Grelotter : définition de grelotter


Grelotter : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

GRELOTTER, verbe intrans.

A. −
1. Qqn grelotte.[Le suj. désigne un animé, parfois une partie du corps] Être agité de tremblements plus ou moins violents. Grelotter de la tête aux pieds; grelotter sous les couvertures. Sa lèvre inférieure grelottait, ses dents cliquetaient doucement par intervalles irréguliers (Genevoix, Raboliot,1925, p. 348) :
1. Le temps était loin, où, jouissant d'une bonne santé, des Esseintes montait, chez lui, en pleine canicule, dans un traîneau, et, là, enveloppé de fourrures, les ramenant sur sa poitrine, s'efforçait de grelotter, se disait, en s'étudiant à claquer des dents : − Ah! ce vent est glacial, mais on gèle ici, on gèle! parvenait presque à se convaincre qu'il faisait froid! Huysmans, À rebours,1884, p. 227.
Grelotter de + compl. indiquant la cause du tremblement.Grelotter de froid, de fièvre, de peur, d'angoisse, de colère. Ses mains grelottent de fureur, et elle a trouvé le moyen de blêmir davantage (Farrère, Homme qui assass.,1907, p. 242) :
2. Il y avait un homme en haillons; le souffle du matin refroidissait sa peau, et quand le soleil vint à paraître il grelotta de plaisir, remua les épaules et sourit bêtement, on eût dit qu'il eût voulu faire entrer en lui la chaleur du soleil. Flaub., Smarh,1839, p. 75.
Emploi trans. Grelotter la fièvre (vieilli). Théophile Vabre, qui, toussant et crachant, grelottant la fièvre, rêvait le bonheur universel par l'organisation d'une république humanitaire, fut le seul à maintenir que, peut-être, elle [l'Église] se transformerait (Zola, Pot-Bouille,1882, p. 86).
2. Qqc. grelotte.Être agité de petits tremblements. Deux feuilles couleur d'amadou grelottaient seules aux ramilles (Pourrat, Gaspard,1931, p. 76).
B. − Émettre un bruit de grelot. Les cinémas dont la sonnette grelottait dans l'air froid (Vercel, Cap. Conan,1934, p. 66).Le téléphone grelotta (Le Breton, Rififi,1953, p. 216).
REM. 1.
Grelottard, -arde, adj.[En parlant d'une voix, d'un rire, etc.] Qui tremblotte. Tant de bassesse m'estomaquait, mais Hanotaux conclut en sortant [de chez Lockroy], − il me prenait pour un bon jeune homme, − avec son petit rire grelottard : « Mon cher Léon, hé! hé! il faut avoir le maniement des hommes » (L. Daudet, Entre-deux-guerres,1915, p. 78).
2.
Grelotte, subst. fém.,arg. et pop. a) Tremblement dû au froid ou à la fièvre. Je tremblais encore comme une feuille... Il m'a redonné des couvertures... Je continuais la grelotte... Il m'a complètement recouvert, enseveli sous un tas de manteaux... Toutes ses peaux d'ours je les avais dessus... Y avait un choix dans l'armoire!... Je frissonnais quand même (Céline, Mort à crédit,1936, p. 696).Avoir la grelotte. Avoir peur. − Ben, tu vois, lui dit Cuvelier, comme cela, tu n'auras plus à avoir la grelotte pour la finale [maintenant que la demi-finale est perdue pour ton protégé] (Pédale,29 mars 1927, p. 18, col. 2).C'était mon retour au passage qui me foutait le bourdon. J'en avais déjà la grelotte trois mois à l'avance (Céline, Mort à crédit,1936p. 284).b) Voix. En ce moment, l'on entendit un bruit horrible (...). Le galop de deux pieds enragés (...). Deux voix aussi différentes que les deux galops lançaient des interjections braillardes (...). − C'est la mère, dit Tonsard en se dressant, je reconnais sa grelotte! (Balzac, Paysans,1844, p. 72).V. grelot A 2.
Prononc. et Orth. : [gʀ əlɔte], (il) grelotte [gʀ əlɔt]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. a) 1562 franc-comtois grilloter « faire un bruit de grelots » (Du Pinet, Pline, IX, 35 ds Gdf. Compl.); b) 1562 « faire un petit bruit comme un corps sec agité dans une cavité (en parlant des œufs qu'on secoue pour voir s'ils sont encore bons) » (Id., ibid., X, 54, ibid.); 2. a) av. 1630 grelotter « trembler de froid » (A. d'Aubigné, Vie ds Littré); b) 1853 « faire entendre un bruit de grelots » (Sand, Maîtres sonneurs, p. 50). 1 est dér. de grillot (v. grelot); dés. -er. Cette forme avec -i-, particulièrement vivante dans les dial. de l'Est de la France (v. FEW t. 16, p. 59a), doit probablement son -l- mouillé à des interférences avec grillon*, insecte rendant un son assez semblable à celui du grelot, cf. Yonne, Chablis, franc-comtois grillot qui désigne à la fois le grelot et le grillon (v. FEW t. 16, p. 58b et t. 4, p. 268b). 2 est dér. de grelot* au sens 2. Fréq. abs. littér. : 391. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 204, b) 848; xxes. : a) 862, b) 514.
DÉR.
Grelotteux, -euse, subst.a) Celui, celle qui erre dans les rues, qui est sans abri et qui grelotte de froid. Désormais, il n'y aura plus de prières marmonnées au coin des rues, par des grelotteux affamés (Bloy, Désesp.,1886, p. 340).En grelotteux. [Fauvel au narrateur] : − ... Soucaille allait gratter la mandoline, soupirer en grelotteux, en mendigot? Comme ces petits crevards dont les filles s'offrent le portrait (Genevoix, Assassin,1948, p. 119).b) Arg. α) Godelureau qui suit les modes. On rencontre des grelotteux (c'est, je crois, le dernier terme en usage) avec l'habit noir et la cravate blanche chez Bidel (Moniteur universel,juill. 1884ds Fustier, Suppl. dict. Delvau, 1889, p. 542). β) Subst. fém., vieilli. Prostituée. La baraque à Marseille (...) continue à être chaque soir le rendez-vous du gratin de nos horizontales et de nos grelotteuses (Écho de Paris,juill. 1884ds Fustier, Suppl. dict. Delvau, 1889, p. 542).[gʀ əlɔtø], fém. [-ø:z]. 1res attest. a) 1884 « héros du chic » (Moniteur universel, loc. cit.), b) 1886 « miséreux qui grelotte » (Bloy, loc. cit.); var. pop. de *grelotteur, dér. de grelotter, suff. -eur2* auquel s'est substitué -eux* sous l'infl. de miséreux*. La mode de la fin du xixes. prescrivait le port d'habits particulièrement ajustés et courts dans lesquels les élégants de l'époque semblaient trembler de froid, d'où le sens a (v. F. Usinger, Die französischen Bezeichnungen des Modehelden, Giessen, 1921, 42).
BBG.Quem. DDL t. 9, 17 (s.v. grelotteux).

Grelotter : définition du Wiktionnaire

Verbe

grelotter \ɡʁə.lɔ.te\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Trembler de froid.
    • Je grelottais de tous mes membres, et mes dents cliquetaient. — (Alexandre Dumas, Impressions de voyage, La Revue des Deux Mondes T.1, 1833)
    • En proie à un violent accès de fièvre, je ne suis guère disposé à admirer le paysage. Je grelotte, je suis tourmenté par une soif ardente, chaque pas de mon cheval martelle ma tête bourdonnante. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 133)
    • (Figuré)Le jardin est si dépouillé que rien ne cache plus l'insignifiance de ce qui est, ici, concédé à l'agrément : les carcasses des charmilles, les bosquets maigres grelottent sous la pluie éternelle. — (François Mauriac, Le Nœud de vipères, éd. Grasset, 1932, chap. 20)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Grelotter : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GRELOTTER. v. intr.
Trembler de froid. Entrez donc, que faites-vous là dans la rue à grelotter? Ce pauvre petit grelottait de froid. Ce malade a le frisson, il grelotte.

Grelotter : définition du Littré (1872-1877)

GRELOTTER (gre-lo-té) v. n.
  • Trembler de froid. C'est moi qui lui avais fait cacher sa chemise et ses habits tandis qu'il se baignait, et qui fus cause qu'il fut obligé de grelotter dans la rivière pendant tout le souper qui se faisait à ses dépens, Dancourt, Retour des officiers, sc. 5. On dit que c'est bien pis en Italie ; les maisons n'y sont faites que pour respirer le frais ; et, quand les gelées viennent, toute la nation grelotte, Voltaire, Lett. Mme Denis, 18 janv. 1752. Les malheureux se traînent encore en grelottant, jusqu'à ce que la neige, qui s'attache sous leurs pieds en forme de pierre, quelque débris, une branche, ou le corps de l'un de leurs compagnons les fasse trébucher et tomber, Ségur, Hist. de Nap. IX, 11.

    Fig. Il [Béranger] grelottait dans sa coquille, Quand d'un luth je lui fis l'octroi, Béranger, Épitaphe.

    On dit quelquefois, par une sorte de construction active, grelotter la fièvre, comme on dit trembler la fièvre.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

REMARQUE

Les verbes qui ont un radical terminé par ot ne prennent généralement qu'un t ; les exceptions, non justifiées d'ailleurs, sont garrotter, gigotter, grelotter, trotter et quelques autres ; il faudrait tout écrire par un seul t.

HISTORIQUE

XVIe s. Un sergent qui estoit venu pour me faire allumer la meche, me voyant greloter comme les autres, me fit offre de son echarpe, D'Aubigné, Vie.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « grelotter »

Étymologie de grelotter - Littré

Grelot ; le claquement des dents de l'homme qui grelotte étant comparé au son d'un grelot. Génev. greboler, greuler ; Savoie, grevoler, dauphinois, gromolà.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de grelotter - Wiktionnaire

Dénominal de grelot.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « grelotter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
grelotter grœlɔte play_arrow

Conjugaison du verbe « grelotter »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe grelotter

Citations contenant le mot « grelotter »

  • La VALS (Vendée Arctique Les Sables), qui s’élance samedi entre la Vendée, l’Islande et les Açores, est une épreuve de qualification pour le Vendée Globe. Pour Isabelle Joschke, l’objectif est donc de terminer. Et de valider son billet. « C’est ma première confrontation en solitaire avec les foils ». L’occasion de savoir où elle en est par rapport à la concurrence. Côté parcours, elle s’attend à avoir froid, puis chaud. « On va très au nord, dans des endroits où il fait très froid. Cela va ressembler au Vendée Globe, on va grelotter là-bas. On ne va pas slalomer entre les growlers mais on va faire attention aux glaces. Ensuite, on redescend dans des zones tempérées et agréables. C’est intéressant tout ça ». Le Telegramme, Voile. Isabelle Joschke : « Un peu la boule au ventre… » - Voile - Le Télégramme
  • «Malheureusement, ç’a probablement été la journée la plus pluvieuse et venteuse de toute l’année, raconte Sébastien Delorme. Nous, les acteurs, il ne fallait pas grelotter en disant nos textes, même si on était congelés et transis. Ce n’était pas agréable non plus pour l’équipe technique. Il ventait tellement qu’il y avait des bouts de tôle, du toit de l’Autodrome, qui revolaient sur la piste. Des panneaux qui s’envolaient passaient à côté des techniciens, à quelques mètres près. C’était devenu dangereux.» Le Journal de Montréal, «La dérape» : tumultueuse fin de tournage | JDM
  • Mieux vaut suer que grelotter. De Proverbe français

Images d'illustration du mot « grelotter »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « grelotter »

Langue Traduction
Corse frissuraghju
Basque hotzikara
Japonais 震える
Russe дрожать
Portugais arrepio
Arabe بقشعريرة
Chinois 颤抖
Allemand schauer
Italien brivido
Espagnol temblar
Anglais shiver
Source : Google Translate API

Synonymes de « grelotter »

Source : synonymes de grelotter sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « grelotter »


Mots similaires