La langue française

Vire

Définitions du mot « vire »

Trésor de la Langue Française informatisé

VIRE, subst. fém.

A. − GÉOGR. Replat étroit le long d'un escarpement montagneux. Du sommet de la gorge où nous étions maintenant arrivés, une étroite vire contourne le rocher à pic et permet de descendre dans la gorge vertigineuse, à deux cents mètres au-dessus du torrent (Abellio, Pacifiques, 1946, p. 329).
B. − PATHOL., vx. Panaris sous-épidermique. (Dict. xixeet xxes.).
Prononc.: [vi:ʀ]. Homon. formes de voir. Étymol. et Hist. 1. a) [Fin xies.] judéo-fr. « trait de flèche qui tournoie en volant » (Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1, 1062, p. 146] 1269-78 (Jean de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 15637), en a. et m. fr. seulement; b) 1306 « action de tourner » A trestournees et a vires (Guillaume Guiart, Royaux Lignages, éd. N. de Wailly et Delisle, 17352); d'où 1858 méd. « panaris » (Littré-Robin); 2. 1877 alpin. (M. J. Gourdault, La Vire aux mayens [titre] ds R. des Deux Mondes, 15 août). Déverbal de virer*. Bbg. Quem. DDL t. 27.

Wiktionnaire

Nom commun 1

vire \viʁ\ féminin

  1. Étroite plate-forme ou corniche sur les flancs d’une paroi rocheuse, sentier serpentant le long d’une montagne.
  2. (Médecine) Ancien nom du panaris sous-épidermique.

Nom commun 2

vire \viʁ\ féminin

  1. (Héraldique) N’est jamais employé au singulier, voir vires.

Forme de verbe

vire \viʁ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de virer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de virer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de virer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de virer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de virer.

Forme de verbe

vire \ˈviːre\

  1. Forme mutée de mire par adoucissement (m > v).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VIRER. v. intr.
Aller en tournant. Ce bicycliste, cet automobiliste vire adroitement. Tournez et virez tant qu'il vous plaira. Fig., Faire tourner et virer quelqu'un, Le soumettre à ses caprices.

VIRER, en termes de Marine, signifie Tourner, d'un côté sur l'autre. Virer de bord. Virer sur l'ancre.

VIRER s'emploie aussi comme verbe transitif et signifie Faire tourner. Virer le cap au nord. Virer le cabestan. Fig. et pop., Tourner et virer quelqu'un, Lui tenir divers discours, lui faire diverses questions pour le faire parler, pour savoir de lui quelque chose.

VIRER, en termes de Finance, signifie Transporter un chiffre de recette ou de dépense d'un compte à un autre, d'un chapitre de budget à un autre. Virez telle somme à son compte. En termes de Photographie, il signifie Tremper une épreuve dans une dissolution de sels d'or, de platine, etc., pour lui donner sa couleur et son intensité définitive.

Littré (1872-1877)

VIRE (vi-r') s. f.
  • Vulgairement, le panaris sous-épidermique.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

VIRE (vi-r'), s. f. Chemin en lacet ou tournant autour d'une montagne abrupte, en Valais. La vire aux mayens, titre d'un article de la Revue des Deux-Mondes, 15 août 1877, par M. J. Gourdault.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

VIRE, (Géog. mod.) ville de France, dans la basse Normandie, capitale du petit pays de Bocage, au bailliage de Caën, à 12 lieues au sud-est de Caen, à 9 au sud-est de S. Lô, & à 58 au couchant de Paris. Quoiqu’il n’y ait qu’une paroisse, elle est assez grande, & a de vastes fauxbourgs. L’église est belle, & est desservie par un grand nombre de prêtres : il y a aussi des cordeliers, des capucins, des ursulines & des bénédictines. C’est le siege d’une vicomté, d’un grenier à sel, d’une élection & d’une maîtrise des eaux & forêts. On y fabrique beaucoup de draps, dont il se fait un grand commerce. Les Vaudevires, qu’on a appellé improprement Vaudevilles, ont pris leur nom de cette ville. Long. suivant Cassini, 17. 37′.30″. latit. 48. 50′. 15″.

Desmares (Toussaint), prêtre de l’oratoire, naquit à Vire en 1599. Il entra fort jeune dans la congrégation de l’oratoire nouvellement établie, & se distingua dans la suite en qualité de prédicateur. Il fut l’un des députés à Rome pour la défense de la doctrine de Jansénius, dont on poursuivoit la condamnation, & il défendit cette doctrine devant Innocent X. De retour en France en 1668, il reparut en chaire à Paris, & prêcha sur la grace avec un applaudissement qui lui a mérité l’éloge de Despréaux, sat. X. vers. 118. Hà, bon ! voilà parler en docte janséniste, Alcippe, & sur ce point si savamment touché, Desmares, dans S. Roch, n’auroit pas mieux prêché. Mais les applaudissemens même qu’il reçut, irriterent tellement ses ennemis, qu’ils le forcerent de chercher sa sûreté dans la fuite. Le duc de Luynes le cacha quelque tems dans ses maisons, & bientôt après le duc & la duchesse de Liancourt lui donnerent, sous le bon plaisir du roi, un logement dans leur château de Liancourt, avec tout ce qu’il lui falloit pour vivre commodément. Il travailloit dans cette douce retraite à un traité de l’eucharistie, lorsqu’il y mourut en 1687, âgé de 88 ans.

Gosselin (Jean), natif de Vire dans le xvj. siecle, publia des livres d’Astrologie, & fut garde de la bibliotheque du roi. Il mourut fort âgé d’une façon tragique ; il se laissa tomber dans le feu étant seul, & ne put jamais se relever à cause de sa caducité. « Ce feu bibliothécaire Gosselin, dit l’auteur du scaligeriana, ne laissoit entrer personne dans la bibliotheque du roi, tellement que M. Casaubon qui lui succede y trouve des trésors qu’on ne savoit point qui y fussent ».

