Virage : définition de virage


Virage : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

VIRAGE, subst. masc.

A. − Rare. Action de virer, de faire tourner. Le manœuvre est employé [dans les mines] pour le pelletage, le brouettage, le roulage, l'élévation des poids, le virage de la manivelle ou du cabestan (Haton de La Goupillière, Exploitation mines, t. 2, 1907, pp. 480-481).
B. −
1. Mouvement d'un véhicule ou d'une personne qui change de direction. Virage à droite, à gauche, brusque. Il prévoyait donc ce qui allait se passer et devait avoir souvenance de ses vols précédents, tonneaux, virages sur l'aile, chute en feuille morte (Cendrars, Lotiss. ciel, 1949, p. 165).
Virage sur les chapeaux de roues. V. chapeau et roue.[Dans un cont. anal.] Jeanne est assise sur la table roulante, elle trône comme une reine sur son tas d'oreillers et on la pousse à toute allure, on prend les virages sur les chapeaux de roues... (B. Blier, Les Valseuses, Paris, J'ai lu, 1989 [1972], p. 276).
Virage à la corde. V. corde II D 6[Dans un cont. métaph.] J'ai pris mes virages à la corde. Je suis arrivé à cette bifurcation célèbre depuis Hercule où l'on peut lire: « Vertu, voie sans pittoresque, Vice, route dangereuse mais curiosités touristiques... » (Brasillach, Corneille, 1938, p. 208).
[Dans divers sports] La glissade sur terrain varié contraint à pratiquer des virages et arrêts qui ont des appellations réservées au seul skieur (Comment parlent les sportifs ds Vie Lang.,1953, p. 138).Dans la piscine régulière, le virage se prend par appui des pieds sur le mur (Petiot1982).P. méton. Point où l'on change de direction. Les virages [des courses de canoë] doivent être visibles à 100 m (Encyclop. des sports,1961,ds Petiot 1982).
Loc. verb. Amorcer, faire, prendre un virage. Honoré (...) sauta sur le siège à côté de Ferdinand, prit les guides, le fouet, fit un virage sur deux roues (Aymé, Jument, 1933, p. 215).Tout le monde sait (...) que dans un véhicule qui « prend un virage », accélère ou ralentit brusquement on se trouve projeté de côté, en arrière ou en avant, sans aucune cause intérieure au véhicule (Kourganoff, Astron. fondam., 1961, p. 13).
2. Courbe plus ou moins accentuée d'une route, d'une piste. Synon. tournant.Virage dangereux; aborder un virage; freiner à l'entrée d'un virage. Il est de toute nécessité que les virages [d'une piste] soient relevés, c'est-à-dire inclinés de l'extérieur vers l'intérieur (Baudry de Saunier, Cycl., 1892, p. 388).Le souvenir de la voirie romaine ne persiste-t-il pas aussi dans la toponymie, le nom d'une localité comme Le Perreux ou Le Perray tenant à la traversée de cette localité par une voie empierrée, celui de Courbevoie à un virage de la route, et ceux de Fourques et de Fourquaux à une fourche? (P. Rousseau, Hist. transp., 1961, pp. 48-49).
Virage en épingle* à cheveux.
Négocier* un virage.
Arg. Choper qqn au virage. ,,Rattraper au moment propice, au tournant`` (Esn. 1966).
C. − Au fig. Changement radical d'opinion, de conduite, de politique. Brusque virage; virage spectaculaire. Le brusque « virage à droite du Parti socialiste » (Le Nouvel Observateur, 24 oct. 1977, p. 56, col. 1).
Prendre le virage. S'adapter aux circonstances. En France, partis et syndicats de gauche, malgré la proximité des élections et le poids des écologistes, ont pris le virage (Le Point, 19 sept. 1977, p. 75, col. 2).
D. −
1. CHIM. ,,Changement de teinte en parlant d'un indicateur, d'un diazoïque, d'un colorant sur fibres, etc.`` (Duval 1959). Repérer très exactement le moment de virage de l'indicateur principal (Catal. instrum. lab. (Prolabo), 1932, p. 140).
2. PHOT. ,,Opération consistant à transformer une image photographique noir et blanc en une image monochrome dont la teinte dépend de la nature du traitement appliqué`` (Phot. 1979). Virage sépia. Le physicien Fizeau obtint d'excellents résultats de ses virages à l'or et augmenta la sensibilité des plaques (Prinet, Phot., 1945, p. 14).
3. MÉD. Virage d'une cuti-réaction. ,,Fait pour une cuti réaction de devenir positive`` (Man.-Man. Méd. 1986).
Prononc. et Orth.: [viʀa:ʒ]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. A. 1. a) 1773 mar. « espace nécessaire pour virer au cabestan » (Bourdé, Man., II, 268 ds Fr. mod. t. 26, p. 59); b) 1858 id. « lieu, point courbe où un bateau change de direction » au virage d'amont (Le Sport, 1ersept. ds Petiot 1982); 2. 1892 « partie courbe d'une chaussée, d'un chemin, d'une piste » les virages [de la piste vélocipédique] (Baudry de Saunier, Cycl., p. 402); 1892 le relevage des virages (Id., ibid., p. 389); 3. 1893 « changement de direction d'un véhicule terrestre » (Id., Les Mémoires de Terront ds Petiot 1982); 1938 prendre ses virages à la corde (Brasillach, loc. cit.); 4. a) 1907 aviat. « changement de direction d'un aéronef » (L'Auto, 6 nov. ds Petiot 1982); b) 1907 en parlant d'un oiseau (Barrès, Cahiers, t. 6, p. 195); 5. 1950 « changement brusque de conduite, d'orientation » le grand virage de l'histoire humaine (Choisy, Psychanal., p. 56). B. 1. 1857 phot. un bain dit de virage (L. Figuier, L'Année scientifique, I, p. 224 ds Quem. DDL t. 12); 2. 1964 méd. le virage de la cuti-réaction (Lar. encyclop.). Dér. de virer*; suff. -age*. Fréq. abs. littér.: 67. Bbg. Quem. DDL t. 10, 36.

