La langue française

Traiter

Sommaire

Définitions du mot traiter

Trésor de la Langue Française informatisé

TRAITER, verbe

I. − Empl. trans. dir.
A. − Qqn traite qqn/qqc. (de telle manière).Agir avec quelqu'un/quelque chose (de telle manière).
1. [Le compl. d'obj. désigne une pers., une collectivité] Traiter qqn avec bonté, douceur; traiter qqn selon ses mérites; traiter qqn aimablement, amicalement, bien, mal, durement, différemment, familièrement, grossièrement. Il traite les idées comme les chevaliers traitaient les veuves et les orphelins. Il les prend sous sa protection, dès qu'il les voit assez nues et délaissées (Quinet, All. et Ital., 1836, p. 48).Traiter chaque homme avec honneur et avec bonne humeur (De Gaulle, Mém. guerre, 1954, p. 434).[Le compl. d'obj. désigne le corps hum. ou un aspect de la pers.] Il traitait son corps comme son esprit, avec sagesse, ainsi qu'un bon outil utile, et non comme un but, une fin en soi, un objet de culte et d'adoration (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 289):
... quelque chose en moi ne souffre pas et reste en contact avec un univers non altéré. Agir de même avec les passions. Les faire descendre, les ramener à un point, et s'en désintéresser. Traiter ainsi notamment toutes les douleurs. Les empêcher d'approcher les choses. S. Weil, Pesanteur, 1943, p. 17.
Empl. pronom. Réfl. Celui qui ne dit de mal de personne a bien le droit de se traiter avec quelque indulgence (Brillat-Sav., Physiol. goût, 1825, p. 313).Réciproque. Comment allez-vous, dans votre appétit du bonheur, vous traiter les uns les autres? (...) Êtes-vous des frères, ou êtes-vous des ennemis? (P. Leroux, Humanité, 1840, p. 3).
Loc. et expr.
Vx. Traiter qqn de haut. V. haut1II G 1 loc.
Traiter qqn d'égal à égal. V. égal II A loc.
Traiter qqn de Turc à Maure. V. maure I p. ext., expr.
P. anal. [Le suj. désigne qqc.] La vie moderne traite les esprits de telle sorte que l'on peut raisonnablement concevoir de grandes craintes pour la conservation de la valeur dans l'ordre intellectuel (Valéry, Variété III, 1936, p. 263).
2. [Suivi de comme ou de en] Considérer comme.
[Le compl. désigne une pers.]
[Avec comme] Traiter qqn comme son fils. Traiter Julien comme l'ami le plus intime (Stendhal, Rouge et Noir, 1830, p. 352).Elle passa de l'emploi de la mégère à celui de nourrice. Elle (...) traitait Paul comme un minus habens, un matricule, une pauvre loque qu'il fallait plaindre (Cocteau, Enfants, 1929, p. 63).Traiter comme un chien. Naturellement il attribua toute l'intrigue à Disraëli et se mit à traiter celui-ci comme un chien (Maurois, Disraëli, 1927, p. 160).Rare, empl. pronom. réfl. Apprends à te traiter comme un autre prochain (Amiel, Journal, 1866, p. 323).
[Avec en] Traiter qqn en ami, en enfant, en homme. Dans le salon. Là, qu'un homme en rencontre un autre, quel qu'il soit, il le traite en voisin et en semblable (Goncourt, Journal, 1865, p. 147).Ce qu'il lui reprochait le plus, c'était de traiter les gens en choses (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 223).Rare. [Le suj. désigne un élém. de la pers.] Sa pensée traitait un peu Julien en être inférieur (Stendhal, Rouge et Noir, 1830, p. 353).Empl. pronom. réfl. Le Parisien se traite en peuple roi et s'adjuge des droits régaliens, prérogative de la couronne (Amiel, Journal, 1866, p. 300).
[Le compl. désigne une chose] [Avec comme] Les gens de Quimper traitaient Sein comme une seconde ville d'Ys (Queffélec, Recteur, 1944, p. 226).[Avec en] Notre manière de « traiter la parole en art libéral », comme dit Mmede Staël (Mounier, Traité caract., 1946, p. 107).
B. − Qqn traite qqn de qqc.
1. Donner un titre, une qualité à quelqu'un. Delpit, qui me traite, mon frère et moi, de grands écrivains! (Goncourt, Journal, 1887, p. 719).Amiral! Il me traite d'amiral (Gide, Voy. Congo, 1927, p. 702).Empl. pronom. réciproque. Le décrotteur et le ministre se traitaient l'un et l'autre d'effendi (Farrère, Homme qui assass., 1907, p. 199).
P. anal.
[En parlant d'animaux] L'homme, qui aime le gibier faisandé, traite les vautours de mangeurs de charogne (Renard, Journal, 1900, p. 601).
[En parlant de choses] Il résulterait, pour l'ensemble de la terre, une densité moyenne de 11 habitants par kilomètre carré: chiffre qu'on peut traiter de pure abstraction (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p. 20).
2. Péj. Qualifier de. Traiter de minable, de pauvre type. Cette feinte était justement le propre des Verdurin, lesquels traitaient d'ennuyeux tous ceux qu'ils ne pouvaient fréquenter (Proust, Sodome, 1922, p. 1044).Si vous voulez convaincre de l'horreur de la guerre celui qui ne refuse pas la guerre, ne le traitez point de barbare (Saint-Exup., Terre hommes, 1939, p. 252).Empl. pronom. réfl. Il se traitait d'imbécile pour n'avoir pas songé à se munir d'un flambeau (Boylesve, Leçon d'amour, 1902, p. 143).
Traiter qqn de tous les noms. V. nom II A 1 loc.
C. −
1. Recevoir chez soi, convier à sa table; régaler un invité ou un client (pour un restaurateur). Traiter princièrement, royalement. C'est un grand plaisir de traiter ses vieux amis (Erckm.-Chatr., Ami Fritz, 1864, p. 25).Les Baudoin recevaient et traitaient à leur table de famille des amis venus de loin (Duhamel, Suzanne, 1941, p. 127).Empl. pronom. réciproque. Eux ici, nous chez eux, on se traite tour à tour, on se divertit le dimanche, on danse sur la place (Courier, Pamphlets pol., Pétition pour vill., 1822, p. 135).
2. [Le suj. désigne un médecin] Soigner (un malade) de façon suivie en prescrivant un traitement. À quoi servirait toute cette récolte d'herbes: « À nous soigner, répondit le jeune garçon, à nous traiter quand nous serons malades (...) » (Verne, Île myst., 1874, p. 178).C'est ainsi que j'entends traiter mes malades, Bardamu, par l'électricité pour le corps et pour l'esprit, par de vigoureuses doses d'éthique patriotique, par les véritables injections de la morale reconstituante! (Céline, Voyage, 1932, p. 118).
[Le compl. d'obj. désigne des animaux] Ils traitaient eux-mêmes leurs animaux, leur administraient des purgations, des clystères (Flaub., Bouvard, t. 1, 1880, p. 30).
[P. méton.] Traiter une blessure, une maladie, une plaie. Il n'y a là qu'une source sulfureuse, qui nous permettra de traiter efficacement nos laryngites (Verne, Île myst., 1874, p. 106).En ce temps-là sans doute, on traitait bosses et tumeurs (...), on les écrasait sous un gros sou (Bremond, Hist. sent. relig., t. 4, p. 452).
D. − Qqn traite qqc.
1. Soumettre une substance ou un produit à l'action d'un agent physique, mécanique ou chimique en vue d'un résultat. Des métaux nous servent à traiter d'autres métaux; nous les assujétissons avec des pinces en fer, nous les forgeons avec des marteaux de fer (Brillat-Sav., Physiol. goût, 1825, p. 262).L'ingénieur traita la graisse par la soude, ce qui donna (...) un savon soluble (Verne, Île myst., 1874, p. 156).
2. Soumettre une question, une affaire à des discussions, à des négociations entre plusieurs personnes, en vue d'un accord. Traiter une affaire. Des mandataires n'étaient pas autorisés, sauf quelques exceptions rares et courtes, à disputer à leurs commettants le droit de savoir comment ils traitaient leurs intérêts (Constant, Princ. pol., 1815, p. 63).La Belgique, où il allait traiter un achat important de houille, dans l'espoir de remettre en marche les métiers de sa fabrique (Zola, Débâcle, 1892, p. 553).Empl. pronom. passif. Sur la petite place (...) les affaires se traitaient, les marchés se tenaient, les fêtes se donnaient (Pesquidoux, Livre raison, 1928, p. 120).
3. Soumettre à la pensée, à la réflexion en vue d'étudier, d'exposer. Synon. étudier, examiner.Traiter une question, un problème, un sujet, un thème; traiter à fond une matière. Comment faut-il traiter les équations de la physique mathématique? (H. Poincaré, Valeur sc., 1905, p. 145).Je confesse d'être si neuf dans la matière qu'il m'échoit de traiter aujourd'hui devant vous (Valéry, Variété IV, 1938, p. 159).
En partic., dans le domaine de la litt., des beaux-arts.Mettre en œuvre de telle manière, dans tel style. Synon. exécuter, exposer, représenter (de telle manière).Traiter, dans des romans séparés, un certain nombre de sujets convenablement choisis (Romains, Hommes bonne vol., 1932, p. vii).En avril 1904, il [Cézanne] écrit à Bernard, qu'il faut traiter la nature par le cylindre, la sphère, le cône (Huyghe, Dialog. avec visible, 1955, p. 176).
[P. méton.; le suj. désigne un ouvrage] Son roman En route [de Huysmans] traite la question des Trappes (Valéry, Corresp.[avec Gide], 1894, p. 225).
Spécialement
INFORMAT. Action de mettre en œuvre des procédés et des techniques informatiques afin d'exécuter des programmes à partir de données textuelles chiffrées ou autres. Traiter des données. Ensembles électroniques à bandes magnétiques traitant en quelques heures des opérations qui exigeaient, en comptabilité classique, de longues journées de travail (Admin. P. et T., 1964, p. 40).
LING. Il est (...) possible que la manière populaire de traiter promener soit un archaïsme (Gourmont, Esthét. lang. fr., 1899, p. 161).
MUS. Le lied [Résignation] garde une objectivité classique, dont le caractère (...) était marqué, dès l'origine, par la volonté de le traiter à quatre voix (Rolland, Beethoven, t. 1, 1937, p. 193).
II.
A. − Empl. trans. indir. Qqn traite de qqc.Disserter, appliquer son esprit à l'étude méthodique d'une question. Synon. discuter de.Traiter de la chimie propre des corps vivants (Renouvier, Essais crit. gén., 3eessai, 1864, p. 90).Nous ne traitons pas ici de l'art de penser (Alain, Beaux-arts, 1920, p. 312).
− Dans le domaine de la litt.La rhétorique ne voit dans la fièvre ou la nouveauté que l'un des événements dont traite l'écrivain (Paulhan, Fleurs Tarbes, 1941, p. 165).
[P. méton.; le suj. désigne un texte, un ouvrage] Exposer. Synon. parler de.Un petit livre intitulé la Volière d'Ernestine (...) qui traitait en quelques pages de tous les oiseaux (A. France, Pt Pierre, 1918, p. 159).
B. − Empl. intrans. Qqn traite avec qqn.Entrer en relation ou en pourparlers avec quelqu'un pour discuter d'une question. Synon. négocier.Traiter directement avec qqn. Tout mortel qui s'avise de bâtir se donne un maître s'il traite avec un entrepreneur (Reybaud, J. Paturot, 1842, p. 245).On ajoutait un étage, un « appartement » au chalet d'un frère ou d'un parent. Le forgeron semblait disposé à traiter en ce sens avec Jos-Mari (Peyré, Matterhorn, 1939, p. 39).
En partic.
Conclure une convention politique. Traiter de puissance à puissance. Je répugnais à traiter tout d'abord, avec les colonies, sur la base de leur indépendance (Chateaubr., Mém., t. 3, 1848, p. 227).
Conclure un marché. Le grand ingénieur traite à forfait (Villiers de L'I.-A., Contes cruels, 1883, p. 88).
REM.
Traite, subst. fém.,région. (Canada). [Corresp. à supra I C 1] Tournée (à boire). Payer la traite. Quoiqu'il participât à chaque traite générale, l'hôtelier ne s'enivrait jamais (Guèvremont, Survenant, 1945, p. 230).
Prononc. et Orth.: [tʀ εte], [tʀe-], (il) traite [tʀ εt]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1remoit. xiies. « poursuivre des négociations en vue d'un accord » (Psautier Cambridge, éd. Fr. Michel, LXXXII, 3 et 5); b) ca 1165 traitier (de) « prendre pour objet d'étude, exposer oralement ou par écrit » (Benoît de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 147); 2. a) 1174-76 traitier « agir envers quelqu'un de telle ou telle façon » (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 2663); 1671 traiter qqn de « l'appeler, le qualifier de » (Molière, Scapin, II, 4); b) 1539 (Est.: Traicter quelqu'ung amplement et en grande abondance de viande); 3. 1213 tretier « toucher, manier » (Fet des Romains, éd. L.-F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, p. 611, 22) − 1638, Le Baud, Hist. de Bret., ch. III ds Gdf.; 4. a) 1539 traicter « donner des soins » (Est., s.v. nutrire : traicter et penser ung ulcere); b) 1765 traiter « soumettre une substance à des manipulations, à des réactions » (Encyclop. t. 10, p. 432a, s.v. métallurgie). Du lat. tractare « traîner avec violence » et « toucher » d'où « manier, palper », « prendre soin de, s'occuper de, gérer »; « discuter », « se conduire envers quelqu'un de telle ou telle manière », « traiter un sujet, une question », fréquent. de trahere, v. traire. Fréq. abs. littér.: 5 404. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 9 144, b) 7 319; xxes.: a) 7 202, b) 6 917.

