La langue française

Spectre

Définitions du mot « spectre »

Trésor de la Langue Française informatisé

SPECTRE, subst. masc.

I.
A. − Apparition fantastique, généralement effrayante, d'un mort, d'un esprit. Synon. ectoplasme, fantôme, revenant.Spectre d'un mort; spectre de son père; avoir l'air d'un spectre; pâleur de spectre. Je vois à travers un nuage lumineux et bleuâtre un spectre affreux et sanglant qui s'élance sur mon lit, et se place à côté de moi (Genlis, Chev. Cygne, t. 2, 1795, p. 118).Fuis les sentiers cachés où les spectres se donnent rendez-vous pour former de noires conjurations contre le repos des hommes; le voisinage des cimetières où se rassemble le conseil mystérieux des morts, quand ils viennent, enveloppés de leurs suaires, apparaître devant l'aéropage qui siège dans des cercueils (Nodier, Smarra, 1821, p. 50).
B. − P. anal.
1. Forme généralement blanche, sinistre, aux contours irréels. La lune (...) est venue répandre sa lumière plus douce sur la mer, et détacher (...) les énormes masses noires et les spectres disséqués des mâts, des vergues et des haubans des navires (Lamart., Voy. Orient, t. 2, 1835, p. 439).Des ombres, des spectres d'arbres glissant à contre-sens (Châteaubriant, Lourdines, 1911, p. 113).
2. Personne très pâle et très maigre; personne évoquant une apparition par son apparence. Les portes et les fenêtres éclairées des estaminets se reflètent dans la boue de la rue principale. (...) On entrevoit les spectres lourds des soldats, la plupart en bandes, qui descendent la rue (Barbusse, Feu, 1916, p. 157).Elle vivait dans leur ombre (...), petit spectre dans sa longue robe de nuit grise, ravagée, échevelée, laide, et les traits décomposés par le chagrin, l'angoisse et la misère (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 345).
C. − Au fig.
1. Vieilli. Ce qui n'a plus que l'apparence de quelque chose. Adieu, Florence la bâtarde, spectre hideux de l'antique Florence; adieu, fange sans nom (Musset, Lorenzaccio, 1834, I, 6, p. 122).Aujourd'hui, qu'un coup terrible les écrasait et qu'ils accouraient s'y réfugier [dans un pavillon], ils n'y trouvaient que le spectre lamentable de leurs amours, ils y restaient accablés sous le poids des heures présentes et sous le regret cuisant des années mortes (Zola, M. Férat, 1868, p. 159).
2. Image effrayante, peur obsessionnelle. Synon. hantise.Spectre de l'anarchie, de la banqueroute, de la famine, de la grève, de la guerre, de la misère, de la révolution; spectre socialo-communiste. Hier soir Marc avait 40 degrés. Angoisse abominable. Hanté par le spectre de la fièvre récurrente qui sévit tout à l'entour (Gide, Retour Tchad, 1928, p. 890).L'opposition des privilégiés (...) est (...) effrayée par le spectre révolutionnaire (De Gaulle, Mém. guerre, 1956, p. 182).
II.
A. − PHYSIQUE
1. Spectre (solaire, visible), spectre (de la lumière blanche). Image colorée comportant les sept couleurs de l'arc-en-ciel, produite par la décomposition soit de la lumière émise par le soleil, soit de la lumière blanche. Un rayon de lumière blanche est divisé par le prisme en plusieurs rayons de couleur différente. Il s'étale en un spectre où les couleurs font une gamme continue (Taine, Intellig., t. 1, 1870, p. 191).Les colorations du spectre se recomposent dans tout ce que nous voyons: c'est leur dosage qui fait, avec les sept tons primitifs, d'autres tons (Mauclair, Maîtres impressionn., 1923, p. 24).V. émission A 3 ex. de Hist. gén. sc.
Couleurs du spectre. V. couleur I A 2 a.
2. ,,Graphique obtenu expérimentalement donnant la répartition dans l'espace d'une grandeur physique (champ d'induction), champ électrostatique, ou la composition d'un rayonnement en fonction de la longueur d'onde (ou de fréquence) de ses constituants`` (Laitier 1969). Un spectre infrarouge se présente (...) comme un diagramme dans lequel figure en ordonnée l'intensité relative du rayonnement ayant traversé la substance et en abscisse soit sa longueur d'onde, soit sa fréquence (Caillere, Hénin, Minér. argiles, 1963, p. 99).Le plus simple de tous les spectres est celui de l'atome d'hydrogène. Il est constitué dans le visible et l'ultraviolet par une série de raies dont la séparation et l'intensité varient tout à fait régulièrement vers les courtes longueurs d'onde (Schatzman, Astrophys., 1963, p. 26).
SYNT. Spectre incident, lumineux, optique; spectre de dispersion, d'énergie, de luminescence; spectre d'une étoile, d'une galaxie, d'un minéral, de rayons X; étude, interprétation d'un spectre; longueur d'onde, partie visible, radiation, raies d'un spectre.
Spectres atomiques. ,,Spectres d'émission ou absorption, dus à des transitions entre des niveaux d'énergie électronique des atomes`` (Mathieu-Kastler 1983). L'interféromètre de Fabry et Perot (...) permet de faire des études de structures hyperfines de spectres atomiques (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 174).
Spectre cannelé. ,,Spectre (...) comportant des bandes brillantes séparées par des bandes obscures`` (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 174).
Spectre continu. ,,Spectre dans lequel les composantes se répartissent de façon continue sur toute l'étendue du spectre`` (Pir. 1964). V. spectroscope ex. de Flammarion.
Spectre discontinu. Synon. de spectre de raies (infra).La formule (...) est valable dans le cas non relativiste (avec spectre discontinu) et l'on a une formule analogue dans le cas relativiste (L. de Broglie, Bases interprét. mécan. ondul., 1963, p. 14).
Spectre électrique. ,,Analogue d'un spectre magnétique: des grains de semoule, placés dans un champ électrique, se comportent comme des dipôles électriques et permettent de visualiser les lignes de champ`` (Sarm. Phys. 1978).
Spectre électromagnétique. ,,Ensemble continu des ondes électromagnétiques connues, classées dans l'ordre de leurs fréquences, de leurs pulsations, de leurs nombres d'ondes ou de leurs longueurs d'ondes dans le vide`` (Mathieu-Kastler Phys. 1983).
Spectre magnétique. ,,Figure tracée par de la limaille de fer qu'on a secouée sur un plan placé dans un champ magnétique, et composée de courbes suivant les lignes d'induction`` (Sc. 1962).
Spectre normal. ,,Spectre dans lequel la distance de deux raies est proportionnelle à la différence de leurs longueurs d'onde`` (Uv.-Chapman 1956). Pour obtenir un spectre normal, c'est-à-dire étalé de façon proportionnelle aux longueurs d'ondes, on substitue à l'effet de dispersion d'un prisme l'effet de diffraction d'un réseau, plaque transparente ou réfléchissante portant des réglures fines et régulières (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 128).
Spectre(-)éclair. ,,Spectre d'émission, observable pendant quelques secondes lors des éclipses totales du soleil, à l'instant où seul un arc de la chromosphère reste dégagé`` (Astron. 1980). En 1870, lors d'une éclipse visible en Espagne, C. A. Young put observer le spectre de la chromosphère sous la forme attendue d'un spectre éclair, raies brillantes qui se substituèrent exactement aux raies d'absorption pendant les quelques secondes où la photosphère se trouva cachée sans que la chromosphère ne le soit encore (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 155).
Spectre d'absorption. ,,Spectre obtenu en interposant la substance à observer entre la source lumineuse à spectre continu et l'observateur. On obtient des raies sombres à la place des raies brillantes des spectres d'émission`` (Pir. Atom. 1959). En interposant une lame cristalline sur le passage des radiations de la lumière blanche, nous obtenons un spectre d'absorption typique pour un corps donné (Metta, Pierres préc., 1960, p. 34).
Spectre d'arc. ,,Spectre atomique d'émission, dû à l'atome neutre, obtenu en vaporisant un sel métallique dans la flamme de l'arc électrique`` (Mathieu-Kastler Phys., 1983). Effet photo-électrique et émission de tout le spectre d'arc par retour à l'état normal (M. Curie, Luminescence, 1934, p. 7).
Spectre de bandes. ,,Spectre composé d'un grand nombre de raies très serrées ayant ainsi l'apparence d'une bande`` (Nucl. 1964). Étoile à spectre de bandes (H. Poincaré, Hyp. cosmogon., 1911, p. 250).
Spectre de diffusion ou spectre Raman. ,,Spectre provenant de la diffusion d'un rayonnement lumineux monochromatique par un corps transparent et engendrant des raies dont la disposition est symétrique par rapport à la raie correspondant à la fréquence du rayonnement incident`` (Termes nouv. Sc. Techn. 1983). Un complément précieux de l'étude des spectres d'absorption moléculaire est celle des spectres de diffusion moléculaire (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 223).
Spectre d'émission. ,,Spectre obtenu par observation directe de la substance émettrice`` (Pir. Atom. 1959).
Spectre d'étincelle. ,,Spectre atomique d'émission, obtenu en faisant jaillir une étincelle condensée entre deux gouttes d'eau saline`` (Mathieu-Kastler Phys. 1983).
Spectre de flamme. ,,Spectre atomique d'émission dû à l'atome neutre, obtenu en vaporisant un sel métallique dans une flamme`` (Mathieu-Kastler Phys. 1983).
Spectre de fuite. ,,Distribution des énergies des neutrons quittant le cœur d'un réacteur et non réfléchis`` (Pir. Atom. 1959).
Spectre de lignes. Synon. vieilli de spectre de bandes, spectres de raies.En plus de ce spectre de lignes, il y a un deuxième spectre d'absorption continu qui débute dans le violet et dont l'intensité s'accroît régulièrement vers l'ultra-violet (M. Curie, Luminescence, 1934, p. 36).
Spectre de masse. ,,Distribution classée, qualitativement ou quantitativement, des masses des différents nucléides d'un corps ou d'un mélange`` (Nucl. 1964).
Spectre de raies. ,,Spectre composé de raies très distinctes, dont chacune caractérise l'émission d'un photon par l'atome (...) ou son absorption`` (Nucl. 1964). Un gaz raréfié émet un spectre composé essentiellement de raies. Le spectre de raies de chaque élément est distinct et caractéristique de cet élément (Schatzman, Astrophys., 1963, p. 26).
Spectre de réflexion. ,,Ensemble des valeurs du facteur de réflexion (...) d'une surface en fonction de la longueur d'onde ou de la fréquence des radiations tombant sous une incidence donnée et dans un état de polarisation donné`` (Mathieu-Kastler Phys. 1983).
P. anal.
Spectre acoustique. ,,Graphique représentant le résultat de la décomposition d'un son complexe en ses composants, ou formants, où chaque formant est donné en fonction de sa fréquence et de l'énergie qu'il transporte`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
Spectre biologique. ,,Tableau synthétique de la végétation où les plantes sont représentées par leur forme biologique`` (Daget-Godron 1974). L'étude statistique de la répartition de ces types d'adaptation au milieu permet d'établir le spectre biologique des formes de végétation (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 776).
Spectre de fréquence(s). Analyse et visualisation des différentes fréquences intervenant dans la constitution d'un signal (d'apr. Delam. Télém. 1979). Juxtaposer les voies téléphoniques, puis les canaux de télévision, l'un à côté de l'autre dans le spectre de fréquences, par modulation et filtrage (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 270).
B. − MATH. ,,Soit E un espace vectoriel sur un corps commutatif K, et f un endomorphisme de E. La partie de K constituée des valeurs propres de f s'appelle spectre de f dans K`` (Chamb. 1972).
C. − MÉDECINE
1. Spectre (d'un antibiotique). ,,Partie de la flore microbienne sur laquelle l'antibiotique exerce son action bactériostatique ou bactéricide`` (Garnier-Del. 1989).
2. Spectre d'activité (d'un bactériophage). ,,Sensibilité ou résistance d'un certain nombre de souches bactériennes, utilisées comme terme de références, à l'égard d'un type de bactériophage`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
D. − ZOOLOGIE
1. Synon. de phasme. (Dict. xixeet xxes.).
2. Synon. de roussette. (Dict. xxes.).V. roussette B 2.
3. Synon. de tarsier (ibid.).
Prononc. et Orth.: [spεktʀ ̭]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. a) 1524 « apparition » (Corresp. Guillaume Briçonnet et Marguerite d'Angoulême, éd. Martineau, Veissière et Heller, t. 2, p. 240); b) 1586 (P. Le Loyer, Des Spectres, p. 1 ds Gdf. Compl.: Spectre est une imagination d'une substance sans corps qui se presente sensiblement aux hommes contre l'ordre de nature, et leur donne frayeur); c) 1665 « être humain mort dont on a l'image du corps » (Molière, Don Juan, V, 5); 2. [1616 « illusion, apparence qui ne correspond pas à la réalité, faux-semblant » (D'Aubigné, Hist. universelle, t. 1, p. 209 d'apr. Littré)] 1653 (Le P. Le Moyne, Saint-Louis, p. 54); 3. 1694 « personne maigre et have qui évoque un cadavre » (Ac.); 4. 1791 le spectrede (ici, de l'infortune) « évocation menaçante, pensée (d'une chose désagréable ou effrayante) » (Sade, Justine, p. 341); 5. a) 1736 ([Gersaint], Catal. raisonné de coquilles, insectes..., p. 119: Volutes à fond blanc et taches couleur de pourpre foncé, appelées Voluta spectorum, la Volute des spectres, à cause des figures hideuses que représentent ces taches); b) 1803 « chauve-souris » (Boiste); c) 1803 « insecte orthoptère de l'espèce des mantes » (ibid.); d) 1842 « genre de papillons » (Ac. Compl.); e) 1964 « tarsier » (Lar. encyclop.); 6. 1830 « restes » (Balzac, Œuvres div., t. 2, p. 229); 7. 1872 (Littré: Spectres, affection de la vue dite plus souvent mouches volantes). B. 1. 1720 « ensemble des rayons colorés résultant de la décomposition d'une lumière complexe » (P. Coste, Trad. Traité d'Optique de Newton, t. 1, p. 34); 2. p. anal. a) 1883 spectre magnétique (Jacquez, Dict. d'électricité et de magnétisme, p. 182 ds Quem. DDL t. 21); b) 1964 math. spectre d'une matrice (Rob.); c) 1964 spectre acoustique (Lar. encyclop.); d) 1969 méd. spectre d'activité « liste des germes sensibles à un antibiotique » (Pelt); 3. 1923 peint. « l'ensemble des couleurs (selon celles que l'on convient de distinguer dans le spectre solaire) » (Mauclair, loc. cit.). Empr. au lat.spectrum, dér. de specere, spicere « voir, regarder », utilisé comme équivalent du gr. ε ι ́ δ ο ν « idole » dans la philos. épicurienne pour désigner, au plur., des simulacres, émanations d'objets physiques donnant lieu à des images mentales ou des apparitions. Au sens B pour traduire le terme spectrum empl. par Newton (dep. 1671, v. NED). L'angl. spectrum est att. dep. 1936 au sens de « champ d'action ou extension de quelque chose selon son degré, sa qualité, etc. » et comme terme de math. dep. 1948 (NED Suppl.2). Fréq. abs. littér.: 1 320. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 813, b) 3 262; xxes.: a) 1 547, b) 1 386. Bbg. Dub. Pol. 1962, pp. 425-426.

Wiktionnaire

Nom commun

spectre \spɛktʁ\ masculin

  1. Fantôme, apparition d’un mort.
    • Comment expliquerez-vous, docteur, que des coups donnés par des spectres ont pu faire naître des places noires sur le corps de celui qui les a reçus ? — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes, 1849)
    • Une petite pluie mince et tenace dégoulinait sans arrêt depuis la veille et les passants, recroquevillés sous leurs riflards, les yeux rivés sur le pavé en larmes, glissant peureusement parmi les files des voitures serrées, lui fournissaient l’impression vague de spectres titubants. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 9)
    • […] le spectre de Marguerite, spectre que chaque fois que j’assistai à Faust je fus navré de ne pas même apercevoir, quels que fussent mes efforts et si éperdument que je me penchasse par-dessus le rebord pelucheux de la loge, car il ne se manifestait que très fuligineux et sur le côté droit de la scène. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 50.)
    • — Où SOS Fantômes passe, les spectres trépassent. — (SOS Fantômes, 1984)
  2. (Figuré) Souvenir de personnes disparues.
    • Jamais les spectres des morts du 6 Février ne quitteront plus ces hommes, malgré leurs fanfaronnades, leurs plastronnades, leurs mensonges, leurs ricanements. — (Philippe Henriot, Le 6 février, 1934)
  3. (Figuré) Évocation ou apparition effrayante.
    • Le spectre de la guerre n’étendait pas alors son ombre sur le monde. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
  4. (Familier) (Par hyperbole) Personne hâve et maigre à faire peur.
    • C’est un spectre.
  5. Chimère qu’on se forme dans l’esprit.
    • Un seul mot fera tiquer Yvan et les siens : « souchiens ». Un néologisme pour remplacer « Français de souche ». Le mot donne soudain vie à des spectres, les Français de souche. Des fantômes en qui l’on peut bien croire, mais dont l’existence n’a encore jamais été démontrée. — (Philippe Pujol, Mon cousin le fasciste, Le Seuil, 2017)
  6. (Physique) Ensemble des rayonnements de différentes longueurs d’onde, qui résultent de la décomposition de la lumière par un prisme, d’un élément chimique à l’état excité, etc.
    • Soumis à l’action de plusieurs sources lumineuses différemment colorées, il se dirige, en général, vers celle dont la couleur avoisine le plus l’extrémité violette du spectre […]. — (Jean Rostand, La vie des crapauds, 1933)
    • Le fer, en particulier, a un spectre total (visible et photographiable) ne renfermant pas moins de 5000 raies; […]. — (Compte Rendu, volume 41, Association française pour l’avancement des sciences, 1913, page 166)
    • […]; la netteté décroit rapidement et les objets brillamment éclairés sont entourés d'une frange colorée où l’on retrouve toutes les couleurs du spectre. — (Agenda Lumière 1930, Paris : Société Lumière & librairie Gauthier-Villars, page 87)
  7. (Figuré) Ensemble de choses assez semblables dont les variations sont déterminées.
    • Le spectre biologique de notre Arrhénathéraie sous-vosgienne s’établit ainsi : […].
      À titre documentaire, nous reproduisons conjointement les spectres qu’ont publiés différents auteurs pour les prairies mésophiles de diverses régions françaises : […].
      — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 87)
    • Comme on peut le voir le spectre ADSL contient trois canaux : la voix humaine, la voie montante et la voie descendante. — (http://web.univ-pau.fr/~cpham/M2SIR/BIBLIO/DOC03-04/xDSL_etc.pdf)
    • Autant dire qu’avec un spectre d’opinions aussi réduit, la contradiction aurait été surprenante.— (Hadrien Mathoux, Quand l'émission « C dans l’air » se vautre dans un Mélenchon-bashing sans nuance sur Marianne.fr, 3 septembre 2017)
  8. (Médecine) (Agriculture) Ensemble des agents infectieux, contaminants ou pathogènes qui sont atteints par une substance curative.
    • En prescrivant des antibiotiques sophistiqués ou à large spectre, il cherche à « écraser une mouche avec un marteau », enrichit les laboratoires et contribue au pillage de la Sécurité sociale. — (Fabien Gruhier, Onze docteurs au « banc d'essai », dans Le Nouvel observateur, n° 686 à 698, 1978, p. 66)
    • L’azoxystrobine possède un large spectre sur les champignons pathogènes de la vigne : le mildiou, l’oïdium, le black-rot, le rougeot parasitaire, l’excoriose. Une efficacité secondaire sur la pourriture grise (Botrytis cinerea) a été observé. — (Revue des œnologues et des techniques vitivinicoles et œnologiques, Bourgogne-Publications, 1998, page 40)

Nom commun

spectre \ˈspɛk.tə\ (Royaume-Uni), \ˈspɛk.tɚ\ (États-Unis)

  1. (Royaume-Uni) Spectre, fantôme.
    • A spectre is haunting Europe — the spectre of communism. — (The Communist Manifesto)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SPECTRE. n. m.
Fantôme, apparition d'un mort. Spectre hideux, effroyable. Il lui est apparu un spectre. Il dit avoir vu un spectre épouvantable. Fam. et par exagération, C'est un spectre se dit d'une Personne hâve et maigre à faire peur.

SPECTRE signifie figurément Évocation, apparition effrayante. Le spectre de la famine, de la guerre civile. En termes de Physique, il se dit de l'Ensemble des rayons colorés qui résulte de la décomposition de la lumière par un prisme. Spectre solaire. Les couleurs du spectre se succèdent dans l'ordre suivant : rouge, orangé, jaune, vert, bleu, indigo, violet.

Littré (1872-1877)

SPECTRE (spè-ktr') s. m.
  • 1Figure fantastique d'un mort, d'un esprit que l'on croit voir. Ah ! monsieur, c'est un spectre, je le reconnais au marcher, Molière, Festin, v, 5. La croyance que les spectres s'enfuient au point du jour est immémoriale ; l'origine de cette idée vient uniquement des rêves qu'on fait pendant la nuit, et qui cessent quand on s'éveille le matin, Voltaire, Phil. Bible, Genèse. Ôtez la crainte des spectres, et vous bannirez de la société la superstition, Diderot, Opin. des anc. philos. (Hobbisme). Un spectre, dit l'un d'eux, paraît vers le grand bois, Saint-Lambert, Sais. IV.

    Fig. Elle avait pris une sorte d'horreur pour tous les objets qu'elle voyait en allant et en revenant ; ils étaient tous comme les spectres de ses pensées, Staël, Corinne, XVII, 1. Vous n'avez jamais vu le spectre de la faim Soulever en chantant les draps de votre couche, Et, de sa lèvre blême effleurant votre bouche, Demander un baiser pour un morceau de pain, Musset, Rolla. Près du ruisseau quand nous marchions ensemble, Le soir, sur le sable argentin, Quand devant nous le blanc spectre du tremble De loin nous montrait le chemin, Musset, la Nuit d'octobre.

    Fig. et par exagération. C'est un spectre, se dit d'une personne maigre, pâle. Il avait depuis longtemps l'air d'un spectre, Grimm, Corresp. t. I, p. 184.

  • 2 Terme de physique. Spectre solaire, ou, simplement, spectre, image oblongue, teinte des plus vives couleurs de l'arc-en-ciel, et résultant de la décomposition de la lumière blanche qui traverse un prisme de verre ; cette image est formée de bandes parallèles diversement colorées et disposées dans l'ordre suivant, en allant de haut en bas : rouge, orangé, jaune, vert, bleu, indigo, violet. Ces sept rayons de lumière, échappés du corps de ce rayon qui s'est anatomisé au sortir du prisme, viennent se placer chacun dans leur ordre sur ce papier blanc, chaque rayon occupant une portion du spectre, Voltaire, Phil. Newt. II, 8. On conçoit que les diverses couleurs, qui chacune occupent une certaine étendue dans le spectre, doivent se mêler de plus en plus dans leurs limites aux deux extrémités de l'oscillation [lumineuse], Biot, Instit. Mém. scienc. 1812, 1er sem. p. 81. Herschell a trouvé qu'au delà du rayon rouge, hors du spectre, jusqu'à une certaine distance, il existait des rayons plus chauds que le rayon rouge ; que ces rayons étaient obscurs…, Thenard, Traité de chim. t. I, p. 94, dans POUGENS.

    Spectre continu, spectre qui émane d'un corps ou solide ou liquide incandescent, et où la lumière règne d'un bout à l'autre ; spectre discontinu, spectre qui émane d'un gaz incandescent, et où la lumière, transformée par le prisme en un certain nombre de plans lumineux, offre des lignes séparées par des intervalles obscurs.

    Spectres stellaires, spectres fournis par la lumière des étoiles.

  • 3 Terme de pathologie. Spectres, affection de la vision dite plus souvent mouches volantes.
  • 4Genre de papillons.

    Genre d'insectes orthoptères

HISTORIQUE

XVIe s. Cettui-là remonstra avec plusieurs exemples tous frais, combien d'affaires on leur faisait moins serrer et puis après demordre entierement sur un spectre de paix, D'Aubigné, Hist. I, 209.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SPECTRE, s. m. (Métaphysique.) on appelle spectres certaines substances spirituelles, qui se font voir ou entendre aux hommes. Quelques-uns ont cru que c’étoient des ames des défunts qui reviennent & se montrent sur la terre. C’étoit le sentiment des Platoniciens, comme on le peut voir dans le Phédon de Platon, dans Porphyre, &c. En général l’opinion touchant l’existence des spectres étoit assez commune dans le paganisme. On avoit même établi des fêtes & des solemnités pour les ames des morts, afin qu’elles ne s’avisassent pas d’effrayer les hommes par leurs apparitions. Les cabalistes & les rabbins parmi les Juifs n’étoient pas moins pour les spectres. Il faut dire la même chose des Turcs, & même de presque toutes les sectes de la religion chrétienne. Les preuves que les partisans de cette opinion en donnent, sont des exemples ou profanes ou tirés de l’Ecriture-sainte. Baronius raconte un fait, dont il croit que personne ne peut douter : c’est la fameuse apparition de Marsilius Ficinus à son ami Michael Mercato. Ces deux amis étoient convenus que celui qui mourroit le premier ; reviendroit pour instruire l’autre de la vérité des choses de l’autre vie. Quelque tems après, Mercato étant occupé à méditer sur quelque chose, entendit tout-d’un-coup une voix qui l’appelloit : c’étoii son ami Ficinus qu’il vit monté sur un cheval blanc, mais qui disparut dans le moment que l’autre l’appella par son nom.

La seconde opinion sur l’essence des spectres est celle de ceux qui croient que ce ne sont point les ames qui reviennent, mais une troisieme partie dont l’homme est composé. C’est-là l’opinion de Théophraste, Paracelse, & tous ceux qui croient que l’homme est composé de trois parties ; savoir de l’ame, du corps & de l’esprit. Selon lui, chacune de ses parties s’en retourne après la mort à l’endroit d’où elle étoit sortie. L’ame qui vient de Dieu, s’en retourne à Dieu. Le corps qui est composé de deux élémens inférieurs, la terre & l’eau, s’en retourne à la terre, & la troisieme partie, qui est l’esprit, étant tirée des deux élémens supérieurs l’air & le feu, s’en retourne dans l’air, où avec le tems elle est dissoute comme le corps ; & c’est cet esprit, & non pas l’ame, qui se mêle des apparitions. Théophraste ajoute qu’il se fait voir ordinairement dans les lieux & auprès des choses qui avoient le plus frappé la personne qu’il animoit ; parce qu’il lui en étoit resté des impressions extrèmement fortes.

La troisieme opinion est celle qui attribue les apparitions aux esprits élémentaires. Paracelse & quelques-uns de ses sectateurs croient que chaque élément est rempli d’un certain nombre d’esprits, que les astres sont la demeure des salamandres, l’air celle des sylphes, l’eau celle des nymphes, & la terre celle des pigmées.

La quatrieme opinion regarde comme des spectres les exhalaisons des corps qui pourrissent. Les partisans de cette hypothese croient que ces exhalaisons rendues plus épaisses par l’air de la nuit, peuvent représenter la figure d’un homme mort. C’est la philosophie de Cardan & d’autres : elle n’est pas nouvelle. On en trouve des traces dans les anciens, & sur-tout dans la troade de Séneque.

Enfin la cinquieme opinion donne pour cause des spectres des opérations diaboliques. Ceux-ci supposent la vérité des apparitions comme un fait historique, dont on ne peut point douter ; mais ils croient que c’est l’ouvrage du démon qui se formant un corps de l’air, s’en sert pour ses différens desseins. Ils soutiennent que c’est la maniere la plus convenable, & la moins embarrassante pour expliquer les apparitions.

Nonobstant le grand nombre de ceux qui croient les spectres & qui cherchent à expliquer leur possibilité, il y a eu de tout tems des philosophes qui ont osé nier leur existence. On en peut faire trois classes. On peut mettre dans la premiere ceux qui n’admettent aucune différence entre le corps & l’esprit, comme Spinosa, qui soutenant qu’il n’y a qu’une seule substance, ne peut point admettre des spectres. On peut mettre dans la seconde classe ceux qui paroissent croire l’existence du diable, mais qui lui ôtent tout pouvoir sur la terre. La troisieme classe comprend ceux qui admettent le pouvoir du diable sur la terre, mais qui nient qu’il puisse prendre un corps.

Spectres, les, s. m. pl. (Conchyliolog.) en latin concha spectrorum, en anglois the spectre-shell ; les auteurs appellent ainsi une volute singuliere de la classe de celles qui ont le sommet élevé. Voyez Volutes.

Ce nom lui vient de figures bisarres & frappantes dont elle est chargée. Ces figures sont rougeâtres sur un fond blanc, ce qui les fait paroître plus effrayantes. Elles forment deux grandes & larges fascies qui environnent toute la volute depuis le sommet jusqu’au bas, & entre ces fascies regnent des cordons assez réguliers de taches & de différens points. Cette coquille est rare, & se vend ordinairement fort cher. (D. J.)

Spectre coloré, (Optique.) est le nom que l’on donne à l’image oblongue & colorée du soleil, formée par le prisme dans une chambre obscure. Voyez Couleur & Prisme.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « spectre »

Du latin spectrum.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, sper ; du lat. spectrum, de specio, voir, regarder (voy. SPECTACLE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « spectre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
spectre spɛktr

Citations contenant le mot « spectre »

  • Nous sommes La triste opacité de nos spectres futurs. Stéphane Mallarmé, Poésies, Toast funèbre
  • Un spectre hante les partis communistes : le spectre du socialisme. De Maria Antonietta Macciocchi / De la France
  • La bonté véritable ne menace que ceux qui sont à l’autre bout du spectre de la moralité. De Charles Spencer
  • Toujours le Social. Le contrat social, le sens social, l'avenir social, la souffrance sociale, le spectre social. Cette croyance à la Société est quand même la plus étrange qui ait jamais existé. De Philippe Sollers / Passion fixe
  • Il y a des parents qui veulent, à tout prix, maintenir le prestige de l’autorité et qui ne réussissent qu’à installer, dans leur foyer, le spectre hideux de la tyrannie. Ils font, de leurs enfants, des esclaves ou de sauvages petits rebelles. De Tristan Bernard / Les Parents paresseux
  • Cette foule hagarde ! Elle annonce : Nous sommes la triste opacité de nos spectres futurs. De Stéphane Mallarmé / Toast funèbre
  • Evolution de la norme 802.11ax actuelle, le Wi-Fi 6E offre, par l’utilisation de la fréquence 6 GHz, un plus grand nombre de canaux disponibles et permet de gérer le spectre radiofréquence (RF) de manière beaucoup plus efficace. Silicon, Wi-Fi 6E : une utilisation optimisée du spectre pour apporter une réponse aux environnements exigeants - Silicon
  • Un spectre hante l’Europe et le monde occidental : le spectre de la révolution numérique-robotique. Toutes les puissances du monde occidental se sont unies en une Sainte-Alliance pour se soumettre à ce spectre qui s’impose dialectiquement à l’histoire du monde moderne. En effet de nos jours on ne peut plus nier la force innovatrice des entités technologiques.  La robotique, le numérique qui par leur forte présence risquent de changer de manière radicale tout notre monde, tous nos concepts économiques sociaux et politiques. Rien ne sera plus comment avant. Nos usines, la classe ouvrière, le concept du travail, les moyens de production rien ne sera comme avant sous l’ère de la robotisation industrielle et de l’industrie 4.0. Nos démocraties, nos libertés, nos vies privées se soumettront au numérique et au big data. Nawaat, Nawaat – Le spectre de la révolution numérique-robotique
  • La Fédération québécoise de l’autisme la voit aussi d’un bon œil. Joint au téléphone, son directeur général, Luc Chulak, indique qu’elle suscite de bons commentaires, mais qu’elle déçoit légèrement en présentant uniquement des relations amoureuses entre personnes atteintes d’un trouble du spectre de l’autisme (TSA). Le Journal de Montréal, La téléréalité amoureuse élargit son spectre | JDM

Images d'illustration du mot « spectre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « spectre »

Langue Traduction
Anglais spectrum
Espagnol espectro
Italien spettro
Allemand spektrum
Chinois 光谱
Arabe الطيف
Portugais espectro
Russe спектр
Japonais スペクトラム
Basque espektroa
Corse spettru
Source : Google Translate API

Synonymes de « spectre »

Source : synonymes de spectre sur lebonsynonyme.fr

Spectre

Retour au sommaire ➦

Partager