Duhamel (Jean-Baptiste) naquit à Vire l’an 1624, & devint curé de Neuilly-sur-Marne. Il quitta cette cure au bout de dix ans, & fut nommé secrétaire de l’académie des Sciences. Il voyagea en Allemagne, en Angleterre, & en Hollande. Quoique philosophe, il étoit théologien. Son dernier livre est une bible sacrée, Biblia sacra vulgatae editionis, cum notis, prolegomenis, & tabulis chronologicis ac geographicis, Paris 1706, in-fol. La Philosophie qui s’est perfectionnée depuis lui, a fait tomber tous ses ouvrages, mais son nom a subsisté, parce qu’il est à la tête de regiæ scientiarum academiæ historia, Paris 1701, in-4°. En 1697, il résigna sa place de secrétaire de l’académie en faveur de M. de Fontenelle. Il mourut en 1706, âgé de 83 ans, & sans aucune maladie ; les forces de la nature manquoient, il s’endormit pour toujours.

Le Tellier (Michel), jésuite, naquit auprès de Vire en 1643, & mourut à la Fleche en 1719, à 76 ans. Il devint confesseur de Louis XIV. après la mort du p. de la Chaise en 1709, & ce fut un malheur pour le royaume. « Homme sombre, ardent, inflexible, cachant ses violences sous un flegme apparent, il fit tout le mal qu’il pouvoit faire dans cette place où il est trop aisé d’inspirer ce qu’on veut, & de perdre qui l’on hait : il voulut venger ses injures particulieres. Les Jansénistes avoient fait condamner à Rome un de ses livres sur les cérémonies chinoises. Il étoit mal personnellement avec le cardinal de Noailles, & il ne savoit rien ménager. Il remua toute l’église de France : il dressa en 1711 des lettres & des mandemens que des évêques devoient signer. Il leur envoyoit des accusations contre le cardinal de Noailles, au bas desquelles ils n’avoient plus qu’à mettre leur nom. De telles manœuvres dans des affaires profanes sont punies ; elles furent découvertes, & n’en réussirent pas moins.

» La conscience du roi étoit alarmée par son confesseur, autant que son autorité étoit blessée par l’idée d’un parti rebelle. En vain le cardinal de Noailles lui demanda justice de ces mysteres d’iniquité. Le confesseur persuada qu’il s’étoit servi des voies humaines pour faire réussir les choses divines.

» La place du cardinal-archevêque lui donnoit le droit dangereux d’empêcher le Tellier de confesser le roi. Mais il n’osa pas irriter à ce point son souverain ; & il le laissa avec respect entre les mains de son ennemi. Je crains (écrivit-il à madame de Maintenon) de marquer au roi trop de soumission en donnant les pouvoirs à celui qui les mérite le moins. Je prie Dieu de faire connoître au roi le péril qu’il court, en confiant son ame à un homme de ce caractere ». Essai sur l’histoire générale, tome VII. (Le chevalier de Jaucourt.)

Vire, (Hydraul.) est le bout d’un tronçon de tuyau de grès, qui se met dans l’emboîture d’un autre pour être joints ensemble par le moyen d’un nœud de mastic chaud mêlé avec de la filasse. (K)

Vire, terme de Blason, qui se dit de plusieurs anneaux passés les uns dans les autres, ensorte que les plus petits soient au milieu des plus grands, avec un centre commun, comme aux armoiries d’Albissi & de Virieu. Les Latins les appellent viria.

Vire, la, (Géog. mod.) riviere de France, en Normandie, au diocese de Coutances ou d’Avranches. Elle prend sa source de la butte de Brimbel, sépare le Cotentin du Bessin, & se décharge dans la mer, après avoir reçu dans son cours quelques autres petites rivieres. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « vire »

(Nom 1) Déverbal sans suffixe de virer.
(Nom 2) Du latin viria (« bracelet »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Virer, parce qu'il tourne autour du doigt ; comparez tourniolle de tourner.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « vire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vire vir

Citations contenant le mot « vire »

  • Si l'homme cherche à être trop élégant, ça vire au gigolo. De Giorgio Armani / l'interview accordée au Figaro, 30 avril 2015
  • - Ici, c'est une grande famille. Quand un chauffeur veut un congé ou une augmentation, il vient me voir, je l'écoute et je le vire. De Henri Verneuil / Cent mille dollars au soleil
  • Qu'est-ce qu'un déviationniste ? C'est quelqu'un qui continue d'aller tout droit quand le parti vire à droite ou à gauche. De Viloric Melor / L'Arme du rire
  • Les Français se transforment en gamins hargneux dès qu'ils se trouvent trop nombreux dans un espace restreint, et plutôt qu'essayer collectivement d'imposer un ordre à la situation, tout vire soudain au chacun pour soi. De Paul Auster / Chronique d'hiver
  • Quand les mouettes ont pied, il est temps de virer. De Proverbe breton
  • En général les vies semblent virer abruptement d’une chose à une autre, se bousculer, se cogner, se tortiller. De Paul Auster / La Chambre dérobée

Images d'illustration du mot « vire »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « vire »

Langue Traduction
Anglais fired
Espagnol despedido
Italien licenziato
Allemand gefeuert
Chinois 被解雇
Arabe مطرود
Portugais disparamos
Russe уволен
Japonais 解雇
Basque errez
Corse sparatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « vire »

Source : synonymes de vire sur lebonsynonyme.fr

Vire

Retour au sommaire ➦

Partager