La langue française

Subordonner

Définitions du mot « subordonner »

Trésor de la Langue Française informatisé

SUBORDONNER, verbe trans.

A. −
1. Subordonner qqn à qqn.Placer une personne ou un groupe de personnes dans un état de dépendance par rapport à quelqu'un (ou à un groupe de personnes) dans un ensemble hiérarchisé. C'était le quatrième ministre [le général Roques] de la Guerre auquel j'étais subordonné depuis le début de la guerre (Joffre, Mém., t. 2, 1931, p. 386).Le rôle assigné à la femme se borne à la vie domestique, au soin des enfants, à la préparation des repas. Elle doit se subordonner à l'homme (Doeblin, Pages imm. Confucius, 1947, p. 40).
Empl. pronom. réciproque. Jésus fit remarquer que, si lui, le maître, avait été au milieu de ses disciples comme leur serviteur, à plus forte raison devaient-ils se subordonner les uns aux autres (Renan, Vie Jésus, 1863, p. 402).
Empl. pronom. réfl. Il ne raisonnait ni bien ni mal, il était incapable de raisonnement; mais il avait la raison de se subordonner à sa sœur (Balzac, Pierrette, 1740, p. 21).
2. Subordonner qqn.Mettre quelqu'un en situation inférieure. Les gnostiques chrétiens refusent ou subordonnent le Dieu de l'ancien testament, qu'ils conçoivent essentiellement comme créateur (...). Le Dieu suprême est le rédempteur, non le créateur (Philos., Relig., 1957, p. 34-8).
3. Subordonner qqn à qqc.Mettre quelqu'un en situation de dépendance par rapport à une chose. Empl. pronom. [Les êtres humains] vivent sur la terre: c'est en se subordonnant eux-mêmes aux faits naturels qu'ils assurent à leur corps l'entretien indispensable et à leurs facultés le développement et l'épanouissement (Brunhes, Géogr. hum., 1942, p. 2).
B. − Subordonner qqc. à qqc.Accorder à quelque chose un rôle inférieur ou une importance secondaire par rapport à une autre. Les communautés primitives n'ont jamais ignoré les individualités, mais elles les ont subordonnées au statut social (Lowie, Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p. 256).Le style de Verdi diffère nettement de celui de ses devanciers, et s'il y a encore du Bellini dans Oberto, on y sent déjà le musicien résolu à subordonner plus étroitement la mélodie à l'expression des sentiments (Dumesnil, Hist. théâtre lyr., 1953, p. 162).
Empl. pronom. réfl. En accordant à la science de la langue sa vraie place dans l'ensemble de l'étude du langage, nous avons du même coup situé la linguistique tout entière. Tous les autres éléments du langage, qui constituent la parole, viennent d'eux-mêmes se subordonner à cette première science (Sauss.1916).
Empl. pronom. réciproque. Au lieu d'entrer ou de rester en concurrence, deux entreprises semblables retrouvent l'équilibre en se partageant leur tâche commune; au lieu de se subordonner l'une à l'autre, elles se coordonnent (Durkheim, Divis. trav., 1893, p. 253).
C. − Assortir d'une condition la réalisation, l'exécution de quelque chose; faire dépendre quelque chose de quelque chose d'autre. Subordonner qqc. à une approbation, une autorisation, à une décision; à l'octroi de qqc. La réalisation de la gémination est subordonnée à l'existence de certaines conditions qui doivent être préalablement remplies: - affectation à l'école d'un ménage d'instituteurs; - reprise en charge, aux récréations, des garçons par l'instituteur, des filles par l'institutrice (Encyclop. éduc., 1960, p. 100).L'épanouissement de ce renouvellement de l'esprit administratif est subordonné à l'action de chaque homme placé à la tête d'une unité administrative (Belorgey, Gouvern. et admin. Fr., 1967, p. 252).
D. − LINGUISTIQUE
1. Établir un rapport de dépendance syntaxique entre une proposition introduite par une conjonction de subordination, un pronom relatif ou un mot interrogatif, et une proposition principale dans une phrase complexe. On peut penser, par exemple, que le terme de conjonction est surtout approprié aux faits de coordination et qu'un terme meilleur pourrait s'appliquer aux éléments linguistiques censés subordonner (Moignet, Ét. de Psycho-systématique fr., Paris, Klincksieck, 1974, p. 244).
2. [Dans la théorie d'A. Martinet] Ajouter selon un type d'expansion un élément qui n'est pas identique à un élément préexistant dans le même cadre. On peut subordonner à peu près n'importe laquelle des unités linguistiques de première articulation (Mounin1974).
Prononc. et Orth.: [sybɔ ʀdɔne], (il) subordonne [sybɔ ʀdɔn]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Fin xves. se subordonner « se mettre dans un état de dépendance » (Georges Chastellain, L'Entrée du roy Loys en nouveau règne, éd. Kervyn de Lettenhove, t. 7, p. 7); 1797 part. passé subst. subordonné « celui qui est soumis à un supérieur » (Voy. La Pérouse, t. 2, p. 249); 2. gramm. a) av. 1780 part. passé adj., et subst. fém. proposition subordonnée, subordonnée (Condill., Art d'écr., I, 7 [éd. 1798] ds Littré); 1872 subordonner (Littré); b) 1863 part. prés. adj. subordonnant (Littré, s.v. conjonction); 1933 part. prés. subst. (Mar. Lex.). Empr. d'apr.ordonner* au lat. médiév. subordinare « id. » ca 1343 ds Latham (d'où le m. fr. subordiner 1596, Jean de Basmaison, Cout. d'Auvergne, 37 ds Delb. Notes mss, cf. également l'adv. subordinement 1567, J. Papon, Rec. d'arretz not., 260b ds Fonds Barbier − 1788; Fér. Crit.), déjà en b. lat. eccl. « accorder une ordination inférieure à » 502 ds Blaise Lat. chrét., dér. du class. ordinare, v. ordonner avec préf. sub- marquant la position inférieure. Fréq. abs. littér.: 313. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 199, b) 611; xxes.: a) 402, b) 591. Bbg. Gohin 1903, p. 322.

Wiktionnaire

Verbe

subordonner \sy.bɔʁ.dɔ.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Établir un ordre de dépendance de l’inférieur au supérieur. Ceci, dans une relation de pouvoir unidirectionnelle.
    • L’organisation militaire subordonne le lieutenant au capitaine, le capitaine au commandant, etc.
    • Les curés et leurs vicaires sont subordonnés aux évêques.
  2. Il se dit aussi en parlant des choses.
    • Les lois de l’état ont subordonné certaines juridictions à d’autres.
    • Les épisodes, dans un poème, doivent être subordonnés à l’action principale.
    • Je subordonne mon acceptation à l’avis que vous me donnerez.
  3. Mettre en relation de condition une chose vis-à-vis d’une autre ; conditionner.
    • […]: les amis de Jaurès, les cléricaux et les démocrates placent leur idéal de l’avenir dans le Moyen Âge : ils voudraient que la concurrence fût tempérée, que la richesse fût limitée, que la pro­duction fût subordonnée aux besoins. Ce sont des rêveries que Marx regardait comme réactionnaires  […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence Chap.II, Les préjugés contre la violence, 1908)
    • Ces clauses jouent généralement lorsque l'entreprise est proche de la faillite. Toutefois, l’application de ces clauses est subordonnée à des garanties d'emploi et à l’approbation du syndicat et de la fédération d’employeurs. — (Études économiques de l'OCDE : Allemagne, 1997, p. 137)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SUBORDONNER. v. tr.
Établir un ordre de dépendance de l'inférieur au supérieur. L'organisation militaire subordonne le lieutenant au capitaine, le capitaine au commandant, etc. Les curés et leurs vicaires sont subordonnés aux évêques. Il se dit aussi en parlant des Choses. Les lois de l'État ont subordonné certaines juridictions à d'autres. Les épisodes, dans un poème, doivent être subordonnés à l'action principale. Je subordonne mon acceptation à l'avis que vous me donnerez. Le participe passé

SUBORDONNÉ s'emploie adjectivement en termes de Grammaire. Proposition subordonnée, Celle qui dépend d'une autre proposition. Il s'emploie aussi substantivement et désigne Celui qui dépend d'un autre. Cet homme est bien dur envers ses subordonnés.

Littré (1872-1877)

SUBORDONNER (sub-or-do-né) v. a.
  • 1Établir un ordre de dépendance de l'inférieur au supérieur. Tous les hommes seraient nécessairement égaux, s'ils étaient sans besoins ; la misère attachée à notre espèce subordonne un homme à un autre homme, Voltaire, Dict. phil. Égalité. Leur système [des jésuites], dont, à la vérité, ils ne se vantent pas trop hautement, mais qui ne paraît que trop dans leur conduite et dans leurs écrits, serait de réduire ou de subordonner, s'il leur était possible, toute l'autorité qui est sur la terre, à la seule autorité spirituelle, D'Alembert, Œuv. t. v, p. 174.
  • 2En parlant des choses, y établir un ordre de dépendance. La syntaxe subordonne certaines propositions à d'autres. C'est subordonner la peinture à la poésie que de la consacrer à des sujets traités par les grands poëtes, Staël, Corinne, VIII, 4.
  • 3Se subordonner, v. réfl. Accepter la dépendance d'un supérieur. Il se subordonna volontairement à un officier moins ancien que lui.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « subordonner »

Du latin subordinare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. sub, sous, et ordonner.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « subordonner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
subordonner sybɔrdɔne

Citations contenant le mot « subordonner »

  • Le privilège de l'âge est de pouvoir subordonner sa manière de vivre à ses idées au lieu d'asservir ses idées à un genre de vie imposée. De Jacques de Bourbon Busset / Comme le diamant
  • L'Etat ne poursuit jamais qu'un but : limiter, enchaîner, assujettir l'individu, le subordonner à une généralité quelconque. De Max Stirner / L'Unique et sa propriété
  • Enfin, on l’a compris, le personnage de Ronen apparaît comme un personnage obsédé par les attentats, au point d’y subordonner tous ses actes. La répétition de gestes qui trahissent son angoisse – comme le fait de vérifier à plusieurs reprises qu’il a bien fermé la porte de chez lui – souligne avec humour cette obsession. Surtout, ses difficultés à vivre son histoire d’amour avec l’éclatante Asia (Lihi Kornowski) met en évidence cet enfermement. Toutelaculture, "Né à Jérusalem (et toujours vivant)" : un premier long-métrage entre amours et attentats - Toutelaculture
  • Le gouvernement allemand soutient depuis longtemps les efforts visant à trouver un moyen de subordonner le financement de l’UE au respect de certaines normes démocratiques. La crise des coronavirus, cependant, peut avoir changé l’approche de Merkel. News 24, Le Parlement européen s'oppose à Merkel au sujet de l'état de droit lors des négociations budgétaires - News 24
  • Nous en sommes à ce difficile arbitrage entre les impératifs de santé publique et l’économie, et ceux qui rappellent qu’à un certain point d’inflexion, le choc économique va croître de façon exponentielle et entraîner une crise financière engendrant une dépression. Suivra cette autre dialectique, liée à un lendemain de pandémie opposant les nécessaires relance de l’économie et reconstruction des finances publiques aux enjeux environnementaux criants. Mais en distinguant les impératifs de court, moyen et long termes, cette crise sanitaire propose un choix qui vient subordonner l’économique au bien-être collectif. Le Devoir, ​Analyse: subordonner l’économique au bien-être collectif | Le Devoir
  • Le rapport de la CEA suggère également qu’il n’y a aucune garantie que la prochaine PAC de sept ans produira des insectes non plus, car la réforme proposée par Bruxelles n’oblige pas les gouvernements nationaux à subordonner la réception des subventions agricoles de l’UE à la protection des pollinisateurs. News 24, Comment l'Europe laisse tomber les abeilles - News 24
  • Ce récit résonne assez bien avec celui de MBZ dont le rêve pour le monde arabe a permis de soutenir des hommes forts tels qu'Al Sissi en Égypte, Haftar en Libye ou plus récemment Assad en Syrie. Dans la refonte du Moyen-Orient d’après Printemps arabe, MBZ présente une solution simple : créer un ordre autoritaire qui peut maintenir la paix en contrôlant la société civile et en remplaçant les tendances islamisantes par une dévotion à l'ordre civil de l'État. La séparation claire entre la mosquée et l’État, bien qu’elle soit trop souvent conçue comme une lutte contre le "terrorisme" et "l’extrémisme", vise à subordonner avant tout la religion à l’autorité civile de l’homme fort, qui plus est laïc. Marianne, MBZ : l'homme fort du Golfe sur qui Macron compte (beaucoup) | Marianne
  • En institution, le psychologue clinicien est très souvent un cadre A, un cadre statutaire. Ainsi le psychologue clinicien ne saurait être sous l’autorité du Cadre de Santé avec lequel il collabore. Il n’est pas d’avantage sous l’autorité du médecin dont il est un des partenaires. Le psychologue dépend directement de la Direction des établissements. Cette autonomie du psychologue est garante d’une posture essentielle à son travail, d’être à la croisée de multiples champs expérientiels, et être vecteur du discours du patient sans subordonner le patient à sa propre subordination professionnelle. Cette place du psychologue, plutôt atypique, est aussi ce qui l’émancipe de la médecine (il n’est pas un paramédical), et aussi de la philosophie (laquelle n’est pas une science). C’est un professionnel des SHS qui exerce très souvent dans le domaine de la santé. Marianne, "Les psychologues n’ont pas vocation à devenir des paramédicaux" : lettre ouverte à Olivier Véran | Marianne

Traductions du mot « subordonner »

Langue Traduction
Anglais subordinate
Espagnol subordinar
Italien subordinare
Allemand untergeordnet
Chinois 下属
Arabe المرؤوس
Portugais subordinar
Russe подчиненный
Japonais 下位
Basque menpeko
Corse subordinatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « subordonner »

Source : synonymes de subordonner sur lebonsynonyme.fr

Subordonner

Retour au sommaire ➦

Partager