. Se serait-il trompé à ce point ? Les légitimistes ou les orléanistes auraient-ils quelque chance de succès ? Cette pensée le terrifia. Il perdit son équilibre, et, comme il arrive souvent, il tomba sur les conservateurs avec plus de rage, pour se venger de son aveuglement. — (Émile Zola, La Fortune des Rougon, G. Charpentier, Paris, 1871, ch. III ; réédition 1879, p. 99)
    • Aux dernières nouvelles et comme il en fait toujours trop, Hallier pousserait l’aveuglement jusqu’à la cécité. — (Guy Bedos, Journal d’un mégalo, dans Bête de scène, Éditions Hors Collection, 2004)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

AVEUGLEMENT (a-veu-gle-man) s. m.
  • 1Privation de la vue. M. Cassini avait l'esprit égal, tranquille… son aveuglement même ne lui avait rien ôté de sa gaieté ordinaire, Fontenelle, Cassini. Il [un opéré de la cataracte] n'avait eu, pendant le temps de son aveuglement, que des idées faibles des couleurs, Buffon, De la vue. S'il faut souffrir, mes yeux, un si sensible outrage, Qu'on m'ôte la puissance aussi bien que l'usage, Vous aurez moins de peine en cet aveuglement, Rotrou, Bélis. I, 6.

    Par analogie. Ce soir, lorsque la nuit, aux amants favorable, Sur les yeux des mortels répand l'aveuglement…, Chaulieu, Au marq. de Lafare.

  • 2 Fig. Trouble, égarement, obscurcissement de la raison. L'aveuglement où l'idolâtrie les avait plongés, Bossuet, Hist. II, 7. Une partie des Juifs est tombée dans l'aveuglement, Bossuet, ib. Si une confiance insensée ne l'eût pas jetée dans l'aveuglement, Bossuet, ib. III, 4. Dans son aveuglement pensez-vous qu'il persiste ? Corneille, Poly. III, 3. Puis-je ne pas vous plaindre en cet aveuglement ? Corneille, Nicom. III, 2. N'accusez point ici mon choix d'aveuglement, Corneille, Brit. II, 3. Tel est de mon amour l'aveuglement funeste, Corneille, Andr. II, 2. Ils ont le transport de l'ivresse, sans en avoir le trouble et l'aveuglement, Fénelon, Tél. XIX.

REMARQUE

Des grammairiens ont dit qu'aveuglement ne se disait pas au propre, et qu'alors il fallait se servir de cécité. De bons auteurs, on l'a vu, s'en sont pourtant servis au propre ; et il n'y a pas de raison pour ne pas les imiter.

HISTORIQUE

XIIe s. Par lo jor puet l'om alsi lo deleit [plaisir] del pechiet et par la nuit l'avoglement de la pense [pensée] entendre, Job, 455.

XVe s. Decongnoissance ou aveuglissement, Chastelain, Exp. s. verité mal prise.

XVIe s. Celui qui presume d'avoir plus d'intelligence, est d'autant plus aveugle, qu'il ne recognoist pas son aveuglement, Calvin, Inst. 199. Hors de l'Eglise il ne reste que tenebres et aveuglissement, Calvin, ib. 207. Il effraia les Turquomans par la prise, aveuglement et mort de leur chef, D'Aubigné, Hist. II, 389.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

AVEUGLEMENT, s. m. (Med.) privation du sentiment de la vûe, occasionnée par le dérangement total de ses organes, ou par la cessation involontaire de leurs fonctions. L’aveuglement peut avoir plusieurs causes ; la cataracte, la goutte sereine, &c. Voyez Cataracte, Goutte sereine, &c. On a divers exemples d’aveuglement périodique ; quelques personnes ne s’appercevant du défaut de leur vûe que dans la nuit, & d’autres que pendant le jour. L’aveuglement qui empêche de voir pendant la nuit s’appelle nyctalopie. Celui qui empêche de voir les objets durant le jour, hemeralopie.

Le mot d’aveuglement, comme on l’a observé plus haut, se prend très-rarement dans le sens littéral.

L’auteur de l’ambassade de Garcias de Silva Figueroa en Perse, rapporte qu’il y a certains lieux dans ce royaume où l’on trouve un grand nombre d’aveugles, de tout sexe & de tout âge, à cause de certaines mouches qui piquent les yeux & les levres, qui entrent dans les narines, & dont il est impossible de se garantir.

Aldrovande parle d’un sculpteur qui devint aveugle à vingt ans, & qui dix ans après fit une statue de marbre qui ressembloit parfaitement à Cosme II. grand duc de Toscane, & une autre d’argille, qui ressembloit à Urbain VIII. Bartholin parle d’un sculpteur aveugle en Danemarck, qui discernoit au simple toucher toutes sortes de bois & de couleurs. Le pere Grimaldi rapporte un exemple de la même espece. On a vû à Paris un aveugle qui étoit excellent organiste, qui discernoit bien toutes sortes de monnoie & de couleurs, & qui étoit bon joüeur de cartes. Le pere Zahn a rapporté plusieurs exemples de choses difficiles faites par les aveugles, dans un livre qui a pour titre Oculus artificialis. Voy. l’article précédent.

On appelle vaisseaux aveugles, en termes de Chimie, ceux qui n’ont qu’une ouverture d’un côté ; & qui sont bouchés de l’autre. (N)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « aveuglement »

(Date à préciser) Dérivé de aveugler avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Aveugler.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « aveuglement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
aveuglement avœglǝmɑ̃

Citations contenant le mot « aveuglement »

  • Ô misérables esprits des hommes ! Ô cœurs aveugles ! Lucrèce en latin Titus Lucretius Carus, De natura rerum, II, 14
  • Il voyait trop. Et voir est un aveuglement. Édouard Joachim, dit Tristan Corbière, Raccrocs
  • Il ne faut pas s'offenser que les autres nous cachent la vérité, puisque nous nous la cachons si souvent à nous-mêmes. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes

Traductions du mot « aveuglement »

Langue Traduction
Anglais blindly
Espagnol a ciegas
Italien ciecamente
Allemand blindlings
Chinois 盲目地
Arabe عمياء
Portugais cegamente
Russe слепо
Japonais 盲目的に
Basque itsu-itsuan
Corse cecu
Source : Google Translate API

Synonymes de « aveuglement »

Source : synonymes de aveuglement sur lebonsynonyme.fr
Partager