La langue française

Entrailles

Définitions du mot « entrailles »

Trésor de la Langue Française informatisé

ENTRAILLES, subst. fém. plur.

A.−
1. Ensemble des organes contenus dans l'abdomen et dans la cage thoracique de l'homme et des animaux. Ils [les paysans] font bouillir ses entrailles [de la taupe tuée] dans du vin et en composent un remède contre l'épilepsie (Pesquidoux, Chez nous,1921, p. 230):
1. On fit l'autopsie du dernier mort sans rien trouver. Les entrailles envoyées à Paris furent analysées et ne révélèrent la présence d'aucune substance toxique. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Moiron, 1887, p. 1145.
Spécialement
ANTIQ. Consulter, examiner, interroger les entrailles des victimes (Ac. 1932).
ART CULIN. Abats. On le [le « garum »] tirait par expression des entrailles marinées du scombre ou maquereau (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p. 92).
Vieilli. Viscères abdominaux et en partic. intestins. Douleurs d'entrailles; avoir, mourir d'une inflammation d'entrailles (cf. Sand, Mauprat, 1837, p. 371). Des maux d'entrailles se déclarèrent (Flaub., Bouvard,t. 1, 1880, p. 35):
2. Il fit encore quelques pas en avant et courbé en deux, les tempes glacées, ouvrit la bouche pour vomir. Ses entrailles en révolte se soulevèrent d'un coup. Green, Moïra,1950, p. 43.
Poét. L'estomac, le ventre (considéré comme le siège de la faim). Entendre crier ses entrailles. C'est comme la faim naturelle qui vous prend aux entrailles. On laisse tout en place pour aller se mettre à table (Claudel, Soulier,1944, 4ejournée, 8, p. 907).
Par brachylogie. Contenu de l'estomac :
3. Pendant la traversée, où mollement étendus dans l'entrepont, nous saurons distraire les nautonniers de Calais en expectorant, sous leurs yeux, nos entrailles, si nous daignons jouir du mal de mer. Villiers de L'Isle-Adam, Corresp.,1879, p. 265.
2. Littér. Les organes de la gestation. Écouter le tressaillement de ses entrailles. Un désespoir obstiné de mère, qui achève de mettre au jour l'enfant mal venu de ses entrailles (Zola, Joie de vivre,1884, p. 1102).Madeleine confirma mes soupçons : les bébés se forment dans les entrailles de leur mère (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 86).
[P. allus. à l'Évangile St Luc I, 42-43] Fruit des entrailles. Enfant considéré par rapport à la mère. Et Jésus le fruit de vos entrailles est béni (Péguy, Myst. charité,1910, p. 7).
P. méton., vx. Les enfants :
4. Ses dix-sept ans mutins et maigres, ... Captivèrent mon cœur et dictèrent mon choix De lui pour fils, puisque, mon vrai fils, mes entrailles On me le cache en manière de représailles. Verlaine, Œuvres complètes,t. 2, Amour, 1888, p. 99.
B.− P. anal. [En parlant d'une chose] Partie la plus profonde. Les entrailles de la terre, du sol; les entrailles d'un bateau, d'une maison. Autour de la bombe, on voit pêle-mêle des briques brisées, des moellons, des plâtras, les entrailles de la voûte (Hugo, Rhin,1842, p. 44).
Littér. Partie essentielle et intime. Leurs œuvres [des grands écrivains] sont (...) les entrailles même de l'esprit humain (Chateaubr., Litt. angl.,t. 1, 1836, p. 278):
5. L'un [Hugo] commence par le détail, l'autre [Delacroix] par l'intelligence intime du sujet; d'où il arrive que celui-ci n'en prend que la peau, et que l'autre en arrache les entrailles. Baudelaire, Curiosités esthétiques,1867, p. 76.
C.− Au fig., littér. [En parlant d'une pers.] Partie profonde de l'être sensible, siège des émotions et des sentiments. Être ému jusqu'au fond des entrailles; prendre qqn aux entrailles. Belette elle-même (...) sentait ses entrailles tordues par la haine de l'ennemi héréditaire (Aymé, Vouivre,1943, p. 26).
Avoir des entrailles. Être sensible. N'avoir pas d'entrailles, avoir des entrailles de fer. Être impitoyable. L'amour, voyez-vous, c'est dur, ça n'a pas d'entrailles, ça pourrait même rire de tout, comme une tête de mort (Bernanos, Joie,1929, p. 618):
6. − À vous entendre, clama-t-il amèrement, on pourrait croire que je ne l'aime pas, cet enfant; on pourrait croire que je n'ai pas d'entrailles, que je suis une brute et un bourreau. Duhamel, Chronique des Pasquier,La Passion de Joseph Pasquier, 1945, p. 175.
Avoir des entrailles (de père, de mère) pour qqn ou qqc. Aimer profondément. Annah est ma filleule : j'avais pour elle des entrailles de mère (Nodier, Fée Miettes,1831, p. 118).Il n'y a que moi qui, dans le roman peuple, ait eu de la tendresse, des entrailles pour la canaille (Goncourt, Journal,1879, p. 16).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃tʀ ɑ:j]. [ɑ] post. dans la majorité des dict., mais [a] ant. ds DG et Dub. (cf. aille). Enq. : /ãtʀaj, (D)/. Le mot est admis ds Ac. 1694-1932. La docum. donne des ex. du mot employé au sing. (cf. Claudel, Art poét., 1907, p. 126; Barrès, Cahiers, t. 11, 1917-18, p. 372; Claudel, Poète regarde Croix, 1938, p. 213; Id., Guerre de 30 ans, 1945, p. 563). Étymol. et Hist. 1. 1remoitié xiies. fig. « partie la plus profonde (de l'être) » (Psautier Cambridge, éd. Fr. Michel, 102, 1, p. 185); 2. id. plur. entrailles « ensemble des organes abdominaux » (ibid., 108, 19, p. 206). Du lat. vulg. intralia (viiies. Gloss. Reichenau, éd. A. Labhardt, p. 197, 1691), issu par substitution de suff. du subst. plur. neutre interanea « les intestins » (d'où l'a. fr. entraigne « id. » xiies. A. de Paris, Alexandre, II, 956 ds Elliott Monographs, t. 2, p. 95) de l'adj. interaneus « intérieur, intestinal », dér. de inter « au milieu de » (entre*). Fréq. abs. littér. : 1 362. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 237, b) 2 905; xxes. : a) 1 993, b) 1 127.

Wiktionnaire

Nom commun

entrailles \ɑ̃.tʁaj\ féminin au pluriel uniquement

  1. Les viscères thoraciques et abdominaux : intestins et autres organes enfermés dans l’abdomen et la partie inférieure de la cage thoracique.
    • Avoir une inflammation d’entrailles.
    • Humecter, rafraîchir les entrailles.
    • On porta son cœur dans telle église et ses entrailles dans telle autre.
    • Douleurs d’entrailles.
    • On l’a ouvert et on lui a trouvé toutes les entrailles fort saines.
    • Les anciens consultaient les entrailles des animaux, des victimes.
  2. Partie du corps dans laquelle la femme porte l’enfant qu’elle a conçu.
    • Le petit orphelin fut reçu par elle comme un fils, élevé près de sa fille, et partagea avec celle-ci les caresses de la douairière, et cela d’une manière si égale, qu’il était difficile de distinguer lequel des deux était l’enfant de ses entrailles ou l’enfant de son adoption. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
  3. (Figuré) Lieux les plus profonds de la terre.
    • Un amphithéâtre aux gradins récemment déblayés, un forum silencieux, des voies désertes, tout un squelette de grande cité défunte, toute la gloire triomphante des Césars vaincue par le temps et résorbée par les entrailles jalouses de cette terre d’Afrique qui dévore lentement, mais sûrement, toutes les civilisations étrangères ou hostiles à son âme… — (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
  4. (Figuré) Profonde affection.
    • En tête de toutes les vertus, elle place la justice et l’humanité ; mais cette justice est toute négative, et cette humanité n’a pas d’entrailles. — (Jean-Jacques Ampère, La Chine et les travaux d’Abel Rémusat, Revue des Deux Mondes, 1832, tome 8)
  5. (Figuré) Tripes.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ENTRAILLES. n. f. pl.
Intestins, organes enfermés dans l'abdomen de la partie inférieure de la cage thoracique. Avoir une inflammation d'entrailles. Humecter, rafraîchir les entrailles. On porta son cœur dans telle église et ses entrailles dans telle autre. Douleurs d'entrailles. On l'a ouvert et on lui a trouvé toutes les entrailles fort saines. Les anciens consultaient les entrailles des animaux, des victimes. Il se dit aussi de la Partie du corps dans laquelle la femme porte l'enfant qu'elle a conçu. Le fruit de ses entrailles. Il se dit aussi, figurément, des Lieux les plus profonds de la terre. On fouille dans les entrailles de la terre pour en tirer les métaux. Il signifie encore, au figuré, Profonde affection. Cette femme a des entrailles de mère pour cet enfant. Des entrailles de père. Cet homme n'a pas d'entrailles. Fig., Ce drame prend le spectateur aux entrailles, Il émeut profondément.

Littré (1872-1877)

ENTRAILLES (an-trâ-ll', ll mouillées, et non antrâ-ye) s. f.
  • 1Nom générique donné aux parties enfermées dans le tronc de l'homme et des animaux, et particulièrement dans le ventre. Ils vidèrent les entrailles et embaumèrent le corps, Vaugelas, Q. C X, 10. Il consulte les entrailles des victimes, Fénelon, Tél. IX. Ses entrailles commencèrent à sortir avec un ruisseau de sang : son teint se flétrit comme une fleur que la main d'une nymphe a cueillie dans les prés, Fénelon, ib. XX. Cette science frivole qui consiste à connaître la volonté des dieux, ou par le vol des oiseaux, ou par leur chant, ou par l'inspection des entrailles d'une victime, Diderot, Opin. des anc. phil. (Romains). Ici des athlètes qui n'étaient pas encore entrés en lice, cherchaient dans les entrailles des victimes la destinée qui les attendait, Barthélemy, Anach. ch. 38.

    Sentir crier ses entrailles, avoir faim. Un auteur qui, pressé d'un besoin importun, Le soir entend crier ses entrailles à jeun, Goûte peu d'Hélicon les douces promenades, Boileau, Art p. IV.

    Fig. Déchirer ses entrailles, en parlant d'un peuple, être en proie aux discordes civiles. Assez de funestes batailles, Et de carnages inhumains Ont fait en nos propres entrailles Rougir nos déloyales mains, Malherbe, III, 2. Qu'elle-même [Rome] sur soi renverse ses murailles, Et de ses propres mains déchire ses entrailles, Corneille, Hor. IV, 5. Rome par ses mains déchirait ses entrailles, Corneille, Cinna, I, 3.

    Fig. Sentir ses entrailles se déchirer, éprouver une vive douleur. C'est lui [Smindyride] qui, voyant un paysan soulever sa bêche avec effort, sentait ses entrailles se déchirer, et qui ne pouvait dormir si, parmi les feuilles de rose dont son lit était jonché, une seule venait à se plier par hasard, Barthélemy, Anach. ch. 37.

  • 2Sein de la mère. Le fruit de vos entrailles.
  • 3Il se dit des lieux les plus profonds de la terre. Les entrailles d'un volcan. Il a fouillé les entrailles de la terre, Bossuet, Connaiss. VII.

    Fig. Ce qu'il y a de plus intime dans une composition littéraire. Cette distinction sort des entrailles mêmes du sujet.

  • 4Ce qui sort de nous, notre famille, nos enfants. C'est un homme armé contre ses propres entrailles, Patru, Plaid. VI, dans RICHELET. Madame, épargnez-les, épargnez vos entrailles, Corneille, Médée, III, 4.
  • 5L'intérieur, le fond de l'âme. Ceux qui écrivent par humeur, que le cœur fait parler, à qui il inspire les termes et les figures, et qui tirent, pour ainsi dire, de leurs entrailles tout ce qu'ils expriment sur le papier, La Bruyère, I.
  • 6Sensibilité, tendre affection. Laissons-nous aller de bonne foi aux choses qui nous prennent par les entrailles, et ne cherchons point de raisonnement pour nous empêcher d'avoir du plaisir, Molière, Critique, sc. 7. Il veut lui donner pour nous des entrailles de mère, Bossuet, II, Nativ. 2. Il ne pensa plus qu'à ce jeune prince [le dauphin, fils de Louis XIV]… de peur de l'amollir par la tendresse, il emprunta l'autorité du roi ; de peur de le rebuter par l'austérité des préceptes, il prit les entrailles du père, Fléchier, Duc de Montausier. Et vous qui lui devez [au malheureux] des entrailles de père, Racine, Athal. II, 5. … Je sens que, malgré ton offense, Mes entrailles pour toi se troublent par avance, Racine, Phèdre, IV, 3. Il fut surpris de trouver ses entrailles attendries, Fénelon, Tél. X.

    Absolument. Je prédis à quiconque a des entrailles qu'il versera des larmes, Rousseau, Ém. I. La politique, qui a des yeux et point d'entrailles, Raynal, Hist. phil. XIV, 26. Annibal, cruel, sans entrailles, fut en magnanimité fort inférieur à son rival, Chateaubriand, Itin. III, 134.

