Absoute : définition de absoute


Absoute : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ABSOUTE, subst. fém.

LITURGIE.
1. Anc. Absolution publique et solennelle qui, dans l'Église romaine, se donnait autrefois au peuple le Jeudi-Saint (ou la veille du Jeudi-Saint).
2. Cérémonie faite notamment de prières terminant l'office des morts et se faisant autour du cercueil ou du catafalque; except., la même cérémonie en dehors de l'office des morts (ex. 1) :
1. ... devant nous s'avançait, couverte d'un simple drap mortuaire, la bière, objet de la vénération universelle; la garde nationale d'un côté, la ligne de l'autre, formaient la haie, derrière laquelle une foule se tenait immobile, silencieuse, découverte; (...) je n'ai pas entendu prononcer une parole par cette multitude durant tout le trajet jusqu'à l'église : nous y sommes arrivés précédés d'une musique douce et grave, puis on a célébré l'absoute. J.-J. Ampère, A.-M. Ampère, Correspondance,t. 2, 1848, p. 167.
2. − « (...) Quant à la raison canonique, et il regarda Mérodack, ce serait la messe de Requiem que j'ai dite pour un suicidé. − « C'est donc moi qui serait cause ... » fit le jeune homme consterné. − « Non frère! » dit le moine, « je comprends que vous ne m'ayez rien dit. N'ai-je pas prononcé aussi l'absoute d'une suicidée? » J. Péladan, Le Vice suprême,1884, p. 330.
3. Le prêtre dit pater noster. Il encense et il asperge le corps pour l'embaumer pour l'éternité : cette absoute est le dernier adieu. Puis il dit une oraison où il fait mémoire des morts, appelle la miséricorde sur eux et le tout se termine par le requiescant in pace. M. Barrès, Mes cahiers,t. 7, 1908, p. 112.
4. Quand on nous aura mis dans une étroite fosse, Quand on aura sur nous dit l'absoute et la messe, Veuillez vous rappeler, reine de la promesse, Le long cheminement que nous faisons en Beauce. Ch. Péguy, La Tapisserie de Notre-Dame,1913, p. 686.
5. Il donna l'absoute. L'encensoir poussait une fumée âcre. Impossible de s'y tromper : Thomas était prêtre. Il lançait les invocations latines avec la sûreté d'un vieux recteur, il corrigeait d'un geste les erreurs des enfants de chœur comme s'il eût donné l'absoute toute sa vie. H. Queffélec, Le Recteur de l'île de Sein,1944, p. 177.
Rem. 1. Le prêtre donne l'absoute (ex. 5), dit l'absoute (ex. 4), prononce l'absoute (ex. 2), célèbre l'absoute (ex. 1). 2. Le plur. indique qu'il existe plusieurs types d'absoute (le jour des funérailles en présence du corps, à une messe d'anniversaire, pour un laïc, un membre du clergé, un évêque, un enfant ou un adulte, pour tous les défunts, etc.) (ex. 6). Dans l'ex. 7, emploi original de absoute pour qualifier une personne (absoute étant constr. en oppos.) :
6. La messe se termine, le célébrant disparaît et, de même qu'au moment où le mort entra, le clergé, précédé par les suisses, s'avance vers le cadavre, et, dans le cercle enflammé des cierges, un prêtre en chape profère les puissantes prières des absoutes. J.-K. Huysmans, En route,t. I, 1895, p. 22.
7. Aujourd'hui, je le reconnais, c'est moi qui ai tous les bénéfices. Ma mère elle-même, l'éternelle absoute, comme je l'appelle dans l'intimité, par cela même, ne manque pas de droits à ma gratitude. P. Léautaud, In memoriam,1905, p. 205.
Prononc. − 1. Forme phon. : [ab̭sut]. 2. Homon. et homogr. : absoute, part. passé fém. du verbe absoudre.
Étymol. ET HIST. − 1. 1319 terme relig., liturg. cath. (Vie St Magloire, Ars. fo75 vods Gdf. Compl. s.v. : Fist absolte entiere De l'offense de Adam premiere). Il s'agit d'une absolution individuelle des péchés et absoute pris dans ce sens n'apparaît plus au-delà du xvies. (1573, A. De Baif, Poèmes, L. III (II, 122) ds Hug. s.v.); 2. 1606 id. (Nicot s.v. : Absoute generale f. Lustratio populi, Lustria, qui se fait tous les ans la semaine saincte par l'Evesque). Le Théol. cath. t. 1 1909 mentionne que, dès les temps anc. (Église romaine), les absolutions collectives (ou absoutes, ayant lieu le Jeudi Saint) existaient parallèlement aux absolutions individuelles. Absoute « absolution collective » attesté dans les dict. à partir du xviies. seulement a donc dû exister en même temps que absoute « absolution (individuelle) des péchés », disparu (cf. supr. 1). Au xviies., absoute n'est plus défini que par « absolution collective », avec valeur sacramentelle : Absolution publique et solennelle qui se donne en général au peuple et dont la cérémonie se fait le jeudi saint au matin ou le mercredi saint au soir, dans les cathédrales. L'Evesque a fait la ceremonie de l'absoute. On fait aussi l'absoute dans les paroisses aux grandes Messes le jour de Pasques. Ac. 1694. Au xviiies., ce sens subsiste (cf. série des Ac. et Trév.) mais sans valeur sacramentelle, à preuve le Théol. cath. : ... depuis plusieurs siècles cette cérémonie (l'absoute) n'était pas sacramentelle et (...) elle n'avait pas l'efficacité de l'absolution sacerdotale au Tribunal de la pénitence. Aux xixeet xxes., les dict. vont dans le même sens (cf. sém. 1). Fém. substantivé de absolz, anc. part. passé de absoudre au sens 1.
BBG. − Bouillet 1859. − Marcel 1938. − Théol. cath. t. 1, 1 1909.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 32.

Absoute : définition du Wiktionnaire

Nom commun

absoute \ap.sut\ féminin

  1. (Liturgie catholique) (Vieilli) Prière qui termine une cérémonie funèbre.
    • Comment pourrais-je refuser une sépulture à un homme baptisé ? Et pourquoi ne pas lui donner l’absoute ? — (Ivo Andrić, Le Pont sur la Drina, 1945 ; traduit du serbo-croate par Pascale Delpech, 1994, p. 193)
    • Le curé a donné l’absoute.
  2. (Vieilli) Absolution publique et solennelle qui se donnait au peuple le jeudi saint au matin, ou le mercredi saint au soir dans les cathédrales.

Forme de verbe

absoute \ap.sut\

  1. Participe passé féminin singulier du verbe absoudre.
    • Le mariage serait un crime irrémissible de la part d’un templier ; mais les petites folies que je puis commettre seront vite absoutes à la prochaine assemblée de notre ordre. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Absoute : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ABSOUDRE. (J'absous, tu absous, il absout; nous absolvons, vous absolvez, ils absolvent. J'absolvais. J'ai absous. J'absoudrai. J'absoudrais. Absous, absolvons, absolvez. Que j'absolve. Absolvant. Absous, absoute.) v. tr.
T. de Droit criminel. Renvoyer de l'accusation une personne reconnue l'auteur d'un fait qui n'est pas qualifié punissable par la loi. Il signifie aussi Déclarer un accusé innocent du crime ou du délit qui lui était imputé, l'acquitter. En absolvant cet homme, on n'a pas fait justice. Il y a eu cinq voix pour condamner l'accusé et sept pour l'absoudre. On l'a absous malgré le crédit de ses ennemis. Il s'est fait absoudre du crime dont on l'accusait. En termes de Théologie, il signifie Remettre les péchés. Tout prêtre a pouvoir d'absoudre en cas de danger de mort. Absoudre un pénitent. Absoudre en confession. Il s'emploie figurément dans le langage ordinaire. Je vous absous de votre négligence, en faveur de votre repentir.

Absoute : définition du Littré (1872-1877)

ABSOUTE (ab-sou-t' ou plutôt ap-sou-t') s. f.
  • 1 Terme de la liturgie catholique. Absolution publique et solennelle qui se donne en général au peuple et dont la cérémonie se fait le jeudi saint au matin ou le mercredi au soir dans les cathédrales.
  • 2Cérémonie qui se fait autour du cercueil, dans l'office des morts.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Absoute : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

ABSOUTE, s. f. Cérémonie qui se pratique dans l’Eglise Romaine le Jeudi de la semaine sainte, pour représenter l’absolution qu’on donnoit vers le même tems aux Pénitens dans la primitive Eglise.

L’usage de l’Eglise de Rome, & de la plûpart des Eglises d’Occident, étoit de donner l’absolution aux Pénitens le jour du Jeudi saint, nommé pour cette raison le Jeudi absolu. Voyez Absolu.

Dans l’Eglise d’Espagne & dans celle de Milan, cette absolution publique se donnoit le jour du Vendredi saint ; & dans l’Orient, c’étoit le même jour ou le Samedi suivant, veille de Pâques. Dans les premiers tems, l’Evêque faisoit l’absoute, & alors elle étoit une partie essentielle du Sacrement de Pénitence, parce qu’elle suivoit la confession des fautes, la réparation de leurs desordres passés, & l’examen de la vie présente : « Le Jeudi saint, dit M. l’Abbé Fleury, les Pénitens se présentoient à la porte de l’Eglise ; l’Evêque après avoir fait pour eux plusieurs prieres, les faisoit rentrer à la sollicitation de l’Archidiacre, qui lui représentoit que c’étoit un tems propre à la clémence… Il leur faisoit une exhortation sur la miséricorde de Dieu, & le changement qu’ils devoient faire paroître dans leur vie, les obligeant à lever la main pour signe de cette promesse ; enfin se laissant fléchir aux prieres de l’Eglise, & persuadé de leur conversion il leur donnoit l’absolution solemnelle ». Mœurs des Chrétiens, tit. XXV.

Maintenant ce n’est plus qu’une Cérémonie qui s’exerce par un simple Prêtre, & qui consiste à réciter les sept Pseaumes de la Pénitence, quelques oraisons relatives au repentir que les Fideles doivent avoir de leurs péchés, une entr’autres que le Prêtre dit debout, couvert, & la main étendue sur le peuple, après quoi il prononce les formules Misereatur & Indulgantiam. Mais tous les Théologiens conviennent qu’elles n’operent pas la rémission des péchés ; & c’est la différence de ce qu’on appelle absoute avec l’absolution proprement dite. V. Absolution. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « absoute »

Étymologie de absoute - Littré

Absoudre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de absoute - Wiktionnaire

(1340) Dérivé de absoudre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « absoute »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
absoute apsut play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « absoute »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « absoute »

  • • levée du corps et absoute au domicile à Gounghin le samedi 06 juin 2020 à 14h, suivies de l’inhumation au Cimetière Municipal de Gounghin. afriqueactudaily, Décès de DIAKITE née YAMEOGO Agnès : Faire part - afriqueactudaily
  • Le 21 mai, Abbas avait déclaré que l’AP était « absoute » de tous les accords et arrangements avec Israël et les États-Unis. Il a expliqué que sa déclaration était une réponse aux violations répétées par Israël de ces accords, y compris son projet d’annexion unilatérale de certaines parties de la Cisjordanie, et que ses forces de sécurité coupaient les liens avec l’armée israélienne. The Times of Israël, Des heurts éclatent après une prière juive au Tombeau de Joseph | The Times of Israël
  • L'absoute, suivie de la dispersion des cendres aura lieu en l'église paroissiale de Forville, le vendredi 19 juin 2020 à 11 heures. , Monsieur Simon LEFEVRE (✝16/06/2020) - Avis nécrologique lavenir.net

Traductions du mot « absoute »

Langue Traduction
Portugais absolvida
Italien assolta
Espagnol responso
Anglais absolution
Source : Google Translate API

Synonymes de « absoute »

Source : synonymes de absoute sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « absoute »



mots du mois

Mots similaires