La langue française

Voisinage

Définitions du mot « voisinage »

Trésor de la Langue Française informatisé

VOISINAGE, subst. masc.

A. − Fait d'être voisin.
1. [Dans l'espace]
a) Situation d'une personne qui habite près de quelqu'un, est à faible distance de quelqu'un. Synon. proximité.Voisinage des grands, d'une jolie fille, de deux amis; être dans le voisinage de qqn. Le voisinage de cette brute était pour Clotilde un intolérable supplice (Bloy, Femme pauvre, 1897, p. 41).Les personnes dont François redoutait le plus le voisinage à table étaient les garçons de son âge, fades jeunes gens du monde, dont il se croyait méprisé (Radiguet, Bal, 1923, p. 95).
P. ext. Ensemble des rapports existant entre les personnes habitant à proximité les unes des autres; comportement des voisins. Synon. fréquentation.Voisinage agréable; paix d'un voisinage. L'abbé essayait de se réconcilier avec Aristide par toutes sortes de petits soins de voisinage (Duranty, Malh. H. Gérard, 1860, p. 86).Grand'mère, qui redoute toujours un voisinage désagréable, demande:Sait-on qui c'est? (Gyp, Souv. pte fille, 1927, p. 58).
Loc. De (bon) voisinage. Amitié, pratiques de bon voisinage. On les croyait mariés, et plus d'une fois leurs voisins leur firent des avances pour établir entre eux des relations de voisinage (Murger, Scènes vie jeun., 1851, p. 62).Quant à ses relations avec les Rance, elles étaient d'excellent voisinage (G. Leroux, Parfum, 1908, p. 70).
En partic. [Dans les relations internat.] Les membres de l'organisation reconnaissent (...) que leur politique doit être fondée (...) sur le principe général du bon voisinage dans le domaine social, économique et commercial (Charte Nations Unies, 1946, p. 92).
DR. Trouble du voisinage. V. trouble2III D.
SOCIOL. Unité de voisinage. ,,Unité collective susceptible de développer la participation à des actions quotidiennes communes: transport, école, magasins, services sociaux`` (Graw. 1981). De petits centres de quartiers seront établis dans les unités de voisinage pour les achats quotidiens (Gds ensembles habit., 1963, p. 33).
b) Situation d'un lieu, d'un objet qui est à faible distance de quelqu'un ou d'une autre chose; situation de deux ou de plusieurs choses qui sont rapprochées. Synon. proximité.Voisinage de l'eau, des jardins, de la mer, d'une ville; étoile située au voisinage du soleil; redouter le voisinage d'une usine. C'était un château dans le voisinage d'une grande forêt très-favorable à la chasse (Barante, Hist. ducs Bourg., t. 4, 1821-24, p. 40).Les grands roseaux qui annonçaient le voisinage du fleuve (Green, Journal, 1934, p. 255).
Spécialement
MÉD. Proximité d'une partie du corps. La plèvre s'enflamme (...) surtout par voisinage d'un organe lui-même fortement enflammé (Garcin, Guide vétér., 1944, p. 110).
SC., MATH. Proximité d'un repère. Les électrons se localisent habituellement au voisinage d'un point P situé sur l'axe de liaison (Daudel, Fond. chim. théor., 1956, p. 201).Propriétés insolites de la matière au voisinage du zéro absolu (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 232).
Au plur., littér. Choses qui sont rapprochées, rassemblées. [L'ironie de la nature] est (...) créatrice de formes saugrenues, de rapprochements imprévus, de voisinages cocasses: L'être le plus proche de l'homme raisonnable est le singe avec ses folies (Béguin, Âme romant., 1939, p. 112).
Au fig. Proximité. Chacun nourrit des pensées sourdes, dont il croit sentir le voisinage et l'approche (Alain, Propos, 1929, p. 849).
2. [Dans le temps] Caractère d'un fait, d'un événément rapproché ou relativement rapproché. Synon. approche, proximité.Voisinage de l'adolescence, de la quarantaine, de la mort; au voisinage du solstice. Il y a une dilatation de pensée propre au voisinage de la tombe; être près de la mort, cela fait voir vrai (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 358).Un jour, je relirai cette date: je penserai au bonheur que devait m'inspirer le voisinage de la Noël que j'aime tant (J. Bousquet, Trad. du sil., 1935, p. 32).
B. − Ce qui est voisin.
1. Ensemble des voisins, de ceux qui habitent les lieux situés aux alentours. Synon. entourage.Voisinage amical, hostile; fréquenter le voisinage; ameuter, réjouir tout le voisinage; être aimé, apprécié, connu de tout le voisinage. Frank était détesté de tout le voisinage. Est-il ici quelqu'un qui soit de son village? Demandez si c'est vrai (Musset, Coupe, 1832, IV, 1, p. 306).Le matin, aux appels désespérés des Buteau, le voisinage accourut (Zola, Terre, 1887, p. 497).
Maison sans voisinage. Maison qui est sans voisins immédiats. Une petite maison sans voisinage immédiat, dans un jardin ou dans un terrain vague (Romains, Hommes bonne vol., 1932, p. 226).
2. Espace, lieu, région qui se trouve à faible distance du point considéré et qui est ou non habité. Synon. alentours, environs (v. environ), quartier (v. quartier1).Voisinage de quelques kilomètres; curé, habitant du voisinage; chercher une chambre, une location dans le voisinage; travailler dans le voisinage. Vers le soir, les commères du voisinage s'en vinrent pour contempler la défunte (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Miss Harriet, 1883, p. 878).J'avais, dans le voisinage, un tas de petites aventures; mais des aventures d'occasion, des amours de vingt minutes, sans lendemain (Martin du G., Confid. afric., 1931, p. 1117).
En partic. Région du corps située près d'un organe. Vaisseaux formant des plexus autour du cœur ou dans son voisinage (Cuvier, Anat. comp., t. 4, 1805, p. 184).Je profitai de l'affluence pour me serrer contre Josette et lui explorer traîtreusement le voisinage des aisselles. Je dis bien le voisinage, car je n'osai prendre carrément l'objet en main (H. Bazin, Vipère, 1948, p. 217).
MATH., TOPOL. On appelle voisinage d'un point tout ensemble contenant un ouvert contenant ce point. L'intersection et la réunion de deux voisinages sont des voisinages. Un ouvert possède la propriété suivante: quel que soit l'élément a de ω, il existe un voisinage de a entièrement contenu dans ω (War.1966, p. 409).
Prononc. et Orth.: [vwazina:ʒ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1240 « ensemble des personnes voisines » parrage, connissance ne voisinage (Jehan de Tuim, Julius César, éd. F. Settegast, fol. 40b, p. 125); b) 1547 « lieux qui se trouvent à peu de distance de quelqu'un ou de quelque chose » le territoire et voisinage prochain (N. Du Fail, Propos rustiques, Epistre ds Œuvres facétieuses, éd. J. Assézat, t. 1, p. 4); 2. a) 1283 « état de proximité d'un lieu, d'une personne... par rapport à un autre lieu, à une autre personne... » par reson de voisinage et de nacion (Philippe de Beaumanoir, Coutumes Beauvaisis, éd. A. Salmon, Prol., 2, p. 2); en partic. 1575 « rapports qui existent entre des personnes habitant les unes à côté des autres » bon voisinage (7 avril, Lett. miss. de Henri IV, t. IV, p. 334 ds Gdf. Compl.); b) 1585 « état des choses qui présentent entre elles des analogies, des ressemblances » (N. Du Fail, Contes d'Eutrapel, éd. J. Assézat, t. 2, p. 199); c) 1662 « proximité d'une chose dans le temps » (Bossuet, Oraison funèbre du Père Bourgoing ds Oraisons funèbres, éd. J. Truchet, p. 60). Dér. de voisin*; suff. -age*. L'a. et m. fr. connaissent visnage (1176-84 vignage, Gautier d'Arras, Eracle, éd. G. Raynaud de Lage, 391; 1remoit. xiiies. visnaige, Maître Elie, De Ovide de arte, éd. H. Kühne et E. Stengel, 325), formé avec changement de suff. d'apr. visné « voisinage » (ca 1130 visned, Lois Guillaume, éd. J. E. Matzke, 21,2, p. 19) d'un lat. pop. *vīcīnātus (dont le premier n'a pas été dissimilé car tonique, contrairement au de vīcīnus qui était atone) formé sur vīcīnus (voisin*). Fréq. abs. littér.: 1 454. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 491, b) 2 143: xxes.: a) 1 929, b) 1 748.

voisinage « espace qui se trouve à proximité »; noter aussi le sens de « ensemble des voisins » Cf. aussi bocage, pacage, parage (étymol. B 1)

Wiktionnaire

Nom commun

voisinage \vwa.zi.naʒ\ masculin

  1. Proximité d’un lieu à l’égard d’un autre.
    • Je regrette, pour notre établissement, le voisinage de ce volcan en activité. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Enfin, dans le voisinage des côtes, l’hydrographie de l'Arctique ou de l'Antarctique est incomplète ou nulle ; […]. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  2. (Par extension) Lieu situé à proximité d'un autre.
    • Mais il refusa une seconde fois, préférant suivre ses compagnons partout où ils iraient que de rester seul par une pareille nuit et dans un semblable voisinage. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Aucune route frayée ne sillonnait le voisinage, et, pour atteindre notre heureuse retraite, il fallait repousser le feuillage de milliers d'arbres forestiers […]. — (Edgar Poe, Éléonora, dans Histoires grotesques et sérieuses, traduction de Charles Baudelaire)
  3. Espace, lieu ou région qui se trouve à faible distance du point considéré, qu'il soit ou non habité.
    • Les Gamo sont numériquement majoritaires mais on les voit rarement; isolés dans leurs voisinages éloignés, à cinq ou six cents mètres au-dessus de la vallée, ils descendent rarement au marché central. — (Jacques Bureau, Les Gamo D'Éthiopie : Étude du système politique, Paris : Société d'éthnographie, 1981, p. 6)
  4. (Par extension) Proximité d'un événement.
    • Le pays de Vaud , de tout temps français par ses habitudes, ses mœurs, son caractère, son commerce, ses besoins, son langage, conspirait, à la faveur du voisinage de la révolution, pour s'affranchir de l’oligarchie bernoise. — (« Mémoires de Napoléon, chap. 2 : Politique du Directoire », dans les Mémoires pour servir à l'histoire de France sous Napoléon, écrits à Sainte-Hélène par les généraux qui ont partagé sa captivité, vol. 6, écrit par le général comte de Monthelon, Paris : chez Firmin Didot père et fils & Bossange frères , Berlin : chez G. Beimer, 1825, p. 48)
  5. Ensemble des personnes voisines.
    • […], les Magistrats d’un même voisinage ont, en général, l’habitude de se réunir régulièrement dans la ville la plus proche, soit tous les quinze jours, soit même chaque jour de marché ; […]. — (Anonyme, Angleterre. - Administration locale, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • Cette « ville à la carte », moins déterminée par la proximité spatiale que par les préférences et les capacités de déplacement des individus, s’affranchirait des relations de voisinage au profit de relations sociales électives et déterritorialisées ([…]), diminuant le poids traditionnel du quartier, […]. — (« Pratiques citadines : entre îlot et réseau », chap. 5 de Quand la ville se ferme: quartiers résidentiels sécurisées, ouvrage collectif sous la direction de Guénola Capron, Éditions Bréal, 2006, p. 114)
  6. (En particulier) Ensemble des rapports existant entre les personnes habitant à proximité les unes des autres ; comportement des voisins.
    • Mais vous savez mieux que moi comme il convient d'agir... seulement ne craignez pas qu'il y ait aucune communication ce soir entre ce M. de la Morinière et Lopès; et si demain, au jour, le gentilhomme se plaignait du voisinage, on s'excuserait sur la nécessité et on le conduirait ailleurs. — (Élie Berthet, « Le Gentilhomme verrier », dans L'Écho des feuilletons: recueil de nouvelles, légendes, anecdotes, épisodes, etc., 27e année, Paris : chez les éditeurs, 1866)
    • Un conflit de voisinage de longue date a dégénéré ce vendredi 20 mars à Bouglon dans le Lot-et-Garonne. Trois personnes ont été tuées par balle. — (Maeliss Innocenti, « Lot-et-Garonne : un conflit de voisinage dégénère, trois morts », le 21/03/2020, sur le site de la chaîne de radio RTL (www.rtl.fr))
  7. (Par ellipse) (Police) Enquête auprès du voisinage.
    • Dans l’attente d’une réquisition du procureur leur permettant de perquisitionner, il pense avoir correctement dispatché les membres de son groupe : son adjoint ici même pour le voisinage, deux flics en route vers les rédactions où travaille Hugues Vallès et le dernier consigné à la PJ, avec mission d’identifier puis de contacter l’opérateur téléphonique et le fournisseur d’accès Internet du suspect.— (Martial Caroff, ’’Layla’’, Paris, Archipel, 2012)
  8. (Médecine) Proximité d’une partie du corps.
    • Mais , dans certains cas , il est bien difficile de distinguer une poche hydatique d'une tumeur formée par la distension de la vésicule biliaire , d'une masse encéphaloïde , et surtout d'un kyste développé dans le voisinage du foie , dans l’épiploon gastro-hépatique par exemple. — (Dictionnaire des dictionnaires de médecine français et étrangers, sous la direction du docteur Fabre, Paris : au bureau de la Gazette des Hôpitaux, 1840, vol. 4, p. 246)
  9. (Sciences) Proximité d’un repère.
  10. (Topologie) Voisinage d'un point x dans un espace topologique : partie contenant un ouvert auquel appartient ce point x.
    • On peut également définir un voisinage de x0 de la manière suivante : le sous-ensemble ν de R est un voisinage du réel x0 si ν contient un intervalle ouvert contenant X0. — (Stéphane Balac & ‎Frédéric Sturm, Algèbre et analyse: cours de mathématiques de première année avec exercices, Presses polytechniques & universitaires romandes, 2003, note 18, p. 110)
    • Par convention, l'ensemble vide est un ouvert de C. Son complémentaire dans C est donc un fermé de C, autrement dit C est un fermé de C. Nous avons vu que C est voisinage de chacun de ses points ; c'est donc un ouvert de C. — (Stéphane Balac & ‎Laurent Chupin, Analyse et algèbre: cours de mathématiques de deuxième année avec exercices, Presses polytechniques & universitaires romandes, 2008, p. 165)
  11. (Littérature) (Au pluriel) Choses qui sont rapprochées, rassemblées.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VOISINAGE. n. m.
Proximité d'un lieu à l'égard d'un autre. Le voisinage de la forêt, des montagnes. C'est un voisinage fort désagréable. Il se dit, par extension, des Lieux situés à proximité. Il demeure dans le voisinage. La grêle a désolé tout le voisinage. Il se dit aussi de l'Ensemble des personnes voisines. Tout le voisinage est accouru. Il est bien avec tout son voisinage.

Littré (1872-1877)

VOISINAGE (voi-zi-na-j') s. m.
  • 1 Terme collectif. Les voisins. Ah ! je devais du moins lui jeter son chapeau… Faire au larron d'honneur crier le voisinage, Molière, Sgan. 16. Il est, parbleu ! grand jour ; déjà de leur ramage Les coqs ont réveillé tout notre voisinage, Regnard, le Joueur, I, 1.

    Les lieux voisins. La grêle a désolé tout mon voisinage. C'est une chose, à mon gré, très curieuse que les procès-verbaux faits juridiquement concernant tous les morts qui étaient sortis de leurs tombeaux pour venir sucer les petits garçons et les petites filles de leur voisinage, Voltaire, Dic. phil. Vampires. Je compte avec impatience les minutes qui s'écoulent jusqu'à mon retour dans ma patrie, ou du moins à son voisinage, Rousseau, Lett. à Vernes, 4 avr. 1757.

  • 2Proximité d'une localité, d'une personne, d'une chose, à l'égard d'une autre. Le voisinage du chemin de fer donne de l'importance à cette ville. C'est le voisinage de la lune qui fait paraître cet astre aussi gros que le soleil. L'amour du repos, de la solitude, le désir d'être oublié pour mourir en paix, me font redouter de me rapprocher des grandes villes où mon voisinage pourrait réveiller une sorte d'attention qui fait mon tourment, Rousseau, Lett. à M. de Mirabeau, Corresp. t. II, p. 103, dans POUGENS. Le voisinage de deux nations actives et industrieuses causait de vives inquiétudes aux Espagnols, Raynal, Hist. phil. x, 7.

