Tapageur : définition de tapageur


Tapageur : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TAPAGEUR, -EUSE, adj.

A. − [En parlant d'une pers.] Qui fait du tapage. Synon. bruyant, chahuteur.Elle était belle aussi dans sa vieille maison de la Cité, derrière son vitrage de plomb, entre les étudiants tapageurs et les moines débauchés, quand, sans peur des sergents, on frappait fort sur les tables de chêne les grands pots d'étain (Flaub., Champs et grèves, 1848, p. 343).L'enfant tapageur se transforma, du jour au lendemain, en un garçon économe et égoïste (Zola, Fortune Rougon, 1871, p. 49).
Empl. subst. Personne qui fait du tapage, du bruit. M. Delteil sortit, résolu désormais à ne plus faire de concessions et à sévir immédiatement contre les tapageurs (Champfl., Souffr. profess. Delteil, 1853, p. 137).Les sergents de ville, de temps à autre, se retournaient d'un air féroce; et les tapageurs n'ayant plus rien à faire, les curieux rien à voir, tous s'en allaient peu à peu (Flaub., Éduc. sent., t. 1, 1869, p. 39).
[P. méton.] Un beau soir, foin des bocks et de la limonade, Des cafés tapageurs aux lustres éclatants! (Rimbaud, Poés., 1871, p. 71).Autour des billards, ce n'était qu'appels, rires et disputes: « 13! 14! 15! » − « La poisse! » − « Enc'quore fosse queue! » « Eugène, un bock! » « Eugène, un byrrh! » Tapageuse gaieté, que le claquement froid des billes ponctuait comme un staccato d'appareil morse (Martin dy G., Thib., Sorell., 1928, p. 1172).
P. anal. [En parlant d'un animal] Les chats ne communiquent pas facilement leurs impressions. Quelle supériorité les sépare du chien, cet animal tapageur qui ne saura jamais garder le fruit de ses observations pour s'en récréer silencieusement (Champfl.,Avent. MlleMariette, 1853, p. 248).
B. −
1. Qui provoque du tapage, du scandale, suscite des commentaires. Plus tard, je devais m'apercevoir, en effet, que les Parisiennes, en dépit de leur vie étalée et de leurs liaisons tapageuses, demeurent des créatures mystérieuses et sans cœur (Fargue, Piéton Paris, 1939, p. 191).En dépit de leurs proclamations tapageuses, ils étaient trop peu sûrs d'eux-mêmes pour risquer tout le crédit de leur thèse sur un seul résultat (J. Rostand, Genèse vie, 1943, p. 140).
2. Qui se fait remarquer, par une certaine outrance, l'étalage d'un luxe de mauvais goût, des couleurs ou des tons très contrastés ou criards. Synon. voyant.Élégance, toilette tapageuse; luxe tapageur. Denise portait une robe tapageuse sur laquelle pendait un collier de perles; ses bas de soie couleur chair, ses souliers mordorés, tiraient l'œil (Dabit, Hôtel Nord, 1929, p. 202).Une publicité outrancière, tapageuse, aux formules maladroites, qui claironne les qualités du travail fait ou le talent des comédiens (Vilar, Tradition théâtr., 1963, p. 115).
[En parlant d'une pers.] Qui cherche à se faire remarquer, à attirer l'attention. Elle se laissa tomber sur la chaise Louis XVI, d'un air las. Malgré son fard, son allure tapageuse, la femme que j'avais devant moi avait brisé ses ressorts secrets (Daniel-Rops, Mort, 1934, p. 319).Il avait la démarche incertaine et donnait le bras à une jeune fille tapageuse (Roy, Bonheur occas., 1945, p. 309).
3. Domaine de la peint.Qui provoque un contraste violent. Rien n'est criard comme une note tapageuse, placée dans un tableau dont toutes les parties ne sont pas équilibrées (Zola, Doc. littér., Poëtes contemp., 1881, p. 147).
REM.
Tapageusement, adv.D'une manière tapageuse. S'habiller tapageusement. Une section de pédagogie, laquelle n'a pas pu ouvrir pour un unique étudiant inscrit dans cette section! Voilà bien de nos van-tardises démocratiques et de ces montagnes accouchant tapageusement d'une souris (Amiel, Journal, 1866, p. 533).
Prononc. et Orth.: [tapaʒ œ:ʀ], fém. [-ø:z]. Att. ds. Ac. dep. 1762 (1762-1835 au masc., dep. 1878 au masc. et au fém.). Étymol. et Hist. I. Subst. 1743 « celui, celle qui fait du tapage » (Trév.); en partic. 1793-94 « agitateur, fauteur de désordre » (Desmoulins ds Vx Cordelier, p. 229). II. Adj. 1. ca 1770 « qui fait du tapage » il était bruyant et tapageur en paroles (J.-J. Rousseau, Confessions, VII, éd. B. Gagnebin et M. Raymond ds Œuvres compl., t. I, p. 329); 2. 1823 « qui cherche à attirer l'attention » vanité tapageuse (Boiste); en partic. 1856 toilettes tapageuses (Barrière et Dumanoir, Les Toilettes tapageuses, Paris, Lévy ds Klein Vie paris. 1976, p. 113); 3. 1867 peint. tapageuse lumière (Baudel., Curios. esthét., p. 272); 4. 1869 « qui provoque des commentaires; qui fait scandale » succès tapageurs (A. Daudet, Lettres moulin, p. 139). Dér. de tapage*; suff. -eur2*. Fréq. abs. littér.: 144.

Tapageur : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TAPAGEUR, -EUSE, adj.

A. − [En parlant d'une pers.] Qui fait du tapage. Synon. bruyant, chahuteur.Elle était belle aussi dans sa vieille maison de la Cité, derrière son vitrage de plomb, entre les étudiants tapageurs et les moines débauchés, quand, sans peur des sergents, on frappait fort sur les tables de chêne les grands pots d'étain (Flaub., Champs et grèves, 1848, p. 343).L'enfant tapageur se transforma, du jour au lendemain, en un garçon économe et égoïste (Zola, Fortune Rougon, 1871, p. 49).
Empl. subst. Personne qui fait du tapage, du bruit. M. Delteil sortit, résolu désormais à ne plus faire de concessions et à sévir immédiatement contre les tapageurs (Champfl., Souffr. profess. Delteil, 1853, p. 137).Les sergents de ville, de temps à autre, se retournaient d'un air féroce; et les tapageurs n'ayant plus rien à faire, les curieux rien à voir, tous s'en allaient peu à peu (Flaub., Éduc. sent., t. 1, 1869, p. 39).
[P. méton.] Un beau soir, foin des bocks et de la limonade, Des cafés tapageurs aux lustres éclatants! (Rimbaud, Poés., 1871, p. 71).Autour des billards, ce n'était qu'appels, rires et disputes: « 13! 14! 15! » − « La poisse! » − « Enc'quore fosse queue! » « Eugène, un bock! » « Eugène, un byrrh! » Tapageuse gaieté, que le claquement froid des billes ponctuait comme un staccato d'appareil morse (Martin dy G., Thib., Sorell., 1928, p. 1172).
P. anal. [En parlant d'un animal] Les chats ne communiquent pas facilement leurs impressions. Quelle supériorité les sépare du chien, cet animal tapageur qui ne saura jamais garder le fruit de ses observations pour s'en récréer silencieusement (Champfl.,Avent. MlleMariette, 1853, p. 248).
B. −
1. Qui provoque du tapage, du scandale, suscite des commentaires. Plus tard, je devais m'apercevoir, en effet, que les Parisiennes, en dépit de leur vie étalée et de leurs liaisons tapageuses, demeurent des créatures mystérieuses et sans cœur (Fargue, Piéton Paris, 1939, p. 191).En dépit de leurs proclamations tapageuses, ils étaient trop peu sûrs d'eux-mêmes pour risquer tout le crédit de leur thèse sur un seul résultat (J. Rostand, Genèse vie, 1943, p. 140).
2. Qui se fait remarquer, par une certaine outrance, l'étalage d'un luxe de mauvais goût, des couleurs ou des tons très contrastés ou criards. Synon. voyant.Élégance, toilette tapageuse; luxe tapageur. Denise portait une robe tapageuse sur laquelle pendait un collier de perles; ses bas de soie couleur chair, ses souliers mordorés, tiraient l'œil (Dabit, Hôtel Nord, 1929, p. 202).Une publicité outrancière, tapageuse, aux formules maladroites, qui claironne les qualités du travail fait ou le talent des comédiens (Vilar, Tradition théâtr., 1963, p. 115).
[En parlant d'une pers.] Qui cherche à se faire remarquer, à attirer l'attention. Elle se laissa tomber sur la chaise Louis XVI, d'un air las. Malgré son fard, son allure tapageuse, la femme que j'avais devant moi avait brisé ses ressorts secrets (Daniel-Rops, Mort, 1934, p. 319).Il avait la démarche incertaine et donnait le bras à une jeune fille tapageuse (Roy, Bonheur occas., 1945, p. 309).
3. Domaine de la peint.Qui provoque un contraste violent. Rien n'est criard comme une note tapageuse, placée dans un tableau dont toutes les parties ne sont pas équilibrées (Zola, Doc. littér., Poëtes contemp., 1881, p. 147).
REM.
Tapageusement, adv.D'une manière tapageuse. S'habiller tapageusement. Une section de pédagogie, laquelle n'a pas pu ouvrir pour un unique étudiant inscrit dans cette section! Voilà bien de nos van-tardises démocratiques et de ces montagnes accouchant tapageusement d'une souris (Amiel, Journal, 1866, p. 533).
Prononc. et Orth.: [tapaʒ œ:ʀ], fém. [-ø:z]. Att. ds. Ac. dep. 1762 (1762-1835 au masc., dep. 1878 au masc. et au fém.). Étymol. et Hist. I. Subst. 1743 « celui, celle qui fait du tapage » (Trév.); en partic. 1793-94 « agitateur, fauteur de désordre » (Desmoulins ds Vx Cordelier, p. 229). II. Adj. 1. ca 1770 « qui fait du tapage » il était bruyant et tapageur en paroles (J.-J. Rousseau, Confessions, VII, éd. B. Gagnebin et M. Raymond ds Œuvres compl., t. I, p. 329); 2. 1823 « qui cherche à attirer l'attention » vanité tapageuse (Boiste); en partic. 1856 toilettes tapageuses (Barrière et Dumanoir, Les Toilettes tapageuses, Paris, Lévy ds Klein Vie paris. 1976, p. 113); 3. 1867 peint. tapageuse lumière (Baudel., Curios. esthét., p. 272); 4. 1869 « qui provoque des commentaires; qui fait scandale » succès tapageurs (A. Daudet, Lettres moulin, p. 139). Dér. de tapage*; suff. -eur2*. Fréq. abs. littér.: 144.

Tapageur : définition du Wiktionnaire

Adjectif

tapageur

  1. (Familier) Qui fait du tapage, qui a l’habitude de faire du tapage.
    • Ils organisèrent des manifestations tapageuses dégénérant souvent en pugilats, contre des universitaires ou des dramaturges juifs. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • L’enfant tapageur se transforma, du jour au lendemain, en un garçon économe et égoïste, mûri hâtivement dans le sens de ses instincts par l’étrange vie de gaspillage qu’il ne pouvait voir maintenant autour de lui sans en avoir le cœur crevé.— (Émile Zola, La Fortune des Rougon, p. 57)
    • Dans un autre temps, il n’eût pas supporté la morgue tapageuse de son frère, qu’il lui fallait maintenant accepter à cause de la lettre. — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 133.)
  2. (Figuré) (Familier) Qui affecte l’éclat ; qui est voyant ou criard.
    • […], un accoutrement de voyage qui n’est de bon goût ni dans sa coupe démodée ni dans sa couleur tapageuse. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. III, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Nous voyez-vous, en toilettes tapageuses, courant les fêtes ? — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 266.)
    • Je la revois avec ses toilettes, pas très jolies mais tapageuses, ses beaux bras gras, sa croupe bien en chair, ses seins bien lourds de belle brune au calme de génisse, et ses cheveux si noirs, ses lèvres si rouges, sa peau si fraîche, ses yeux superbes toujours trop charbonnés, car elle savait très mal se maquiller. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 90.)

Nom commun

tapageur \ta.pa.ʒœʁ\ masculin (pour une femme on dit : tapageuse)

  1. (Familier) Personne qui fait du tapage, qui a l’habitude de faire du tapage.
    • C’est un maudit tapageur; qu’il aille au diable! qu’il n’entre pas ici ; c’est le coquin le plus mal embouché de toute l’Angleterre. — (William Shakespeare, Henri IV)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Tapageur : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TAPAGEUR, EUSE. adj.
Qui fait du tapage, qui a l'habitude de faire du tapage. Cet enfant est bien tapageur. Substantivement, C'est un tapageur. Il est familier. Il signifie, figurément et familièrement, Qui affecte l'éclat, qui est voyant, criard. Un luxe tapageur. Une toilette tapageuse.

Tapageur : définition du Littré (1872-1877)

TAPAGEUR (ta-pa-jeur) s. m.
  • Celui qui fait du tapage, qui a l'habitude de faire du tapage. On ne souffre plus de tapageurs dans les troupes, Caraccioli, Lett. récréat. t. II, p. 49, dans POUGENS. Ah ! ah ! c'est le tapageur qui s'est fait arrêter à l'émeute de vendredi, Ch. de Bernard, Un homme sérieux, XVI.

    Adj. Enfant tapageur. Quand on l'animait, il était bruyant et tapageur en paroles, Rousseau, Confes. VII.

    Fig. Toilette tapageuse, toilette où une femme affecte les modes les plus caractérisées et les couleurs les plus voyantes

REMARQUE

L'Académie ne donne pas le féminin ; mais il est usité : tapageuse.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

TAPAGEUR. Ajoutez :
2 En termes d'atelier, peintre qui affecte les couleurs les plus voyantes. Les tapoteurs, papilloteurs et tapageurs de la peinture, Bürger, Salons de 1861 à 1868, t. II, p. 252.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « tapageur »

Étymologie de tapageur - Littré

Tapage.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de tapageur - Wiktionnaire

 Dérivé de tapager avec le suffixe -eur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tapageur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tapageur tapaʒœr play_arrow

Citations contenant le mot « tapageur »

  • Londres vient ainsi de terminer peu ou prou sa saison avec deux vacations tutti-frutti. Sotheby’s a ouvert les feux le mardi 28 juillet avec «De Rembrandt à Richter», au titre inexact puisque l’œuvre la plus ancienne proposée était le premier Paolo Uccello (réalisé vers 1470) vu en vente publique depuis des générations. Il s’agissait d’un arrangement à l’amiable. L’œuvre avait été spoliée en 1942 par les nazis. Les ayant-droit et les acheteurs de bonne foi ont décidé de vendre le tableau et de se partager la somme «fifty fifty». Inutile de préciser que cette «Bataille», présentée juste avant un graffiti tapageur de Keith Haring, n’a pas remporté la timbale. Environ 2,9 millions de francs. Le dixième à peine d’un Miró des bonnes années. Ce dernier est parti, après onze minutes de relance, à environ 26 millions. J’ai en effet oublié de vous dire que la vente était classique, ce qui devient rare en ce moment, avec un commissaire priseur, des téléphones, un peu de public et Internet. Plus les simples spectateurs, bien sûr! Sotheby’s jure que 150 000 internautes ont suivi ce qui constitue aussi un spectacle. Une fête n’existant pas avec les ventes «online only». Bilan, Londres a clos la saison des ventes avec des vacations mélangeant (presque) tout - Bilan
  • Dieudonné a été expulsé du théâtre de la Main d'or depuis maintenant trois ans. Plus aucune salle de spectacle n'accepte de le recevoir. Ce jeudi soir, c'est donc dans le Dieudobus qu'il va se produire. Un bus tapageur, jaune et noir, couvert d'ananas et du visage de l'humoriste. Le véhicule est planté là, en plein milieu d'un parking routier du 17e arrondissement. Une demi-heure avant la représentation, des individus dispersés traînent sur le parking, en échangeant des regards entendus. L'un d’eux se dirige vers le bus, puis tous le suivent. La soirée peut commencer. Le Figaro.fr, Spectacles de Dieudonné : deux années à filer entre les doigts des autorités
  • C’est presque bête à dire : Bob Dylan dit l’essentiel en quelques paroles simplement humaines. Inquiétante époque, où les artistes sont davantage en prise avec la société que les présidents. Incapable d’empathie et de hauteur de vue, le démagogue en chef de la Maison blanche préfère en appeler à l’armée, tout en éructant contre les militants Antifa (pensez donc : ces dangereux « terroristes » osent critiquer les violences policières et les discriminations fondées sur la couleur de peau). Entre deux tweets incendiaires, rugueux et tapageurs (tiens, tiens…), Trump trouve aussi le temps d’une séance photo, bible en main au pied d’une église de Washington. La ficelle est un peu grosse ? Pas pour son électorat de « rednecks » et de bigots confits en bondieuseries. , L'éditorial | Rugueux et tapageur
  • Appelée pour un groupe tapageur à Pavilly dans la nuit du mercredi 4 au jeudi 5 mars 2020, la gendarmerie a interpellé un jeune homme qui a simulé un malaise. Des membres du groupe ont jeté des projectiles sur les militaires, qui sont partis avec le suspect. www.paris-normandie.fr, Le groupe de jeunes était trop tapageur à Pavilly, la gendarmerie en interpelle un, sous les projectiles
  • Un pub australien de l’arrière-pays a interdit aux émeus d’entrer dans la salle parce que les intrus tapageurs volaient de la bière et des clés de voiture aux clients. News 24, Le propriétaire du pub australien Outback interdit à EMUS tapageur d'entrer dans son lieu en prétendant voler des bières - News 24
  • Le silence est plus tapageur que tout. De Amélie Nothomb / Mercure

Traductions du mot « tapageur »

Langue Traduction
Corse fucile
Basque rowdy
Japonais 乱暴な
Russe дебошир
Portugais turbulento
Arabe مشاكس
Chinois 粗暴的
Allemand rowdy
Italien chiassoso
Espagnol ruidoso
Anglais rowdy
Source : Google Translate API

Synonymes de « tapageur »

Source : synonymes de tapageur sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « tapageur »



mots du mois

Mots similaires