La langue française

Tragédie

Sommaire

  • Définitions du mot tragédie
  • Étymologie de « tragédie »
  • Phonétique de « tragédie »
  • Citations contenant le mot « tragédie »
  • Images d'illustration du mot « tragédie »
  • Traductions du mot « tragédie »
  • Synonymes de « tragédie »
  • Antonymes de « tragédie »

Définitions du mot tragédie

Trésor de la Langue Française informatisé

TRAGÉDIE, subst. fém.

A. − HIST. LITTÉR.
1. ANTIQ. GR. Œuvre lyrique et dramatique mettant en scène des acteurs masqués dialoguant et un chœur chantant, dont le sujet, propre à exciter la terreur ou la pitié, était emprunté à la mythologie ou à l'histoire; genre dramatique auquel appartient ce type de pièce. Melpomène, muse de la tragédie; les tragédies d'Eschyle, d'Euripide, de Sophocle. À l'épopée la tragédie emprunte sa matière: la geste des grands héros légendaires (Encyclop. univ.t. 161973, p. 234):
... s'il est vrai qu'« il n'y a pas de théâtre sans un secret qui se révèle », comme dit Ionesco, ce secret est celui-là même que la tragédie grecque produisait devant les spectateurs: l'homme souffre au sein du bonheur, l'homme chute au sein de la grandeur, l'homme meurt au sein de la vie... J.-M. Domenach, Le Retour du tragique, 1967, p. 276.
Tragédie latine. Adaptation des tragédies grecques. Par l'intermédiaire de la tragédie latine de collège, c'est de Sénèque que sortira toute la tragédie classique en France (Brasillach, Corneille, 1938, p. 44).
2. Pièce de théâtre dont le sujet est analogue. Tragédie espagnole, italienne. Dans plusieurs tragédies on met un tyran, comme une espèce de machine qui est la cause de tout (Staël, Allemagne, t. 3, 1810, p. 51).C'est cela qui est commode dans la tragédie (...). C'est minutieux, bien huilé depuis toujours. La mort, la trahison, le désespoir sont là, tout prêts et les éclats, et les orages et les silences (...) C'est propre, la tragédie. C'est reposant, c'est sûr (...) parce qu'on sait qu'il n'y a plus d'espoir (Anouilh, Antig., 1946, p. 165).
En partic. [En France aux xviieet xviiies.] Œuvre dramatique en vers, dont la composition est soumise à des règles strictes (les trois unités), qui met en scène des personnages illustres, tirés de l'Antiquité grecque ou romaine, qui fait reposer l'action sur des conflits passionnels dans lesquels les personnages sont déchirés et implacablement entraînés vers une catastrophe ou un destin désastreux. Tragédies de Corneille, de Racine; admirable, belle tragédie; confident, princesse de tragédie. Une tragédie racinienne est en un sens toujours la même tragédie. Qui est proprement la tragédie racinienne (..) comme une série linéaire de chefs d'œuvre (Péguy, V.-M., comte Hugo, 1910, p. 783).La tragédie classique, par ses vers d'allure épique, figure bien ce progrès des passions et des actions que rien n'arrête (...). Ainsi marche le destin (Alain, Beaux-arts, 1920, p. 145).
3. Manière de traiter ce genre littéraire. Tragédie héroïque, morale, musicale, politique, sacrée. Qu'est-ce que la tragédie romantique? Je réponds hardiment: C'est la tragédie en prose qui dure plusieurs mois et se passe dans des lieux divers (Stendhal, Racine et Shakspeare, t. 1, 1825, p. 80).
P. anal. Tragédie lyrique. ,,Opéra dont le sujet est tragique`` (Mus. 1976).
4. Drame. Tragédie bourgeoise; les tragédies de Shakespeare. Une édition de Shakespeare (...) contient des résumés et des extraits des tragédies les plus célèbres: Hamlet, Othello, Antoine et Cléopâtre (Green, Moïra, 1950, p. 189).
B. − Au fig.
1. Événement ou enchaînement d'événements terribles, funestes, dont l'issue est fatale. Synon. drame.Tragédie effroyable; cruelle tragédie. Ce long drame qui s'ouvre par un meurtre et qui se dénoue par un meurtre; véritable tragédie où rien ne manque, ni les passions, ni les caractères, ni cette sombre fatalité qui était l'âme de la tragédie antique, et qui donne aux accidents de la vie réelle tout le grandiose de la poésie (Thierry, Récits mérov., t. 2, 1840, p. 59).Alors l'officier prit le parti de tuer un des fantassins, et fut aussitôt tué lui-même. Cette tragédie courte est belle à comprendre (Alain, Propos, 1923, p. 537).
Tourner en tragédie. Devenir un désastre. Est-ce que par hasard la bouffonnerie diplomatique des Balkans tournerait en tragédie, et aboutirait à la guerre? (Jaurès, Eur. incert., 1914, p. 95).
2. Aventure difficile, douloureuse, pleine de déboires et de risques. Tragédie humaine. Ces liens très étroits [de la famille] créent mille drames. Le Français aime la tragédie, les voies difficiles, les aspérités qui aiguisent l'esprit et déchirent le cœur (Chardonne, Éva, 1930, p. 57).
3. Caractère d'une chose funeste et implacable. Tragédie de l'amour, de la mort, de la déportation, de la famine, de la mine. Ces rayonnements si étranges par leur nature, et que l'on ne peut ni sentir ni voir, se sont véritablement fait connaître au monde par la tragédie d'Hiroshima et l'accident des pêcheurs japonais de 1954 (Goldschmidt, Avent. atom., 1962, p. 222).
P. métaph. Chez Rembrandt, le principal intérêt du tableau n'est pas l'homme, mais la tragédie de la lumière mourante (...) combattue incessamment par l'envahissement de l'ombre (Taine, Philos. art, t. 2, 1865, p. 305).
Prononc. et Orth.: [tʀaʒedi]. Ac. 1694, 1718: tragedie; dep. 1740: tragédie. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1300 « poème dramatique » (Jean de Meun, trad. Boèce, Consolation, éd. V. L. Dedeck-Héry, II P 2, p. 189); 1370 (Oresme, Ethiques, éd. A. D. Menut, p. 137: es tragedies); b) 1876 expr. jouer la tragédie « user de feintes propres à exciter la pitié ou un autre sentiment tragique » (Lar. 19e, citant G. Sand, s. réf.); 2. 1552 « événement ou ensemble d'événements tragiques » (Rabelais, Quart-Livre, éd. R. Marichal, prol., p. 21: voyez vous quelles tragedies sont excitées par certains Pastophores?); 3. 1553 « genre dramatique » (Ronsard, Œuvres compl., éd. P. Laumonier, t. 5, p. 63, 144: [Jodelle] Pour avoir d'une voix hardie Renouvellé la Tragedie). Empr. au lat.tragœdia « la tragédie »; plur. « effets oratoires, mouvements pathétiques; déclamations; grands mots », et celui-ci au gr. τ ρ α γ ω δ ι ́ α « chant du bouc », c'est-à-dire « chant religieux dont on accompagnait le sacrifice d'un bouc aux fêtes de Bacchus; chant ou drame héroïque, tragédie; récit dramatique et pompeux; événement tragique; action de jouer la tragédie », dér. de τ ρ α γ ω δ ο ́ ς « qui chante ou danse pendant l'immolation du bouc aux fêtes de Bacchus »; p. ext. « qui chante ou danse dans un chœur de tragédie, acteur tragique, poète tragique », comp. de τ ρ α ́ γ ο ς « bouc » et -ω δ ο ς, issu de α ̓ ε ι ́ δ ω « chanter » (v. Chantraine). Fréq. abs. littér.: 1 982. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 4 086, b) 1 976; xxes.: a) 1 724, b) 2 846. Bbg. Girdlestone (C.). La Tragédie en mus. considérée comme genre littér. Genève, 1972, 423 p. − Quem. DDL t. 11, 21.

Wiktionnaire

Nom commun

tragédie \tʁa.ʒe.di\ féminin

  1. (Théâtre) Pièce de théâtre qui offre une action héroïque et met en scène des personnages illustres. Elle excite la terreur et la pitié, et se termine par la mort ou un quelconque autre destin pathétique des principaux personnages.
    • Platon, le divin Platon, n'était en verve que lorsqu'il était en pointe de vin. Ennius ne travaillait jamais à son poème héroïque, que Bacchus ne l'eût réconforté, et Alcée n'écrivait ses tragédies que lorsqu'il était ivre. — (C. de Méry, Histoire générale des proverbes, adages, sentences, apophtegmes, vol. 3, Paris : chez Delongchamps, 1829, page 165)
    • L’individu doit être transformé en quelque chose d’impersonnel ; voilà ce que se propose la tragédie ; elle veut qu’il désapprenne l’épouvante qu’inspirent à chacun la mort et le temps ; car dans le moment le plus fugitif de son existence il peut lui arriver quelque chose de saint qui l’emporte infiniment sur toute espèce de lutte et de souffrance ! Et c’est là ce qui s’appelle avoir le sentiment tragique. — (Nietzsche, Richard Wagner à Bayreuth, trad. Baumgartner, 1877)
    • Je demande quelque chose qui m’exalte, qui m’enlève aux misères de ce monde !
      Et Pécuchet, porté à l’idéal tourna Bouvard, insensiblement vers la Tragédie.
      Le lointain où elle se passe, les intérêts qu’on y débat et la condition de ses personnages leur imposaient comme un sentiment de grandeur.
      Un jour, Bouvard prit
      Athalie, et débita le songe tellement bien, que Pécuchet voulut à son tour l’essayer. […]
      Ce qui leur plaisait de la Tragédie, c’était l’emphase, les discours sur la Politique, les maximes de perversité.
      — (Flaubert, Bouvard et Pécuchet, 1881)
    • Les tragédies de Sophocle, d’Euripide, de Corneille, de Racine, Les tragédies composées par ces auteurs.
    • Les tragédie d’Œdipe, de Cinna, de Brutus, Les tragédies dont Œdipe, Cinna, Brutus sont respectivement le héros, et auxquelles ils donnent leur titre.
  2. Genre tragique.
    • Le peuple souvent a le plaisir de la tragédie : il voit périr sur le théâtre du monde les personnages les plus odieux, qui ont fait le plus de mal dans diverses scènes, et qu'il a le plus haïs. — (La Bruyère, Les Caractères, 1688)
    • En France, la tragédie a atteint la perfection au XVIIe siècle.
    • Les chefs- d’œuvre de la tragédie grecque sont éternels.
    • Cet acteur excelle dans la tragédie.
  3. (Figuré) Événement funeste.
    • Celui qui plane sur les plus hautes montagnes se rit de toutes les tragédies de la scène et de la vie. — (Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra, 1883, trad. H. Albert, 1898)
    • Lentement, irrésistiblement, avec ampleur, Bert se rendit compte de l’immense tragédie qui ébranlait l’humanité, et au milieu de laquelle s’écoulait sa petite existence ; il comprit qu’arrivait une époque où l’univers se désorganisait effroyablement, où c’en était fini de la sécurité, de l’ordre, de l’habitude… — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910)
    • Les tragédies de l’Histoire révèlent les grands hommes : mais ce sont les médiocres qui provoquent les tragédies. — (Maurice Druon, Les Rois maudits, tome 7, Quand un roi perd la France, Introduction, 1977)
    • Mais aussi parce que nous nous trouvons à la veille d’une tragédie. L’angoisse monte, celle de perdre nos proches, ou simplement celle de mourir. — (Michel Eltchaninoff, « Carnet de la drôle de guerre », dans la newsletter du 21/03/220 de Philosophie Magazine.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TRAGÉDIE. n. f.
Pièce de théâtre qui offre une action importante et des personnages illustres, qui est propre à exciter la terreur ou la pitié, et qui se termine ordinairement par un événement funeste. Composer, représenter une tragédie. Cet acteur est admirable dans la tragédie. Les tragédies de Sophocle, d'Euripide, de Corneille, de Racine, Les tragédies composées par ces auteurs. La tragédie d'Œdipe, de Cinna, de Brutus, La tragédie dont Œdipe, Cinna, Brutus est le sujet et à laquelle il a donné son nom.

TRAGÉDIE se dit aussi du Genre tragique. La tragédie a atteint son plus haut point de perfection en France au XVIIe siècle. Les chefs-d'œuvre de la tragédie grecque. Cet acteur excelle dans la tragédie. Il se dit figurément d'un Événement funeste. Il s'est passé d'horribles tragédies dans cette cour. Il est à craindre que cette affaire ne finisse par quelque tragédie.

Littré (1872-1877)

TRAGÉDIE (tra-jé-die) s. f.
  • 1Pièce de théâtre en vers, dans laquelle figurent des personnages illustres, dont le but est d'exciter la terreur et la pitié, et qui se termine ordinairement par un événement funeste. Le bonhomme Pyrante disait que vous étiez en philosophie, qu'il n'était encore qu'en cinquième, et qu'à la tragédie du collége il jouait Cupidon quand vous représentiez l'empereur, Hauteroche, Crispin méd. I, 1. La première de toutes les tragédies françaises est la Cléopâtre de Jodelle ; elle est d'une simplicité fort convenable à son ancienneté, Fontenelle, Hist. Théât. fr. Œuv. t. III, p. 52. Il faut toujours dans une tragédie, que l'on craigne, qu'on espère à chaque scène, Voltaire, Lett. d'Argental, 18 nov. 1768. Nous apprenons qu'il s'élève une petite secte de barbares qui veut qu'on ne fasse désormais des tragédies qu'en prose, Voltaire, Dict. phil. Rime. De tous les plaisirs de l'âme, je tiens que le premier est une tragédie bien jouée, Voltaire, Lett. Landgr. Hesse-Cassel, 7 avr. 1764. On fait une tragédie, ma chère nièce, en trois semaines, il n'y a rien de plus aisé ; mais, en trois semaines, on ne l'achève pas, Voltaire, Lett. Mme de Fontaine, 11 juin 1761. J'avais cru que Racine serait ma consolation [à son commentaire sur Corneille] ; mais il est mon désespoir ; c'est le comble de l'insolence de faire une tragédie après ce grand homme-là, Voltaire, Lett. d'Argental, 25 févr. 1763. Une tragédie est une expérience sur le cœur humain ; et cette expérience ne réussit pas toujours, même entre les mains des plus habiles, Condorcet, Vie de Voltaire. Euclide avait tâché de réunir toutes les tragédies, comédies et satyres que depuis près de deux cents ans on a représentées sur les théâtres de la Grèce et de la Sicile ; il en possédait environ trois mille, Barthélemy, Anach. ch. 80. Mon petit neveu, vous me garderez une loge pour votre tragédie de société ; je me sens en train de rire, Picard, Vieille tante, I, 7.

    Les tragédies de Sophocle, de Corneille, de Racine, etc. les tragédies composées par ces poëtes.

    La tragédie de Cinna, d'Athalie, etc. la tragédie dont Cinna, Athalie, etc. est le sujet. Le roi et toute la cour sont charmés de la tragédie d'Esther, Sévigné, 513. La tragédie de Mérope, première pièce profane sans le secours d'une passion amoureuse et qui fit à notre auteur plus d'honneur qu'il n'en espérait, fut représentée le 26 février 1743, Voltaire, Comm. Œuv. aut. Henr.

    Fig. Muse tragique. Ainsi, pour nous charmer, la Tragédie en pleurs D'Œdipe tout sanglant fit parler les douleurs, Boileau, Art p. III.

  • 2Art de composer, de jouer des tragédies ; le genre tragique. La tragédie, informe et grossière en naissant, N'était qu'un simple chœur où chacun en dansant, Et du dieu des raisins entonnant les louanges, S'efforçait d'attirer de fertiles vendanges ; Là, le vin et la joie éveillant les esprits, Du plus habile chantre un bouc était le prix, Boileau, Art p. III. Je ferais voir que, pour la tragédie, nous sommes beaucoup supérieurs aux Latins, qui ne sauraient opposer à tant d'excellentes pièces tragiques que nous avons en notre langue, que quelques déclamations plus pompeuses que raisonnables d'un prétendu Sénèque, et un peu de bruit qu'ont fait en leur temps le Thyeste de Varius et la Médée d'Ovide, Boileau, Lett. à Perrault. Thespis est regardé comme l'inventeur de la tragédie ; il est aisé de juger combien dans ces premiers temps elle était grossière et imparfaite, Rollin, Hist. anc. liv. XXV, ch. I, I, 2. Eschyle commença à perfectionner la tragédie, et à la mettre en honneur ; il donna à ses acteurs un masque, un habit plus décent, une chaussure plus haute appelée cothurne, et leur construisit un petit théâtre, Rollin, ib. La tragédie est encore plus faite pour être représentée que pour être lue, Voltaire, Zulime, Lettre. On a beaucoup et trop écrit depuis Aristote sur la tragédie ; les deux grandes règles sont que les personnages intéressent, et que les vers soient bons, Voltaire, Don Pèdre, Disc. hist. Ils [les modernes] ont fait le la tragédie non pas le tableau des calamités de l'homme esclave de la destinée, mais le tableau des malheurs et des crimes de l'homme esclave de ses passions ; dès lors le ressort de l'action tragique a été dans le cœur de l'homme, et tel est le nouveau système dont Corneille est le créateur, Marmontel, Œuv. t. x, p. 291.
  • 3 Fig. Événement funeste. La tragédie d'Angleterre [l'exécution de Charles Ier], Descartes, Lett. à Élisabeth, Rev. Germ. t. XXXI, p. 82. En un temps où la fortune joue des tragédies par tous les endroits de l'Europe, Voiture, Lett. 53. Nous verrons ce que Dieu voudra représenter après cette tragédie [révolution d'Angleterre], Sévigné, 25 fév. 1685. L'homme est celui des animaux qui est le plus né pour la concorde, et l'homme est celui des animaux où l'inimitié et la haine font de plus sanglantes tragédies, Bossuet, Sermons, Charité fratern. préamb. Il [Louis le Débonnaire] envoie des gens pour arrêter ceux qui avaient contribué au désordre de ses sœurs ; cela causa bien des tragédies, Montesquieu, Esp. XXXI, 20. Que me parles-tu, Vallier, de m'occuper à faire des tragédies ? la tragédie court les rues ; si je mets les pieds hors de chez moi, j'ai du sang jusqu'à la cheville, Ducis, Corresp. à M. Vallier (sans date, mais pendant la terreur).

HISTORIQUE

XIVe s. Malvestiés et injustices que l'on raconte es tragedies, Oresme, Eth. 27.

XVIe s. Voyez vous quelles tragedies sont excitées par certains pastophores [prêtres] ? Rabelais, IV. Prol. de l'aut. Cette tragedie [l'exécution de Horn et d'Egmont] que le duc d'Albe nous feit voir à Bruxelle, Montaigne, I, 30. Les tragedies latines de Bucanan, Montaigne, I, 198.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TRAGÉDIE, (Poésie dramatique.) représentation d’une action héroïque dont l’objet est d’exciter la terreur & la compassion.

Nous avons dans cette matiere deux guides célebres, Aristote & le grand Corneille, qui nous éclairent & nous montrent la route.

Le premier ayant pour principal objet dans sa poétique, d’expliquer la nature & les regles de la tragédie, suit son génie philosophique ; il ne considere que l’essence des êtres, & les propriétés qui en découlent. Tout est plein chez lui de définitions & de divisions.

De son côté Pierre Corneille ayant pratiqué l’art pendant quarante ans, & examiné en philosophe ce qui pouvoit y plaire ou y déplaire ; ayant percé par l’essor de son génie les obstacles de plusieurs matieres rebelles, & observé en métaphysicien la route qu’il s’étoit frayée, & les moyens par où il avoit réussi : enfin ayant mis au creuset de la pratique toutes ses réflexions, & les observations de ceux qui étoient venus avant lui, il mérite bien qu’on respecte ses idées & ses décisions, ne fussent-elles pas toujours d’accord avec celles d’Aristote. Celui-ci après tout, n’a connu que le théatre d’Athenes ; & s’il est vrai que les génies les plus hardis dans leurs spéculations sur les arts ne vont guere au-delà des modeles même que les artistes inventeurs leur ont fournis, le philosophe grec n’a dû donner que le beau idéal du théatre athénien.

D’un autre côté cependant, s’il est de fait que lorsqu’un nouveau genre, comme une sorte de phénomene, paroît dans la littérature, & qu’il a frappé vivement les esprits, il est bientôt porté à sa perfection, par l’ardeur des rivaux que la gloire aiguillonne : on pourroit croire que la tragédie étoit déja parfaite chez les poëtes grecs, qui ont servi de modeles aux regles d’Aristote, & que les autres qui sont venus après, n’ont pu y ajouter que des rafinemens capables d’abâtardir ce genre, en voulant lui donner un air de nouveauté.

Enfin une derniere raison qui peut diminuer l’autorité du poëte françois, c’est que lui-même étoit auteur ; & on a observé que tous ceux qui ont donné des regles après avoir fait des ouvrages, quelque courage qu’ils aient eu, n’ont été, quoiqu’on en puisse dire, que des législateurs timides. Semblables au pere dont parle Horace, ou à l’amant d’Agna, ils prennent quelquefois les défauts mêmes pour des agrémens ; ou s’ils les reconnoissent pour des défauts, ils n’en parlent qu’en les désignant par des noms qui approchent fort de ceux de la vertu.

Quoi qu’il en soit, je me borne à dire que la tragédie est la représentation d’une action héroïque. Elle est héroïque, si elle est l’effet de l’ame portée à un degré extraordinaire jusqu’à un certain point. L’héroïsme est un courage, une valeur, une générosité qui est au-dessus des ames vulgaires. C’est Héraclius qui veut mourir pour Martian, c’est Pulchérie qui dit à l’usurpateur Phocas, avec une fierté digne de sa naissance :

Tyran, descens du trône, & fais place à ton maître.

Les vices entrent dans l’idée de cet héroïsme dont nous parlons. Un statuaire peut figurer un Néron de huit piés ; de même un poëte peut le peindre, sinon comme un héros, du-moins comme un homme d’une cruauté extraordinaire, & si l’on me permet ce terme, en quelque sorte héroïque ; parce qu’en général les vices sont héroïques, quand ils ont pour principe quelque qualité qui suppose une hardiesse & une fermeté peu commune ; telle est la hardiesse de Catilina, la force de Médée, l’intrépidité de Cléopatre dans Rodogune.

L’action est héroïque ou par elle-même, ou par le caractere de ceux qui la font. Elle est héroïque par elle-même, quand elle a un grand objet ; comme l’acquisition d’un trône, la punition d’un tyran. Elle est héroïque par le caractere de ceux qui la font, quand ce sont des rois, des princes qui agissent, ou contre qui on agit. Quand l’entreprise est d’un roi, elle s’éleve, s’annoblit par la grandeur de la personne qui agit. Quand elle est contre un roi, elle s’annoblit par la grandeur de celui qu’on attaque.

La premiere qualité de l’action tragique est donc qu’elle soit héroïque. Mais ce n’est point assez : elle doit être encore de nature à exciter la terreur & la pitié ; c’est ce qui fait sa différence, & qui la rend proprement tragique.

L’épopée traite une action héroïque aussi-bien que la tragédie ; mais son principal but étant d’exciter la terreur & l’admiration, elle ne remue l’ame que pour l’élever peu-à-peu. Elle ne connoît point ces secousses violentes, & ces frémissemens du théatre qui forment le vrai tragique. Voyez Tragique, le.

La Grece fut le berceau de tous les arts ; c’est par conséquent chez elle qu’il faut aller chercher l’origine de la poësie dramatique. Les Grecs nés la plûpart avec un génie heureux, ayant le goût naturel à tous les hommes, de voir des choses extraordinaires, étant dans cette espece d’inquiétude qui accompagne ceux qui ont des besoins, & qui cherchent à les remplir, dûrent faire beaucoup de tentatives pour trouver le dramatique. Ce ne fut cependant pas à leur génie ni à leurs recherches qu’ils en furent redevables.

Tout le monde convient que les fêtes de Bacchus en occasionnerent la naissance. Le dieu de la vendange & de la joie avoit des fêtes, que tous ses adorateurs célebroient à-l’envi, les habitans de la campagne, & ceux qui demeuroient dans les villes. On lui sacrifioit un bouc, & pendant le sacrifice, le peuple & les prêtres chantoient en chœur à la gloire de ce dieu des hymnes, que la qualité de la victime fit nommer tragédie ou chant du bouc, τράγος ᾠδή. Ces chants ne se renfermoient pas seulement dans les temples ; on les promenoit dans les bourgades. On traînoit un homme travesti en Silene, monté sur un âne ; & on suivoit en chantant & en dansant. D’autres barbouillés de lie se perchoient sur des charrettes, & fredonnoient le verre à la main, les louanges du dieu des buveurs. Dans cette esquisse grossiere, on voit une joie licentieuse, mélée de culte & de religion : on y voit du sérieux & du folâtre, des chants religieux & des airs bacchiques, des danses & des spectacles. C’est de ce cahos que sortit la poésie dramatique.

Ces hymnes n’étoient qu’un chant lyrique, tel qu’on le voit décrit dans l’Enéïde ; où Virgile a, selon toute apparence, peint les sacrifices du roi Evandre, d’après l’idée qu’on avoit de son tems des chœurs des anciens. Une portion du peuple (les vieillards, les jeunes gens, les femmes, les filles, selon la divinité dont on faisoit la fête), se partageoit en deux rangs, pour chanter alternativement les différens couplets, jusqu’à ce que l’hymne fût fini. Il y en avoit où les deux rangs réunis, & même tout le peuple chantoit ensemble, ce qui faisoit quelque variété. Mais comme c’étoit toujours du chant, il y regnoit une sorte de monotonie, qui à la fin endormoit les assistans.

Pour jetter plus de variété, on crut qu’il ne seroit pas hors de propos d’introduire un acteur qui fît quelque récit. Ce fut Thespis qui essaya cette nouveauté. Son acteur qui apparemment raconta d’abord les actions qu’on attribuoit à Bacchus, plut à tous les spectateurs ; mais bientôt le poëte prit des sujets étrangers à ce dieu, lesquels furent approuvés du plus grand nombre. Enfin ce récit fut divisé en plusieurs parties, pour couper plusieurs fois le chant, & augmenter le plaisir de la variété.

Mais comme il n’y avoit qu’un seul acteur, cela ne suffisoit pas ; il en falloit un second pour constituer le drame, & faire ce qu’on appelle dialogue : cependant le premier pas étoit fait, & c’étoit beaucoup.

Eschyle profita de l’ouverture qu’avoit donnée Thespis, & forma tout-d’un-coup le drame héroïque, ou la tragédie. Il y mit deux acteurs au-lieu d’un ; il leur fit entreprendre une action dans laquelle il transporta tout ce qui pouvoit lui convenir de l’action épique ; il y mit exposition, nœuds, efforts, dénouement, passions, & intérêt : dès qu’il avoit saisi l’idée de mettre l’épique en spectacle, le reste devoit venir aisément ; il donna à ses acteurs des caracteres, des mœurs, une élocution convenable ; & le cœur qui dans l’origine avoit été la base du spectacle, n’en fut plus que l’accessoire, & ne servit que d’intermede à l’action, de même qu’autrefois l’action lui en avoit servi.

L’admiration étoit la passion produite par l’épopée. Pour sentir que la terreur & la pitié étoient celles qui convenoient à la tragédie, ce fut assez de comparer une piece où ces passions se trouvassent, avec quelqu’autre piece qui produisît l’horreur, la frayeur, la haine, ou l’admiration seulement ; la moindre réflexion fut le sentiment éprouvé, & même sans cela, les larmes & les applaudissemens des spectateurs, suffirent aux premiers poëtes tragiques, pour leur faire connoître quels étoient les sujets vraiment faits pour leur art, & auxquels ils devoient donner la préférence ; & probablement Eschyle en fit l’observation dès la premiere fois que le cas se présenta.

Voila quelle fut l’origine & la naissance de la tragédie ; voyons ses progrès, & les différens états par où elle a passé, en suivant le goût & le génie des auteurs & des peuples.

