Poème : définition de poème


Poème : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

POÈME, subst. masc.

I. − LITTÉRATURE
A. − Ouvrage de poésie généralement en vers.
1. Pièce de vers caractérisée par l'application de règles prosodiques particulières.
SYNT. Composer, faire un poème; envoi d'un poème; sens, interprétation d'un poème; vers, strophes, quatrains d'un poème; poème mis en musique; poème abstrait; poème de guerre, de résistance; poème biblique du Cantique des Cantiques; livre, recueil de poèmes; auteur de poèmes.
[Dans des titres] Poèmes de J. Cocteau, Poèmes de J. Genêt, Poèmes antiques, barbares, tragiques de Leconte de Lisle; Premiers poèmes, Poèmes anciens et romanesques de H. de Régnier; Poèmes saturniens de Verlaine; Poèmes antiques et modernes de Vigny. Un poème est une sorte de machine à produire l'état poétique au moyen des mots (Valéry,Variété V, 1944, p.159):
1. Tandis que le fond unique est exigible de la prose, c'est ici la forme unique qui ordonne et survit. C'est le son, c'est le rythme, ce sont les rapprochements physiques des mots, leurs effets d'induction ou leurs influences mutuelles qui dominent, aux dépens de leur propriété de se consommer en un sens défini et certain. Il faut donc que dans un poème le sens ne puisse l'emporter sur la forme et la détruire sans retour; c'est au contraire le retour, la forme conservée, ou plutôt exactement reproduite comme unique et nécessaire expression de l'état ou de la pensée qu'elle vient d'engendrer au lecteur, qui est le ressort de la puissance poétique. Un beau vers renaît indéfiniment de ses cendres, il redevient −comme l'effet de son effet −cause harmonique de soi-même. Valéry,Variété III, 1936 [1928], p.75.
Poème à (/de) forme fixe. Poème dont le nombre de vers, le croisement des rimes, l'ordre général, sont fixés par des règles de versification. J'avais coutume de dire, en ce temps-là, (c'était un temps où l'on prisait encore le sonnet), que je mettais l'inventeur du sonnet au-dessus de l'auteur du plus beau de ces petits poèmes à forme fixe (Valéry,Variété III, 1936, p.87).Un rondeau est un poème de forme fixe (Queneau,Loin Rueil, 1944, p.32).
[Diverses espèces de poèmes traditionnellement admises d'après le sujet, le ton, le style] Poème comique, épique, dramatique, lyrique, tragique:
2. On appelle didactique un poème dans lequel il est évident que l'idée existait avant la forme que le poète lui a donnée. Il a fait miracle, pourtant, logeant l'idée dans l'étroite mesure, et la bornant par la rime à point nommé. Mais le vrai poète est celui qui trouve l'idée en forgeant le vers. Alain,Propos, 1921, p.279.
[P. allus. littér. au vers de Boileau] Ai-je besoin de dire maintenant que, bien qu'un sonnet sans défauts vaille un long poème, un conte est sans doute un chef-d'oeuvre à moins de frais qu'un roman (Lemaitre,Contemp., 1885, p.309).
Vx. Livret en vers d'un opéra ou d'un opéra-comique. Poème d'opéra-comique:
3. ... un grand ouvrage hantait Berlioz depuis longtemps (...). Il relut Virgile (...) il relut Shakespeare pour y trouver un modèle de charpente dramatique, et il écrivit lui-même son poème. La partition le retint longtemps (...). Mais (...) l'Opéra refusait obstinément l'ouvrage, jugé trop long... Dumesnil,Hist. théâtre lyr., 1953, p.133.
P. méton. Synon. de poésie (en tant que genre littér.).[Mmede Noailles] me dit, une fois, qu'elle ne comprenait pas que je ne me fusse pas essayée dans le poème (Colette,Pays. et portr., 1954, p.222).
2. Pièce de littérature affranchie de certaines de ces règles, mais qui en respecte d'autres qui la maintiennent dans ce genre. Un poème est un raccourci prodigieux pour arriver à mettre en trois pages ou quatre ce qui demande un volume à d'autres (Mallarmé,Corresp., Paris, Gallimard, 1983 [1896], p.96).Les poèmes sont des bouts d'existence incorruptible que nous lançons à la gueule répugnante de la mort, mais assez haut pour que, ricochant sur elle, ils tombent dans le monde nominateur de l'unité (R. Char,Poèmes et proses choisis, 1963, p.246).
Poème en prose. Composition littéraire assez courte, écrite en prose, et qui constitue un ensemble autonome. Petits poèmes en prose de Baudelaire. Je veux parler du Livre de Jade, recueil de poèmes en prose (...) qu'on peut mettre à côté des poèmes en prose d'Aloysius Bertrand et de Charles Baudelaire (A. France,Vielittér., 1892, p.134).Le poème est un objet construit et non la devanture d'un bijoutier. Rimbaud, c'est la devanture du bijoutier, ce n'est pas le bijou: le poème en prose est un bijou (Jacob,Cornet dés, Préf., 1916, p.17).
B. − P. ext.
1. Ouvrage littéraire retenant en lui ce qui définit essentiellement la poésie non associée à la versification. Ivanhoé est un roman historique. Or on pourrait dire aussi bien: Ivanhoé est un poème sans le merveilleux et les vers. Les Martyrs sont un poème sans les vers. La Jérusalem est un poème (Vigny,Journal poète,1829,p.899).Les Misérables sont un vrai poème (Rimbaud,OEuvres, Lettre à Demeny, Paris, Garnier, 1969 [1871], p.348):
4. Je relis Cymbeline (...). J'ai lu cette pièce pour la première fois en Amérique et tout en faisant glisser les pages sous mes doigts, j'ai retrouvé ma jeunesse, la maison de mon oncle, en Virginie, mais que de choses m'échappaient alors dans ce merveilleux poème (car je me refuse à y voir du théâtre)! Green,Journal, 1957, p.285.
2. Objet artistique littéraire ou autre, auquel on attribue l'idée essentielle de création, d'être.
a) Dans le domaine de la litt.Si comme l'indique l'étymologie, le poème est «la chose faite (par excellence)», le poète, lui, avant d'être celui qui fait, et pour pouvoir le devenir, est celui qui reçoit, disons mieux qui subit (Du Bos,Journal, 1926, p.120).
b) Dans le domaine des arts plastiques.Poème d'images et de couleurs. Il en est des peuples comme des hommes il ne reste d'eux après leur mort que les choses émanées de l'esprit, c'est-à-dire la littérature et l'art, des poëmes écrits et des poëmes de pierre, de marbre ou de couleur (Ch. Blanc, Gramm. arts dessin, 1876, p.12).Enfin, ce qui domine [dans la cathédrale de Chartres] (...) c'est l'idée maîtresse du poême, disposée ainsi qu'un refrain après chacune des strophes de pierre, l'idée que la cathédrale appartient à notre Mère (Huysmans,Cathédr., 1898, p.235):
5. Jamais, au cours de ces notes, il ne faudra confondre la peinture littéraire, véritable fléau, avec cette sorte de peinture qui nous concerne parce qu'elle est peinte par les poètes. Picasso est un peintre dont les tableaux sont des poèmes. Chirico est un poète dont les poèmes sont des tableaux. C'est en quoi ils diffèrent, se ressemblent et nous occupent. Cocteau,Crit. indir., 1932, p.100.
c) Dans le domaine de la danse.Poème chorégraphique, dansé. Les vrais amis de la danse arrivent à mettre au-dessus de tout le ballet sans action, sans sujet véritable, le pur poème de danse (analogue à la «musique pure») (Arts et litt., 1935, p.44-11).
d) Dans le domaine de la mus.Poème symphonique. Composition instrumentale de forme libre illustrant un sujet poétique (dont la connaissance éclaire l'auditeur). Les poèmes symphoniques de Liszt. Le poême symphonique très en faveur en notre temps actuel, n'est pas de même forme que la symphonie classique (...). Le poème symphonique est descriptif et cherche à peindre au moyen de la couleur des sons, les diverses choses de la nature (Rougnon1935, p.193).
II. − [Dans une accept. métaph.]
A. − [Avec une constr. méliorative, pour exprimer ce qu'il y a d'essentiel dans une réalité] Un jour, au doux rêveur qui l'aime, En train de montrer ses trésors, Elle voulut lire un poème, le poème de son beau corps (Gautier,Émaux, 1852, p.7).Tout un poème parisien dans le sourire que les deux femmes échangeaient par-dessus leurs tasses (A. Daudet,N. Rousmestan, 1881, p.95):
6. Quel plaisir ineffable, pour l'observateur, pour le connaisseur, de rencontrer par les rues de Paris, sur les boulevarts, ces femmes de génie qui, après avoir signé leur nom, leur rang, leur fortune, dans le sentiment de leur toilette, ne paraissent rien aux yeux du vulgaire, et sont tout un poëme pour les artistes, pour les gens du monde occupés à flâner! Balzac,OEuvres div., t.2, 1830, p.183.
(Un) poème de. (Un) modèle de. Cette gravure est tout un poème de mélancolie ardente, d'ambition contenue, d'activité cachée (Balzac,Illus. perdues, 1839, p.225).Et Jeanne mit une gentille caresse sur le front de cette vieille servante qui l'aimait comme une mère, et dont l'existence était un poème de dévouement et d'abnégation (Ponson du Terr.,Rocambole, t.1, 1859, p.299).Le pauvre revendeur du faubourg Saint-Germain, qui fit de sa vie un poème de charité, vaut mieux qu'Homère (A. France,Vie littér., 1888, p.338).
B. − Fam. [Avec une connotation péj.; souvent p.iron., dans des loc.] C'est tout un poème, c'est un vrai poème, quel poème!
1. [À propos d'une pers. extravagante, baroque, incohérente, bizarre ou ridicule, parfois d'une manière hypocoristique] :
7. Contenson, voyez-vous, était tout un poème; un poème parisien. À son aspect, vous eussiez deviné de prime abord que le Figaro de Beaumarchais, les Mascarille de Molière, les Frontin de Marivaux et les Lafleur de Dancourt sont quelque chose de médiocre en comparaison de ce colosse d'esprit et de misère. Balzac,Splend. et mis., 1844, p.126.
2. [À propos d'une situation, d'une chose inénarrable, étrange ou encore ridicule; v. l'empl. fig. de roman] Le départ de Tartarin est tout un poëme. Il emporte un monde d'ustensiles et de provisions (Zola,Romanc. natur., A. Daudet, 1881, p.223).Ah! la rue des Mouchottes, quel poème! «C'est moche, bien sûr, mais vous serez chez vous!» avaient annoncé les ferrailleurs, goguenards [aux Rauguant] (H. Bazin,Barbe, 1957, p.46):
8. Oh! ces lettres, c'est tout un poème. Le comte n'était pas ministre des affaires étrangères pour rien. −Mais... encore? −Encore est mon secret. Je ne veux compromettre personne. Maupass.,Contes et nouv., t.1, Rouerie, 1882, p.861.
REM. 1.
Poématique, adj.,néol. [Doublet de l'adj. poétique, avec une insistance particulière sur l'acte poétique, sur le déroulement du processus poétique] Qui est relatif à la poésie. C'est qu'elle [la poétique] a pour source l'indivisible inspiration créatrice qui se développera en poèmes, s'étalera en images, rayonnera en splendeur verbale; non que la chose légère, (...) non que l'aérien faire-être, (...) soit d'abord et chronologiquement étincelle poétique pour ensuite s'incarner en ouvrage poématique (Jankél.,Je-ne-sais-quoi, 1957, p.64).
2.
Poème-, élém. de compos.,[entrant dans la constr. de subst. masc.] a)
Poème-fleuve. Comme «Tête d'or», «Peer Gynt» [d'Ibsen] est un poème-fleuve qui n'a jamais été conçu pour la scène, et sa modernité tient au foisonnant désordre de cette démesure (L'Express, 16 mai 1981, p.45, col. 1).
b)
Poème-incantation. Françoise Lefèvre poursuit [dans L'or des chambres], en dehors de toute classification, mais dans la tradition du poème-incantation, cette voie du dialogue avec elle-même où l'on ne triche pas (Elle, 12 juill. 1976, p.99, col. 1).
c)
Poème-opéra. [Les Parapluies de Cherbourg de Jacques Demy] Notes aériennes et mots-oiseaux: un poème-opéra, unique et merveilleux (Le Nouvel Observateur, 24 mai 1976, p.33, col. 1).
d)
Poème-reportage. «Berliner Requiem [de J.-M. Palmier] est un voyage sentimental à la recherche des survivants, des fantômes et des vestiges de ce Berlin disparu. (...) cette quête du temps perdu et retrouvé est un poème-reportage sans équivalent (Le Nouvel Observateur, 10 juill. 1978, p.60, col. 3).
e)
Poème-spectacle. Oratorio pour une vie (de Gabriel Cousin) un «poème-spectacle» (Le Nouvel Observateur, 14 juin 1980, p.25, col. 1).
3.
-poème, élém. de compos.,[entrant dans la constr. de subst.] a)
Chant-poème, subst. masc.Tiré d'un conte d'Alphonse Daudet, ce chant-poème de dix-huit minutes ne constituera qu'un des trois accouchements de Claude Nougaro à l'Olympia (Le Point, 21 févr., 1977, p.95, col. 1).
b)
Essai-poème, subst. masc.«Là où sont des enfants, règne l'âge d'or.» Ce mot de Novalis aurait pu être dit à propos des deux derniers livres de Le Clézio, un vaste essai-poème, «l'Inconnu sur la terre», et un recueil de nouvelles, «Mondo» (Le Nouvel Observateur, 23 avr. 1978, p.88, col. 2).
c)
Document-poème, subst. masc.Document-poème, «Ce gamin, là» [film sur les enfants dits «irrécupérables»] évoque plus qu'il n'explique. À force de parler de ces enfants (...), il nous questionne, nous, citadins doués de parole, sur ce langage «dont nous sommes, dit Deligny, les esclaves plus ou moins malins» (L'Express, 9 févr. 1976, p.88, col. 1).
d)
Histoire-poème, subst. fém.«Grain d'aile» est une histoire-poème qui coule de la même source que les poèmes d'Éluard. Les enfants «comprennent» très bien les vers d'Éluard, les adultes pas trop ratatinés du dedans sont tout à fait capables de «comprendre» son conte (Le Nouvel Observateur, 12 déc. 1977, p.80, col. 2).
e)
Livre-poème, subst. masc.Autant de bonheurs que d'autres se sont ingéniés à falsifier, à pervertir, à couvrir de honte et à charger de malheur. [Annie Leclerc] les redécouvre dans toute leur fraîcheur et en éclabousse les pages de son livre-poème «Parole de femme» (Le Nouvel Observateur, 4 oct. 1976, p.65, col. 3).
f)
Tableau-poème, subst. masc.[R.-L. de Girardin] composa sur ses terres un vaste tableau-poème en utilisant en guise de mots ou de couleurs les multiples ressources de la nature (Le Nouvel Observateur, 21 janv. 1980, p.60, col. 1).
g)
Ville-poème, subst. fém.Turner et Ruskin, Monet et Proust... peintures et dessins venus de New York, Rotterdam, Paris pour retrouver, par-delà les pollutions, la «ville-poème» [Venise], ses palais, ses reflets d'eau tels que les ont rêvés ou décrits les peintres, les écrivains de la fin du XVIIIeet du XIXesiècle (Le Nouvel Observateur, 3 févr. 1984, p.5, col. 2).
Prononc. et Orth.: [pɔ εm]. Vx, lang. cour. [pwam], [pwat] poète, [pwatəro] poétereau (Fér. 1768); vieilli [pwəm], [pwεt] (Littré). Ces prononc. p.anal. avec des mots en -oi- [wε], [wa] du type boîte, etc. Prononc. mod. sous l'infl. de la graph. (d'apr. Buben 1935, § 71). Ac. 1694-1740: poeme en vedette, poëme dans le texte; 1762-1835: poëme; dep. 1878: poème. Étymol. et Hist. A. 1. a) 1213 poeme «ouvrage de poésie en vers, d'un auteur latin» (Faits des Romains, éd. L. F. Flutre et K. Sneyders de Vogel, p.724, 22); 1370 «ouvrage de poésie» (Oresme, Ethiques, éd. A. D. Menut, p.474: leur poëmes ou dictes); b) 1903 poème à forme fixe (Nouv. Lar. ill.); 2. 1549 poëme «ouvrage en vers d'une assez grande étendue» (Du Bellay, Deffence et illustration de la lang. fr., éd. H. Chamard, p.131, 42); 3. a) 1716 p.ext. poëme en prose (La Motte, Réflexions sur la crit., p.129: Personne ne nie que les avantures de Télémaque ne soient un Poëme en prose); b) 1761 «toute oeuvre littéraire d'inspiration poétique» (Diderot, Éloge de Richardson ds OEuvres esthétiques, éd. P. Vernière, p.44); 4. 1812 «livret versifié d'un opéra» (Jouy, Hermite, t.2, p.18). B. 1. a) 1765 poëme lyrique (Encyclop.); b) 1872 poème symphonique (Saint-Saëns d'apr. Rob., s.v. symphonique); 1873 (Lar. 19e, s.v. Liszt); 2. 1830 «toute oeuvre d'art non littéraire ayant des qualités poétiques» (Chênedollé, Journal, p.132: un palais, une église, une cathédrale est un grand poème...). C. 1. a) [1810 «réalité naturelle empreinte de poésie» (Staël, Allemagne, t.4, p.269: l'univers ressemble plus à un poëme qu'à une machine)]; 1814 (Bern. de St-P., Harm. nat., p.127: la nature offre à l'homme un poëme bien plus étendu que celui de l'Énéide); b) 1831 le poème de... «l'objet poétique constitué par» (Balzac, Proscrits, p.21: tout un poëme de malheurs); 2. 1830 «chose ou personne extravagante, bizarre» (Id., OEuvres div., t.2, p.183: ces femmes [élégantes] ... sont tout un poëme). Empr. au lat. poema «poème, ouvrage de vers; poésie» et celui-ci au gr. π ο ι ́ η μ α «ce que l'on fait, d'où: oeuvre, ouvrage manuel; création de l'esprit, invention, en partic. ouvrage de poésie, poème», dér. de π ο ι ε ́ ω «fabriquer, faire; créer; composer un poème» (cf. élém. formant -pée ds Cottez). Fréq. abs. littér.: 4216. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 5461, b) 4691; xxes.: a) 5216, b) 7619. Bbg. Meschonnic (H.). Le Signe et le poème. Paris, 1975, 555 p._Quem. DDL t.15.

Poème : définition du Wiktionnaire

Nom commun

poème \pɔ.ɛm\ masculin

  1. Ouvrage de littérature en vers.
    • Devant le roi et sa suite guerrière (truste, Gefolschaft), le scalde déclame son poème qui s’envole d’une bataille peuplée d’êtres fantastiques et qui s’adapte aux structures sociales et mentales du groupe : […]. — (Patrick Louth, La civilisation des Germains et des Vikings, Genève : éd. Famot, 1976, page 243)
    • Mais rien ne peut empêcher qu’un poème dénué de poésie soit plus que mort, intolérable. — (Georges Pompidou, Anthologie de la poésie française, Librairie Hachette, 1961)
    • Mais pour d’autres, quelle angoisse ! et quelle injustice ! Les sentiments les plus nobles, les sujets les plus naturellement poétiques, les rythmes travaillés, les rimes recherchées, tout cela pour aboutir à cet enfant mort-né, pleuré de personne, qu’est un poème sans poésie. — (Georges Pompidou, Anthologie de la poésie française, Librairie Hachette, 1961)
  2. (Par analogie) Ouvrage analogue par la pensée, par le style, mais écrits en prose.
    • Les poèmes en prose de Baudelaire.
  3. (Familier) Quelque chose de remarquable.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « poème »

Étymologie de poème - Wiktionnaire

Du latin poema (« poème, ouvrage en vers, poésie »), du grec ancien ποίημα, poíêma (« œuvre, création »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « poème »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
poème pɔɛm play_arrow

Citations contenant le mot « poème »

  • Il s'appelle Pierre Garreau, il est Nantais et fait partie des dix lauréats du Grand prix RATP 2020. Une compétition qui a réuni plus de 5000 candidats cette année. Les dix poèmes choisis par le jury sont exposés tout l'été dans les stations du réseau RATP, de l'Île de France. France Bleu, Le poème d'un Nantais est affiché dans le métro parisien
  • Tencent nous gratifie d'un puzzle game sur mobile qui déverouille au fur et à mesure les vers de ce poème traditionnel chinois. Jeuxvideo.com, Bande-annonce The Everlasting Regret : Vivez un poème classique de la Chine médiévale - jeuxvideo.com
  • Dans sa période formaliste, j’ai essayé de comprendre les poèmes de Claude Beausoleil. Il m’avait offert une affiche publiée par les Éditions Cul-Q. La maison d’édition la plus ludique de l’époque. Le titre du poème-affiche est Sirocco. Le texte est écrit sur le dessin d’un dromadaire et une photo d’un paquet de cigarettes Camel. J’installe l’affiche sur un des murs de mon appartement. J’ai 28 ans. Je lis souvent le poème afin d’essayer d’en comprendre le sens secret. Je m’en veux tellement d’avoir perdu, dans un déménagement, ce poster hors norme, poème-affiche, symbole d’une des périodes les plus fantaisistes et subversives de la poésie québécoise. Par la voie du souvenir, plusieurs mots de ce texte loufoque me reviennent en mémoire. Ce n’est qu’aujourd’hui que je comprends tout le sens multiforme de ces vers merveilleusement libres. Le Devoir, Claude Beausoleil, immense poète | Le Devoir
  • Dans un poème, la part magique est toujours accidentelle. De Dylan Thomas / A propos de poésie
  • Une danse est un poème. De Denis Diderot / Troisième entretien sur le fils naturel
  • Le meilleur poème est celui de la vie. De Rufino Blanco-Fombona / Petit opéra lyrique
  • Un poème est un mystère dont le lecteur doit chercher la clef. De Stéphane Mallarmé
  • Le mariage est la traduction en prose du poème de l'amour. De Alfred Bougeard
  • Le poème, cette hésitation prolongée entre le son et le sens. De Paul Valéry / Tel quel
  • Ne publiez pas vos poèmes, chantez-les ! De Charles Trenet
  • Le poème est une grappe d'images. De Gaston Bachelard
  • Chaque poème est un trésor de sentiments. De Anonyme
  • Chaque poème à lire ou à relire est un poème à refaire. De Macha Séry / Jacques Roubaud - Le Monde de l'éducation - Janvier 2001
  • Chaque nouvelle lecture d'un poème ancien fait un poème nouveau. De Macha Séry / Le Monde de l'éducation - Janvier 2001
  • Le poème enseigne, il est moral et il sert s'il est bon poème. De Marcel Thiry / Le poème et la langue
  • Aucun poème ne sera si grand, si noble, si véritablement digne du nom de poème, que celui qui aura été écrit uniquement pour le plaisir d'écrire un poème. De Charles Baudelaire / L'Artiste
  • Dans un poème, si l'on demande pourquoi tel mot est à tel endroit, et s'il y a une réponse, ou bien le poème n'est pas de premier ordre, ou bien le lecteur n'a rien compris. Simone Weil, Attente de Dieu, Fayard
  • On peut considérer l'homme comme un animal d'espèce supérieure qui produit des philosophies et des poèmes à peu près comme les vers à soie font leurs cocons et comme les abeilles font leurs ruches. Hippolyte Adolphe Taine, La Fontaine et ses Fables, Préface
  • Et nos poèmes encore s'en iront sur la route des hommes, portant semence et fruit dans la lignée des hommes d'un autre âge. Marie-René Alexis Saint-Leger Leger, dit, en diplomatie, Alexis Leger, et, en littérature Saint-John Perse, Vents, Gallimard
  • Contrairement à ce qu'on en peut imaginer, le poème français le plus expansif, ou même le plus emphatique en apparence, ne serait encore fait que pour l'oreille interne. Marie-René Alexis Saint-Leger Leger, dit, en diplomatie, Alexis Leger, et, en littérature Saint-John Perse, Correspondance, à la Berkeley Review, 10 août 1956 , Gallimard
  • Les bons ouvriers le* commencent par le milieu, et savent si bien joindre le commencement au milieu, et le milieu à la fin, que de telles pièces rapportées font un corps entier et parfait. Pierre de Ronsard, Abrégé de l'art poétique français
  • Nommer un objet, c'est supprimer les trois quarts de la jouissance du poème qui est faite du bonheur de deviner peu à peu ; le suggérer, voilà le rêve. Stéphane Mallarmé, Réponse à des enquêtes, Sur l'évolution littéraire
  • Que tout poème composé autrement qu'en vue d'obéir au vieux génie du vers, n'en est pas un […]. Stéphane Mallarmé, Crayonné au théâtre, Solennité
  • Je lisais. Que lisais-je ? oh ! le vieux livre austère, Le poème éternel ! - La Bible ? - Non, la terre. Victor Hugo, Les Contemplations, Écrit au bas d'un crucifix, III, 8
  • Poème, je ne vous demande pas l'aumône, Je vous la fais. Robert Desnos, Fortunes, Gallimard
  • Tout poème naît d'un germe, d'abord obscur, qu'il faut rendre lumineux pour qu'il produise des fruits de lumière. René Daumal, Poésie noire et poésie blanche, Gallimard
  • Tout poème est une mise en demeure. Jean Cayrol, Pour tous les temps, Le Seuil
  • Un poème jamais ne valut un dîner. Joseph Berchoux, La Gastronomie
  • Il y a un poème à faire sur l'oiseau qui n'a qu'une aile. Guillaume Apollinaire de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire, Calligrammes, les Fenêtres , Gallimard

Images d'illustration du mot « poème »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « poème »

Langue Traduction
Corse puema
Basque poema
Japonais
Russe стих
Portugais poema
Arabe قصيدة
Chinois
Allemand gedicht
Italien poesia
Espagnol poema
Anglais poem
Source : Google Translate API

Synonymes de « poème »

Source : synonymes de poème sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires