La langue française

Trépidation

Sommaire

  • Définitions du mot trépidation
  • Étymologie de « trépidation »
  • Phonétique de « trépidation »
  • Citations contenant le mot « trépidation »
  • Traductions du mot « trépidation »
  • Synonymes de « trépidation »

Définitions du mot trépidation

Trésor de la Langue Française informatisé

TRÉPIDATION, subst. fém.

A. −
1. PATHOL. Tremblement pathologique à secousses marquées et rapides. Synon. trémulation.Trépidation des membres, des nerfs; trépidation épileptoïde du pied; trépidation rotulienne, spinale. Je retrouve Daudet dormant sur le divan où il était assis, tant il est épuisé par la souffrance. Et la trépidation de Daudet en voiture me fait mal; et arrivé chez lui, il se morphine encore (Goncourt, Journal, 1891, p. 87).
2. P. ext. État d'agitation extérieure ou intérieure. Quoiqu'il eût vaincu dans des assauts les maîtres et les prévôts de plusieurs régiments de cavalerie, il éprouvait une sourde trépidation qui n'était point de la peur, mais qui produisait des effets analogues (About, Nez notaire, 1862, p. 53).Elle vibre, dans un état de trépidation extraordinaire, ses yeux aigus brillent et pétillent, elle rit, bouscule Luce (...), bourre Marie Belhomme (Colette, Cl. école, 1900, p. 238).
B. −
1. Mouvement vibratoire, ébranlement, série d'oscillations ou de secousses. Synon. tremblement, vibration.Trépidation des vitres, d'une machine; trépidation d'un navire, d'un wagon de chemin de fer. La trépidation de l'hélice cessa sur le bateau qui glissa vers la jetée proche (Hamp, Champagne, 1909, p. 205).La trépidation du moteur nous martèle les oreilles et nous secoue tout entiers (Barbusse, Feu, 1916, p. 337).
2. GÉOL. Légère secousse sismique. L'écorce terrestre (...) ressemble (...) à une mosaïque ou à une marqueterie formée de morceaux juxtaposés. Et, comme cette marqueterie s'appuie sur une masse fluide, essentiellement mobile, elle est toujours en état d'équilibre instable. De là ces trépidations incessantes ou ces mouvements brusques de l'écorce terrestre qu'on appelle les tremblements de terre (Boule, Conf. géol., 1907, p. 61).
C. − Au fig. Climat d'intense agitation, activité rapide et incessante. Trépidation de la vie parisienne. Le rythme de notre vie quotidienne est accordé au sien [le peuple américain] (...) la folie de la vitesse, ce tournis qui affecte tous les moutons de l'Occident, une trépidation à laquelle aucun de nous n'échappe: une démesure en toutes choses, qui est la chose du monde la moins conforme à notre génie (Mauriac, Nouv. Bloc-Notes, 1959, p. 238).
Prononc. et Orth.: [tʀepidasjɔ ̃]. Ac. 1694, 1718: trepidation; dep. 1740: tré-. Étymol. et Hist. 1. 1290 « tremblement, frayeur, peur » (Drouart la Vache, Li livres d'amours, éd. R. Bossuat, 3534); 2. a) 1542 astron. anc. (Rabelais, Pantagruel, éd. V.-L. Saulnier, p. 10, var.); b) 1690 méd. « tremblement de membres, de nerfs » (Fur.), mot qui se répand dans la 1remoit. du xixes.; c) 1839 fig. (Balzac, Cabinet ant., p. 93: tout avait été délibéré froidement, avec calme, sans trépidation). Empr. au lat.trepidatio « tremblement, agitation, désordre, trouble ». Fréq. abs. littér.: 106.

Wiktionnaire

Nom commun

trépidation \tʁe.pi.da.sjɔ̃\ féminin

  1. (Didactique) Tremblement.
    • On obtient l'intensité d'aimantation correspondant à cette courbe en donnant des trépidations mécaniques à un fil de fer tout en le plaçant dans le champ magnétique ( ou bien encore en lui donnant des trépidations électriques, d'après MM. Gerosa et Finzi, en le faisant parcourir par un courant alternatif). — (Pierre Curie, Propriétés magnétiques des corps à diverses températures; Annales de Chimie & de Physique, 7e série, t.V, Juillet 1895)
    • Je tombai cependant dans cette sorte de somnolence que provoquent les trépidations régulières d’un train en marche. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. II, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Le mouvement du ballon, son trajet sinueux, ses plongeons et ses remontées, étaient nettement perceptibles, et l’incessante trépidation des moteurs semblait se ralentir et s’accélérer tour à tour. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 151 de l’éd. de 1921)
    • Il y a bien un peu d’agitation et je dirais même de trépidation dans les derniers écrits de notre grand Michelet. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 118.)
    • Quand je sens en chemin
      Les trépidations de ma machine,
      Il me monte des désirs
      Dans le creux de mes reins.
      — (Serge Gainsbourg, Harley Davidson, 1967)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TRÉPIDATION. n. f.
T. didactique. Tremblement. Les trépidations du sol. La trépidation des vitres d'une automobile, d'un wagon.

Littré (1872-1877)

TRÉPIDATION (tré-pi-da-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
  • 1 Terme de géologie. Trépidation du sol, légère secousse communiquée au sol et qui est un diminutif du tremblement de terre. La chute et l'affaissement subit des cavernes intérieures du globe produisent des mouvements qui ne se font sentir qu'à de petites distances ; ce sont plutôt des trépidations que de vrais tremblements, Buffon, Min. t. IX, p. 41. À Acapulco on connaît deux sortes de tremblements de terre : celui d'ondulation, qui fait osciller les maisons, et celui de trépidation, qui tend à les soulever verticalement, Legoarant M. Prost relève toutes les trépidations qui ont été constatées dans le sol de Nice depuis le commencement de l'année 1861, Presse scientifique, 1861, t. III, p. 703.
  • 2La trépidation des navires à vapeur, espèce de mouvement légèrement saccadé, mais qui ne fait parcourir aucun espace sensible.
  • 3Ancien terme de médecine. Tremblement des membres, des nerfs, etc.

    Fig. Son péril n'est digne d'aucune commisération selon Aristote même, et ne fait naître en l'auditeur qu'un certain mouvement de trépidation intérieure qui le porte à craindre que ce fils ne périsse avant que l'erreur soit découverte, Corneille, 2e disc.

  • 4 Terme d'astronomie ancienne. Trépidation des fixes, nom donné par Thébith à un balancement prétendu du firmament, du septentrion au midi et du midi au septentrion. Des mouvements de libration et de trépidation, Dial. d'Orat. Tubero, t. II, p. 203.

HISTORIQUE

XVe s. La voix de peur se dit autrement trepidation, Gerson, dans le Dict. de DOCHEZ.

XVIe s. La lune varia de son cours plus de cinq toises, et feut manifestement veu le mouvement de trepidation on firmament, Rabelais, II, 1. Retrogadation, trepidation, accession… aux astres et corps celestes, Montaigne, II, 281.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TRÉPIDATION, s. f. ou Titubation, en terme d’Astronomie, est une espece de balancement que les anciens astronomes attribuoient aux cieux de crystal qu’ils avoient imaginé pour expliquer le mouvement des planetes. Par cette titubation ils expliquoient quelques mouvemens observés dans l’axe du monde ; savoir celui qui produit la précession des équinoxes : cette précession, comme on le sait aujourd’hui, vient d’un mouvement conique de l’axe de la terre autour des poles de l’éclyptique contre l’ordre des signes, & la cause physique en a été découverte dans ces derniers tems. Voyez Précession. (O)

Trépidation, s. f. en Médecine, est un tremblement des nerfs & des membres du corps. Voyez Tremblement.

Le premier symptome de la rage dans les chiens, est une trépidation des membres, &c. Voyez Hydrophobie.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « trépidation »

Du latin trepidatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. trepidationem, de trepidare, trembler, s'agiter, qui est dérivé de trepere, tourner ; par l'intermédiaire de trepidus.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « trépidation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
trépidation trepidasjɔ̃

Citations contenant le mot « trépidation »

  • On est aux portes de Reims, mais ici on sent davantage la tranquillité de la campagne que la trépidation de la grande ville. Journal L'Union abonné, Mon tout petit village. Saint-Léonard, le calme au vert,tout près de la grande ville
  • Pour le reste, malgré son train arrière simplifié qui engendre quelques trépidation à basse vitesse, cette A3 diesel "premier prix" possède peu ou prou les mêmes qualités et défauts que la 35 TDI essayée auparavant. D'autant que notre exemplaire d'essai reprenait la même finition sportive S Line, déjà facturée 37 000 € minimum (prix au 1er juillet 2020) et agrémentée ici d'options comme le hayon à ouverture électrique. Malgré cette addition salée, on retrouve donc des plastiques pas toujours conformes aux anciennes bonnes habitudes d'Audi, alors que les places arrière demeurent toujours peu accueillantes pour les grands gabarits. Il faudra également s'accommoder de rangements pas très grands et d'une ergonomie certes bien plus intuitive que celle de la cousine Volkswagen Golf 8, mais encore perfectible, à l'image de l'unique bouton chargé de piloter le volume de la radio ou de changer de station. L'Automobile Magazine, Audi A3 30 TDI : notre essai de la moins chère des nouvelles Audi A3 diesel - L'Automobile Magazine
  • LÉO MARILLIER : L’œuvre de Beethoven, anniversaire ou pas, représente en cette année si étrange, un appel irrésistible, un appel supplémentaire à vivre, à comprendre sa musique. On ne peut manquer d’être investi par l’énergie charnelle, la trépidation des idées, partager le même pouls en tant qu’interprète et auditeur. Compositeur de lumière, Abel Gance dresse un portrait sublimé de son idole avec « un grand amour de Beethoven », œuvre cinématographique et sert de point de départ à cette édition 2020 Fest’inventio pour la confirmer – Beethoven est aussi sa légende -, la nuancer, donnant le ton du festival qui se veut explorateur de points de vue. La plongée réalisée dans les lettres et carnets de Beethoven comme deuxième rendez-vous donne la parole aux personnes importantes de la galaxie Beethoven : Bettina Brentano, ses copistes comme autant de lecteurs de ses pensées, ses interprètes, ses éditeurs… regards croisés sur l’ami, le confident… donnant accès à la sphère privée du compositeur et de l’homme par touches successives. Ma volonté en produisant ce spectacle déambulatoire, préparé avec le metteur en scène Vincent Morieux, conjuguant lecture et musique, est de conduire les auditeurs vers les concerts qui s’ensuivent en y prêtant une oreille différente. Chez Beethoven, la joie omniprésente change de visage pour chaque œuvre et la musique de chambre est le champ auquel Beethoven se confie le plus, avec profondeur, franchise et humour aussi. Filiations », concert sur instruments d’époque défendu par le trio Guersan, célèbre les maîtres : Haydn et Albrechtsberger. Et c’est fascinant, merveilleux au sens premier du terme, de travailler et écouter ce que Beethoven fait avec des combinaisons d’instruments et les codes dont il a hérité, lui qui était profondément subversif. Exemple remarquable avec l’intégrale piano quatre mains, interprétée par le Geister duo et programmée sous la charpente de la chapelle rayonnante des Marêts. Le duo à quatre mains nous rappelle que ce genre auquel Beethoven se plie dans ses années de jeunesse avec des œuvres où Mozart n’est jamais bien