La langue française

Scion

Définitions du mot « scion »

Trésor de la Langue Française informatisé

SCION, subst. masc.

A. −
1. BOT. ,,Jeune rameau ou rejet de l'année particulièrement souple`` (Bén.-Vaesk. Jard. 1981). Elle avait dix-huit ans à cette heure, et elle n'était guère plus grande qu'à douze, toujours souple et mince comme un scion de peuplier (Zola, Terre, 1887, p. 324).
2. ARBORIC. ,,Jeune plant issu d'une culture en pépinière, obtenu par greffage en écusson`` (Bén.-Vaesk. Jard. 1981). Les établissements de multiplication produisent surtout des scions d'un an, c'est-à-dire des plants résultant du greffage après une année de croissance du greffon (Boulay, Arboric. et prod. fruit., 1961, p. 82).
B. − PÊCHE. ,,Brin très fin qui termine la canne à pêche et auquel on attache la ligne`` (Schreiner 1975). Et quand l'appât tombait, il [le chevesne] s'élançait vers lui, rustaud parmi les ablettes fines (...) se ruait à toutes nageoires, tendait la ligne, ployait le scion, et se sauvait (Genevoix, Boîte à pêche, 1926, p. 31).
Prononc. et Orth.: [sjɔ ̃]. Homon. cyon, scions (de scier). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1202 cïon fig. « rejeton (personne) » (Renart, éd. M. Roques, XVIII, 16930); 2. ca 1250 « pousse de l'année, rejeton tendre et flexible » (Vies des pères, I, 290 ds T.-L.); 3. 1606 sion « rejet d'un arbre qu'on plante en terre » (Nicot); 1701 « jeune branche destinée à être greffée » (Fur., s.v. enter); 4. 1904 « brin fin qui termine une canne à pêche » (Nouv. Lar. ill.). Dér., à l'aide du suff. dimin. -on, d'un mot non att., issu de l'a. b. frq. *kiþ « rejeton », cf. l'a. h. all. kîdi, m. h. all. kïde « id. ». Au sens 4, cf. soyon « chacun des morceaux qui composent une canne à pêche » (1360, Reims ds Gdf. Compl.).

Wiktionnaire

Nom commun

scion \sjɔ̃\ masculin

  1. (Agriculture) Petit brin, petit rejeton tendre et très flexible d’un arbre, d’un arbrisseau.
    • Un scion de pêcher.
  2. (Pêche) Partie la plus fine d’une canne à pêche, de celle au bout de laquelle on attache la ligne.
  3. Baguette pour battre, fustiger.
    • Commençons par ce corps d'albâtre qu'il [l'Amour] appelle le temple de la blancheur ; prenez vos scions, filles de la Nuit, et me l'empourprez si bien [le corps de Psyché], que cette blancheur ne trouve pas même un asile en son propre temple. — (Jean de La Fontaine, Les Amours de Psyché et de Cupidon, 1669, Livre II, p. 173)
    • Par la suite, les frères Newton [Henry et Alfred, résistants britanniques du SOE] eurent droit à la baignoire au courant électrique et à la flagellation chinoise sur la plante des pieds avec un scion d’osier jusqu’à ce qu’ils perdent connaissance. — (André Courvoisier, Le Réseau Heckler : De Lyon à Londres, France-Empire, Paris, 1984, page 258)

Nom commun

scion \Prononciation ?\ masculin

  1. Scion, rejeton.
    • (Proverbial) de bonne souche bon syon. — (XVe s.)
    • Bien est en lui repris li germes D'amors, si qu'il monte en cion. — (Roman de la Poire, XIIIe s.)
    • Ire le sieut [suit] de près, qui a plusieurs cions,
      Rancunes et haïnes, plaiz et detraccions,
      Murdres et omicides et granz occisions.
      — (J. de Meung, Test. 1709)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SCION. n. m.
T. d'Agriculture. Petit brin, petit rejeton tendre et très flexible d'un arbre, d'un arbrisseau. Un scion de pêcher. En termes de Pêche, Il se dit de la Partie la plus fine d'une canne à pêche, de celle au bout de laquelle on attache la ligne.

Littré (1872-1877)

SCION (si-on) s. m.
  • 1Petit brin, petit rejeton tendre et très flexible d'un arbre, d'un arbrisseau.

    Fig. Et fais renaître de leur souche Des scions si beaux et si verts…, Malherbe, II, 4.

  • 2Deuxième âge de l'œil, développement du bourgeon ; le développement du scion s'appelle rameau.
  • 3Jeune branche destinée à être greffée.
  • 4Baguette pour battre, fustiger. Commençons par ce corps d'albâtre qu'il [l'Amour] appelle le temple de la blancheur ; prenez vos scions, filles de la Nuit, et me l'empourprez si bien [le corps de Psyché], que cette blancheur ne trouve pas même un asile en son propre temple, La Fontaine, Psyché, II, p. 173.

HISTORIQUE

XIIIe s. Bien est en lui repris li germes D'amors, si qu'il monte en cion, Roman de la Poire. Ire le sieut [suit] de près, qui a plusieurs cions, Rancunes et haïnes, plaiz et detraccions, Murdres et omicides et granz occisions, J. de Meung, Test. 1709. Por quoi il me plest que je face De lui [une damoiselle] bele description ; Ce fut le plus gentil cion Où Diex meïst onques nature, Meraugis, p. 3.

XVe s. Ainsi que dit ce proverbe commun : de bonne souche bon syon, Bouciq. I, 2.

XVIe s. Bref il congneut que toute nation Ployoit soubs luy comme au vent le sion, Marot, I, 160.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SCION, s. m. (Jardinage) menu brin de bois que poussent les arbres. On dit aussi les scions d’une veine, de ses petites ramifications ; & les scions de la verge, de ses traces marquées à la peau de celui qu’on en a frappé.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « scion »

Picard, chion. D'après Diez, scion représente le lat. sectionem, de secare, couper ; c'est ainsi qu'en allemand scion se dit Schnittling, de schneiden, couper ; le sens concret de scion entraînant le genre masculin. Cette étymologie est fort probable ; cependant, en ce cas, le picard devrait dire soyon.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De l’ancien français scion.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

De l’ancien bas vieux-francique *kiþ (« rejeton »)[1] ; apparenté à Keim (« germe, bourgeon ») en allemand, chit (« bourgeon ») en anglais. La chute du \d\ est régulière en ancien français (→ voir muer et muter). La finale est diminutive[1] ou la subsistance du cas régime → voir baron.
D'après Diez[2], scion représente le latin sectio, de secare, « couper » ; c'est ainsi qu'en allemand scion se dit Schnittling, de schneiden, « couper » ; le sens concret de scion entraînant le genre masculin. Cette étymologie est fort probable[2] ; cependant, en ce cas, le picard devrait dire *soyon or il fait chion.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « scion »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
scion sjɔ̃

Images d'illustration du mot « scion »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « scion »

Langue Traduction
Anglais scion
Espagnol vástago
Italien discendente
Allemand spross
Chinois 接穗
Arabe سليل
Portugais descendente
Russe отпрыск
Japonais サイオン
Basque scion
Corse scion
Source : Google Translate API

Synonymes de « scion »

Source : synonymes de scion sur lebonsynonyme.fr

Scion

Retour au sommaire ➦

Partager