La langue française

Suffisant

Sommaire

  • Définitions du mot suffisant
  • Étymologie de « suffisant »
  • Phonétique de « suffisant »
  • Citations contenant le mot « suffisant »
  • Images d'illustration du mot « suffisant »
  • Traductions du mot « suffisant »
  • Synonymes de « suffisant »
  • Antonymes de « suffisant »

Définitions du mot suffisant

Trésor de la Langue Française informatisé

SUFFISANT, -ANTE, adj.

I. − Qui suffit.
A. − Qui entraîne à soi seul un certain effet ou qui permet à soi seul d'obtenir un certain résultat.
1. [En parlant de choses] Le marquis est mort, madame; n'est-ce point une cause suffisante à l'ajournement d'un mariage que la mort d'un mari et d'un père? (Dumas père, P. Jones, 1838, V, 8, p. 204).
LOG. Condition nécessaire et suffisante. V. nécessaire I A.
Il paraît, il semble suffisant de + inf.Je serais fort embarrassé de nommer seulement les seize tragédies françaises, et il me paraît suffisant d'indiquer la Cléopâtre captive de Jodelle (1552), les Délicieuses Amours de Marc-Antoine (A. France, Vie littér., 1892, p. 111).
C'est suffisant. C'est assez. Un homme tué, un homme blessé dans la même nuit, il me semble que c'est suffisant (Dumas père, Lorenzino, 1842, I, 6, p. 203).Il l'aimait encore: c'était suffisant (Arland, Ordre, 1929, p. 378).
2. [En parlant de pers.] Synon. convenable, correct, honorable.Il y a (...) chez les femmes, des qualités de flexibilité qui les plient assez aisément à toutes les conditions de la vie sociale... On fera une petite duchesse très suffisante avec la fille d'un parvenu (Feuillet, Honn. d'artiste, 1890, pp. 177-178):
Mon petit frère (...) ne passera que l'an prochain dans la classe suivante. Suffisant en mathématiques (...), il a été au-dessous de tout en littérature française... Courteline, Ronds-de-cuir, Mon pt frère, 1892, p. 202.
B. − Dont la quantité, la force, l'intensité sont à la juste mesure de ce qui est nécessaire.
1. [Dans le domaine du concr.] Épaisseur, température, vitesse suffisante; moyens suffisants. Nous commençâmes nos échanges avec un tel succès, que dans peu d'heures nous eûmes à bord près de trois cents cochons, et une provision suffisante de légumes, qui ne coûtèrent que quelques morceaux de fer (Voy. La Pérouse, t. 4, 1797, p. 13).Je recevais des sommes plus que suffisantes pour ton entretien (Dumas père, Darlington, 1832, I, 1ertabl., 9, p. 49).Empl. subst. Ce qui suffit pour vivre. Monsieur le maître ne te donne pas toujours ton suffisant (Fabre, Xavière, 1890, p. 120).
2. [Dans le domaine de l'abstr.] [Gobseck] vous donnera de l'argent (...) si vous lui présentez des garanties suffisantes (Balzac, Gobseck, 1830, p. 408).C'était une de ces farces dans le genre de Pathelin (...) Rabelais (...) nous en donne un résumé très suffisant pour en connaître l'action (A. France, Rabelais, 1909, p. 28).
THÉOL. Grâce suffisante. ,,Grâce divine rendant possible l'action bonne, par opposition à la grâce efficace qui fait accomplir cette action`` (Aur.-Weil 1981). Tout croyant porte en lui la grâce suffisante (Hugo, Cromwell, 1827, p. 159).
VERSIF. Rime suffisante. Rime dans laquelle la consonne d'appui est différente. On appelle rimes riches celles qui présentent l'homophonie d'un élément de plus que ceux qui sont indispensables aux rimes suffisantes (Grammont, Versif. fr., 1908, p. 36).
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Mon goût du net, du pur, du complet, du suffisant, conduit à un système de substitutions (Valéry, Tel quel II, 1943, p. 226).
II. − [Corresp. à suffisance II] Prétentieux, imbu de sa personne. Synon. fat, glorieux, vaniteux.Il y avait là toute une colonie d'étudiants (...) braves garçons un peu glorieux, suffisants et réjouis (A. Daudet, Trente ans Paris, 1888, p. 9).Au physique, c'était ce qu'on appelle un gosse de riche, de visage agréable, bien bâti, l'air à la fois timide et suffisant (Giono, Chron., Noé, 1947, p. 209).
Empl. subst. Mieux même il cherche le mépris des suffisants, des gonflés (Queneau, Loin Rueil, 1944, p. 161).
Prononc. et Orth.: [syfizɑ ̃], fém. [-ɑ ̃:t]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Déb. xiies. estre sufisanz « être satisfait » (Psautier d'Oxford, éd. Fr. Michel, 118, 141); 2. a) ca 1175 sofisant « qui est en quantité assez grande » (Benoît de Ste-Maure, Chronique des Ducs de Normandie, 8804 ds T.-L.); b) 1910 empl. subst. avoir le suffisant (C. Vincent, Le Péril de la langue fr., p. 170 ds Quem. DDL t. 21); 3. 1269-78 soffisanz a + inf. « capable de » (Jean de Meun, Roman de la Rose, éd. F. Lecoy, 5498); xiiies. souffissant de + inf. « digne de » (Jehan Legier a Sendrart Certain ds Recueil des Jeux-Partis, éd. A. Lang̊fors, p. 67); 4. 1624 raison suffisante « qui suffit à expliquer » (Le Père Mersenne, L'Impiété des Deistes, p. 432); spéc. 1710 (Leibnitz, Théodicée, I, 441 ds Lal., s.v. raison); 5. 1657 théol. grâce suffisante (Pascal, Provinciales, p. 2); 6. 1765 rime suffisante (Encyclop.). B. 1. 1601 « qui a une trop haute idée de soi » faire le suffisant (P. Charron, De la Sagesse, Trois Livres, p. 524); 2. 1732 un ton bien suffisant (Destouches, Glorieux, III, 7 ds Littré). Part. prés. adj. de suffire*. Fréq. abs. littér.: 2 134. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 980, b) 2 849; xxes.: a) 2 601, b) 3 441.

Trésor de la Langue Française informatisé

SUFFISANT, -ANTE, adj.

I. − Qui suffit.
A. − Qui entraîne à soi seul un certain effet ou qui permet à soi seul d'obtenir un certain résultat.
1. [En parlant de choses] Le marquis est mort, madame; n'est-ce point une cause suffisante à l'ajournement d'un mariage que la mort d'un mari et d'un père? (Dumas père, P. Jones, 1838, V, 8, p. 204).
LOG. Condition nécessaire et suffisante. V. nécessaire I A.
Il paraît, il semble suffisant de + inf.Je serais fort embarrassé de nommer seulement les seize tragédies françaises, et il me paraît suffisant d'indiquer la Cléopâtre captive de Jodelle (1552), les Délicieuses Amours de Marc-Antoine (A. France, Vie littér., 1892, p. 111).
C'est suffisant. C'est assez. Un homme tué, un homme blessé dans la même nuit, il me semble que c'est suffisant (Dumas père, Lorenzino, 1842, I, 6, p. 203).Il l'aimait encore: c'était suffisant (Arland, Ordre, 1929, p. 378).
2. [En parlant de pers.] Synon. convenable, correct, honorable.Il y a (...) chez les femmes, des qualités de flexibilité qui les plient assez aisément à toutes les conditions de la vie sociale... On fera une petite duchesse très suffisante avec la fille d'un parvenu (Feuillet, Honn. d'artiste, 1890, pp. 177-178):
Mon petit frère (...) ne passera que l'an prochain dans la classe suivante. Suffisant en mathématiques (...), il a été au-dessous de tout en littérature française... Courteline, Ronds-de-cuir, Mon pt frère, 1892, p. 202.
B. − Dont la quantité, la force, l'intensité sont à la juste mesure de ce qui est nécessaire.
1. [Dans le domaine du concr.] Épaisseur, température, vitesse suffisante; moyens suffisants. Nous commençâmes nos échanges avec un tel succès, que dans peu d'heures nous eûmes à bord près de trois cents cochons, et une provision suffisante de légumes, qui ne coûtèrent que quelques morceaux de fer (Voy. La Pérouse, t. 4, 1797, p. 13).Je recevais des sommes plus que suffisantes pour ton entretien (Dumas père, Darlington, 1832, I, 1ertabl., 9, p. 49).Empl. subst. Ce qui suffit pour vivre. Monsieur le maître ne te donne pas toujours ton suffisant (Fabre, Xavière, 1890, p. 120).
2. [Dans le domaine de l'abstr.] [Gobseck] vous donnera de l'argent (...) si vous lui présentez des garanties suffisantes (Balzac, Gobseck, 1830, p. 408).C'était une de ces farces dans le genre de Pathelin (...) Rabelais (...) nous en donne un résumé très suffisant pour en connaître l'action (A. France, Rabelais, 1909, p. 28).
THÉOL. Grâce suffisante. ,,Grâce divine rendant possible l'action bonne, par opposition à la grâce efficace qui fait accomplir cette action`` (Aur.-Weil 1981). Tout croyant porte en lui la grâce suffisante (Hugo, Cromwell, 1827, p. 159).
VERSIF. Rime suffisante. Rime dans laquelle la consonne d'appui est différente. On appelle rimes riches celles qui présentent l'homophonie d'un élément de plus que ceux qui sont indispensables aux rimes suffisantes (Grammont, Versif. fr., 1908, p. 36).
Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre. Mon goût du net, du pur, du complet, du suffisant, conduit à un système de substitutions (Valéry, Tel quel II, 1943, p. 226).
II. − [Corresp. à suffisance II] Prétentieux, imbu de sa personne. Synon. fat, glorieux, vaniteux.Il y avait là toute une colonie d'étudiants (...) braves garçons un peu glorieux, suffisants et réjouis (A. Daudet, Trente ans Paris, 1888, p. 9).Au physique, c'était ce qu'on appelle un gosse de riche, de visage agréable, bien bâti, l'air à la fois timide et suffisant (Giono, Chron., Noé, 1947, p. 209).
Empl. subst. Mieux même il cherche le mépris des suffisants, des gonflés (Queneau, Loin Rueil, 1944, p. 161).
Prononc. et Orth.: [syfizɑ ̃], fém. [-ɑ ̃:t]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Déb. xiies. estre sufisanz « être satisfait » (Psautier d'Oxford, éd. Fr. Michel, 118, 141); 2. a) ca 1175 sofisant « qui est en quantité assez grande » (Benoît de Ste-Maure, Chronique des Ducs de Normandie, 8804 ds T.-L.); b) 1910 empl. subst. avoir le suffisant (C. Vincent, Le Péril de la langue fr., p. 170 ds Quem. DDL t. 21); 3. 1269-78 soffisanz a + inf. « capable de » (Jean de Meun, Roman de la Rose, éd. F. Lecoy, 5498); xiiies. souffissant de + inf. « digne de » (Jehan Legier a Sendrart Certain ds Recueil des Jeux-Partis, éd. A. Lang̊fors, p. 67); 4. 1624 raison suffisante « qui suffit à expliquer » (Le Père Mersenne, L'Impiété des Deistes, p. 432); spéc. 1710 (Leibnitz, Théodicée, I, 441 ds Lal., s.v. raison); 5. 1657 théol. grâce suffisante (Pascal, Provinciales, p. 2); 6. 1765 rime suffisante (Encyclop.). B. 1. 1601 « qui a une trop haute idée de soi » faire le suffisant (P. Charron, De la Sagesse, Trois Livres, p. 524); 2. 1732 un ton bien suffisant (Destouches, Glorieux, III, 7 ds Littré). Part. prés. adj. de suffire*. Fréq. abs. littér.: 2 134. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 980, b) 2 849; xxes.: a) 2 601, b) 3 441.

Wiktionnaire

Adjectif

suffisant \sy.fi.zɑ̃\

  1. Qui suffit.
    • Ayant une suffisante connaissance des taudis de Marseille, je m’imaginais que leur misère n’était guère dépassable. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Cent hommes sont suffisants pour défendre ce poste.
    • Cette somme n’est pas suffisante.
    • Cette grange est suffisante pour contenir tant de milliers de gerbes.
    • Bonne et suffisante caution.
    • Il ne faut point faire de changements dans une loi sans une raison suffisante.
    • (Mathématiques) Condition suffisante : Condition qui garantit la véracité de sa conséquence. → voir nécessaire
    • (Philosophie) Principe de raison suffisante : Principe suivant lequel tout phénomène doit avoir une cause.
    • (Théologie) Grâce suffisante : Grâce qui suffit strictement à l’homme, s’il y répond.
  2. Qui est vain, fat, présomptueux, satisfait de sa personne.
    • Je vous trouve bien suffisant, bien suffisante.
    • Cet homme est vaniteux et suffisant.
    • Le suffisant personnage ! Se dit aussi en parlant des choses.
    • Il a l’air suffisant.
    • Une mine suffisante.
    • Un ton suffisant.
    • Suffisant comme un paon, Eugène Duthoit va vers ces dames, qui le reçoivent en défaillant. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 326.)

Nom commun

suffisant \sy.fi.zɑ̃\ masculin (pour une femme on dit : suffisante)

  1. Personne suffisante.
    • C’est une suffisante.
    • Faire le suffisant.

Forme de verbe

suffisant \sy.fi.zɑ̃\

  1. Participe présent de suffire.
    • Le parisianisme ne lui suffisant plus, cet enfant de Bruxelles s’est plu, si j’ose dire, à se « boulevardiser ». — (Albert Heumann, Le mouvement littéraire belge d’expression française depuis 1880, 1913)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SUFFIRE. (Je suffis, tu suffis, il suffit; nous suffisons, vous suffisez, ils suffisent. Je suffisais. Je suffis. Je suffirai. Je suffirais. Suffis, suffisons. Que je suffise. Que je suffisse. Suffisant. Suffi.) v. intr.
Pouvoir subvenir, pouvoir satisfaire à quelque chose, fournir assez, faire ce qui est nécessaire. Cette somme ne suffit pas pour payer vos dettes. S'il perd ce procès, tout son bien n'y suffira pas. Peu de bien suffit au sage. Cinq cents francs ne peuvent suffire pour toutes ces emplettes. La dépense est trop grande, il n'y peut pas suffire. Il ne suffit pas à la tâche. Un domestique ne saurait suffire à servir tant de personnes. La plus légère contrariété suffit pour l'irriter. Se suffire à soi-même, Trouver en soi le moyen de se passer des autres. Il faut savoir se suffire à soi-même. On dit aussi, simplement Se suffire, Avoir ou gagner assez pour pourvoir à ses besoins. Ce jeune homme se suffit, il ne se suffit pas encore. Fam., Cela me suffit, cela suffit et, simplement, Suffit, Voilà qui est bien, c'est assez, n'en parlons plus. Prov., À chaque jour suffit sa peine, Il ne faut pas se tourmenter inutilement sur l'avenir, se faire des chagrins d'avance.

SUFFIRE s'emploie impersonnellement. Il suffit de tant de blé pour tant d'hommes. Il suffit de lui dire une chose pour qu'il la fasse aussitôt. Qu'il vous suffise que je l'aie voulu.

Littré (1872-1877)

SUFFISANT (su-fi-zan, zan-t') adj.
  • 1Qui suffit. Cette somme est suffisante pour les frais du voyage. Ces hommes sont suffisants pour défendre la place. La mémoire seule [d'un bienfait], sans que nous mettions la main à la bourse, est suffisante à nous acquitter, Malherbe, le Traité des bienf. de Sénèque, III, 2. Désobéir un peu n'est pas un si grand crime, Et, quelque grand qu'il soit, mes services présents Pour le faire abolir sont plus que suffisants, Corneille, Cid, II, 1. Avez-vous oublié, en quittant le monde, ce que le mot de suffisant y signifie ? ne vous souvient-il pas qu'il enferme tout ce qui est nécessaire pour agir ? Pascal, Prov. II. Il jouissait d'une fortune suffisante. Bon ! reprit-il, suffisante, à quoi cela va-t-il ? tout ce qui n'est que suffisant ne suffit jamais, Marivaux, Pays. parv. 4e part. Il ne faut point faire de changements dans une loi sans une raison suffisante, Montesquieu, Espr. XXIX, 16.

    Terme de philosophie. Raison suffisante, voy. RAISON, n° 11.

    Terme de théologie. Grâce suffisante, voy. GRÂCE, n° 8.

    Terme de littérature. Rimes suffisantes, celles où le son consonant est suivi d'articulations semblables : joli et ami est une rime pauvre, polir et saphir où le son de l'i se trouve des deux côtés prolongé par l'articulation r, est une rime suffisante.

  • 2Capable ; sens qui vieillit. Homme fort entendu et suffisant de tête, Régnier, Sat. IX. Je trouve Pauline bien suffisante de savoir les échecs ; si elle savait combien ce jeu est au-dessus de ma portée, je craindrais son mépris, Sévigné, 614.

    Substantivement. Moi-même en mes discours qui fais le suffisant, Régnier, Sat. IX.

  • 3Qui a de la suffisance, qui se croit capable et le témoigne par son air. L'on voit des gens brusques, inquiets, suffisants, qui, bien qu'oisifs, et sans aucune affaire qui les appelle ailleurs, vous expédient, pour ainsi dire, en peu de paroles, La Bruyère, V. Elle était simple, glorieuse, crédule, soupçonneuse, coquette, sage, fort suffisante et fort sotte, Hamilton, Gramm. IX. Ces hommes suffisants qui ont assez d'éducation et d'habitude du monde pour parler des choses qu'ils n'entendent point, Vauvenargues, Du goût. Il est ferme et non suffisant, ses manières sont libres et non dédaigneuses, Rousseau, Ém. IV.

    Substantivement. Un suffisant. Une suffisante. Le suffisant est celui en qui la pratique de certains détails que l'on honore du nom d'affaires, se trouve jointe à une très grande médiocrité d'esprit, La Bruyère, XII. Vous voulez que je trouve parfait Un petit suffisant qui n'a que du caquet ? Gresset, Méchant, IV, 6. Il fait le suffisant dans la ville et dans les endroits où il est chargé de fonctions, Bachaumont, Mém. secr. t. XXXIV, p. 199.

    Il se dit aussi de l'air, des manières. Il prend avec mon frère un ton bien suffisant, Destouches, Glor. III, 7. Qu'elle avait en général une antipathie mortelle pour les airs suffisants, Fagan, Pupille, sc. 21.

REMARQUE

On dit ordinairement suffisant à ; cependant Régnier et Molière ont dit suffisant de. Je me déchargerai d'un faix que je dédaigne, Suffisant de crever un mulet de Sardaigne, Régnier, Sat. VI. Bon Dieu ! que de discours ! Rien n'est-il suffisant d'en arrêter le cours ? Molière, le Dép. II, 7. C'est un archaïsme (voy. l'historique).

SYNONYME

SUFFISANT, PRÉSOMPTUEUX, VAIN. Vain est le terme le plus général. L'homme vain tire avantage de tout, aussi bien des choses intérieures que des choses extérieures. Le présomptueux est celui qui présume trop de ce qu'il peut ou de ce qui lui est permis. Le suffisant est celui qui, ayant une trop bonne idée de son mérite, le laisse voir en toute sa personne. Le dernier exemple de la Bruyère montre le sens premier du mot en cet emploi, et la transition qui l'a produit. Le suffisant est proprement celui qui, ayant passé par certains emplois, y a montré sa suffisance, sa capacité, et en a conservé un air de satisfaction impertinente.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et si soies bien entendans, Se justice dormoit gisans, Si seroit Amors soffisant, Que tu vas si moult desprisant, à mener bele vie et bonne, la Rose, 5551. Et iluecques doit estre oïs par le segneur qu'il servi, ou par home soufisan envoyé de par li, s'on li vaurra riens demander [à l'ancien bailli d'un lieu], Beaumanoir, I, 41. …plusor chanoine, Qui vivent du Dieu patremoine, Il n'en doivent, selonc le livre, Prendre que le souffisant vivre, Et le remanant humblement Deüssent il communement à la povre gent departir, Rutebeuf, 220.

XVe s. Si ot conseil le duc [de Bretagne] qu'il envoieroit suffisans hommes d'armes en Angleterre, Froissart, II, II, 65. Nous sommes suffisans, nous tenans ensemble, de nous retyrer jusques es marches de Haynaut…, Commines, I, 13.

XVIe s. Et n'est pas loisible à l'homme de s'excuser, en tant qu'il n'a point la puissance, et, comme un pauvre detteur, n'est pas suffisant de payer, Calvin, Instit. 272. Vous et un compaignon estes assez suffisant theatre l'un à l'autre, Montaigne, I, 286. Ilz ne pensoient pas que l'empire romain fust suffisant pour eulx qui n'estoient que deux, Amyot, Pomp. 77. Il est fort suffisant en cela [il s'y connaît], H. Estienne, Précell. p. 79.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SUFFISANT. Ajoutez :
4Suffisant à, capable de. Un autre disait qu'il n'y avait point de doute qu'un si grand nombre d'hommes ne fût suffisant à mettre toute la Grèce dans terre, Malherbe, Lexique, éd. L. Lalanne.

HISTORIQUE

Ajoutez : XIIe s. La pense [pensée] turbée n'est mie soffianz de ce à esgardeir, à cui ele puet avisunkes [peut-être] paisieble sospireir, li Dialoge Gregoire lo pape, 1876, p. 367.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « suffisant »

(Date à préciser) De suffire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Suffire. On disait aussi soficient.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « suffisant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
suffisant syfizɑ̃

Citations contenant le mot « suffisant »

  • La vie est un livre suffisant. De Max Jacob / Conseils à un étudiant
  • Un silence, voilà qui est suffisant pour expliquer un coeur. De Molière
  • Avoir de l'esprit n'est pas suffisant, il faut en avoir avec esprit. De Louis Dumur
  • Le contenu d’une cacahuète est suffisant pour que deux amis puissent le partager. De Proverbe burkinabé
  • Tout ce qui n'est que suffisant ne suffit jamais. De Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux / Le paysan parvenu
  • Parler vrai n'est pas suffisant. Encore faut-il avoir quelque chose à dire... De Michel Rocard / Le Monde - 28 Mars 1985
  • Rien ne peut suffire à celui qui considère comme étant peu de chose ce qui est suffisant. De Epicure
  • Amour : Deux bonne fois à son aise le faire C'est d'homme sain suffisant ordinaire. De Clément Marot
  • La légèreté, et elle seule, a le poids suffisant pour équilibrer la balance lourde et triste de la vie. De Alix Girod de l’Ain / Evene.fr - Juin 2006
  • Il faut être suffisamment intelligent pour bien faire l'imbécile. Faut-il être bien imbécile pour faire l'intelligent suffisant ? De Jean Gouny
  • Je ne sais pas ce qui est beau, mais je sais ce que j'aime et je trouve ça amplement suffisant. De Boris Vian / Jazz Hot
  • Les mots sont comme les glands... Chacun d’eux ne donne pas un chêne, mais si vous en plantez un nombre suffisant, vous obtiendrez sûrement un chêne tôt ou tard. De William Faulkner
  • Un amour fervent du théâtre n'est pas suffisant à un acteur : il doit s'y ajouter un amour fervent de soi-même et de la confiance en soi. De Charlie Chaplin / Ma vie
  • Réponse non acceptable à la leçon n°4 : subir un nouveau lockdown faute de testing massif et suffisant. A vos copies, vous avez deux heures. Le temps presse. Site-LeVif-FR, Subir un nouveau lockdown, faute de testing massif n'est pas acceptable (édito) - Belgique - LeVif
  • Sous l’impulsion d’un gros passage de Dejountay Murray, les Spurs ont pris 11 points d’avance, 94-83. Puis le momentum s’est inversé et grâce à leur jeu rapide les Grizzlies sont revenus en un clin d’oeil. Allen sur un shoot à 3-pts a même cru conclure un 11-0 pour égaliser, mais finalement les arbitres ont refusé ce shoot, arrivé trop tard après le coup de sifflet. Un répit pour les Spurs, qui se sont redonné de l’air avec des tirs extérieurs de Gay puis de Murray, 102-94 avec 3’20 à jouer. Pas suffisant pour se défaite des Grizzlies qui ont recollé et réduit leur déficit à 1 unité sur un shoot à 3-pts de Jaren Jackson Jr.. DeMar DeRozan a alors pris ses responsabilités et inscrit deux gros shoots à mi-distance, 106-101. Pas suffisant pour s’assurer la victoire. Ja Morant a répondu instantanément et derrière DeRozan a raté ses deux lancers, donnant une dernière chance aux joueurs de Taylor Jenkins. Jaren Jackson Jr. a marqué dans le corner, égalité ! Sans temps mort, DeRozan a provoqué une faute à la dernière seconde et cette fois a rentré ses deux lancers. Avec une seule seconde au chronomètre, Jackson Jr. n’est pas passé loin de rentrer son shoot à 9 mètres. Basket Infos, Revoilà les Spurs ! DeMar DeRozan offre la victoire aux Spurs à la dernière seconde face aux Grizzlies !
  • « Ne les stigmatisons pas, disons-leur de respecter les anciens. En les laissant se contaminer, ils participeront à l’immunité collective et elle sera plus importante à la rentrée, dans les écoles et les universités », dit encore l’infectiologue. Une position qui bien sûr fait polémique alors que la thèse de l’immunité collective (quand un nombre suffisant de personnes, autour de 70 % de la population, a été contaminé, l’épidémie finit par s’éteindre d’elle-même) n’a pas encore été prouvée, même en Suède, où le gouvernement a fait le choix de ne pas confiner la population comme en France, Espagne ou Italie. , Coronavirus : Un infectiologue propose de laisser les jeunes se contaminer entre eux

Images d'illustration du mot « suffisant »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « suffisant »

Langue Traduction
Anglais sufficient
Espagnol suficiente
Italien sufficiente
Allemand ausreichend
Chinois 足够
Arabe كاف
Portugais suficiente
Russe достаточно
Japonais 十分
Basque nahikoa
Corse bastanza
Source : Google Translate API

Synonymes de « suffisant »

Source : synonymes de suffisant sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « suffisant »

Partager