Torturer : définition de torturer


Torturer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TORTURER, verbe

I. − Empl. trans.
A. − Infliger une, des torture(s) à quelqu'un. Synon. martyriser, questionner2, supplicier.Une manufacture d'instruments d'acier, et où l'on fabriquait des fers pour enchaîner, pour torturer les nègres (Dusaulx, Voy. Barège, t. 1, 1796, p. 22):
La Gestapo (...) parvenait à mettre la main sur une partie du directoire lyonnais des mouvements unis. Bloch fut arrêté, jeté dans une cellule du sinistre fort Montluc, battu, torturé par des brutes. On le vit dans les locaux de la Gestapo, le visage en sang. On sut qu'il avait été soumis à l'affreux supplice du bain d'eau glacé. L. Febvre, Bloch et Strasbourg, [1947] ds Combats, 1953, p. 407.
1. RELIG. CHRÉT. Infliger aux damnés les tortures de l'enfer. Le Saint Michel combattant un dragon (...) au milieu de monstres chimériques, de ruines en flammes, et de diables torturant des damnés, a l'air (...) d'une merveilleuse miniature (Gautier, Guide Louvre, 1872, p. 35).Pour saint Hippolyte, l'enfer, ou le lac de feu inextinguible, était vide encore, préparé seulement pour que les démons et les méchants y soient torturés dans les flammes pendant l'éternité (Théol. cath.t. 41920, p. 349).
2. Empl. abs. La Gestapo traquait, torturait, déportait, tuait (Cacèrès, Hist. éduc. pop., 1964, p. 137).On n'a jamais autant torturé qu'en cette deuxième moitié du vingtième siècle. Et les choses vont plutôt en s'aggravant. Les enquêtes et les rapports d'Amnesty International sont là pour le prouver (J.-C. Lauret, R. Lasierra, La Torture propre, 1975, p. 14).
B. − P. anal.
1. [Le compl. désigne un animé] Synon. tourmenter.
a) Provoquer des souffrances physiques.
α) [Le suj. désigne une pers.] Telle mère (...) trouvera bon qu'un enfant, captif à la chambre, se désennuie en arrachant l'aile aux mouches, en torturant un oiseau ou un petit chien (Michelet, Oiseau, 1856, p. 307).On peut faire la guerre en ce monde, singer l'amour, torturer son semblable, parader dans les journaux, ou simplement dire du mal de son voisin en tricotant (Camus, Chute, 1956, p. 1531).
β) [Le suj. désigne la cause de la souffrance] Je parlais au mal (...) à ce mal que je voyais vous torturer, vous tuer si atrocement (E. de Guérin, Lettres, 1840, p. 383).Il avait un chapeau de soie qui lui donnait la migraine, sa redingote le gênait aux entournures, et ses bottes vernies lui torturaient les pieds (Theuriet, Mais. deux barbeaux, 1879, p. 63).
b) Occasionner de grands tourments affectifs, moraux. Synon. persécuter.
α) [Le suj. désigne une pers.] Elle continua à torturer Julien, en lui détaillant ses sentiments d'autrefois de la façon la plus pittoresque, et avec l'accent de la plus intime vérité (Stendhal, Rouge et Noir, 1830, p. 350).Ainsi apparaissent ces hommes à principes, prêts à torturer leur entourage et la réalité pour que leurs impératifs soient saufs (Mounier, Traité caract., 1946, p. 455).
β) [Le suj. désigne une réalité concr. ou abstr.] Angoisse, doute, jalousie qui torture. Ce livre, au point où j'en suis, me torture tellement (et si je trouvais un mot plus fort, je l'emploierais) que j'en suis parfois malade physiquement (Flaub., Corresp., 1853, p. 369).Le silence torturait Christophe; il eût crié de souffrance (Rolland, J.-Chr., Buisson ard., 1911, p. 1380).
2. P. exagér. [Le compl. désigne un inanimé]
a) Tordre, déformer un objet, une partie du corps. Torturer un mouchoir, un papier (entre ses doigts). Elle restait debout, devant ce bureau, raidie, torturant les franges de son châle brun avec ses pauvres vieilles mains gercées de laveuse (Loti, Pêch. Isl., 1886, p. 167).Des crampes, des tics torturaient sa belle bouche (Cocteau, Enfants, 1929, p. 184).
b) Modifier, transformer une chose de force, sans respecter sa nature propre. Synon. altérer, dénaturer, violenter.
α) [Le compl. désigne une réalité concr. (objet, matériau, etc.)] Je suis allé chez ces messieurs les horticulteurs nippons, qui, de père en fils, torturent longuement les arbres, dans des petits pots (Loti, Trois. jeun. MmePrune, 1905, p. 44).Des maraîchers, personnages hybrides, à demi paysans, ouvriers à demi, qui, derrière des murs jaloux, torturaient d'étroits lopins et leur faisaient, à force d'eau, de fumier, de cloches et de châssis, rendre d'énormes fardeaux de légumes qu'ils portaient eux-mêmes, la nuit (...) jusqu'aux Halles de Paris (Duhamel, Terre promise, 1934, p. 36).
β) [Le compl. désigne une réalité abstr., la forme ou le sens d'un texte notamment] Ceux qui se figurent qu'on pourroit impunément suspendre la Constitution, torturer les mots de la Charte pour en tirer l'arbitraire, connoissent bien peu la force des choses qui nous entraîne (Chateaubr., Polém., 1818-27, p. 302).Ces expérimentateurs observent mal; ils torturent les faits, les tronquent pour les faire cadrer avec leur théorie (Cl. Bernard, Princ. méd. exp., 1878, p. 220).
II. − Empl. pronom.
A. − Empl. pronom. réfl.
1. S'infliger des souffrances physiques.
a) Empl. réfl. dir. Allez voir au Louvre ce merveilleux musée espagnol: c'est l'extase, le surhumain (...); martyrs s'arrachant le cœur ou se déchirant les entrailles, moines se torturant, etc. (Renan, Avenir sc., 1890, p. 88).
b) Empl. réfl. indir. Une des deux vendeuses congédiées venait justement d'accoucher d'un enfant mort, pour s'être torturé ainsi la taille (Zola, Bonh. dames, 1883, p. 730).
2. Se tourmenter affectivement, moralement; p. exagér., se donner beaucoup de peine pour faire quelque chose. Synon. (se) mettre l'esprit à la torture*.
a) Empl. réfl. dir. Ce grand imaginatif [Rousseau], qui si longtemps s'était torturé lui-même dans la prévision de ce qui pouvait le menacer, ne se sent plus menacé par rien (Mauriac, Trois gds hommes dev. Dieu, 1947, p. 103).
b) Empl. réfl. indir. Se torturer le cerveau, la cervelle, l'esprit, l'imagination. Chercher avec peine une solution à un problème; faire de grands efforts pour accomplir quelque chose. Le vicomte se torturait l'intellect afin de conquérir MlleCécile (Flaub., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 181).Ils pondaient, pondaient, pondaient, n'ayant plus rien à dire, se torturant le cerveau pour en faire sortir quelque chose de nouveau, saugrenu, incongru (Rolland, J.-Chr., Foire, 1908, p. 704).
B. − Empl. pronom. réciproque. Je pense souvent (...) que les hommes ont été mis sur la terre pour qu'ils se torturent les uns les autres, qu'ils se rendent mutuellement la vie plus pénible (Daniel-Rops, Mort, 1934, p. 144).
Prononc. et Orth.: [tɔ ʀtyʀe], (il) torture [tɔ ʀty:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist. A. Verbe trans. 1. a) 1480 « soumettre à la question » (Baratre infernal, B.N. 450, fo169 vods Gdf. Compl.); b) 1831 « faire subir des tortures à quelqu'un » (Musset ds Le Temps, p. 73); 2. a) 1783 « infliger une souffrance » (L. Mercier, Tableau de Paris, t. 4, p. 290: tourner, retourner sa phrase; on torture son cerveau); b) 1797 (Chateaubr., Essai Révol., t. 2, p. 163: en tournant l'agonisant dans son lit pour le mettre plus à son aise, [on] ne fait que le torturer); 3. 1798 torturer un texte (Ac.). B. Verbe pronom. 1. a) 1797 « se faire souffrir » (Chateaubr., op. cit., p. 409); b) 1823 se torturer l'esprit (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, p. 257); 2. verbe réciproque 1934 (Daniel-Rops, loc. cit.). Dér. de torture*; dés. -er. Fréq. abs. littér.: 1 029. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 592, b) 1 468; xxes.: a) 2 381, b) 1 650.
DÉR.
Tortureur, -euse, adj. et subst. masc.a) Adj., rare. Qui torture, sert à torturer. Synon. tortionnaire.Tes pauvres outils tortureurs et mordeurs (Giono, Que ma joie demeure, 1935, p. 261).b) Subst. masc. Celui qui inflige la torture. Synon. bourreau, tortionnaire.Dans sa cellule, le colonel Picquart songe, et suivant, en son rêve, les pensées de ses tortureurs, sourit tranquillement au devoir (Clemenceau, Vers réparation, 1899, p. 225). [tɔ ʀtyʀ œ:ʀ], fém. [-ø:z]. 1resattest. 1480 (Baratre infernal, Bibl. Rouen A 297 ds Delb. Notes mss), attest. isolée, 1830 (Balzac, Œuvres div., t. 1, p. 517), absent des dict. jusqu'à Lar. 19e; dér. de torturer, suff. -eur2*.
BBG.Gohin 1903, p. 319.

