La langue française

Snobisme

Définitions du mot « snobisme »

Trésor de la Langue Française informatisé

SNOBISME, subst. masc.

A. − Ambition qui consiste à (désirer) fréquenter certains milieux sociaux jugés supérieurs et à se faire adopter par eux. Snobisme mondain, parisien; crise de snobisme. M. de Charlus, qui jusque-là n'eût pas consenti à dîner avec Mmede Saint-Euverte, la saluait maintenant jusqu'à terre. Recevoir l'hommage de M. de Charlus, pour elle c'était tout le snobisme (Proust,Temps retr., 1922, p. 861).À leur propos [des solennités mondaines], il [Montesquiou] partage l'humanité en deux camps, les élus et les exclus, deux termes à quoi il faut d'abord songer lorsque l'on cherche à définir le snobisme (Mauriac,Écrits intimes, Commenc. d'une vie, 1932, p. 52).
B. − Affectation qui consiste à priser ou à mépriser quelqu'un ou quelque chose non en raison de sa valeur ou de sa qualité mais en fonction du choix des gens que l'on veut imiter. Snobisme architectural, artistique, intellectuel. M. Lemaître a énuméré les snobismes littéraires: et il nous a montré les snobs, à commencer par les précieuses de l'hôtel de Rambouillet (Gaultier,Bovarysme, 1902, p. 91).Par snobisme il avait vendu la pharmacie de son père, et il a tout dépensé dans son manoir (Renard,Journal, 1906, p. 1033).Pure de tout snobisme esthétique, elle [la reine Victoria] était incapable de feindre un plaisir qu'elle n'éprouvait pas (Maurois,Édouard VII, 1933, p. 6).
Snobisme de qqn, de qqc. Le snobisme de la petite ville, où les gens les plus notoirement incapables de s'intéresser à l'art s'empressèrent bruyamment de s'inscrire au bureau de location (Rolland,J.-Chr., Révolte, 1907, p. 456).
P. ext. Imitation de ce qui fait partie de la mode, qui est prôné par la publicité. Synon. vogue.Snobisme des croisières, de la mode, des safaris, des voyages. [La baronne] savait qu'en ce temps de « snobisme » à outrance, le chic est avant tout prisé (Gyp,Leurs âmes, 1895, p. 29).Le camping (...) était presque inconnu, du moins en France. Je ne suis pas bien sûr de ne pas avoir provoqué en partie (...) ce nouveau snobisme, après ceux des « bains de soleil » et des « relais gastronomiques » (T'Serstevens,Itinér. esp., 1933, p. 15).
Prononc. et Orth.: [snɔbism̭]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1857 snobisme (Thackeray, Livre des Snobs, trad. Guiffrey, p. 88 ds Bonn., p. 137); 1867 snobbisme (Lagardie ds Journal des Débats, 12 mai, p. 2, c. 5, ibid.). Dér. de snob*; suff. -isme*. La forme snobbisme est directement empr. à l'angl. snobbism att. dep. 1845 (v. NED et NED Suppl.2, avec la forme snobism au xxes. seulement, ainsi que snobisme empr. au fr.) mais plus rare que snobbishness, dér. de l'adj. snobbish et empl. par W. M. Thackeray, ds The book of snobs, avec l'empl. subst. de snobbish (NED). Fréq. abs. littér.: 188. Bbg. Du Puy de Clinchamps (Ph.). Le Snobisme. Paris, 1964, pp. 9-17. − Johnson Mots angl. 1986, pp. 419-420. − Quem. DDL t. 28.

Wiktionnaire

Nom commun

snobisme \snɔ.bism\ masculin

  1. Vanité ; attitude de snob.
    • Les attifages des riches, sans cesse transformés par ceux qui exploitent leur snobisme, sont immédiatement exposés dans les villes en des milliers d'étalages, à la convoitise de celles qui rêvent de se comparer aux plus enviées. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Voilà ce qu'il faut réapprendre aux Français, gâtés d'un côté par les prétentions, le snobisme, la fausse élégance, de l'autre par une philosophie pleurnicharde, toute faite d'abandons à une sensibilité assez vile, à une sensiblerie aussi vaine que dévirilisante. — (Louis Thomas, Arthur de Gobineau, inventeur du racisme (1816-1882), Paris : Mercure de France, 1941, p.23)
    • C’est le snobisme toujours qui invite à péter dans la soie, alors que ça ne sent pas meilleur. — (Renan Levaillant, site de « La Plume »)
    • Le snobisme scolaire qui consiste, en poésie, à n’employer que certains mots déterminés, à la priver de certains autres, qu’ils soient techniques, médicaux, populaires ou argotiques, me fait penser au prestige du rince-doigts et du baisemain. — (Léo Ferré; Préface in Poète... vos papiers !, 1956)
    • Un malentendu existe entre lui et les simples mortels. […]. Il arbore superbement un scepticisme, un snobisme de décadence qui leur reste inaccessible et fermé. Son ironie naturelle les gêne et les déconcerte. Il est ennuyé, blasé ; […]. — (Anatole Claveau, Le Tout-Paris, dans Sermons laïques, Paris : Paul Ollendorff, 1898, 3e éd., p.31)
    • Les hommes jouent gravement aux boules et se passionnent pour le foteballe ; ils prennent l'apéritif par habitude, rejoints par ceux qui le font par snobisme. — (Henri Wadier, La réforme de l'enseignement n'aura pas lieu, éd. Robert Laffont, 1970, p. 154)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SNOBISME. n. m.
Vanité de ceux qui affectent les opinions, les manières d'être et de sentir qui ont cours dans certains milieux tenus pour distingués.

Étymologie de « snobisme »

(1857) Littré[1] donne snobbisme comme un mot nouveau, de l’anglais snobbism.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « snobisme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
snobisme snɔbism

Citations contenant le mot « snobisme »

  • Le snobisme consiste à pouvoir se placer toujours dans les endroits où les autres n'ont pas accès. De Salvador Dali / Journal d'un génie
  • Celui qui admire petitement de petites choses est un snob. William Makepeace Thackeray, Les Snobs Snobs papers
  • Belles manières. Cette tenue que des jaloux confondent avec le snobisme. De Jules Gobeil / Le publicain
  • Le snobisme ne donne pas le goût mais il supplée au manque d’opinion. De Alfred Capus / Les Pensées
  • Le snobisme est une manière pour les gens sans personnalité, de s'en donner une. De Marcel Natkin / Carnets
  • Si l'on excepte le cas unique du cartésianisme, il n'y a pas de snobisme du bon sens. Julien Benda, La France byzantine, Gallimard
  • Le snobisme fait faire aux gens du monde autant de vilaines actions que la misère aux malheureux. Robert Pellevé de La Motte-Ango, marquis de FlersFrantz Wiener, dit Francis de Croisset, Les Précieuses de Genève, Les Portiques
  • […] le snobisme, c'est-à-dire l'admiration de ce qui chez les autres est indépendant de leur personnalité. Marcel Proust, Jean Santeuil, Gallimard
  • Il fut un temps où les émissions de cuisine n'étaient pas ces grands raouts où l'esthétique le dispute au snobisme et dans lesquels le plaisir disparaît derrière la compétition. Dans les années 1980 et 1990, faire la cuisine, c'était du brutal et de l'efficace. Maïté, notre mamie des fourneaux, ne s'encombrait pas du bien-être animal dans La Cuisine des mousquetaires (1983-1997), le programme diffusé sur France 3 qui a fait d'elle une star médiatique. Le Point, « La cuisine des mousquetaires de Maïté » : mais que faisait L214 ? - Le Point
  • Roselyne Bachelot, une ministre sans snobisme. C'est le message qu'a voulu faire passer l'actuelle ministre de la Culture, invitée d'Elisabeth Martichoux ce lundi 13 juillet sur LCI. La journaliste l'a notamment questionné sur son passage aux Grosses Têtes, l'émission de RTL connue pour son humour parfois potache, où elle intervenait depuis 2015 : "C'est ma force, je ne renie rien de ce que j'ai fait" a assuré Roselyne Bachelot. "Et puisque vous parlez des Grosses Têtes et de Laurent Ruquier, c'est une magnifique émission populaire, avec un côté de rigolade, mais aussi un côté culturel, on pose des questions, j'ai appris des tas de choses et je me refuse à tout snobisme. Ma caractéristique, c'est de tout aimer. C'est d'aimer Einstein on the Beach, et d'aimer Les Grosses Têtes. Je ne veux pas qu'on m'enferme dans une case, on ne m'enfermera pas dans une case".  Télé 7 Jours, Roselyne Bachelot défend son passage aux Grosses Têtes : "Je ne renie rien de ce que j'ai fait" (VIDEO)
  • Attendre plusieurs minutes en boutique que votre glace soit turbinée sous vos yeux, plutôt que stockée déjà prête à servir dans un bac? Cette technique de foisonnement des sorbets et crèmes glacées à la commande, utilisée depuis longtemps dans les restaurants, semble désormais faire son chemin chez plusieurs glaciers de la capitale. Nouveau snobisme - leur prix est souvent supérieur à celui des glaces «classiques» – ou révolution gustative? Le Figaro.fr, Pourquoi les glaces turbinées minute sont-elles les nouvelles coqueluches de Paris?
  • Cet été 2009, toute la France vit dans le Paris de la jet set et du snobisme vain avec Ça m’énerve par Helmut Fritz. Un titre qui se moque de la vie dans les lieux les plus exclusifs de la jeunesse dorée, qui les traverse avec une certaine exaspération, et un mélange savoureux de fines observations sociologiques et de franc n’importe quoi. Franceinfo, Ces chansons qui font l'été. "Ça m'énerve", d'Helmut Fritz, réveille la querelle du string

Traductions du mot « snobisme »

Langue Traduction
Anglais snobbery
Espagnol esnobismo
Italien snobismo
Allemand snobismus
Chinois 势利
Arabe خيلاء
Portugais esnobismo
Russe снобизм
Japonais 俗物
Basque snobbery
Corse snobbery
Source : Google Translate API

Synonymes de « snobisme »

Source : synonymes de snobisme sur lebonsynonyme.fr

Snobisme

Retour au sommaire ➦

Partager