    Fig. Les pénitences du P. Bourgoing l'ont souvent avancé dans le voisinage de la mort, comme pour la lui faire observer de près, Bossuet, Bourgoing. Rien n'est si dangereux pour le vrai et ne l'expose tant à être méconnu, que l'alliage ou le voisinage de l'erreur, D'Alembert, Œuv. t. I, p. 186.

  • 3 Fig. Analogie. La ressemblance du cri de cet émerillon du P. du Tertre avec le cri de notre crécerelle est encore un autre indice du voisinage de ces espèces, Buffon, Ois. t. II, p. 66.

HISTORIQUE

XIIe s. Maint bien m'a fait icil bon sire ; Li visnages le sait bien dire, Quele vie j'i al menée, Gautier D'Arras, Ille et Galeron.

XIIIe s. Et [une femme qui avait les yeux malades] aloit par soi, ja soit ce que ele veist malvesement, à l'eglise et par le visnage, Miracles St Loys, p. 175. Et cil dudit païs sont nostre proisme [nos prochains], par reson de voisinage et de nascion [naissance], Beaumanoir, Prologue.

XIVe s. Mais, sachiés, de cheste okoison Le blamoit moult tous ses vinages, Jean de Condé, t. II, p. 2.

XVIe s. Pour troubler tout un voisinage, Il ne fault point d'autre furie, Du Bellay, J. VII, 48, verso. Il y avoit tousjours entre ces deux citez, à cause de leur voisinage, quelques hargnes et quelques querelles à demesler, Amyot, Démosth. 25.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « voisinage »

Voisin ; wallon, voizineg ; provenç. vesiage. L'ancienne langue disait aussi voisinetet, et, au XVIe siècle, le voisiné.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1240) De l’ancien français voisinage, venant du latin vicinalis.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « voisinage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
voisinage vwazinaʒ

Citations contenant le mot « voisinage »

  • Aucune chose n'est réelle en soi. Elle naît du voisinage des autres. De Jean O'Neil / Les hirondelles
  • Un problème de voisinage est un problème auquel on demande à son voisin de pallier. De Marc Escayrol / Mots et grumots
  • Barbecue, tondeuse, piscine et autres nuisances : comment mettre fin aux troubles excessifs de voisinage ? Franceinfo, C'est ma maison. Faire cesser des troubles de voisinage
  • Le samedi 25 juillet, alors qu’il reçoit des amis chez lui, rue Pasteur, un homme d’une cinquantaine d’années entend qu’on frappe à sa fenêtre, vers 2 h 30 du matin. En s’approchant, il reconnaît son voisin accompagné d’un inconnu et leur ouvre la porte. S’en suit alors une discussion houleuse au sujet de problèmes de voisinage, sans motif précis, sur fond d’alcool. Le voisin finit par envoyer un coup de poing dans la figure du quinquagénaire. L’inconnu qui l’accompagne poignarde ensuite quatre fois la victime au sol, une fois à l’abdomen et trois fois dans la cuisse. La Voix du Nord, Harnes: poignardé à quatre reprises pour un différend de voisinage
  • Conflits de voisinage: faites valoir vos droits! NotreTemps.com, Bruits de voisinage, comment réagir?
  • Si vous estimez que vous êtes victime d’un trouble du voisinage, deux possibilités s’offrent à vous. LeLynx.fr, Barbecue et voisinage : quelles sont les règles à respecter ?
  • Pas de vacances pour les gendarmes. Leurs interventions sur les conflits de voisinage et tapages nocturnes sont en recrudescence depuis le début de l'été. France Beu a suivi la compagnie de Montbrison dans la soirée de vendredi à samedi. France Bleu, Montbrison : les interventions des gendarmes en augmentation sur les tapages et incivilités

Images d'illustration du mot « voisinage »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « voisinage »

Langue Traduction
Anglais neighborhood
Espagnol barrio
Italien quartiere
Allemand gegend
Chinois 邻里
Arabe حي
Portugais vizinhança
Russe окрестности
Japonais ご近所
Basque auzoa
Corse vicinariu
Source : Google Translate API

Synonymes de « voisinage »

Source : synonymes de voisinage sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « voisinage »

Voisinage

Retour au sommaire ➦

Partager