La langue française

Téléphone

Définitions du mot « téléphone »

Trésor de la Langue Française informatisé

TÉLÉPHONE, subst. masc.

A. − Dispositif qui permet de correspondre à distance par la voix. Téléphone acoustique/par tubes. L'ordre est de ne pas tirer. Impossible d'en obtenir un autre: ton téléphone à ficelles fonctionne comme un bon! mais il n'y a personne à l'autre bout du fil (Malraux, Espoir, 1937, p. 483).
P. compar. Pour communiquer plus facilement, comme je ne peux tout de même pas escalader ta fenêtre toutes les nuits, je vais percer un trou dans la cloison qui sépare les deux chambres. Juste sous mon crucifix; ça ne se verra pas. De ton côté, couvre l'orifice avec le portrait de sainte Thérèse. Le lendemain, cette sorte de téléphone fonctionnait à merveille (H. Bazin, Vipère, 1948, p. 170).
B. − TECHN. D'INFORM.
1. Dispositif composé d'un émetteur et d'un récepteur reliés par un circuit électrique avec ou sans fils, destiné à la transmission de signaux sonores ou de sons émis par une source quelconque et permettant en particulier une conversation entre deux interlocuteurs éloignés. Téléphone à pile; téléphone magnétique; téléphone intérieur. Le téléphone inventé par Graham Bell en 1876, et utilisé pour la première fois à Paris en septembre 1879 (Lesourd, Gérard, Hist. écon., 1966, p. 349).Cet événement eut lieu le 10 mars 1876. Le téléphone était né. Baptisé du même nom que l'appareil de Reiss, il l'emportait sur lui, comme disait William Thomson, autant que la voix humaine l'emporte sur les battements de mains (P. Rousseau, Hist. techn. et invent., 1967, p. 286).
2.
a) Ensemble des procédés et des installations permettant la liaison entre des personnes par ce dispositif; réseau téléphonique. Téléphone manuel, automatique (et, p. ell., l'automatique); service de téléphone interurbain, régional. La première concession de téléphones est donnée à Hébrard et à Foucher de Careil; ils la passaient immédiatement à un banquier qui leur donnait un gros pot-de-vin (Barrès, Cahiers, t. 1, 1897, p. 198).Claude Vincent, 51 ans, est le symbole vivant de la « francisation » du téléphone réalisée en 1976, Thomson rachetant sa filiale française au suédois Ericsson, et L.M.T. au groupe américain I.T.T. (L'Express, 19 janv. 1980, p. 122, col. 1).
Abonné au téléphone. Usager du réseau téléphonique possédant un ou plusieurs postes téléphoniques à domicile. Les abonnés au téléphone peuvent demander que les télégrammes qu'ils reçoivent leur soient téléphonés (Admin. P. et T., 1964, p. 29).
Annuaire du/des téléphone(s). Répertoire des abonnés au téléphone. Olivier requit aussitôt le préposé, qui écrivait à son bureau, l'annuaire des téléphones sous la main (Vogüé, Morts, 1899, p. 145).D'un tabac encore ouvert, rue de la Bienfaisance, je pouvais surveiller l'immeuble. Après un moment, j'allai en noter le numéro; je demandai ensuite l'Annuaire des Téléphones (professions et rues). C'était la maison de d'Estrème (Abellio, Pacifiques, 1946, p. 237).
Numéro de téléphone et, p. ell., fam., téléphone. Numéro d'identification d'un abonné au téléphone. Notez mon numéro de téléphone; donne-moi ton téléphone. Un timbrage bleu, au coin du pneumatique, donnait l'adresse et aussi le téléphone; Paris et interurbain (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p. 304).Tu prétends savoir tout mieux que tout le monde et tu ne sais même pas le numéro de téléphone de ton cabinet à Marseille! (Montherl., Fils personne, 1943, iii, 1, p. 317).
b) Ce moyen de communication. Synon. fam. bigophone, grelot, tube.Aimer, détester le téléphone; communiquer des renseignements par téléphone; commander qqc., inviter qqn par téléphone. Le téléphone marchait sans cesse. Madame de Noailles appelait encore chacun, même ses intimes, « Monsieur », ne se permettant pas souvent cet impérieux mais nuancé « mon cher », qu'elle distribuerait à ses écouteurs (Blanche, Modèles, 1928, p. 58).Celui-ci montait lui aussi reprendre (...) son service de vigie, surveiller de son observatoire l'ascension des cordées, et signaler par téléphone les disparus (Peyré, Matterhorn, 1939, p. 46).
Locutions
Au téléphone. En liaison, en communication téléphonique. Être au téléphone (synon. être en ligne); appeler qqn au téléphone (synon. téléphoner à qqn); passer une heure au téléphone; avoir qqn au téléphone (synon. fam. avoir qqn au bout* du fil). J'aurai Clermont au téléphone, dans trois quarts d'heure (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 232).Ça peut être une question de vie ou de mort... Vous avez compris? Vous demanderez au téléphone M. Célestin, il vous donnera un rendez-vous et vous lui remettrez la liste (Triolet, Prem. accroc, 1945, p. 44).
Fam. Coup de téléphone et, p. ell., téléphone. Appel, communication téléphonique. Synon. fam. coup de fil*, coup de grelot* (pop.).Donner, passer un (petit) coup de téléphone; j'attends ton téléphone; il y a eu un téléphone pour vous. Dans la soirée arriva d'Arthur Meyer un téléphone demandant de suspendre l'envoi (Barrès, Cahiers, t. 3, 1902, p. 13).
c) Ligne téléphonique qui relie un poste ou un ensemble de postes au réseau général. À la suite d'orages, le téléphone a été coupé. L'attente de son coup de téléphone: toute la matinée inquiet, me disant que le téléphone s'arrangera bien pour être détraqué au moment où elle appellera (Montherl., J. filles, 1936, p. 1033).Je n'ai pas téléphoné pour vous annoncer ma venue, dit-il.Vous avez bien fait, dit Ricarda, mon téléphone est surveillé.Je m'en doutais (Abellio, Pacifiques, 1946, p. 241).
Locutions
Avoir, (se) faire installer, mettre le téléphone. Être relié, faire relier (un endroit) au réseau téléphonique. Ils n'ont pas encore le téléphone. Monsieur le Président, articula le jeune homme, c'est Monsieur de Jarville qui est à l'appareil.Parfaitement, parfaitement! s'écria Joseph (...). Mais pourquoi ne pas l'avoir branché sur la galerie? Vous n'imaginez pas que je vais descendre un étage. Et si j'ai fait mettre le téléphone dans toutes les pièces, ce n'est quand même pas pour des prunes (Duhamel, Passion J. Pasquier, 1945, p. 16).
Téléphone rouge. Liaison directe établie par télex entre la Maison-Blanche et le Kremlin; p. ext., ligne téléphonique spéciale établie entre deux chefs d'État. Malgré ces sauvegardes, on ne peut assurer qu'un accident soit impossible. Disons qu'il est en tout cas hautement improbable et que le « téléphone rouge » pourrait en réduire la portée (Beaufre, Dissuasion et strat., 1964, p. 70).
d) Poste téléphonique, appareil constitué d'un microphone fixe et d'un système d'écouteurs ou d'un combiné microphone récepteur reposant sur un support, utilisé pour accéder au réseau téléphonique. Téléphone de campagne (à usage militaire); téléphone automatique, manuel; téléphone à cadran mobile, à touches; sonnerie du téléphone; décrocher, reposer le (combiné du) téléphone; téléphone public; cabine, jeton de téléphone; le téléphone est dans le salon. « Allo! » et une voix dans le téléphone, à laquelle Koning répond: « Bien, Prince. » C'est le prince de Sagan qui loue une loge pour ce soir (Goncourt, Journal, 1892, p. 334):