loin, respirait la chaleur des salons viennois. Chez un autre Beethoven, le genre s’affranchit de toute limite avec la Grande Fugue (transcrite pour 4 mains depuis l’original pour quatuor), véritable OVNI musical tant elle produit une impression indélébile. Il est question d’héritage dans cette édition de Fest’inventio, tant celui qui est arrivé à Beethoven, que celui qu’il nous transmet. Composé dans la même tonalité que son premier quatuor, le dernier quatuor à cordes de Beethoven à l’intérieur duquel se tissent avec humour des innovations d’écriture, énigmes dissimulées au cœur d’une ambiance inoffensive, insouciante sera interprété par le Quatuor Joyce. Beethoven révolutionne l’inspiration musicale jusque récemment. Le troisième quatuor de Schoenberg notamment joue avec les mêmes cartes que le dernier quatuor de Beethoven : ton, forme classique et… ironie. Dans cette pièce, le langage mélodique halluciné et totalement novateur de Schoenberg est soutenu par une forme générale néo-classique et des rythmes bondissants. Beethoven et Schoenberg : deux musiciens intellectuels ET instinctifs, jonglant avec leurs inventions mutuelles sont donc programmés au cours du même concert, le seul qui se déroule à Paris, à la Chapelle expiatoire. Le quatuor Joyce auquel se joint l’altiste Claire Merlet interprétera à la Galleria Continua Les Moulins le second quintette de Brahms, tantôt intime, tantôt héroïque, tantôt abstrait, dressant un profond hommage à Beethoven. Ce quintette devait être la dernière œuvre de Brahms, son adieu à l’activité de compositeur ; en écho, le quintette de Beethoven interprété au cours du même concert, présente deux visages avec les influences de jeunesse incarnées dans les deux premiers mouvements et une indépendance bourgeonnante irriguant les deux derniers. Le concert que je partage avec Caroline Sypniewski et Kojiro Okada confiera à l’abbaye de Preuilly la clôture de l’édition. On y écoutera trois chefs d’œuvre absolus et célèbres, colonnes du répertoire de musique de chambre par leur vision du monde et leur structure : la pastorale et mystérieuse 10ème sonate pour violon et piano, l’impériale 3ème sonate pour violoncelle et piano, et enfin le fougueux trio ‘les Esprits’. Œuvre méditative également par son extraordinaire second mouvement qui met en musique Shakespeare. Au Couvent des Cordelières à Provins, on cheminera également avec le musicologue Bernard Fournier tout au long de la vie de Beethoven pour approcher, cerner la dimension du sacré chez le compositeur, spiritualité latente, quête qui s’exprime au bout de 30 ans… Et nouveauté cette année pour les cinq ans de Fest’inventio : une scène ouverte aux amateurs et conservatoires ! , SEINE ET MARNE. FEST’INVENTIO 2020 célèbre Beethoven | Classique News
  • Un riff, un motif, une signature, marque de fabrique. La griffe Bo Diddley. Une invention qui vaut bien le hoquet presleyen. D'où vient-elle ? Dans une chaîne arbitraire, l'homme à la guitare carrée serait entre John Lee Hooker et Buddy Holly. Blues, rock'n'roll. Quelque chose d'africain dans la trépidation du Diddley beat, on ne saura jamais quoi au juste. De percussif, c'est sûr. Le rythme d'une machine. D'un train. Celui qui va du Mississippi à Chicago ? Quelque chose comme une berceuse qui n'endormira jamais personne. Le joyeux nonsense d'une nursery rhyme. Raconte-moi encore l'histoire de Bo Diddley… Bo Diddley bought his girl a diamond ring… if that diamond ring don't shine… he gonna take it to a private eye…  Télérama, Bo Diddley (1), la trépidation du train qui va du Mississippi à Chicago

Traductions du mot « trépidation »

Langue Traduction
Anglais trepidation
Espagnol miedo
Italien trepidazione
Allemand angst
Chinois 恐惧
Arabe خوف
Portugais trepidação
Russe беспокойство
Japonais 恐怖
Basque trepidation
Corse trepidazione
Source : Google Translate API

Synonymes de « trépidation »

Source : synonymes de trépidation sur lebonsynonyme.fr
Partager