Eschyle donne à la tragédie un air gigantesque, des traits durs, une démarche fougueuse ; c’étoit la tragédie naissante bien conformée dans toutes ses parties, mais encore destituée de cette politesse que l’art & le tems ajoutent aux inventions nouvelles : il falloit la ramener à un certain vrai, que les poëtes sont obligés de suivre jusque dans leurs fictions. Ce fut le partage de Sophocle.

Sophocle né heureusement pour ce genre de poésie, avec un grand fond de génie, un gout délicat, une facilité merveilleuse pour l’expression, réduisit la muse tragique aux regles de la décence & du vrai ; elle apprit à se contenter d’une marche noble & assurée, sans orgueil, sans faste, sans cette fierté gigantesque qui est au-delà de ce qu’on appelle héroïque ; il sut intéresser le cœur dans toute l’action, travailla les vers avec soin ; en un mot il s’éleva par son génie & par son travail, au point que ses ouvrages sont devenus l’exemple du beau & le modele des regles. C’est aussi le modele de l’ancienne Grece, que la philosophie moderne approuve davantage. Il finit ses jours à l’âge de 90 ans, dans le cours desquels il avoit remporté dix-huit fois le prix sur tous ses concurrens. On dit que le dernier qui lui fut adjugé pour sa derniere tragédie, le fit mourir de joie. Son Œdipe est une des plus belles pieces qui ait jamais paru, & sur laquelle on peut juger du vrai tragique. Voyez Tragique.

Euripide s’attacha d’abord aux philosophes : il eut pour maître Anaxagore ; aussi toutes ses pieces sont-elles remplies de maximes excellentes pour la conduite des mœurs ; Socrate ne manquoit jamais d’y assister, quand il en donnoit de nouvelles ; il est tendre, touchant, vraiment tragique, quoique moins élevé & moins vigoureux que Sophocle ; il ne fut cependant couronné que cinq fois ; mais l’exemple du poëte Ménandre, à qui on préféra sans cesse un certain Philémon, prouve que ce n’étoit pas toujours la justice qui distribuoit les couronnes. Il mourut avant Sophocle : des chiens furieux le déchirerent à l’âge de soixante & quinze ans ; il composa soixante & quinze tragédies.

En général, la tragédie des Grecs est simple, naturelle, aisée à suivre, peu compliquée ; l’action se prépare, se noue, se développe sans effort ; il semble que l’art n’y ait que la moindre part ; & par-là même, c’est le chef-d’œuvre de l’art & du génie.

Œdipe, dans Sophocle, paroît un homme ordinaire ; ses vertus & ses vices n’ont rien qui soit d’un ordre supérieur. Il en est de même de Créon & de Jocaste. Tirésie parle avec fierté, mais simplement & sans enflure. Bien loin d’en faire un reproche aux Grecs, c’est un mérite réel que nous devons leur envier.

Souvent nous étalons des morceaux pompeux, des caracteres d’une grandeur plus qu’humaine, pour cacher les défauts d’une piece qui, sans cela, auroit peu de beauté. Nous habillons richement Hélene, les Grecs savoient la peindre belle ; ils avoient assez de génie pour conduire une action, & l’étendre dans l’espace de cinq actes, sans y jetter rien d’étranger, ni sans y laisser aucun vuide ; la nature leur fournissoit abondamment tout ce dont ils avoient besoin : & nous, nous sommes obligés d’employer l’art, de chercher, de faire venir une matiere qui souvent résiste : & quand les choses, quoique forcées, sont à-peu-près assorties, nous osons dire quelquefois : « il y a plus d’art chez nous que chez les Grecs, nous avons plus de génie qu’eux, & plus de force ».

Chaque acte est terminé par un chant lyrique, qui exprime les sentimens qu’a produits l’acte qu’on a vu, & qui dispose à ce qui suit. Racine a imité cet usage dans Esther & dans Athalie.

Ce qui nous reste des tragiques latins, n’est point digne d’entrer en comparaison avec les Grecs.

Séneque a traité le sujet d’Œdipe, après Sophocle : la fable de celui-ci est un corps proportionné & régulier : celle du poëte latin est un colosse monstrueux, plein de superfétations : on pourroit y retrancher plus de huit cens vers, dont l’action n’a pas besoin ; sa piece est presque le contrepié de celle de Sophocle d’un bout à l’autre. Le poëte grec ouvre la scene par le plus grand de tous les tableaux. Un roi à la porte de son palais, tout un peuple gémissant, des autels dressés par-tout dans la place publique, des cris de douleurs. Séneque présente le roi qui se plaint à sa femme, comme un rhéteur l’auroit fait du tems de Séneque même. Sophocle ne dit rien qui ne soit nécessaire, tout est nerf chez lui, tout contribue au mouvement. Séneque est par-tout surchargé, accablé d’ornemens ; c’est une masse d’embonpoint qui a des couleurs vives, & nulle action. Sophocle est varié naturellement ; Séneque ne parle que d’oracles, que de sacrifices symboliques, que d’ombres évoquées. Sophocle agit plus qu’il ne parle, il ne parle même que pour l’action ; & Séneque n’agit que pour parler & haranguer ; Tirésie, Jocaste, Créon, n’ont point de caractere chez lui ; Œdipe même n’y est point touchant. Quand on lit Sophocle, on est afflige ; quand on lit Séneque, on a horreur de ses descriptions, on est dégoûté & rebuté de ses longueurs.

Passons quatorze siecles, & venons tout-d’un-coup au grand Corneille, après avoir dit un mot de trois autres tragiques qui le précéderent dans cette carriere.

Jodelle (Etienne), né à Paris en 1532, mort en 1573, porta le premier sur le théatre françois, la forme de la tragédie greque, & fit reparoître le chœur antique, dans ses deux pieces de Cléopatre & de Didon ; mais combien ce poëte resta-t-il au-dessous des grands maîtres qu’il tâcha d’imiter ? il n’y a chez lui que beaucoup de déclamation, sans action, sans jeu, & sans regles.

Garnier (Robert), né à la Ferté-Bernard, au Maine, en 1534, mort vers l’an 1595, marcha sur les traces de Jodelle, mais avec plus d’élévation dans ses pensées, & d’énergie dans son style. Ses tragédies firent les délices des gens de lettres de son tems, quoiqu’elles soient languissantes & sans action.

Hardy (Alexandre) qui vivoit sous Henri IV. & qui passoit pour le plus grand poëte tragique de la France, ne mérita ce titre que par sa fécondité étonnante. Outre qu’il connoissoit mal les regles de la scene, & qu’il violoit d’ordinaire l’unité de lieu, ses vers sont durs, & ses compositions grossieres : enfin voici la grande époque du théatre françois, qui prit naissance sous Pierre Corneille.

Ce génie sublime, qu’on eût appellé tel dans les plus beaux jours d’Athènes & de Rome, franchit presque tout-à-coup les nuances immenses qu’il y avoit entre les essais informes de son siecle, & les productions les plus accomplies de l’art ; les stances tenoient à-peu-près la place des chœurs, mais Corneille à chaque pas faisoit des découvertes. Bientôt il n’y eut plus de stances ; la scene fut occupée par le combat des passions nobles, les intrigues, les caracteres, tout eut de la vraissemblance ; les unités reparurent, & le poëme dramatique eut de l’action, des mouvemens, des situations, des coups de théatre. Les évenemens furent fondés, les intérêts ménagés, & les scenes dialoguées.

Cet homme rare étoit né pour créer la poésie théatrale, si elle ne l’eût pas été avant lui. Il réunit toutes les parties ; le tendre, le touchant, le terrible, le grand, le sublime ; mais ce qui domine sur toutes ces qualités, & qui les embrasse chez lui, c’est la grandeur & la hardiesse. C’est le génie qui fait tout en lui, qui a créé les choses & les expressions ; il a partout une majesté, une force, une magnificence, qu’aucun de nos poëtes n’a surpassé.

Avec ces grands avantages, il ne devoit pas s’attendre à des concurrens ; il n’en a peut-être pas encore eu sur notre théatre, pour l’héroïsme ; mais il n’en a pas été de même du côté des succès. Une étude réfléchie des sentimens des hommes, qu’il falloit émouvoir, vint inspirer un nouveau genre à Racine, lorsque Corneille commençoit à vieillir. Ce premier avoit pour ainsi dire rapproché les passions des anciens, des usages de sa nation ; Racine, plus naturel, mit au jour des pieces toutes françoises ; guidé par cet instinct national qui avoit fait applaudir les romances, la cour d’amour, les carrousels, les tournois en l’honneur des dames, les galanteries respectueuses de nos peres ; il donna des tableaux délicats de la vérité de la passion qu’il crut la plus puissante sur l’ame des spectateurs pour lesquels il écrivoit.

Corneille avoit cependant connu ce genre, & sembla ne vouloir pas y donner son attache ; mais M. Racine, né avec la délicatesse des passions, un goût exquis, nourri de la lecture des beaux modeles de la Grece, accommoda la tragédie aux mœurs de son siecle & de son pays. L’élévation de Corneille étoit un monde où beaucoup de gens ne pouvoient arriver. D’ailleurs ce poëte avoit des défauts ; il y avoit chez lui de vieux mots, des discours quelquefois embarrassés, des endroits qui sentoient le déclamateur. Racine eut le talent d’éviter ces petites fautes : toujours élégant, toujours exact, il joignoit le plus grand art au génie, & se servoit quelquefois de l’un pour remplacer l’autre : cherchant moins à élever l’ame qu’à la remuer, il parut plus aimable, plus commode, & plus à la portée de tout spectateur. Corneille est, comme quelqu’un l’a dit, un aigle qui s’éleve au-dessus des nues, qui regarde fixément le soleil, qui se plaît au milieu des éclairs & de la foudre. Racine est une colombe qui gémit dans des bosquets de mirthe, au milieu des roses. Il n’y a personne qui n’aime Racine ; mais il n’est pas accordé à tout le monde d’admirer Corneille autant qu’il le mérite.

L’histoire de la tragédie françoise ne finit point ici ; mais c’est à la postérité qu’il appartiendra de la continuer.

Les Anglois avoient déja un théatre, aussi-bien que les Espagnols, quand les François n’avoient encore que des tréteaux : Shakespear (Guillaume) fleurissoit à-peu-près dans le tems de Lopez de Véga, & mérite bien que nous nous arrêtions sur son caractere, puisqu’il n’a jamais eu de maître, ni d’égal.

Il naquit en 1564, à Stratford dans le comté de Warwick, & mourut en 1616. Il créa le théatre anglois par un génie plein de naturel, de force, & de fécondité, sans aucune connoissance des regles : on trouve dans ce grand génie, le fonds inépuisable d’une imagination pathétique & sublime, fantasque & pitoresque, sombre & gaie, une varieté prodigieuse de caracteres, tous si-bien contrastés, qu’ils ne tiennent pas un seul discours que l’on pût transporter de l’un à l’autre ; talens personnels à Shakespear, & dans lesquels il surpasse tous les poëtes du monde : il y a de si belles scènes, des morceaux si grands & si terribles, repandus dans ses pieces tragiques, d’ailleurs monstrueuses, qu’elles ont toujours été jouées avec le plus grand succès. Il étoit si bien né avec toutes les semences de la poésie, qu’on peut le comparer à la pierre enchâssée dans l’anneau de Pirrhus, qui, à ce que nous dit Pline, représentoit la figure d’Apollon, avec les neuf muses, dans ces veines que la nature y avoit tracées elle-même, sans aucun secours de l’art.

Non-seulement il est le chef des poëtes dramatiques anglois, mais il passe toujours pour le plus excellent ; il n’eut ni modeles ni rivaux, les deux sources de l’émulation, les deux principaux aiguillons du génie. La magnificence ou l’équipage d’un héros ne peut donner à Brutus la majesté qu’il reçoit de quelques lignes de Shakespear ; doué d’une imagination egalement forte & riche, il peint tout ce qu’il voit, & embellit presque tout ce qu’il peint. Dans les tableaux de l’Albane, les amours de la suite de Vénus ne sont pas représentés avec plus de graces, que Shakespear en donne à ceux qui font le cortege de Cléopatre, dans la description de la pompe avec laquelle cette reine se présente à Antoine sur les bords du Cydnus.

Ce qui lui manque, c’est le choix. Quelquefois en lisant ses pieces on est surpris de la sublimité de ce vaste génie, mais il ne laisse pas subsister l’admiration. A des portraits où regnent toute l’élévation & toute la noblesse de Raphaël, succedent de misérables tableaux dignes des peintres de taverne.

Il ne se peut rien de plus intéressant que le monologue de Hamlet, prince de Danemark, dans le troisieme acte de la tragédie de ce nom : on connoit la belle traduction libre que M. de Voltaire a fait de ce morceau.

To be, or not to be ! that is a question, &c.

Demeure, il faut choisir, & passer à l’instant,
De la vie à la mort, ou de l’être au néant.
Dieux cruels, s’il en est, éclairez mon courage ;
Faut-il vieillir courbé sous la main qui m’outrage,
Supporter ou finir mon malheur & mon sort ?
Qui suis-je ? qui m’arrête ? & qu’est-ce que la mort ?
C’est la fin de nos maux, c’est mon unique asyle ;
Après de longs transports c’est un sommeil tranquille ;
On s’endort, & tout meurt, mais un affreux réveil
Doit succéder peut-être aux douceurs du sommeil.
On nous menace ; on dit que cette courte vie,
De tourmens éternels est aussi-tôt suivie.
O mort ! moment fatal ! affreuse éternité,
Tout cœur à ton seul nom se glace épouvanté !
Eh ! qui pourroit sans toi supporter cette vie :
De nos prêtres menteurs bénir l’hypocrisie :
D’une indigne maîtresse encenser les erreurs :
Ramper sous un ministre, adorer ses hauteurs :
Et montrer les langueurs de son ame abattue
A des amis ingrats qui détournent la vue ?
La mort seroit trop douce en ces extrémités,
Mais le scrupule parle & nous crie arrêtez ;
Il défend à nos mains cet heureux homicide,
Et d’un heros guerrier fait un chrétien timide.

