Toilette : définition de toilette


Toilette : définition du Wiktionnaire

Nom commun

toilette \twa.lɛt\ féminin

  1. (Désuet) À l'origine, petite nappe en toile qui une fois étendue sur une table servait à y poser ce que l'on utilisait pour la parure.
    • Une toilette en dentelle.
  2. (Par extension) Flacons, boites, ustensiles, etc, servant à se parer, se maquiller.
    • C'est en ce sens que Visconti a pris le mot niello, dans sa description de la toilette en argent, d'une dame romaine, appelée Projetta. — (Duchesne, Essaisur les nielles, in Revue encyclopédique, 1826, volume 32, page 98)
  3. (Par extension) Meuble garni de ce qui sert pour se laver, se coiffer, se parer.
    • Le miroir d’une toilette.
    • Leur chambre […] n’était meublée que de vieilles choses ternes, avec […] dans un coin, un paravent qui cachait la toilette et le bidet. — (Georges Simenon, La Fuite de Monsieur Monde, La Jeune Parque, 1945, ch. 5)
  4. Action de se laver.
    • Tout en procédant à sa toilette, elle parle toute seule, bavarde, gaie, animée, à cause qu’on est encore au printemps de la journée. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Pour fabriquer le savon proprement dit utilisé dans la toilette et en blanchisserie, on traite une huile ou une graisse par la soude ou la potasse. — (Marcel Hégelbacher, La Parfumerie et la Savonnerie, 1924, page 157)
    • Le gros temps persiste. Après une toilette sommaire et difficultueuse, je monte sur le pont. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, page 12)
    • Déjà, autour du cadavre, les voisins s’affairaient pour sa dernière toilette. À terre, une bassine d’eau rougie, ses vêtements maculés. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 19)
  5. Ensemble des vêtements et accessoires d’une femme.
    • Quelque matinale que fût cette heure, plusieurs femmes, qui toutes avaient voulu se montrer en toilette, revenaient du château. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Si je n’ai jamais vu de femme plus hideuse, jamais, jamais je ne vis de plus coquette personne. Une toilette, un bijou aperçu à travers des vitrines éblouissantes, la faisaient tomber en pâmoison. — (Octave Mirbeau, La Tête coupée)
    • Zaheira, à la dérobée, la regardait. Elle la trouvait belle et savante dans sa toilette et ses gestes calculés dans leur spontanéité même. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
    • L’adoption des toilettes portées dans les villes, c’est déjà le prodrome de cette tentation qui finit par aboutir à la désertion des campagnes. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Sous une toilette criarde, ton corps mouvant laisse derrière lui flotter un sillage embaumé. — (Francis Carco, L’Amour vénal, Éditions Albin Michel, Paris, 1927, page 16)
  6. (Belgique) (Canada) Appareil sanitaire servant à recueillir et à évacuer les besoins naturels.
  7. (Belgique) (Canada) (Construction) (souvent pluriel) Pièce où se trouvent des installations sanitaires pour faire ses besoins naturels.
    • Il entra dans un bistrot, commanda un café, descendit à la toilette. — (Georges Simenon, La Fuite de Monsieur Monde, La Jeune Parque, 1945, ch. 2)
  8. Morceau de toile dont les marchands d’étoffes, les tailleurs, les libraires, etc., enveloppent les marchandises pour les livrer.
    • Il portait sous son bras une toilette verte qu’il posa sur une chaise ; puis, défaisant les quatre oreilles de la toilette, il découvrit un tas de petits livres jaunes. — ( Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy, 1881 ; éd. Le Livre de Poche, page 9)
    • Le Planteur de Caïffa, coiffé d’une magnifique casquette marron, passait à jour fixe. Sa voiturette ressemblait à un grand coffre monté sur trois roues. Elle renfermait une foule d’articles d’alimentation et de ménage. Son café était excellent. À la manière des colporteurs, il emplissait une toilette de quelques-uns de ses produits et montait les proposer dans les étages. Ma mère était une cliente fidèle. — (Édouard Bled, « Mes écoles », Robert Laffont, 1977, pages 22-23)
  9. (Par analogie) (Cuisine) Crépine ; péritoine de porc dont on entoure les pâtés, pieds de porc, etc., avant de les cuire au four.
    • Préparer également une pâte faite de farine et d’eau pour le lutage des couvercles et découper les surfaces carrées de 20 cm sur 20 cm dans la toilette de porc. — (Albin Marty, Fourmiguetto : Souvenirs, contes et recettes du Languedoc, 2003 (page 44))
  10. Toilette marseillaise : Sorte de vanity case en osier, destiné à transporter les produits.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Toilette : définition du Littré (1872-1877)

TOILETTE (toi-lè-t') s. f.
  • 1Petite toile.

    Se dit des batistes ou toiles de lin très fines. Fabricant de toilettes. Lingerie de toile de lin neuve, comme draps, toilettes, chemises, collets…, Tarif, 18 sept. 1664.

  • 2Morceau de toile qui sert à envelopper certaines marchandises, pour les garantir ou pour les porter en ville. Les marchands d'étoffe et les tailleurs se servent de toilettes. Défenses de les envelopper… dans des enveloppes qui puissent marquer une autre qualité… savoir les draps de la première qualité dans des toilettes de taffetas, ceux de la deuxième dans des toilettes moitié taffetas et moitié canevas ou treillis ; et ceux de la troisième dans des toilettes de treillis, Arrêt du conseil, 15 mai 1676.
  • 3Grand morceau de linge ou de taffetas qui est ordinairement embelli de quelque dentelle de fil d'or ou d'argent, qu'on étend sur une petite table, et sur lequel on met la trousse garnie de peignes, de brosses et de tout ce qui est nécessaire à l'ornement et à l'ajustement des hommes et des femmes. Toilette unie. Toilette à dentelle. Qu'elle ait, comme un piquier, le corselet au dos, Et tout ce qui de jour la fait voir si doucette, La nuit comme en dépôt soit dessus la toilette, Régnier, Sat. IX.

    Toilette de point, point préparé pour servir de toilette. Elle acheta une belle toilette de point d'Angleterre.

    Fig. et anciennement, plier la toilette, prendre quelque chose dans un logis et s'enfuir. Cela se disait principalement d'un valet volant les hardes de son maître.

  • 4Il se dit plus particulièrement des flambeaux, des boîtes, des flacons, des carrés qui servent à une femme quand elle se pare. Toilette d'argent.

    Dessus de toilette, pièce de velours, de damas, etc. bordée de dentelle ou de frange, avec laquelle on couvre tout ce qui est sur la toilette.

  • 5Tout ce qui couvre et garnit le meuble devant lequel une femme se place quand elle veut se parer. Belle toilette. Riche toilette. Mettre la toilette.
  • 6Le meuble même garni de tout ce qui est nécessaire à la parure et à la coiffure d'une femme. Il dit : faisons le contrat ; on y consentit, et puis il dit : mais qui nous empêche de les marier demain ? chacun dit : mais des habits, mais une toilette, mais du linge ; il se moqua de ces sottises, Sévigné, 557. Attends, discret mari, que la belle en cornette Le soir ait étalé son teint sur la toilette, Boileau, Sat. X.

    Voir une dame à sa toilette, l'entretenir à sa toilette, la voir, l'entretenir pendant qu'elle se coiffe. J'avais ce matin un Provençal, un Breton, un Bourguignon à ma toilette, Sévigné, 131. Troisville fréquenta les toilettes ; le pied lui glissa ; de dévot il devint philosophe, Saint-Simon, 133, 222. Il savait par cœur tous ces petits propos de toilette, tous ces jolis mots qui ne disent rien, Marmontel, Cont. mor. Bonne mère.

    Il y a eu toilette à Versailles, se disait quand la cour voyait la reine ou Madame à sa toilette. Est-il possible que vous n'entendiez pas, quand j'ai dit : il y a eu toilette, que cela veut dire que la cour a vu la reine d'Angleterre et Madame à sa toilette ? Caillières, Mots à la mode, convers. I.

    Pilier de toilette, homme qui assiste assidûment à la toilette d'une ou plusieurs femmes (locution qui a vieilli).

    Revendeuse à la toilette, marchande à la toilette, femme qui porte dans les maisons des hardes, des bijoux, des étoffes pour les vendre. Aurais-tu deviné que M. Turcaret eût une sœur revendeuse à la toilette ? Lesage, Turcaret, IV, 13.

    On dit de même : vendre à la toilette, revendre à la toilette. Je revends à la toilette, et je me nomme madame Jacob, Lesage, Turcaret, IV, 12.

  • 7Action de se parer, de s'habiller, pour paraître en public, pour aller en société ; il se dit des hommes et des femmes. Faire sa toilette. La toilette de cet homme n'est pas longue. Elle aime la toilette. J'y fus avec Mme de Chaulnes et Mme de Carman ; elle [la Dauphine] était à sa toilette, Sévigné, 419. Votre tante n'est encore qu'éveillée ; et, entre le réveil et la sortie d'une demi-vieille, il y a bien des cérémonies de toilette, Dufresny, le Double veuvage, I, 2. Elle était éblouissante en sortant de sa toilette ; je trouvai qu'elle ne savait pas moins effacer la plus brillante parure qu'orner la plus simple, Rousseau, Hél. v, 2. Et, sans être coquette, Il faut que l'on s'occupe un peu de sa toilette, Al. Duval, Tyran domest. II, 6. J'ai su depuis qui payait sa toilette, Béranger, le Grenier. Dornier, assis dans un fauteuil, assistait à la toilette de celui qu'il nommait son cher maître, Ch. de Bernard, Un Homme sérieux, IV.

    Ensemble des ajustements dont on se pare pour aller dans le monde ; en ce sens, il se dit aussi des hommes. Riche toilette. Toilette de bon goût. Dans ces lieux d'un concours général où les femmes se rassemblent pour montrer une belle étoffe, et pour recueillir le fruit de leur toilette, La Bruyère, VII.

    Cabinet de toilette, petite pièce où l'on s'habille. Le doux parfum d'un cabinet de toilette n'est pas un piége aussi faible qu'on pense, Rousseau, Ém. II.

  • 8Dans la lingerie, toilette ou parure, un col de femme avec les manches pareilles. Acheter une toilette brodée. Quand une dame achète un col, la marchande lui demande si elle veut la toilette complète.
  • 9Toilette de propreté, soins que l'on prend pour se laver, se nettoyer.
  • 10Nom qu'on donne aux apprêts auxquels on soumet le condamné à mort, avant de le conduire à l'échafaud.
  • 11Toilette se dit quelquefois des choses. La toilette préparatoire des bûches d'un train de bois.
  • 12Bleu de toilette, espèce de teinture bleue dont on se sert pour donner une teinte bleuâtre au linge blanc qu'on empèse avant de le repasser.
  • 13Membrane graisseuse et claire dont on se sert dans la boucherie et la charcuterie pour couvrir certaines pièces.
  • 14Dans les papeteries, nom donné à un tamis de crin qui est placé sur les ouvertures d'une plaque de bois où passe l'eau des piles d'un moulin à chiffon.

HISTORIQUE

XVIe s. Un petit coffre denuit, de broderie d'or, doublé par dedans de satin, prisé xxx escus ; dans lequel s'est trouvé une thoillette de thoile d'or en broderie de mesme et son sac de nuit de mesme avec des franges et crespines à ladite thoillette et sac garny de ses houpes ; ladite thoilette et sac doublé de satin de Bruges, prisés ensemble xxx escus, De Laborde, Émaux, p. 516. Pour une toilette jaulne pour envelopper une robbe à une nayne de ladicte dame [la reine], De Laborde, ib. Ces membranes sont fort deliées, ressemblans à petites toilettes d'araignées, Paré, XVIII, 7.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

TOILETTE. Ajoutez :
15Broderie de toilette, sorte de broderie. Il convient de distinguer ici [pour les anciens], comme on le fait encore aujourd'hui, la broderie nuancée faite en or, en argent, en soies ou en laines de couleurs différentes, de la broderie blanche, dite de toilette, qui consiste dans un dessin tracé avec du fil sur une pièce d'étoffe blanche quelconque, Journ. offic. 22 févr. 1875, p. 1358, 2e col. La broderie de toilette se fabrique à Paris et dans les départements de l'Est et se subdivise en une multitude de genres, dont les deux principaux sont le passé et le plumetis, ib. p. 1359, 1re col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Toilette : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

TOILETTE, s. f. terme de Manufact. ce mot se dit chez les Marchands & Manufacturiers, d’un morceau de toile, plus ou moins grand, qui sert à envelopper les draps, les serges & autres pareilles marchandises, pour empêcher qu’elles ne se gâtent. Il y a des toilettes blanches, & d’autres teintes en différentes couleurs ; les unes unies, & les autres peintes d’armoiries, de devises, ou de quelques autres ornemens ; celles dont les Anglois se servent, particulierement pour leurs serges de Londres, sont des plus belles & des plus façonnées : ils en ont où l’or & l’argent est joint aux couleurs. On marque ordinairement sur les toilettes les numéros & les aunages des pieces qu’elles renferment, & quelquefois on y ajoute le nom du marchand qui en fait l’envoi. Les toiles que l’on emploie le plus communément pour faire des toilettes, se nomment bougrans. Dictionn. de Comm. (D. J.)

Toilette, (Modes), c’est une espece de nappe de toile fine, garnie de dentelle tout autour, dont on couvre la table sur laquelle les hommes & les femmes qui aiment la propreté, se deshabillent le soir, & où ils trouvent préparé de quoi s’habiller le matin. On appelle pareillement toilettes, les tapis de soie, ou autres riches étoffes, bordés de dentelle ou de frange, & qu’on étend au dessus du miroir qui orne la toilette des dames, ou même des hommes qui de nos jours sont devenus femmes. (D. J.)

Toilette, marchande à la, (Commerce des modes.) on appelle ainsi certaines revendeuses qui vont de maison en maison porter de vieilles hardes, ou même quelquefois des marchandises neuves, que leur confient les marchands. Ces sortes de femmes gagnent leur vie par les petits profits qu’elles font ou sur les hardes mêmes, ou par un certain droit volontaire que leur donnent ordinairement le vendeur & l’acheteur. Ce sont ces femmes qui vendent la plûpart des marchandises de contrebande : elles font aussi assez souvent quelque petit trafic de pierreries & de bijoux. (D. J.)

Toilette des dames romaines, (Antiq. rom.) cet attirail de l’habiller du jour pour paroître en public, ce mundus muliebris, les dames romaines l’avoient comme les nôtres. Dans les siecles de luxe, leur toilette étoit fournie de tout ce qui peut réparer les défauts de la beauté, & même ceux de la nature. On y voyoit des faux cheveux, de faux sourcils, des dents postiches, des fards, & tous les autres ingrédiens renfermés dans de petits vases précieux. Martial, lib. IX. epig. 18. décrit tout cela plaisamment, en parlant de la toilette d’une dame nommée Galla.

Fiant absentes & tibi Galla comæ ;
Nec dentes aliter quam serica nocte reponas
Et lateant centum condita pixidibus ;
Nec tecum facies tua dormitat ; innuis illo,
Quod tibi prolatum est manè, supercilio.

Les dames romaines passoient du lit dans le bain ; quelques-unes se contentoient de se laver les piés, mais d’autres portoient bien plus loin l’usage des bains ; elles se servoient de pierre-ponce pour s’adoucir la peau, & faisoient succéder à cette propreté les oignemens & les parfums d’Assyrie. Elles rentroient ensuite dans leurs cabinets de toilette, vêtues d’une robe, où le luxe & la galanterie avoient jetté leurs ornemens ; c’est dans cette robe qu’on se laissoit voir à ses amis particuliers, & aux personnes les plus cheres. Entourée de plusieurs femmes, on se prêtoit aux mains qui savoient servir de la façon la plus commode & la plus agréable. Lorsque Claudien nous représente Vénus à sa toilette, il la met dans un siége brillant, environnée des graces, & souvent occupée elle-même à composer sa coëffure.

Cæsariem tum fortè Venus subnixa corusco
Fringebat folio.

Une femme à sa toilette ne perdoit point de vûe son miroir ; soit qu’elle conduisît elle-même l’ouvrage de ses charmes, soit qu’elle apprît à regler ses regards, soit qu’elle étudiât les mines & les airs de tête, omnes vultus tentabat, le miroir devoit poser à demeure.

Elle avoit aussi des coëffeuses qui vivoient de ce métier, & que les Latins appelloient ornatrices. On lit dans Suétone, matris Claudii ornatrix, & elles ont le même titre dans les anciennes inscriptions ornatrix Liviæ, Domitiæ. Ces ornatrices ne prenoient pas seulement soin des cheveux, mais du visage & de l’ajustement entier, d’où vient qu’Ovide dit, ornatrix toto corpore semper erat.

La vanité des coquettes faisoient quelquefois un crime de leur manque de beauté à leurs coëffeuses, & ces sortes de femmes se portoient contr’elles à des violences, au lieu de s’en prendre à la nature. La toilette de quelques-unes, selon Juvenal, n’étoit pas moins redoutable que le tribunal des tyrans de Sicile. Quelle est l’offense que Plécas à commise, dit ce poëte, en parlant à une de ces femmes ? de quel crime est coupable cette malheureuse fille, si votre nez vous déplaît ?

Quœnam est hîc culpa puellæ,
Si tibi displicuit nasus tuus ?

Le desir de se trouver au temple d’Isis, cette déesse commode qui présidoit aux rendez-vous & aux mysteres des engagemens, causoit quelquefois d’extrèmes impatiences.

Apud Isiacæ potius sacraria lenæ.

Ainsi par toutes ces vivacités ordinaires, aussi-bien que par la nature du travail, & par le soin de coëffer, il y avoit des momens à saisir, qui faisoient une nécessité de trouver sous sa main, tout ce qui servoit à l’ornement de la tête & à la composition du visage.

Mais pour y mieux parvenir, le luxe multiplia le nombre des femmes qui servoient à la toilette des dames romaines ; chacune étoit chargée d’un soin particulier ; les unes étoient atachées à l’ornement des cheveux, soit pour les démêler ou pour les séparer en plusieurs parties. Multifidum discrimen erat, soit pour en former avec ordre & par étage des boucles & des nœuds différens : Dat varios nexus & certo dividit orbes ordine ; les autres répandoient les parfums, largos hæc nectaris imbres irrigat ; toutes tiroient leurs noms de leurs différens emplois.

De-là viennent dans les poëtes les noms de cosmetæ, de psecades, d’ornatrices. Il y en avoit d’oisives, & de préposées uniquement pour dire leur avis ; celles-ci formoient une espece de conseil : est in concilio matrona, & la chose, dit Juvenal, étoit traitée aussi sérieusement que s’il eût été question de la réputation ou de la vie :

Tanquam famæ discrimen agatur
Aut animæ.

On lit dans le livre des amours de Lucien, que les dames employoient une partie du jour à leur toilette environnées de suivantes, ornatrices, piccatrices, dont les unes tiennent un miroir, d’autres un réchaud, d’autres des bassins, &c. On voit sur cette même toilette toutes les drogues d’un parfumeur ; celles-ci pour nettoyer les dents, celles-là pour noircir les sourcils, d’autres pour rougir les joues & les levres, d’autres pour teindre les cheveux en noir ou en blond doré, indépendamment de toutes sortes de parfums. Ces femmes, dit Clément d’Alexandrie, ne ressembloient pas à la courtisane Phriné, belle sans art, & sans avoir besoin d’étalage emprunté.

Cette remarque d’un pere de l’église, me rappelle une épigramme d’Addison contre nos dames, & à la louange de la comtesse de Manchester, que son mari, ambassadeur à Paris, y avoit menée avec lui. Voici cette épigramme qui n’est point dans la derniere adition des ouvrages de cet illustre auteur.

While haughty Gallia’s dames, that spread
O’er their pale cheeks, an artful red,
Beheld this beauteous stranger there,
In native charms, divinely fair,
Confusion in their looks they shew’d,
And with unborrow’d blushes glow’d.

C’est-à-dire : « Quand les fieres dames de France, qui couvrent leurs joues pâles d’un rouge artificiel, apperçurent cette belle étrangere, brillante comme une divinité, quoique parée des seuls attraits qu’elle tient de la nature ; leurs regards annoncerent leur confusion ; une rougeur naturelle se répandit sur leur visage ».

Les aiguilles d’or ou d’argent, le poinçon, les fers étoient d’un grand usage à la toilette. Les aiguilles différoient, selon les divers arrangemens qu’on vouloit donner à sa coëffure, & quelquefois même la dame romaine à l’exemple de Vénus, prenoit l’aiguille & faisoit sa disposition : Ipsa caput distinguit acu.

La façon de coëffer varioit perpétuellement : « Vous ne savez, disoit Tertulien, aux dames de son tems, à quoi vous en tenir sur la forme de vos cheveux ; tantôt vous les mettez en presse, une autre fois vous les attachez avec négligence & leur rendez la liberté ; vous les élevez ou les abaissez, selon votre caprice ; les unes les tiennent avec violences dans leurs boucles, tandis que les autres affectent de les laisser flotter au gré des vents ». C’étoit l’envie de plaire qui fit imaginer toutes ces différences, & qui les perpétuera jusqu’à la fin du monde.

Les fers dont elles se servoient ne ressembloient point aux nôtres, ce n’étoit tout-au-plus qu’une grande aiguille que l’on chauffoit, & les boucles se formoient en roulant le cheveux, volvit in orbem. On les arrêtoit par le moyen d’une aiguille ordinaire. « Ne crains point, dit Martial, que les ornemens dont ta tête est parée dérangent les cheveux parfumés, l’aiguille en soutiendra la frisure, & tiendra les boucles en respect ». L’union en étoit telle, qu’une seule boucle qui n’avoit point été arrêtée, laissoit voir du désordre dans toutes les autres. Palagé qui avoit vû que ce défaut se trouvoit dans sa chevelure, traita impitoyablement une de ses femmes.

Il falloit pour l’ornement d’une tête, les dépouilles d’une infinité d’autres. Souvent elles en formoient des ronds qu’elles plaçoient derriere la tête, d’où les cheveux s’élevoient de leurs racines & faisoient voir tout le chignon, nunc in cervicem retrò suggestum. Elles donnoient quelquefois à leur coëffure un air militaire, c’étoit un casque qui leur enveloppoit toute la tête, in galeri modum, quasi vaginam capitis ; ou bien elles donnoient à leurs cheveux la forme d’un bouclier, scutorum umbilicos cervicibus adstruendo. Elles avoient des coëffures toutes montées de la façon des hommes, qui dans ce genre de travail s’acquéroient de la réputation, frustrà peritissimos quosque structores capillaturæ adhibetis.

Tertullien veut encore intéresser ici la délicatesse des femmes contre elles-mêmes ; il ne comprend pas que leur vanité puisse assez prendre pour ne pas leur donner de la répugnance à porter sur leurs têtes les dépouilles d’autrui, & sur tout des cheveux d’esclaves ; mais elles pouvoient lui répondre, que ces cheveux d’esclaves valoient bien ceux des plus grands seigneurs pour l’usage qu’elles en faisoient, & qu’enfin il ignoroit la tyrannie des modes.

Les dames romaines, à l’exemple des grecques, nouoient leurs cheveux, tantôt avec de petites chaînes d’or, tantôt avec des rubans blancs ou couleur de pourpre, chargés de pierreries. Elles se poudroient d’une poudre éclatante ; elles plaçoient dans leurs cheveux des poinçons garnis de perles. C’étoit de ces ornemens que Sapho s’étoit dépouillée dans l’absence de Phaon : « Je n’ai pas eu, lui dit-elle, entre autres choses, le courage de me coëffer depuis que vous êtes parti, l’or n’a point touché mes cheveux ; pour qui prendrois-je la peine de me parer ? à qui voudrois-je plaire ? Du-moins cette négligence est conforme à mes malheurs, & le seul homme qui anime mes soins & ma vanité, est loin de moi ».

Le visage ne recevoit guere moins de façons que la chevelure. Le fard en particulier servoit à augmenter ou à gâter les couleurs naturelles. Voyez Fard & Rouge.

Les dames romaines avoient grand soin de leurs dents, & ne les lavoient d’ordinaire qu’avec de l’eau pure, en quoi on ne peut que les louer ; leurs cure-dents étoient de lentisque, & c’étoit encore une fort bonne idée ; mais quelquefois l’art se portoit jusqu’à tâcher de réparer les traits. Celles qui avoient les yeux enfoncés tâchoient de déguiser cet enfoncement ; elles se servoient pour cela de poudre noire, nigrum pulverem quo exordia oculorum producuntur ; on la faisoit brûler, le parfum ou la vapeur agissoit sur les yeux, qui s’ouvroient par-là & paroissoient plus coupés, oculos fuligine porrigunt.

Voilà quelques-uns des mysteres de la toilette des dames romaines ; les hommes efféminés avoient aussi la leur. « L’on tenoit le miroir d’Othon, comme une glorieuse dépouille remportée sur son ennemi ; le prince s’y miroit tout armé, lorsqu’il commandoit qu’on levât les drapeaux pour aller au combat. C’est une chose digne d’être placée dans les annales, que la toilette d’un empereur qui fait partie de son bagage ». (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Toilette : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « toilette » les plus populaires.

✍️
  • Temple de l'intime où l'on se décharge du surplus de la vie (surtout après un BicMac supplément fromage).

Voir toutes les définitions de toilette sur Dicopedia >

Étymologie de « toilette »

Étymologie de toilette - Wiktionnaire

 Dérivé de toile avec le suffixe -ette.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de toilette - Littré

Dimin. de toile ; provenç. teleta, pellicule. On appelait toilette la toile qui servait à envelopper des vêtements ou objets précieux, celle aussi qui contenait tout ce qui était nécessaire à l'ajustement d'une femme… on étendait cette toile ou petite toile sur une table qui en prit le nom, ainsi que l'ensemble du vêtement qu'on ajustait devant elle, De Laborde, Émaux, p. 516.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « toilette »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
toilette twalɛt play_arrow

Citations contenant le mot « toilette »

  • Lundi 6 juillet 2020, à 16 h 30, une dame, victime, lors de son passage au centre commercial a avisé la sécurité du magasin du comportement étrange d’un individu. Elle avait constaté qu’un homme l’a filmée dans les toilettes. Il n’avait pas installé un dispositif de vidéos. Il a filmé à la fois par-dessus et par-dessous la porte des toilettes. Il fera l’objet d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité le 2 novembre 2020. , Vannes : il filmait dans les toilettes d'un centre commercial, un homme de 27 ans interpellé | Actu Morbihan
  • Drôle quand même que le mot « toilette » soit passé de « faire sa toilette », « eau de toilette » et « porter une toilette » à… une pièce de la maison. Et ça, c’est avant d’être réduit au cabinet d’aisances où se trouve le sanitaire ! L’actualité, Une langue n’est pas un code | L’actualité
  • Quelle honte sachant qu’il y a des poubelles en haut du site et qu’il y a des toilettes publiques en face de l’entrée principale de la Garenne Valentin. Cela est inacceptable et ce manque de civisme est à dénoncer haut et fort. » , Loire-Atlantique. Elle s'indigne après avoir trouvé un masque utilisé comme papier toilette dans la nature | L'Hebdo de Sèvre et Maine
  • À Montréal, ces toilettes publiques autonettoyantes sont gratuites; elles sont installées aussi dans plusieurs villes européennes, notamment à Paris. Radio-Canada.ca, La pandémie souligne le manque de toilettes publiques, selon une auteure | Coronavirus | Radio-Canada.ca
  • Le segment des services publics est principalement stimulé par laugmentation des incitations financières et des soutiens réglementaires des gouvernements à léchelle mondiale. Les denrées Articles de toilette actuelles sont principalement affectées par la pandémie de COVID-19. La plupart des projets en Chine, aux États-Unis, en Allemagne et en Corée du Sud sont retardés, et les entreprises sont confrontées à des problèmes opérationnels à court terme en raison des contraintes de la chaîne dapprovisionnement et du manque daccès au site en raison de lépidémie de COVID-19. LAsie-Pacifique devrait être fortement affectée par la propagation du COVID-19 en raison de leffet de la pandémie en Chine, au Japon et en Inde. La Chine est le centre épique de cette maladie mortelle. La Chine est un pays majeur en termes dindustrie chimique. Thesneaklife, Marché mondial des Articles de toilette 2020 meilleures entreprises – Agrium, Yara International, The Mosaic Company, CF Industries Holdings Inc., PotashCorp, Eurochem, Sinofert Holdings Ltd. – Thesneaklife
  • L’étude de marché mondiale des équipements de lavabo présente un scénario de profondeur qui est segmenté en fonction des fabricants, du type de produit, des applications et des régions. Cette segmentation fournira une analyse approfondie de l’industrie des équipements de lavabo pour identifier les opportunités de croissance, les tendances de développement et les facteurs limitant la croissance du marché. Ce rapport propose des informations de marché prévisionnelles basées sur les situations passées et présentes de l’industrie des équipements de toilette et les aspects de croissance. La part de marché et les perspectives de marché de l’équipement de toilette de chaque région de 2020 à 2026 sont présentées dans ce rapport. Une recherche approfondie de la dynamique du marché des équipements de lavabo aidera les aspirants au marché à identifier les opportunités commerciales qui mèneront à l’accumulation de revenus. Ce segment peut déterminer efficacement le risque du marché des équipements de toilette et les principaux moteurs du marché. Instant Interview, Marché mondial des équipements de toilettes 2020-2026 par Apparatebau Gauting GmbH, B / E Aerospace Inc., CanRep Inc – Instant Interview
  • « Pendant le confinement, je ne me suis jamais sentie concernée par les applaudissements à 20h, raconte Martine Duterque. Notre métier a été oublié. » Pour cette auxiliaire de vie sociale (AVS) dans le Bas-Rhin, le manque de reconnaissance et de rémunération a trop duré. Malgré la pandémie, Martine et ses collègues ont continué d’assurer la toilette, le repas, le ménage et une présence humaine pour des personnes âgées et dépendantes. Mais la prime Covid de 1 500€, payée par les départements, semble loin d’apaiser les maux et la colère des aides à domicile. Rue89 Strasbourg a donc décidé de mettre en lumière ce métier souvent méconnu en suivant Martine Duterque au cours d’une de ses journées types. Rue89 Strasbourg, Éreintées, sous-payées, méprisées... Malgré la pandémie, les auxiliaires de vie triment comme avant
  • « Le marché Système de toilette bidet intégré mondial croît à un TCAC élevé au cours de la période de prévision 2020-2026. L’intérêt croissant des particuliers pour cette industrie est la principale raison de l’expansion de ce marché. Selon le Rapport, le marché Système de toilette bidet intégré devrait croître à un TCAC de xx % au cours de la période de prévision (2019-2027) et dépasser une valeur de XX USD d’ici la fin de 2027. » Thesneaklife, Marché Système de toilette bidet intégré mondial 2020 – Impact du COVID-19, analyse de la croissance future et défis | ToTo, Panasonic, Toshiba, HSPA, Kohler – Thesneaklife
  • Le paradis des hommes ? Trois télécommandes et un siège de toilettes toujours relevé. De Allan Pease / Pourquoi les hommes n'écoutent jamais rien
  • J’ai grandi avec mes six frères. C’est comme ça que j’ai appris à danser... en attendant devant la porte des toilettes ! De Bob Hope
  • S'il vous plaît, laissez en partant l'Etat dans les toilettes où vous l'avez trouvé. De Anonyme / Graffiti
  • La sonnette est branchée sur le robinet de la baignoire et le téléphone sur le verrou des toilettes. De Anonyme
  • Une vieille femme qui se respecte et qui désire conserver autour d'elle les affections et les plaisirs permis à son âge, doit soigner sa toilette avec plus de minutie que si elle avait vingt ans, non pas pour s'embellir mais pour se faire supporter. De Comtesse Dash / Code du savoir-vivre
  • Jamais d’incompatibilité d’humeur dans un ménage où la femme rit toujours quand son mari ressort une vieille plaisanterie et où le mari s’abstient de rire quand sa femme arbore une nouvelle toilette. De Anonyme
  • Seuls les hommes que les femmes n'intéressent pas s'intéressent à leur toilette ; ceux qui aiment les femmes ne remarquent jamais ce qu'elles portent. De Anatole France
  • La toilette est la cuisine de la beauté ; chaque femme, chaque jour, imagine des ragoûts pour ses charmes, qu'elle doit servir le soir à l'admiration affamée des regard. De Alphonse Karr
  • De nos jours vous pouvez aller dans une station service et trouver la caisse ouverte et les toilettes fermées. Ils doivent penser que le papier toilette vaut plus que les billets. De Joey Bishop
  • Ce matin, après avoir entendu un astronome parler de milliards de soleils, j'ai renoncé à faire ma toilette : à quoi bon se laver encore ? De Emil Michel Cioran
  • On a remarqué que de tous les animaux, les femmes, les mouches et les chats sont ceux qui passent le plus de temps à leur toilette. De Charles Nodier / Maximes et pensées
  • L'homme qui entre dans le cabinet de toilette de sa femme est un philosophe ou un imbécile. De Honoré de Balzac / Physiologie du mariage
  • Le rire est le propre de l’homme et je suis son gant de toilette. De Smaïn / Sur la vie de ma mère
  • Le bonheur est la poésie des femmes, comme la toilette en est le fard. De Honoré de Balzac / Le père Goriot
  • Ne pas se rendre au théâtre, c'est comme faire sa toilette sans miroir. De Arthur Schopenhauer / Observations psychologiques
  • La mode est la littérature de la femme. La toilette est son style personnel. Octave Uzanne, Parisiennes de ce temps en leurs divers milieux, états et conditions, Mercure de France

Images d'illustration du mot « toilette »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « toilette »

Langue Traduction
Corse toilette
Basque komuneko
Japonais トイレ
Russe туалет
Portugais banheiro
Arabe الحمام
Chinois 厕所
Allemand toilette
Italien gabinetto
Espagnol baño
Anglais toilet
Source : Google Translate API

Synonymes de « toilette »

Source : synonymes de toilette sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires