Vibrer : définition de vibrer


Vibrer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

VIBRER, verbe

A. − Empl. intrans.
1. [Le suj. désigne une chose]
a) Être agité de vibrations. Synon. trembler, trépider.Corde, membrane, planche, vitre qui vibre. La peau des tambourins vibre à éclater (Flaub.,Tentation,1874,p. 136)Il pesa des paumes sur les commandes pour commencer à la réduire. Le moteur vibra très fort et l'avion trembla. Fabien corrigea, au jugé, l'angle de descente (Saint-Exup., Vol nuit, 1931, p. 112).
Faire vibrer qqc.Le canon du Mont Valérien ou la grosse voix des pièces de marine de la batterie Mortemart, faisant vibrer les vitres (Goncourt, Journal, 1870, p. 634).[D'Artois] marchait de long en large et ses pas faisaient vibrer le plancher, les meubles, les objets (Druon, Roi de fer, 1955, p. 137).
P. anal.
[Le suj. désigne un timbre de voix] Trembler, être animé d'un léger vibrato, sous le coup d'une émotion, d'un sentiment violent. Sur mon honneur de soldat (et ici la voix de M. de Norpois vibra d'un léger trémolo patriotique) telle est ma conviction (Proust, Guermantes 1, 1920, p. 240).En partic. [Le suj. désigne le rire] Déjà vibraient les rires, déjà les impatiences (Queneau, Pierrot, 1942, p. 12).
[Le suj. désigne ce qui est vu] Donner une image trouble, tremblée, vacillante sous l'effet de l'air chaud. Louange au pays des collines qui vibrent entre les cyprès durs (Jouve, Trag., 1922, p. 144).Quelle chaleur! Quelle chaleur en effet! L'air vibre entre les lamelles de bois (Bernanos, M. Ouine, 1943, p. 1349).
[Le suj. désigne un parfum] S'exhaler, se répandre. La sage orchidée (...) sait que les abeilles (...) sortent par milliers aux heures ensoleillées, qu'il suffit qu'un parfum vibre comme un baiser au seuil d'une fleur qui s'ouvre, pour qu'elles accourent en foule au festin préparé sous la tente nuptiale (Maeterl., Intellig. fleurs, 1907, p. 82).
b) Frapper violemment l'ouïe, la vue, etc., produire une sensation très forte.
[Le suj. désigne un son, un bruit] Retentir, faire entendre un son strident. Le chant d'un coq vibra dans l'air. D'autres y répondirent; c'était le jour (Flaub., St Julien l'Hospitalier, 1877, p. 117).Soudain le timbre électrique vibra longuement dans l'office.Restez là! fit Madame Degouy (Chardonne, Épithal., 1929, p. 23).
Empl. part. passé adj. On notera l'utilisation inhabituelle des instruments avec le recours fréquent au « Flatterzungue » (son vibré par roulement de la langue) (Samuel, Art mus. contemp., 1962, p. 616).
[Le suj. désigne une couleur] Être vif, éclatant, très constrasté. [Claude] se répandait en mille petites notes caractéristiques, que son œil de peintre avait retenues: à cet endroit, l'enseigne rouge d'une boutique lointaine qui vibrait (Zola, L'Œuvre, 1886, p. 236).
2. [Le suj. désigne une pers.]
a) Rare. Trembler, être agité de frissons. Le premier choc du battant et de la paroi d'airain faisait frissonner la charpente sur laquelle il était monté. Quasimodo vibrait avec la cloche (Hugo, N.-D. Paris, 1832, p. 182).Tout son corps [du brocanteur] vibrait, pétillait comme si on l'avait mis en communication avec une pile électrique (A. Daudet, Rois en exil, 1879, p. 464).
b) Être troublé par une émotion très vive (l'enthousiasme, la peur, etc.) qui peut se manifester par un phénomène physique (tremblement du corps, de la voix). Esclave à plaindre ou tyran à mépriser, la femme vibre à tout, ne raisonne à rien, inconsciente dans la sublimité et dans la boue, elle reste éternellement réfractaire à l'idée (Péladan, Vice supr., 1884, p. 201).
Vibrer à/de.J'étais dans cet état de lassitude, où les nerfs sensibilisés vibrent aux moindres excitations (Villiers de L'I.-A., Contes cruels, 1883, p. 290).Elle vint embrasser Omer vibrant de haine (Adam, Enf. Aust., 1902, p. 143).
[Le suj. désigne un coll.] L'assemblée vibre; les spectateurs vibrent. La salle vibra davantage avec Proudhon, sans doute parce que lui aussi avait été exilé à Bruxelles (L. Daudet, Brév. journ., 1936, p. 46).
[Le suj. désigne un inanimé abstr.] L'âme, l'esprit vibre. Quand tant de femmes ne trouveront jamais l'homme qui leur fera vibrer le cœur, ou aimeront Dieu sait qui (Montherl., J. filles, 1936, p. 950).
Faire vibrer la corde (sensible, etc.). Émouvoir, toucher le point sensible, névralgique. Mais ces termes, en frappant l'oreille ou la vue, font vibrer encore quelque ancienne corde sensible, et le philosophe redevient enfant (Maine de Biran, Influence habit., 1803, p. 142).Une circonstance, légère en apparence, vint faire vibrer cette corde cachée au fond de mon âme, et commença pour moi une existence nouvelle (Duras, Édouard, 1825, p. 110).
[Le suj. désigne un sentiment, une impression] Un Anglais cria un « Aoh » vibrant de joie, de curiosité satisfaite et d'impatience heureuse (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Duel, 1883, p. 230).Mais elle, suivant sa pensée, s'écrie de sa voix chaude et sourde, où vibre tout à coup une angoisse passionnée:Oh! mon chéri. Comme je serais heureuse, vois-tu... un enfant de toi? (Martin du G., Devenir, 1909, p. 117).
B. − Empl. trans.
1. Rare, iron. Dire quelque chose en donnant à sa voix un vibrato excessif. Sarah vibre comme un drame des boulevards et ses amis disent d'elle: que vous a-t-elle vibré? (Goncourt, Journal, 1853, p. 662).
2. TECHNOL. ,,Modifier les propriétés d'un corps par des vibrations`` (Barb.-Cad. 1971).
Au part. passé., CONSTR. Béton vibré. Béton qui a été soumis à des vibrations pour améliorer son homogénéité. Le béton armé, le béton vibré, la construction par assemblage de pièces moulées d'avance, la manutention mécanique des matériaux, l'organisation générale des chantiers, autant d'efforts convergents vers un but louable (Arts et litt., 1935, p. 20-15).
Prononc. et Orth.: [vibʀe], (il) vibre [vi:bʀ]. Att. ds Ac. 1762. Étymol. et Hist. A. 1508-17 trans. « brandir » (Fossetier, Cron. Marg., ms. Brux. 10511, VI, IV, 8 ds Gdf.), attest. isolée. B. 1. Intrans. a) 1752 « produire des vibrations » (Trév.); spéc. 1761 faire vibrer les cordes vocales (J.-B. R. Robinet, De la Nature, p. 168); b) 1779 p. métaph. (Diderot, Le Neveu de Rameau, éd. J. Fabre, p. 89: C'est apparemment qu'il y a pour les unes [les belles choses en morale] un sens que je n'ai pas; une fibre qui ne m'a point été donnée, une fibre lache qu'on a beau pincer et qui ne vibre pas); 1797 (Chateaubr., Essai Révol., t. 1, p. 85: Il [Lycurgue] ne fit pas vibrer toutes les cordes du genre humain en brisant à la fois imprudemment tous les préjugés); 2. 1935 trans. constr., au part. passé béton vibré (Arts et litt., loc. cit.). Empr. deux fois au lat.vibrare, trans. « brandir; imprimer un mouvement vibratoire à quelque chose; lancer » (d'où A), intrans. « avoir des vibrations, des tremblements; vibrer [en parlant des sons] » (d'où B). Fréq. abs. littér.: 1 000. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 005, b) 1 396; xxes.: a) 2 070, b) 1 399.
DÉR. 1.
Vibrement, subst. masc.,rare. [Dans des cont. à valeur fig.] Vibration. Il me semble que mes paroles, quelquefois, alors qu'elles pourraient remuer de leur vibrement des cœurs comme le mien, ne peuvent sonner pour d'autres que puérilement et sottement (Alain-Fournier, Corresp.[avec Rivière], 1906, p. 293). [vibʀ əmɑ ̃]. 1reattest. 1831 (Th. Gautier, La Cafetière ds Jeunes-France, p. 251 ds Mat. Louis-Philippe, p. 318); de vibrer*, suff. -ment1*.
2.
Vibreur, subst. masc.,phys. Dispositif électromécanique source de vibrations (généralement non sinusoïdales) comportant un électroaimant et une lame vibrante (d'apr. Quaranta Phys. 1986). Les ondes ultra-sonores émises par un navire (au moyen des vibrations d'un quartz piézo-électrique ou d'un vibreur à magnétostriction) se réfléchissent sur le fond de la mer (ou sur un banc de poissons) et reviennent s'inscrire dans l'appareil (Decaux, Mesure temps, 1959, p. 42). [vibʀ œ:ʀ]. 1reattest. 1907 (Lar. pour tous); de vibrer*, suff. -eur2*.

Vibrer : définition du Wiktionnaire

Verbe

vibrer \vi.bʁe\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Physique) Exécuter des vibrations.
    • Pendant que les lames attaquaient mon vaillant navire et que leurs coups sourds faisaient résonner la coque qui vibrait et se plaignait sous les chocs, je restai allongé sur ma couchette. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Chaque diapason est monté sur sa caisse de résonnance[sic] et vibre assez longtemps pour qu'on puisse compter les battements pendant une minute et demie. — (Rudolf König, Catalogue des appareils d'acoustique, p.8, 1865)
  2. (Figuré) être ému profondément.
    • Ces sentiments généreux, exprimés avec tant de force, firent vibrer tous les cœurs.
    • Une femme n'est pas un instrument grossier que le premier rustre venu peut faire vibrer, c'est une lyre délicate qu'un souffle divin doit animer avant de lui demander l'hymne de l'amour. George Sand ; Lélia (1833)
  3. (Spécialement) Modifier les propriétés d’un corps par des vibrations, notamment le béton pour améliorer son homogénéité.
    • Lorsqu’on vibre du béton on réalise une structure qui comporte une orientation des cailloux et autres éléments du béton et cette structure est telle qu’il se réalise des films continus d’eau entre les éléments solides. — (Association des ingénieurs sortis des écoles spéciales de Gand, Congrès international du béton précontraint, 1951)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Vibrer : définition du Littré (1872-1877)

VIBRER (vi-bré) v. n.
  • Terme de physique. Exécuter des vibrations. Une corde qui vibre.

    Par extension. Ton âme [d'une chanteuse] dont l'écho vibre dans chaque oreille, Lamartine, Harm VI, 3.

    Fig. Faire vibrer les cordes sensibles de l'âme, toucher, émouvoir.

    Néologisme. La voix vibre, faire vibrer la voix, sorte d'euphémisme, sous lequel les chanteurs fatigués ou qui ne peuvent pas tenir la note, déguisent le battement qui en résulte, qui n'est au fond qu'un chevrotement.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

VIBRER. Ajoutez :
2 En termes de théâtre, prononcer sans grasseyer. Prononcer la lettre r sans grasseyement, c'est la faire rouler, c'est la faire vibrer ; on dit, en langage de théâtre, de quelqu'un qui ne grasseye pas : il vibre, Legouvé, le Temps, 1877.

En un autre sens, vibrer ou faire vibrer la voix, euphémisme pour exprimer le chevrottement si commun aujourd'hui que l'on fait crier les chanteurs à tue-tête.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « vibrer »

Étymologie de vibrer - Wiktionnaire

Du latin vibrare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de vibrer - Littré

Lat. vibrare, être brandi, s'agiter, vibrer, qui se rapporte au sanscrit védique jivri, vacillant, branlant.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « vibrer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vibrer vibre play_arrow

Conjugaison du verbe « vibrer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe vibrer

Citations contenant le mot « vibrer »

  • Ce sont des matchs qui nous ont fait vibrer, des rencontres qui restent dans la mémoire collective. France 3 Grand  Est vous fait revivre ces émotions. Revivez la finale de la Coupe de la ligue de Handball 2010 Nîmes-Metz le 03 août à 00h00 France 3 Grand Est, Handball - Revivez Nîmes - Metz, la finale de la Coupe de la ligue féminine 2010
  • Gilbert Frizon est un virtuose qui sait faire vibrer la pierre, « faire jaillir la vie du minéral ». Sur socles ou en composition groupée, ses œuvres sont exposées au Carrefour des arts jusqu’au 23 août. , Culture - Loisirs | Lalouvesc : Gilbert Frizon, sculpteur, fait vibrer la pierre au Carrefour des arts
  • Je crois qu’on entend encore dans les entrées d’immeubles l’écho des pas de ceux qui avaient l’habitude de les traverser et qui, depuis, ont disparu. Quelque chose continue de vibrer après leur passage, des ondes de plus en plus faibles, mais que l’on capte si l’on est attentif. De Patrick Modiano / Rue des boutiques obscures
  • Aimer, c'est aussi posséder, c'est aussi triompher de la joie de sentir un autre vibrer comme soi... De Georges Pétin / Paroles de Poilus - Lettres et carnets du front
  • Dur de vibrer pour des lendemains qui chantent quand on sait qu'on ne fera pas partie de la chorale. De Guy Bedos
  • Le doute et le choix qui l’accompagne sont les deux forces qui font vibrer les cordes de nos émotions. De Marc Levy / Et si c’était vrai...
  • Dans le coeur humain, il y a des cordes qu'il est préférable de ne pas faire vibrer. De Charles Dickens
  • L'ennemi, lui aussi, fait vibrer notre corde sensible. Pour qu'elle casse. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées

Images d'illustration du mot « vibrer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « vibrer »

Langue Traduction
Corse vibrà
Basque dardara
Japonais 振動する
Russe вибрировать
Portugais vibrar
Arabe تذبذب
Chinois 颤动
Allemand vibrieren
Italien vibrare
Espagnol vibrar
Anglais vibrate
Source : Google Translate API

Synonymes de « vibrer »

Source : synonymes de vibrer sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires