Accouder : définition de accouder


Accouder : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ACCOUDER, verbe trans.

I.− Emploi pronom. S'accouder.[Le verbe est suivi d'un compl. prép. introd. par les prép. à ou sur] Poser le coude ou les coudes sur quelque chose qui sert d'appui, s'appuyer du (des) coude(s) contre quelque chose :
1. Il s'accouda sur le bras du fauteuil, s'appuya la tête dans sa main gauche, et resta perdu dans une de ces méditations funèbres, dans ces pensées dévorantes dont le secret est emporté par les condamnés à mort. H. de Balzac, La Peau de chagrin,1831, p. 247.
2. ... ils s'accoudèrent à la fenêtre et se serrèrent doucement la main. A. de Musset, La Confession d'un enfant du siècle,1836, p. 373.
3. « ..., je me suis accoudé sur le parapet du pont pour voir l'eau tourbillonner sous l'arche et emporter les brins d'herbe qu'elle arrachait sur les bords... G. Flaubert, La Première éducation sentimentale,1845, p. 117.
4. Elle s'agenouilla, s'accoudant au prie-dieu, les yeux errant d'ogive en ogive, comme si elle les comptait. J. Péladan, Le Vice suprême,1884, p. 251.
5. 10 juin. Marinette s'accoude à la rampe du petit pont. − Oh! le joli balcon, dit-elle. J. Renard, Journal,1905, p. 976.
6. Derrière le comptoir de bois verni l'on s'accoudait sans se baisser, évoluaient deux garçons pâles, la chevelure fendue par une raie parfaite, à gauche. P. Hamp, Vin de Champagne,1909, p. 213.
Rem. Syntagmes fréq. : s'accouder à une fenêtre, à une table, à une balustrade, à un parapet, à un balcon, à une cheminée, à une rampe.
[Le compl. prép. peut rester implicite] :
7. Il avait un geste familier. Il s'accoudait du bras droit, posait sa joue sur ses doigts et, de l'ongle du petit doigt libre, se touchait une dent rentrée. Il m'a laissé ce tic. J. Renard, Journal,1897, p. 406.
8. Maintenant que tout était prêt, il y eut un trou. Ainsi parfois le temps s'arrête. (...). La dactylo bâilla, s'accouda le menton au poing et sentit naître le sommeil en elle comme un volume. Un sablier sans doute coulait. A. de Saint-Exupéry, Courrier Sud,1928, p. 55.
Rem. La position exprimée par s'accouder peut être précisée par le cont. (cf. ex. 1, 7, 8).
P. méton., rare. [Le suj. est un subst. désignant une chose abstr. ou concr. personnifiée] :
9. Le fleuve a recouvert la berge et, par les plaines, Roule en ses flots grossis les fleurs des vieux étés Et les bouquets du haut des terrasses jetés Par l'ennui qui s'accoude aux villas riveraines. H. de Régnier, Sites,1887, p. 133.
10. Des débris de fonte, des entassements de ferraille s'accoudaient au bord de la route, parmi des herbes folles et des fleurs de carotte. L. Aragon, Les Beaux quartiers,1936, p. 334.
II.− Emploi trans., littér.
A.− [L'obj. désigne une pers.] Faire (s')accouder :
11. La créature qui parlait était magnifiquement belle, belle à la façon de ces éphèbes de l'Italie du xviesiècle que Raphaël accoude dans le songe immortel de la jeunesse, et dont la tendresse et la pureté de lignes montrent comme une fleur de beauté mâle, comme l'adolescence d'un Dieu. E. et J. de Goncourt, Charles Demailly,1860, p. 180.
12. Une immense mélancolie les accouda [les deux jeunes princes] sur le parapet [du fleuve]. G. d'Esparbès, Le Roi,1901, p. 63.
B.− [L'obj. désigne une chose] :
1. [Le compl. est en fonction d'obj. interne] :
33. Elle se tait, écoute, et dans l'ombre nocturne, Accoudant son beau bras sur la rondeur de l'urne, Le sein ému, le front à demi soulevé, Inquiète, elle attend celui qu'elle a rêvé. Ch.-M. Leconte de Lisle, Poèmes antiques,Thestylis, 1874, p. 223.
2. Littér. [L'obj. dir. est un subst. désignant une chose abstr. : une action, un état d'âme, une qualité] :
14. Cette foule de sénateurs (...) allait, venait autour de lui [le Nabab] sans le voir, accoudant son importance inquiète et des conciliabules mystérieux aux deux cheminées de marbre blanc qui se faisaient face. A. Daudet, Le Nabab,t. 2, 1877, p. 90.
15. Eline quitte le balcon auquel elle accoudait sa prière... A. Daudet, L'Évangéliste,1833, p. 13.
16. Il [Baldassare] éprouvait à parer son corps dolent, à accouder sa résignation à la fenêtre en regardant la mer, une joie mélancolique. M. Proust, Les Plaisirs et les jours,1896, p. 33.
17. Ce placard-cabinet de toilette m'appartenait et j'accoudais à l'une ou l'autre fenêtre une mélancolie, un dédain tous deux feints, à l'heure où les petits Blancvillain et les Trinitet passaient... Colette, La Maison de Claudine,1922, p. 42.
Rem. Dans cet emploi, caractéristique d'un certain style, accouder suivi d'un obj. dir. équivaut à s'accouder suivi d'un compl. de manière ou d'un gérondif (cf. ex. 16 : Eline s'accoudait au balcon en priant; cf. accoudé C). Le procédé consiste à « chosifier » une manière d'être, et à la constr. ensuite en compl. d'obj.; le résultat est un tour brachylogique, qui veut produire un effet de surprise à la manière d'une alliance de mots insolite.
Prononc. − 1. Forme phon. : (s') [akude], (je m') [akud]. Enq. : /akud/. Conjug. parler. 2. Dér. et composés : accoudement, accoudoir. Cf. coude.
Étymol. ET HIST. − Fin xiies. « s'appuyer à l'aide du coude » part. passé adj. (Loh., ms. Montpellier, fol. 258b ds Gdf. Compl. : Fro. fu sor son lit acodés); début xiiies. « id. » (Parise, 2104 ds Gdf. Compl. : Ou chef d'une des tables s'est alez acoder); 1845 milit., Besch. s.v. : ... art milit. Se placer coude à coude. Dér. de coude*, préf. a-*; voir aussi accoter.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 450. Fréq. rel. litt. : xixes. a) 203, b) 1 031; xxes. : a) 889, b) 650.