Wiktionnaire

Verbe

traiter \tʁe.te\ ou \tʁɛ.te\ transitif, intransitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se traiter)

  1. (Forme transitive directe)
    • Son ami, M. Lebrun-Tossa lui proposa , il y a plusieurs années, de traiter ce sujet en commun.— (Pierre Granié, Petite lettre sur un grand sujet, Numéro 11, Martinet, 1812, page 7)
    1. (Le COD est une personne)
      • Et les paysans, ces grands flandrins qui tremblaient quelques mois auparavant comme des lièvres, lorsqu’on les regardait de travers… eh bien, je les ai vus traiter d’un air d’arrogance de vieux soldats. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
      1. Agir avec quelqu’un de telle ou telle manière. → voir traiter quelqu’un de Turc à Maure
        • — Oui, c’est selon comme Votre Altesse Impériale désirerait que je la traitasse. Si elle exigeait que je la traitasse en prince, c’est elle qui me toucherait dix fois et moi qui ne la toucherais que deux. Si elle permettait que je la traitasse comme tout le monde ce serait alors très-probablement moi qui ne serais touché que deux fois et elle qui serait touchée dix. — (Alexandre Dumas, Mémoires d'un maître d'armes: ou dix-huit mois à St.-Pétersbourg, 1841, chap. 6)
        • Il saluait chapeau bas tous ceux qui appartenaient à une classe sociale supérieure à la sienne, il traitait avec mépris ou condescendance ses inférieurs. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 118 de l’éd. de 1921)
        1. (Suivi de la préposition comme) Comparer à. → voir traiter comme un chien
          • Chamier s’exprimait de la manière suivante sur le compte d’un autre livre dont le titre ne nous est pas connu : « Je dis au père Cotton qu’il nous fît raison du livre de..., qui est si mauvais et séditieux, autrement nous supplierions le roy ou de le faire supprimer ou de ne pas trouver mauvais que nous le traitassions comme il le méritait. » — (Histoire de l’Église réformée de Paris, chap. 5 : Charenton sous Henri IV (1606-1610), dans le Bulletin historique et littéraire : Société de l'histoire du protestantisme français, tome 16, Paris : à la Société, 1867, page 109)
          • Je voudrais que vous me traitassiez comme votre sœur. Voilà comme je désire être avec vous; c'est ainsi que je vous suis attachée, en y ajoutant la confiance et la vénération qu'on a pour le père le plus chéri. — (Lettre de Madame de Verdelin à Jean-Jacques Rousseau, le 10 mars 1763, publiée dans J. J. Rousseau, ses amis et ses ennemis, de George Streckeisen-Moultou, tome 2, Paris : chez Michel Lévy frères, 1865, page 492)
        2. (Suivi de la préposition de) Parler sur le ton correspondant. → voir traiter de tous les noms et traiter d’égal à égal
          • Au milieu du siècle dernier, on traitait de songe-creux et de lunatiques ceux qui prétendaient aplanir les hiérarchies traditionnelles et renverser même la personne du Roi. — (Pierre Louÿs, Liberté pour l’amour et pour le mariage, 1900, dans Archipel, 1932)
          1. Dénommer de manière injurieuse.
            • Ma femme […] m’invectivait, réclamant toujours quelque argent, que je ne pouvais lui donner. Et elle me traitait d’avare, de grippe-sous, de sans-cœur. — (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
            • Et pendant un quart d’heure, l'autre l’avait flingué, traitant ses hommes de chèvres, de baltringues, incapables d’élucider une affaire, menaçant tout ce beau monde de finir dans les bureaux de police les plus pourris et éloignés de banlieue si aucune avancée significative n'intervenait avant une semaine. — (Michel Tourscher, Flics Requiem, Éditions Les Nouveaux Auteurs (Prisma Média), 2013, page 24)
          2. Affubler d’un titre. Catégorier.
            • « Bane a traité Young de bruja. Ça veut dire quoi ?
              — Sorcière. En espagnol. »
              — (Batman: Arkham Asylum, 2009)
            • Emmené à la Kommandantur de Tergnier, j’y fus complétement déshabillé, fouillé, bousculé, traité d’espion. — (Jacques Mortane, Missions spéciales, 1933, page 30)
          3. (Par ellipse de la préposition de) (Familier) Insulter.
            • L’expression traiter qu’ils utilisent au lieu de « traiter de » montre qu’ils font porter tout le poids de l’injure sur l’action même, c’est-à-dire sur le fait d’injurier et non pas sur le contenu de l’injure. — (Dominique Lagorgette, Les insultes en français, Université de Savoie, 2009, page 89)
        3. (Hospitalité) Recevoir honorablement.
          • Et quand un curé venait à Digne, M. l’évêque trouvait encore moyen de le traiter, grâce à la sévère économie de madame Magloire et à l’intelligente administration de mademoiselle Baptistine. — (Victor Hugo, Les Misérables, 1862)
        4. (Psychologie) Écouter avec considération. Prendre soin.
          • C’est précisément ainsi qu’il faut traiter les victimes d’un viol, dit Susie ; ce sont des saintes, et il faut les traiter comme un grand hôtel traite chacun de ses clients. — (John Irving, L’Hôtel New Hampshire, Le Seuil, 2014)
      2. (Médecine) Soigner, donner ses soins à un malade. → voir hydrotraiter et biotraiter
        • La meilleure méthode est de traiter le malade les jours de l’intermittence seulement ; trois jours-suffisent. — (Sousselier de La Tour, L’Ami de la nature : ou la manière de traiter les maladies par le prétendu magnétisme animal, chez J. B. Capel, impr. libr., 1784, page 67)
    2. (Le COD est une chose)
      • Les femmes Achuar traitent les plantes comme si c’étaient des enfants. Et les chasseurs traitent les animaux comme si c’étaient leurs beaux-frères. — (Philippe Descola, Entrevue par Olivier Pascal-Moussellard, Télérama n°3392, janvier 2015)
      1. (Généralement) S’occuper de, résoudre, corriger quelque chose, un problème, une affaire.
        • La société explique avoir adressé un courrier électronique aux 93 788 personnes concernées pour leur expliquer la situation et leur signifier que le bug a été traité. — (Numérama, « Twitter corrige un bug compromettant la confidentialité de certains profils », 11 mars 2014)
        1. (Maçonnerie) Reprendre un défaut de surface.
          • Il existe différents procédés permettant de traiter avec plus ou moins d’efficacité les reprises de coulage au niveau des parois hydrauliques des réservoirs. — (Xavier Lauzin, Guide pratique des stations de traitement des eaux, Éditions Eyrolles, 2011, page 242)
        2. (Médecine) (Maladie des végétaux) Soigner, combattre une maladie, par des soins particuliers.
          • Dans la deuxième partie, la description de chaque légume comprend la façon de traiter les maladies les plus graves. — (Philippe Collignon, Un potager pour les nuls, First éditions, 2010)
          • Il y a très peu d’années encore, la faux, la faucille, la binette et la houe constituaient l’essentiel de l’outillage du paysan, qui possédait également et généralement une sulfateuse à main pour traiter sa vigne en limite de parcelles. — (Fabienne Wateau, Partager l'eau: Irrigation et conflits au nord-ouest du Portugal, Éditions de la Maison des sciences de l’homme/CNRS éditions, 2013, page 192)
        3. (Informatique) Organiser les informations numériques à l’aide d’algorithmes.
          • Les détecteurs numériques utilisent des algorithmes de pré- et post-traitement qui permettent de traiter les données acquises afin que l’image utilisée pour l’interprétation présente le contraste et la résolution souhaités. — (Anne Tardivon, Imagerie de la femme, Lavoisier, 2014, page 124)
        4. (Sylviculture) Appliquer à un peuplement un traitement, un ensemble cohérent d’opérations destiné à lui donner une structure prédéfinie.
          • Le propriétaire qui aura choisi de traiter sa hêtraie-chênaie en futaie irrégulière doit être conscient que le chêne ne pourra alors être qu’une essence secondaire (en volume), ce qui, si l’objectif principal est la production de bois, aura des conséquences financières sur le long terme. — (Thierry Sardin, Chênaies continentales, Office national des forêts, 2008, ISBN 978-2-84207-321-3 → lire en ligne)
      2. (Chimie) Soumettre une substance à des réactions, à des manipulations.
        • Un second procédé consiste à traiter le p-fluorophényl sulfinate de sodium par l’iodure d’éthyle dans l’éthanol. — (Albert Lespagnol, Quelques aspects de la chimie des médicaments, Éditions Masson et Cie, 1966, page 82)
        • […], on peut facilement séparer le carbonate du sulfate de baryte ; il suffit, pour cela, de traiter, par l’acide muriatique, le mélange des deux sels, après en voir déterminé le poids. — (« Eau », dans le Dictionaire[sic] des sciences médicales, par une société de médecins et de chirurgiens, vol. 11 (Eau-Émo), Paris : chez C. L. F. Panckoucke, 1815, page 16)
      3. (Didactique) Étudier, exposer, discuter, discourir sur.
        • Car il n’y a rien de plus permis que de traiter un point sans traiter les autres, quelque liaison qu’il y ait entre ces points. — (La perpétuité de la foi de l’Église catholique touchant l’Eucharistie, Volume 1, page 30)
      4. (Arts) Faire une composition ; exécuter une oeuvre sur un sujet.
        • Les sujets religieux étaient, en effet, presque exclusivement les seuls que traitassent les peintres avant l’établissement des fabriques de tapisserie. L’art ne paraissait pas avoir d’autre destination que d'élever l’âme humaine vers le culte de la divinité. — (« Rapport de M. Ed. Fétis sur un mémoire présenté au concours de 1859 », extrait des Bulletins n° 9 & 10 (2e série, tome 8) de l'Académie royale de Belgique, page 7)
      5. (Construction) (Décoration) (Ameublement) Passer un produit protecteur ou décoratif sur une surface.
        • Quelle que soit la solution choisie pour traiter un meuble, il faut reboucher ensuite les trous de vers. — (Xavier Dyèvre, Vos meubles anciens : Entretien, restauration, 2012, page 32)
      6. (Politique) (Économie) S’occuper de.
        • […] le cardinal l’avoit laissé espérer qu’ils iroient ensemble traiter la paix générale […] — (Depuis l’avènement de Henri IV jusqu’à la paix de Paris, Foucault, 1824, page 327)
  2. (Forme transitive indirecte) (Suivi de la préposition de) Parler sur. S’intéresser à. Discuter de, discourir sur.
    • Certes, Libavius (1560-1616), dans son célèbre Alchemia de 1597, s'applique à traiter clairement et méthodiquement d'une science qu'il juge embarrassée d'obscurités inutiles et use ainsi de la taxinomie arborescente du logicien Pierre La Ramée (1515-1572) pour organiser la matière de son ouvrage. — (Frank Greiner, Les Métamorphoses d'Hermès, Champion, 2000, page 249)
    • Après avoir considéré le jardin potager comme distinct des autres parties en culture, je traiterai du jardin fruitier dans un chapitre particulier et je donnerai quelques détails sur sa disposition, parce qu’elle importe beaucoup à sa production. — (Frédéric Gérard, Nouvelle Flore usuelle et médicale, volume 1, 1856, page 289)
    • Comme son nom l'indique, cet ouvrage traite de la métallurgie du fer au point de vue théorique et au point de vue pratique. — (Charles Édouard Jullien, Traité théorique et pratique de la métallurgie du fer, Paris & Liège : chez E. Noblet, 1861, en avant-propos, page iii)
    • Il passa au peigne des pages de titres pour trouver un chapitre ou un article qui traitât de sujets en rapport avec la lèpre, mais nulle part la maladie n'était mentionnée. — (Dorothy Clarke Wilson, Ces doigts qui guérissent, traduit de l'anglais par Étienne de Peyer, Genève : Éditions Labor et Fidès, 2e éd., 1970, page 81)
  3. (Forme intransitive) (Suivi de la préposition avec) Trouver un arrangement.
    • […] il dit au Ministre, Monseigneur vous pouvez certainement traiter avec moi, vous méme […] — (Troisième partie du voyage de Ste. Dymphne a Bruxelles, De l’Imprimerie du défunt Comité insurgent, 1792, page 34)
    1. (Politique) Conclure une convention, un pacte.
      • Gabriel Bastien-Thiry dut s’étonner de l’absence de ce parallèle dans la bouche de son frère, lui qui écrit que celui-ci « refusait que l’on traitât avec le FLN comme de Gaulle avait refusé que l’on traitât avec les Allemands ». — (Jean-Noël Jeanneney, Un attentat : Petit-Clamart, 22 août 1962, Éditions du Seuil, 2016, chap. 14)
      • L’année suivante, au moment où Andropov vient de mourir et où Gorbatchev est l’héritier présomptif, il se rend à Londres pour une sorte de visite d’État et fait la meilleur impression à Margaret Thatcher : c’était là un dirigeant soviétique « avec lequel l’Ouest peut traiter ». — (Martin Malia, La tragédie soviétique, Points, 1999, ISBN 978-2020362832)
    2. (Économie) Signer un accord commercial. → voir traiter à forfait
      • À Arles, l’archevêque, qui avait le monopole de l’exploitation de la graine d’écarlate, avec laquelle on fabriquait la teinture rouge, ne traitait, pour la vente de ses récoltes, qu’avec les juifs. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  4. (Forme pronominale) → voir se traiter
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TRAITER. v. tr.
Agir avec quelqu'un, en user avec lui de telle ou telle manière. Vous l'avez bien traité, il doit en être content. Vous le traitez trop rudement. Traiter honorablement, humainement. Traiter en frère. Il fut traité en ami. Traitez-moi sans façon. Traiter quelqu'un selon ses mérites. Traiter quelqu'un de haut en bas. Traiter cavalièrement. Fig., Traiter quelqu'un de Turc à More, Le traiter avec toute la rigueur possible.

