Redouter : définition de redouter


Redouter : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

REDOUTER, verbe trans.

Craindre fortement quelqu'un ou quelque chose; appréhender (quelque chose à venir) avec angoisse. Synon. appréhender, avoir peur, craindre; anton. souhaiter.Un chef, un maître redouté. C'est au pécheur tremblant, c'est au coupable épouvanté de redouter la mort (Dumas père, Intrigue et amour, 1847, V, tabl. 9, 2, p. 291).Je réduis au minimum les chances et les risques d'un incident brutal dont je redoute les suites (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 318).
Redouter de + inf.Comme j'aurais redouté de vivre avec elle! Pas une de mes faiblesses ne lui eût échappé, car elle voyait tout d'un oeil impitoyable (Green, Journal, 1956, p. 228).Mais, redoutant par-dessus tout de retomber sous le joug, elle [la Convention] s'empressa de remettre la main sur le pouvoir exécutif (Lefebvre, Révol. fr., 1963, p. 434).
Redouter que + subj.Ce fut une belle pétarade dont il est à redouter que l'ennemi, derrière ses murs, ne souffrît pas plus que ça (Verlaine, Œuvres compl., t. 4, L. Leclercq, 1886, p. 142).
Part. passé en empl. adj. Chef redouté; âge redouté. M. Alexandre Dumas (...) n'était pas encore (...) un moraliste redouté, un des directeurs spirituels de son siècle (A. France, Vie littér., 1890, p. 1).
Rem. Sur l'empl. de ne dit explétif dans cette dernière constr., v. craindre I B 2 rem. 1.
Prononc. et Orth.: [ʀ ədute], (il) redoute [-dut]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1135 redoter (Couronnement de Louis, 686 ds T.-L.). Dér. de douter*, d'abord att. en a. fr. au sens de « craindre »; préf. re-*. Fréq. abs. littér.: 2 911. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 4 020, b) 4 094; xxes.: a) 3 914, b) 4 397.

Redouter : définition du Wiktionnaire

Verbe

redouter \ʁə.du.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Craindre fort.
    • Je redoutais une rixe. Une vraie bagarre avec coups de carafe, de chaise et pétarade de revolver. Il ne s'est rien passé. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Eh bien ! mon petit Fagerolle, ce gaillard là est redouté par les plus fortiches. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 19)
    • Vers 1932, les banquiers commencèrent à redouter l'insolvabilité permanente des fermiers. Prenant peur, ils exigèrent le remboursement ou la saisie des gages. — (André Maurois, Chantiers américains, 1933)
    • Le Parlement et les jurats de la ville avaient beau faire, les esprits étaient tellement surexcités qu'on était en droit de redouter le pire. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Il redoutait probablement de ne plus lui convenir et de rentrer dans le rang, de reprendre le bissac du trimardeur. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 54)
    • Mais tous font état d'un système d'une complexité inouïe. […]. Un véritable labyrinthe de papier — pour ne pas dire de paperasserie — dans lequel ils redoutent de se perdre à jamais. — (Olivier James, Reach: Le casse-tête des industriels, dans L'Usine nouvelle, n° 3195 du 3 juin 2010)
  2. (Par extension) Ne pas être à son aise dans.
    • L’actinobacille préfère donc de beaucoup les milieux légèrement alcalins et redoute les milieux acides. — (XIVe Congrès international de médecine, Madrid, avril 23-30, 1903: Section de physiologie, physique et chimie biologiques, Imprenta de J. Sastre y ca., 1904, p.279)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Redouter : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

REDOUTER. v. tr.
Craindre fort. L'homme dont vous parlez n'est pas trop à redouter. Redouter les forces, les armes de ses ennemis. Il ne redoute pas d'être ingrat. Je redoute qu'il n'apprenne cette funeste nouvelle avant d'y avoir été préparé. C'est bien à redouter.

