La langue française

Pourvoir

Sommaire

  • Définitions du mot pourvoir
  • Étymologie de « pourvoir »
  • Phonétique de « pourvoir »
  • Citations contenant le mot « pourvoir »
  • Images d'illustration du mot « pourvoir »
  • Traductions du mot « pourvoir »
  • Synonymes de « pourvoir »
  • Antonymes de « pourvoir »

Définitions du mot pourvoir

Trésor de la Langue Française informatisé

POURVOIR, verbe trans.

A. − Empl. trans. dir.
1. Pourvoir qqn (de qqc.).Mettre quelqu'un en possession de ce qui lui est nécessaire ou utile. Synon. munir, nantir.On y avait suivi le métier des armes jusqu'à son père, Joachim, qui se fit pourvoir d'une charge de conseiller au parlement de Bretagne (Valéry,Variété V, 1944, p.211).
Empl. pronom. réfl. On obligea les porteurs de se faire inscrire, puis de se pourvoir de cartes d'admission (Marat,Pamphlets, Dénonc. Necker, 1790, p.190).Vous me demandez comment vous vous y prendrez pour résister à ces messieurs, sans bateaux, sans munitions, dont j'ai dû me pourvoir à vos dépens (Claudel,Soulier, 1929, 3ejournée, 2, p.829).
En partic., vx et littér. Pourvoir qqn.Établir quelqu'un par un mariage, par un emploi. Cette bonne Henriette goûtait un plaisir de veuve à marier les gens; si bien que, lorsqu'elle avait pourvu les filles, il lui arrivait de laisser les pères choisir des amies dans sa société (Zola,Bonh. dames, 1883, p.453).
Au fig. Doter quelqu'un de quelque chose d'agréable, d'avantageux. Synon. gratifier.La nature l'a pourvue d'un appétit remarquable (About,Grèce, 1954, p.338).
2. Pourvoir qqc. (de qqc.).Munir quelque chose de ce qui lui est nécessaire ou utile. Synon. approvisionner, équiper, fournir.Encore de nos jours, le marché aux herbes, à Copenhague, est pourvu par des Hollandais transplantés en Danemarck au commencement du seizième siècle (Bonstetten,Homme Midi, 1824, p.29).La ville était forte (...). L'arsenal était pourvu; les magasins regorgeaient de vivres (A. France,J. d'Arc, t.1, 1908, p.492).Il est indispensable, pour atteindre un tel but, de moderniser les fermes et leurs vacheries, de les pourvoir d'eau potable et d'électricité, de machines à traire et d'installations frigorifiques (Brunerie,Industr. alim., 1949, p.63).
En partic. [Le suj. désigne celui qui nomme à un poste ou celui qui occupe un poste] Pourvoir un poste. Faire qu'un poste soit occupé. Mais les agrégés ne suffirent pas à pourvoir tous les postes des lycées (Encyclop. éduc., 1960, p.317).
B. − Empl. trans. indir. Pourvoir à qqc.
1. Faire ou fournir ce qui est exigé par (un besoin, une situation). Synon. parer.Pourvoir aux besoins de qqn, aux frais de qqc. Ne pouvant tout faire, j'ai pourvu au plus pressé (Toepffer,Nouv. genev., 1839, p.203).«Allez faire un somme», reprit le lieutenant. «Demain, on pourvoira au nécessaire (...)» (Martin du G.,Thib., Cah. gr., 1922, p.652).Paris leur est étranger; leur famille ne peut les entretenir: il faut qu'ils pourvoient à leur subsistance (Faral,Vie temps st Louis, 1942, p.104).
Empl. impers. Les membres (...) sont déclarés démissionnaires d'office et il est pourvu à leur remplacement dans le délai d'un mois (Réforme hospit., 1959, p.8).
2. En partic. Pourvoir à (un poste ou un mot du même paradigme). Nommer à. Le pape, l'évêque pourvoyait à cette sorte de bénéfices. On n'a pas encore pourvu à cet emploi (Ac.1835-1935).
C. − Empl. pronom., DR. Former un pourvoi. Il nous suffira, dans les trois jours, de nous pourvoir en cassation (Clemenceau,Iniquité, 1899, p.278).
Prononc. et Orth.: [puʀvwa:ʀ], (il) pourvoit [-vwa]. Att. ds Ac. dep. 1694. Conjug. v. voir sauf fut.: il pourvoira; cond.: il -voirait; passé simple: il -vut; subj. imp.: qu'il -vût. Étymol. et Hist. A. 1. Déb. xiies. «prévoir» (St Brendan, éd. E. G. R. Waters, 196); 2. fin xiies. «procurer quelque chose à quelqu'un» (Sermons St Grégoire sur Ezéchiel, 41, 40 ds T.-L.); ca 1480 part. passé «dotée de quelque chose d'agréable» (Mystere V. Testament, éd. J. de Rothschild, VI, 67); av. 1615 «mettre quelqu'un en possession d'un avantage» (Pasquier, Recherches de la France, 507); 3. 1282 pourveoir aucun en norreture/en heritage «le nourrir et l'éduquer, l'instituer comme son héritier» (Gouvernement des rois, 158, 22 ds T.-L.); 4. 1690 «munir une chose» (Fur.). B. 1174-76 pourveoir a (Guernes de Pont-Sainte-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 3304); 1668 pourvoir aux besoins de qqn (La Fontaine, L'Aigle, la laie et la chatte ds Fables, L. III, 6); 1772 pourvoir aux frais de (Diderot, Supplem. Voy. de Bougainville, éd. H. Dieckman, I, p.10). C. Ca 1165 sei porveeir de «s'approvisionner» (Benoît de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 15234); 1680 dr. se pourvoir «former un pourvoi» (Rich.). Du lat. providere «voir en avant», «prévoir», «pourvoir à», «être prévoyant». Fréq. abs. littér.: 581. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1399, b) 563; xxes.: a) 649, b) 582.

Wiktionnaire

Verbe

pourvoir \puʁ.vwaʁ\ transitif indirect, transitif ou pronominal 3e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se pourvoir)

  1. Prendre des dispositions pour quelque chose, y aviser, y donner ordre, suppléer à ce qui manque.
    • On eut besoin d'un million de soldats ; la réquisition y pourvut. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • Eh! bien, ne reculant devant aucune tâche si fastidieuse fût-elle, ils pourvoiront, d'eux-mêmes, à la diffusion de ces ouvrages, en s'en faisant les traducteurs. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Pourvoir à sa subsistance et à celle de sa famille.
    • […] il ne reste plus un habitant, plus une tête de bétail, plus un boisseau de grain. L’intendance ne réussit plus à pourvoir aux besoins de tous les ventres affamés dont elle a la charge. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 96)
    • On a pourvu par ce moyen à l’insuffisance de la loi.
    • Pourvoir à la sûreté publique.
  2. (En particulier) Conférer, nommer, à un office, à un emploi.
    • On n’a pas encore pourvu à cet emploi.
    • On a dû pourvoir au remplacement de ce fonctionnaire.
  3. (Transitif) Munir ; garnir ; fournir.
    • Les wagons de première classe sont pourvus de cabinets de toilette, ménagés à l’arrière, […]. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. V, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Les assaillants, amplement pourvus d’explosifs, causèrent, tant à Berlin qu’en Franconie, des dommages énormes. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 411 de l’éd. de 1921)
    • L’École Normale est une institution que les nations envient à la République : elle est une des têtes de la France qui est pourvue de chefs comme une hydre. — (Paul Nizan, Aden Arabie, chap. I., Rieder, 1932 ; Maspéro, 1960)
  4. (Transitif) Investir, en parlant de bénéfices, d’offices, d’emplois. — Note : Il a alors pour complément la personne à qui le bénéfice, l’office, l’emploi est conféré.
    • Le chef de l’état, le ministre l’a pourvu de cette charge, de cet emploi.
  5. (Transitif) (Figuré) Orner, douer.
    • Ils remontaient au temps d'une certaine pègre pour qui la suprême élégance consistait à se pourvoir d'un couvre-chef de couleur tendre et de souliers vernis. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Le ciel, la nature l’a pourvu de bonnes qualités.
    • Les grâces, les attraits dont elle est pourvue.
  6. (Transitif) Établir dans la vie par un mariage, par un emploi, etc.
    • Ce père a bien pourvu tous ses enfants.
  7. (Pronominal) (Droit) Intenter une action devant un juge, recourir à un tribunal, à une autorité ; faire appel.
    • Dans tous les cas où le tribunal de première instance connaitra les actes relatifs à l'état civil, les parties intéressées pourront se pourvoir contre le jugement. — (Code civil des Français, Livre Premier - Des Personnes, Titre II - Des actes de l'état civil)
    • Si vous ne tenez pas vos engagements, je me pourvoirai en justice. — Il s’est pourvu par-devant tel juge.
    • Se pourvoir au Conseil d’état. — Se pourvoir en cassation.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

POURVOIR (pour-voir), je pourvois, nous pourvoyons ; je pourvoyais, nous pourvoyions, vous pourvoyiez ; je pourvus, nous pourvûmes, vous pourvûtes, ils pourvurent ; je pourvoirai ; je pourvoirais ; pourvois, qu'il pourvoie, pourvoyons, qu'ils pourvoient ; que je pourvoie, que nous pourvoyions, que vous pourvoyiez ; que je pourvusse, qu'il pourvût ; pourvoyant ; pourvu v. n.
  • 1Donner ordre à, avoir soin de, fournir ce qui est nécessaire, suppléer à ce qui manque. Je n'ai garde de trouver rien à redire à votre prudence, puisqu'elle est jointe avec tant de bonté, et qu'elle ne s'emploie pas moins à pourvoir aux biens des autres qu'aux vôtres mêmes, Voiture, Lett. 22. Qui pourvoira de nous au dîner de demain ? La Fontaine, Fabl. x, 16. Est-ce là tout, me dit-il ? vous m'avez fait peur ; croyez-vous qu'une chose si visible n'ait pas été prévue, et que nous n'y ayons pas pourvu ? Pascal, Prov. V. Il [Valentinien] voulut pourvoir à son salut en se faisant baptiser, et à son repos en disgraciant Arbogaste, Fléchier, Hist. de Théodose, IV, 30. Je découvre sur la terre un homme avide, insatiable, inexorable, qui veut, aux dépens de tout ce qui se trouvera sur son chemin et à sa rencontre, et quoi qu'il en puisse coûter aux autres, pourvoir à lui seul, grossir sa fortune et regorger de biens, La Bruyère, VI. Les femmes ne sont jamais embarrassées d'elles ; Dieu y pourvoit, Voltaire, Candide, 14. Le général de l'armée française avait pourvu à la victoire et à la défaite, Voltaire, Louis XV, 15. Il pourvoit au présent en ce qui dépend de lui, et laisse le soin de l'avenir à la Providence, Rousseau, 2e dial.

    Pourvoir à sa conscience, se dit d'un homme prêt à mourir qui demande et reçoit les derniers sacrements. De sorte qu'on ne les envoie à la mort [les criminels] qu'après leur avoir donné moyen de pourvoir à leur conscience, Pascal, Prov. XI.

    Pourvoir à un bénéfice, à un office, à un emploi, le conférer, y nommer. Le malheureux Honorius mourut sans enfants, et sans pourvoir à l'empire, Bossuet, Hist. I, 11.

  • 2 V. a. Nommer quelqu'un à un emploi, à un office, à un bénéfice. Pourvoir quelqu'un d'une charge. Le sort pourvoit Narsès de ce grade éminent, Rotrou, Bélis. II, 10. Le pape est obligé de pourvoir celui que le roi lui nomme pour un bénéfice, Massac, Droit ecclésiastique, chap. 4, dans RICHELET.
  • 3Établir par un mariage, par un emploi, par une charge. Il me reste à pourvoir un arrière-neveu, La Fontaine, Fabl. VIII, 1. Et je crois qu'il est bon de pourvoir Henriette, Molière, Femm. sav. II, 8. Ce n'est point assez de les nourrir [les enfants], il faut les pourvoir ; ce n'est point assez de les pourvoir, il faut les instruire et les élever selon le christianisme, Bourdaloue, 2e dim. après l'Épiph. Dominic. t. I, p. 75. Il me paraît si raisonnable de la pourvoir, que je la choisis pour moi-même, Lamotte, Calendr. des vieill. sc. 2. Des dettes à payer, et ma sœur à pourvoir, Picard, Amis de coll. I, 8.
  • 4Munir, garnir. Pourvoir une armée, une place, de munitions. Brontin… sort… chargé d'une triple bouteille D'un vin dont Gilotin, qui savait tout prévoir, Au sortir du conseil eut soin de le pourvoir, Boileau, Lutr. II. Moi qu'une humeur trop libre, un esprit peu soumis, De bonne heure a pourvu d'utiles ennemis, Boileau, Ép. VII.
  • 5Orner, douer. La nature l'a pourvue de toutes les grâces.
  • 6Se pourvoir, v. réfl. Se garnir de, se munir de. Pourvoyez-vous de quelque autre compère, La Fontaine, Mandr. Je songe à me pourvoir d'esquif et d'avirons, à régler mes désirs, à prévenir l'orage, Et sauver, s'il se peut, ma raison du naufrage, Boileau, Épître v. Sa princesse n'a pas sitôt su qu'il était captif en Barbarie, qu'elle s'est pourvue d'un autre amant, Lesage, Diable boit. ch. 19. Les étrangers qui venaient dans cette contrée [Venise], commençaient par acheter un visage, comme on se pourvoit ailleurs de bonnets et de souliers, Voltaire, Princ. de Babyl. 9.

    Familièrement. Il n'a qu'à se pourvoir ailleurs, se dit pour se débarrasser de quelqu'un qui ne paraît pas satisfait de ce qu'on lui offre. Si elle n'est pas de cette humeur, elle n'a qu'à se pourvoir ailleurs, Hamilton, Gramm. 4.

  • 7Se pourvoir, se marier en parlant d'une femme. Je ne serais pas trop fâchée de me pourvoir, aussi bien que ma maîtresse, Lamotte, Talisman. sc. 7.
  • 8 Terme de jurisprudence. Recourir au pourvoi. Se pourvoir en cassation, en grâce. Le délai pour se pourvoir au tribunal de cassation contre un jugement en dernier ressort, sera de trois mois à compter de la signification, Code Nap. art. 263.

    Absolument. Se pourvoir, recourir à la cour de cassation. Ce condamné a refusé de se pourvoir.

    En général, recourir à une autorité qui a droit de casser une décision. Une loi étrange au premier aspect mais admirable et tellement essentielle qu'on ne saurait la supprimer ou la négliger sans détruire la démocratie, c'est celle qui autorise le moindre des citoyens à se pourvoir contre un jugement de la nation entière, lorsqu'il est en état de montrer que ce décret est contraire aux lois déjà établies, Barthélemy, Anach. ch. 14.

    Se pourvoir en cour de Rome, demander au pape quelque grâce, quelque bénéfice, quelque dispense.

HISTORIQUE

XIIe s. David reis et prophetes purvit [aperçut] altrui muillier…, Th. le mart. 76.

XIIIe s. Bele Emmelos, fit-il, Diex vous porvoie ! Audefroi le Bastard, Romancero, p. 30. Du venin [poison] [je] serai tost porveüe et pourquise, Berte, LXXVI. Elle avoit porveü tout l'empoisonnement, ib. XCV. Or nous porveez bien, car nous remaindrons ci, ib. CXXVII. Et quand nous arons ce fait, dont porrons-nous aler devant la cité, et faire ce que Dieu nous a porveü [destiné], Villehardouin, LXII. Et se il estoit ainsint que le mestre à l'aprentis deffausist [vint à manquer] ainz [avant] son terme acompli, le prevost de Paris le pourvoiroit de mestre souffisant, Liv. des mét. 93. Enten que, se clerc empetre letres que l'en le porvoie comme povre clerc, et il ait soufizans benefices, les letres sont empetrées par fauseté, Liv. de just. 18. Aucun de mes chevaliers me manderent que, se je ne me pourveoie de deniers, que il me leroient [laisseraient], Joinville, 211. Et por ce se doit cascuns porveir comment il vient garnis de conseil à son plet, Beaumanoir, V, 20.

XIVe s. Le dictateur pourvoians [prévoyant] que il ne convenist pas aus Roumains avoir guerre…, Bercheure, f° 35, recto. Un home entendant, pourveu et discret, Oresme, Eth. 66. Ensement com li papes pourvoit une abaïe, Vous pourvoirai chascun d'aucune seignorie, Tous riches vous ferai ainçois ma departie, Guesclin. 14854.

XVe s. S'on n'y pourvoit, royaumes, tu te pers ; Un cuer vaillant puet [peut] ton fait redrecier, Deschamps, Conseils des François. Mais aujourd'hui vois maint homme encliné Pourvir aux gens et non pas à l'office, Deschamps, Poés. mss. f° 140. Le proverbe dit ainsy : homme pourveu n'est jamais deceu, Perceforest, t. IV, f° 77. À l'adventure que le bon homme n'a pas trop d'argent ; mais neantmoins il faut qu'il en pourvoye, Les 15 joies du mariage, p. 125, dans LACURNE.

XVIe s. Dieu y pourverra, Calvin, Inst. 136. Nous avons bonne fiance en Dieu qu'il prouvoirra en tout et par tout à nostre bien, Calvin, ib. 153. On confere les benefices, non pas pour prouvoir aux Eglises, mais aux hommes, Calvin, ib. 873. Tappecoue, ce non obstant, luy dist peremptoirement que ailleurs se pourveust, si bon luy sembloyt ; rien n'esperast de sa sacristie, Rabelais, Pant. IV, 13. Qu'il soit bien pourveu de choses, les paroles ne suyvront que trop, Montaigne, I, 187. Publicola se. proveut et prepara contre tous leurs aguets, Amyot, Publ. 39.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

POURVOIR, (Jurisprud.) signifie mettre ordre à quelque chose, en disposer.

Celui qui présente requête au juge, & qui se plaint de quelque trouble, entreprise ou spoliation qui se fait à son préjudice, conclut à ce qu’il plaise au juge y pourvoir, c’est-à-dire, y mettre ordre.

On se fait pourvoir d’un office ou d’un bénéfice. Cela s’appelle aussi pourvoir, parce que celui qui donne des provisions pourvoit à ce que l’office ou le bénéfice soit rempli & desservi. Voyez Bénéfice, Office, Provision. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pourvoir »

Prov. provezir ; catal. provehir ; esp. proveer ; ital. provvidere ; du lat. providere, de pro, pour, et videre, voir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Du latin providere.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pourvoir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pourvoir purvwar

Citations contenant le mot « pourvoir »

  • La presse étant un sacerdoce, il faut bien pourvoir aux frais du culte. De Emile Augier / Les Effrontés
  • Plus de 130 postes sont à pourvoir au sein de la police nationale cette année en Nouvelle-Aquitaine. Du 1er au 28 août, il sera possible de s'inscrire pour les sélections "d’adjoints de sécurité de la zone sud-ouest". Aucun diplôme particulier n'est demandé. France Bleu, La police nationale recrute en Nouvelle-Aquitaine, plus de 130 postes à pourvoir cette année
  • En Limousin, 250 contrats d'apprentissages sont à pourvoir dans les métiers de l’hôtellerie et de la restauration. Ces contrats sont proposés aux jeunes de 15 à 29 ans par l'Umih, l'union des métiers de l’hôtellerie restauration. Les apprentis pourront suivre en alternance des cours dans les UFA, les unités de formation des apprentis des lycées professionnels Jean Monnet à Limoges, Delphine Gay à Bourganeuf ou le CFA des Treize Vents à Tulle.  France Bleu, 250 contrats d'apprentissages sont à pourvoir dans le secteur de l'hôtellerie-restauration en Limousin
  • Deux offres d'emploi à pourvoir : un poste à temps partiel de diététicien(ne) au centre hospitalier de Nontron et un poste d'animateur socioculturel à Mareuil en Périgord France Bleu, Postes de diététicien et d'animateur culturel
  • Alors qu’elles ont fermé leurs portes durant le confinement, les agences du réseau immobilier Laforêt ont pu compter sur le digital pour maintenir une partie de leurs services et poursuivre les projets en cours. Lors de la reprise début mai, l’enseigne a poursuivi son plan annuel de recrutement avec l’ambition de trouver de nouveaux collaborateurs et gagner des parts de marché : 1 000 postes sont ainsi à pourvoir. Observatoire de la franchise, Laforêt : 1 000 postes sont à pourvoir en 2020 sur toute la France

Images d'illustration du mot « pourvoir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pourvoir »

Langue Traduction
Anglais provide
Espagnol proporcionar
Italien fornire
Allemand zur verfügung stellen
Chinois 提供
Arabe تزود
Portugais providenciar
Russe предоставлять
Japonais 提供する
Basque ematen
Corse furnisce
Source : Google Translate API

Synonymes de « pourvoir »

Source : synonymes de pourvoir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « pourvoir »

Partager