TRAITER signifie aussi Qualifier, donner à quelqu'un tel ou tel titre en lui parlant, en lui écrivant, etc. Traiter quelqu'un de prince, d'excellence. Traiter quelqu'un de fat, de fou, d'impertinent, L'appeler fat, fou, impertinent.

TRAITER signifie encore, en parlant d'un Hôte, Le recevoir à sa table. Traiter quelqu'un magnifiquement. Cet homme nous a fort bien traités. Il se traite bien, Il ne se refuse rien, il a pour lui seul un ordinaire confortable. Se traiter l'un l'autre, les uns les autres, Se donner l'un à l'autre, les uns aux autres un repas. Ils se traitaient tour à tour.

TRAITER signifie également Donner à manger pour de l'argent. Il nous a bien traités pour le prix. Traiter à table d'hôte. Il traite à tant par tête. Il se dit aussi des Médecins et signifie Soigner, donner ses soins à un malade. C'est tel médecin qui le traite. Par extension, Traiter une maladie, La soigner, la combattre par des soins particuliers.

TRAITER signifie, en termes de Chimie, Soumettre une substance à des réactions, à des manipulations. On obtient la soude pure en traitant la soude du commerce par la chaux vive, puis par l'alcool. La gélatine, traitée par l'eau bouillante, se transforme en gelée. Il signifie aussi Étudier, exposer, discuter discourir sur. Traiter un sujet. Traiter une matière. Tel auteur a traité cette question. Il a traité la matière à fond, il ne l'a traitée que superficiellement. Il a bien traité ce point-là. Ce n'est pas là traiter un sujet, c'est l'effleurer. Intransitivement, Ce livre traite des métaux, des plantes. Cette science traite de telle matière. En termes de Peinture, Traiter un sujet, Faire une composition, exécuter un tableau sur un sujet. On dit de même : Cette composition, cette figure est bien traitée, Elle est bien et soigneusement exécutée.

TRAITER signifie aussi Négocier une convention politique, travailler à l'accommodement d'une affaire, en régler les clauses, les conditions, etc. Traiter la paix. Traiter une réconciliation. Traiter un accommodement entre des parents. Il s'entend à traiter les affaires. Il s'emploie aussi comme verbe intransitif en ce sens. Traiter de la paix. Absolument, Ces États traitèrent ensemble. Ils finirent par traiter avec leurs ennemis. Il signifie encore Entrer en négociation pour vendre, acheter, affermer, etc. Il y a déjà longtemps qu'ils ont traité ensemble de cette terre. Il traite de telle quantité de marchandises. Il a traité à tel prix, à telles conditions. Traiter d'une dette, d'une prétention.

Littré (1872-1877)

TRAITER (trè-té) v. a.
  • 1Agir de telle ou telle manière avec quelqu'un. Traitez-moi comme ami, non comme souverain, Corneille, Cinna, II, 1. Bien qu'Attila me traite assez confidemment, Corneille, Att. IV, 1. Vous traitez mal, Pauline, un si rare mérite, Corneille, Poly. IV, 4. M. le cardinal de Retz y était ; il fut fort bien traité du roi, Pellisson, Lett. hist. t. III, p. 309. Dire d'un, puis d'un autre, est-ce ainsi que l'on traite Les gens faits comme moi ? La Fontaine, Fabl. IV, 16. Les obligeants diseurs d'inutiles paroles, Qui… … traitent du même air l'honnête homme et le fat, Molière, Mis. I, 1. On nous traite comme nous voulons être traités : nous haïssons la vérité, on nous la cache, Pascal, Pens. II, 8, édit. HAVET. J'ai écrit au chevalier [de Grignan], non pas pour rien déranger, car tout est réglé, mais afin que l'on traite doucement et honnêtement mon fermier, mon procureur fiscal et mon sénéchal, Sévigné, 241. Les Juifs ne sont pas mieux traités sous Démétrius que sous ses prédécesseurs, Bossuet, Hist. I, 10. On croit pouvoir s'assurer des autres princes, et on en fait des coupables en les traitant comme tels, Bossuet, le Tellier. Je m'en vais voir comment Dieu me traitera ; mais j'espère en ses miséricordes, Bossuet, Anne de Gonz. Voyez de Darius et la femme et la mère : L'une le traite [Alexandre] en fils, l'autre le traite en frère, Racine, Alex. III, 2. Jamais les dieux n'ont été traités avec moins de respect que dans les comédies d'Aristophane, Fontenelle, Oracl. I, 8. Il nous frappe et nous traite durement, comme des étrangers, Massillon, Avent, Afflict. Dites un peu à votre âme damnée, à ce M. Rafle, qu'il me traite plus humainement, la première fois que j'aurai besoin de lui, Lesage, Turc. III, 5. Descartes est obligé de quitter sa patrie ; Gassendi est calomnié ; Arnauld traîne ses jours dans l'exil ; tout philosophe est traité comme les prophètes chez les Juifs, Voltaire, Dict. phil. Lettres. Les quatre commissaires hollandais, députés à l'armée, traitaient avec fierté trente princes d'Allemagne à leur solde : Qu'on fasse venir Holstein, disaient-ils ; qu'on dise à Hesse de nous venir parler, Voltaire, Louis XIV, 21. Lisette : Ma maîtresse autrefois me traitait à merveille, Et ne peut me souffrir depuis qu'il la conseille, Gresset, le Méchant, I, 2.

    Fig. En un sens analogue, avec un nom de chose pour sujet. Seigneur, dans ce discours qui nous traite si mal, Vous voyez un effet des leçons d'Annibal, Corneille, Nicom. II, 3. Il [Corbinelli] a été rudement traité de la fièvre tierce, Sévigné, 22 sept. 1677.

    Traiter de, traiter avec. Il traitait de mépris les dieux qu'on invoquait, Corneille, Poly. III, 2. Ils sont insupportables, avec les impertinentes égalités dont ils traitent les gens, Molière, Comtesse, 11. Et, traitant de mépris les sens et la matière, à l'esprit comme nous donnez-vous tout entière, Molière, Fem. sav. I, 1.

    Fig. et familièrement. Traiter quelqu'un de haut en bas, ou du haut en bas, le traiter avec dédain, avec hauteur. Ces honnêtes diablesses Se retranchent toujours sur leurs sages prouesses, Qui, pour un petit tort qu'elles ne vous font pas, Prennent droit de traiter les gens du haut en bas, Molière, Éc. des fem. IV, 3.

    Traiter en chien courtaud, traiter comme un chien, traiter très mal. Il aurait grand regret de mourir, qu'il n'ait auparavant répondu à l'apologie de Montpellier, où il traitera le doyen en chien courtaud, Patin, Lett. t. I, p. 238, dans POUGENS. Elle répondit qu'elle ne savait pas traiter les domestiques comme des chiens, Maintenon, Proverb. p. 4, dans POUGENS.

    Familièrement. Traiter quelqu'un en enfant de bonne maison, le réprimander, le châtier sans ménagement.

    Traiter quelqu'un de Turc à More, voy. MORE, n° 2.

    Traiter quelqu'un d'égal, se comporter à l'égard de quelqu'un comme envers un égal. Je… pense toutefois n'avoir point de rival à qui je fasse tort en le traitant d'égal, Corneille, Excuse à Ariste. Content de notre accueil, ils nous traitent d'égaux, Voltaire, Scythes, I, 1.

  • 2Il se dit du médecin ou chirurgien qui donne des soins à un malade. Entreprendre de traiter un incurable, Guez de Balzac, liv. VI, lett. 3. Je traiterai monsieur méthodiquement et dans toutes les régularités de notre art, Molière, Pourc. I, 10. Pour se faire traiter d'un cancer, Bossuet, Lett. abb. 57. Ces douces Ménades, Qui, dans leurs vains chagrins sans mal toujours malades, Se font, des mois entiers, sur un lit effronté, Traiter d'une visible et parfaite santé, Boileau, Sat. x. Tout au plus a-t-il traité quelques amis, mais en amis, et en leur faisant très peu de chose, Fontenelle, Méry.

    Fig. Deux médecins le traitèrent, de sorte Que sa douleur eut un terme assez court ; L'un fut le temps et l'autre fut l'amour, La Fontaine, Fauc.

    On dit de même : traiter une maladie. Pour traiter une maladie, il faut premièrement en connaître les principes et la nature ; ensuite…, Bossuet, Sermons, Péché d'habitude, Préambule.

  • 3 Terme de chimie et d'industrie. Soumettre une substance à l'action de divers agents. Traiter la soude par la chaux vive. On peut toujours reconnaître par la simple observation si la mine que l'on traite contient du zinc, Buffon, Min. t. v, p. 412. En traitant des plantes et des animaux par le feu et l'eau dans des vaisseaux distillatoires, Fourcroy, Conn. chim. t. I, p. VIII.
  • 4Traiter une forêt en futaie, en taillis, l'aménager, l'exploiter en futaie, en taillis.
  • 5Régaler, donner à manger. Oh ! oh ! dit-il, voilà bonne cuisine ! Qui traitez-vous ? La Fontaine, Rém. Maître Jacques : Potages… entrées… - Harpagon : Que diable ! voilà pour traiter toute une ville entière, Molière, l'Avare, III, 5. Gellias, le plus riche des citoyens d'Agrigente, avait fait construire dans sa maison plusieurs grandes salles pour y recevoir et traiter ses hôtes, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. v, p. 163. Est-il joli, Quand on traite quelqu'un, de s'ennuyer à table, D'en sortir le premier ? Destouches, Phil mar. IV, 3. Osmin, fais avertir l'intendant des cuisines Que je traite ici le sultan ; Que la chère soit des plus fines, Et que l'on nous serve à l'instant, Favart, Soliman II, II, 5.

    Absolument. Il traite souvent. Traiter en chair et en poisson.

    Il se dit aussi de ceux qui donnent à manger pour de l'argent Il traite à tant par tête. Il nous a bien traités pour le prix. Mon hôte à crédit me traite : J'ai bonne chère et vin vieux, Béranger, II, rangé.

  • 6Travailler à régler les conditions, les clauses de quelque affaire. Traiter la paix. Mais nous sommes personnes à traiter les choses dans la douceur, Molière, Mar. forcé, 16. Le favori a traité un mariage pour le prince, Sévigné, 239. Pendant que les coups venaient de tous côtés, ceux qui combattaient auprès de lui nous ont dit souvent que, si l'on avait quelque grande affaire à traiter avec ce prince, on eût pu choisir de ces moments où tout était en feu autour de lui, Bossuet, Louis de Bourbon. Absorbé dans ces spéculations, Newton devait naturellement être indifférent pour les affaires et incapable de les traiter, Fontenelle, Newton. Ceux qui ne traitent jamais que leurs propres affaires, se passionnent trop pour juger sainement des choses, Rousseau, Ém. IV. Et comme tu disais, traitons ceci gaiement, Lanoue, Coquette corr. v, 3.
  • 7 Terme de commerce. Faire une opération de vente ou d'achat. Nous avons traité, au Port des Français, environ mille peaux de loutre, quantité bien suffisante pour connaître avec précision leur prix à la Chine, La Pérouse, Voy. t. IV, p. 143, dans POUGENS. Les Anglais y traitent annuellement trois mille esclaves, arrivés la plupart, comme au Sénégal, des terres intérieures et très éloignées, Raynal, Hist. phil. XI, 18.
  • 8S'occuper de. La gravité romaine n'a pas traité la religion plus sérieusement, Bossuet, Hist. II, 5. Nos fonctions sont si saintes… elles demandent des dispositions si pures, si dignes des mystères que nous traitons ! Massillon, Confér. Retr. pour des curés.

    Traiter l'amour, faire l'amour, traiter une affaire d'amour. Géraste n'agit pas mal en vieillard amoureux, puisqu'il ne traite l'amour que par tierce personne, Corneille, Suiv. Exam.

  • 9Exposer, développer un sujet. Il traite la question : savoir si on peut tuer pour un soufflet, Pascal, Prov. XII. D'où il paraît [de l'impossibilité de démontrer les axiomes] que les hommes sont dans une impuissance naturelle et immuable de traiter quelque science dans un ordre absolument accompli, Pascal, Géom. I. Le critique [de l'Esprit des lois] ne veut jamais que l'auteur traite son sujet, il veut continuellement qu'il traite le sien ; et, parce qu'il est toujours théologien, il ne veut pas que, même dans un livre de droit, il soit jurisconsulte, Montesquieu, Déf. Esp. lois, part. 2. Ce sujet [Britannicus] était le plus difficile de tous à traiter, et ne pouvait réussir que par l'éloquence de Racine, Voltaire, Comm. Corn. Rem. 2e discours. Quand nous souperons ensemble, nous parlerons de tout et ne traiterons rien, comme dit un certain auteur très aimable ; mais, hors de là, je veux traiter avec vous beaucoup de choses, Voltaire, Lett. Formont, 25 déc. 1731. Strabon cite un poëte qui vivait de son temps, et qui était de Tarse en Cilicie ; quelque sujet qu'on lui proposât, il le traitait en vers avec tant de supériorité, qu'il semblait inspiré par Apollon, Barthélemy, Anach. ch. 80, note 5.
  • 10 Terme de peinture. Traiter un sujet, exécuter un tableau sur ce sujet.

    On dit de même : Cette composition, cette figure est bien traitée, elle est bien et soigneusement exécutée. Petit genre, disaient-ils ; mais les genres ne sont petits que quand ils sont traités petitement, Haillet de Couronne, dans Mém. inéd. sur l'Acad. de peinture, t. II, p. 421.

    On dit aussi dans quelques arts manuels : cet ouvrier traite bien son ouvrage.

  • 11Donner à quelqu'un tel ou tel titre. Puisqu'il vous a déplu vous traitant de Romain, Corneille, Nicom. I, 2. Il [un homme jeté dans une île et pris pour le roi du lieu] se résolut enfin de se prêter à sa bonne fortune ; il reçut tous les respects qu'on lui voulut rendre, et il se laissa traiter de roi, Pascal, Condit. des grands, I. Le Syrien me traite et de reine et de sœur, Racine, Ath. II, 5. Ils la tiennent [une nouvelle] de Zamet, de Ruccelay ou de Conchini, qu'ils ne connaissent point, à qui ils n'ont jamais parlé, et qu'ils traiteraient de monseigneur s'ils leur parlaient, La Bruyère, V. La première dignité du royaume est si peu nécessaire à M. le chancelier pour l'illustrer, qu'on peut ne le traiter que de grand homme, Fontenelle, Reyneau. Il [le roi de Prusse] me traitait d'homme divin ; je le traitais de Salomon ; les épithètes ne nous coûtaient rien, Voltaire, Mém. Volt.

    Par extension, donner telle ou telle qualification bonne ou mauvaise à une personne ou à une chose. Et j'ai traité cela de pure bagatelle, Molière, Tart. II, 2. Une philosophie Qui déclare la guerre au conjugal lien Et vous traite l'Amour de déité de rien, Molière, Princ d'El. I, 2. Me traiter de coquin, de fripon, de pendard, d'infâme ! Molière, Scapin, II, 7. [Ceux] qui ont bien connu combien cette bassesse [de la nature humaine] est effective, ont traité d'une superbe ridicule ces sentiments de grandeur qui sont naturels à l'homme, Pascal, Pens. XI, 4 bis. Un clerc, pour quinze sous, sans craindre le holà, Peut aller au parterre attaquer Attila, Et, si le roi des Huns ne lui charme l'oreille, Traiter de visigoths tous les vers de Corneille, Boileau, Sat. IX. Dès longtemps votre amour pour la religion Est traité de révolte et de sédition, Racine, Ath. I, 1. C'est ainsi que le P. Hardouin traita d'athées Pascal, Malebranche et Arnauld ; c'est ainsi que le docteur Lange traita d'athée le respectable Wolf, pour avoir loué la morale des Chinois, Voltaire, Dés. Lisbonne, Préf. notes.

  • 12 V. n. Agir de telle ou telle façon (emploi vieilli). Chevalier, lui dit-elle, soyez discret, chacun a l'œil sur nous ; si vous traitez de cette sorte, vous me perdrez, D'Urfé, Astrée, I, 10. Ne vous offensez pas, objet rare et charmant, Si ma haine avec lui traite un peu rudement, Corneille, Théod. II, 4. Une manière d'agir hardie qui l'obligeait de traiter familièrement avec les gens de la première qualité, Tallemant, Disc. sur Benserade.
  • 13Négocier, travailler à l'accommodement d'une affaire. Un ambassadeur a été envoyé pour traiter de la paix. Il traite d'un mariage pour un de ses amis.

    Absolument. Dès demain elle traite avec nos ennemis, Corneille, Sertor. IV, 3. Et je l'en dédirais, s'il traitait sans Carthage, Corneille, Sophon. I, 3. Les Goths traitèrent avec les Romains, et s'établirent en Espagne, Bossuet, Hist. I, 11.

  • 14Négocier pour vendre, pour acheter, pour donner à ferme ; passer les actes nécessaires pour la conclusion d'un traité. Traiter d'une charge, d'une terre. Il a traité à tel prix, à telles conditions. Des neveux qui traitent provisionnellement de ma succession avec des usuriers, Poinsinet, Cercle, 4.

    Traiter d'une dette, d'une prétention, prendre sur cette dette, sur cette prétention un arrangement quelconque.

  • 15Entrer en affaire, en pourparler. En ne désirant qu'entretenir mes amis, ils veulent que je traite avec tout le peuple, Guez de Balzac, Liv. v, Lett. 1. On détruirait par là, traitant de bonne foi, Ce grand aveuglement où chacun est pour soi, Molière, Mis. III, 5. Sous cet air de jeunesse, elle cachait un sens et un sérieux dont ceux qui traitaient avec elle étaient surpris, Bossuet, Duch. d'Orl. Traitez du moins avec votre Dieu comme vous traitez avec les créatures, Massillon, Carême, Pâques. Puisqu'il faut traiter avec les hommes, j'aime à traiter avec ceux qui trompent le moins, Voltaire, Dial. 19. Partout il avait obtenu l'amitié de tous ceux avec qui il avait à vivre, et la confiance de tous ceux avec qui il avait à traiter, D'Alembert, Élog. Lafaye.

    Traiter d'égal, entrer en affaire, en discussion comme avec un égal. Ce superbe [Satan], ayant entrepris de traiter d'égal avec Dieu, Bossuet, 2e sermon sur les démons, I.

  • 16Prendre pour objet d'un travail, d'une discussion. Après avoir suffisamment reconnu les sentiments des hommes, j'entreprends derechef de traiter de Dieu et de l'âme humaine, Descartes, Médit. Préf. 9. Les écrits de ce père traitant du larcin, Pascal, Prov. VI. Environ l'an 1209, Pierre de Vaucernai fit son histoire des Albigeois, où, traitant d'abord des diverses sectes et hérésies de son temps, il met en premier lieu les manichéens, Bossuet, Var. XI, 50. C'est dommage que nous ayons perdu le bel ouvrage de Salomon, qui traitait de toutes les plantes, depuis le cèdre jusqu'à l'hysope, Voltaire, Lett. Lorenzi, 15 avr. 1760. Quel homme peut être assez hardi et assez borné pour entreprendre de traiter seul de toutes les sciences et de tous les arts ? D'Alembert, Œuv. t. I, p. 304.
  • 17Se traiter, v. réfl. Soigner sa propre maladie. Ce médecin s'est traité lui-même. Je vous prie que je sois rassurée sur votre rhumatisme ; vous vous traitez si durement, que je ne vous trouve point bien entre vos mains, Mme de Coulanges, à Mme de Grignan, dans SÉV. t. x, p. 489, édit. RÉGNIER.
  • 18Se donner à soi-même un repas. Il se traitait tous les jours magnifiquement, Massillon, Carême, Mauvais riche.

    Se traiter bien ou mal, avoir un bon, un mauvais ordinaire.

    Se donner l'un à l'autre, les uns aux autres, un repas, un régal. C'est un petit repas que le roi m'a rendu : Nous nous traitons parfois, Regnard, Démocr. IV, 7. Eux ici [ceux du village d'Azai], nous chez eux, on se traite tour à tour, on se divertit le dimanche, Courier, Pétition pour des villageois.

  • 19Être l'objet d'une négociation, d'un arrangement. L'hymen qui se traitait du duc et de Cassandre, Rotrou, Vencesl. IV, 2.
  • 20Être l'objet d'une discussion, d'un travail. Il souhaitait avec une ardeur extrême qu'on fît une assemblée où la matière se traitât de nouveau sans passion, sans sophisterie et sans tyrannie, Bossuet, Var. IV. Cette parole, messieurs, ne se traite guère dans les chaires, parce que cette inviolable fidélité ne se trouve guère dans les mœurs, Bossuet, Mar.-Thér.
  • 21 Terme de commerce. Être vendu à tel ou tel prix. Le blé se traite à tant l'hectolitre.
  • 22Se donner l'un à l'autre telle ou telle qualification. Le poëte et le philosophe se traitent mutuellement d'insensés, D'Alembert, Œuv. t. I, p. 243.
  • 23Être pratiqué. De vouloir parler de la politique suivant qu'elle se traite et exerce aujourd'hui, sans rien dire de ces coups d'État…, Naudé, Considér. sur les coups d'État, I.

SYNONYME

TRAITER UNE MATIÈRE, TRAITER D'UNE MATIÈRE. Traiter une matière, c'est l'examiner, la discuter. Traiter d'une matière, c'est en faire l'objet d'un travail, d'une dissertation.

HISTORIQUE

XIIe s. Quant furent assamblé tuit li baron del Maine, Du chevage [nous] tratames l'ochoison premeraine, Sax. XX. À l'honur l'apostolie [en l'honneur du pape, il] les voldra bel traitier E en humilité, e mult li erent chier, Th. le mart. 130.

XIIIe s. Henris de Valenciennes dist que, puisque li hom s'entremet du biel dire et de traictier, il se doit bien traveillier que…, H. de Valenciennes, I. En nom Dieu ! dist uns sages hom, il seroit boin que on traitast de la pais al empereour, Chr. de Rains, 120. Entre tant de maus et de descors, assés furent qui traitoient paroles d'acort et de pais entre lui [Frédéric] et le pape Innocent ; et endementiers que [tandis que] il traitoit et entendoit à ces choses…, Latini, Trésor, p. 95. Il tretierent et firent une accordance de paix des altercations, Du Cange, accordia. Noz tracterons en cest capitre quix cozes [quelles choses] sont muebles et quix cozes sont heritages, Beaumanoir, XXIII, 1.

XIVe s. La maniere de traicter ceste science et de y proceder…, Oresme, Éth. III.

XVe s. Les bourgeois de la ville regarderent que, au long aller, ils ne se pourroient tenir ; si prierent à deux chevaliers qui là estoient, qu'ils traitassent à ces seigneurs d'Angleterre…, Froissart, I, I, 224. Il les traita en grant violence et en grant rapine, Commines, V, I. Le roy René de Cesile [Sicile] traictoit de faire le duc de Bourgongne son heritier, Commines, V, 2.

XVIe s. Traictant avec lui des moyens de sa guarison, il luy dict…, Montaigne, I, 91. Ayant traicté chez lui une bonne compagnie, Montaigne, I, 101. En l'estude que je traicte de nos mœurs, Montaigne, I, 102. Ils bastissoyent comme s'ils n'eussent jamais deu mourir, et se traitoyent en leurs banquets, quasi ordinaires, comme s'ils n'eussent deu vivre qu'un jour, Lanoue, 170. Pour s'estre un petit eschauffé à la lucte, il s'est retiré aux bains chaulds pour se traitter à son aise, Amyot, Marcell. 45. Il est bon chercher la balle avec les doigts, en maniant et traitant le lieu et les environs d'iceluy, Paré, IX, 3. Alla prendre garde à son cheval, qu'il traita [nourrit] de ce qu'il trouva, Nuits de Straparole, t. II, p. 209, dans LACURNE. On traitte des moyens pour mutiner les villes, Pour nourrir les flambeaux de nos guerres civiles, D'Aubigné, Tragiques, éd. LALANNE, p. 93.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TRAITER, v. act. & n. (Gramm.) c’est être en négociation, en commerce, prendre des arrangemens, &c. On dit il traite de cette charge. On traite de la paix. C’est qualifier ; on dit il traita le pape de sa sainteté ; il veut qu’on le traite d’excellence. On vous traitera d’impertinent, si vous n’y prenez garde. C’est en user bien ou mal dans la société, ou dans le domestique ; comme elle m’a traité ! je la reverrois ! moi ! non, non, cela ne sera pas ; quand elle me rappelleroit, m’en prieroit. C’est tenir une bonne table ; il nous reçut chez lui & nous traita magnifiquement. C’est soigner un malade dans une maladie chirurgicale ; si vous croyez avoir cette maladie, personne ne vous traitera mieux que Keiser. Il est aussi relatif à l’objet d’une science, d’un ouvrage ; cet ouvrage traite de l’agriculture ; l’Astronomie traite du mouvement des astres ; à la maniere dont un auteur s’est acquitté de sa tâche, il a bien traité son sujet. Les chairs y sont très-bien traitées ; les draperies y sont mal traitées. Voyez les articles suivans.

Traiter, (Commerce.) convenir de certaines conditions. On dit dans le commerce, traiter du fonds d’un marchand, traiter de ses dettes, traiter d’une action, c’est-à-dire convenir des sommes d’argent ou des conditions au moyen desquelles on veut acheter toutes ces choses.

Ce terme s’applique à la vente aussi-bien qu’à l’achat ; on dit en ce dernier sens, je veux traiter des actions que j’ai dans cette compagnie, c’est-à-dire les vendre & m’en défaire. Dict. de Comm.

Traiter, signifie aussi faire un commerce.

Traiter des negres, traiter des castors, c’est faire en Guinée le commerce des negres, & en Canada celui des castors. On dit plus ordinairement pour l’un & pour l’autre faire la traite. Voyez Traite. Dict. de Commerce.

Traiter, en termes de Boyaudier, c’est ôter avec des joncs entrelacés dans les deux cordes, le plus gros de matieres qui y sont restées, & qui pourroient être préjudiciables aux cordes en les pourrissant.

Traiter, on dit en peinture, traiter un sujet ; voilà un sujet bien traité, admirablement traité ; lorsque la composition est belle, & que l’instant qui caractérise la scène ou sujet traité est bien saisi. Il est avantageux de traiter des sujets connus. Tel a traité le même sujet que tel, &c.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « traiter »

(XIIe siècle) Du latin tractare, fréquentatif de trahere (participe passé tractus).
Note : Les deux radicaux tract- et trait- ont le même sens originel de tirer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, traiti ; provenç. tractar ; espagn. tratar ; ital. trattare ; du lat. tractare, fréquentatif de trahere, tirer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « traiter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
traiter trɛte

Citations contenant le mot « traiter »

  • Toute politique tend à traiter les hommes comme des choses. De Paul Valéry
  • La plus grande injustice est de traiter également les choses inégales. De Aristote
  • Les lois de la guerre permettent aux vainqueurs de traiter à leur gré les vaincus. De Arioviste
  • Il faut traiter la nature par le cylindre, la sphère et le cône. De Paul Cézanne
  • On peut traiter tout le monde d’imbécile, tant qu’on le fait avec respect ! De Don Was / Courrier international
  • Peut-on traiter d’hypocrite un homme qui essaie de sourire malgré une rage de dents ? De Grégoire Lacroix / Les euphorismes de Grégoire - 2
  • La prière, c'est une façon de traiter d'égal à égal avec Dieu. De G.-M. Valtour / L'homme et la vie, notes et impressions
  • Il est bon de traiter l'amitié comme les vins et de se méfier des mélanges. De Colette
  • Pour obtenir une femme qui le veut bien, il faut la traiter comme si elle ne le voulait pas. De Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais
  • Il faut étaler au théâtre la passion de l'amour dans toute sa force, ou ne pas la traiter. De Louis-Sébastien Mercier
  • - Je donnerais n’importe quoi pour qu’on cesse de me traiter de corrompu. - Vous iriez jusqu’à combien ? De Georges Wolinski / Les Socialos
  • Les prêtres sont comme les politiciens : ils continuent à traiter les fidèles comme des enfants ou comme des irresponsables. De Philippe Bouvard / Tous des hypocrites
  • Tous nos soins à bien traiter et nourrir ces animaux n'aboutissent qu'à les abâtardir. De Jean-Jacques Rousseau / De l'inégalité parmi les hommes
  • Plus puissante est l'intelligence générale, plus grande est sa faculté de traiter des problèmes spéciaux. De Edgar Morin / Les sept savoirs nécessaires à l'éducation du futur
  • Le rôle de la macula dans l'oeil est capital puisque c’est sur elle que se forme l’image d’un objet vers lequel notre regard est orienté. La macula peut être le siège de différentes pathologies. Quelles sont-elles, comment les prévenir et les traiter ? Les réponses du Dr Manal Benlahbib, ophtalmologiste. Femme Actuelle, Macula : quelles sont les maladies de la macula et comment les traiter ? : Femme Actuelle Le MAG
  • L'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM), qui regroupe cinq hôpitaux, a annoncé le 6 juillet se doter d'un robot de radiothérapie, le CyberKnife S7, pour un montant de 4,7 millions d'euros. Le nouvel engin sera inauguré en octobre 2020 et permettra de traiter plus efficacement les cancers du poumon de taille limité, du foie, du sein ou encore des os. Un robot développé par l'Américain Accuray Le CyberKnife S7 a été développé par l'entreprise américaine Accuray Incorporated, spécialisée en dispositifs médicaux de radiothérapie pour le cancer. Le robot permet de traiter les tumeurs par radiothérapie stéréotaxique appelée également radiochirurgie. Il s'agit d'une technique de haute précision basée sur l'utilisation de microfaisceaux permettant d'irradier de très petits volumes. Ses avantages sont multiples. La séance de radiothérapie est beaucoup plus efficace et rapide. En effet, grâce à sa très grande précision, CyberKnife permet d'augmenter l'intensité du traitement tout en protégeant les tissus sains situés à côté des tissus malades. Conséquence de quoi, le nombre de séances de radiothérapie est réduit. Un avantage considérable pour les hôpitaux publics qui ont parfois du mal à absorber le flux de patients. Ce nouveau système de radiothérapie prend la forme d'un bras robotisé qui émet des rayons de très petites tailles qui peuvent être multipliés autant que nécessaires. Les rayonnements ionisants interagissent avec les cellules cancéreuses en fragmentant leur ADN qui altère leur fonctionnement normal. Grâce à un détecteur de mouvement basé sur un algorithme d'apprentissage automatique, l'orientation des rayons s'adapte à la position des organes à traiter. Une fonctionnalité qui permet de cibler précisément la zone malade et de protéger les tissus connexes. Dans les appareils conventionnels de radiothérapie, les rayons peuvent touchés involontairement des tissus sains lorsque le patient bouge pendant l'intervention. usine-digitale.fr, Les hôpitaux marseillais s'équipent d'un robot de radiothérapie pour traiter plus efficacement le cancer
  • Aux côtés de la recherche d’un vaccin contre la Covid-19, la recherche d’un traitement pour soigner les malades infectés fait son chemin. Une équipe de chercheurs de l’Inserm a montré l’efficacité en laboratoire d’une combinaison de la molécule remdesivir avec l'antihypertenseur diltiazem pour traiter les patients infectés de la Covid-19. Ils ont publié le 21 juillet leurs résultats dans la revue Cell Reports Medicine et espèrent pouvoir lancer rapidement des essais cliniques. www.pourquoidocteur.fr, Une combinaison remdesivir/diltiazem donne l’espoir d’un traitement contre la Covid-19
  • Genfit renonce à traiter la NASH et cherche d'autres applications à l'Elafibranor | Dow Jones Investir, Genfit renonce à traiter la NASH et cherche d'autres applications à l'Elafibranor, Actualité des sociétés - Investir-Les Echos Bourse

Images d'illustration du mot « traiter »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « traiter »

Langue Traduction
Anglais treat
Espagnol tratar
Italien trattare
Allemand behandeln
Chinois 对待
Arabe يعالج
Portugais tratar
Russe обращаться
Japonais 御馳走
Basque begira
Corse trattà
Source : Google Translate API

Synonymes de « traiter »

Source : synonymes de traiter sur lebonsynonyme.fr
Partager