La langue française

Assentir

Définitions du mot « assentir »

Trésor de la Langue Française informatisé

ASSENTIR1, verbe intrans.

Vx, didact. Assentir à.Donner son assentiment à. Assentir à un acte, assentir à une vérité démontrée (Ac. 1798-1835).
PRONONC. ET ORTH. : [asɑ ̃ti:ʀ]. Besch. 1845 consacre une vedette à l'anc. forme assenter. Noter qu'il regroupe sous une seule vedette le sens de acquiescer et le terme de vénerie.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1174 pronom. « s'accorder, consentir » (G. de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. Hippeau, 448 ds T.-L. : a ço s'asentent tuit); 1209 trans. indir. « acquiescer, consentir » (Reclus de Molliens, Miserere, éd. van Hamel, 66, 10, ibid. : vous devés bien assentir A me ravine et consentir) − 1611, Cotgr.; considéré comme inusité dep. Ac. 1798 : Assentir [...] Il est didactique et de peu d'usage; il ne s'emploie guère que dans la Jurisprudence : Assentir à un acte, ou en Philosophie : Assentir à une vérité démontrée. Empr. du lat. assentire « approuver » (Plaute, Amph., 824 ds TLL s.v., 855, 58).
BBG. − Jal 1848.

ASSENTIR2, verbe intrans.

VÉN. [En parlant du chien de chasse] Reconnaître la voie des animaux à leur odeur. Assentir du cerf, du chevreuil (Lar. 19e).
DÉR.
Assentement, subst. masc.Odeur qui frappe le nez du chien de chasse et le fait se rabattre sur les voies de la bête. Synon. vx assentiment(cf. ce mot pour étymol.).
PRONONC. ET ORTH. − Assentement. Dernière transcr. ds DG : à-sant'-man. Lar. 19esignale : ,,On dit quelquefois assentiment.``
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Fin xiies. « toucher, atteindre » (Aliscans, éd. Guessard et A. de Montaiglon, 148 ds T.-L. : Par maintes fois ont paiens asentis Dedens Espaigne a Saint Marc de Venis) − xiiies., Conq. de Jerus., 8060, Hippeau ds Gdf.; 2. vers 1200 « sentir, ressentir » (Aye d'Avignon, 514, Meyer ds Gdf. : Et Garniers de Nantuel a la bone pensee Qui avait du gloton asenti la colee) − seulement au xiiies.; fin xiies. trans. vén. « sentir en flairant » (Gar. Le Loh., 3echans., III ds Gdf. Compl. : Or voit li pors la ne porra garir, Car les chiens a moult verais assentis); d'où xives. intrans. id. « reconnaître la voie » (Modus, ms. Chantilly 1560, fo8b, ibid. : Les chiens assentent en la fiente du cerf que il devoient chacier). Dér. de sentir* au sens de « percevoir (une odeur) »; préf. a-1*. Rem. On a l'impression qu'en a.fr. il y a eu deux verbes, le premier composé de sentir « percevoir avec les sens ou l'intelligence » (d'où les sens groupés sous le sens 2); et un second verbe, contaminé par assener « se diriger vers, atteindre », par l'intermédiaire des subst. sens et sen, dont l'interférence sém. est constante − et à ce second verbe se rattacherait le sens noté sous 1.
BBG. − Baudr. Chasses 1834 (s.v. assentiment). − Bise (G.). Gloss du fr. région. parlé dans la Haute-Broye fribourgeoise. Archivum romanicum 1939, t. 23, p. 292. − Mots rares 1965 (et s.v. assentiment). − Remig. 1963.

Wiktionnaire

Verbe

assentir \a.sɑ̃.tiʁ\ (transitif indirect) 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. (Rare) (Désuet) Donner son assentiment.
    • Musulmans, juifs et chrétiens ne peuvent qu’assentir à ce même dessein divin ! — (Maurice Borrmans, « Foi chrétienne et versets coraniques » dans la revue Études, juillet-août 2003)

Verbe

assentir \Prononciation ?\ 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Approuver, donner son accord.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ASSENTIR (a-san-tir), j'assens, j'assentais, j'assentis, j'assentirai, que j'assente, assentant v. n.
  • Donner son assentiment. Assentir à un acte, à une proposition.

    Vieilli.

HISTORIQUE

XIIe s. Novele mort lor convient asentir, Roncisv. p. 60. À cestui conseil sont li plus d'eus assentis, Sax. XXVI. Dunc descendi la dame, et parlad sagement à tut le pople, et li poples asentit à son cunseil, Rois, 200.

XIIIe s. Et que [ils] firent Tybert avec aus [eux] assentir, Berte, 63. Et Pepins la requiert, por Dieu, qu'[elle] à lui s'assente, ib. 111. Chascuns la tient à bele, n'est nus ne s'i assente, ib. 10. Tant lui proia la dame que li rois s'assenti à ce qu'ele i voïst [allât], ib. 71. Or sachiés bien que nous ne nos assentirons à nul conseil que…, H. de Valenciennes, 18. Et disent coment ce seroit assenti, Chr. de Rains, 124. Puis qu'on s'i sera assentis, il ne lor loira pas à eus repentir, Beaumanoir, XV, 4.

XVe s. Chascun s'assentit à ce conseil, Froissart, I, I, 254.

XVIe s. À la proposition du roy assentirent universellement tous ceux qui furent appelez à ce conseil, Du Bellay, M. 301.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « assentir »

Emprunté au latin assentire (« approuver »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Assentire, de ad et sentire (voy. SENTIR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « assentir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
assentir asɑ̃tir

Évolution historique de l’usage du mot « assentir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « assentir »

  • Père Aubry : Votre question me permet de préciser d’emblée un point important. Dans le travail que je propose au lecteur, je m’efforce de distinguer nettement deux actes intérieurs ou spirituels, l’obéissance et l’assentiment. L’alternative est si importante, dans mon travail, qu’elle constitue le titre de l’ouvrage (« Obéir ou assentir ? ») en même temps que la problématique principale. L’alternative est la suivante : face à une doctrine proposée par le magistère, la juste attitude de la part du fidèle est-elle d’obéir ou d’assentir ? Classiquement, l’obéissance désigne un acte de la volonté, tandis que l’assentiment relève de l’intelligence. La problématique est donc : le magistère, quand il propose une doctrine, requiert-il de la part du fidèle une obéissance, comme si son enseignement était un ordre, un commandement ; ou bien une adhésion intellectuelle, devant la manifestation d’une vérité ? Tout au long de mon travail, je m’efforce de prouver que le magistère a pour mission d’enseigner la vérité et qu’en retour il attend du fidèle une adhésion de l’intelligence. Cette distinction se fonde, entre autre, sur le fait que la fonction magistérielle de l’Église est distincte de son pouvoir de juridiction, par lequel l’Église guide les fidèles. Dans cette perspective, l’expression « obéissance au magistère infaillible » s’oppose à la thèse que je défends. De mon point de vue, il faudrait dire : « adhésion au magistère infaillible ». Le Rouge & le Noir, Obéir ou assentir ? Entretien avec le père Aubry sur l'assentiment au magistère | Le R&N
  • Sur la fiscalité, l'économie, le régalien, il introduit, réforme après réforme, une multitude de coins dans l'électorat de droite. Et on imagine mal les électeurs de droite se priver du plaisir d'assentir à des mesures qu'ils appellent de leurs voeux depuis plusieurs années, et qu'ils avaient d'ailleurs attendues de Nicolas Sarkozy puis de François Fillon. Les Echos, Pascal Perrineau : « Ce qui fait surtout la force de Macron, c'est la faiblesse incroyable de ses adversaires » | Les Echos
  • Nous devons travailler afin d’assentir leur façon d’être au monde non pas pour discuter des anciens sages comme on discute de pièces de musée, mais pour vivre au plus près ce qu’ils ont vécus, car l’Homme est l’Homme et Dieu est Dieu peu importe les époques, c’est un impératif si nous ne voulons pas faire de l’islam un vernis d’aspect pittoresque sur une construction de métal. Mizane info, Réflexions sur l'identité musulmane
  • 5Si nous ne pouvons qu’assentir aux thèses exposées, plusieurs points n’en demeurent pas moins problématiques. Le premier est une tendance à la polémique inutile, en particulier avec les archéologues. Fl. Dupont critique en effet, à plusieurs reprises, ceux qui s’acharnent à lire un fond de vérité dans les légendes de fondation de Rome, notamment les historiens et les archéologues (p. 18‑20, p. 24‑25 ou encore p. 92). Les personnes visées sont en particulier l’archéologue italien A. Carandini, son principal passeur en France A. Grandazzi et, au travers d’eux, leurs interprétations des fouilles conduites ces dernières décennies sur le Palatin, à Rome, qui ont mis au jour une muraille particulièrement ancienne et ce qui est présenté comme la grotte des Lupercales. Exploitant habilement l’impact médiatique de ces travaux3, ils se sont acquis une posture hégémonique sur ce champ de recherche. Toutefois, en se contentant de dénoncer, à juste titre, le caractère souvent fallacieux de cette approche, Fl. Dupont laisse accroire qu’elle est la seule existante, ce qui est faux : les fouilles archéologiques en cours à Rome et leurs interprétations font l’objet d’âpres discussions qui ne méritent pas cette caricature4. Ce faisant, elle laisse de côté un ensemble considérable de travaux qui apporteraient des éléments pertinents à son propos, en particulier le fort courant d’étude sur la mobilité des personnes et la constitution des peuples italiques. À ce titre et sans avoir besoin d’interpréter la tradition de l’asylum romuléen comme la trace métaphorique et symbolique d’une réalité archaïque, la Rome des premiers temps y apparaît effectivement comme une société ouverte, ce qui pouvait fournir des pistes d’explications quant à la façon dont l’octroi de la citoyenneté et la notion d’identité s’y développèrent par la suite5. Il y avait là, à tout le moins, d’intéressants contrepoints qui valaient mieux que les quelques lignes qui y sont consacrées. , Identité et citoyenneté : la voie romaine ? (Acta Fabula)

Traductions du mot « assentir »

Langue Traduction
Anglais assent
Espagnol asentir
Italien assenso
Allemand zustimmung
Chinois 同意
Arabe موافقة
Portugais assentimento
Russe соизволение
Japonais 納得
Basque berretsiko
Corse assentimentu
Source : Google Translate API

Synonymes de « assentir »

Source : synonymes de assentir sur lebonsynonyme.fr

Assentir

Retour au sommaire ➦

Partager