Torturer : définition du Wiktionnaire

Verbe

torturer \tɔʁ.ty.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire éprouver une torture, soumettre à la torture.
    • Alors, je commençai à torturer le colporteur. Je lui arrachai, un par un, tous les ongles des mains et tous les ongles des pieds... — (Octave Mirbeau, Le colporteur,)
    • Des nuits entières, durant un mois, j'ai entendu hurler des hommes que l'on torturait, et leurs cris résonnent pour toujours dans ma mémoire. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Tu es physionomiste, tu as bien dû sentir qu’il n’était pas le genre à torturer des femmes. […]. Au début, je m'étais dit qu'il avait peut–être tué Holly par accident pendant une séance de jeux SM, et qu'il s'était ensuite suicidé par remords. — (Suzanne Forster, Passé obscur, traduit de l'anglais, Paris : Éd. Harlequin, 2009, chap. 18)
  2. Tourmenter.
    • Cette idée me torture.
    • Elle resta jusqu’au soir à se torturer l’esprit dans tous les projets de mensonges imaginables. — (Gustave Flaubert, Madame Bovary, Michel Lévy frères, Paris, 1857)
  3. Tordre, déformer un objet.
    • Torturer un texte, le sens d’un texte, le sens d’un mot, lui faire signifier, comme par violence, ce qu’il ne dit pas.

Nom commun

torturer

  1. Tortionnaire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Torturer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TORTURER. v. tr.
Faire éprouver une torture, soumettre à la torture. Il fut cruellement torturé avant d'être mis à mort. Il fut torturé avant d'avouer son crime. Il s'emploie aussi figurément et signifie Tourmenter vivement. Cette idée me torture. Torturer un texte, le sens d'un texte, le sens d'un mot, Lui faire signifier, comme par violence, ce qu'il ne dit pas.

Torturer : définition du Littré (1872-1877)

TORTURER (tor-tu-ré) v. a.
  • 1Faire éprouver la torture, soumettre à la question. Les brigands l'ont torturé pour lui faire dire où était son argent.

    Fig. Causer une vive peine morale. Vous me torturez. Une voix qui serre le cœur, qui torture l'âme, La Harpe, Cours de litt. t. x, p. 10.

  • 2 Fig. Torturer un texte, un mot, lui donner une interprétation forcée, un sens contraire à celui qu'il a.

HISTORIQUE

XVIe s. Avoir les os rompus, desboités et torturés [tortus], Paré, XIX, 12.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « torturer »

Étymologie de torturer - Littré

Torture.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de torturer - Wiktionnaire

 Dérivé de torture avec le suffixe -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de torturer - Wiktionnaire

(XVe siècle) Dénominal de torture.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « torturer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
torturer tɔrtyre play_arrow

Conjugaison du verbe « torturer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe torturer

Citations contenant le mot « torturer »

  • Cette néo-popularité, JNR la doit à son hôte d’une journée, évidemment, mais également à sa personnalité touchante et humaine. Malgré quelques pétages de câbles à certains passages qui auraient pu mal tourner, le rappeur a fait preuve d’une patience exceptionnelle face à la condescendance et aux propos ultra-stéréotypés de Greg Guillotin. Un sang-froid salué par l’humoriste en fin de vidéo, et également par les millions de spectateurs qui ont pu voir l’artiste se faire torturer psychologiquement toute une journée. Interlude, Après la vidéo de Greg Guillotin, l'explosion de JNR
  • Un demandeur d'asile secouru par le Iuventa a déclaré avoir vu des personnes se faire violer, torturer et tuer en Libye. « Si quelqu’un m’avait dit que j’allais être renvoyé en Libye, j’aurais préféré mourir en mer », a-t-il dit. « Les gens étaient heureux et se sont mis à chanter, en remerciant dieu. Voilà dans quelles circonstances nous avons rencontré le Iuventa. » , Italie. L’équipage d’un navire de sauvetage risque 20 ans de prison, trois ans après le début d’une enquête pour trafic illicite | Amnesty International
  • Pourtant, "on a vraiment la preuve que le matériel de surveillance fourni en toute connaissance de cause à Kadhafi a été utilisé pour enfermer et torturer des opposants", affirme-t-il, s'étonnant qu'il n'y ait eu aucune mise en examen. VOA, Les poursuites contre une société française pour complicité de torture en Libye au point mort
  • La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili veut faire interdire la pratique de la chasse à la glu pour attraper les oiseaux. "La France ne pouvait pas se permettre d'être le vilain petit canard qui laisse torturer les oiseaux", estime mercredi Yves Verilhac, directeur général de la Ligue de Protection des Oiseaux.  Franceinfo, Interdiction de la chasse à la glu : "Il faut espérer que le lobby des chasseurs ne gagne pas", réagit la Ligue de Protection des Oiseaux
  • Lors de différentes perquisitions, la police a interpellé six suspects. Ces personnes ont décrit le dernier conteneur comme une «salle de traitement». Mais elle «était clairement destinée et préparée à torturer des gens», a communiqué mardi le ministère public néerlandais. , La police trouve une salle de torture dans une prison secrète - Le Matin
  • C’est trop compliqué de se torturer en se demandant pourquoi les gens vous aiment, pourquoi ils vous choisissent. L’important est qu’ils le fassent pour les bonnes raisons et que vous ayez bossé pour le mériter. De Vanessa Paradis / Première, novembre 2011
  • Ce sont les hommes les plus sensuels qui doivent fuir devant les femmes et torturer leur corps. De Friedrich Nietzsche
  • Si tu veux te noyer, à quoi bon te torturer à chercher une eau peu profonde. De Proverbe bulgare
  • Torturer un animal c'est torturer une conscience. De Anonyme

Images d'illustration du mot « torturer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « torturer »

Langue Traduction
Corse tortura
Basque tortura
Japonais 拷問
Russe пытки
Portugais tortura
Arabe تعذيب
Chinois 折磨
Allemand folter
Italien tortura
Espagnol torturar
Anglais torture
Source : Google Translate API

Synonymes de « torturer »

Source : synonymes de torturer sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires