Violenter : définition de violenter


Violenter : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

VIOLENTER, verbe trans.

A. − Violenter qqn
1. Exercer des violences à l'encontre de quelqu'un. Il violentait ses élèves, les traitait de brutes et cachait des idées avancées, sous sa raideur correcte à l'égard du curé et du maire (Zola, Terre, 1887, p. 56).Si je violentais tous les hommes, je serais seul au monde, et perdu. Si je fais d'un groupe d'hommes un troupeau, un bétail, je réduis d'autant le règne humain (Beauvoir, Pyrrhus, 1944, p. 116).
En partic. Violer. La vue de cet homme (...) qui le surprenait ainsi se livrant aux brutalités d'un soudard, violentant une jeune fille sans défense, produisit sur M. de Beaupréau la stupeur qu'il aurait éprouvée à l'aspect de la tête de Méduse (Ponson du Terr., Rocambole, t. 1, 1859, p. 216).Grâce à la valeur de leur franc, ils pillent nos boutiques. Trop lâches pour violenter eux-mêmes nos femmes, ils les soumettent à des nègres (Giraudoux, Siegfried et Lim., 1922, p. 170).
Empl. abs. Il faut tuer pour supprimer le meurtre, violenter pour guérir l'injustice. Il y a des siècles que cela dure! (Camus, État de siège, 1948, 3epart., p. 290).
2. Contraindre par la persuasion, exercer une pression morale. Madame de Longueville (...) se faisait pourtant scrupule de violenter l'aîné, de le contraindre à une vie ecclésiastique qu'il n'embrassait que par incapacité de figurer à la guerre ou à la Cour, et qui n'était pas une vocation (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 4, 1859, p. 527).
Empl. pronom. réfl. Pour ne pas croire, il faudrait se violenter, se torturer, se tourmenter, se contrarier (Péguy, Porche Myst., 1911, p. 175).
[P. méton. du compl.] D'une autre part, les ministres ne viendront plus violenter votre conscience (Chateaubr., Mél. pol., t. 2, 1816, p. 22).
B. − Violenter qqc.
1. [Le compl. d'obj. désigne un inanimé concr.] Forcer quelque chose à prendre la forme souhaitée. Les ingénieurs, ainsi qu'il a été dit, n'ont pas violenté la nature, ils ont rusé avec elle (Verne, Tour monde, 1873, p. 159).Cette feuille de déroulage (...) tend à être orientée tangentiellement par rapport aux couches du bois et possède une certaine courbure: il faudra la violenter pour la mettre à plat (Campredon, Bois, 1948, p. 72).
2. [Le compl. d'obj. désigne un inanimé abstr.] Aller à l'encontre de, forcer. Synon. faire violence à.[Le peuple] ne veut pas qu'on violente son ignorance quand il n'a que de l'ignorance à opposer au progrès (Sand, Corresp., t. 3, 1837, p. 57).Croire qu'ils [les anges] se sont transformés en hommes et sont devenus charnels, c'est violenter l'histoire. C'est un mensonge des poètes de dire que les dieux et les déesses, changés en hommes, ont entre eux des relations (Théol. cath.t. 4, 11920, p. 365).
En partic. Aller au delà, transgresser une règle. Violenter la langue, la grammaire. [M. Loève-Veimars] emploie les mots selon leurs acceptions précises et distinctes, il sait être piquant, sans les violenter, sans pincer jusqu'au sang cette pauvre langue, sans la chatouiller à la plante des pieds (Sainte-Beuve, Prem. lundis, t. 2, 1833, p. 205).Cette sorte de malignité d'esprit, propre aux artistes, et qui semble les pousser tous à violenter la morale, dans leurs peintures et dans leurs écrits (Boylesve, Leçon d'amour, 1902, p. 96).
Violenter un texte. Altérer, dénaturer un texte. (Dict. xxes.).
REM.
Violenteur, subst. masc.Synon. de violeur (dér. s.v. violer).La Radio vous en apprend sur le romantisme des voleurs de voitures et violenteurs de filles (Triolet, Écoutez voir, 1968, p. 276 ds Rheims 1969).
Prononc. et Orth.: [vjɔlɑ ̃te], (il) violente [-lɑ ̃:t]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1375 [éd. 1531] « contraindre par la force » (Raoul de Presles, Cité de Dieu, X, Exp. sur le chap. 16 ds Delb. Notes mss); 2. a) 1550 « transgresser » (Ronsard, Odes, éd. P. Laumonier, t. 2, p. 81: ou lors que les rois qui dominent Violentent les saintes lois); b) 1621 « aller à l'encontre de quelque chose; forcer » violenter la volonté (J.-P. Camus, Agathonphile, p. 39); 3. 1640 « dénaturer » (Corneille, Cinna, Examen). Dér. de violent*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 201. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 147, b) 292; xxes.: a) 578, b) 224. Bbg. Gohin 1903, p. 348.

Violenter : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

VIOLENTER, verbe trans.

A. − Violenter qqn
1. Exercer des violences à l'encontre de quelqu'un. Il violentait ses élèves, les traitait de brutes et cachait des idées avancées, sous sa raideur correcte à l'égard du curé et du maire (Zola, Terre, 1887, p. 56).Si je violentais tous les hommes, je serais seul au monde, et perdu. Si je fais d'un groupe d'hommes un troupeau, un bétail, je réduis d'autant le règne humain (Beauvoir, Pyrrhus, 1944, p. 116).
En partic. Violer. La vue de cet homme (...) qui le surprenait ainsi se livrant aux brutalités d'un soudard, violentant une jeune fille sans défense, produisit sur M. de Beaupréau la stupeur qu'il aurait éprouvée à l'aspect de la tête de Méduse (Ponson du Terr., Rocambole, t. 1, 1859, p. 216).Grâce à la valeur de leur franc, ils pillent nos boutiques. Trop lâches pour violenter eux-mêmes nos femmes, ils les soumettent à des nègres (Giraudoux, Siegfried et Lim., 1922, p. 170).
Empl. abs. Il faut tuer pour supprimer le meurtre, violenter pour guérir l'injustice. Il y a des siècles que cela dure! (Camus, État de siège, 1948, 3epart., p. 290).
2. Contraindre par la persuasion, exercer une pression morale. Madame de Longueville (...) se faisait pourtant scrupule de violenter l'aîné, de le contraindre à une vie ecclésiastique qu'il n'embrassait que par incapacité de figurer à la guerre ou à la Cour, et qui n'était pas une vocation (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 4, 1859, p. 527).
Empl. pronom. réfl. Pour ne pas croire, il faudrait se violenter, se torturer, se tourmenter, se contrarier (Péguy, Porche Myst., 1911, p. 175).
[P. méton. du compl.] D'une autre part, les ministres ne viendront plus violenter votre conscience (Chateaubr., Mél. pol., t. 2, 1816, p. 22).
B. − Violenter qqc.
1. [Le compl. d'obj. désigne un inanimé concr.] Forcer quelque chose à prendre la forme souhaitée. Les ingénieurs, ainsi qu'il a été dit, n'ont pas violenté la nature, ils ont rusé avec elle (Verne, Tour monde, 1873, p. 159).Cette feuille de déroulage (...) tend à être orientée tangentiellement par rapport aux couches du bois et possède une certaine courbure: il faudra la violenter pour la mettre à plat (Campredon, Bois, 1948, p. 72).
2. [Le compl. d'obj. désigne un inanimé abstr.] Aller à l'encontre de, forcer. Synon. faire violence à.[Le peuple] ne veut pas qu'on violente son ignorance quand il n'a que de l'ignorance à opposer au progrès (Sand, Corresp., t. 3, 1837, p. 57).Croire qu'ils [les anges] se sont transformés en hommes et sont devenus charnels, c'est violenter l'histoire. C'est un mensonge des poètes de dire que les dieux et les déesses, changés en hommes, ont entre eux des relations (Théol. cath.t. 4, 11920, p. 365).
En partic. Aller au delà, transgresser une règle. Violenter la langue, la grammaire. [M. Loève-Veimars] emploie les mots selon leurs acceptions précises et distinctes, il sait être piquant, sans les violenter, sans pincer jusqu'au sang cette pauvre langue, sans la chatouiller à la plante des pieds (Sainte-Beuve, Prem. lundis, t. 2, 1833, p. 205).Cette sorte de malignité d'esprit, propre aux artistes, et qui semble les pousser tous à violenter la morale, dans leurs peintures et dans leurs écrits (Boylesve, Leçon d'amour, 1902, p. 96).
Violenter un texte. Altérer, dénaturer un texte. (Dict. xxes.).
REM.
Violenteur, subst. masc.Synon. de violeur (dér. s.v. violer).La Radio vous en apprend sur le romantisme des voleurs de voitures et violenteurs de filles (Triolet, Écoutez voir, 1968, p. 276 ds Rheims 1969).
Prononc. et Orth.: [vjɔlɑ ̃te], (il) violente [-lɑ ̃:t]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1375 [éd. 1531] « contraindre par la force » (Raoul de Presles, Cité de Dieu, X, Exp. sur le chap. 16 ds Delb. Notes mss); 2. a) 1550 « transgresser » (Ronsard, Odes, éd. P. Laumonier, t. 2, p. 81: ou lors que les rois qui dominent Violentent les saintes lois); b) 1621 « aller à l'encontre de quelque chose; forcer » violenter la volonté (J.-P. Camus, Agathonphile, p. 39); 3. 1640 « dénaturer » (Corneille, Cinna, Examen). Dér. de violent*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 201. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 147, b) 292; xxes.: a) 578, b) 224. Bbg. Gohin 1903, p. 348.

Violenter : définition du Wiktionnaire

Verbe

violenter \vjɔ.lɑ̃.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Contraindre, faire faire par force.
    • […] madame d’Aiglemont sourit à l’espoir d’une prompte guérison, et n’opposa plus de résistance à la volonté de son mari, qui la violentait pour lui faire accepter les soins du jeune docteur. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
  2. Exercer des violences.
    • On se demande si pour le plaisir de gagner un pari quelque grand qu’il soit, on a le droit de violenter des animaux qui ont, aussi bien que nous-mêmes, la conscience de la douleur qu’ils éprouvent et des mauvais traitements qu’ils reçoivent. — (Jean Déhès, Essai sur l’amélioration des races chevalines de la France, École impériale vétérinaire de Toulouse, Thèse de médecine vétérinaire, 1868)
    • Le coffre-fort ne veut pas être brutalisé, violenté ; il faut user de douceur avec lui, le caresser longuement. Une pince-monseigneur, un chalumeau ? Allons donc. Un petit air de flûte. Le charme opère. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 187)
  3. (En particulier) Violer une personne ou commettre une tentative de viol à son encontre [1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Violenter : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VIOLENTER. v. tr.
Contraindre, faire faire par force. Les pères et les mères ne doivent point violenter leurs enfants dans le choix d'un état, d'une profession. Violenter les inclinations de quelqu'un.

Violenter : définition du Littré (1872-1877)

VIOLENTER (vi-o-lan-té) v. a.
  • 1Faire faire par force. On l'a violenté pour quitter l'échafaud, Corneille, Poly. III, 5. Et sans violenter et les corps et les âmes On ne peut vaincre le péché, Corneille, Imit. I, 22. Je n'ai jamais cherché à violenter votre inclination, Boursault, Lett. nouv. t. II, p. 121, dans POUGENS. De quoi se mêlent les théologiens de tyranniser les esprits, et d'exciter les princes à employer la force pour violenter la croyance ? Marmontel, Mém. VIII.

    Fig. Rien n'y est violenté [dans cette pièce] par les incommodités de la représentation, Corneille, Cinna. Exam.

  • 2Se violenter, v. réfl. Se faire violence. Mais ce qui m'en déplaît et qui me désespère, C'est de perdre la sœur pour éviter le frère, Et me violenter à fuir ton entretien, Puisque te voir encor, c'est m'exposer au sien, Corneille, la Place roy. I, 1.

HISTORIQUE

XVIe s. Ce qui l'avoit faict ainsi violenter [agir violemment] en sa charge, et renverser toutes les anciennes ordonnances, Carloix, V, 48. J'en avois fait serment ; mais je n'ai le pouvoir D'estre seigneur de moi ; tant mon triste courage, Violenté d'amour et conduit par usage [habitude], Y reconduit mes pieds…, Ronsard, Amours, liv. II.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

VIOLENTER. Ajoutez :
3Violenter de, contraindre à. Il [le maréchal d'Ancre] fit emprisonner mon cousin, le prince de Condé, chassa les autres princes, me violenta d'aller en mon parlement pour les déclarer criminels, Véritable récit de ce qui s'est passé au Louvre, Paris, 1617, p. 8.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « violenter »

Étymologie de violenter - Littré

Violent.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de violenter - Wiktionnaire

De violent avec la désinence -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « violenter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
violenter vjɔlɑ̃te play_arrow

Conjugaison du verbe « violenter »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe violenter

Citations contenant le mot « violenter »

  • Pour venir en aide à son ami agressé, le conducteur de la 3e voiture se mêle à la bagarre. Il se fait aussi violenter et assommer par un coup de bouteille en verre.  , Ploubazlanec : partis pique-niquer, ils se font violemment agresser en bord de route | La Presse d'Armor
  • Depuis trois mois Sauvekipe* médite son sort à la prison centrale de Yaoundé. Il a comparu devant le Tribunal de première instance (TPI) de Yaoundé centre administratif le 16 juin dernier. La trentaine sonnée, arborait une culotte et un maillot de football de couleur jaune, dossard numéro 10. Beaucoup attendaient sans doute de suivre l’histoire d’un grand sportif. Mais le jeune homme excelle dans un registre peu reluisant, il a pris l’habitude de violenter ses parents, ses frères y compris. Le ministère public l’a traduit devant la justice pour qu’il réponde des supposés faits de violence sur ascendants. Il plaide coupable. camer.be, CAMEROUN :: DELINQAUNCE : Un jeune homme jugé pour violence sur ses parents :: CAMEROON
  • Mardi 21 juillet, une femme de 26 ans a appelé la police parce que son père était en train de violenter sa mère. A l'arrivée des deux patrouilles de la Bac, elle leur explique que son père est à l'intérieur du pavillon, sabre à la main, en train de s'en prendre à sa mère. Soudain, la porte de la maison s'ouvre et quatre enfants sortent en courant, accompagnés de leur mère qui a les mains en sang. Les fonctionnaires entrent dans la maison, la fouille, trouvent plusieurs armes dont un sabre, mais pas l'agresseur. En contournant le pavillon, ils découvrent l'homme accroupi dans le jardin, les mains sur la tête et l'interpellent facilement. Franceinfo, Meurthe-et-Moselle : un homme de 47 ans, soupçonné de violences conjugales et d'agressions sexuelles sur ses enfants, a été placé en garde à vue
  • Les deux jeunes filles, identifiées par la police, sont âgées de 14 ans pour la victime et de 15 pour l’agresseuse. Toutes deux sont issues du même foyer pour mineurs. Concernant les deux garçons qui filment, la police a également pu les entendre pour comprendre ce qui à pousser le petit groupe à violenter la jeune fille puis à poster la vidéo de ce lynchage humiliant. SudOuest.fr, La police ouvre une enquête après la vidéo virale de l’agression d’une jeune fille à Saint-Etienne
  • Sur le chemin, l'une d'elles saisit une occasion pour menacer puis violenter le vigile. Deux personnes s'en prennent à lui, l'un avec un bâton, l'autre en lui assénant des coups de poing. leparisien.fr, Seine-et-Marne : tensions sur les îles de loisirs de Vaires-Torcy et Bois-le-Roi - Le Parisien
  • Elle n’a beau être que 12e de la Serie A, la « Viola» a tout de même droit à une bonne ambiance au sein de son vestiaire. Pour preuve, mercredi, après le troisième but du fils de la légende Enrico Chiesa, le buteur italien de 22 ans a gravi les marches du stade Artemio-Franchi pour aller violenter son coéquipier Franck Ribéry, laissé au repos. L-FRII, Franck Ribéry violenté par un de ses coéquipiers - L-FRII
  • Répondre à l'agression par l'amour, c'est violenter la violence, lui plaquer sous le nez un miroir qui lui renvoie sa face haineuse, révulsée, laide, inacceptable. De Eric-Emmanuel Schmitt / L'Evangile selon Pilate

Images d'illustration du mot « violenter »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « violenter »

Langue Traduction
Corse viola
Basque bortxatu
Japonais 違反する
Russe нарушать
Portugais violar
Arabe تنتهك
Chinois 违反
Allemand verletzen
Italien violare
Espagnol violar
Anglais violate
Source : Google Translate API

Synonymes de « violenter »

Source : synonymes de violenter sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires