La langue française

Témoin

Sommaire

  • Définitions du mot témoin
  • Étymologie de « témoin »
  • Phonétique de « témoin »
  • Citations contenant le mot « témoin »
  • Images d'illustration du mot « témoin »
  • Traductions du mot « témoin »
  • Synonymes de « témoin »
  • Antonymes de « témoin »

Définitions du mot témoin

Trésor de la Langue Française informatisé

TÉMOIN, subst. masc.

A. − [À propos d'une pers.]
1. Personne qui certifie ou qui peut certifier ce qu'elle a vu ou entendu. Témoin auriculaire, oculaire, direct, indirect; témoin digne de foi, fidèle, impartial; parler sans témoin. C'est pour cette raison que je désire, comme témoin de ces événements, vous les faire connaître en toute sincérité, convaincu que si des Anglais approuvent la violence et l'oppression ce n'est que parce que la vérité leur est encore inconnue (Tocqueville, Corresp.[avec H. Reeve], 1851, p. 119):
Photos des murs de prison où ils ont gravé mon nom pendant leur ultime veillée; dernières lettres écrites aux leurs et m'invoquant comme leur chef; récits de témoins qui, avant le feu du peloton d'exécution, ont recueilli leur cri: « Vive la France! Vive de Gaulle! » Ceux-là me dictent mon devoir au moment même où j'en ai le plus besoin. De Gaulle, Mém. guerre, 1956, p. 172.
Prendre qqn à témoin. Invoquer le témoignage de. Il s'agitait comme une flamme, se contournait, prenant à témoin de son amour la foule, semblait-il, tant son regard défiait les hommes assez hardis pour contempler ses parents étendus sur le satin jaune de la calèche (Adam,Enf. Aust., 1902, p. 390).Comme je ne lui promettais rien, elle changea de manière, gémit, pleura, prit Dieu à témoin de ses malheurs et de ses vertus (France,Vie fleur, 1922, p. 305).
Dieu, le ciel m'est témoin que. Attester le ciel, Dieu, de la véracité de ses dires. Je crains les regards de mon mari, de cet ami que j'aime, et que mon cœur n'a pas trahi; car le ciel m'est témoin que l'amitié seule m'intéresse au sort de Frédéric (Cottin,Cl. d'Albe, 1799, p. 137).Ah Zeus, Zeus, roi du ciel, je me suis rarement tourné vers toi, et tu ne m'as guère été favorable, mais tu m'es témoin que je n'ai jamais voulu que le bien (Sartre,Mouches, 1943, ii, 1ertabl. 4, p. 62).
ETHNOGRAPHIE, LING. Personne interrogée par un enquêteur ou au cours d'enquêtes ethnographiques, linguistiques. Synon. informateur.Aucun autre effort n'était demandé au témoin que de dire le vrai nom patois de ces objets qu'il touchait en nous répondant (Fr. mod., t. 19, 1951, p. 1319).
2. DROIT
a) Personne qui dépose en justice. Témoin judiciaire; appel, assignation, audition, comparution, confrontation, déposition, interrogatoire de(s) témoin(s); au banc des témoins, la barre des témoins; témoin gênant, récusable; faux témoin; témoin à charge, à décharge; suborner un témoin. La loi décide que le parricidium, en ce mot comprend tous les crimes capitaux, ne pourra être jugé que par le peuple dans les comices de centuries. Le juge suborné est puni de mort, le faux témoin précipité de la roche tarpéienne (Michelet,Hist. romaine, t. 1, 1831, p. 125).Après que l'accusée ait été condamnée, pensez-vous que le principal témoin de l'accusation, de l'accusation, entendez-vous, puisse reparaître pour dire qu'il y a erreur et qu'il faut annuler le procès? (Camus, Requiem, 1956, 1repart., 3etabl., p. 847).
b) [Dans l'établissment de certains actes officiels] Personne qui certifie l'exactitude, l'authenticité des identités, des déclarations. Témoin certificateur; servir de témoin; en présence de x témoins; parler devant témoin, sans témoin. Drumont a eu beau dire que j'avais déshonoré mes cheveux blancs en étant le témoin du mariage de Daudet et de la jeune Hugo, je ne peux m'empêcher de reconnaître que dans ce syndicat du mensonge qui est partout, il est le seul journaliste qui ait le courage de dire la vérité (Goncourt,Journal, 1983, p. 398).Nous comprenons mieux aujourd'hui cet avocat d'Arras un peu gourmé, que Camille Desmoulins et sa Lucile avaient choisi pour témoin de leur bonheur menacé (Mauriac,Bâillon dén., 1945, p. 419).
Témoin de moralité. ,,Témoin qui ne dépose pas sur un fait précis, mais sur le caractère et les mœurs d'une personne qu'il connaît`` (Lar. encyclop.).
Témoin instrumentaire*.
En partic. Autrefois, personne qui réglait les modalités d'un duel. Eh bien! Avant d'envoyer vos témoins à Beauchamp, informez-vous (Dumas père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 288).Quand les deux adversaires se furent salués, ils se retirèrent chacun à l'écart, et les témoins demeurèrent seuls en présence (Ponson du Terr.,Rocambole, t. 3, 1859, p. 401).
3. Personne qui assiste à un événement sans qu'elle soit amenée à en témoigner. Synon. assistant, spectateur.Avoir été le témoin d'un fait; les témoins du drame. J'ai déjà dit à notre ami Fabrice que j'ai retrouvé tous les témoins de son action belle et courageuse; ce fut évidemment ce Giletti qui voulut l'assassiner (Stendhal,Chartreuse, 1839, p. 415).La sœur Marguerite était à ce moment couchée sur un tapis, les bras en croix, devant tout le chapitre assemblé; son corps devint lumineux, et les sœurs, témoins de ce prodige, jugèrent que Dieu opérait dans l'âme de sa servante des merveilles dont elles se réservèrent d'éprouver la vertu (Bremond,Hist. sent. relig., t. 3, 1921, p. 543).
4. Personne qui, par ses paroles, ses actes, son existence même, porte témoignage d'une pensée philosophique, religieuse. Naturellement, il s'agit toujours d'exterminer le pauvre − le pauvre est le témoin de Jésus-Christ, l'héritier du peuple juif, quoi! (Bernanos,Journal curé camp., 1936, p. 1069).Et pourtant, Mozart a exprimé notre cœur le plus secret, il l'a mis à nu. Bien plus; il a atteint, sans le vouloir, le but qu'a manqué Rousseau; il fut, à son insu peut-être, un témoin de Dieu dans ce monde condamné (Mauriac,Journal 2, 1937, p. 138).
Adepte d'une secte religieuse. Témoin du Christ, de Jehovah. (Ds Rob. 1985).
En partic. Créateur qui, par son œuvre, donne de l'époque où il a vécu une image particulière. Tous les deux, Pascal et Molière, nous apparaissent aujourd'hui comme les plus formidables témoins de la société de leur temps (Sainte-Beuve,Portr. littér., t. 2, 1835, p. 9).
B. − [À propos d'une chose]
1. Preuve matérielle, indice, pièce à conviction. Le lieu où telle catastrophe s'est passée en devient un témoin terrible et inséparable (Hugo, Préf. Cromwell, 1827, p. 21).Les cathédrales sont des témoins de la piété de nos aïeux! (Lar. Lang. fr.).
Inv. [En tête de phrase pour indiquer la chose qui sert à prouver ce qu'on affirme] Aussi savant qu'il était grand poète [Milton], on a vu qu'il écrivait en latin comme en anglais; il faisait des vers grecs, témoin quelques-uns de ses opuscules (Chateaubr.,Litt. angl., t. 2, 1836, p. 75).
Rem. L'empl. inv. n'est pas gén.: Je suis bien plus coupable encore; je joins l'hérésie au philosophisme, témoins ces mots: Je suis chrétien (Id., Mél. pol., t. 1, 1828, p. VIII).
2. P. anal. Témoin muet. Objet, lieu qui porte témoignage. La baronne, obligée de meubler son salon, sa chambre et la salle à manger avec les reliques de sa splendeur, avait pris le meilleur dans les débris de l'hôtel, rue de l'Université. La pauvre femme aimait d'ailleurs ces muets témoins de son bonheur qui, pour elle, avaient une éloquence quasi consolante (Balzac,Cous. Bette, 1846, p. 155).Tu n'auras que les arbres et les fleurs pour témoins muets de tes paroles (Camus,Dév. croix, 1953, 3ejournée, p. 576).
3. Spéc. Chose qui permet de constater, de vérifier. Synon. marque, repère.
a) AGRIC. ,,Lot ou parcelle d'une expérience ne comportant aucun traitement`` (Agric. 1977). On constitue un lot témoin avec des pois ayant germé dans les mêmes conditions (Plantefol,Bot. et biol. végét., t. 1, 1931, p. 291).
b) ARCHIT. ,,Petite plaque de plâtre, portant la date de création, posée sur une lézarde pour surveiller son évolution`` (Nér. Hist. Art 1985).
c) CIN. ,,Bouts de films visionnés aussitôt après leurs enregistrements`` (Coissac, Les Couloirs du cinéma, 1929, p. 127 ds Giraud 1956).
d) GRAV. ,,Partie d'une épreuve de gravure en taille douce qui n'a pas été écrasée par la pression sur la plaque de cuivre; bord irrégulier d'un papier à la forme`` (Comte-Pern. 1963). Feuillets non atteints par la rognure. Tout livre bien relié doit posséder en queue et sur les marges extérieures au moins quelques témoins (Maire,Manuel biblioth., 1896, p. 396).
e) MAR. ,,Bouts de toron effilés et séparés que les cordiers laissent à chaque bout d'une pièce de cordage`` (Gruss 1978).
f) SC. Tout ce qui, dans une expérience scientifique, peut servir de base de comparaison par rapport à des sujets que l'on soumet à des traitements particuliers. Cet échantillon [des terrains traversés par un sondage] se nomme la carotte ou témoin (J. Cahen, Bruet,Carrières, 1926, p. 44).Petit a noté [dans le procédé Wahl] une stabilité [de la bière] diminuée par rapport au témoin sans addition de levain lactique (Boullanger,Malt., brass., 1934, p. 291).
Rem. Dans ce cas le témoin peut être un être vivant ou un objet.
g) SPORTS. Bâton que se transmettent les coureurs dans une course de relais. Je vis dans ses yeux (avec un tel épuisement) une telle soif de victoire que je compris qu'il tomberait évanoui plutôt que de passer le témoin au suivant avec une seconde de retard (Morand,Champions du monde, 1930, p. 9).P. métaph. « Il faut que je vive encore quinze jours », pensa-t-il. Le temps qu'il fallait pour voir, pour apercevoir son enfant, pour lui passer le témoin dans cette course de relais où le père et le fils courent contre le temps (Morand,, Homme pressé, 1941, p. 327).
h) SYLVIC. ,,Arbres de lisière et autres qu'il est défendu d'abattre dans les ventes`` (Chesn. t. 2 1858).
i) TRAV. PUBL. ,,Élévation de terre qu'on laisse subsister, pour faire connaître quelle était l'élévation des terres qu'on a enlevées tout autour`` (Chesn. t. 2 1858).
REM.
-témoin, élém. de compos.entrant dans la constr. de subst. désignant une chose, un élément, une institution qui sert de référence.V. lampe-témoin et aussi:a)
Appartement-témoin, subst. masc.Vous vous ferez une opinion en venant visiter l'appartement-témoin (Le Monde, 19 juill. 1969ds Gilb. 1971).
b)
Butte-témoin, subst. fém.,géogr. Butte représentant, sur une plate-forme démantelée par l'érosion, les restes du relief ancien. (Ds Rob. 1985).
c)
Lapin-témoin, subst. masc.Sur des textiles divers, comme sur la peau des lapins-témoins, une simple application (...) a eu les mêmes résultats: les poux placés sur ces zones traitées étaient pris d'une sorte de danse du feu qui se terminait toujours par leur mort (Le Point, 13 nov. 1978, p. 140, col. 3).
d)
Maison-témoin, subst. fém.Visite tous les jours de la maison-témoin (Le Monde, 29 juin 1966ds Gilb. 1971).
e)
Projet-témoin, subst. masc.Un projet-témoin prenait pour cible (l'aménagement d'un parc naturel) une forêt de 5 000 hectares (Le Monde, 5 oct. 1966ds Gilb. 1971).
Prononc. et Orth.: [temwε ̃]. Att. ds Ac. dep. 1740. Étymol. et Hist. I. A. 1. Ca 1165 « ce qui sert de preuve, document » (Guillaume d'Angleterre, éd. M. Wilmotte, 16: Qui les estoires d'Engleterre Vauroit bien cerkier et enquerre [...] On troveroit a saint Esmoing [monastère de Suffolk]; Se nus en demande tesmoing, La le voise querre s'il veult); 1176-81 « preuve matérielle » (Chrétien de Troyes, Chevalier au lion, éd. M. Roques, 1349: S'il n'en a tesmoing et garant Que mostrer puisse a parlement); 2. ca 1170 « ce qui sert de preuve, témoignage » a tesmoing de (aucun) « au témoignage de » (Id., Erec, éd. M. Roques, 5854); 1174-84 p. ell. tesmoing [aucune rien] « à preuve..., comme en témoigne... » (Id., Perceval, éd. F. Lecoy, 7429: tuit li gon et les verdeles Furent d'or fin, tesmoing l'estoire); 1176-81 porter le faus tesmoing (Id., Chevalier au lion, 4398); ca 1220 traire aucun a tesmon (Comte de Poitiers, 424 ds T.-L.); 1222-23 terme de chancellerie (doc. éd. M. Gysseling ds Scriptorium t. 3, 1949, p. 200: El tesmoig de mes homes ki i furent [énumération]). B. 1. 1260 « échantillon d'une marchandise » (Étienne Boileau, Métiers, éd. G. B. Depping, p. 22: un borgois [...] livre le tesmoing de son grain pour vendre); 2. 1676 « élévation de terre qu'on laisse pour indiquer la hauteur des terres enlevées tout autour » (Félibien, p. 749); 3. 1690 terme de relieur (Fur.); 4. id. « marque laissée par un arpenteur sous les bornes d'une terre pour s'assurer par la suite qu'elles n'ont pas été déplacées » (ibid.); 5. 1803 « défaut de la tonte d'un drap » (Boiste); 6. 1884 biol.; empl. en appos. chien témoin [dans des expériences sur la rage] (Année sc. et industr., 1885, p. 409 d'apr. Rob. 1985); 7. 1935 archit. (Ac.). II. 1. 1176 « personne qui a vu, entendu quelque chose et peut le certifier » (Chrétien de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, 6594: Car de chose qui ne fust voire Et que il de fi ne seüst Tesmoing ne messagiers ne fust); 2. 1erquart xiiies. « celui qui est appelé à témoigner en justice » (Renclus de Molliens, Carité, 138, 6 ds T.-L.: Chou est assés selonc le loi [cf. Deut. XVII, 6; Matth. XVIII, 16] Ki dous tesmoins o soi amaine); 1283 faus tesmoins (Philippe de Beaumanoir, Coutumes Beauvaisis, éd. A. Salmon, § 869); 3. 1543 « celui qui voit quelque chose, en est spectateur » (Cl. Marot, trad. Ovide, Métamorphoses, II, 850 ds Œuvres, éd. C. A. Mayer, t. 6, p. 194: loing de nous [...] Sont à présent regardeurs et tesmoings; Je suis d'advis [...] Qu'en ce beau lieu nous baignons toutes nues); 4. 1667 « celui qui se trouve là où se passe quelque chose » (Racine, Andromaque, IV, 6). Du lat. testimonium « témoignage, déposition, attestation; preuve, témoignage » à l'époque class.: à basse époque « témoin » (fin ives. Peregr. Aetheriae, 45, 4: si quis autem peregrinus est, nisi testimonia habuerit qui eum noverint...), v. Löfstedt, p. 332. Cf. l'empr. a. fr. testimonie « témoignage, preuve » (1remoit. xiies., Psautier d'Oxford, 118, 88 ds T.-L.), testemoingne « réputation » (1160-74, Wace, Rou, éd. A. J. Holden, II, 836). Fréq. abs. littér.: 4 466. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 7 948, b) 6 461; xxes.: a) 6 721, b) 4 705. Bbg. Spitzer (L.). Témoin. Archivum Romanicum 1938, t. 22, pp. 372-375. − Quem. DDL t. 31, 34, 40. − Wartburg (W. von). Z. rom. Philol. 1940, t. 60, p. 533.

Trésor de la Langue Française informatisé

TÉMOIN, subst. masc.

A. − [À propos d'une pers.]
1. Personne qui certifie ou qui peut certifier ce qu'elle a vu ou entendu. Témoin auriculaire, oculaire, direct, indirect; témoin digne de foi, fidèle, impartial; parler sans témoin. C'est pour cette raison que je désire, comme témoin de ces événements, vous les faire connaître en toute sincérité, convaincu que si des Anglais approuvent la violence et l'oppression ce n'est que parce que la vérité leur est encore inconnue (Tocqueville, Corresp.[avec H. Reeve], 1851, p. 119):
Photos des murs de prison où ils ont gravé mon nom pendant leur ultime veillée; dernières lettres écrites aux leurs et m'invoquant comme leur chef; récits de témoins qui, avant le feu du peloton d'exécution, ont recueilli leur cri: « Vive la France! Vive de Gaulle! » Ceux-là me dictent mon devoir au moment même où j'en ai le plus besoin. De Gaulle, Mém. guerre, 1956, p. 172.
Prendre qqn à témoin. Invoquer le témoignage de. Il s'agitait comme une flamme, se contournait, prenant à témoin de son amour la foule, semblait-il, tant son regard défiait les hommes assez hardis pour contempler ses parents étendus sur le satin jaune de la calèche (Adam,Enf. Aust., 1902, p. 390).Comme je ne lui promettais rien, elle changea de manière, gémit, pleura, prit Dieu à témoin de ses malheurs et de ses vertus (France,Vie fleur, 1922, p. 305).
Dieu, le ciel m'est témoin que. Attester le ciel, Dieu, de la véracité de ses dires. Je crains les regards de mon mari, de cet ami que j'aime, et que mon cœur n'a pas trahi; car le ciel m'est témoin que l'amitié seule m'intéresse au sort de Frédéric (Cottin,Cl. d'Albe, 1799, p. 137).Ah Zeus, Zeus, roi du ciel, je me suis rarement tourné vers toi, et tu ne m'as guère été favorable, mais tu m'es témoin que je n'ai jamais voulu que le bien (Sartre,Mouches, 1943, ii, 1ertabl. 4, p. 62).
ETHNOGRAPHIE, LING. Personne interrogée par un enquêteur ou au cours d'enquêtes ethnographiques, linguistiques. Synon. informateur.Aucun autre effort n'était demandé au témoin que de dire le vrai nom patois de ces objets qu'il touchait en nous répondant (Fr. mod., t. 19, 1951, p. 1319).
2. DROIT
a) Personne qui dépose en justice. Témoin judiciaire; appel, assignation, audition, comparution, confrontation, déposition, interrogatoire de(s) témoin(s); au banc des témoins, la barre des témoins; témoin gênant, récusable; faux témoin; témoin à charge, à décharge; suborner un témoin. La loi décide que le parricidium, en ce mot comprend tous les crimes capitaux, ne pourra être jugé que par le peuple dans les comices de centuries. Le juge suborné est puni de mort, le faux témoin précipité de la roche tarpéienne (Michelet,Hist. romaine, t. 1, 1831, p. 125).Après que l'accusée ait été condamnée, pensez-vous que le principal témoin de l'accusation, de l'accusation, entendez-vous, puisse reparaître pour dire qu'il y a erreur et qu'il faut annuler le procès? (Camus, Requiem, 1956, 1repart., 3etabl., p. 847).
b) [Dans l'établissment de certains actes officiels] Personne qui certifie l'exactitude, l'authenticité des identités, des déclarations. Témoin certificateur; servir de témoin; en présence de x témoins; parler devant témoin, sans témoin. Drumont a eu beau dire que j'avais déshonoré mes cheveux blancs en étant le témoin du mariage de Daudet et de la jeune Hugo, je ne peux m'empêcher de reconnaître que dans ce syndicat du mensonge qui est partout, il est le seul journaliste qui ait le courage de dire la vérité (Goncourt,Journal, 1983, p. 398).Nous comprenons mieux aujourd'hui cet avocat d'Arras un peu gourmé, que Camille Desmoulins et sa Lucile avaient choisi pour témoin de leur bonheur menacé (Mauriac,Bâillon dén., 1945, p. 419).
Témoin de moralité. ,,Témoin qui ne dépose pas sur un fait précis, mais sur le caractère et les mœurs d'une personne qu'il connaît`` (Lar. encyclop.).
Témoin instrumentaire*.
En partic. Autrefois, personne qui réglait les modalités d'un duel. Eh bien! Avant d'envoyer vos témoins à Beauchamp, informez-vous (Dumas père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 288).Quand les deux adversaires se furent salués, ils se retirèrent chacun à l'écart, et les témoins demeurèrent seuls en présence (Ponson du Terr.,Rocambole, t. 3, 1859, p. 401).
3. Personne qui assiste à un événement sans qu'elle soit amenée à en témoigner. Synon. assistant, spectateur.Avoir été le témoin d'un fait; les témoins du drame. J'ai déjà dit à notre ami Fabrice que j'ai retrouvé tous les témoins de son action belle et courageuse; ce fut évidemment ce Giletti qui voulut l'assassiner (Stendhal,Chartreuse, 1839, p. 415).La sœur Marguerite était à ce moment couchée sur un tapis, les bras en croix, devant tout le chapitre assemblé; son corps devint lumineux, et les sœurs, témoins de ce prodige, jugèrent que Dieu opérait dans l'âme de sa servante des merveilles dont elles se réservèrent d'éprouver la vertu (Bremond,Hist. sent. relig., t. 3, 1921, p. 543).
4. Personne qui, par ses paroles, ses actes, son existence même, porte témoignage d'une pensée philosophique, religieuse. Naturellement, il s'agit toujours d'exterminer le pauvre − le pauvre est le témoin de Jésus-Christ, l'héritier du peuple juif, quoi! (Bernanos,Journal curé camp., 1936, p. 1069).Et pourtant, Mozart a exprimé notre cœur le plus secret, il l'a mis à nu. Bien plus; il a atteint, sans le vouloir, le but qu'a manqué Rousseau; il fut, à son insu peut-être, un témoin de Dieu dans ce monde condamné (Mauriac,Journal 2, 1937, p. 138).
Adepte d'une secte religieuse. Témoin du Christ, de Jehovah. (Ds Rob. 1985).
En partic. Créateur qui, par son œuvre, donne de l'époque où il a vécu une image particulière. Tous les deux, Pascal et Molière, nous apparaissent aujourd'hui comme les plus formidables témoins de la société de leur temps (Sainte-Beuve,Portr. littér., t. 2, 1835, p. 9).
B. − [À propos d'une chose]
1. Preuve matérielle, indice, pièce à conviction. Le lieu où telle catastrophe s'est passée en devient un témoin terrible et inséparable (Hugo, Préf. Cromwell, 1827, p. 21).Les cathédrales sont des témoins de la piété de nos aïeux! (Lar. Lang. fr.).
Inv. [En tête de phrase pour indiquer la chose qui sert à prouver ce qu'on affirme] Aussi savant qu'il était grand poète [Milton], on a vu qu'il écrivait en latin comme en anglais; il faisait des vers grecs, témoin quelques-uns de ses opuscules (Chateaubr.,Litt. angl., t. 2, 1836, p. 75).
Rem. L'empl. inv. n'est pas gén.: Je suis bien plus coupable encore; je joins l'hérésie au philosophisme, témoins ces mots: Je suis chrétien (Id., Mél. pol., t. 1, 1828, p. VIII).
2. P. anal. Témoin muet. Objet, lieu qui porte témoignage. La baronne, obligée de meubler son salon, sa chambre et la salle à manger avec les reliques de sa splendeur, avait pris le meilleur dans les débris de l'hôtel, rue de l'Université. La pauvre femme aimait d'ailleurs ces muets témoins de son bonheur qui, pour elle, avaient une éloquence quasi consolante (Balzac,Cous. Bette, 1846, p. 155).Tu n'auras que les arbres et les fleurs pour témoins muets de tes paroles (Camus,Dév. croix, 1953, 3ejournée, p. 576).
3. Spéc. Chose qui permet de constater, de vérifier. Synon. marque, repère.
a) AGRIC. ,,Lot ou parcelle d'une expérience ne comportant aucun traitement`` (Agric. 1977). On constitue un lot témoin avec des pois ayant germé dans les mêmes conditions (Plantefol,Bot. et biol. végét., t. 1, 1931, p. 291).
b) ARCHIT. ,,Petite plaque de plâtre, portant la date de création, posée sur une lézarde pour surveiller son évolution`` (Nér. Hist. Art 1985).
c) CIN. ,,Bouts de films visionnés aussitôt après leurs enregistrements`` (Coissac, Les Couloirs du cinéma, 1929, p. 127 ds Giraud 1956).
d) GRAV. ,,Partie d'une épreuve de gravure en taille douce qui n'a pas été écrasée par la pression sur la plaque de cuivre; bord irrégulier d'un papier à la forme`` (Comte-Pern. 1963). Feuillets non atteints par la rognure. Tout livre bien relié doit posséder en queue et sur les marges extérieures au moins quelques témoins (Maire,Manuel biblioth., 1896, p. 396).
e) MAR. ,,Bouts de toron effilés et séparés que les cordiers laissent à chaque bout d'une pièce de cordage`` (Gruss 1978).
f) SC. Tout ce qui, dans une expérience scientifique, peut servir de base de comparaison par rapport à des sujets que l'on soumet à des traitements particuliers. Cet échantillon [des terrains traversés par un sondage] se nomme la carotte ou témoin (J. Cahen, Bruet,Carrières, 1926, p. 44).Petit a noté [dans le procédé Wahl] une stabilité [de la bière] diminuée par rapport au témoin sans addition de levain lactique (Boullanger,Malt., brass., 1934, p. 291).
Rem. Dans ce cas le témoin peut être un être vivant ou un objet.
g) SPORTS. Bâton que se transmettent les coureurs dans une course de relais. Je vis dans ses yeux (avec un tel épuisement) une telle soif de victoire que je compris qu'il tomberait évanoui plutôt que de passer le témoin au suivant avec une seconde de retard (Morand,Champions du monde, 1930, p. 9).P. métaph. « Il faut que je vive encore quinze jours », pensa-t-il. Le temps qu'il fallait pour voir, pour apercevoir son enfant, pour lui passer le témoin dans cette course de relais où le père et le fils courent contre le temps (Morand,, Homme pressé, 1941, p. 327).
h) SYLVIC. ,,Arbres de lisière et autres qu'il est défendu d'abattre dans les ventes`` (Chesn. t. 2 1858).
i) TRAV. PUBL. ,,Élévation de terre qu'on laisse subsister, pour faire connaître quelle était l'élévation des terres qu'on a enlevées tout autour`` (Chesn. t. 2 1858).
REM.
-témoin, élém. de compos.entrant dans la constr. de subst. désignant une chose, un élément, une institution qui sert de référence.V. lampe-témoin et aussi:a)
Appartement-témoin, subst. masc.Vous vous ferez une opinion en venant visiter l'appartement-témoin (Le Monde, 19 juill. 1969ds Gilb. 1971).
b)
Butte-témoin, subst. fém.,géogr. Butte représentant, sur une plate-forme démantelée par l'érosion, les restes du relief ancien. (Ds Rob. 1985).
c)
Lapin-témoin, subst. masc.Sur des textiles divers, comme sur la peau des lapins-témoins, une simple application (...) a eu les mêmes résultats: les poux placés sur ces zones traitées étaient pris d'une sorte de danse du feu qui se terminait toujours par leur mort (Le Point, 13 nov. 1978, p. 140, col. 3).
d)
Maison-témoin, subst. fém.Visite tous les jours de la maison-témoin (Le Monde, 29 juin 1966ds Gilb. 1971).
e)
Projet-témoin, subst. masc.Un projet-témoin prenait pour cible (l'aménagement d'un parc naturel) une forêt de 5 000 hectares (Le Monde, 5 oct. 1966ds Gilb. 1971).
Prononc. et Orth.: [temwε ̃]. Att. ds Ac. dep. 1740. Étymol. et Hist. I. A. 1. Ca 1165 « ce qui sert de preuve, document » (Guillaume d'Angleterre, éd. M. Wilmotte, 16: Qui les estoires d'Engleterre Vauroit bien cerkier et enquerre [...] On troveroit a saint Esmoing [monastère de Suffolk]; Se nus en demande tesmoing, La le voise querre s'il veult); 1176-81 « preuve matérielle » (Chrétien de Troyes, Chevalier au lion, éd. M. Roques, 1349: S'il n'en a tesmoing et garant Que mostrer puisse a parlement); 2. ca 1170 « ce qui sert de preuve, témoignage » a tesmoing de (aucun) « au témoignage de » (Id., Erec, éd. M. Roques, 5854); 1174-84 p. ell. tesmoing [aucune rien] « à preuve..., comme en témoigne... » (Id., Perceval, éd. F. Lecoy, 7429: tuit li gon et les verdeles Furent d'or fin, tesmoing l'estoire); 1176-81 porter le faus tesmoing (Id., Chevalier au lion, 4398); ca 1220 traire aucun a tesmon (Comte de Poitiers, 424 ds T.-L.); 1222-23 terme de chancellerie (doc. éd. M. Gysseling ds Scriptorium t. 3, 1949, p. 200: El tesmoig de mes homes ki i furent [énumération]). B. 1. 1260 « échantillon d'une marchandise » (Étienne Boileau, Métiers, éd. G. B. Depping, p. 22: un borgois [...] livre le tesmoing de son grain pour vendre); 2. 1676 « élévation de terre qu'on laisse pour indiquer la hauteur des terres enlevées tout autour » (Félibien, p. 749); 3. 1690 terme de relieur (Fur.); 4. id. « marque laissée par un arpenteur sous les bornes d'une terre pour s'assurer par la suite qu'elles n'ont pas été déplacées » (ibid.); 5. 1803 « défaut de la tonte d'un drap » (Boiste); 6. 1884 biol.; empl. en appos. chien témoin [dans des expériences sur la rage] (Année sc. et industr., 1885, p. 409 d'apr. Rob. 1985); 7. 1935 archit. (Ac.). II. 1. 1176 « personne qui a vu, entendu quelque chose et peut le certifier » (Chrétien de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, 6594: Car de chose qui ne fust voire Et que il de fi ne seüst Tesmoing ne messagiers ne fust); 2. 1erquart xiiies. « celui qui est appelé à témoigner en justice » (Renclus de Molliens, Carité, 138, 6 ds T.-L.: Chou est assés selonc le loi [cf. Deut. XVII, 6; Matth. XVIII, 16] Ki dous tesmoins o soi amaine); 1283 faus tesmoins (Philippe de Beaumanoir, Coutumes Beauvaisis, éd. A. Salmon, § 869); 3. 1543 « celui qui voit quelque chose, en est spectateur » (Cl. Marot, trad. Ovide, Métamorphoses, II, 850 ds Œuvres, éd. C. A. Mayer, t. 6, p. 194: loing de nous [...] Sont à présent regardeurs et tesmoings; Je suis d'advis [...] Qu'en ce beau lieu nous baignons toutes nues); 4. 1667 « celui qui se trouve là où se passe quelque chose » (Racine, Andromaque, IV, 6). Du lat. testimonium « témoignage, déposition, attestation; preuve, témoignage » à l'époque class.: à basse époque « témoin » (fin ives. Peregr. Aetheriae, 45, 4: si quis autem peregrinus est, nisi testimonia habuerit qui eum noverint...), v. Löfstedt, p. 332. Cf. l'empr. a. fr. testimonie « témoignage, preuve » (1remoit. xiies., Psautier d'Oxford, 118, 88 ds T.-L.), testemoingne « réputation » (1160-74, Wace, Rou, éd. A. J. Holden, II, 836). Fréq. abs. littér.: 4 466. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 7 948, b) 6 461; xxes.: a) 6 721, b) 4 705. Bbg. Spitzer (L.). Témoin. Archivum Romanicum 1938, t. 22, pp. 372-375. − Quem. DDL t. 31, 34, 40. − Wartburg (W. von). Z. rom. Philol. 1940, t. 60, p. 533.

Wiktionnaire

Nom commun

témoin \te.mwɛ̃\ masculin (parfois féminin pour désigner une femme : voir la note pour plus de renseignements)

  1. Personne qui certifie ou qui peut certifier une chose qu’elle a vue ou entendue.
    • Mais montrez-nous d’abord un louche, un bègue, puis opérez-les, et rendez-nous ensuite témoins des résultats de vos opérations sur ce bègue, sur ce louche; alors, si vous réussissez, il ne pourra plus rester de doute; les plus incrédules seront forcés de rendre les armes et de constater vos succès. — (Note du docteur J. A. Henroz au compte-rendu de séance de l’Académie des Sciences du 15 février 1841, L’expérience: journal de médecine et de chirurgie, numéro 190, 18 février 1841)
    • C'est lui qui, au Palais, dans la salle des témoins, durant les Assises, a eu cette phrase pour faire avouer à un gros type qu'il était bien lui, le gros, l’auteur du crime qu'on imputait à l’autre, entre les deux cipaux. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • « C’est un crime que d’effacer les empreintes successives imprimées dans la pierre par la main et l’âme de nos aïeux. Les pierres neuves taillées dans un vieux style sont de faux témoins. » — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 90)
    • Seuls les faux témoins narrent exactement la même histoire. — (Éric-Emmanuel Schmitt, L’Évangile selon Pilate, Albin Michel, 2000, collection Le Livre de Poche, page 282)
  2. Chose qui peut servir d’indice, ou d’une sorte de preuve, ordinairement dans une affaire criminelle.
    • Son épée ensanglantée, trouvée dans la chambre du mort, fut un témoin muet contre lui.
  3. Personnes dont on se fait assister pour certains actes.
    • Il a été à la mairie avec deux témoins pour la déclaration de naissance.
    • Servir de témoin pour un mariage, pour un testament.
    • En présence de quatre témoins.
    1. Ceux qui accompagnent un homme qui doit se battre en duel.
      • Il lui a servi de témoin.
      • Les témoins ont arrangé l’affaire, et le duel n’a point eu lieu.
  4. Celui qui voit quelque chose, qui en est spectateur, ou qui l’entend.
    • Cette querelle eut pour témoins un grand nombre de personnes.
    • Elle a été témoin de cette scène.
    • Je ne voulus pas être témoin de ces horreurs.
    • Leur entrevue devait avoir lieu sans témoins.
    • Dieu m’est témoin, Dieu m’en est témoin, Dieu sait que ce que je dis est véritable.
  5. Témoignage, marque, monument, ce qui sert à faire connaître.
    • Telles et telles églises sont les témoins de la piété
    • Le Colisée est encore aujourd’hui un témoin de la magnificence romaine.
  6. Chose qui sert à prouver ce qu’on vient d’avancer ; il est alors invariable.
    • Témoin ce qui est arrivé.
    • Témoin les blessures dont il est encore tout couvert.
  7. Objet qui sert de témoignage, de marque. Il se dit spécialement de petits morceaux de tuile, d’ardoise, etc., qu’on enterre sous les bornes d’un champ afin de connaître dans la suite si ces bornes n’ont point été déplacées.
    • On a retrouvé les véritables limites de ce champ, par le moyen des témoins.
  8. Certaines buttes ou élévations de terre, qu’on laisse pour faire voir de quelle hauteur étaient les terres qu’on a enlevées tout autour.
    • Les témoins qu’on a laissés marquent quel travail il a fallu faire pour mettre toutes ces terres de niveau.
  9. Il se dit d’arbres qu’il est défendu d’abattre, dans les ventes.
  10. (Architecture) Marques placées sur telle ou telle partie d’un bâtiment pour permettre de constater les progrès de certaines détériorations, telles que des lézardes, des fléchissements, etc.
  11. (Biologie) Animaux ou de plantes qui servent de termes de comparaison pour une expérience.
    • Un cobaye témoin.
  12. (Librairie) Feuillets d’un livre qui n’ont pas été rognés par le relieur et qui montrent quelle était la marge du volume.
  13. (Technologie) Sur une machine ou dans un logiciel, affichage ou signal (typiquement un bloc à diodes électroluminescentes appelé témoin lumineux ou un avertisseur sonore – bip, alarme ou autre) qui donne une information particulière (niveau, état, activité ou autre).
    • Maintenez la touche marche/arrêt enfoncée pendant trois secondes pour activer le mode appariement. Le témoin lumineux clignote alors en vert et vous pouvez entrer le code situé au dos du second récepteur.
  14. (Informatique) (Canada) Information temporairement envoyée à un client HTTP par un serveur HTTP, qui sera retournée à chaque connexion au même serveur.
    • Un témoin est un fichier texte informatique transmis au navigateur Web […] d'un visiteur par un serveur Web (ordinateur hôte du site Web) pour mémoriser certains éléments d'information. — (Foire aux questions - témoins, site internet de Transports Canada, 21 décembre 2009.)
  15. (Athlétisme) Objet transmis lors d’une course de relais.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  16. (Figuré) Sujet, cause transmise tel un témoin dans une course d’athlétisme.
    • Comme dans une course de relais, les syndicats des différentes professions se transmettent le témoin de la grève contre la réforme des retraites, espérant ainsi maintenir la pression sur le gouvernement. — (Clara Galtier, « Blocage de centres de traitement des déchets : la filière met en garde contre "une catastrophe environnementale" », www.lefigaro.fr, article du 23 janvier 2020, consulté le jour-même)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TÉMOIN. n. m.
Celui qui certifie, qui peut certifier une chose qu'il a vue ou entendue. Témoin oculaire. Témoin auriculaire. Témoin suborné, reprochable, suspect. Faux témoin. Témoin à gages. Servir de témoin. Entendre, interroger, examiner des témoins. Récuser un témoin. Produire des témoins. Confronter des témoins. Assigner des témoins. Témoin à charge. Témoin à décharge. Les témoins ont déposé. La déposition des témoins. Les témoins s'accordent tous là-dessus. J'ai de bons témoins de ce que je dis. Cela s'est passé devant témoins. Il y a eu des témoins de ce fait, de cet accident. J'ai été témoin de plusieurs actes de charité qu'il a faits. Vous m'êtes tous témoins que... En parlant d'une Femme, Elle est témoin de ce qui s'est passé, elle en est un bon témoin. Témoin muet, Chose qui peut servir d'indice, ou d'une sorte de preuve, ordinairement dans une affaire criminelle. Son épée ensanglantée, trouvée dans la chambre du mort, fut un témoin muet contre lui. Prendre quelqu'un à témoin, Invoquer son témoignage, le sommer de déclarer ce qu'il sait. À témoin, dans cette phrase, étant pris adverbialement, on dit de même, lorsqu'il est question de plusieurs personnes : Je les ai pris tous à témoin; je vous prends tous à témoin.

TÉMOIN se dit également des Personnes dont on se fait assister pour certains actes. Il a été à la mairie avec deux témoins pour la déclaration de naissance. Servir de témoin pour un mariage, pour un testament. En présence de quatre témoins. Il se dit, dans un sens analogue, de Ceux qui accompagnent un homme qui doit se battre en duel. Il lui a servi de témoin. Il a été son témoin. Les témoins ont arrangé l'affaire, et le duel n'a point eu lieu. Il se dit encore simplement de Celui qui voit quelque chose, qui en est spectateur, ou qui l'entend. Cette querelle eut pour témoins un grand nombre de personnes. Elle a été témoin de cette scène. Je ne voulus pas être témoin de ces horreurs. Leur entrevue devait avoir lieu sans témoins. Par une sorte de serment, Dieu m'est témoin, Dieu m'en est témoin, Dieu sait que ce que je dis est véritable.

TÉMOIN signifie aussi Témoignage, marque, monument, ce qui sert à faire connaître. Telles et telles églises sont les témoins de la piété de nos rois. Le Colisée est encore aujourd'hui un témoin de la magnificence romaine. Il s'emploie elliptiquement au commencement d'une phrase, pour amener une Chose qui sert à prouver ce qu'on vient d'avancer; il reste alors invariable. Témoin ce qui est arrivé. Témoin les blessures dont il est encore tout couvert. Il se dit, en termes d'Arts, d'Objets qui servent de témoignage, de marque. Il se dit spécialement de Petits morceaux de tuile, d'ardoise, etc., qu'on enterre sous les bornes d'un champ afin de connaître dans la suite si ces bornes n'ont point été déplacées. On a retrouvé les véritables limites de ce champ, par le moyen des témoins. Il se dit également de Certaines buttes ou élévations de terre, qu'on laisse pour faire voir de quelle hauteur étaient les terres qu'on a enlevées tout autour. Les témoins qu'on a laissés marquent quel travail il a fallu faire pour mettre toutes ces terres de niveau. En termes d'Eaux et forêts, il se dit d'Arbres qu'il est défendu d'abattre, dans les ventes. En termes d'Architecture, il se dit des Marques placées sur telle ou telle partie d'un bâtiment pour permettre de constater les progrès de certaines détériorations, telles que des lézardes, des fléchissements, etc. En termes de Biologie, il se dit d'Animaux ou de plantes qui servent de termes de comparaison pour une expérience. Par apposition, Un cobaye témoin. En termes de Librairie, il se dit des Feuillets d'un livre qui n'ont pas été rognés par le relieur et qui montrent quelle était la marge du volume.

Littré (1872-1877)

TÉMOIN (té-moin ; au XVIIe siècle, on donnait un son plus grave à la finale au pluriel : M. Chapelain a raison de dire que un faux témoin se prononce avec la dernière syllabe brève, et les faux témoins, qui est le pluriel, avec la dernière longue, ce qui les distingue notablement, VAUGEL. Rem. not. Th. Corn. t. II, p. 1024, dans POUGENS) s. m.
  • 1Témoignage, marque, ce qui sert à faire connaître (sens propre et primitif, témoin représentant le latin testimonium, témoignage). Hélas ! cette vertu, quoique enfin invincible, Ne laisse que trop voir une âme trop sensible ; Ces pleurs en sont témoins, Corneille, Poly. II, 2. Le présent conte en est un bon témoin, La Fontaine, Mul. Et j'ai de sûrs témoins de votre trahison, Molière, Mis. IV, 3. Tous ceux qui, comme des hirondelles, viennent chercher votre soleil, en sont de bons témoins [que, l'hiver, le climat de la Provence est meilleur que celui de Paris], Sévigné, 11 janv. 1690. Il cite pour témoin un auteur du temps d'Alexandre, Bossuet, Hist. II, 12.

    Prendre quelqu'un à témoin, le prendre en témoignage, invoquer son témoignage. Je prends d'Hacqueville à témoin de l'état où il m'a vue autrefois, Sévigné, 19. Nous prendrons à témoin le dieu qu'on y révère, Racine, Phèdre, v, 1.

    Dans la locution à témoin, témoin reste invariable, disent les grammairiens ; naturellement, puisqu'il représente témoignage. On demande s'il faut dire : Je vous prends tous à témoins, avec une s, au pluriel ; cette question fut faite dans une célèbre compagnie, où tout d'une voix on fut d'avis qu'il fallait dire : à témoin au singulier, Vaugelas, Rem. t. II, p. 1021, dans POUGENS. Je prends aujourd'hui à témoin le ciel et la terre, que je vous ai proposé la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction, Sacy, Bible, Deutéron. XXX, 19. Je prends à témoin tous les Grignans qui sont ici de la vérité de tout ce que je dis, Sévigné, 2. Tite, touché de leurs maux [des Juifs de Jérusalem], prenait ses dieux à témoin qu'il n'était pas cause de leur perte, Bossuet, Hist. II, 8.

    Fig. Juste postérité, à témoin je t'appelle, Régnier, Sat. II. Je prends à témoin Ces bois, ces prairies, Deshoulières, t. II, p. 89.

    Témoin, au commencement d'une phrase, se prend adverbialement, se dit d'une chose qui sert à prouver ce qu'on vient d'avancer, et demeure invariable quel que soit le mot qui suive, car il signifie témoignage. Ce mot est indéclinable et comme adverbe en cette phrase : témoin tous les anciens philosophes ; car, assurément, il faut dire témoin, et non pas témoins, Vaugelas, Rem. t. II, p. 1023, dans POUGENS. Mais il [le chien] est sot, il est gourmand : Témoin ces deux mâtins qui dans l'éloignement Virent un âne mort, La Fontaine, Fabl. VIII, 25. Luther avait été élevé dans de bons principes, et il ne pouvait s'empêcher d'y revenir de temps en temps, témoin le traité qu'il fit de l'autorité des magistrats en 1534, Bossuet, Var. I, 28. Quand avons-nous manqué d'aboyer au larron ? Témoin trois procureurs dont icelui Citron A déchiré la robe…, Racine, Plaid. III, 3.

    En témoin de quoi, loc. adv. Terme de pratique. En témoignage de quoi. Cette clause si ordinaire : en témoin de quoi j'ai signé la présente, où l'on ne peut pas dire que témoin ne signifie témoignage, Vaugelas, Rem. t. II, p. 1025, dans POUGENS. On dit maintenant : en foi de quoi.

  • 2 Par passage du sens abstrait au sens concret, celui, celle qui a vu ou entendu quelque fait, et qui peut en faire rapport. Témoin auriculaire. Témoin à gages. Récuser un témoin. Témoin. Témoin à charge. Témoin à décharge. Assigner, produire des témoins. N'importe, parlons-en et d'estoc et de taille Comme oculaire témoin, Molière, Amph. I, 1. Déments donc tout Paris, qui, prenant la parole, Sur ce sujet encor de bons témoins pourvu, Tout prêt à le prouver, te dira : je l'ai vu, Boileau, Sat. X. Il viendra me demander peut-être Un grand homme sec, là, qui me sert de témoin, Et qui jure pour moi lorsque j'en ai besoin, Racine, Plaid. I, 6. Aristote nous dit qu'à Cumes les parents de l'accusateur pouvaient être témoins, Montesquieu, Esp. XII, 2. En Angleterre, on reçoit les témoins des deux parts, et l'affaire est, pour ainsi dire, discutée entre eux, Montesquieu, ib. XXIX, 11. La coutume était de mettre sur l'autel une motte de terre, quand on donnait ses biens à l'Église ; des témoins tenaient lieu de contrat, Voltaire, Mœurs, 46. On ne fait point déposer les témoins en secret [en Angleterre] ; ce serait en faire des délateurs ; la procédure est publique, Voltaire, Dial. XXIV, 15. La loi [au moyen âge] exigeait beaucoup de témoins ; il en fallait soixante-douze contre un évêque, quarante contre un prêtre, plus ou moins contre un laïque, suivant la qualité de l'accusé ou la gravité de l'accusation, Duclos, Œuv. t. I, p. 302. Sénèque parle de ce fait comme un témoin oculaire, Diderot, Claude et Nér. I, 2. Il craignait les témoins, et non pas les remords, Comte de Caylus, Cont. orient. Œuv. t. VII, p. 308, dans POUGENS.

    Fig. Parle maintenant, ô ma conscience, je te rends la parole et la liberté ; c'est le premier témoin qu'il faut ouïr contre ce criminel, c'est-à-dire nous-mêmes contre nous-mêmes, Bossuet, Sermons, Péché d'habitude, 3.

    Il se dit aussi d'une femme, sans changer de genre. Elle a été témoin de ce qui s'est passé ; elle en est un bon témoin.

    Témoins nécessaires, témoins qui ne sont reçus que parce que la chose dont il s'agit n'a pu être connue que d'eux.

    Faux témoin, celui qui assure comme témoin un fait contraire à la vérité. À l'égard des faux témoins qu'on a subornés contre cet Homme-Dieu, Bourdaloue, Exhort. Faux témoign. rendus contre J. C. t. II, p. 22. En France la peine contre les faux témoins est capitale ; en Angleterre elle ne l'est point, Montesquieu, Esp. XXIX, 11.

    Témoin muet, toute chose qui peut servir d'indice ou d'une sorte de preuve. Quelques taches de sang sur ses vêtements furent des témoins muets contre lui.

    Vous m'êtes tous témoins que… se dit pour invoquer le témoignage des personnes présentes.

    Dieu m'est témoin, m'en est témoin, il sait que ce que je dis est véritable. Je vous aime, Le ciel m'en soit témoin, cent fois plus que moi-même, Corneille, Poly. I, 2. Saints autels, vous m'êtes témoins que ce n'est pas aujourd'hui par ces artificieuses fictions de l'éloquence que je mets dans la bouche de M. le Tellier ces fortes paroles, Bossuet, le Tellier. Les dieux nous sont témoins que nous n'avons renoncé à la paix que quand la paix nous a échappé sans ressource par l'ambition inquiète des Crétois, Fénelon, Tél. X.

  • 3Personne dont on se fait assister pour certains actes. Dresser un acte en présence de témoins. Il [le cardinal de Fleuri] m'assura positivement… que ce n'était pas le chevalier de Forbin, mais Bontemps et Monchevreuil qui avaient assisté comme témoins [au mariage de Louis XIV avec Mme de Maintenon], Voltaire, Lett. Roques, 1752. Don Bazile voudra bien nous servir de second témoin, Beaumarchais, Barb. de Sév. IV, 7. Plaisant mariage ! où sont les témoins ? Beaumarchais, ib. IV, 8. Ne pourront être pris pour témoins du testament par acte public ni les légataires, à quelque titre qu'ils soient, ni leurs parents ou alliés au quatrième degré inclusivement, Code civ. art. 975. Les témoins produits aux actes de l'état civil ne pourront être que du sexe masculin, âgés de vingt-un ans au moins, ib. art. 37.

    Témoins instrumentaires, témoins dont on se fait assister pour certains actes, par opposition à témoins judiciaires, ceux qui déposent en justice.

    Témoin moi-même ou témoin le roi, formule dont se sont servis quelques princes et notamment les rois d'Angleterre, pour ratifier quelques chartes.

  • 4Celui qui accompagne un homme qui se bat en duel. Les témoins essayèrent vainement d'arranger l'affaire. Les témoins mesurèrent le terrain.
  • 5Celui qui voit, qui entend quelque chose, qui en est spectateur. Mais si mon frère était le témoin de ma joie…, Corneille, Rodog. v, 3. Un riche laboureur, sentant sa fin prochaine, Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins, La Fontaine, Fabl. v, 9. Je ne crois que les histoires dont les témoins se feraient égorger, Pascal, Pens. XXIV, 46, éd. HAVET. Tristes, mais fidèles témoins de ses derniers sentiments [de Mme de Montausier], combien de fois vous a-t-elle dit…, Fléchier, Mme de Mont. Dieu, qui en fut le principe et le seul témoin [des actions de Mme d'Aiguillon], en est lui-même la récompense, Fléchier, Mme d'Aiguil. Parlez, écrivez, agissez, pensez, comme si vous aviez mille témoins ; comptez que tôt ou tard tout est su, Maintenon, Avis à la duch. de Bourg. Que vois-je autour de moi que des amis vendus Qui sont de tous mes pas les témoins assidus ? Racine, Brit. I, 4. Je compris qu'il avait quelque chose de personnel à me communiquer, et que ce qu'il avait à me dire ne demandait point de témoins, Marivaux, Pays. parv. 6e part. En vérité, que des farces si grossières puissent abuser un moment, il faut en être témoin pour le croire, Rousseau, 2e dial. La mort d'un ami ravit à l'homme vertueux un témoin de ses vertus, Diderot, Cl. et Nér. II, 7.

    Fig. Ce fut le soleil à midi qui éclaira le mariage ; la lune a été témoin du reste, Sévigné, 399. Et mon cœur, soulevant mille secrets témoins, M'en dira d'autant plus que vous m'en direz moins, Racine, Andr. IV, 5. Maheureux diadème, Instrument et témoin de toutes mes douleurs, Racine, Mithr. v, 1.

    Mes yeux en sont témoins, se dit d'une chose qu'on a vue soi-même.

  • 6 Au plur. En termes d'arpentage, petits morceaux de tuile, d'ardoise qu'on pose sous les bornes des héritages, pour reconnaître, par la suite, si les bornes ont été déplacées. On accusa ce propriétaire d'avoir déplacé les bornes de son champ ; mais les témoins firent voir qu'il n'en était rien.
  • 7Dans la fouille des terres, on nomme témoins, des hauteurs ou des buttes, qu'on laisse d'espace en espace, pour faire juger combien on a ôté de terre des endroits qui demeurent vides.

    Par extension. Ces montagnes dont la base était plus solidement appuyée, sont restées comme des espèces de témoins et de monuments qui indiquent la hauteur qu'avait anciennement le sol de ces contrées, Buffon, Add. th. terr. Œuv. t. XII, p. 403.

  • 8Dans les travaux de forage, morceau de roche qui reste après avoir été entamé de tous les côtés, et que l'on détache facilement.
  • 9 Au plur. Feuillets d'un livre que le relieur a laissés exprès sans les rogner, pour faire voir qu'il a épargné la marge autant qu'il lui a été possible ; on les nomme de même quand ils ont été laissés involontairement, par suite d'une feuille cornée quand on a rogné. En rognant à deux fois vous rognez d'autant moins, Et vous êtes plus sûr de laisser des témoins, Lesné, la Reliure, p. 59. Ces témoins sont des feuilles qui ne se trouvent pas tout à fait rognées en queue du livre ; ils sont pour l'ordinaire très inégaux, puisque ce n'est autre chose que la barbe du papier, Lesné, ib. 171.
  • 10 Au plur. Terme de marine. Bouts de toron que les cordiers laissent à chaque bout d'une pièce de cordage.
  • 11Nom donné par les essayeurs au bouton d'argent qu'ils obtiennent par la coupellation du plomb d'œuvre, lorsqu'ils veulent s'assurer de sa qualité avant de coupeller.
  • 12Défauts de la tonte du drap.
  • 13 Terme d'eaux et forêts. Témoins, arbres de lisière et autres qu'il est défendu d'abattre dans les ventes.

SYNONYME

PRENDRE à TÉMOIN, PRENDRE POUR TÉMOIN. Il y a une grande différence entre : je vous prends à témoin, et : je vous prends pour témoin. La première locution signifie : j'invoque votre témoignage ; la seconde signifie : je vous prends, je vous accepte comme témoignant. On peut prendre à témoin les grands, les princes, Dieu même ; mais on ne les prend pas pour témoins.

HISTORIQUE

XIIe s. Qui d'ouir et d'entendre a loisir et talant, Fasse pais, si escout bone chançon vaillant, Dont li livre d'istoire sont tesmoing et garant, Sax. I.

XIIIe s. Se un borgois de Paris ne un forain de dehors, quel que il soit, livre le tesmoing [échantillon] de son grain pour vendre, Liv. des mét. 22. … Si comme se je convenence que je porterai fax tesmong, Beaumanoir, XXXIV, 24. Il est faus tesmoins qui dist à essient menchonge en son tesmongnage après ce qu'il jure, Beaumanoir, ib. XXX, 46.

XVe s. Là estoient les douze pers de France, pour le roy d'Angleterre festoyer, et aussi pour estre personnellement et faire tesmoing à son hommage, Froissart, I, I, 12. Par le tesmoing [témoignage] monseigneur le dalphin, Deschamps, Poésies mss. f° 180.

XVIe s. Puis dit ainsi : loing de nous pour le moins Sont à present regardeurs et tesmoings, Marot, IV, 80. J'appelle ici en tesmoins tous ceux qui ont crainte de Dieu, Calvin, Instit. 1171. Les bestes… tesmoings les chiens qui…, Montaigne, I, 101. Tesmoings les brebis de Jacob, Montaigne, I, 102. Temoins passent lettres [titres, actes], Loysel, 774. Response qui depuis est venue en proverbe, à savoir de celuy qui, estant interrogé de quel mestier il estoit, respondit qu'il estoit du mestier de tesmoing, H. Estienne, Apol. d'Hérod. p. 252, dans LACURNE. Pour tesmoing jamais ennemy N'y soit receu, ny moins amy, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 149. Et cette race a veu (qui l'a plus estonnée ?) Que Dieu à ses tesmoings a donné maintesfois, La langue estant couppée, une celeste voix, D'Aubigné, Tragiques, éd. LALANNE, p. 147.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

TÉMOIN. Ajoutez :

PROVERBE

Témoins passent lettres, les témoignages oraux l'emportent sur les pièces écrites, adage de l'ancien droit français, Rev. histor. t. IV, p. 9.

REMARQUE

À côté de prendre à témoin on dit aussi appeler à témoin. M. de Chartres, dont il appelle à témoin la bonne foi, Bossuet, Rem.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TÉMOIN, s. m. (Gram. & Jurisprud.) est celui qui étoit présent lorsqu’on a fait ou dit quelque chose, & qui l’a vu ou entendu.

La déclaration des témoins est le genre de preuve le plus ancien, puisqu’il n’y en avoit point d’autre avant l’usage de l’écriture ; il a bien fallu pour savoir à quoi s’en tenir sur une infinité de chose dont on ne peut avoir autrement la preuve, s’en rapporter aux témoins.

Un seul témoin ne fait pas preuve, testis unus testis nullus ; mais l’écriture même veut que toute parole soit constatée par déclaration de deux ou trois témoins, in ore duorum vel trium testium stabit omne verbum.

En général toutes sortes de personnes peuvent être témoins, soit en matiere civile, ou en matiere criminelle, à-moins que la loi ou le juge ne leur ait interdit de porter témoignage.

Non-seulement les personnes publiques, mais aussi les personnes privées.

Personne ne peut être témoin dans sa propre cause.

Le juge ni le commissaire, l’adjoint & le greffier ne peuvent être témoins dans l’enquête qui se fait par-devant eux.

Les clercs, même les évêques peuvent déposer en une affaire de leur église, pourvu qu’ils ne soient pas parties, ni intéressés à l’affaire.

Les religieux peuvent aussi être témoins, & peuvent être contraints même sans le consentement de leur supérieur à déposer, soit en matiere civile ou criminelle ; mais non pas dans des actes où l’on a la liberté de choisir d’autres témoins, comme dans les contrats & testamens.

Les femmes peuvent porter témoignage en toute cause civile ou criminelle ; mais on ne les prend pas pour témoins dans les actes. Et dans les cas même où leur témoignage est reçu, on n’y ajoute pas tant de foi qu’à celui des hommes, parce qu’elles sont plus foibles, & faciles à se laisser séduire ; ensorte que sur le témoignage de deux femmes seulement on ne doit pas condamner quelqu’un.

Le domestique ne peut pas être témoin pour son maître, si ce n’est dans les cas nécessaires.

Celui qui est interdit de l’administration de son bien pour cause de prodigalité, peut néanmoins porter témoignage.

Les parens & alliés, jusqu’aux enfans des cousins issus de germains, ne peuvent porter témoignage pour leur parent, si ce n’est lorsqu’ils sont témoins nécessaires.

On peut dans un même fait employer pour témoins plusieurs personnes d’une même maison.

Ceux qui refusent de porter témoignage en justice, peuvent y être contraints par amende, & même par emprisonnement.

La justice ecclésiastique emploie même les censures pour obliger ceux qui ont connoissance de quelque délit, à venir à révélation. Voyez Aggrave, Monitoire, Réagrave, Révélation.

Le mari peut déposer contre sa femme, & la femme contre son mari ; mais on ne peut pas les y contraindre, si ce n’est pour crime de lése-majesté.

Le pere & la mere, & autres ascendans, ne peuvent pareillement être contraints de déposer contre leurs enfans & petits-enfans, ni contre leur brus & gendre, ni ceux-ci contre leur pere & mere, ayeux, beau-pere, belle-mere, ni les freres & sœurs l’un contre l’autre ; on étend même cela aux beaux-freres & belles-sœurs, à cause de la grande proximité.

Les furieux & les imbécilles ne sont pas reçus à porter témoignage.

Les impuberes en sont aussi exclus jusqu’à l’âge de puberté.

Les confesseurs ne peuvent révéler ce qu’ils savent par la voie de la confession ; il en est de même de ceux qui ne savent une chose que sous le sceau du secret, on ne peut pas les obliger à le révéler ; il faut cependant toujours excepter le crime de lése-majesté.

La preuve par témoins ne peut pas être admise pour somme au-dessus de 100 liv. si ce n’est qu’il y ait un commencement de preuve par écrit, ou que ce soit dans un cas où l’on n’a pas été à portée de faire passer une obligation ou reconnoissance ; voyez l’ordonnance de Moulins, art. 54. & l’ordonnance de 1667, titre des faits qui gissent en preuve vocale ou littérale.

Sur les témoins en général, voyez au digeste & au code les tit. de testibus, & les traités de testibus par Balde, Farinacius & autres, celui de Danty sur la preuve par témoins. Voyez aussi les mots Confrontation, Enquête, Preuve, Récolement. (A)

Témoin auriculaire est celui qui ne dépose que de faits qu’il a ouï dire à des tiers, & non à la personne du fait de laquelle il s’agit.

Ces sortes de témoins ne font point foi, ainsi que le décide la loi divus 24. ff. de testam. milit. aussi Plaute dit-il, que pluris est oculatus testis unus quam auriti decem. Voyez Témoin oculaire.

Témoin confronté est celui qui a subi la confrontation avec l’accusé, pour voir s’il le reconnoîtra, & s’il lui soutiendra.

Témoin corrompu est celui qui s’est laissé gagner par argent ou par autres promesses pour céler la vérité.

Témoin domestique est celui qui est choisi dans la famille ou maison de celui qui passe un acte ou qui fait quelque chose, comme si un notaire prenoit pour témoin son clerc ; un testateur, son enfant ou son domestique ; le témoignage de ces sortes de personnes ne fait point foi.

Témoin, faux, est celui qui dépose contre la connoissance qu’il a de la vérité.

Témoin idoine est celui qui a l’âge & les qualités requises pour témoigner.

Témoin instrumentaire est celui dont la présence concourt à donner la perfection à un acte public, comme les deux témoins en la présence desquels un notaire instrumente au défaut d’un notaire en second.

Témoin irréprochable est celui contre lequel on ne peut fournir aucun reproche pertinent & admissible. Voyez Reproche.

Témoin muet est une chose inanimée qui sert à la conviction d’un accusé ; par exemple, si un homme a été égorgé dans sa chambre, & que l’on y trouve un couteau ensanglanté, ce couteau est un témoin muet, qui fait soupçonner que celui auquel il appartient peut être l’auteur du délit ; mais ces témoins muets ne font point une preuve pleine & entiere, ce ne sont que des indices & des semi-preuves. Voyez Conviction, Indice, Preuve.

Témoin nécessaire est celui dont le témoignage est admis seulement en certains cas par nécessité, & parce que le fait est de telle nature, que l’on ne peut pas en avoir d’autres témoins ; ainsi les domestiques dont le témoignage est recusable en général dans les affaires de leur maître, à cause de la dépendance où ils sont à son égard, deviennent témoins nécessaires lorsqu’il s’agit de faits passés dans l’intérieur de la maison, parce qu’eux seuls sont à portée d’en avoir connoissance, comme s’il s’agit de faits de sévices & mauvais traitemens du mari envers sa femme, ou de certains crimes qui ne se commettent qu’en secret ; dans ces cas & autres semblables, on admet le témoignage des domestiques, sauf à y avoir tel égard que de raison. Voyez la loi consensu, cod. de repud. & la loi 3. cod. de testibus.

Témoin oculaire est celui qui dépose de fait qu’il a vu, ou de choses qu’il a entendu dire à l’accusé même ou autre personne du fait de laquelle il s’agit : la déposition de deux témoins oculaires fait une foi pleine & entiere, pourvu qu’il n’y ait point eu de reproche valable fourni contr’eux.

Témoin recolé est celui auquel on a relu sa déposition avec interpellation de déclarer s’il y persiste. Voyez Recolement.

Témoin répété est celui qui étant venu à révélation, a été entendu de nouveau en information. Voyez Révélation.

Témoin reprochable est celui contre lequel il y a de justes moyens de reproches, & dont en conséquence le témoignage est suspect & doit être rejetté ; par exemple, si celui qui charge l’accusé, a quelque procès avec lui ou quelque inimitié capitale. Voyez Reproches.

Témoin reproché est celui contre lequel on a fourni des moyens de reproches. Voyez Reproches.

Témoins requis est celui qui a été mandé exprès pour une chose, comme pour assister à un testament, à la différence de ceux qui se trouvent fortuitement présens à un acte.

Témoins singuliers sont ceux qui déposent chacun en particulier de certains faits, dont les autres ne parlent pas. Chaque déposition qui est unique en son espece ne fait point de preuve : par exemple, si deux témoins chargent chacun l’accusé d’un délit différent, leurs dépositions ne forment point de preuve en général ; cependant lorsqu’il s’agit de certains délits dont la preuve peut résulter de plusieurs faits particuliers, on rassemble ces différens faits, comme quand il s’agit de prouver le mauvais commerce qui a été entre deux personnes, on raproche toutes les différentes circonstances qui dénotent une habitude criminelle. Voyez la loi 1. §. 4. ff. de quæst. & Barthole sur cette loi ; Alexandre, t. I. conseil 41. n°. 4. & t. VII. conseil 13. n°. 23. & conseil 47. n°. 19. Despeisses, t. III. tit. 10. sect. 2.

Témoins en fait d’arpentage et de bornes, sont de petits tuileaux, pierres plates ou autres marques que l’arpenteur fait mettre dessous les bornes qu’il fait poser, pour montrer que ces bornes sont des pierres posées de main d’homme & pour servir de bornes.

Quand on est en doute si une pierre est une borne ou non, on ordonne souvent qu’elle sera levée pour voir s’il y a dessous des témoins qui marquent que ce soit effectivement une borne. (A)

Témoin, (Critiq. sacrée.) celui qui rend témoignage en justice ; la loi de Moïse, Deut. xvij. 6. défendoit de condamner personne à mort sur le témoignage d’un seul témoin ; mais le crime étoit cru sur la déposition de deux ou de trois, selon le même loi. Lorsqu’on condamnoit un homme à la mort, ses témoins devoient le frapper les premiers ; ils lui jettoient, par exemple, la premiere pierre s’il étoit lapidé. En cas de faux témoignage, la loi condamnoit les témoins à la même peine qu’auroit subi l’accusé ; voilà les ordonnances de Moïse sur ce sujet.

L’Ecriture appelle aussi témoin celui qui publie quelque vérité. Ainsi les prophetes & les apôtres sont en ce sens nommés témoins dans le nouveau Testament. Enfin témoin désigne celui qui fait profession de la foi de Jesus-Christ, & qui la scele de son sang, un martyr de la religion, comme on regardoit le sang de saint Etienne son témoin, τοῦ μάρτυρος σοῦ, dit S. Paul dans les Act. xxij. 20. (D. J.)

Témoins, passage des trois, (Critiq. sacrée.) c’est le passage de la I. épît. de S. Jacques, chap. v. vers. 7. il y en a trois qui rendent témoignage au ciel, le Pere, la Parole & l’Esprit. Nous avons en latin les adumbrations de Clément d’Alexandrie sur cette I. épître de S. Jean. Il parle des trois témoins de la terre, l’esprit qui marque la vie ; l’eau qui marque la régénération & la foi ; & le sang qui marque la reconnoissance, & ces trois-là, continue-t-il, sont un. Edition de Potter, p. 1011. Clément d’Alexandrie ne dit pas un mot des trois témoins du ciel. Ce passage de S. Jacques manque, selon M. Asseman, non-seulement dans le syriaque, mais aussi dans les versions arabes & éthiopiennes, sans parler de plusieurs anciens manuscrits. Ce sont ses paroles : Non solum apud Syros desiderantur, sed etiam in versione arabicâ & æthiopicâ, ut antiquos plurimos codices mss. taceam. Bibl. orient. t. III. p. 2. p. 139. Voyez pour nouvelles preuves le Testament grec de Mill, & une savante dissertation angloise sur ce fameux passage. J’ai eu un Testament latin imprimé à Louvain dans le seizieme siecle, in-12. dédié au pape, & approuvé par les théologiens de Louvain, où ce passage manquoit aussi. (D. J.)

Témoin, c’est le nom qu’on donne, dans l’Artillerie, à un morceau d’amadou de même dimension que celui dont on se sert pour mettre le feu au saucisson de la mine. On met le feu en même tems à ces deux morceaux d’amadou ; celui qu’on tient à la main, sert à faire juger de l’instant où la mine doit jouer, & du tems que l’on a pour se retirer ou s’éloigner. Voyez Mine. (Q)

Témoin, s. m. (Commerce de blé.) on appelle témoin dans les marchés une ou deux poignées de blé que les bourgeois portent ou font porter à la halle, & qui sert d’échantillon pour vendre celui qu’ils ont dans leurs greniers. Les laboureurs & les blâtiers apportent communément leurs blés par charges ou par sommes à la halle, mais les bourgeois y envoyent seulement du témoin, & ceux qui en ont acheté sur ce témoin vont aux greniers des maisons bourgeoises, pour se faire livrer la quantité qu’ils ont achetée.

Témoins, s. m. pl. terme de Cordeur de bois, ce sont deux buches qu’on met de côté & d’autre de la membrure, lorsqu’on corde le bois au chantier. (D. J.)

Témoin, (Jardinage.) ce sont des hauteurs de terre isolées que laissent les terrassiers dans leurs atteliers, pour mesurer la hauteur des terres enlevées, & en faire la toise cube. On paye les terrassiers à la toise cube, qui doit avoir six piés de tout sens, & contenir en tout 216 piés en-bas.

Témoin, s. m. terme de Relieur, feuillet que les Relieurs laissent exprès sans rogner, pour faire voir qu’ils ont épargné la marge du livre. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « témoin »

(Date à préciser) Du latin testimonium (« témoignage »), et en bas latin « témoin » (fin du IVe siècle) [1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Berry, têmoin ; wallon, témon ; provenç. testimoni ; du lat. testimonium, de testis (pour trestis, voy. TESTER), et le suffixe monium, suffixe secondaire formé de mon (comme dans sermo), qui fait des noms d'agent, et ium, io, qui fait des noms d'acte. Testimonium se trouve dès le VIIIe siècle, en un capitulaire, au sens de témoin ; et dès lors les Romans avaient donné un sens concret à ce substantif abstrait.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « témoin »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
témoin temwɛ̃

Citations contenant le mot « témoin »

  • Il n'est pas d'amour sans fierté, et par conséquent sans témoin. Claude Aveline, Et tout le reste n'est rien, Mercure de France
  • Quand il existe quelque chose d'éternel, comment ferais-je pour n'en pas être éternellement le témoin ? Paul Claudel, Journal, Gallimard
  • Ce siècle est à la barre et je suis son témoin. Victor Hugo, L'Année terrible
  • La parfaite valeur est de faire sans témoins ce qu'on serait capable de faire devant tout le monde. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes
  • Je ne crois que les histoires dont les témoins se feraient égorger. Blaise Pascal, Pensées, 593 Pensées
  • Les témoins sont fort chers, et n'en a pas qui veut. Jean Racine, Les Plaideurs, I, 3, Léandre
  • Les faux témoins sont méprisés même de ceux qui les subornent. , Talmud, Sanhédrin, 29a
  • Non, vous n’êtes pas morts gratuits. Vous êtes les témoins de l’Afrique immortelle, vous êtes les témoins du monde nouveau qui sera demain. De Léopold Sédar Senghor / Noirs dans les camps nazis
  • Le monde est rempli de faux témoins. De Louis Aragon
  • Otez le genre humain, l'univers est sans témoins. De Antoine de Rivarol
  • Jéhovah a toujours des témoins, mais jamais d’alibi. De Peter Grijs
  • Vivre sans amis, c’est mourir sans témoin. De George Herbert / Jacula Prudentum
  • Les yeux sont des témoins plus fidèles que les oreilles. De Héraclite d'Ephèse
  • Le théâtre est le témoin de la naissance de la conscience nationale. De Habib Bourguiba / Discours
  • Un visage qui ne rit jamais est le témoin d'un coeur mauvais. De Proverbe basque
  • Un seul témoin oculaire en vaut dix qui ont entendu. De Plaute / Truculentus
  • Exister sans témoins appréciables, c'est vivre à vide. De Robert Blondin / 7ème de solitude ouest
  • Je ne crois que les témoins qui sont prêts à se faire égorger. De Blaise Pascal
  • L'architecture est le témoin incorruptible de l'histoire De Octavio Paz
  • Travaille. Un grand exemple est un puissant témoin. Montre ce qu'on peut faire en le faisant toi-même. De André Chénier / L'invention
  • A Poitiers, l’association Le Refuge de la Vienne lance ce lundi un appel à témoin après une agression transphobe qui a eu lieu dans la nuit du mercredi au jeudi 29 au jeudi 30 juillet. France Bleu, L’association Le Refuge lance un appel à témoin après une agression transphobe à Poitiers
  • Jaruchart Mardthong, 40 ans, est décédé jeudi dans ce qui, selon la police, s'apparente à un accident de moto. Mais sa disparition soudaine, alors que l’affaire dans laquelle il apparait comme un témoin surprise déterminant, suscite le doute après l’abandon récemment des poursuites contre le principal suspect, Vorayuth "Boss" Yoovidhya, petit fils du créateur de la boisson Red Bull, et dont le père, Chalerm, détiendrait la 2e fortune de Thaïlande estimée par Forbes à 20 milliards de dollars. , Mort suspecte à Chiang Mai d’un témoin surprise de l’affaire Red Bull | lepetitjournal.com
  • Sur une vidéo diffusée par le journal local, le Periodico de Ibiza, l'un des individus est filmé en train de se rapprocher du bord du précipice, à près de 30 mètres de la surface de l'eau (selon les experts, 100 pieds au-dessus de la mer). Et soudain, le grand saut : le touriste britannique se jette à l'eau. À proximité, un témoin filme la scène. ladepeche.fr, À Ibiza, un baigneur filmé par un témoin plonge de 30 mètres de haut et se blesse grièvement - ladepeche.fr
  • L'effroi et un terrible sentiment d'impuissance. Mardi 28 juillet dans l'après-midi, Aurélien, 34 ans, un professeur d'histoire géographie se trouvait sur la RN2, dans l'Aisne, à hauteur de Laon, simple automobiliste, lorsqu'il a été témoin du terrible accident dans lequel quatre enfants ont perdu la vie. Encore très choqué par ce qu'il a vu, il raconte comment, avec d'autres témoins de la scène, il a essayé d'éviter le pire. leparisien.fr, Accident de la RN2 : «Je me suis senti impuissant», raconte un témoin qui a secouru la conductrice - Le Parisien
  • Ce témoin est l'homme chez qui Adama Traoré s'était réfugié avant d'être interpellé en juillet 2016. Franceinfo, Affaire Adama Traoré : la famille Traoré dépose plainte pour "témoignage mensonger" contre un témoin-clé
  • Les faits remontent au 19 août 2019. Sans le vouloir, Leila N. tombe sur une scène d’agression, rue Legendre, dans le XVIIe arrondissement de Paris, la nuit. Elle avait décidé d’appeler la police. À leur arrivée, l’un des policiers Florian G. s’en était pris à elle et l’avait frappée. Cette quadragénaire est passée en un instant de statut de témoin à celui de victime, et est également accusée de violences volontaires contre un agent de la BAC. Bladi.net, Paris : passée de témoin à victime, elle porte plainte pour violence policière (vidéo)
  • Tout témoin cité par le ministère public ou par les parties, dont le nom a été régulièrement signifié, est acquis aux débats devant la cour d’assises et doit déposer, après avoir prêté serment, sauf s’il se trouve dans un cas d’empêchement ou d’incapacité prévu par la loi, ou si toutes les parties ont renoncé à son audition. , Cour d’assises (témoins) : conditions d’interrogation et de convocation - Déposition | Dalloz Actualité

Images d'illustration du mot « témoin »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « témoin »

Langue Traduction
Anglais witness
Espagnol testigo
Italien testimone
Allemand zeuge
Chinois 证人
Arabe الشاهد
Portugais testemunha
Russe свидетель
Japonais 証人
Basque lekuko
Corse testimone
Source : Google Translate API

Synonymes de « témoin »

Source : synonymes de témoin sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « témoin »

Partager