    Cet acteur a des entrailles, il joue avec chaleur et une grande vérité dans les situations pathétiques.

  • 7 Terme de dévotion. Les entrailles de la miséricorde divine. Dieu qui ferme pour toujours ses entrailles à la miséricorde, Massillon, Pet. carême, Vices. Que sont devenues les entrailles de vos miséricordes ? Massillon, Carême, Mélange.

    Par extension. Revêtez-vous envers vos frères d'entrailles de miséricorde, Bossuet, Instr. Un attachement inviolable pour le roi, des entrailles de miséricorde pour les malheureux, une immuable persévérance dans tous ses devoirs, Bossuet, Mar.-Thér. Dans ces malheurs, les entrailles de la charité s'émurent, Montesquieu, Esp. XXX, 11.

SYNONYME

BOYAUX, ENTRAILLES. Ces deux mots signifient exactement la même chose ; mais entrailles est du style noble, et boyau du style le plus trivial, s'il n'est pas purement didactique. De plus, entrailles se prend très bien dans le sens figuré, et boyau ne s'y prend presque jamais qu'en ridicule : Ce logement n'est qu'un boyau.

HISTORIQUE

XIIe s. Si le prist grant dolor en ses entrailles, Machab. II, 8.

XIIIe s. Il vesti maleïçon [malédiction] ansi come vestement, et entra ele es antrailles de lui, Psautier, f° 136. Par sa pel dure qui vorroit [voudrait], Ses entrailles veoir porroit, la Rose, 10204. Del sanc aus Sarrazins font corre grant ruisel, Tout li pré sont covert d'entraille et de boiel, Ch. d'Ant. II, 563.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ENTRAILLES, s. f. plur. (Anatomie.) intestins, boyaux. Avoir les entrailles échauffées, rafraîchir les entrailles. Il se prend quelquefois dans un sens plus général, pour tous les visceres, toutes les parties renfermées dans le corps des hommes & des animaux. L’inspection des entrailles des victimes a aidé à connoître la structure du corps sain.

L’oblation des victimes étoit une cérémonie religieuse de nos premiers parens, comme on le voit par l’histoire d’Abel dans la Genese, & par les plus anciennes fables de l’âge d’or. On auroit crû déplaire à la divinité, & ne pouvoir appaiser sa colere, si la victime eût été souillée de la moindre maladie ; c’est pourquoi nous lisons dans le Lévitique qu’on n’immoloit que les animaux les plus sains & les plus purs, & c’est ainsi que les prêtres commencerent à s’appliquer à connoître les marques distinctives de la santé & de la maladie. Voyez Anatomie. Chambers. (L)

* Entrailles, (Mythol.) c’étoient les parties des animaux que les aruspices consultoient particulierement. Il faut voir avec quelle impiété Cicéron parle de cette pratique de sa religion. Il suit de son discours que l’inspection des entrailles est la derniere des extravagances ; & que ceux qui en sont chargés, sont assez communément des imposteurs. C’est à cette occasion qu’il rapporte un mot de Caton, qui auroit pû avoir lieu dans une infinité d’autres cas, si la prévention n’eût point fasciné les yeux & les esprits. Caton disoit « qu’il étoit toûjours étonné qu’un aruspice qui en rencontroit un autre, ne se mît pas à rire ».

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « entrailles »

Du latin populaire intralia (attesté au VIIIe siècle dans les Glosses de Reichenau), dérivé par substitution de suffixe du substantif pluriel neutre interanea « intestins », de interaneus (« intérieur, intestinal »). Ce mot est à rapprocher du grec ancien εντερον, enteron (« intestins ») et plus globalement d’une racine indoeuropéenne inter (« dedans »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. intralia ; espagn. entrañas ; du bas-lat. intrania, dans la loi salique ; du latin interanea. L'l a été substituée à l'n dans le français et dans le provençal, peut-être par influence de la finale aille qui est commune en français. Roquefort cite une forme française entreigne, qui était la vraie dérivation.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « entrailles »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
entrailles ɑ̃traj

Évolution historique de l’usage du mot « entrailles »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « entrailles »