Redouter : définition du Littré (1872-1877)

REDOUTER (re-dou-té) v. a.
  • 1Craindre fort. Je redoute qu'il n'apprenne cette fatale nouvelle sans y avoir été préparé. Je te donne à combattre un homme à redouter, Corneille, Cid, I, 8. Ah ! perfides, qui nous aviez donné votre foi, ne redoutez-vous point les dieux ? Perrot D'Ablancourt, Retraite, II, 3. On m'a voulu mener voir Mme la Dauphine… le premier coup d'œil est à redouter… mais il y a tant d'esprit, de mérite, de bonté…, Sévigné, 17 mars 1680. Fait même à ses amants trop faibles d'estomac Redouter ses baisers pleins d'ail et de tabac, Boileau, Sat. X. Plus même de ce Juif la race est odieuse, Plus j'assure ma vie, et montre avec éclat Combien Assuérus redoute d'être ingrat, Racine, Esth. II, 6. J'aime les Muses pour elles-mêmes, comme Fénelon voulait qu'on aimât Dieu ; mais je redoute le public, Voltaire, Lett. Mme du Bocage, 3 sept. 1758.
  • 2Se redouter, v. réfl. Avoir la crainte de soi-même. Ce qui paraît de si violent dans ses discours n'est que la délicatesse d'une conscience qui se redoute elle-même, ou l'excès d'un amour qui craint de déplaire, Bossuet, Anne de Gonz.

REMARQUE

Redouter suit la règle de craindre, voulant le subjonctif avec ne (ce ne peut être omis en poésie). Avec un infinitif, il prend de.

HISTORIQUE

XIIe s. Ne regarder [je] n'os [ose] son simple visage, Tant [j'] en redout mes ieuz à departir, Couci, XI. Quant li baron l'entendent, chascuns s'est arrier trais, Tout ainsi com li asnes qui redoute le fais, Sax. X. Li dreiz de sainte iglise fu iluec obliez, Ne damne Deus n'i fu d'un sul point redoutez, Th. le mart. 58.

XIIIe s. La quarte bataille fist li quens Looys de Blois et de Chartain ; et moult ert [était] grans et redoutée, que moult i avoit de bone gent et bons chevaliers, Villehardouin, LXIX. Se jo sui apersus, sachez, à escient Demain perdrai la teste el palais l'amirant ; Gardés que ne soiés envers moi redotant, Et que j'aie pensé traïson tant ne quant, Ch. d'Ant. VI, 586.

XIVe s. Il creint et redoubte à mentir, Oresme, Éth. 134.

XVe s. Ces deux sont grands seigneurs [Guillaume et Jean de Hainaut] craints et redoutés de leurs ennemis…, Froissart, I, I, 12. Noz redoubtées damoiselles, Aujourd'hui avons seu nouvelles Du grief, du mal… [redoubtées est ici un terme de respect], Deschamps, Poésies mss. f° 425.

XVIe s. Aymé aux cieulx et redoubté en terre, Marot, J. V, 56.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « redouter »

Étymologie de redouter - Littré

Re…, et douter ; provenç. redoptar ; ital. ridottare. Dans l'ançien français, douter avait la signification de craindre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de redouter - Wiktionnaire

Avec le préfixe re-, de l'ancien français douter (même sens).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « redouter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
redouter rœdute play_arrow

Conjugaison du verbe « redouter »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe redouter

Citations contenant le mot « redouter »

  • Nous sommes nombreux à redouter les piqûres de moustique lorsque l'été pointe le bout de son nez. Malheureusement, les moustiques pourraient nous piquer encore davantage dans les années à venir. La raison ? L'urbanisation et le réchauffement climatique.  Doctissimo, Vous détestez les moustiques ? Eux, au contraire, risquent de vous aimer de plus en plus - Doctissimo
  • Du menu fretin, donc, plutôt qu’un nouveau trophée pour Macron, et dont on assure ne pas redouter l’effet d’attraction : «Les trahisons, on a connu ça en 2017. Le mal a déjà été fait», avec l’entrée au gouvernement de plusieurs personnalités de droite (Philippe, Le Maire et Darmanin en particulier) et la défection d’un certain nombre de parlementaires. «Si quelqu’un ou quelques-uns le faisaient [à nouveau], je pense que ce sont des dingues, tranchait voilà quelques jours le secrétaire général de LR, Aurélien Pradié. Ce n’est pas au moment où le Titanic est en train de sombrer que l’on monte dessus.» Attendu ce lundi, le remaniement dira si c’est à raison qu’on relativisait l’attrait du maire de Prades (Pyrénées-Orientales), ex-collaborateur de Xavier Bertrand et ex-secrétaire général adjoint de l’Elysée sous Nicolas Sarkozy. Libération.fr, LR redoute une nouvelle traversée de déserteurs - Libération
  • Ils disent redouter d'avantage les fortes chaleurs que les températures négatives de l'hiver. Depuis ce jeudi sur les chantiers routiers c'est l'horreur, comme à Joué-lès-Tours route de Monts (la D86) où les ouvriers font la réfection complète du passage à niveau. Ici les seuls points d'ombre sont apportés par les bennes des camions chargés des gravats du chantier. Pour le reste les ouvriers sont en plein soleil comme l'explique Dany chauffeur de camion : _"çà cogne, je vous le dis, on fait des pauses et on boit, on essaye de mettre le masque si nous sommes trop près les uns des autres, nous n'avons pas le choix, il faut bien faire le travail même si ce n'est pas le temps idéal, on ne va pas arrêter le pays même si il fait 35 ou 38°.  _Avec ces températures la mécanique et les hommes souffrent de la même façon" France Bleu, Avec des températures égales ou supérieures à 35° c'est le coup de chaud sur les chantiers en Touraine
  • L'amour d'une vierge est aussi assommant qu'un appartement neuf. Il semble qu'on essuie les plâtres. Il est vrai qu'on n'a pas à redouter les germes maladifs, pestilentiels, d'un autre locataire. De Jules Renard / Journal
  • Redouter l'échec, c'est redouter le ridicule, il n'y a rien de plus mesquin. Aller de l'avant - c'est justement ne pas craindre de devenir la risée de ses semblables. De Emil Michel Cioran / Cahiers 1957-1972
  • Je ne crois pas que ce soient les ordinateurs eux-mêmes qu'il faille redouter, mais bien plutôt la façon dont la culture digérera leur présence. De Seymour Papert / Jaillissement de l'esprit
  • C'est lorsqu'on est environné de tous les dangers qu'il n'en faut redouter aucun. De Sun Tzu
  • La France doit redouter également les gens qui ne sont capables de rien et les gens qui sont capables de tout. De Adolphe Thiers
  • L'homme qui marche derrière un éléphant n'a rien à redouter de la rosée. De Massa Makan Diabaté / Une Hyène à jeûn
  • Il n'y a rien à redouter dans le fait de vivre, pour qui a authentiquement compris qu'il n'y a rien à redouter dans le fait de ne pas vivre. De Epicure / Lettre à Ménécée
  • Ne fais rien dans ta vie, qui te fasse redouter que ton voisin en prenne connaissance. De Epicure / Sentences vaticanes
  • Lorsqu'on a appris à mourir, que doit-on redouter ? De Yasushi Inoue / Le fusil de chasse
  • Qui enfonce les portes ouvertes n’a pas à redouter qu’on lui casse les vitres. De Karl Kraus

Images d'illustration du mot « redouter »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « redouter »

Langue Traduction
Corse teme lu
Basque beldurtzeko
Japonais 恐れる
Russe бояться
Portugais temer
Arabe للخوف
Chinois 畏惧
Allemand zu fürchten
Italien temere
Espagnol temer
Anglais to dread
Source : Google Translate API

Synonymes de « redouter »

Source : synonymes de redouter sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « redouter »


Mots similaires