Pendu au téléphone pendant une heure, accroché comme un noyé à cet affreux téléphone de banlieue qui marche quand ça lui chante, c'est-à-dire une fois sur dix, Joseph Pasquier fit des tentatives désespérées pour obtenir une communication directe avec l'Intran. Duhamel, Passion J. Pasquier, 1945, p. 192.
e) P. méton. Redevance téléphonique. Je vais passer payer le téléphone! (...) Il est temps qu'ils nous le remettent... Tu trouves pas?... On en a besoin! (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 522).
3. Gén. au plur. Organisation, service qui assure les liaisons téléphoniques. Administration des téléphones; en France, les téléphones sont un monopole d'État; Postes, Télégraphes et Téléphones (P.T.T.). L'exploitation des réseaux téléphoniques fit l'objet de diverses concessions, dont les bénéficiaires ne tardèrent pas à s'entendre pour constituer la Société générale des téléphones dès le 10 décembre 1880(Pradelle, Serv. P.T.T. en Fr., 1903, p. 93).La Compagnie des Téléphones se taille une certaine publicité en promenant ses agents à motocyclette, qui tirent derrière eux d'immenses téléphones (Morand, Londres, 1933, p. 253).
C. − P. anal.
1. Fam. Téléphone arabe. Transmission rapide de nouvelles, d'informations de bouche à oreille. Les informations transmises, sous le manteau ou par « téléphone arabe », par des artisans furieux (Le Monde dimanche, 15 mai 1983, p. iii, col. 2).
2. Jeu du téléphone. Jeu dans lequel chaque joueur transmet à voix basse une phrase au suivant qui la transmet à son tour, la phrase se déformant au fur et à mesure. (Dict. xxes.).
Prononc. et Orth.: [telefɔn]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1. 1809 « dispositif permettant de correspondre par la voix à distance » [ici, à l'aide de porte-voix] (E. F. Chladni, Traité d'acoustique, p. 289 ds Rob. 1985); [1836 « dispositif permettant de correspondre par des sons correspondant à un code à distance » (Langue musicale ou téléphonie, inventée par E. Sudre [...] Documents concernant les applications de cette nouvelle science d'apr. Lar. Lang. fr.)]; 2. a) 1876 « dispositif de transmission de la voix à distance par des impulsions électriques » (H. de Paville ds Journ. des Débats, 5 oct., Feuilleton, p. 1, col. 3 ds Littré Suppl. 1877); b) 1879 « appareil, poste téléphonique » (Verne, 500 millions, p. 177); c) 1879 plur. « réseau d'installations téléphoniques, gestion et exploitation de celles-ci » (Société générale des téléphones d'apr. Lar. 19eSuppl. 1890); 1902 la Poste le Télégraphe et le Téléphone (Nouv. Lar. ill.); d) 1906 coup de téléphone (G. Leroux, L'Agonie de la Russie blanche, p. 236 ds Quem. DDL t. 21); e) 1962 téléphone arabe (Lanly, p. 52). Comp. du gr. τ η ̃ λ ε « loin, au loin » et φ ω ν η ́ « son », v. télé-1et phone, -phonie. En 1876, empl. p. réf. à l'angl. de même formation telephone désignant le dispositif de A. G. Bell présenté cette année-là; le terme avait d'abord servi à désigner différents dispositifs de transmission des sons comme celui de E. Sudre ou le dispositif électrique de l'Allemand J. Ph. Reis (1834-1874) datant de 1861 et appelé en all. Telephon (NED). Fréq. abs. littér. : 975. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) néant, b) 39; xxes.: a) 621, b) 3 752. Bbg. Blochw.-Runk. 1971, p. 380. − Copceag (D.). Rem. sur la struct. des « mots internat. » Bucarest, 1970, t. 4, pp. 747-751. − Gall. 1955, p. 287. − Kant (S.). L'Opinion devant un probl. technologique... Thèse, Paris, 1979, passim.Peytard (J.). Enq. sur la motivation et le contenu sém. des lexies préfixées par télé-. Beitr. rom. Philol. 1975, t. 14, no1, pp. 197-203. − Quem. DDL t. 22, 33.

Wiktionnaire

Nom commun

téléphone \te.le.fɔn\ masculin

  1. (Téléphonie) Appareil utilisé par deux personnes ou plus, pour mener une conversation à distance. Peut-être fixe (relié à un réseau câblé) ou mobile (communiquant via des ondes radio).
    • Il aperçut non loin un officier de haute taille, en uniforme bleu, qui parlait dans un téléphone portatif […] — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 133 de l’éd. de 1921)
    • Le cornet à l’oreille, Aïssa, debout près du guéridon où le téléphone communiquant avec la ferme était posé, tapa du pied :
      — Mais qu’est-ce qu’elle fabrique !…
      — (Victor Margueritte, Un cœur farouche, Paris : Ernest Flammarion, 1921 p. 147)
    • Enfin, la pendule-réclame Guérin-Boutron, fixée près d’une cabine de téléphone, marquait une fois pour toutes la demie de minuit, en cas de contestation. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Le téléphone sonna trois fois et Max parla longuement, en fumant. Il gribouillait sur une feuille de papier près de l’appareil. — (Michel Guérin, L’Homme Déo, Grasset, 1978)
    • À l’obsolescence technique s’adjoint donc une obsolescence psychologique : un téléphone de deux ans est ringard, un vêtement de six mois est démodé, un écran plat est déjà bien triste face à une télévision 3D. — (Christophe Sempels & ‎Jonas Hoffmann, Les Business models du futur : créer de la valeur dans un monde aux ressources limitées, Pearson Education France, 2012, p. 120)
    • Il avait encore un vieux téléphone couleur coquille d’œuf, avec un cadran et un récepteur qui avait l’air d’un os, relié à l’appareil par un câble à spirales. — (Matthias Zschokke, Quand les nuages poursuivent les corneilles, traduit de l’allemand par Isabelle Rüf, Éditions Zoé, 2018)
  2. (Vieilli) Service public qui assure les communications par téléphone.
    • Un autre développement majeur des années 70 est rendu possible par la combinaison du circuit intégré et des télécommunications numériques : le commutateur téléphonique automatique. C’est un progrès technique important : d’objet de frustration perpétuelle (Allô ! le 22 à Asnières ?), le téléphone devient soudain fiable, et beaucoup plus utile. — (Yves Bréchet, Philippe Jarry & Françoise Létoublon, Mécanique des signes et langages des sciences, CNRS/Maison des Sciences de l’homme-Alpes, 2003, page 170)
  3. Bureau où l’on peut se servir du téléphone.
    • Aller au téléphone.
  4. (Informel) Appel téléphonique.
    • J’ajoute que j’ai reçu un téléphone discret de la Police judiciaire qui voulait savoir si la drogue y était pour quelque chose. — (Jacques Chessex, L’Ogre, Grasset, p. 132)
  5. (Vieilli) (Argot) (Construction) Toilettes.
    • Ainsi on évitera le populaire chiottes, dénotativement fort bien fait et adéquat, mais auquel adhèrent des connotations déplaisantes. On lui substitue : lieux d’aisances, lieu, cabinet, lavabos, voire téléphone ou water-closet, w.-c. vécés, etc. — (Pierre Guiraud, Les Gros Mots, 1975, page 24)

Forme de verbe

téléphone \te.le.fɔn\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de téléphoner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de téléphoner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de téléphoner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de téléphoner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de téléphoner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TÉLÉPHONE. n. m.
Instrument permettant la transmission des sons à distance. Fam., Donner un coup de téléphone, Téléphoner rapidement. Je vais lui donner un coup de téléphone pour le prévenir.

TÉLÉPHONE se dit aussi du Service public qui assure les communications par téléphone. L'Administration des Téléphones. Il se dit encore du Bureau où l'on peut se servir du téléphone. Aller au téléphone.

Littré (1872-1877)

TÉLÉPHONE (té-lé-fo-n') s. m.
  • Instrument inventé par le professeur Bell aux États-Unis, qui transmet les sons au loin par un appareil télégraphique. Jusqu'ici, et malgré les perfectionnements apportés depuis 1863, le téléphone est resté sans application, De Parville, Journ. des Débats, 5 oct. 1876, Feuilleton, 1re page, 3e col. L'invention du télégraphe parlant remonte au moins à 1863 ; et son principe est dû à M. Reiss… le télégraphe américain n'est qu'un perfectionnement du téléphone électrique du physicien de Francfort, Journ. offic. 22 oct. 1876, p. 7630, 1re col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « téléphone »

Τῆλε, au loin, et φωνὴ, voix.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1809)[1] Du grec ancien, composé de τῆλε, tễle (« loin ») et de φωνή, phônế (« voix »)[2].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « téléphone »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
téléphone telefɔ̃

Citations contenant le mot « téléphone »

  • Le téléphone ? Un instrument qui vous sonne comme on sonne les domestiques. De Anonyme
  • Le téléphone est la pire des commodités et le plus pratique des fléaux. De Robert Staughton Lynd
  • Contre la mauvaise haleine, un seul remède : le téléphone ! De Michel Chrestien
  • Châtiment qui se fait attendre... pourrait au moins téléphoner. De Professeur Choron
  • On ne peut pas tous être beaux et savoir téléphoner. De Proverbe québécois
  • Connaîtrions-nous le nom de Madame de Sévigné si elle avait eu le téléphone ?
  • La télépathie, c’est le téléphone de demain. De Raymond Devos / Télépathie
  • Le meilleur moyen de ne pas être dérangé au téléphone, c'est d'être en dérangement. De Fernand Raynaud
  • Si j’ai une voiture, j’ai intérêt à ce que personne n’en ait, pour éviter les embouteillages. Mais si j’ai un téléphone, et que personne d’autre n’en possède, alors ce téléphone ne me sert à rien. De Jacques Attali
  • Dieu, que tu étais jolie ce soir au téléphone. Sacha Guitry, Elles et Toi, Ami du Livre moderne
  • Le dernier refuge contre les téléphones portables : les cabines téléphoniques. De Anonyme
  • J’ai toujours rêvé d’un ordinateur qui soit aussi facile à utiliser qu’un téléphone. Mon rêve s’est réalisé : je ne sais plus comment utiliser mon téléphone. De Bjarne Stroustrup
  • Si vous voulez collectionner les cartes téléphoniques et que vous n'êtes pas tellement bavard au téléphone, trouvez une autre idée de collection. De Jean-Marie Gourio / Brèves de comptoir - 1996
  • Etre bavard, c’est une propriété de téléphones. De Sholem Aleichem
  • Le téléphone est un outil qui nuit beaucoup à la communication. Grâce au téléphone, on a de moins en moins besoin de se parler. De Bernard Arcand / Quinze Lieux communs
  • C'est un nouveau type d'arnaques dans les commerces qui prend son essor depuis début juillet : des voleurs se faisant passer pour des étrangers perdus subtilisent les téléphones portables des commerçants. France Bleu, Une nouvelle arnaque pour voler le téléphone des commerçants en Mayenne et en Ille-et-Vilaine
  • La plupart des gens ne se séparent jamais de leur téléphone portable, et cela est encore plus vrai en période de vacances ou pendant les voyages: il est indispensable pour prendre des photos, et rester en lien avec les amis, la famille ou les collègues éloignés. En raison de cet usage permanent et compulsif, et du contact très fréquent des téléphones avec les mains, le visage, et des surfaces potentiellement contaminées, les portables sont de véritables nids à microbes. Alors en pleine pandémie, et au coeur des vacances d'été, il est crucial d'apprendre à bien désinfecter son téléphone, et à l'utiliser de manière hygiénique.Se laver les mains régulièrement évite de se contaminer par son téléphoneLe coronavirus reste présent sur les surfaces pendant neuf jours ou plus, et même si jusqu'à présent les preuves sont insuffisantes pour prouver qu’il peut contaminer après plusieurs jours, mieux vaut être prudent. Avec son téléphone, il faut donc procéder comme avec toute surface potentiellement contaminée: se laver les mains doit être un réflexe, dès que l'on touche une surface suspecte. C'est évidemment difficile, sachant que l'on touche son téléphone parfois en permanence, mais cela permet de réduire le risque de contamination.En plus du lavage fréquent des mains, la désinfection du téléphone fréquente peut-être un complément.Éviter l'alcool et le gel hydroalcoolique sur les téléphonesCertaines personnes ont pris l'habitude d'essayer de désinfecter leurs objets du quotidien en même temps que leurs mains, en aspergeant allégrement leur téléphone, leurs clés, etc, avec du gel hydroalcoolique ou même de l'alcool pur. Il faut pourtant éviter de le faire, car l'alcool peut  décaper les revêtements oléophobes et hydrophobes qui empêchent l'huile et l'eau d'endommager votre écran et les ports de connectivité. De plus, le gel hydroalcoolique n'adhère pas correctement aux écrans à cause de la glycérine .Les lingettes désinfectantes contenant 70% d'alcool isopropylique pour nettoyer l'écran de votre téléphone sont les plus adéquates. Si vous n'aimez pas les lingettes, l'alcool isopropylique à 70% est disponible dans le commerce en flacon, et il peut être appliqué avec chiffon doux lorsque votre appareil est éteint et débranché.Les fabricants s'inquiètent de l'hygiène de votre portableDepuis le début de la pandémie de coronavirus, Apple a actualisé ses recommandations de nettoyage pour enfin accepter l'utilisation de désinfectant Clorox sur les produits Apple mais indique qu’il faut éviter d'utiliser des agents javellisant.Samsung a aussi déclaré que ses clients peuvent utiliser une solution à base d'alcool à 70% d'éthanol ou d'alcool isopropylique, appliquée avec un chiffon en microfibre.Le fabricant d'appareils électroniques coréens est conscient de la tendance mondiale en faveur de la désinfection des objets d'usage quotidien et, début juillet, Samsung a alncé un chargeur qui désinfecte les téléphones portables avec des rayons uv: Ie “TFIT UV Sterilizer”.Ce chargeur en forme de boîtier élimine 99 % des bactéries en 10 minutes et peut stériliser tout type d'objet qui rentre dedans : téléphone, mais aussi lunettes, clés, carte de crédit. Samsung n'a malheureusement pas spécifié si ce chargeur-désinfectant peut éliminer le SARS-CoV-2.Les boitiers UV, une alternative écologiqueLa désinfection par rayons UV était déjà utilisée dans l’industrie agro-alimentaire, les hôpitaux, les lieux publics, et avec la pandémie actuelle, cette technologie a acquis une véritable notoriété auprès du grand public. Même si le boîtier Samsung n'est conforme contre la Covid, une société montpelliéraine, T.Zic, propose un boitier qui permet de désinfecter un téléphone portable, un stylo, une clé, un badge ou un masque, avec cette technique. Le boîtier Uvo Care,  selon ses créateurs, utilise la technologie  LED UV pour éliminer les virus, dont le Covid-19.La start-up propose aussi son boitier comme une alternative écologique aux produits désinfectants, car il permet de désinfecter plus facilement les masques réutilisables et épargne l’utilisation de tonnes de lingettes désinfectantes jetables FranceSoir, COVID-19: Comment bien désinfecter son téléphone portable pour éviter la contamination?
  • Après avoir reçu plus de 1 000 réclamations de consommateurs contre la SFAM en 2018, le préfet de la Drôme a demandé une enquête à la DGCCRF. Il a été reproché à cette société de commercialiser des assurances en lien avec l’achat d’un téléphone grâce à un discours bien rôdé et trompeur que les enquêteurs ont qualifié de piège dans leurs conclusions. Exemple : « un remboursement de 30 euros présenté comme portant sur le prix du produit acheté et non sur l’assurance souscrite est tout d’abord annoncé au client, qui communique alors ses références bancaires afin de permettre ce remboursement ; toutefois, à aucun moment il n’était indiqué au client que ses coordonnées bancaires seraient également utilisées par la société SFAM pour prélever le montant de la cotisation mensuelle de l’assurance ». La SFAM a écopé d'une amende de 10 millions d’euros, couvrant notamment un remboursement des clients lésés. MoneyVox Actu, Téléphone, travaux, énergie... Ces arnaques du quotidien traquées et sanctionnées
  • L'opération de "phone spear phishing" (hameçonnage par téléphone) a "limité de façon significative l'accès à nos outils et systèmes", a précisé Twitter, qui enquête et prend des mesures pour renforcer ses protections depuis.  LExpress.fr, Comptes Twitter piratés : des employés ont été piégés par téléphone - L'Express
  • Les agents de la sécurité de la SNCF ont interpellé vendredi 31 juillet, vers 20 h 30, quatre jeunes mineurs après le vol d’un téléphone à une femme, dans le TER entre Grenoble et Chambéry. Mais, n’ayant pas trouvé le téléphone sur eux, les forces de l’ordre ont relâché les jeunes. , Faits-divers - Justice | Un vol de téléphone non élucidé dans le TER Grenoble-Chambéry

Images d'illustration du mot « téléphone »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « téléphone »

Langue Traduction
Anglais phone
Espagnol teléfono
Italien telefono
Allemand telefon
Chinois 电话
Arabe هاتف
Portugais telefone
Russe телефон
Japonais 電話
Basque mugikorra
Corse telefonu
Source : Google Translate API

Synonymes de « téléphone »

Source : synonymes de téléphone sur lebonsynonyme.fr

Téléphone

Retour au sommaire ➦

Partager