L’ombre d’Hamlet paroit, & porte la terreur sur la scène, tant Shakespear possedoit le talent de peindre : c’est par-là qu’il sut toucher le foible supersticieux de l’imagination des hommes de son tems, & réussir en de certains endroits où il n’étoit soutenu que par la seule force de son propre génie. Il y a quelque chose de si bisarre, & avec cela de si grave dans les discours de ses phantômes, de ses fées, de ses sorciers, & de ses autres personnages chimériques, qu’on ne sauroit s’empêcher de les croire naturels, quoique nous n’ayons aucune regle fixe pour en bien juger, & qu’on est contraint d’avouer, que s’il y avoit de tels êtres au monde, il est fort probable qu’ils parleroient & agiroient de la maniere dont il les a représentés. Quant à ses défauts, on les excusera sans doute, si l’on considere que l’esprit humain ne peut de tous côtés franchir les bornes que le ton du siecle, les mœurs & les préjugés opposent à ses efforts.

Les ouvrages dramatiques de ce poëte parurent pour la premiere fois tous ensemble en 1623 in-fol. & depuis Mrs. Rowe, Pope, Théobald, & Warburthon, en ont donné à-l’envi de nouvelles éditions. On doit lire la préface que M. Pope a mise au-devant de la sienne sur le caractere de l’auteur. Elle prouve que ce grand génie, nonobstant tous ses défauts, mérite d’être mis au-dessus de tous les écrivains dramatiques de l’Europe. On peut considérer ses ouvrages, comparés avec d’autres plus polis & plus réguliers, comme un ancien bâtiment majestueux d’architecture gothique, comparé avec un édifice moderne d’une architecture réguliere ; ce dernier est plus élégant, mais le premier a quelque chose de plus grand. Il s’y trouve assez de matériaux pour fournir à plusieurs autres édifices. Il y regne plus de variété, & les appartemens sont bien plus vastes, quoiqu’on y arrive souvent par des passages obscurs, bisarrement ménagés, & désagréables. Enfin tout le corps inspire du respect, quoique plusieurs des parties soient de mauvais goût, mal disposées, & ne répondent pas à sa grandeur.

Il est bon de remarquer qu’en général c’est dans les morceaux détachés que les tragiques anglois ont les plus excellé. Leurs anciennes pieces dépourvues d’ordre, de décence, & de vraissemblance, ont des lueurs étonnantes au milieu de cette nuit. Leur style est trop ampoulé, trop rempli de l’enflure asiatique, mais aussi il faut avouer que les échasses du style figuré sur lesquelles la langue angloise est guindée dans le tragique, élevent l’esprit bien haut, quoique par une marche irréguliere.

Johnson (Benjamin), suivit de près Shakespear, & se montra un des plus illustres dramatiques anglois du dix-septieme siecle. Il naquit à Westminster vers l’an 1575, & eut Cambden pour maître ; mais sa mere qui s’étoit remariée à un maçon, l’obligea de prendre le métier de son beau-pere ; il travailla par indigence aux bâtimens de Lincoln’Inn, avec la truelle à la main & un livre en poche. Le goût de la poésie l’emporta bien-tôt sur l’équerre ; il donna des ouvrages dramatiques, se livra tout-entier au théatre, & Shakespear le protégea.

Il fit représenter, en 1601, une tragédie intitulée la Chute de Séjan. Si l’on m’objecte, dit-il dans sa préface, que ma piece n’est pas un poëme selon les regles du tems, je l’avoue ; il y manque même un chœur convenable, qui est la chose la plus difficile à mettre en œuvre. De plus, il n’est ni nécessaire, ni possible d’observer aujourd’hui la pompe ancienne des poëmes dramatiques, vû le caractere des spectateurs. Si néanmoins, continue-t-il, j’ai rempli les devoirs d’un acteur tragique, tant pour la vérité de l’histoire & la dignité des personnages, que pour la gravité du style, & la force des sentimens, ne m’imputez pas l’omission de ces accessoires, par rapport auxquels (sans vouloir me vanter), je suis mieux en état de donner des regles, que de les négliger faute de les connoître.

En 1608 il mit au jour la Conjuration de Catilina ; je ne parle pas de ses comédies qui lui acquirent beaucoup de gloire. De l’aveu des connoisseurs, Shakespear & Johnson, sont les deux plus grands dramatiques dont l’Angleterre puisse se vanter. Le dernier a donné d’aussi bonnes regles pour perfectionner le théatre que celles de Corneille. Le premier devoit tout au prodigieux génie naturel qu’il avoit ; Johnson devoit beaucoup à son art & à son savoir, il est vrai que l’un & l’autre sont auteurs d’ouvrages indignes d’eux, avec cette différence néanmoins, que dans les mauvaises pieces de Johnson, on ne trouve aucuns vestiges de l’auteur du Renard & du Chimiste, au-lieu que dans les morceaux les plus bisarres de Shakespear, vous trouverez çà & là des traces qui vous font reconnoître leur admirable auteur. Jonhson avoit au-dessus de Shakespear une profonde connoissance des anciens ; & il y puisoit hardiment. Il n’y a guere de poëte ou d’historiens romains des tems de Séjan & de Catilina qu’il n’ait traduit dans les deux tragédies, dont ces deux hommes lui ont fourni le sujet ; mais il s’empare des auteurs en conquérant, & ce qui seroit larcin dans d’autres poëtes, est chez lui victoire & conquête. Il mourut le 16 Août 1637, & fut enterré dans l’abbaye de Westminster ; on mit sur son tombeau cette épitaphe courte, & qui dit tant de choses. O rare Ben Johnson.

Otway (Thomas), né dans la province de Sussex en 1651, mourut en 1685, à l’âge de 34 ans. Il réussit admirablement dans la partie tendre & touchante ; mais il y a quelque chose de trop familier dans les endroits qui auroient dû être soutenus par la dignité de l’expression. Venise sauvée & l’Orpheline, sont ses deux meilleures tragédies. C’est dommage qu’il ait fondé la premiere sur une intrigue si vicieuse, que les plus grands caracteres qu’on y trouve, sont ceux de rébelles & de traitres. Si le héros de sa piece avoit fait paroître autant de belles qualités pour la défense de son pays qu’il en montre pour sa ruine, on n’auroit trop pû l’admirer. On peut dire de lui ce qu’un historien romain dit de Catilina, que sa mort auroit été glorieuse, si pro patriâ sic concidisset. Otway possédoit parfaitement l’art d’exprimer les passions dans le tragique, & de les peindre avec une simplicité naturelle ; il avoit aussi le talent d’exciter quelquefois les plus vives emotions. Mademoiselle Barry, fameuse actrice, qui faisoit le rôle de Monime dans l’Orpheline, ne prononçoit jamais sans verser des larmes ces trois mots : ah, pauvre Castalio ! Enfin Beviledere me trouble, & Monime m’attendrit toujours : ainsi la terreur s’empare de l’ame, & l’art fait couler des pleurs honnêtes.

Congreve (Guillaume), né en Irlande en 1672, & mort à Londres en 1729, fit voir le premier sur le théatre anglois, avec beaucoup d’esprit, toute la correction & la régularité qu’on peut desirer dans le dramatique ; on en trouvera la preuve dans toutes ses pieces, & en particulier dans sa belle tragedie, l’Epouse affligée, the Mourning bride.

Rowe (Nicolas), naquit en Dévonshire en 1673, & mourut à Londres en 1718, à 45 ans, & fut enterré à Westminster, vis-à-vis de Chaucer. Il se fit voir aussi régulier que Congrève dans ses tragédies. Sa premiere piece, l’Ambitieuse belle-mere, mérite toutes sortes de louanges par la pureté de la diction, la justesse des caracteres, & la noblesse des sentimens : mais celle de ses tragédies, dont il faisoit le plus de cas, & qui fut aussi la plus estimée, étoit son Tamerlan. Il regne dans toutes ses pieces un esprit de vertu & d’amour pour la patrie qui font honneur à son cœur ; il saisit en particulier toutes les occasions qui se présentent de faire servir le théatre à inspirer les grands principes de la liberté civile.

Il est tems de parler de l’illustre Addison ; son Caton d’Attique est le plus grand personnage, & sa piece est la plus belle qui soit sur aucun théatre. C’est un chef-d’œuvre pour la régularité, l’élégance, la poésie & l’élévation des sentimens. Il parut à Londres en 1713, & tous les partis quoique divisés & opposés s’accorderent à l’admirer. La reine Anne désira que cette piece lui fût dédiée ; mais l’auteur pour ne manquer ni à son devoir ni à son honneur, l’a mis au jour sans dédicace. M. Dubos en traduisit quelques scènes en françois. L’abbé Salvinien en a donné une traduction complette italienne ; les jésuites anglois de Saint-Omer mirent cette piece en latin, & la firent représenter publiquement par leurs écoliers. M. Sewell, docteur en médecine, & le chevalier Steele l’ont embellie de remarques savantes & pleines de goût.

Tout le caractere de Caton est conforme à l’histoire. Il excite notre admiration pour un romain aussi vertueux qu’intrépide. Il nous attendrit à la vue du mauvais succès de ses nobles efforts pour le soutien de la cause publique. Il accroît notre indignation contre César en ce que la plus éminente vertu se trouve opprimée par un tyran heureux.

Les caracteres particuliers sont distingués les uns des autres par des nuances de couleur différente. Portius & Marcus ont leurs mœurs & leurs tempéramens ; & cette peinture se remarque dans tout le cours de la piece, par l’opposition qui regne dans leurs sentimens, quoiqu’ils soient amis. L’un est calme & de sang froid, l’autre est plein de feu & de vivacité. Ils se proposent tous deux de suivre l’exemple de leur pere ; l’aîné le considere comme le défenseur de la liberté ; le cadet le regarde comme l’ennemi de César ; l’un imite sa sagesse, & l’autre son zele pour Rome.

Le caractere de Juba est neuf ; il prend Caton pour modele, & il s’y trouve encore engagé par son amour pour Marcia ; sa honte lorsque sa passion est découverte, son respect pour l’autorité de Caton, son entretien avec Syphax touchant la supériorité des exercices de l’esprit sur ceux du corps, embellissent encore les traits qui le regardent.

La différence n’est pas moins sensiblement exposée entre les caracteres vicieux. Sempronius & Syphax sont tous deux lâches, traîtres & hypocrites ; mais chacun à leur maniere ; la perfidie du romain & celle de l’africain sont aussi différentes que leur humeur.

Lucius, l’opposé de Sempronius & ami de Caton, est d’un caractere doux, porté à la compassion, sensible aux maux de tous ceux qui souffrent, non par foiblesse, mais parce qu’il est touché des malheurs auxquels il voit sa patrie en proie.

Les deux filles sont animées du même esprit que leur pere ; celle de Caton s’intéresse vivement pour la cause de la vertu ; elle met un frein à une violente passion en réfléchissant à sa naissance ; & par un artifice admirable du poëte, elle montre combien elle estimoit son amant, à l’occasion de sa mort supposée. Cet incident est aussi naturel qu’il étoit nécessaire ; & il fait disparoître ce qu’il y auroit eu dans cette passion de peu convenable à la fille de Caton. D’un autre côté, Lucie d’un caractere doux & tendre, ne peut déguiser ses sentimens, mais après les avoir déclarés, la crainte des conséquences la fait résoudre à attendre le tour que prendront les affaires, avant que de rendre son amant heureux. Voilà le caractere timide & sensible de son pere Lucius ; & en même tems son attachement pour Marcia l’engage aussi avant que l’amitié de Lucius pour Caton.

Dans le dénouement qui est d’un ordre mixte, la vertu malheureuse est abandonnée au hazard & aux dieux ; mais tous les autres personnages vertueux sont récompensés.

Cette tragédie est trop connue pour entrer dans le détail de ses beautés particulieres. Le seul soliloque de Caton, acte V. scène 1, fera toujours l’admiration des philosophes ; il finit ainsi.

Let guilt or fear

Disturb man’s rest : Cato knows neither of em,
Indifferent in his choice to sleep, or die.


« Que le crime ou la crainte troublent le repos de l’homme, Caton ne connoit ni l’une ni l’autre, indifférent dans son choix de dormir ou de mourir ».

Addison nous plait par son bon goût & par ses peintures simples. Lorsque Sempronius dit à Porcius qu’il seroit au comble du bonheur, si Caton son pere vouloit lui accorder sa sœur Marcia, Portius répond, acte I. scène 2 :

Alas ! Sempronius, wouldst thou talk of love
To Marcia whilst her fathers life’s in danger ?
Thou migh’st as well court the pale trembling vestal,
When she beholds the holy flame expiring.


« Quoi Sempronius, voudriez-vous parler d’amour à Marcia, dans le tems que la vie de son pere est menacée ? Vous pourriez aussi-tôt entretenir de votre passion une vestale tremblante & effrayée à la vue du feu sacré prêt à s’éteindre sur l’autel ». Que cette image est belle & bien placée dans la bouche d’un romain ! C’est encore la majesté de la religion qui augmente la noblesse de la pensée. L’idée est neuve, & cependant si simple, qu’il paroît que tout le monde l’auroit trouvée.

Quant à l’intrigue d’amour de cette piece, un de nos beaux génies, grand juge en ces matieres, la condamne en plus d’un endroit. Addison, dit M. de Voltaire, eut la molle complaisance de plier la sévérité de son caractere aux mœurs de son tems, & gâta un chef-d’œuvre pour avoir voulu lui plaire. J’ai cependant bien de la peine à souscrire à cette décision. Il est vrai que M. Addison reproduit sur la scène l’amour, sujet trop ordinaire & usé ; mais il peint un amour digne d’une vierge romaine, un amour chaste & vertueux, fruit de la nature & non d’une imagination déréglée. Toute belle qu’est Porcia, c’est le grand Caton que le jeune prince de Massinisse adore en sa fille.

Les amans sont ici plus tendres & en même tems plus sages que tous ceux qu’on avoit encore introduits sur le théatre. Dans notre siecle corrompu il faut qu’un poëte ait bien du talent pour exciter l’admiration des libertins, & les rendre attentifs à une passion qu’ils n’ont jamais ressentie, ou dont ils n’ont emprunté que le masque.

« Ce chef-d’œuvre dramatique qui a fait tant d’honneur à notre pays & à notre langue (dit Steele), excelle peut-être autant par les passions des amans que par la vertu du héros. Du-moins leur amour qui ne fait que les caracteres du second ordre, est plus héroïque que la grandeur des principaux caracteres de la plûpart des tragédies ». n’en veux pour preuve que la réponse de Juba à Marcie, acte I. scène 5, lorsqu’elle lui reproche avec dignité de l’entretenir de sa passion dans un tems où le bien de la cause commune demandoit qu’il fût occupé d’autres pensées. Replique-t-il comme Pyrrhus à Andromaque ?

Vaincu, chargé de fers, de regrets consumé,
Brûlé de plus de feux que je n’en allumai,
Tant de soins, tant de pleurs, tant d’ardeurs inquietes


Non ; mais en adorant la fille de Caton, il sait que pour être digne d’elle, il doit remplir son devoir. Vos reproches, répond-il à l’instant, sont justes, vertueuse Marcie, je me hâte d’aller joindre nos troupes, &c. Et en effet il la quitte.

Thy reproofs are just'
'Thou virtuous maid ; I’ll hasten to my troops, &c.

Le Caton françois de M. des Champs est au Caton anglois ce qu’est la Phedre de Pradon à la Phedre de Racine. Addison mourut en 1719, âgé de 47 ans, & fut enterré à Westminster. Outre qu’il est un des plus purs écrivains de la Grande-Bretagne, c’est le poëte des sages.

Depuis Congreve & lui, les pieces du théatre anglois sont devenues plus régulieres, les auteurs plus corrects & moins hardis ; cependant les monstres brillans de Shakespear plaisent mille fois plus que la sagesse moderne. Le génie poétique des Anglois, dit M. de Voltaire, ressemble à un arbre touffu planté par la nature, jettant au hazard mille rameaux, & croissant inégalement avec force ; il meurt, si vous voulez le tailler en arbre des jardins de Marly.

C’en est assez sur les illustres poëtes tragiques des deux nations rivales du théatre ; mais comme il importe à ceux qui voudront les imiter, de bien connoitre le but de la tragédie, & de ne pas se méprendre sur le choix des sujets & des personnages qui lui conviennent, ils ne seront pas fâchés de trouver ici là-dessus quelques conseils de M. l’abbé Dubos, parce qu’ils sont propres à éclairer dans cette route épineuse. Nous finirons par discuter avec lui si l’amour est l’essence de la tragédie.

Ce qui nous engage à nous arrêter avec complaisance sur ce genre de poëme auquel préside Melpomène, c’est qu’il affecte bien plus que la comédie. Il est certain que les hommes en général ne sont pas autant émus par l’action théatrale, qu’ils ne sont pas aussi livrés au spectacle durant la représentation des comédies, que durant celles des tragédies. Ceux qui font leur amusement de la poésie dramatique, parlent plus souvent & avec plus d’affection des tragédies que des comédies qu’ils ont vues ; ils savent un plus grand nombre de vers des pieces de Corneille & de Racine, que de celles de Moliere. Enfin le public préfere le rendez-vous qu’on lui donne pour le divertir en le faisant pleurer, à celui qu’on lui présente pour le divertir en le faisant rire.

La tragedie, suivant la signification qu’on donnoit à ce mot, est l’imitation de la vie & des discours des héros sujets par leur élévation aux passions & aux catastrophes, comme à revêtir les vertus les plus sublimes. Le poëte tragique nous fait voir les hommes en proie aux plus grandes agitations. Ce sont des dieux injustes, mais tous puissans, qui demandent qu’on égorge aux piés de leurs autels une jeune princesse innocente. C’est le grand Pompée, le vainqueur de tant de nations & la terreur des rois d’Orient, massacré par de vils esclaves.

Nous ne reconnoissons pas nos amis dans les personnages du poëte tragique ; mais leurs passions sont plus impétueuses ; & comme les lois ne sont pour ces passions qu’un frein très-foible, elles ont bien d’autres suites que les passions des personnages du poëte comique. Ainsi la terreur & la pitié que la peinture des événemens tragiques excite dans notre ame, nous occupent plus que le rire & le mépris que les incidens des comédies produisent en nous.

Le but de la tragédie étant d’exciter la terreur & la compassion, il faut d’abord que le poëte tragique nous fasse voir des personnages également aimables & estimables, & qu’ensuite il nous les représente dans un état malheureux. Commencez par faire estimer ceux pour lesquels vous voulez m’intéresser. Inspirez de la vénération pour les personnages destinés à faire couler mes larmes.

Il est donc nécessaire que les personnages de la tragédie ne méritent point d’être malheureux, ou du moins d’être aussi malheureux qu’ils le sont. Si leurs fautes sont de véritables crimes, il ne faut pas que ces crimes aient été commis volontairement. Œdipe ne seroit plus un principal personnage de tragédie, s’il avoit su dans le tems de son combat, qu’il tiroit l’épée contre son propre pere.

Les malheurs des scélérats sont peu propres à nous toucher ; ils sont un juste supplice dont l’imitation ne sauroit exciter en nous ni terreur, ni compassion véritable. Leur supplice, si nous le voyions réellement, exciteroit bien en nous une compassion machinale ; mais comme l’émotion que les imitations produisent, n’est pas aussi tyrannique que celle que l’objet même exciteroit, l’idée des crimes qu’un personnage de tragédie a commis, nous empêche de sentir pour lui une pareille compassion. Il ne lui arrive rien dans la catastrophe que nous ne lui ayons souhaité plusieurs fois durant le cours de la piece, & nous applaudissons alors au ciel qui justifie enfin sa lenteur à punir.

Il ne faut pas néanmoins défendre d’introduire des personnages scélérats dans la tragédie, pourvu que le principal intérêt de la piece ne tombe point sur eux. Le dessein de ce poeme est bien d’exciter en nous la terreur & la compassion pour quelques-uns de ses personnages, mais non pas pour tous ses personnages. Ainsi le poëte, pour arriver plus certainement à son but, peut bien allumer en nous d’autres passions qui nous préparent à sentir plus vivement encore les deux qui doivent dominer sur la scène tragique, je veux dire la compassion & la terreur. L’indignation que nous concevons contre Narcisse, augmente la compassion & la terreur où nous jettent les malheurs de Britannicus. L’horreur qu’inspire le discours d’Œnone, nous rend plus sensible à la malheureuse destinée de Phèdre.

On peut donc mettre des personnages scélérats sur la scène tragique, ainsi qu’on met des bourreaux dans le tableau qui représente le martyre d’un saint. Mais comme on blâmeroit le peintre qui peindroit aimables des hommes auxquels il fait faire une action odieuse ; de même on blâmeroit le poëte qui donneroit à des personnages scélérats des qualités capables de leur concilier la bienveillance du spectateur. Ce seroit aller contre le grand but de la tragédie, que de peindre le vice en beau, qui doit être de purger les passions en mettant sous nos yeux les égaremens où elles nous conduisent, & les périls dans lesquels elles nous précipitent.

Les poëtes dramatiques dignes d’écrire pour le théatre, ont toujours regardé l’obligation d’inspirer la haine du vice, & l’amour de la vertu, comme la premiere obligation de leur art. Quand je dis que la tragédie doit purger les passions, j’entends parler seulement des passions vicieuses & préjudiciables à la société, & l’on le comprend bien ainsi. Une tragédie qui donneroit du dégoût des passions utiles à la société, telles que sont l’amour de la patrie, l’amour de la gloire, la crainte du deshonneur, &c. seroit aussi vicieuse qu’une tragédie qui rendroit le vice aimable.

Ne faites jamais chausser le cothurne à des hommes inférieurs à plusieurs de ceux avec qui nous vivons, autrement vous seriez aussi blâmable que si vous aviez fait ce que Quintilien appelle, donner le rôle d’Hercule à jouer à un enfant, personam Herculis, & cothurnos aptare infantibus.

Non-seulement il faut que le caractere des principaux personnages soit intéressant, mais il est nécessaire que les accidens qui leur arrivent soient tels qu’ils puissent affliger tragiquement des personnes raisonnables, & jetter dans la crainte un homme courageux. Un prince de quarante ans qu’on nous représente au désespoir, & dans la disposition d’attenter sur lui-même, parce que sa gloire & ses intérêts l’obligent à se séparer d’une femme dont il est amoureux & aimé depuis douze ans, ne nous rend guere compatissans à son malheur ; nous ne saurions le plaindre durant cinq actes.

Les excès des passions où le poëte fait tomber son héros, tout ce qu’il lui fait dire afin de bien persuader les spectateurs que l’intérieur de ce personnage est dans l’agitation la plus affreuse, ne sert qu’à le dégrader davantage. On nous rend le héros indifférent, en voulant rendre l’action intéressante. L’usage de ce qui se passe dans le monde, & l’expérience de nos amis, au défaut de la nôtre, nous apprennent qu’une passion contente s’use tellement en douze années, qu’elle devient une simple habitude. Un héros obligé par sa gloire & par l’intérêt de son autorité, à rompre cette habitude, n’en doit pas être assez affligé pour devenir un personnage tragique ; il cesse d’avoir la dignité requise aux personnages de la tragédie, si son affliction va jusqu’au désespoir. Un tel malheur ne sauroit l’abattre, s’il a un peu de cette fermeté sans laquelle on ne sauroit être, je ne dis pas un héros, mais même un homme vertueux. La gloire, dira-t-on, l’emporte a la fin, & Titus, de qui l’on voit bien que vous voulez parler, renvoie Bérénice chez elle.

Mais ce n’est pas là justifier Titus, c’est faire tort à la réputation qu’il a laissée ; c’est aller contre les lois de la vraissemblance & du pathétique véritable, que de lui donner, même contre le témoignage de l’histoire, un caractere si mou & si efféminé. Aussi quoique Bérénice soit une piece très-méthodique, & parfaitement bien écrite, le public ne la revoit pas avec le même goût qu’il lit Phedre & Andromaque. Racine avoit mal choisi son sujet ; & pour dire plus exactement la vérité, il avoit eu la foiblesse de s’engager à le traiter sur les instances d’une grande princesse.

De ces réflexions sur le rôle peu convenable que Racine fait jouer à Titus, il ne s’ensuit pas que nous proscrivions l’amour de la tragédie. On ne sauroit blâmer les poëtes de choisir pour sujet de leurs imitations les effets des passions qui sont les plus générales, & que tous les hommes ressentent ordinairement. Or de toutes les passions, celle de l’amour est la plus générale ; il n’est presque personne qui n’ait en le malheur de la sentir du-moins une fois en sa vie. C’en est assez pour s’intéresser avec affection aux pieces de ceux qu’elle tyrannise.

Nos poëtes ne pourroient donc être blâmés de donner part à l’amour dans les intrigues de la piece, s’ils le faisoient avec plus de retenue. Mais ils ont poussé trop loin la complaisance pour le goût de leur siecle, ou, pour mieux dire, ils ont eux-mêmes fomenté ce goût avec trop de lâcheté. En renchérissant les uns sur les autres, ils ont fait une ruelle de la scene tragique ; qu’on nous passe le terme !

Racine a mis plus d’amour dans ses pieces que Corneille. Boileau travaillant à réconcilier son ami avec le célebre Arnaud, il lui porta la tragédie de Phedre de la part de l’auteur, & lui en demanda son avis. M. Arnaud, après avoir lu la piece, lui dit : il n’y a rien à reprendre au caractere de Phedre, mais pourquoi a-t-il fait Hippolite amoureux ? Cette critique est la seule peut-être qu’on puisse faire contre la tragédie de Phedre ; & l’auteur qui se l’étoit faite à lui même, se justifioit en disant, qu’auroient pensé les petits-maîtres d’un Hippolite ennemi de toutes les femmes ? Quelles mauvaises plaisanteries n’auroient-ils point jettées sur le fils de Thésée ?

Du-moins Racine connoissoit sa faute ; mais la plûpart de ceux qui sont venus depuis cet aimable poëte, trouvant qu’il étoit plus facile de l’imiter par ses endroits foibles que par les autres, ont encore été plus loin que lui dans la mauvaise route.

Comme le goût de faire mouvoir par l’amour les ressorts de la tragédie, n’a pas été le goût des anciens, il ne sera point peut-être le goût de nos neveux. La postérité pourra donc blâmer l’abus que nos poëtes tragiques ont fait de leur esprit, & les censurer un jour d’avoir donné le caractere de Tircis & de Philene ; d’avoir fait faire toutes choses pour l’amour à des personnages illustres, & qui vivoient dans des siecles où l’idée qu’on avoit du caractere d’un grand homme, n’admettoit pas le mélange de pareilles foiblesses. Elle reprendra nos poëtes d’avoir fait d’une intrigue amoureuse la cause de tous les mouvemens qui arriverent à Rome, quand il s’y forma une conjuration pour le rappel des Tarquins ; comme d’avoir représenté les jeunes gens de ce tems-là si polis, & même si timides devant leurs maîtresses, eux dont les mœurs sont connues suffisamment par le récit que fait Tite-Live des aventures de Lucrece.

Tous ceux qui nous ont peint Brutus, Arminius & d’autres personnages illustres par un courage inflexible, si tendres & si galans, n’ont pas copié la nature dans leurs imitations, & ont oublié la sage leçon qu’a donnée M. Despréaux dans le troisieme chant de l’Art poétique, où il décide si judicieusement qu’il faut conserver à ses personnages leur caractere national :

Gardez donc de donner, ainsi que dans Clélie,
L’air & l’esprit françois à l’antique Italie ;
Et sous le nom romain faisant notre portrait,
Peindre Caton galant & Brutus dameret.

La même raison qui doit engager les poëtes à ne pas introduire l’amour dans toutes leurs tragédies, doit peut-être les engager aussi à choisir leur héros dans des tems éloignés d’une certaine distance du nôtre. Il est plus facile de nous inspirer de la vénération pour des hommes qui ne nous sont connus que par l’histoire, que pour ceux qui ont vécu dans des tems si peu éloignés du nôtre, qu’une tradition encore récente nous instruit exactement des particularités de leur vie. Le poëte tragique, dira-t-on, saura bien supprimer les petitesses capables d’avilir ses héros. Sans doute il n’y manquera pas ; mais l’auditeur s’en souvient ; il les redit lorsque le héros a vécu dans un tems si voisin du sien, que la tradition l’a instruit de ces petitesses.

Il est vrai que les poëtes grecs ont mis sur leur scène des souverains qui venoient de mourir, & quelquefois même des princes vivans ; mais ce n’étoit pas pour en faire des héros. Ils se proposoient de plaire à leur patrie, en rendant odieux le gouvernement d’un seul ; & c’étoit un moyen d’y réussir, que de peindre les rois avec un caractere vicieux. C’est par un motif semblable qu’on a long-tems représenté avec succès sur un théatre voisin du nôtre le fameux siege de Leyde, que les Espagnols firent par les ordres de Philippe II. & qu’ils furent obligés de lever en 1578. Comme Melpomène se plaît à parer ses personnages de couronnes & de sceptres, il arriva dans ces tems d’horreurs & de persécutions, qu’elle choisit dans cette piece dramatique pour sa victime, un prince contre lequel tous les spectateurs étoient révoltés. (Le Chevalier de Jaucourt.)

Tragédie romaine, (Art dram. des Rom.) les romains avoient des tragédies de deux especes. Ils en avoient dont les mœurs & les personnages étoient grecs ; ils les appelloient palliatæ, parce qu’on se servoit des habits des Grecs pour les représenter. Les tragédies dont les mœurs & les personnages étoient romains, s’appelloient prætextatæ, du nom de l’habit que les jeunes personnes de qualité portoient à Rome. Quoiqu’il ne nous soit demeuré qu’une tragédie de cette espece, l’Octavie qui passe sous le nom de Séneque, nous savons néanmoins que les Romains en avoient un grand nombre : telles étoient le Brutus qui chassa les Tarquins, & le Déclus du poëte Attius ; & telle étoit encore le Caton d’Utique de Curiatius Maternus ; mais nous ne savons pas si cette derniere a jamais été jouée. C’est dommage qu’aucune de toutes ces tragédies ne nous soit parvenue. (D. J.)

Tragédie de piété, (Poésie dram. franç.) on apperçoit dans le xij. siecle les premieres traces des représentations du théatre. Un moine nommé Geoffroi, qui fut depuis abbé de saint-Alban en Angleterre, chargé de l’éducation de la jeunesse, leur faisoit représenter avec appareil des especes de tragédies de piété. Les sujets de la premiere piece dramatique furent les miracles de sainte Catherine, ce qui est bien antérieur à nos représentations des mysteres, qui n’ont commencé qu’en 1398, sur un théatre que l’on dressa à Paris à l’hôtel de la Trinité. P. Henault. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tragédie »

Lat. tragœdia, de τραγῳδία, de τράγος, bouc (voy. TRAGIQUE), et ᾠδὴ, chant (voy. ODE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Ca 1300) Du latin tragoedia, du grec ancien τραγῳδία, tragôidía (« tragédie »), de τράγος, trágos (« bouc ») et ᾠδή, ôidế (« chant, poème chanté »). D’où le sens « chant du bouc », désignant le chant rituel qui accompagnait le sacrifice du bouc aux fêtes de Dionysos à l’époque archaïque [1] [2].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tragédie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tragédie traʒedi

Citations contenant le mot « tragédie »

  • La vie est une tragédie pour celui qui sent et une comédie pour celui qui pense. De Jean de La Bruyère
  • Le caleçon est au vaudeville ce que la toge est à la tragédie. De Carlo Rim
  • La tragédie : la collaboration du glaive et du rasoir. De Miguel Zamacoïs
  • L'incertitude est source de beauté et de tragédie dans nos vies. De Salvatore Veca
  • La tragédie est le sérieux de la politique. De André Glucksmann / Le discours de la guerre
  • La comédie est un art. La tragédie une facilité. De Jacques Godbout / L'aquarium
  • Il y a sept ans, le roulement d’un train de marchandises de la Montreal, Maine & Atlantic (MMA) transportant du carburant sans conducteur a provoqué une des pires tragédies du pays à Lac-Mégantic en Estrie. TVA Nouvelles, Déjà sept ans pour la tragédie de Lac-Mégantic | TVA Nouvelles
  • Les familles des victimes ont refusé de participer à cet événement et se retrouveront dix jours plus tard pour marquer le deuxième anniversaire de la tragédie. Le Devoir, Un nouveau pont à Gênes, deux ans après la tragédie | Le Devoir
  • La tragédie est plus vulgaire que la farce. De Louis Scutenaire
  • La tragédie est le lieu où on se tue à nous le dire. De Robert Sabatier
  • Les tragédies des autres sont toujours d'une banalité désespérante. De Oscar Wilde
  • […] C'est reposant, la tragédie, parce qu'on sait qu'il n'y a plus d'espoir, le sale espoir. Jean Anouilh, Antigone, le chœr , La Table Ronde
  • La tragédie n'est pas une solution. Albert Camus, Carnets, Gallimard
  • Il n'est pas élégant d'abuser de la malchance ; certains individus, comme certains peuples, s'y complaisent tant qu'ils déshonorent la tragédie. Émile Michel Cioran, Syllogismes de l'amertume, Gallimard
  • Le sujet d'une belle tragédie doit n'être pas vraisemblable. Pierre Corneille, Héraclius, Au lecteur
  • Les victimes de Racine sont elles-mêmes plus cruelles que les bourreaux de Corneille. Charles Péguy, Victor-Marie, comte Hugo, Gallimard
  • Ce n'est point une nécessité qu'il y ait du sang et des morts dans une tragédie : il suffit […] que tout s'y ressente de cette tristesse majestueuse qui fait tout le plaisir de la tragédie. Jean Racine, Bérénice, Préface
  • La principale règle est de plaire et de toucher. Toutes les autres ne sont faites que pour parvenir à cette première. Jean Racine, Bérénice, Préface
  • Les tragédies des autres sont toujours d'une banalité désespérante. Oscar Fingal O'Flahertie Wills Wilde, Le Portrait de Dorian Gray, 4 The Portrait of Dorian Gray, 4
  • Toutes les tragédies que l’on peut imaginer reviennent à une seule et unique tragédie : l’écoulement du temps. De Simone Weil / Leçons de philosophie
  • La comédie a un grand avantage sur la tragédie : c'est de peindre les caractères ; la tragédie ne peint que les passions. De Stendhal / Journal
  • Les tragédies de l’Histoire révèlent les grands hommes ; mais ce sont les médiocres qui provoquent les tragédies. De Maurice Druon / Quand un roi perd la France. Les rois maudits
  • Dans le passé nous nous sommes créés à travers la comédie de la tragédie humaine, maintenant il se peut que nous nous anéantissions dans la tragédie de la comédie humaine. De Edward Bond / Libération - A quoi pensez-vous ?
  • La tragédie, c’est gratuit. C’est sans espoir. Ce sale espoir qui gâche tout. Enfin, il n’y a plus rien à tenter. C’est pour les rois la tragédie. De Sorj Chalandon / Le quatrième mur
  • La vie est une tragédie Prends-la à bras le corps.
  • Lille (AFP) - Quatre enfants ont été tués mardi dans un accident de la route impliquant leur voiture et quatre autres véhicules sur la RN2 à Laon (Aisne), huit jours après la tragédie qui avait fauché cinq mineurs sur l'A7 dans la Drôme. L'Obs, Aisne: quatre enfants tués dans une nouvelle tragédie routière
  • Pont de Gênes, le retour à la vie #5 - “Malgré la tragédie, la ville de Gênes ne s’est jamais arrêtée” Var-Matin, Pont de Gênes, le retour à la vie #5 - “Malgré la tragédie, la ville de Gênes ne s’est jamais arrêtée” - Var-Matin
  • Près de deux ans jour pour jour après l’effondrement de l’autoroute Morandi, l’Italie inaugure lundi un tout nouveau pont à Gênes – bien que les proches des 43 personnes tuées disent que la pompe et la cérémonie risquent d’éclipser la tragédie. 2051.fr, & # 039; Né de la tragédie & # 039;: l'Italie inaugure un nouveau pont pour remplacer l'autoroute de Gênes effondrée - 2051.fr
  • C’est en 1985, sur les lieux mêmes de cette tragédie, qu’il prononça ces mots : "Ils étaient bien jeunes, ils aimaient la vie, ils l’ont donné pour la Liberté. Amis aveyronnais de nos villes et de nos campagnes, vous avez tout lieu d’être fiers de vos enfants qui ont si fortement marqué l’histoire de notre pays. Ceux qui sont tombés en Aveyron, dans la Nièvre, dans les Vosges, en Alsace étaient des combattants de la paix et aujourd’hui, nous leur devons d’être encore en Paix. Nous avions dans nos rangs, à côté des Français, des Espagnols, des Italiens, des Polonais, des Allemands et des patriotes d’autres nationalités. Tous étaient des victimes pourchassées par le fascisme et l’hitlérisme. ladepeche.fr, Aubin. 76 ans après la tragédie de Gelles, le souvenir est toujours vivace - ladepeche.fr
  • Une nouvelle tragédie routière estivale a frappé lundi soir sur l'A7 neuf membres d'une même famille dont le monospace a pris feu avant d'effectuer une sortie de route dans la Drôme, provoquant la mort de cinq enfants de 3 à 14 ans qui se trouvaient à bord. Les quatre autres passagers, trois adultes et un enfant de 7 ans, ont été transférés à l'hôpital, a indiqué à la presse le procureur de Valence Alex Perrin, précisant que le pronostic vital était engagé pour l'enfant et deux adultes. Toutes les victimes appartiennent à une même famille originaire de Vénissieux, dans la banlieue lyonnaise. , Tragédie sur l'A7 : cinq enfants tués dans un accident de la route
  • Une victime de la tragédie sur le champ de Khodynka, le 18 mai 1896 , Comment le couronnement du dernier tsar a tourné à la tragédie - Russia Beyond FR
  • L’assistance était importante dimanche 2 août en fin de matinée pour la commémoration de la tragédie du 4 août 1944 au pied du monument aux morts attenant à la cathédrale. Ouverte par les sonneurs de la Kevrenn Kastell, la cérémonie s’est voulue poignante et solennelle. En présence de Jean-Paul Vermot, maire de Morlaix, le maire, Stéphane Cloarec a rappelé par le détail les événements tragiques survenus à Saint-Pol le 4 août 1944 et notamment la dernière journée de son prédécesseur, Alain De Guébriant, maire de Saint-Pol, fusillé par les Allemands. Le Telegramme, 4 août 1944 : les enfants associés à l’hommage - Saint-Pol-de-Léon - Le Télégramme
  • Passé totalement inaperçu en mars dernier, le décès de Yuki Llewellyn, survivante du camp d’internement de Manzanar, émeut à nouveau l’Amérique. En 1942, alors que la fillette avait deux ans, sa photo était devenue le symbole de la tragédie des Japonais-Américains pendant la Seconde Guerre mondiale. La Croix, Symbole de la tragédie des Nippo-Américains en 1942, Yuki Llewellyn est morte
  • Un enquêteur sur la tragédie de la station de balnéaire grecque de Mati, où 102 personnes avaient péri dans un incendie le 23 juillet 2018, a subi des pressions pour "enterrer" des preuves, a affirmé ce week-end le quotidien Kathimerini. L'Orient-Le Jour, Tragédie de Mati : l'enquête ''enterrée'', selon la presse - L'Orient-Le Jour
  • Après le drame, l’afflux de réfugiés de la frontière iranienne vers Van s’est poursuivi. Murat Sarısaç, député de Van, issu du Parti démocratique des Peuples (HDP), a déclaré à ce propos : “Les passeurs sont à la frontière et les réfugiés tombent dans le piège de ces réseaux. Ces tragédies sont dues à l’absence d’un statut juridique [pour les réfugiés] en Turquie. Quand ils viennent ici, ils sont contraints de se soumettre à la maltraitance des trafiquants pour ne pas être arrêtés par les forces de l’ordre.” RojInfo, À Van, la tragédie des réfugiés | RojInfo
  • Le 30 juin 1944, après 3 jours d’occupation par un détachement de la trop célèbre Division Das Reich renforcée par des éléments de la Gestapo et de la Milice, 22 Gourdonnais ont été fusillés comme otages au lieu-dit Pont de Nuzéjouls sur la commune de Boissières. À l’occasion du 76e anniversaire de la tragédie, une cérémonie d’hommage s’est déroulée mardi en présence de Laurence Tur, sous-préfète de Figeac assurant l’intérim de la sous-préfecture de Gourdon, Jean-Marie Courtin, maire de Gourdon, Jean-François Valade, adjoint au maire de Boissières, d’adjoints de la municipalité de Gourdon, de représentants des sapeurs-pompiers de Gourdon, de membres des familles des Fusillés et des porte-drapeaux. ladepeche.fr, Gourdon. Commémoration de la tragédie de Boissières - ladepeche.fr
  • «C’est une tragédie nationale», a-t-il écrit. Le Journal de Québec, Fillettes trouvées mortes: «C’est une tragédie nationale» | JDQ
  • « L’idée était de garder une trace positive de la tragédie que l’on a traversée » France 3 Bourgogne-Franche-Comté, VIDEO. «Garder une trace positive de la tragédie» des soignants du CHU de Dijon rendent hommage à leurs patients
  • Pour que les vacances ne riment pas avec tragédie, il faut redoubler de vigilance. , Baignade en Côtes-d'Armor : les bons réflexes pour "éviter la tragédie" | La Presse d'Armor
  • Marie-Laurence a dû réapprendre à vivre à la suite de la tragédie. « À l’hôpital, les médecins m’ont avisé que la petite souffrait d’immaturité neuro sensorielle, confirme la mère. Elle a été suivie en ergothérapie pendant 5 ans. Aujourd’hui, Marie-Laurence va bien. Elle a fait ses études et elle a un travail. Mais, nous avons travaillé fort. » VIVA MÉDIA, Noyade : une tragédie en quelques secondes | VIVA MÉDIA
  • L’expression « tragédie de la culture » ne désigne pas la crise qui contraint aujourd’hui le secteur culturel à s’adapter à une situation économique désastreuse, mais le phénomène auquel serait vouée la culture depuis la Révolution industrielle. Selon le sociologue Georg Simmel¹, la civilisation moderne accumule des biens culturels immuables et impérissables, dont les œuvres d’art font partie. Et demain notre ADN, La perpétuelle tragédie de la culture ? - Et demain notre ADN
  • • La migration explique également la tragédie de l’Équateur, avec une augmentation de la migration vers l’Espagne, entre 600’000 et 800’000, selon Eduardo Gotuzzo. , Amérique du Sud. Covid-19: des tragédies marquées par l'inégalité sociale | A l'encontre
  • La municipalité de Bey en collaboration avec le comité d’entente cantonale ACUF et ACPG de Saint-Martin-en-Bresse ont organisé le 76e anniversaire de la tragédie du 2 juillet 1944 à Bey mais avec les restrictions sanitaires, ce fut en effectif restreint. Autour de Mme le maire de Bey, Catherine Debeaune et du président du comité d’entente, G. Euvrard, on notait la présence de la conseillère départementale, Violaine Gilet, des sénateurs, Marie Mercier et Jérôme Durain, les représentants des associations patriotiques avec les quatre porte-drapeaux qui se sont retrouvés devant le monument aux morts. Après le dépôt de gerbes, M. Euvrard a rappelé les faits de cette journée rendant hommage plus particulièrement à François Guillot et Louis Jannier et permettre de passer le relais aux jeunes générations, tandis que Mme Debeaune a relaté le témoignage de Germaine Guillot, fille de François Guillot, tombé sous les balles ennemies. , Société | 76e anniversaire de la tragédie du 2 juillet 1944 en effectif restreint
  • La tragédie s’est produite le 26 juillet 2020, dans un des bus de l’agence Princesse voyage. Le bus qui a quitté la ville de Yaoundé se rendait à Douala. Et c’est au niveau de la localité de Boumnyebel, que des voisins de siège d’un passager d’une quarantaine d’années, se sont rendus compte qu’il est mort. La dépouille extraite a été saisie pour des besoins d’enquête par la gendarmerie. Les circonstances du décès n’ont pas encore été élucidées.    Actu Cameroun, Tragédie : un homme décède dans un bus de transport en plein voyage
  • Le Brésil a déjà dépassé les 60’000 morts victimes du Covid-19, selon les données officielles. En termes absolus, il s’agit de la plus grande tragédie humanitaire de l’histoire nationale. En quatre mois seulement, nous avons dépassé les 50’000 à 60’000 morts estimés lors de la guerre du Paraguay (1864-1870) et presque multiplié par deux les 35’000 morts de la pandémie de grippe espagnole (1918-1920). Si l’on compare avec les tragédies contemporaines, le nombre de décès au cours de ces quatre mois dépasse celui des décès annuels dus aux crimes violents, ainsi qu’aux accidents de la circulation dans le pays (environ 40’000 par an dans chaque cas). Le nombre quotidien de décès par Covid-19, depuis le mois de mai, a dépassé la moyenne des décès par maladies cardiovasculaires (environ mille par jour) et par cancer (plus de 600 par jour) dans le pays. Et la pandémie est loin d’être maîtrisée ici, et il est tragiquement possible de prédire que des dizaines de milliers de vies supplémentaires seront perdues avant que cela n’arrive. [Le dictateur Jair Bolsonaro a été testé positif au coronavirus, selon l’annonce faite le 7 juillet. Cette infection s’est déclarée quelques jours après qu’il a célébré, le 4 juillet, une réunion à Brasilia avec l’ambassadeur des Etats-Unis, Todd C. Chapman, conjointement à divers ministres de son gouvernement. Suite au 4 juillet, il s’est réuni avec divers industriels tels que le président de Inmetro et le vice-président de NTC&Logistica, et avec le secrétaire spécial à la culture, Mario Frias. – Réd.] , Brésil. La tragédie économique et sociale qui s'impose aux masses populaires | A l'encontre
  • « Comme tous les Québécois, je suis bouleversé, sans mots. Perdre deux enfants, ce qu’on a de plus cher dans la vie, c’est incompréhensible. C’est une tragédie nationale. J’ai une pensée particulière pour la mère de Norah et Romy. Pour tous leurs proches aussi. C’est le Québec entier qui pleure avec vous aujourd’hui », a mentionné monsieur Legault sur les réseaux sociaux. Journal le soir, « Une tragédie nationale » -Legault | journal le soir
  • Un an après la tragédie - le décès accidentel de Bjorg Lambrecht - qui l'avait touchée sur cette même course, la formation Lotto-Soudal a dévoilé son effectif qui prendra le départ du 77e Tour de Pologne (5-9 août). Si John Degenkolb sera le sprinteur de la formation belge, Thomas De Gendt et Tim Wellens seront les principales chances de victoire d’étape et de place au classement général.  Steff Cras, Tomasz Marczynski, Roger Kluge et Jonathan Dibben complètent la composition de la Lotto-Soudal. , Tour de Pologne - Wellens et Degenkolb pour faire gagner Lotto-Soudal
  • ‘’Une tragédie nationale, comme tous les Québécois, je suis bouleversé, sans mots. Perdre deux enfants, ce qu’on a de plus cher dans la vie, c’est incompréhensible. C’est une tragédie nationale”, s’est exprimé le premier ministre François Legault, par le biais des réseau sociaux, saluant les efforts des intervenants et policiers qui sont toujours à la recherche de Martin Carpentier, en fuite depuis quatre jours, dans cette histoire qui touche et ébranle l’ensemble de la province. Vingt55, Drame de Saint-Apollinaire – Une ”tragédie nationale” commente François Legault – Vingt55
  • La dernière tragédie qui a secoué la ville à 100 kilomètres au sud-ouest de Sydney survient sept mois après la perte de 50 maisons dans les feux de brousse dévastateurs de décembre dernier. News 24, Tragédie alors qu'un bébé meurt après avoir été pris au piège dans une maison en feu à Bargo, au sud de Sydney - News 24
  • Longtemps, les Marseillais croiseront du regard la balafre des décombres. Aujourd’hui encore, le Vieux-Port est asymétrique. D’un côté, des maisons héritées de l’arsenal des galères voulu par Louis XIV ; de l’autre, les immeubles élevés par Fernand Pouillon dans les années 1950. La tragédie, visible, s’est pourtant estompée de la mémoire des Marseillais et demeure méconnue à l’échelle nationale, malgré l’historiographie existante. Mediapart, Marseille, 1943: autopsie d’un crime contre les quartiers populaires | Panoramiques | Mediapart
  • Plus de 30 panneaux légendés retracent cette épopée tragique, avec tout d’abord le contexte, la vie dans les vallées d’Auzat et Vicdessos dans les années 1920-1930, puis la nécessité de construire des barrages et des centrales hydroélectriques, les conditions de travail des ouvriers, jusqu’à la tragédie du 24 mars 1939. ladepeche.fr, Tarascon-sur-Ariège. La construction du barrage d’Izourt, une tragique épopée - ladepeche.fr
  • Cette succession de visions cauchemardesques, instantanés glaçants de la tragédie nucléaire d'Hiroshima, ouvre Pluie Noire, chef-d’œuvre de Shōhei Imamura réalisé entre deux Palmes d'or (La Ballade de Narayama en 1983, et L'Anguille en 1997), qui glanera au Festival de Cannes 1989 le grand prix de la Commission supérieure technique. Les Inrockuptibles, Entre vision d'horreur et beauté fugace : pourquoi il faut aller voir “Pluie Noire”, le bouleversant chef-d’œuvre d'Imamura
  • Aux alentours de 15 heures, sur la RN2, une tragédie épouvantable s’était produite. Une voiture avec cinq passagers a été percutée par un camion, avant de prendre littéralement feu. amomama.fr, Accident sur la RN2, la famille des victimes en deuil : les mots du père de 3 des enfants
  • On se doutait que la tragédie de Sophocle décapée au Kärcher psychanalytique par Hofmannsthal inspirerait Patrice Chéreau, lui dont le travail n'aime rien tant qu'exacerber la violence des sentiments. Sa mise en scène, illustrative, reste fidèle à l'esprit du livret plus qu'elle ne lui obéit. En phase avec notre époque éprise de paradoxe, elle se plaît à ne rien cacher tout en suscitant l'interrogation. Les assassinats de Clytemnestre puis d'Egisthe ont lieu sous nos yeux. A la fin de l'opéra, Elektra ne meurt pas, ou du moins ne semble pas mourir, mais reste assise, les yeux grands ouvertes, comme pétrifiée. De joie ? D'horreur ? De douleur ? Peu importe. Ces quelques libertés prises avec un synopsis qui laisse peu de place à l'implicite relèvent de l'anecdote. L'essentiel est ailleurs, dans l'étude du geste réglé sur les mots et la musique jusqu'à ne former qu'un, dans la sculpture du mouvement qui fait du drame lyrique de Richard Strauss un vaste ballet mortifère. La force de ce travail tient à la manière dont il est entrepris, non pas indépendamment des interprètes mais en intégrant leur personnalité à la composition afin que rien ne semble artificiel. , Elektra (streaming) - Aix-en-Provence - Critique | Forum Opéra
  • Témoin vivant du jour d’après, Maradji a usé des moyens du bord pour immortaliser les lendemains douloureux de la tragédie. Telquel.ma, La nuit où Agadir trembla - Telquel.ma
  • La récente tragédie des Harragas algériens, les migrants clandestins, qui ont débarqué massivement sur les côtes espagnoles a relancé de nouveau la polémique sur le risque migratoire algérien sur l’Europe. Un risque concret et démontré dans un rapport secret établi par le Quai d’Orsay en 2019 lorsque des analystes français ont planché sur les dangers encourus par la France et l’Union Européenne au cas où l’Algérie s’effondrerait dans une profonde crise politique et sécuritaire. Maghreb Intelligence, Exclusif. 15 millions d’Algériens pourraient venir se réfugier en Europe au cas où… – Maghreb Intelligence
  • Ajax, Achille, Antigone, Electre, tels sont quelques héros récurrents de la tragédie grecque. Grâce aux émissions de France Culture, révisez vos connaissances sur les Atrides - et la Guerre de Troie - de Sophocle à Eschyle, sans oublier Homère, dont les poèmes sont la source de toute tragédie. France Culture, Histoire de la naissance de la tragédie comme genre théâtral
  • La tragédie s’est produite alors que les Iraniens se préparaient à d’éventuelles représailles américaines pour leurs frappes de missiles balistiques sur des bases militaires américaines en Irak. Ces frappes avaient été lancées dans une démonstration de force et en réponse à l’assassinat par les États-Unis du général iranien Qasem Soleimani quelques jours plus tôt. News 24, L'Iran paiera une indemnité pour la chute d'un avion ukrainien et si Téhéran cale, Kiev intentera une action en justice - News 24
  • Trois autres tragédies ont eu lieu mi-juillet. Le jeudi 9, un adolescent de 15 ans s’est noyé à Chelles, dans le lac de Vaires.  , Seine-et-Marne : un jeune de 17 ans meurt noyé quai de la Gourdine à Lagny | La Marne
  • "Phédre", "Bérénice", "Andromaque" ou même une version d'"Iphigénie" enregistrée au début du mois de mars dernier... par les acteurs de la Comédie-Française, six grandes tragédies classiques de Jean Racine. France Culture, 6 tragédies de Jean Racine à écouter
  • Depuis ses origines antiques, la tragédie est le lieu où se rejoignent deux modes, le dramatique et le lyrique. La gestion de l'équilibre entre ces deux modes est même souvent un critère de description de l'évolution historique du genre tragique. Mais si la définition du mode dramatique est relativement claire, celle du mode lyrique est beaucoup plus floue, et particulièrement pour des œuvres appartenant au xviie siècle, bien avant l'apparition de la triade romantique des genres littéraires. Or, pour établir une définition précise de ce que peut être un passage « lyrique » dans une tragédie, et donc un corpus de textes sur lesquels mener ensuite une étude formelle approfondie, les études génériques ne peuvent se passer des outils de la linguistique et de la pragmatique modernes, dans ce qu'elles apportent à l'analyse rhétorique de l'œuvre littéraire. En effet, alors que le genre de la poésie lyrique évolue, et que l'acception même du terme de « lyrisme » change en fonction des époques considérées, c'est une étude des actes de langage et du système d'énonciation qui permet de dégager des points communs et constants, dans l'usage qu'ils font du langage, entre certains passages de tragédie et la poésie lyrique du xviie siècle. La présente étude cherchera alors à montrer dans quelles bornes on peut définir la spécificité d'une énonciation lyrique dans la tragédie, à travers un corpus qui s'attache au premier xviie siècle, période particulièrement riche pour qui s'intéresse à la formation de la tragédie classique. Il s'agit donc ici de donner un exemple de la pertinence des outils de la linguistique de l'énonciation et de la pragmatique pour une étude qui cherche à conjuguer poétique des genres et histoire littéraire ; la linguistique permet ici de dégager un objet pour l'histoire des formes littéraires.[1] , Fabula, Atelier littéraire : Enonciation lyrique dans la tragedie
  • La tragédie de Verayon, qui n’a fait l’objet d’aucune publication historique ou documentée à ce jour, a été commémorée au cimetière par le maire Gil Thomas. Le Messager, Cervens : Verayon, une tragédie méconnue qui a coûté la vie à deux habitants - Le Messager
  • Au Kenya, la tragédie touche aussi les adolescentes, encore plus nombreuses qu'auparavant à tomber enceintes. En raison du confinement, certaines jeunes filles ont dû vendre leur corps pour survivre et d'autres, obligées de rester chez elles en raison de la fermeture des écoles, ont eu des relations sexuelles plus fréquentes. , Virus: nouvelles restrictions en Australie, les Philippines reconfinent
  •   Je partirai d'une date qui marque une rupture dans l'histoire de la littérature : 1667. Cette année-là a en effet lieu la première représentation d'une pièce qui instaure une nouvelle conception de la tragédie, Andromaque, de Jean Racine. Jean Racine est alors un jeune auteur qui s'est jusque là situé dans l'héritage de Pierre Corneille et de ce que l'on appelle la tragédie héroïque. La tragédie héroïque consiste à mettre en scène des personnages hors du commun, mus par l'ambition et l'affirmation de leur puissance. Dans ce type de tragédie, le personnage est souvent confronté à un dilemme qui oppose généralement le pouvoir ou l'honneur et l'amour. L'exemple le plus frappant de ce type de dilemme est donné par le Cid, initialement une tragi-comédie que Corneille remaniera par la suite pour la faire correspondre aux nouveaux critères qui sont ceux de la tragédie. Dans la conception qui est celle de Corneille, l'amour est subordonné à « quelque grand intérêt d'état, ou quelque passion plus noble et plus mâle que l'amour, telles que sont l'ambition ou la vengeance ». La tragédie héroïque a comme caractéristique de ne pas forcément se terminer mal et dans tous les cas d'être l'occasion pour le protagoniste d'affirmer sa puissance face au destin. Avec Andromaque, cette définition s'inverse : les personnages sont mus par la passion amoureuse qui prend le pas sur l'honneur ou l'intérêt d'Etat et amène la quasi-totalité des personnages à leur perte. Ce schéma va se reproduire à peu de choses près dans la plupart des grandes tragédies que Racine écrira par la suite. Lucien Goldmann, dans un ouvrage resté fameux, Le Dieu caché, a mis en regard ce schéma de la tragédie racinienne avec l'idéologie janséniste de son auteur, la rapprochant ainsi de l’œuvre de Blaise Pascal. Pour Racine comme pour Pascal, l'être humain est une créature misérable qui, sans le secours de Dieu, est vouée au désespoir et à la mort. Dans les tragédies de Racine, il existe un ordre supérieur voulu par Dieu, invisible aux yeux de la plupart des personnages, ordre fait d'abnégation et de renoncement, conformément à la morale janséniste, et qui, si on ne le suit pas, ne peut conduire qu'à la folie ou à la mort. Il y a évidemment une traduction politique à cette angoisse métaphysique. Racine comme Pascal s'opposent aussi bien en terme de génération qu'en terme d'idéologie à leurs célèbres devanciers, Corneille et Descartes. Corneille et Descartes sont les représentants d'un monde antérieur à la monarchie absolue où s'affirme la toute puissance de l'individu, corrélatif au développement économique de la classe bourgeoise. Pascal comme Racine pressent pour l'un, constate pour l'autre, le renoncement nécessaire de l'individu à l'affirmation de sa puissance pour céder sa place à la raison d'Etat incarnée dans la personne du roi-soleil que devient Louis XIV à partir de 1660. Or, alors que pour Corneille cette raison d'état est envisagée sous son aspect positif, c'est elle en effet qui résout la contradiction présente dans la pièce le Cid en décrétant que Chimène épousera Rodrigue (même schéma dans Cinna où le dilemme du futur empereur Auguste entre condamner à mort des êtres qui lui sont chers et apparaître comme un souverain faible est résolu par l'utilisation politique de la clémence), elle est vécue par Racine comme une fatalité tragique, c'est elle en effet qui contraint Titus à se séparer à jamais de Bérénice dans la pièce éponyme. Club de Mediapart, La Macronie, entre farce et tragédie | Le Club de Mediapart
  • C’est un drame conjugal qui est plus de l’ordre de la tragédie, car toute une dimension politique et sociale entre en jeu. Cette pièce a des résonances actuelles. ladepeche.fr, Toulouse. Othello : «Drame conjugal et tragédie» - ladepeche.fr
  • Vingt-cinq décès à l’Ehpad de Thise, dans le Doubs ; vingt-et-un à Cornimont dans les Vosges… Les premières informations sur les morts dans les établissements pour personnes âgés dépendantes, glanées localement depuis deux semaines, faisaient craindre le pire. La situation échappait toutefois au funeste décompte quotidien du professeur Salomon. L’administration a enfin commencé, hier, par mettre des mots et des chiffres sur ce drame. Ils concernent le Grand Est, où le virus a touché les deux-tiers des 620 établissements. 570 personnes âgées sont décédées. Cette guerre-là, contrairement à celle menée dans les hôpitaux, se déroule à huis clos. Les personnels sont les seuls autorisés, avec ceux des pompes funèbres, à pénétrer à l’intérieur des Ehpad, l’estomac noué par la crainte d’y faire entrer le virus. À Corbas, dans le Rhône, ils ont décidé de rester confinés 24 h sur 24 pour limiter les risques. Un autre Ehpad épargné par l’épidémie a posté une vidéo bouleversante de ses résidents donnant des nouvelles à leurs proches. Ailleurs, des familles inquiètes se postent sous les fenêtres pour tenter d’apercevoir leurs anciens. Des pensionnaires consignés dans leurs chambres, seuls face à leurs souvenirs et leurs angoisses, guettant le passage des soignants et aides-soignants, ces autres héros anonymes de la crise sanitaire qui viennent leur lire les courriers adressés par leurs enfants et petits-enfants. S’ils décèdent à leur tour, ce sera sans les avoir revus une dernière fois. L’État a annoncé hier des mesures d’urgence pour les établissements. Il était plus que temps. Les commandes de masques, dans de nombreux Ehpad, sont restées lettre morte. Ce sont désormais des housses mortuaires qu’il faut se procurer en toute hâte. Quand le cauchemar sera fini, il faudra faire la chronique de cette tragédie nationale, et surtout prendre le temps d’écouter, d’accompagner les personnes âgées, les familles, les personnels anéantis par ce tsunami. , Edito | Tragédie à huis clos
  • Nouvelle tragédie au sein de la dynastie politique la plus célèbre des Etats-Unis. Maeve Kennedy McKean, 40 ans, et son fils Gideon, 8 ans, ne sont pas revenus jeudi d'une sortie dans la baie de Chesapeake, a expliqué Larry Hogan, le gouverneur de cet Etat voisin de Washington, en annonçant la "mauvaise nouvelle" lors d'un point-presse. Après plus d'une journée de recherches qui n'ont pas permis de les retrouver, ils sont désormais présumés morts, ont annoncé leurs proches. ladepeche.fr, Nouvelle tragédie chez les Kennedy : la petite-nièce de JFK et son fils disparus et présumés morts - ladepeche.fr
  • Or, les enseignements de l’économie comportementale appellent à la vigilance face à ce qui pourrait devenir une nouvelle « tragédie des communs » dans le domaine sanitaire si les efforts de chacun se relâchaient trop rapidement. Toutefois, ils apportent aussi un éclairage sur la façon dont il est possible de maintenir un niveau élevé de coopération dans l’intérêt de la santé de tous. The Conversation, Déconfinement : échappera-t-on à la « tragédie des communs » ?
  • « Comme les événements actuels le soulignent si dramatiquement, il reste tant à faire en tant que pays et en tant que ligue. Ces tragédies renseignent l’engagement de la NFL et nos efforts en continu », a-t-il poursuivi. Le Journal de Montréal, La NFL prend la parole dans la tragédie | JDM
  • Émilie Gruat a appris le grec ancien à l’école, et c’est dans une version bilingue qu’elle a relu cet été « Les Perses » d’Eschyle, tentée par l’adaptation d’une tragédie, « ce qui ne m’était pas arrivé depuis longtemps », dit-elle. Ce sera chose faite à partir de jeudi 13 février au Théâtre du Jour. SudOuest.fr, Une tragédie bien enlevée au Théâtre du Jour à Agen
  • Sans argent, sans logement, sans vivres. Depuis le 25 mars, des millions de migrants indiens sont bloqués dans les grandes villes, comme New Delhi, la capitale, victimes du confinement général ordonné par le premier ministre, Narendra Modi. En quelques heures, ces journaliers, employés dans le secteur informel, ont tout perdu : leur travail, leurs moyens de subsistance et souvent leur logement. Les mégapoles sont devenues des prisons à ciel ouvert. Impossible pour eux de regagner leur village d’origine où leur famille les attend. Le gouvernement a cloué au sol les bus, les trains et les avions. Affamés, désespérés, des milliers d’hommes, de femmes, d’enfants, ont pris la route à pied, à vélo ou en rickshaw pour rejoindre leur village situé parfois à des centaines de kilomètres. Beaucoup ont péri, d’épuisement ou de déshydratation, fauchés par des voitures ou écrasés par des trains. Chaque jour, la presse se fait l’écho d’accidents mortels qui soulignent la tragédie des migrants en Inde. Le Monde.fr, En Inde, l’interminable tragédie des travailleurs migrants, victimes du confinement
  • Plus de 12 700 résidants sont morts du Covid-19. « Le Monde » a enquêté sur les dessous de cette tragédie, résultat d’un manque de masques et de tests disponibles. Le Monde.fr, « On a vécu une tragédie » : pourquoi les Ehpad payent un si lourd tribut à l’épidémie due au coronavirus
  • Vu du pont , qui fut adapté au cinéma par Sidney Lumet, met en scène une famille de dockers d’origine italienne vivant dans le Brooklyn populaire des années cinquante. Le couple, constitué d’Eddie et Béatrice héberge une nièce orpheline, Catherine, dont Eddie est secrètement amoureux. Le drame va éclater lorsque deux cousins, fuyant la misère en Sicile, débarquent clandestinement. Car Catherine va tomber amoureuse de l’un d’eux, Rodolpho. L’histoire est racontée par Alfieri, un vieil avocat témoin de cette histoire, qui tient en quelque sorte le rôle du coryphée, le chef de chœur des tragédies antiques. , Mulhouse | [Vidéo] « Vu du pont », tragédie chez les dockers au Théâtre Poche-Ruelle
  • Dans le monde, une femme meurt toutes les 9 minutes des suites d’un avortement clandestin. Une tragédie à bas bruit pourtant évitable en légalisant l’IVG et en faisant confiance aux femmes. Le HuffPost, L'accès à l'avortement régresse, parfois jusqu'à la tragédie | Le HuffPost
  • Une tragédie humaine se prépare sous nos yeux, et pourtant, rien ne semble pouvoir empêcher le Sud de rejoindre le camp d’une modernité imposée par un Nord aveuglé. Les acteurs de Bollywood font des dons, les stars du cricket redoublent de patriotisme, les confinés télétravaillent, s’échangent des vidéos sur WhatsApp et tuent l’ennui devant les séries globales et formatées de Netflix. Le Monde.fr, Coronavirus : « Une tragédie se prépare et rien ne semble empêcher le Sud de rejoindre une modernité imposée par un Nord aveuglé »
  • Chantiers, usines, hôtels… à l’arrêt, ils se sont brutalement retrouvés sans revenus, incapables de payer leur logement quand ils en avaient un. Sans attendre, ils ont empaqueté leurs affaires et tenté de regagner leur village, parfois situé à plusieurs centaines de kilomètres de distance, au risque d’importer le virus dans les régions rurales, jusque-là préservées de l’épidémie et où vivent de nombreuses personnes âgées. Plusieurs sont morts en route d’épuisement. La crise sanitaire en Inde s’est transformée en tragédie humanitaire. Le Monde.fr, Covid-19 : En Inde, la tragédie des migrants « invisibles »
  • C'est le propre des oracles de s'accomplir quels que soient les stratagèmes mis en place pour les déjouer. Au contraire, notait le philosophe Clément Rosset, les stratégies d'évitement ne font que favoriser l'accomplissement de l'oracle. Et Œdipe de s'étonner pourtant lorsque la prédiction s'accomplit. Zeus lui avait annoncé qu'il tuerait son père et épouserait sa mère. Et Jocaste de s'étonner lorsque l'identité véritable d'Œdipe est révélée: ce même Dieu, par le biais de son facteur, le devin, avait prédit à son mari qu'il serait tué par son fils. Il n'y a pas d'issue alternative au destin, voici pourquoi "Œdipe Roi" de Sophocle est une tragédie et pas un simple drame. Pauvre Œdipe. rts.ch, "Œdipe Roi", la tragédie en version techno pop chantée par Sandor - rts.ch - Spectacles
  • La cérémonie commémorative du 76e anniversaire de la tragédie de Donadieu-Gabaudet s’est déroulée ce dimanche 7 juin dans des conditions particulières. Le public n’a pas été invité à participer à la célébration. Seules les autorités étaient donc présentes autour de la stèle érigée en mémoire des victimes de la division Das Reich qui, le 8 juin 1944, a commis des atrocités dans ce hameau. ladepeche.fr, Gramat. Tragédie de Donnadieu-Gabaudet : une cérémonie particulière - ladepeche.fr
  • "C'est une tragédie pour le peuple de Hong Kong, pour la Chine, et pour le monde entier", a-t-il ajouté. Le Point, Trump dénonce la "tragédie" de Honk Kong, restreint l'entrée d'étudiants chinois - Le Point
  • En voyage, leur père s’entourait généralement des mêmes groupes d’amis, tous passionnés de motoneige ou de moto. «Ils allaient là-bas vivre leur rêve, une fois par an, jusqu’à cette tragédie», souligne l’athlète professionnel.    Le Journal de Québec, Drame au Lac-Saint-Jean: les visages de la tragédie | JDQ
  • Construit à la manière d’une enquête dont tout suspens est désamorcé dès les premières pages, et se concentre sur l’implacable engrenage de la tragédie ce qui se construit au fil du récit. Un naufrage en altitude que l’auteur détaille dans un ovni littéraire qu’il est difficile de quitter, malgré la charge émotionnelle qui s’alourdit au fil des chapitres. , Chamonix-Mont-Blanc | "Tragédie à l’Everest", la puissance d’un récit tragique

Images d'illustration du mot « tragédie »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tragédie »

Langue Traduction
Anglais tragedy
Espagnol tragedia
Italien tragedia
Allemand tragödie
Chinois 悲剧
Arabe مأساة
Portugais tragédia
Russe трагедия
Japonais 悲劇
Basque tragedia
Corse tragedia
Source : Google Translate API

Synonymes de « tragédie »

Source : synonymes de tragédie sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « tragédie »

Partager