virage « courbure d'une route »
C.− Opposition -age / -(e)ment. 1. L'examen des dér. en -age et -(e)ment permet de dégager les grandes tendances suiv. a) -(e)ment correspond en gén. à des verbes intrans. ou pronom. (déplacement, glissement, rougissement...). Rem. Lorsqu'il s'accole à un verbe trans., il peut avoir, contrairement à -age, un compl. de nom de pers. correspondant à un compl. d'obj. du verbe : apprivoisement (d'un enfant farouche) dénigrement (de quelqu'un) détournement (d'un mineur) égorgement (d'une personne) hébergement (des réfugiés)... -age correspond à des verbes trans. qui ont le plus souvent une signif. concr. ou techn. (balayage, dégraisage, remplissage... (cf. supra I A 1). Rem. Lorsqu'il s'accole à des verbes intrans., il s'agit presque toujours de verbes intrans. à valeur péj. (barbouillage, cafouillage, rabâchage...) (cf. supra I A 2). b) Seul -(e)ment exprime l'état (bouleversement, détachement, énervement...) (cf. -ment). -age ne peut désigner que le résultat concr., l'obj. de l'action (assemblage, embouteillage, gribouillage...) (cf. supra I B 1, 2). 2. Ces tendances se confirment lorsqu'on étudie les concurrents en -age et -(e)ment, c.-à-d. les dér. de même base. Tandis que -age correspond gén. à l'emploi trans. et au sens concr., -(e)ment correspond souvent au sens fig. et : a) À son emploi intrans. : battage (on bat le blé) / battement (le cœur bat) brunissage (on brunit un métal) / brunissement (rare, la peau brunit) craquage (le craquage d'un produit pétrolier) / craquement (une poutre craque) étouffage (on étouffe les chrysalides des vers à soie) / étouffement (une personne étouffe) jaunissage (on jaunit les coins d'une feuille d'or) / jaunissement (un tissu jaunit) verdissage (on verdit les huîtres) / verdissement (les feuilles verdissent) b) À son emploi pronom. : déroulage (on déroule la feuille de bois d'une pièce cylindrique) / déroulement (une pelote de ficelle, un événement se déroulent) emballage (on emballe des marchandises) / emballement (le moteur s'emballe) étirage (on étire des peaux, des métaux) / étirement (une personne s'étire) raccommodage (on raccommode un vêtement) / raccommodement (des camarades se raccommodent) réchauffage (on réchauffe l'acier) / réchauffement (l'atmosphère se réchauffe) recoupage (on recoupe des vins) / recoupement (des témoignages se recoupent) serrage (on serre les freins) / serrement (on se serre les mains, le cœur se serre) c) Au passif d'état : abattage (on abat un arbre) / abattement « état d'une personne abattue » décrochage (on décroche un cintre) / décrochement « état de ce qui est décroché » détachage (on détache un vêtement) / détachement « état de celui qui est détaché ou s'est détaché » (une personne détachée dans un service, détachée du monde) gonflage (on gonfle un pneu) / gonflement « état de ce qui est gonflé » raffinage (on raffine du pétrole) / raffinement « caractère de ce qui est raffiné » (des manières raffinées) Cf. décollage (on décolle un timbre, et un avion décolle) où -age s'accole aussi à la forme intrans. du verbe décoller/décollement « état de ce qui est décollé » d) -(e)ment peut aussi désigner le suj. ou, except., l'obj. de l'action : éclaircissage, vieilli (on éclaircit des verres) / éclaircissement « ce qui éclaircit » (cette explication éclaircit le passage) habillage (on habille un acteur) / habillement « ensemble des habits dont on est vêtu » pansage (on panse un cheval) / pansement « ce qui sert à soigner une plaie » plissage (on plisse une jupe) / plissement « déformation des couches géologiques produisant un ensemble de plis; cet ensemble; ce qui est plissé » réglage (on règle une horloge) / règlement « ce qui règle; ensemble de règles » Cf. piochage (on pioche un jardin) / piochement, signalé ds Pt Lar. 1963 comme le « résultat du piochage » e) Lorsque les 2 dér. correspondent à un emploi trans., le dér. en -age est gén. plus spécialisé, plus techn. ou plus concr. : adoucissement « action d'adoucir, fait de s'adoucir » / adoucissage « opération consistant à polir de façon à réaliser une surface unie » ajustement « action d'ajuster » / ajustage « opération destinée à donner à une pièce la dimension exacte que requiert son ajustement à une autre » bossellement « action de bosseler » / bossellage, spécialisé en orfèvr. déchiffrement « action de déchiffrer » / déchiffrage, s'emploie surtout en mus. dédoublement « action de dédoubler » / dédoublage « action d'enlever une doublure » doublement « action de rendre double » / doublage est spécialisé dans le vocab. de la filature et de l'impr. groupement « action de réunir en groupe » / groupage « action de réunir des colis ayant une même destination » nouement « rare, action de nouer » / nouage « opération de tissage » ramassement « litt., action de ramasser » / ramassage ramassage scolaire « transport quotidien d'élèves assuré par les autorités » repoussement « vx, action de repousser » / repoussage « procédé manuel de modelage à froid » traînement « action de traîner (les pieds, la jambe) » / traînage « transport par traîneaux » Cf. arrachement qui s'emploie aussi au sens fig. « affliction que cause une séparation » tandis que arrachage n'a qu'une valeur concr. (arrachage des pommes de terre, d'un arbre, d'une dent). Rem. La même oppos. se rencontre dans des cas où : . Le verbe de base est d'une part intrans. et d'autre part trans. : retournement « fait de se renverser, de se trouver tourné à l'envers »; « changement brusque et complet d'attitude » / retournage, se dit plus particulièrement en parlant d'un vêtement retroussement « action de retrousser, de se retrousser » / retroussage « quatrième labour donné à une vigne; procédé d'impression (en gravure) » ridement « rare, action de rider, de se rider » / ridage, spécialisé dans le vocab. de la mar. . Le verbe de base est en emploi intrans. dans les 2 cas : ballottement « mouvement d'un corps qui ballotte » / ballottage s'emploie dans le vocab. électoral (scrutin de ballottage) claquement « le fait de claquer » / claquage « distension d'un ligament » cornement « bruit des oreilles qui cornent; d'une corne, d'une trompe » / cornage « râle que les chevaux, les ânes poussifs font entendre en respirant » papillotement « éparpillement de points lumineux qui papillotent » / papillotage, même sens, est aussi empl. en typogr. pour indiquer « le manque de netteté d'un tirage » f) Il arrive enfin, mais rarement, que les 2 dér. issus de verbes en emploi trans. soient spécialisés l'un et l'autre, et qu'il n'existe entre eux qu'une oppos. sém. second., indépendante du sens du suff. : arrosement « fait d'arroser une région (en parlant d'un fleuve) » / arrosage « en agric., quantité d'eau fournie en un temps déterminé à une terre cultivée » avivement « en méd., action de mettre une plaie à vif » / avivage « dans la lang. techn., action de donner de l'éclat » blanchiment (d'un mur) / blanchissage (blanchissement du linge) convertissement (des monnaies) dans la lang. des fin. / convertissage (convertissage de la fonte) encaissement « action d'encaisser (de l'argent) » / encaissage « rare, mise en caisse » flambement (d'une pièce) / flambage (flambage d'un poulet) mouillement, rare, employé en phonét. / mouillage, principalement terme de mar. (mouillage d'un navire) portement (de croix) / portage « transport à dos d'homme » (crise du portage) Rem. 1. Les oppos., même dans ces cas, tendent à se rapprocher des normes : arrosement désigne un phénomène naturel et dérive d'un emploi méton. du verbe arroser; l'avivement ne demande pas nécessairement l'intervention d'une technique poussée, pas plus que le blanchiment d'un mur; convertissement est de plus en plus remplacé par conversion; l'encaissement ne nécessite aucun instrument de nature technique; mouillement en phonét. désigne un phénomène spontané; le portement d'une croix n'a rien d'une activité professionnelle. Rem. 2. On peut ajouter à cette liste pavement/pavage (cf. supra I B 2 a rem.). Les cas où l'on ne peut différencier les dér. concurrents sont relativement peu nombreux. Pt Rob., p. ex., traite sous une entrée unique : bredouillement et bredouillage creusement et creusage cuvellement et cuvelage écrabouillement et écrabouillage empilement et empilage enrobement et enrobage évidement et évidage mordillement et mordillage renflouement et renflouage vêlement et vêlage Tout au plus peut-on « sentir » sous le suff. -ment une action unique, occasionnelle, alors que le suff. -age ou bien tend à désigner une action qui se répète, habituelle, à la manière d'une activité professionnelle ou quasi-professionnelle; ou bien renforce la valeur péj. incluse dans le verbe (bredouillage; cf. supra I A 2).

Virage : définition du Wiktionnaire

Nom commun

virage \vi.ʁaʒ\ masculin

  1. Action de faire tourner un véhicule, un avion, etc.
    • Prendre un bon, un mauvais virage.
  2. Endroit où l’on tourne.
    • Il y a à cet endroit un virage dangereux.
  3. (Marine) Action de virer de bord.
  4. (Photographie) Opération par laquelle on trempe une épreuve dans une dissolution de sels d’or, de platine, etc., pour lui donner sa couleur et son intensité définitive.
    • Le traitement des papiers à image apparente comporte un virage et un fixage. Ces deux opérations peuvent être effectuées séparément ou, au contraire, être réunies en une seule opération de virage et fixage combinés. — (Agenda Lumière 1930, Paris : Société Lumière & librairie Gauthier-Villars, page 265)
  5. (Sport) Partie des tribunes d'un stade en arc de cercle.
    • D’énormes fumigènes rouges et une bombe agricole illuminèrent le virage de Boulogne, et différents projectiles fusèrent en direction du terrain sous les cris de : « CRS marseillais ! » Des agents de sécurité couraient dans tous les sens, […]. — (Serguei Dounovetz, Le rap de la Butte-aux-Cailles, Syros (collection Souris noire), 2011, p. 16)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Virage : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VIRAGE. n. m.
Action de faire tourner un véhicule, un avion, etc. Prendre un bon, un mauvais virage. Il se dit aussi de l'Endroit où l'on tourne. Il y a à cet endroit un virage dangereux. En termes de Marine, il se dit de l'Action de virer de bord. En termes de Photographie, il désigne l'Opération par laquelle on trempe une épreuve dans une dissolution de sels d'or, de platine, etc., pour lui donner sa couleur et son intensité définitive.

Virage : définition du Littré (1872-1877)

VIRAGE (vi-ra-j') s. m.
  • 1 Terme de marine. Opération de virer un cabestan.

    Abattage d'un navire en carène.

    Action de hisser des fardeaux avec des poulies.

    Espace pour virer de bord.

  • 2 Terme de photographie. Opération qui consiste à mettre l'épreuve tremper dans une dissolution d'un sel d'or qui donne à l'épreuve plus d'intensité.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

VIRAGE. Ajoutez :
3Action d'une couleur qui vire, qui change. Le virage au rouge violet de la liqueur acide, De Parville, Journ. offic. 8 févr. 1877, p. 1007, 3e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « virage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
virage viraʒ play_arrow

Citations contenant le mot « virage »

  • Pour la formation de Vincent Lavenu, la saison 2021 a toutes les chances de marquer un virage. Tant pour son budget, qui sera probablement revu à la hausse, que pour son effectif. Si son chef de file Romain Bardet, présent depuis ses débuts en 2012 dans le groupe, arrive à la fin de son contrat et intéresse d'autres équipes, tout comme Pierre Latour en partance pour Total Direct Energie, des recrues sont près de s'engager. Entre autres, le champion olympique en titre, le Belge Greg Van Avermaet, selon des informations de la presse belge non confirmées par l'équipe française. Eurosport, Cyclisme - Nouveau virage pour AG2R La Mondiale : Citroën sera son co-sponsor en 2021 - Cyclisme - Eurosport
  • La fin de week-end a été difficile pour un automobiliste français. Dimanche soir, vers 19h, alors qu’il descendait de La Cure par la route de France, l’homme de 43 ans a perdu la maîtrise de sa voiture dans un virage, peu avant d’entrer dans le village de Saint-Cergue. , Saint-Cergue: il rate un virage et se retrouve sur le...

Images d'illustration du mot « virage »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « virage »

Langue Traduction
Corse vultate
Basque piztu
Japonais 順番
Russe перемена
Portugais virar
Arabe منعطف أو دور
Chinois
Allemand wende
Italien girare
Espagnol giro
Anglais turn
Source : Google Translate API

Synonymes de « virage »

Source : synonymes de virage sur lebonsynonyme.fr


mots du mois

Mots similaires