La langue française

Teigne

Sommaire

  • Définitions du mot teigne
  • Étymologie de « teigne »
  • Phonétique de « teigne »
  • Citations contenant le mot « teigne »
  • Traductions du mot « teigne »
  • Synonymes de « teigne »
  • Antonymes de « teigne »

Définitions du mot « teigne »

Trésor de la Langue Française informatisé

TEIGNE, subst. fém.

A. − ENTOMOL. Petit insecte lépidoptère, de la famille des Tinéidés, dont la larve est extrêmement nuisible pour les récoltes (teigne des grains) et la chenille pour les arbres et les plantes cultivées (teigne des arbres, des jardins, des oliviers, etc.), les produits alimentaires (teigne des farines), les fourrures et les textiles (teigne des vêtements, teigne domestique). Synon. gerce, mite.L'orge peut être également atteinte par la teigne des grains, occasionnée par un petit papillon nocturne (Industr. fr. brass., 1955, p. 4).On peut aujourd'hui, pour certains prédateurs (pucerons, acariens, teigne des fleurs du cerisier), prévoir l'importance des pullulations printanières (Boulay, Arboric. et prod. fruit., 1961, p. 103).
B. − PATHOL. MÉD. ET VÉTÉR. Infection mycosique contagieuse du cuir chevelu de l'homme et de la peau de certains animaux domestiques, entraînant chez l'animal une dépilation, chez l'homme une alopécie provisoire ou définitive. Synon. pelade.L'hôtesse, qui peigne Et lave dix marmots roses et pleins de teigne (Verlaine, Œuvres compl., t. 1, Jadis, 1884, p. 209).Le traitement des teignes est long et très délicat; il associe diverses méthodes, au premier rang desquelles la radiothérapie (Quillet Méd.1965, p. 313).
Teigne faveuse (rem. s.v. favus), favique (rem. s.v. favus), tondante*.
Dans des compar. fam.
[En parlant d'une chose, d'une pers. dont on a du mal à se débarrasser] Cela tient, s'accroche comme la/une teigne. La guerre, décidément, serait longue contre un ennemi qui tenait à nos campagnes comme la teigne au cuir chevelu (Bordeaux, Fort de Vaux, 1916, p. 19).Il avait laissé la jeune actrice s'accrocher à lui comme une teigne (Druon, Chute corps, 1950, p. 181).
(Être) mauvais, méchant comme la/une teigne. (Être) très mauvais, très méchant. Max, si vous étiez tombé, pourtant, au lieu d'une bonne petite bourgeoise comme moi, sur une rosse habile et froide, et méchante comme la teigne? (Colette, Vagab., 1910, p. 193).
C. − Régional
1. Synon. de bardane.Le curé Malassagne venant de dire sa messe et descendant à grands pas furieux, le rabat de travers, sa soutane relevée à deux mains, à cause des ronces et des teignes (A. Daudet, Sapho, 1884, p. 141).
2. Synon. de cuscute. (Dict. xixeet xxes.).
D. − P. anal. ou au fig., fam. Personne hargneuse, méchante. Synon. gale, peste.C'est une vraie teigne. Oh! les mauvaises teignes! Si elles se conduisaient en bonnes camarades, vous pourriez vous faire plus de cent francs (Zola, Bonh. dames, 1883, p. 511).Cette teigne de Sophie (...) était particulièrement intolérable (H. Bazin, Bur. mariages, 1951, p. 148).
Empl. adj. Hargneux, méchant. Je connais MmeBeugnasse, Monsieur, elle est teigne comme tout! (Courteline, Client sér., Prem. lettre, 1895, p. 58).Elle est point belle à voir [la fille], me confie Pannechon. Et puis l'air teigne, avec ça (Genevoix, Seuil guitounes, 1918, p. 147).
Prononc. et Orth.: [tε ɳ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Homon. formes de teindre. Étymol. et Hist. 1. 1remoit. xiies. « petit lépidoptère de la famille des Tinéidés » (Psautier Cambridge, 38, 13 ds T.-L.); 2. fin xiies. « affection du cuir chevelu » la taigne (Audigier, éd. O. Jodogne, 446); 3. 1546 bot. « cuscute » (Rabelais, Tiers Livre, éd. M. A. Screech, chap. LI, ligne 10); 4. 1839 fig. laids comme des teignes (Balzac, Illus. perdues, p. 382); 1859 la vieille, qui est plus mauvaise qu'une teigne (Ponson du Terr., Rocambole, t. 1, p. 376). Du lat. tinea « teigne ou mite » puis en lat. médiév. « teigne tonsurante » ca 1060 dans le domaine angl. (Latham). Fréq. abs. littér.: 35. Bbg. Rothwell (W.). Medical and botanical terminology from Anglo-Norman sources. Z. fr. Spr. Lit. 1976, t. 86, no3, p. 258. − Simoni-Aurembou (M.-R.). Le Fr. rég. dans la vallée de la Cisse. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1977, t. 15, no1, pp. 71-87.

Wiktionnaire

Nom commun

teigne \tɛɲ\ féminin

  1. (Nosologie) Dermatose du cuir chevelu d'origine cryptogamique [1]. Elle engendre des écailles ou des croûtes plus ou moins épaisses et de l'alopécie.
    • La teigne n’atteint guère que les enfants.
  2. Dermatose analogue, à laquelle sont sujets certains animaux comme le cheval, le chien, le chat, le bœuf, le mouton, le lapin, etc.
  3. Sorte de gale qui vient à l’écorce des arbres.
  4. (Entomologie) Espèce d’insecte lépidoptère (papillon) de nuit de la famille des Tinéidés qui ronge la laine, les fourrures, etc.
  5. Personne hargneuse, méchante.
    • Oh ! les mauvaises teignes ! Si elles se conduisaient en bonnes camarades, vous pourriez vous faire plus de cent francs. — (Émile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883)
  6. (Oise) (Agriculture) (Désuet) Nom vernaculaire de la cuscute.
    • La cuscute, nommée teigne dans le pays , infecte trop souvent les luzernes et les semis de vesce; on essaie de la détruire, en enfouissant à la fourche toutes les plantes attaquées; […]. — (Louis Graves, Précis statistique sur le canton d'Auneuil, arrondissement de Beauvais (Oise), Beauvais : chez Achille Desjardins, 1831, p.80)
  7. (Noblesse) Détenteur d’un pouvoir monarchique au Baol, un ancien royaume du Sénégal.

Forme de verbe

teigne \tɛɲ\

  1. Première personne du singulier du présent du subjonctif de teindre.
  2. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de teindre.
    • Les jeunes femmes ont un sens aigu de ce qu’il convient de faire et de ne pas faire quand on a cessé d’être jeune. « Je ne comprends pas, disent-elles, que passé quarante ans on se teigne en blond ; qu’on s’exhibe en bikini ; qu’on coquette avec les hommes. Moi, quand j’aurai cet âge-là… » — (Simone de Beauvoir, La Force des choses, Éditions Gallimard, 1963, chapitre 6)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TEIGNE. n. f.
Maladie du cuir chevelu, qui donne lieu à des écailles ou à des croûtes plus ou moins épaisses. La teigne n'atteint guère que les enfants. Il se dit aussi d'une Maladie de peau analogue à laquelle sont sujets certains animaux comme le cheval, le chien, le chat, le bœuf, le mouton, le lapin, etc. Il se dit encore d'une Sorte de gale qui vient à l'écorce des arbres.

TEIGNE se dit encore d'une Espèce d'insecte qui ronge la laine, les fourrures, etc. On dit aussi Mite. Fig. et fam., Cela tient comme teigne se dit d'une Chose qui tient bien, qu'on ne peut aisément enlever.

Littré (1872-1877)

TEIGNE (tè-gn') s. f.
  • 1Genre de lépidoptères séticornes de la tribu des tinéites.

    Teigne des grains, teigne qui fréquente les greniers, lie ensemble plusieurs grains de blé, d'avoine, etc. avec de la soie, et les attache à un fourreau dans lequel elle se retire, se procurant ainsi la nourriture et le logement. La teigne ne se contente pas d'un simple fourreau de feuilles ; il ne serait apparemment ni assez doux ni assez chaud ; elle le double de pure soie, et elle a soin de tenir la doublure plus épaisse dans les endroits où le frottement est plus grand, Bonnet, Contempl. nat. XII, 37.

    Teigne à falbalas, nom donné aux fourreaux que construisent les chenilles des teignes, quand ils sont formés de replis flottants, comme festonnés.

    Teignes aquatiques, les larves des friganes. Les teignes aquatiques sont des vers à six pieds qui se transforment en des mouches à quatre ailes d'un genre particulier ; leurs ailes sont colorées à peu près comme celles des papillons, Bonnet, Contempl. nat. XII, 11.

  • 2Insectes lépidoptères nocturnes dont les larves rongent les étoffes, les livres, etc. ; les larves mêmes qui rongent. Les draps et autres étoffes de laine sont rongés principalement par les larves de la teigne des tapisseries et de la teigne fripière, tandis que les fourrures éprouvent beaucoup de dégât par les larves de la teigne des pelleteries. Réaumur apprend le procédé des teignes pour allonger et élargir leurs fourreaux, en plaçant celles qui avaient des tuyaux faits aux dépens d'une étoffe blanche, sur une étoffe rouge, Sennebier, Ess. art. d'obser. t. I, p. 263, dans POUGENS. Réaumur s'occupe sans cesse de la perfection des arts dans ses laborieuses études ; il cherche, dans les excréments des teignes, de nouvelles couleurs, Sennebier, ib. t. I, p. 124.
  • 3 Fausses teignes, nom donné aux espèces de chenilles qui se font des fourreaux non portatifs, Bonnet, Contempl. nat. XII, 9.
  • 4Nom vulgaire de différentes affections cutanées de la tête. Avoir la teigne. Quand on le saluait fort honnêtement, il n'ôtait non plus son chapeau que s'il eût eu la teigne, Francion, liv. VI, p. 223. Mon remède guérit, par sa rare excellence, Plus de maux qu'on n'en peut nombrer dans tout un an : La gale, La rogne, La teigne, La fièvre, La peste, Molière, Am. méd. II, 7.

    Teigne amiantacée, espèce d'éruption rapportée au pityriasis et au psoriasis.

    Teigne tondante ou tonsurante, herpès tonsurant des auteurs, affection parasitique des poils causée par le trichophyton tonsurans, et qui n'a aucune analogie de nature ni d'évolution avec les maladies vésiculeuses appelées herpès.

    Teigne faveuse, voy. FAVEUX.

    Fig. Il s'est fait un prodigieux changement dans le parlement de Toulouse ; la moitié est devenue philosophe, et les vieilles têtes rongées de la teigne de la barbarie mourront bientôt, Voltaire, Lett. d'Alembert, 13 janv. 1769.

    Familièrement. Cela tient comme une teigne, se dit d'une chose qui tient fortement.

  • 5 Terme de vétérinaire. Chez le cheval, variété des eaux aux jambes, dont le siége est borné à la partie de la peau qui est la plus rapprochée des talons.

    Nom donné à la maladie des moutons, dite bouquet ou noir museau.

    Teigne des faucons, ricin.

  • 6Maladie qui attaque l'écorce des arbres.

HISTORIQUE

XIIIe s. Qu'el a les levres vermeillettes, Et les dens si blanches et nettes, Qu'il n'i pert [paraît] taigne ne ordure, la Rose, 3477. C'est [l'amour] taigne qui riens ne refuse, Les porpres et les buriaus use, ib. 4345.

XVIe s. Le drap mangé de teignes, qui sont vers qui rongent habillement, Paré, XV, 2. On doit regarder à sa teste si elle n'a point de teigne, Paré, XVIII, 23. La teigne en Languedoc appelée rasque, De Serres, 962.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

TEIGNE. Ajoutez :
7Nom vulgaire des cuscutes.

Teigne œuf, nom vulgaire de l'anémone pulsatile.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TEIGNE, s. f. tinea, (Hist. nat.) insecte du genre des chenilles, qui se fait un fourreau, & qui se métamorphose en phalene. Il y a un très-grand nombre de différentes especes de teignes ; les unes sont domestiques, & se trouvent sur les habits, les tapisseries, & en général, dans toutes les étoffes de laine & dans les pelleteries ; cette espece n’est que trop connue par les trous qu’elle fait dans les étoffes, non seulement pour se nourrir, mais encore pour se former un fourreau de poils ou de laine, dont elle change plusieurs fois, à mesure qu’elle grossit. D’autres teignes restent sur les arbres ; elles se tiennent collées sous les feuilles, & elles se nourrissent de la substance qui est entre la membrane supérieure & la membrane inférieure des feuilles ; elles se font avec les membranes un fourreau qui est de couleur de feuille morte, & qui a différentes figures, selon l’espece de teignes qui l’a formé. On trouve de ces teignes sur beaucoup de plantes, & principalement sur le chêne, l’orme, le rosier, le poirier, &c. Il y a aussi des teignes aquatiques qui se nourrissent & qui se font un fourreau avec les feuilles des plantes qui croissent dans l’eau, comme le potamogeton, la lentille d’eau, &c. On a aussi donné le nom de teigne aquatique à une espece de ver qui se trouve dans les ruisseaux, & qui se fait un étui ou fourreau de grains de sable, de morceaux de bois, &c. On l’appelle charrée. Voyez Charrée. Cet insecte n’est point du genre des teignes, & au lieu de se transformer en phalene, il se change en une mouche à quatre aîles. Il y a des especes de teignes qui restent sur les murs, & qui forment leurs fourreaux de petits grains de pierre. L’intérieur du fourreau de toutes les especes de teignes, est tapissé de soie que l’insecte file. On trouve sur les tiges & sur les branches des arbres des teignes qui se nourrissent des plantes parasites qui y croissent, tels que le lichen, & qui s’en font un fourreau. Mém. pour servir à l’hist. des Insectes, par M. de Réaumur, tome III. Voyez Insecte.

Fausse-teigne ; M. de Réaumur a donné ce nom à des insectes qui se font un fourreau comme les teignes, mais qui en different en ce qu’ils ne traînent pas leur fourreau avec eux comme les teignes. Il y a beaucoup de différentes especes de fausses-teignes ; les principales & les mieux connues sont celles des abeilles & du blé ; celle-ci causent beaucoup de dommage dans les greniers ; elles se font un fourreau de plusieurs grains de blé qu’elles attachent les uns aux autres avec de la soie qu’elles filent, & elles se nourrissent de la farine que contiennent ces grains. On trouve dans les ruches des abeilles des fausses-teignes, elles mangent la cire des alvéoles qui ne contiennent point de miel. Souvent ces insectes obligent les abeilles à changer de ruches par les dégâts qu’ils font dans leurs gâteaux ; ils n’attaquent point les alvéoles où il y a du miel Mém. pour servir à l’hist. des insectes, par M. de Réaumur, tome III. Voyez Insecte.

Teigne, s. f. tinea, (terme de Chirurgie.) maladie appellée par les auteurs arabes sahafati, & qui ressemble aux achores. Voyez Achore.

La teigne est une sorte de lepre. Les auteurs en comptent ordinairement trois especes ; savoir, une seche, une humide & une lupineuse ; mais qui ne sont en effet que divers degrés de la même maladie. Voyez Lepre.

Turner définit la teigne, un ulcere qui vient à la tête des enfans par une humeur vicieuse, corrosive, ou saline ; & qui rongeant les glandes cutanées en détruit avec le tems le tissu.

Cette maladie est appellée teigne, parce qu’elle ressemble aux trous que fait au papier, &c. l’insecte qui porte le même nom. Dans le premier état la peau est couverte d’une matiere blanche, seche, crouteuse ou écailleuse. Dans le second état, elle paroît grenue. Dans le troisieme, elle est ulcérée.

Les remedes internes propres pour la teigne, sont les mercuriaux, les purgatifs convenables, les adoucissans. La salivation, sur-tout par les onctions mercurielles, a quelquefois réussi, après que les autres méthodes s’étoient trouvées inutiles. Les remedes externes sont les fomentations avec les racines de patience, d’aristoloche, de raphanus rusticanus, d’absynthe, &c. bouillies dans l’eau, & exprimées, auxquelles on ajoute l’esprit-de-vin camphré, &c. des linimens avec le lard, des onguens avec le précipité blanc & le soufre pulvérisé ; ou avec la poudre de vitriol romain & de vitriol blanc, le précipité rouge, &c.

On traite de la teigne, & avec succès, une quantité de pauvres enfans à l’hôpital de la Salpétriere ; on ne fait point ou fort peu d’usage de remedes intérieurs : on emploie un emplâtre très-agglutinatif, qui ne s’arrache qu’avec peine, & qui enleve la racine des cheveux ; lorsqu’on a empotté les cheveux des endroits affectés, on guérit les malades avec un onguent dessicatif doux.

Par ce traitement on déracine le mal avec sûreté. L’extraction des cheveux déchire le bulbe & laisse couler l’humeur âcre qui y séjourne, & qui est la cause du mal. Il est assez ordinaire que les malades guérissent avec une dépilation, ce qui attire quelquefois des reproches au chirurgien ; de sorte, dit Paré, que plusieurs ont laissé la cure aux empiriques & aux femmes. On réussit quelquefois à détruire en apparence cette maladie par les remedes dessicatifs, que les empiriques & les femmelettes n’ignorent point ; mais on trouve dans les auteurs une infinité d’exemples qui doivent faire prendre des précautions pour éviter la suppression indiscrete de l’humeur de la teigne. Les saignées, les purgations, les fondans mercuriaux, les cauteres & les vésicatoires en détournant cette humeur supprimée, peuvent garantir le genre nerveux de sa malignité.

Ambroise Paré propose, d’après Jean Devigo, un onguent qu’il dit être souverain pour la guérison de la teigne : en voici la composition. Prenez hellébore blanc & noir, orpiment, litharge d’or, chaux vive, vitriol, alun, noix de galle, suie & cendres gravelées, de chacune demi-once : vif argent éteint avec un peu de térébenthine & d’axonge, trois onces : verd-de-gris, deux gros. Pulvérisez ce qui doit l’être ; puis prenez sucs de bourrache, de scabieuse, de fumeterre, de lapatum & de vinaigre, de chacun cinq onces, & vieille huile, une livre. Faites bouillir jusqu’à la consomption des sucs ; sur la fin de la cuisson on mettra les poudres, en ajoutant une demi-once de poix liquide & autant de cire qu’il en faudra pour donner la consistance d’onguent. (Y)

Le docteur Cook, médecin anglois, propose un remede fort simple pour la guérison de cette maladie : c’est de mettre quatre onces de vif argent très pur dans deux pintes d’eau ; de faire bouillir le tout dans un pot de terre vernissé, jusqu’à réduction de la moitié de l’eau ; & de conserver cette eau dans une bouteille pour l’usage, qui consiste à s’en frotter la tête. Cette même eau peut aussi être employée tant intérieurement qu’extérieurement pour détruire les vers, pour faire passer toutes les éruptions de la peau, pour guérir les ulceres, & pour purifier le sang.

Teigne, (Maréchal.) maladie des chevaux difficile à guérir. Elle consiste dans une pourriture puante qui leur vient à la fourchette. Voyez Fourchette.

Teigne, s. f. (Charpent.) les ouvriers en bois appellent teigne une maniere de gale qui vient sur l’écorce du bois ; plusieurs d’eux écrivent & prononcent tigne pour jousse. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « teigne »

(Date à préciser) Du latin tinea (« mite »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. teina, teinia ; cat. tinya ; espagn. tiña ; portug. tinha ; ital. tigna ; du lat. tinea, la teigne insecte. La teigne, maladie, a été dite ainsi à cause d'une certaine ressemblance de la lésion avec le travail de la teigne, insecte.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « teigne »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
teigne tɛɲ

Citations contenant le mot « teigne »

  • Si vous souffrez de la teigne, mettez un costume prince de gale. De Jean-Jacques Peroni / Les carnets d'un malfaisant
  • Comme la teigne au vêtement et le ver au bois, ainsi nuit la tristesse au coeur de l'homme. De Proverbe
  • La teigne ou dermatophyte est une maladie du cheveu causée par un champignon ou des microspores (principalement Trichophyton tonsurans ou Microsporum audouinii). Elle se développe sur le cheveu ou à l'intérieur de celui-ci, entraînant une cassure de la fibre et la formation de plaques d'alopécie. Elle est relativement fréquente chez les enfants entre 3 et 12 ans mais concerne aussi les adultes. Futura, Définition | Teigne - dermatophyte - kérion | Futura Santé
  • La teigne est un nom générique pour désigner une infection du cuir chevelu (tinea capitis), des ongles (tinea unguium) ou de la peau (tinea corporis) par des champignons microscopique, les dermatophytes. Factuel, Il n'existe aucune preuve scientifique que la papaye guérit de la teigne | Factuel
  • - les mycoses cutanées de localisation diverses : cuir chevelu (teigne), pieds (pieds d'athlètes)...etc - les candidoses sont des infections causées par des levures du genre Candida, essentiellement à tropisme cutanéo-muqueux (muguet par exemple) - les aspergilloses sont provoquées par des champignons du genre Aspergillus se développant principalement dans l'appareil respiratoire. - les cryptococcoses dues à un champignon lévuriforme Cryptococcus neoformans. Les atteintes sont avant tout neuroméningées (méningites subaiguës) mais aussi pulmonaires, cutanées voire spléniques, hépatiques ou médullaires. - les pneumocystoses dues à Pneumocystis carinii. Ce dernier considéré pendant longtemps comme un protozoaire (parasite unicellulaire) est aujourd'hui intégré au groupe des agents fongiques sur la base d'analyses génotypiques. Cette infection se rencontre principalement chez des sujets traités par immunosupprésseurs ou présentant des déficits immunitaires majeurs (Sida). , La teigne
  • Certains admirent les acteurs de cinéma célèbres, les pilotes de chasse, les baroudeurs ou les artistes rock. OK, OK, je respecte, chacun son truc. Moi, ce que j’adore, ce sont les teignes. Le genre qui fiche le bazar partout où il passe, le style de Détritus dans La Zizanie(je vous conseille de lire ou de relire les premières pages, c’est énorme) ou de Jacques Brel dans L’Emmerdeur. , Invalidation du Privacy Shield – ça va piquer un peu
  • Provoquée par un champignon, la teigne touche principalement les enfants d'âge scolaire : on vous explique tout ce qu'il faut savoir sur cette dermatose. Topsante.com, Teigne : Transmission, contagion, symptômes et traitement... - Top Santé
  • Ces champignons se développent sur les tissus morts comme les cellules de peau, les ongles et les cheveux. La teigne est causée par un champignon qui se développe sur la peau. Les personnes les plus touchées par cette affection sont les enfants âgés de 3 à 12 ans, principalement parce qu’ils évoluent en communautés (garderies, écoles) et également parce qu'ils échangent des objets personnels. Toutefois, la maladie peut aussi toucher les adultes et les adolescents. La teigne est une maladie contagieuse qui se transmet par contact indirect (objets contaminés) ou par contact direct avec des personnes ou des animaux contaminés. Le traitement doit habituellement être pris pendant plusieurs semaines. Il est constitué d'un agent antifongique, sous forme de shampoing, poudre, crème ou lotion et d'un agent antifongique sous forme de comprimés. , Comment soigner la teigne - Linfodrome

Traductions du mot « teigne »

Langue Traduction
Anglais ringworm
Espagnol tiña
Italien tigna
Allemand tinea
Chinois
Arabe سعفة
Portugais micose
Russe стригущий лишай
Japonais 白癬
Basque ringworm
Corse ringworm
Source : Google Translate API

Synonymes de « teigne »

Source : synonymes de teigne sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « teigne »

Partager