accouder (s') « mettre les coudes à ... »

Accouder : définition du Wiktionnaire

Verbe

accouder \a.ku.de\ 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’accouder)

  1. (Pronominal) S’appuyer du coude.
    • Du zinc, où nous nous tenions accoudés, on découvrait à droite la perspective d'un pont et d'une partie des quais […]. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Tout, autour de moi, s’est écroulé en ténèbres. Au milieu de ce noir, je me suis accoudé sur ma table ronde, que la lampe ensoleille. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Autour d’une table, un groupe d’hommes étaient rassemblés, et une femme de trente à trente-cinq ans s’accoudait sur le comptoir. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 385 de l’éd. de 1921)
    • Durtal aboutissait à une terrasse dominant la ville et il s’accoudait à une balustrade de pierre grise, sèche, trouée […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  2. (Transitif) (Littéraire) Faire s’accouder.
    • La créature qui parlait était magnifiquement belle, belle à la façon de ces éphèbes de l’Italie du xviesiècle que Raphaël accoude dans le songe immortel de la jeunesse, et dont la tendresse et la pureté de lignes montrent comme une fleur de beauté mâle, comme l’adolescence d'un Dieu. — (E. et J. de Goncourt, Charles Demailly, 1860, p. 180)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Accouder : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ACCOUDER (S'). v. pron.
S'appuyer du coude. S'accouder sur la table. S'accouder sur une balustrade. Accoudé sur son chevet. Être accoudé sur un balcon.

Accouder : définition du Littré (1872-1877)

ACCOUDER (a-kou-dé) v. réfl.
  • S'appuyer du coude. Il s'était accoudé sur la table.

HISTORIQUE

XIIe s. Sur l'erbe verte ont les tapis getez ; Raoul s'i est couchiés et acoutez, R. de Cambrai, 51.

XIIIe s. Et la mauvaise vieille s'est lez lui acoutée, Berte, 16. En un anglet [je] m'alai toute seule acouter, ib. 112. Deleiz le roi s'est Rollan acouteiz, Ger. de Viane, 1227. Et Renart, qui tant à mal est, Desus le puis s'est acoutez, Grains et mariz et trespensez, Ren. 6615. Et ainçois que li rois fust couciés, entrerent il en la sale où li rois Henris estoit acousté sour une coute, Chr. de Rains, p. 11.

XIVe s. Dessus une fenestre s'est alé aqueuter, Guesclin, dans DU CANGE, accubitus.

XVIe s. Et s'estant acouldé à l'une des fenestres de sa chambre, Carloix, II, 9.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « accouder »

Étymologie de accouder - Littré

Norm. acouter ; picard, akeuter ; provenç. acodar, acoudar, acoltar ; espagn. acodar ; de adcubitare, de ad, à, et cubitus, coude (voy. COUDE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de accouder - Wiktionnaire

(fin XIIe siècle) Dérivé verbal de coude, avec le préfixe a- ; → voir accoter [1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « accouder »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
accouder akude play_arrow

Conjugaison du verbe « accouder »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe accouder

Évolution historique de l’usage du mot « accouder »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « accouder »

  • Nous faisons respecter aux clients des règles sanitaires strictes pour la santé de tous. Ceux-ci doivent également respecter un mètre de distance avec notre équipe et les autres clients. Une solution hydroalcoolique est à disposition pour le lavage des mains en entrant et en sortant du bar. Nous privilégions plutôt un paiement des consommations par carte bancaire quand cela est possible. Après avoir consommé, les clients repartent par le porche et non par l’entrée principale. De plus, ils ne doivent pas s’accouder au comptoir afin de respecter la distanciation. , Déconfinement : les bars de Plumieux retrouvent leur clientèle | Le Courrier Indépendant
  • « Normalement, je ne dois recevoir personne au comptoir. Mais le comptoir, c’est tout ce qui fait un bar ! ». Alors, elle laisse les clients s’accouder face à elle, « mais en respectant toujours nos distances ». , Au bar-tabac des Halles à Rohan, Christelle est heureuse de retrouver ses clients  | La Gazette du Centre Morbihan
  • Cela faisait longtemps que la voix d'Hervé Montoyo, président de l'UMIH66, n'avait pas été autant empreinte de gaîté. Après plus de onze semaines de fermeture, les cafés, bars et restaurants peuvent rouvrir leurs portes ce mardi 2 juin. Sous quatre principales conditions : 10 personnes maximum par table, 1 mètre de distance entre chaque groupe, port du masque constant pour les salariés et pour les clients "uniquement" pendant leurs déplacements. Dans les bars, fini aussi de s'accouder au comptoir, du moins pour l'instant. Pas de quoi ébranler le désormais très optimiste président de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie des P.-O. : "Aujourd'hui, toutes les professions ont des contraintes, nous allons donc faire avec. Dans nos métiers, l'hygiène c'est primordial, nous savons faire. Jusque-là nous étions dans l'approximatif maintenant nous sommes dans l'effectif, enfin !". lindependant.fr, Pyrénées-Orientales - Restauration : "On va se retrousser les manches pour retrouver nos clients dès mardi" - lindependant.fr
  • Un rang de moins en terrasse, des tables plus espacées en intérieur et la possibilité de s’accouder aux seules extrémités du comptoir… , L'Epoque à Paimpol : le plaisir retrouvé du "café terrasse" sur le port | La Presse d'Armor
  • …mais qu’on n’aurait pas le droit de s’accouder au bar ni même de faire le fou sur le dancefloor Lyon CityCrunch, Lyon déconfinée, en GIFs animés

Images d'illustration du mot « accouder »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « accouder »

Langue Traduction
Anglais lean
Source : Google Translate API

Synonymes de « accouder »

Source : synonymes de accouder sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires