La langue française

Assoupissement

Définitions du mot « assoupissement »

Trésor de la Langue Française informatisé

ASSOUPISSEMENT, subst. masc.

A.− [En parlant d'un animé, parfois d'un coll.] État proche du sommeil, ou le précédant, ,,caractérisé par l'obnubilation progressive de la conscience`` (Moor 1966), parfois signe de maladies et de fonctionnement imparfait ou de suspension des relations ou de la digestion. Léger, profond assoupissement :
1. ... le sommeil revient ordinairement chaque jour, à la même heure; (...); et l'on observe que plus il est régulièrement périodique, plus aussi l'assoupissement est facile, et le repos qui le suit, salutaire et restaurant. Cabanis, Rapports du physique et du moral de l'homme, t. 2, 1808, p. 372.
2. ... elle posa sa main sur ma tête, dit encore : − Que Dieu vous garde, mes enfants! Que Dieu vous garde tous les deux, puis tomba dans une sorte d'assoupissement dont je ne cherchai pas à la tirer. Gide, La Porte étroite,1909, p. 511.
LITT. [En parlant d'un inanimé concr. ou d'un coll. personnifiés] :
3. Le volcanisme du Massif Central embrasse une énorme période; il a connu des assoupissements, puis de brusques réveils; ... Vidal de La Blache, Tabl. de la géogr. de la France,1908, p. 288.
B.− P. ext. [En parlant d'un inanimé concr., etc.] État de ce qui est moins vif, moins violent. L'assoupissement du bruit, de la lumière.
C.− Au fig.
1. [En parlant d'un inanimé abstr.] État de ce qui est affaibli, apaisé, diminué; plus rarement action d'affaiblir, de diminuer. Assoupissement de l'intelligence.
Assoupissement d'une affaire. Son étouffement :
4. ... il songeait d'une humeur douce et tranquille à l'assoupissement lent des scandales qui deux fois avaient dû emporter les têtes du parti. A. France, L'Orme du mail,1897, p. 109.
2. [En parlant d'une pers. ou d'une collectivité] État de celui qui est calme, inactif, sans énergie, endormi au point de vue moral, intellectuel; plus rarement, action de mettre dans ces états :
5. Puis, il s'expliquait les détentes fatales d'une vie réglée, l'usure des caractères par les soucis quotidiens du commerce, l'assoupissement de ces deux natures dans cette fortune gagnée en quinze années, ... Zola, La Conquête de Plassans,1874, p. 971.
Rem. Le compl. prép. de indique ordinairement ce qui est assoupi. Il peut except. indiquer l'orig. ou la nature de l'assoupissement :
6. Une constante fidélité au principe fondamental de la Religion chrétienne garantit l'Europe, pendant quinze siècles, non des scandales passagers de l'erreur, mais du mortel assoupissement de l'indifférence. Lamennais, Essai sur l'indifférence en matière de relig.,t. 1, 1817-23, p. 54.
PRONONC. : [asupismɑ ̃].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1531 « action de s'endormir » (Du Guez, Grammaire, 906, Génin ds R. Hist. litt. Fr. t. 2, p. 264 : The desyre to slepe, l'assoupissement); 1556 « état de celui qui est endormi » (Le Blanc, Cardan, fo9 vods Gdf. Compl. : En sautant, le grand assopissement est rompu); 1689, 12 oct. méd. « état voisin du sommeil » (Mmede Sévigné, Lettres ds Dict. hist. Ac. fr. : La fièvre de ce pauvre chevalier s'est relâchée et lui a donné un jour de repos. Cela ôte l'horreur d'une fièvre continue avec des redoublements et des suffocations, et des rêveries, et des assoupissements, qui composent une terrible maladie); 2emoitié xvies. fig. (Haton, Mém. I, 44 ds Gdf. Compl. : La France avoit prins ung peu d'assoupissement par le benefice de la treve faicte l'an passé). Dér. du rad. du part. prés. de assoupir*; suff. -ment1*.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 180.
BBG. − Lar. méd. 1970. − Littré-Robin 1865. − Moor 1966. − Nysten 1824. − Piéron 1963. − Privat-Foc. 1870.

Wiktionnaire

Nom commun

assoupissement \a.su.pis.mɑ̃\ masculin

  1. État d’une personne assoupie.
    • Pendant toute cette journée, le docteur ne voulut pas que le sommeil du malheureux fut interrompu; c’était un long assoupissement, entrecoupé de quelques murmures de souffrance qui ne laissaient pas d’inquiéter Fergusson. — (Jules Verne, Cinq semaines en ballon, ch. 131, J. Hetzel et Cie, Paris, 1863)
    • Le calme et la monotonie, jamais ennuyeuse cependant, de cette existence au grand air provoquaient en moi une sorte d’assoupissement intellectuel et moral très doux, un apaisement bienfaisant. — (Isabelle Eberhardt, Dans la dune)
  2. (Figuré) Grande nonchalance, grande négligence pour ses devoirs, pour ses intérêts.
    • Le peuple, des couches les plus misérables, réveillé de son assoupissement séculaire, quitta ses masures, étala ses haillons dans les rues principales des grandes villes et y apporta la psychose propre de la veille d'une révolution. — (Bruno Rizzi, Le collectivisme bureaucratique)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ASSOUPISSEMENT (a-sou-pi-se-man) s. m.
  • 1État d'une personne assoupie. Je tombai dans un profond assoupissement, Fénelon, Tél. X.

    En termes de médecine, état voisin du sommeil, et dans lequel les fonctions de relation sont complétement suspendues ou ne s'exercent qu'imparfaitement.

  • 2 Fig. Négligence extrême de ses devoirs et de ses intérêts. Quelle puissance fallait-il pour réveiller le genre humain d'un si prodigieux assoupissement ? Bossuet, Hist. II, 12. La gloire peut réveiller l'assoupissement de la paresse, Massillon, Écueils. Ô Christ ! ô soleil de justice ! De nos cœurs endurcis romps l'assoupissement, Racine, à Laudes.
  • 3Au sens actif, l'action d'assoupir. L'assoupissement d'une querelle par l'intervention d'amis communs.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* ASSOUPISSEMENT, s. m. (Med.) état de l’animal dans lequel les actions volontaires de son corps & de son ame paroissent éteintes & ne sont que suspendues. Il faut en distinguer particulierement de deux especes ; l’un, qui est naturel & qui ne provient d’aucune indisposition, & qu’on peut regarder comme le commencement du sommeil : il est occasionné par la fatigue, le grand chaud, la pesanteur de l’atmosphere, & autres causes semblables. L’autre, qui naît de quelque dérangement ou vice de la machine, & qu’il faut attribuer à toutes les causes qui empêchent les esprits de fluer & refluer librement, & en assez grande quantité, de la moelle du cerveau par les nerfs aux organes des sens & des muscles qui obéissent à la volonté, & de ces organes à l’origine de ces nerfs dans la moelle du cerveau. Ces causes sont en grand nombre : mais on peut les rapporter 1°. à la pléthore. Le sang des pléthoriques se raréfie en été. Il étend les vaisseaux déja fort tendus par eux-mêmes ; tout le corps résiste à cet effort, excepté le cerveau & le cervelet, où toute l’action est employée à le comprimer ; d’où il s’ensuit assoupissement & apoplexie ; 2°. à l’obstruction ; 3°. à l’effusion des humeurs ; 4°. à la compression ; 5°. à l’inflammation ; 6°. à la suppuration ; 7°. à la gangrene ; 8°. à l’inaction des vaisseaux ; 9°. à leur affaissement produit par l’inanition ; 10°. à l’usage de l’opium & des narcotiques. L’opium produit son effet, lorsqu’il est encore dans l’estomac : un chien à qui on en avoit fait avaler fut disséqué, & on le lui trouva dans l’estomac ; il n’a donc pas besoin pour agir, d’avoir passé par les veines lactées ; 11°. à l’usage des aromates. Les droguistes disent qu’ils tombent dans l’assoupissement, quand ils ouvrent les caisses qu’on leur envoye des Indes, pleines d’aromates ; 12°. aux matieres spiritueuses, fermentées, & trop appliquées aux narines : celui qui flairera long-tems du vin violent s’enivrera & s’assoupira ; 13°. aux mêmes matieres intérieurement prises ; 14°. à des alimens durs, gras, pris avec excès, & qui s’arrêtent long-tems dans l’estomac. On trouvera aux différens articles des maladies où l’assoupissement a lieu, les remedes qui conviennent.

On lit dans les mémoires de l’Académie des Sciences, l’histoire d’un assoupissement extraordinaire. Un homme de 45 ans, d’un tempérament sec & robuste, à la nouvelle de la mort inopinée d’un homme avec lequel il s’étoit querellé, se prosterna le visage contre terre, & perdit le sentiment peu à peu. Le 26 Avril 1715, on le porta à la Charité, où il demeura l’espace de quatre mois entiers ; les deux premiers mois, il ne donna aucune marque de mouvement, ni de sentiment volontaire. Ses yeux furent fermés nuit & jour, il remuoit seulement les paupieres. Il avoit la respiration libre & aisée ; le pouls petit & lent, mais égal. Ses bras restoient dans la situation où on les mettoit. Il n’en étoit pas de même du reste du corps ; il falloit le soûtenir, pour faire avaler à cet homme quelques cueillerées de vin pur : ce fut pendant ces quatre mois sa seule nourriture ; aussi devint-il maigre, sec & décharné. On fit tous les remedes imaginables pour dissiper cette léthargie ; saignées, émétiques, purgatifs, vésicatoires, sangsues, &c. & l’on n’en obtint d’autre effet que celui de le réveiller pour un jour, au bout duquel il retomba dans son état. Pendant les deux premiers mois, il donna quelques signes de vie ; quand on avoit différé à le purger, il se plaignoit, & serroit les mains de sa femme. Dès ce tems, il commença à ne se plus gâter. Il avoit l’attention machinale de s’avancer au bord du lit où l’on avoit placé une toile cirée. Il buvoit, mangeoit, prenoit des bouillons, du potage, de la viande, & sur-tout du vin, qu’il ne cessa pas d’aimer pendant sa maladie, comme il faisoit en santé. Jamais il ne découvrit ses besoins par aucun signe. Aux heures de ses repas, on lui passoit le doigt sur les levres, il ouvroit la bouche sans ouvrir les yeux, avaloit ce qu’on lui présentoit, se remettoit & attendoit patiemment un nouveau signe. On le rasoit régulierement ; pendant cette opération, il restoit immobile comme un mort. Le levoit-on après dîner, on le trouvoit dans sa chaise les yeux fermés, comme on l’y avoit mis. Huit jours avant sa sortie de la Charité, on s’avisa de le jetter brusquement dans un bain d’eau froide : ce remede le surprit en effet ; il ouvrit les yeux, regarda fixement, ne parla point dans cet état, sa femme le fit transporter chez elle, où il est présentement, dit l’auteur du mémoire : on ne lui fait point de remede ; il parle d’assez bon sens, & il revient de jour en jour. Ce fait est extraordinaire : le suivant ne l’est pas moins.

M. Homberg lut en 1707 à l’Académie, l’extrait d’une lettre hollandoise, imprimée à Geneve, qui contenoit l’histoire d’un assoupissement, causé par le chagrin & précédé d’une affection mélancolique de trois mois. Le dormeur hollandois l’emporte sur celui de Paris. Il dormit six mois de suite sans donner aucune marque de sentiment ni de mouvement volontaire ; au bout de six mois, il se réveilla, s’entretint avec tout le monde pendant vingt-quatre heures, & se rendormit ; peut-être dort-il encore.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « assoupissement »

 Dérivé de assoupir avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « assoupissement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
assoupissement asupismɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « assoupissement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « assoupissement »

  • La langueur a ses usages ; mais quand elle est perpétuelle, c'est un assoupissement. Bernard Le Bovier de Fontenelle, Lettres galantes du chevalier d'Her
  • La paresse produit l'assoupissement, et l'âme lâche languira de faim. De La Bible / Le livre des proverbes
  • Mardi 26 mai, 1,7 tonne de cannabis a été saisie à Castets, dans les Landes, dans un camion venant d’Espagne. Ce qui porte à 3,6 tonnes la quantité de cannabis saisie en Nouvelle Aquitaine depuis le 11 mai. Le déconfinement du trafic est amorcé après deux mois d'"assoupissement" inédit.   France 3 Nouvelle-Aquitaine, Trafic de drogue : « Ça s’organise à tout va pour le réapprovisionnement », 1,7 tonne de cannabis saisie dans les Landes
  • Si l'assoupissement de l'automobiliste se trouve être à l'origine de cet accident, les gendarmes audois se sont en effet très vite aperçus que le poids lourd percuté par l'arrière circulait à une vitesse anormalement basse.  France 3 Occitanie, Aude : sur l'A9, une camionnette s'encastre dans un poids lourd en surcharge qui circulait trop lentement
  • Mamadou Ndione: « L’Etat avait annoncé l’assoupissement des mesures avant ces manifestations… » Senegal7, (Vidéo) Mamadou Ndione: "L'Etat avait annoncé l'assoupissement des mesures avant ces manifestations..." - Senegal7
  • Vincent Goyet met en avant son diagnostic posé depuis presque 10 années pour déplorer, dit-il, l'assoupissement de la commune. D'où le slogan « Réveillons notre ville » visible devant son local de campagne au centre du village. Revitalisation du Centre (la priorité du candidat), aménagement du littoral, équilibre entre les quartiers, réécriture du PLU ( si le recours déposé devant le tribunal administratif abouti ), revoir certains projets en les modifiant ou en les abandonnant..., la question qui vient à l'esprit est celle du financement. Réponse du candidat Vincent Goyet : « Tout est financé car notre programme ne concerne pas de grands travaux. On recentre la ville sur l'essentiel en s'appuyant sur du redéploiement, entre autres d'investissements envisagés par la municipalité actuelle qui ne nous semble pas pertinents ». www.maritima.info, Municipales à Saint-Mitre: Vincent Goyet, confiant sans être serein - Maritima.Info
  • Mamadou NdioneL'Etat avait annoncé l'assoupissement des mesures avant ces manifestations news.sen360.sn, (Vidéo) Mamadou Ndione: "L'Etat avait annoncé l'assoupissement des mesures avant ces manifestations..." | SEN360.SN
  • · L’endormissement : composé de deux stades, à savoir la somnolence et l’assoupissement. Avant de s’assoupir, le rythme cardiaque ralentit, c’est la somnolence. VL Média , Pourquoi rêve-t-on ? Pourquoi est-ce que l'on rêve ?
  • L'inde a annoncé samedi un assoupissement important du confinement institué pour enrayer l'épidémie de coronavirus, à l'exception des régions où le nombre d'infections est encore élevé. LNC.nc | Les Nouvelles Calédoniennes, le Journal de Nouvelle Calédonie, Coronavirus: l'Inde annonce un assouplissement important du confinement | LNC.nc | Les Nouvelles Calédoniennes, le Journal de Nouvelle Calédonie
  • En gros, sur les quatre mesures pompeusement qualifiées de « mesures d’assouplissement au niveau des provinces et préfectures de la zone 2 », le seul véritable allègement est le report de l’heure de fermeture des commerces de 18 à 20h. Les autres « mesures d’assouplissement » sont en réalité une manœuvre d’assoupissement de l’impatience, voire de la colère des gens. Raté. , (Billet 348) – Un déconfinement déraiZONEable

Images d'illustration du mot « assoupissement »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « assoupissement »

Langue Traduction
Anglais slumber
Espagnol sueño
Italien sonno
Allemand schlummern
Chinois 睡眠
Arabe قيلولة - نعاس
Portugais sonolência
Russe дремота
Japonais まどろみ
Basque slumber
Corse slumber
Source : Google Translate API

Synonymes de « assoupissement »

Source : synonymes de assoupissement sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « assoupissement »

Assoupissement

Retour au sommaire ➦

Partager