  • J'ai compris que le temps n'a aucune valeur. C'est un caméléon. Il se transforme en puits, un tunnel qui se prolonge dans les entrailles de la terre et tu t'y perds. De Boris Razon / Palladium
  • Huître. Coquillage visqueux et glaireux, que la civilisation donne aux hommes la hardiesse de gober sans lui retirer ses entrailles ! Les coquilles sont quelquefois données aux pauvres. De Ambrose Bierce / Le Dictionnaire du diable
  • L’écriture d’un roman n’est pas fonctionnelle. Le style n’est pas le vêtement mais la peau d’un roman. Il fait partie de son anatomie comme ses entrailles. De Elsa Triolet
  • Mais la pollution plastique n’est pas notre unique empreinte. D’autres formes de polluants issues de nos activités peuvent également s’infiltrer dans les entrailles de la Terre. Le méthylmercure – une forme toxique du mercure – est un autre exemple, comme le suggèrent deux nouvelles études. Ces résultats ont été présentés cette semaine à la Conférence de géochimie Goldschmidt 2020. Sciencepost, Une pollution au mercure détectée dans les entrailles de la Terre
  • A vivre au milieu des fantômes, on devient fantôme soi-même et le monde des démons n’est plus celui des étrangers mais le nôtre, surgi non de la nuit mais de nos entrailles. De Antoine Audouard / Un Pont d’oiseaux
  • Quand on est aussi libertin, aussi dépravé, aussi scélérat, on voudrait être dans les entrailles de la terre, afin de mieux fuir les hommes et leurs absurdes lois. De Marquis de Sade / Histoire de Juliette
  • Et ses mains ourdiraient les entrailles du prêtre, À défaut d'un cordon, pour étrangler les rois. Denis Diderot, Poésies diverses La Harpe, dans son Cours de littérature ancienne et moderne (troisième partie, livre IV, chapitre III)
  • Moi, j'ai toujours l'amour cousu dans mes entrailles. Robert Garnier, Antigone
  • N'étale pas tes entrailles pour que les corbeaux s'en repaissent. De Proverbe siamois
  • Les paroles d'un homme mort se modifient dans les entrailles des vivants. De Wystan Hugh Auden / A la mémoire de W. B. Yeats
  • Pourquoi voudrais-je être Caton qui déchire ses entrailles, plutôt que César triomphant ? De Jean-Jacques Rousseau
  • Ne cherchons pas hors de nous notre mal, il est chez nous, il est planté en nos entrailles. De Michel de Montaigne / Essais
  • La jalousie est un monstre qui s'engendre lui-même et naît de ses propres entrailles. De William Shakespeare / Othello
  • On ne se rencontre qu’en se heurtant et chacun portant dans ses mains ses entrailles déchirées accuse l’autre qui ramasse les siennes. De Gustave Flaubert
  • L’engagement particulier de l’artiste, c’est de descendre aux entrailles des choses et de rendre exactement ce qu’il a découvert. De Roger Vailland / Lisez Flaubert !
  • Il est triste que l’on ne puisse voir les entrailles érudites des écrivains afin de découvrir ce qu’ils ont mangé. De Georg Christoph Lichtenberg
  • Le scandale n'est pas de dire la vérité, c'est de ne pas la dire tout entière, d'y introduire un mensonge par omission qui la laisse intacte au dehors, mais lui ronge, ainsi qu'un cancer, le coeur et les entrailles. De Georges Bernanos / Scandale de la vérité
  • Rachid Arhab ancien membre du CSA, précise qu'il a lui-même décidé de quitter l'émission "après en avoir découvert les entrailles fétides". Il revient aujourd'hui sur ces trois mois passés au sein de l'équipe et promet de publier un livre sur les dessous du show de Cyril Hanouna. , Un ancien chroniqueur de TPMP promet de révéler les "entrailles fétides" de l'émission - DH Les Sports+
  • La liaison entre l’échangeur de Loncin et le Luxembourg qui comprend le tunnel de Cointe permet aux Liégeois de rejoindre le nord et le sud de l’agglomération sans devoir passer par le centre-ville. Beaucoup l’ignorent, mais ce tunnel est un concentré de technologie et fait partie intégrante de l’histoire de la Cité ardente. Immersion dans ses entrailles, bien souvent méconnues, à l’occasion de son vingtième anniversaire. sudinfo.be, Reportage dans les entrailles du tunnel de Cointe: cette année, la liaison E25-E40/A602 fête ses 20 ans!

Traductions du mot « entrailles »

Langue Traduction
Anglais bowels
Espagnol intestinos
Italien viscere
Allemand eingeweide
Chinois 肠子
Arabe أحشاء
Portugais entranhas
Russe кишечник
Japonais
Basque barrena
Corse intestini
Source : Google Translate API

Synonymes de « entrailles »

Source : synonymes de entrailles sur lebonsynonyme.fr

Entrailles

Retour au sommaire ➦

Partager